Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Troisième partie. Métiers, Gestes, Techniques

Représentation et évolution des rapports socioprofessionnels dans les ports sardiniers de Bretagne Sud (1815-1910)

Xavier Dubois

Texte intégral

1L’évolution des systèmes socio-économiques au sein des ports sardiniers en Bretagne Sud au XIXème siècle peut admettre une lecture à plusieurs niveaux et selon plusieurs échelles de perception. Nous tenterons ici de mettre en parallèle trois niveaux d’évolution, et de montrer les relations causales entre ces différentes dynamiques.

2Quand il sera nécessaire d’évoquer en filigrane les différentes étapes de la mutation économique de ces systèmes sardiniers, nous mettrons avant tout l’accent sur deux thématiques particulières : d’une part l’évolution des rapports et des dynamiques socioprofessionnels au sein des infrastructures portuaires, une évolution qui est bien évidemment pour l’essentiel une conséquence de la mutation économique ; d’autre part l’évolution, au cours du XIXème siècle, de la perception des changements par les principaux acteurs des systèmes sardiniers, c’est-à-dire les pêcheurs.

1. L’économie sardinière au XIXème siècle

3L’évolution économique des systèmes sardiniers au cours du XIXème siècle comporte trois étapes. Dans un premier temps ce secteur économique, dont les principaux débouchés reposent sur la presse, est majoritairement dominé par les négociants. Ensuite, avec l’apparition puis le développement des établissements utilisant la conservation par appertisation à partir des années 1840-1860, les négociants-presseurs perdent en grande partie la maîtrise du secteur au profit des conserveurs. Enfin, après une phase de prospérité économique, les activités sardinières sont affectées, à la fin du XIXème siècle, par deux crises majeures ; des crises qui vont bouleverser tant la logique économique de ces activités, que la dynamique des rapports socioprofessionnels.

1.1. La domination des négociants-presseurs : le début du XIXème siècle

4Dans un premier temps, sous la Restauration, les systèmes économiques sardiniers ne semblent guère différents de ceux qui existaient au XVIIIème siècle. Ils sont dominés par les négociants-presseurs qui détiennent la maîtrise verticale de l’activité. Ces derniers contrôlent en effet une partie des circuits commerciaux du négoce sardinier ; ce qui leur permet par ailleurs de diversifier leurs activités. La majeure partie de la sardine est expédiée en direction de régions viticoles, en particulier vers les régions nantaise et bordelaise, et échangée contre des cargaisons de retour de produits alcoolisés. Pour acquérir cette sardine, la plupart des négociants détiennent également une qualité d’armateurs. Enfin, pour compléter ce contrôle économique vertical, ils dominent également le marché de la rogue, dont l’utilisation est indispensable aux pêcheurs.

5La situation avait toutefois évolué pendant la Révolution et l’Empire. Le nombre des négociants-armateurs avait diminué alors comme conséquence de la réduction de la pêche sardinière du fait d’une immobilisation ou de transferts de capitaux, mais surtout en raison de la mobilisation d’une partie des pêcheurs et de la réduction des activités commerciales. Certains ont disparu, d’autres ont changé d’activité, mais un grand nombre a pu se maintenir et ces négociants contrôlent toujours l’essentiel de l’activité. En outre, un certain nombre de presseurs ont profité de la crise de la période révolutionnaire pour capter à leur profit une partie du marché en rachetant des établissements de presse.

6La presse, comme l’armement, nécessite en effet la détention de capitaux. Elle a donc tendance à se concentrer dans les localités où réside déjà une certaine élite de négociants. D’où la croissance dans ces localités d’une bourgeoisie en prise directe avec la pêche sardinière, et dont est issue une grande partie de l’élite négociante. Une des caractéristiques de ces négociants « traditionnels » est donc la poursuite d’activités dans un cadre familial. En outre, les relations commerciales et les alliances familiales ont déterminé la constitution d’un réseau de négociants.

  • 1 Ce mouvement est néanmoins beaucoup plus discret à Port-Louis, siège d’une importante élite négocia (...)

