Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Spatialisation de l’habitat des marins-pêcheurs

Etel, Morbihan, au XIXème siècle

Nathalie Meyer-Sable

Texte intégral

1Au-delà de l’aspect strictement « urbanistique » de la question de la spacialisation de l’habitat des marins-pêcheurs, c’est surtout de l’étude des spécificités de ce groupe social dont il est question ici. Plusieurs questions se posent : Comment la forte opposition gens de mer / gens de terre, qui semble être constitutive de cette communauté, se traduit-elle dans la construction de la ville portuaire ? Comment s’inscrit, dans la topographie de la ville, l’appréhension de l’espace de travail, de loisir et de résidence par une société soumise aux exigences techniques de l’activité halieutique ? Quels sont les symboles investis par les marins-pêcheurs pour marquer leur identité sociale ? Enfin, comment la ville elle-même se transforme-t-elle en fonction de l’évolution des techniques de la pêche et, surtout, de celles de la conservation du poisson ?

2Il ne s’agit ici que du département du Morbihan. Un département dont l’étude est à plus d’un titre intéressante, car ce fut l’un des plus pauvres de la Bretagne du XIXème siècle. La population y est dense, l’agriculture insuffisante, et les faibles possibilités industrielles ne permettent pas d’absorber une trop nombreuse main d’œuvre. Une des solutions offertes à ceux qui ne veulent pas émigrer est donc de se tourner vers les activités maritimes et portuaires.

3Nous ne parlerons pas de l’ensemble des ports du Morbihan ; le thème est trop vaste et, chaque port ayant sa spécificité, nous ne pourrions que dégager quelques tendances générales peu satisfaisantes. Or nous avons la chance d’avoir, à disposition dans les archives, les délibérations du conseil municipal de deux communes, celle d’Erdeven et celle d’Etel, qui se sépareront en 1850. L’une est composée essentiellement d’agriculteurs, l’autre presque exclusivement de marins-pêcheurs. C’est donc à travers les raisons de la scission de ces deux villages et des modalités de l’évolution du port d’Etel que les différents thèmes évoqués plus haut seront abordés.

1. Les fondements de l’identité des marins-pêcheurs

4Pour pouvoir travailler sur le groupe social des marins-pêcheurs et son « implication » dans la ville portuaire, il faut avant tout pouvoir définir ses particularités.

  • 1 J.W. Lapierre, L’identité collective, objet paradoxal, in Claude Lévi-Strauss, « L’identité », PUF, (...)

5On peut évidemment évoquer la fameuse citation de Platon, « il y a les vivants, les morts et les marins… », mais elle ne dit pas en quoi ces derniers sont « différents ». En revanche, tenter de définir ce que peut être leur « identité collective », permettra sans doute de répondre aux questions posées. Jean-William Lapierre donne de cette notion la définition suivante : « L’identité collective désigne à la fois l’unité d’un groupe et sa revendication à ta différence avec les autres par une série de caractères qui les signifient et les symbolisent »1. Nous prendrons cette définition comme fil conducteur.

6Selon une enquête publiée en 1970 par la Fondation pour la Recherche Sociale sur le monde des marins, le groupe social des marins-pêcheurs se caractérise essentiellement par : une absence de mobilité professionnelle ; une absence de mobilité géographique ; et surtout, par un habitat partiellement groupé. C’est bien sûr ce dernier aspect qui nous intéresse tout particulièrement. En effet, 90 % des marins-pêcheurs interrogés habitent à moins de 30 km de leur famille d’origine, dont les 2/3 à moins de 5 km. Il ressort également de l’enquête que la grande majorité d’entre eux sont domiciliés dans des quartiers spécifiques de marins-pêcheurs, avec dans 42 % des cas de l’habitat de type groupé, et 47 % de l’habitat de type dispersé.