7Mais à côté des presseurs issus de ces familles négociantes, de nouveaux artisans qui disposaient de capitaux ont profité d’un marché très affaibli durant la période de troubles pour s’immiscer dans cette activité. La structure professionnelle des presseurs se diversifie donc. Outre cette diversification de l’origine sociale des presseurs, c’est donc à un mouvement d’émergence d’une nouvelle génération de négociants que l’on assiste1. Ce mouvement se poursuit dans les années 1830-1840. Ces nouveaux presseursarmateurs sont généralement issus de deux milieux socioprofessionnels : des actifs ou des retraités de la Marine - maîtres de cabotage, pilotes,… et des membres des petites bourgeoisies locales jusqu’alors sans rapports directs avec l’industrie halieutique, commerçants, artisans, aubergistes,… Certains ne possèdent qu’une seule qualité professionnelle et sont soit presseurs, soit armateurs. L’armement et la presse tendent donc à devenir des activités distinctes, même si cette mutation demeure très limitée. Mais elle amorcera en réalité une évolution qui s’amplifiera lors du processus d’industrialisation de la production. En outre, une partie de ces nouveaux presseurs ne résistera pas à la reprise en main d’une grande partie du marché par les dynasties négociantes au cours de la deuxième moitié du XIXème siècle.

  • 2 SHM Lorient, série 3 P 2. Registres des rôles de bord au désarmement, quartier de Belle-Ile en Mer, (...)
  • 3 Archives départementales du Morbihan, 6 M 1054, Renseignements statistiques sur les industries, 184 (...)

8Ce contrôle du marché sardinier par les presseurs-armateurs2 place une grande majorité des pêcheurs sous leur coupe3. Une grande partie des marins indépendants qui avaient voulu profiter de la Révolution et de l’Empire pour se démarquer de cette tutelle n’y sont pas parvenu : les pêcheurs propriétaires de leur embarcation et qui ne disposent pas d’un abonnement, c’est-à-dire d’un accord de vente avec les négociants, sont contraints d’acheter la rogue à crédit. En cas de mauvaise saison ils sont obligés d’hypothéquer leur bateau. Le négociant peut alors devenir propriétaire de l’outil de travail du pêcheur, qui est alors contraint de travailler pour son créancier. Les patrons-propriétaires de leur embarcation ne représentent donc qu’une faible partie des armateurs. Outre les difficultés liées à la détention par les négociants tant des débouchés du poisson que du marché de la rogue et qui constituent des freins importants à l’émancipation professionnelle des pêcheurs, le marché sardinier n’est pas suffisamment étendu pour que les autres patrons puissent accumuler assez de capitaux pour acquérir une embarcation.

  • 4 SHM Lorient, Registres des rôles et des matricules des inscrits provisoires, définitifs, et des hor (...)
  • 5 SHM Lorient, Registres des rôles de bord et des matricules.

9La fidélité à un même armateur4, mais aussi à un même patron, est l’un des éléments caractéristiques d’une certaine continuité avec le monde de la pêche de la fin du XVIIIème siècle. Néanmoins, le changement d’origine socioprofessionnelle d’une partie des presseurs a entraîné un changement structurel : cette fidélité tend à devenir moins fréquente au cours de la première moitié du XIXème siècle. Un certain nombre d’engagements ne sont désormais pris que pour une ou quelques saisons. D’autre part, afin de limiter leur dépendance vis à vis des négociants, la majorité des marins ont recours à l’exercice de la pluriactivité. Selon les ports, entre un quart et la moitié des pêcheurs pratiquent régulièrement d’autres activités5 : cabotage, long cours, voire grande pêche. Le marché de la sardine en vert peut, en outre, constituer également, mais dans une moindre mesure, un débouché alternatif pour la pêche sardinière.

  • 6 X. Dubois, La mondialisation en Bretagne à travers la mutation des systèmes sardiniers, in Actes du (...)

10En raison des limitations du marché, les activités sardinières ne représentent durant la première moitié du XIXème siècle qu’une partie des activités économiques locales. Le système sardinier est majoritairement dominé par les élites du monde maritime local ; même si certains acteurs des milieux portuaires, dont la principale activité était jusqu’ici sans liens avec l’économie halieutique, en contrôlent également une partie.6

1.2. L’essor des conserveries : 1840-1880

  • 7 Ministère de la Marine et des Colonies, Statistiques officielles des pêches maritimes.