7Certains géographes vont jusqu’à parler de ghettoïsation pour définir ce phénomène dans les villes portuaires. Et ils évoquent les quartiers de marins, tel celui du môle à Sète, de la marine à Boulogne, le quartier du port à Plozevet, ou celui dit « des marins » à la Rochelle. L’utilisation de ce terme stigmatise sans doute la non-intégration des populations maritimes au monde des terriens. Le monde de la mer et celui de la terre ne se mélangent pas. Les genres de vie, les mentalités, les positions méprisés/méprisants sont autant de barrières dressées pour que les échanges finissent par se limiter au groupe social propre à chacun.

8Mais pour en revenir à l’exemple du port d’Etel, l’opposition terre/mer à été sinon déterminante, du moins avancée comme argument dans la demande de scission communale. En août 1848 le préfet reçoit une pétition, signée par les habitants du port d’Etel, qui réclame la séparation d’avec la commune d’Erdeven. L’argumentation est simple et claire : Erdeven est composée de cultivateurs, et selon leurs propres termes « les mœurs, les habitudes, les besoins sont loin d’être les mêmes. De là sont nées des susceptibilités, des tracasseries, des divisions auxquelles il est temps de mettre un terme ».

9Les marins-pêcheurs semblent donc préférer vivre entre eux, et ne pas se mêler aux terriens. Chaque quartier de marins, tels ceux évoqués précédemment, a d’ailleurs, marqués dans la ville par une présence tangible, des bâtiments qui sont autant de lieux identitaires. Les chapelles et les écoles, entre autres, font partie de ces lieux. Alain Cabantous n’écrit-il pas : « Ce sont pourtant les églises et plus encore les chapelles qui, avant la Révolution, constituent le signe le plus visible de l’unité sociale, un peu à l’image du monde villageois. Investies par les populations maritimes lors des fêtes familiales ou patronales, (...) elles cristallisent et sauvegardent le lien entre quartier, communauté chrétienne et communauté maritime » et il écrit plus loin : « Avec l’érection en paroisses de plusieurs de ces succursales au cours du XIXème siècle, le quartier maritime se trouvera doublement confirmé. La fondation paroissiale instituera en effet un acte de reconnaissance tardive de la spécificité pastorale de ces populations, tout en légitimant administrativement l’autonomie religieuse et culturelle de cette fraction urbaine ».

  • 2 A. Cabantous, Les citoyens du large. Identités maritimes en France, XVIIo-XIXosiècles, Aubier, Pari (...)

10Il n’est pas possible de développer ici le thème du « christianisme maritime ». Définir en quoi il est réellement différent dépasse le cadre de notre propos. Cependant nous pouvons souligner rapidement quels sont les fondements de ses différences. Sorti assez rapidement du cercle familial pour s’embarquer comme mousse, le garçon n’est pas à même de suivre le catéchisme. Et les marins-pêcheurs ne connaissent, en matière de rythme de pêche, que celui imposé par les conditions climatiques et le poisson lui-même. Il n’est pas, en dehors du 15 août, de jour chômé officiel. Pas de dimanches, pas de Pâques,… Le rythme des terriens, celui donné par la cloche de l’église, ne les concerne pas. Ce décalage de rythme joue sur l’organisation sociale, et non sur la croyance des marins-pêcheurs ; mais le métier même, avec ce qu’il comporte de dangers, influe sur les pratiques religieuses. Les pèlerinages, pardons spécifiques, bénédictions des flots et des bateaux, sont autant de manifestations propres aux populations littorales et qui les maintiennent encore à l’écart des populations terriennes.2

11La population d’Etel ne fait pas exception. Les Etellois « séparatistes » avancent comme argument, dans leur pétition, que le village possède sa propre chapelle. Cette chapelle a été érigée en 1847, financée par une souscription strictement ételloise et par les revenus d’un octroi maintenu au port spécialement en vue de cette construction. La commune « mère », Erdeven, n’a donc en rien contribué au financement de la chapelle. La date d’inauguration du bâtiment et celle de la pétition demandant la constitution d’Etel en commune sont trop proches pour que l’on ne soit pas tenté d’établir un lien entre les deux événements. Il serait sans doute exagéré d’affirmer que de l’existence de la chapelle découle directement la demande d’autonomie du village, mais sans doute le fait que les Etellois se soient unis pour sa construction n’est pas étranger au sentiment d’indépendance qu’ils manifestent. Et comme pour porter l’accent sur le caractère strictement maritime de l’édifice religieux - comme s’il s’agissait de prévenir les terriens que cette chapelle n’est pas destinée à leur dévotion - les Etellois ont choisi de lui donner un nom particulièrement chargé de sens : elle se nomme Notre Dame des Flots.

2. Manifestations de l’opposition entre pêcheurs et paysans

12Lorsque l’on travaille sur les quartiers spécifiquement maritimes des villes portuaires, la place de l’édifice religieux dans la construction de la vie sociale des populations de marins-pêcheurs ne fait aucun doute. Il ne faut pas omettre, cependant, l’importance de certaines institutions publiques ; telle que l’école, par exemple. L’existence d’une école à Etel est soulignée par les pétitionnaires. Les archives n’indiquent pas la date de construction de l’école ; mais une lettre de l’instituteur se plaignant, en 1835, du mauvais état de la salle de classe, donne une idée de son ancienneté.

13Ce qui nous intéresse particulièrement dans ce cas précis, c’est la détermination des pétitionnaires ; selon eux, l’école doit constituer un argument décisif pour la constitution d’Etel en commune. Mais les suites données à cette affaire sont également significatives. La pétition va donner lieu à des enquêtes et des contre-enquêtes demandées par le préfet d’une part, et par la commune d’Erdeven d’autre part, peu pressée semble-t-il qu’Etel obtienne satisfaction. Au cours des deux années qui suivront la pétition, Erdeven répondra donc point par point aux arguments avancés par Etel.

14A l’argument de l’existence d’une chapelle, la commune mère ne répond pas grand-chose ; c’est un fait, ce bâtiment existe, et elle ne peut le nier. La stratégie de défense employée alors est simple et peu convaincante : Erdeven affirme que la chapelle ne s’est en rien construite contre elle, puisqu’elle a donné son accord à Etel. Accord se résumant, il faut le rappeler, à l’autorisation d’une souscription ne concernant que les habitants d’Etel, et au maintien de l’octroi sur le port, qu’une précédente séance du conseil municipal avait décidé de supprimer.

15En ce qui concerne l’école, cependant, Erdeven déploie une stratégie de réponse un peu plus élaborée. Là où les habitants d’Etel disent avoir des classes recevant une centaine d’élèves durant l’été et une cinquantaine en hiver, Erdeven dément et minimise, en affirmant avec véhémence que l’école n’a qu’une importance réduite, puisqu’elle ne compte qu’une poignée d’élèves en été, et un seul durant la saison des pêches. Peu importe que l’étude des effectifs scolaires donne finalement raison à Etel, ce qui semble primer ici, c’est que la brouille se cristallise autour de ce fait précis. Et également que les deux protagonistes puissent considérer, leur querelle en témoigne, que le fait qu’une école existe constitue un argument sinon décisif, du moins de poids dans la décision de scission des deux communes.

16J’ai évoqué plus haut la proximité entre la date de la construction de la chapelle et celle de la pétition, en insistant sur l’incidence probable d’un fait sur l’autre. Toutefois, au-delà de l’apparition d’un sentiment d’indépendance né de la possession d’une chapelle, ce qui a sans doute décidé les habitants d’Etel à formuler la pétition, ce sont les résultats des élections municipales des 30 et 31 juillet 1848. Ils ne donnent en effet qu’un seul représentant sur les 21 élus à la partie Ouest de la commune, et encore ne s’agit-il pas d’un Etellois - notons que lors des élections précédentes, le pouvoir semblait se partager de manière nettement plus équitable, puisque chacune des deux parties comptait environ une dizaine de représentants. Le vote s’est déroulé en pleine période de pêche. Or la situation relativement médiocre des pêches depuis 1846 a fait qu’aucun marin-pêcheur ne s’est autorisé à perdre une journée de travail pour aller voter.

17Une opposition d’ordre politique est peut-être également à l’origine de la demande de scission communale. Il convient de noter que, traditionnellement, on oppose les comportements du pêcheur et du paysan, le premier est considéré comme dépensier, l’autre comme plutôt avare. Une différence dans l’appréhension du quotidien qui se traduit peut-être dans la manière de voter. Et c’est sans doute encore à des élections que l’on doit le retard de l’érection d’Etel en commune. En effet, si la lettre des habitants de ce petit village côtier, empreint des idées républicaines, a pu émouvoir le préfet en 1848, l’instabilité politique du moment ne joue pas en leur faveur. En 1849, les élections législatives sont perdues par les républicains, et le nouveau pouvoir en place se méfie sans doute des idées des marins-pêcheurs.

  • 3 M. Lagree, Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Fayard, Paris. 1992.

18Effectivement, et c’est une constante au XIXème siècle, les idées politiques apparemment contradictoires des marins-pêcheurs déroutent. C’est le fameux « bien prier mais mal voter » dont parle Michel Lagrée3 et que résume bien le Cardinal Dubourg en 1913 : « Ces chrétiens dans la vie privée, qui fréquentent l’église, revendiquent le titre de bons paroissiens, ne voudraient pour rien au monde porter atteinte volontairement aux préceptes divins. Mais quand vient le moment des élections, ils perdent la notion des choses catholiques et s’en vont parfois, au sortir même de cette messe à laquelle ils tiennent comme à la prunelle de leurs yeux, donner leurs suffrages aux pires ennemis de la religion ». Les pétitionnaires d’Etel évoquent aussi bien les principes d’équité, d’égalité et de fraternité, que la nécessité d’avoir une chapelle, « afin que les vieillards et les infirmes puissent, au moins une fois par semaine, se rendre à la messe ».

19Les derniers arguments avancés dans la lettre reçue par le préfet sont d’ordre économique. Les pétitionnaires d’Etel affirment en effet : que l’activité maritime de leur port est en pleine expansion ; que l’octroi maintenu sur les produits transitant par le quai lui permet d’avoir des ressources conséquentes ; et enfin, que sans les impôts versés à Erdeven, le village, institué commune, pourrait vivre en subvenant parfaitement à ses besoins. « Le hameau d’Etel, port de mer, peut-on lire dans la pétition, offre des ressources de toute espèce, tant pour l’Etat que pour le commerce, de quelque forme elles se présentent, les ventes de poisson font vivre à quarante lieues à la ronde une multitude d’individus ». Notons au passage la discrète allusion à l’intérêt militaire que pourrait trouver l’Etat à la constitution d’une commune qui fournirait de plus en plus d’inscrits soumis à l’obligation du service militaire dans le corps maritime.

20Là encore, ce point de vue n’est pas partagé par Erdeven qui a toujours déclaré qu’Etel était habité par une poignée de marins-pêcheurs miséreux. Il est vrai que la commune mère est résolument tournée vers la terre, et semble bien plus préoccupée par la création d’une seconde foire agricole annuelle que par la dimension maritime de l’ouest de son territoire. Peut-être n’a-t-elle tout simplement pas pris en compte l’effective expansion des activités halieutiques que connaît depuis le début du siècle le port qui dépend de sa juridiction. Le port, il est vrai, manque un peu d’envergure ; il est constitué en tout et pour tout d’un quai d’une dizaine de mètres construit à la fin du XVIIIème siècle, et pour toute infrastructure portuaire, de quelques refuges le long de la rivière ou à différents points de la côte.

3. Les contraintes spatiales des activités halieutiques

21Et, puisque Erdeven s’est refusée à prendre en compte les besoins d’aménagement du port, ce sont des particuliers qui, durant toute la première moitié du XIXème siècle, se sont chargés de bâtir le site, en entretenant le quai et en construisant des cales. Ce sont essentiellement les possesseurs de chantiers navals qui ont supporté les frais des travaux. De l’aménagement du site dépend effectivement le développement de leur activité. Certaines demandes visent à réparer et agrandir une cale préexistante, d’autres à construire sur une zone impropre à la navigation mais qui deviendra, après aménagement, non seulement un chantier de construction, mais également un abri utilisable par les marins-pêcheurs. Le conseil municipal semble d’ailleurs n’autoriser que des travaux avantageux à l’ensemble des activités du port. D’autres en revanche sont des demandes de concessions de terrains maritimes.

  • 4 Ces lieux peuvent être comparés au littoral landais, par exemple, où la mer offre un visage si peu (...)

22L’explication de ce refus d’Erdeven de prendre en compte l’activité maritime d’Etel, est peut-être simplement la conséquence de la géographie locale. Erdeven est en effet un hameau situé près d’un rivage extrêmement exposé. Les plages y sont ventées, les vagues y arrivent avec une grande violence même les jours où la mer est calme4. Etel, situé à quelques kilomètres seulement d’Erdeven, se trouve sur la rivière du même nom. La situation n’y est pas non plus idéale ; l’accès à la mer est bouché par une barre de sable, qui non contente de compliquer les manœuvres d’entrée et de sortie de port, change de place selon la direction des courants et l’orientation des vents. Mais cette ouverture maritime n’en existe pas moins ; et la crise agricole de 1816 va pousser, comme dans beaucoup d’autres régions littorales, une partie de la population paysanne à se tourner vers les activités halieutiques.

23En 1800, Etel ne compte que 12 bateaux et une petite cinquantaine de marins-pêcheurs. Mais au milieu du siècle, lors de la demande de constitution d’Etel en commune, on peut déjà y dénombrer quelques 90 chaloupes de pêche, une trentaine de bricks et chasse-marée faisant du cabotage, ainsi que 5 presses à sardines. En 1860, on compte dans la commune 12 usines de sardines, 4 fabriques de conserves et 3 chantiers de construction navale. En 1870, les conserveries sont au nombre de 15. Les comptes rendus d’une tempête particulièrement violente en décembre 1880 font état de 334 bateaux. En 1883, il y a à Etel 2004 marins-pêcheurs. Même si les pêcheurs décomptés ne vivent pas tous à Etel, mais dans les petites localités voisines, ils dépendent néanmoins de son port et en démontrent le dynamisme.

24La mention des usines de conserverie a son importance, le développement de la pêche étant en effet inséparable de celui de l’industrie de conservation du poisson. La technique change au cours du siècle, et de la presse à sardines on passe, après l’invention de Nicolas Appert, à celle de la conservation dans l’huile et à l’emboîtage des sardines. Les conserveries vont modifier la physionomie des côtes, des populations littorales et des villes portuaires. Une main d’œuvre nombreuse, en grande partie féminine et saisonnière, est indispensable. Il n’est pas possible d’évoquer ici les changements profonds que cela implique dans le fonctionnement des sociétés littorales, tant au niveau de la cellule familiale - la femme change de statut en entrant dans le monde ouvrier, ce qui bouleverse l’organisation sociale tout entière -, que sur celui de la relation au travail - les marins-pêcheurs sont, moins que jamais, maîtres de la vente du produit de leur pêche. Mais il est évident que cela marque profondément la topographie des villes portuaires.

25Les usines s’implantent généralement le plus près possible de l’endroit où l’on débarque le poisson, et cela ne va pas sans poser un certain nombre de problèmes, d’hygiène notamment. Ainsi les presses à sardines sont-elles classées, depuis 1835, par le ministre du commerce et des affaires publiques dans la catégorie des « ateliers insalubres ». Mais il est extrêmement difficile de condamner ce qui fait vivre une population importante et, malgré les différents arrêtés d’hygiène publique obligeant les conserveries à surélever leurs cheminées ou à construire des conduits souterrains pour évacuer les détritus, rien n’est vraiment fait. A Etel du moins, puisqu’en mai 1894 une commission d’inspection des pharmaciens déplore que « le bas d’Etel est un véritable foyer d’infection et un sujet de plaintes continuelles ». Les eaux usées des usines se déversent en effet directement dans la grande rue d’Etel et stagnent devant les portes des maisons. A la « pollution » due aux industries, il faut ajouter celle qui émane directement de la pratique des marins-pêcheurs ; ces derniers, comme dans la plupart des ports, préparent leurs poissons sur les quais dès le retour de pêche. Les écailles, les poissons abîmés et autres déchets sont rejetés directement dans le bassin du port. L’envasement naturel du port et le peu de courant qui y arrive se combinent pour que l’hygiène y soit déplorable et l’air nauséabond. En 1911, le conseil d’hygiène du Morbihan exigera des usines l’application d’un certain nombre de mesures - dont la construction de canaux couverts au sortir des usines jusqu’au niveau des plus basses mers -, « les odeurs émanant du bassin étant devenues trop gênantes pour les habitants et les personnes travaillant près de cette zone ».

26Or presque toute la population y travaille et souvent y habite ; et le fait que les eaux usées sortant des usines stagnent devant les seuils des maisons d’habitation révèle une grande proximité. Le phénomène de groupement de l’habitat des marins-pêcheurs n’est-il pas réellement incontournable ? Le poisson est une matière première extrêmement fragile, il faut le traiter au plus vite. Les pen-sardin, c’est à dire les femmes employées dans les conserveries, doivent être là immédiatement lorsque le poisson est débarqué sur les quais - les cloches des usines sonnent pour les prévenir -, et travaillent jusqu’à épuisement du produit de la pêche. N’est-il pas naturel que ces femmes habitent au plus près de leur lieu de travail ? A la pêche, il n’est pas de rythme, disent les marins-pêcheurs, autre que celui imposé par le poisson lui-même : « on travaille tant que le poisson donne ». La vie d’une ville portuaire doit suivre le même rythme...

27Lors des toutes premières législations sur le temps de travail, les usiniers ont argué que la sardine ne pouvait pas attendre, et qu’en conséquence, il ne pouvait être établi d’horaires de travail stricts dans les conserveries. Il en va exactement de même pour les équipages de chaloupes sardinières ou autres embarcations. Il serait absurde pour un marin-pêcheur, susceptible de s’embarquer à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit en fonction des marées, de l’état de la mer ou des passages supposés du poisson, de choisir de vivre loin du port. La ville portuaire est donc constituée d’un tissu extrêmement dense et où les zones industries/habitat sont intimement mêlées. Etel sera d’ailleurs constamment confrontée au problème de l’extension de son territoire pour répondre à son expansion économique.

28L’opposition terre/mer est généralement évoquée pour justifier l’existence de quartiers spécifiquement marins ; mais peut-être est-il possible de voir tout simplement dans ce phénomène une question de proximité lieu d’habitation/lieu de travail. Le groupe social des marins-pêcheurs, et plus généralement l’ensemble des populations littorales, semble se référer à un système basé sur des antagonismes forts. Il n’est pas question de revenir ici sur l’opposition terre/mer vécue par les marins-pêcheurs dans leurs références quotidiennes, mais il est indispensable d’évoquer la coexistence de ces deux composantes dans l’organisation de la vie quotidienne. La terre aux femmes, la mer aux hommes - les premières portant malheur sur un bateau, les seconds perdant toute crédibilité s’ils cultivent la terre -, une opposition basée sur la division sexuelle du travail, mais qui va au-delà et touche l’ensemble de l’organisation sociale. Au niveau même du groupe des marins-pêcheurs, il existe des oppositions fortes ; celui qui ne fait la pêche que le temps de la sardine n’est, et ne sera jamais considéré, comme un « vrai » marin-pêcheur, et la pratique généralisée des équipages a goélo, c’est à dire composés de marins et de paysans à une époque où la main d’œuvre maritime n’est pas suffisante et où celle des travaux agricoles est trop abondante, ne fera qu’accentuer ce phénomène. Mais même lorsqu’il s’agit uniquement des « vrais » marins-pêcheurs, c’est à dire de ceux qui pratiquent les dures pêches d’hiver, les équipages ne se mêlent pas entre eux. Chacun fréquente un bistrot particulier sur le port. Encore une fois, Etel ne fait pas exception et le nombre des établissements de boisson est tel dans la ville qu’une directive municipale en réglemente l’ouverture en 1907 : il est désormais interdit d’ouvrir un nouveau débit de boisson à moins de 100 mètres des écoles et du cimetière !

29Le principe d’opposition serait donc en quelque sorte comme un système de référence propre au groupe social des marins-pêcheurs. Toutefois dans le cas qui nous intéresse - la construction d’un port, presque exclusivement par une population fortement déterminée, et alors que les conditions géographiques se prêtent mal à ce genre de projet - sans doute faut-il voir, au-delà d’une simple opposition aux terriens, l’expression d’une forte cohésion socioprofessionnelle. Des individus, dépendant d’un pouvoir aux mains de gens n’ayant pas les mêmes intérêts socio-économiques qu’eux, ont réussi à faire admettre les fondements de leur développement économique. Ils ont de fait pris leur propre destin en main, ayant parfaitement conscience que la structure communale leur permettrait de faire valoir leurs intérêts socio-économiques. Plutôt que de penser qu’ils s’opposaient au monde de la terre, il faut supposer qu’ils ont cherché à utiliser les structures leur permettant d’avoir une voix officielle et collective auprès du pouvoir en place, préfet ou ministre de la marine et des colonies, afin d’obtenir ce dont ils avaient besoin et que les administrateurs de leur commune d’origine ne leur auraient jamais permis d’obtenir.

Bibliographie

Bibliographie

Cabantous A., Les citoyens du large. Identités maritimes en France, XVIIème - XIXème siècles, Aubier, Paris, 1995

Le Coz J., Un exemple d’attraction de main d’œuvre maritime et rurale par la ville :/’agglomération lorientaise, Revue Norois, no 38, avril-juin 1963.

Lagree M., Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Fayard, Paris, 1992.

Lapierre J.-W., L’identité collective, objet paradoxal, in Claude Lévi-Strauss, « L’identité », Presses Universitaires de France, Paris 1987.

Mordrel L., Les institutions de la pêche maritime, histoire et évolution. Essai d’interprétation sociologique, Thèse de Droit, Université de Paris II, 1972.

Saulze M.-P., Autrefois Etel : vie économique et sociale. 1850-1930, mémoire de maîtrise d’histoire contemporaine, sous la direction de C. Geslin, Rennes, 1996.

Fondation pour la recherche sociale, L’univers des marins, Recherche sociale, no 27-28, janvier-avril 1970.

Notes

1 J.W. Lapierre, L’identité collective, objet paradoxal, in Claude Lévi-Strauss, « L’identité », PUF, Paris, 1987.

2 A. Cabantous, Les citoyens du large. Identités maritimes en France, XVIIo-XIXosiècles, Aubier, Paris, 1995.

3 M. Lagree, Religion et culture en Bretagne, 1850-1950, Fayard, Paris. 1992.

4 Ces lieux peuvent être comparés au littoral landais, par exemple, où la mer offre un visage si peu accueillant, que les populations ont préféré lui tourner résolument le dos pour aller vers la culture de la terre. Soulignons qu’il s’agit d’un cas de figure assez rare sur le littoral morbihannais.

Auteur

CRH – EHESS, Paris

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540