11L’invention de l’appertisation va induire de profondes mutations au sein des systèmes sardiniers, et en conséquence une évolution dans les rapports socioprofessionnels au sein des milieux portuaires. A partir de la période 1840-1860 cette invention se diffuse rapidement et un grand nombre de conserveries sont implantées dans les ports sardiniers de Bretagne Sud ou dans leurs abords immédiats. A la fin des années 1870, quelques 160 établissements d’appertisation fonctionnent en Bretagne.7

  • 8 94,4 % en 1880 (Statistiques officielles des pêches maritimes, 1881).

12Le développement de la conserverie fournit à la pêche sardinière un nouveau débouché, en élaborant un produit de haute valeur ajoutée dont les qualités et le conditionnement suscitent l’apparition d’un nouveau marché d’exportation. Celui-ci apparaît d’autant plus attractif que les fabricants sont assurés de pouvoir écouler leur production, du fait d’un quasi-monopole français et d’une forte demande internationale, et maintiennerit les cours d’achat à un niveau particulièrement élevé. Ce développement est affecté par des facteurs de croissance régionaux et nationaux, tel l’extension du réseau ferré, mais aussi internationaux, expositions internationales, « ruée vers l’or », consécration du libre-échange, guerre de Sécession… Entre 1840 et 1880, le tonnage des exportations françaises de poisson est multiplié par 80, passant de 210 à près de 17 000 tonnes. Ces exportations sont surtout effectuées au départ de la Bretagne, et sont majoritairement constituées de sardines. Elles constituent l’essentiel des débouchés de la sardine française, au détriment du marché de la presse et du commerce de la sardine en vert qui périclitent rapidement.8

  • 9 A-M. D’avigneau, L’industrie des conserves de poissons en France métropolitaine, Rennes, Imprimerie (...)

13Cette évolution économique se traduit par une perte progressive de la maîtrise locale de l’activité sardinière. En effet les structures socio-économiques archaïques des ports sardiniers bretons ne sont pas adaptées à l’ampleur de ce développement. A côté des presseurs qui ont reconverti leurs capitaux dans l’industrie appertisée, les entrepreneurs appartiennent à des groupes socio-économiques d’origines assez diverses, tant professionnellement que géographiquement9. Il leur suffisait en effet de disposer des capitaux nécessaires à l’établissement et au développement d’une conserverie, ce qui était relativement facile pour les notables et la petite bourgeoisie. Mais avec le développement des exportations, les acteurs des systèmes sardiniers locaux, qu’ils soient conserveurs ou armateurs, doivent désormais posséder la maîtrise de l’expérience des relations commerciales internationales. Aussi le marché va-t-il progressivement être pris en main par des négociants ou des industriels issus des grands centres commerciaux français, tels Nantes ou Bordeaux, bien que certaines entreprises continuent d’être contrôlées par des acteurs locaux. En effet, les entrepreneurs doivent désormais détenir les capacités d’investissement nécessaires à leur positionnement sur le marché mondial. Ils doivent également être en mesure de faire face à la concentration des entreprises qui accompagne ce développement.

  • 10 SHM Lorient, Registres des rôles de bord au désarmement. A Belle-Île par exemple, un tiers des arma (...)

14Les systèmes sardiniers locaux ne sont donc plus contrôlés désormais que très partiellement par les élites locales. Mais un des phénomènes les plus remarquables est sans doute la spécialisation de la maîtrise des activités. Pêche, armement et commercialisation tendent à devenir des activités distinctes, dont le contrôle est détenu par des entrepreneurs distincts, même si une grande partie des gérants ou des propriétaires de conserveries sont également armateurs. La situation tend donc à évoluer, d’une maîtrise verticale des systèmes sardiniers vers une maîtrise horizontale de ces activités. Cette diversification se traduit par une plus grande implication d’acteurs socioprofessionnels portuaires, jusqu’ici en marge de cette activité maritime, tels que les commerçants ou les artisans, qui investissent dans des établissements d’appertisation ou dans des activités d’armement10.

15Parallèlement, le développement sardinier se traduit aussi par une tendance à l’émancipation des pêcheurs vis à vis des armateurs et des détenteurs des débouchés halieutiques. Avec l’élargissement du marché sardinier, les marins sont moins dépendants de ces derniers, c’est-à-dire des conserveurs. Ils peuvent en effet disposer d’un certain choix pour leurs établissements de vente, et peuvent à leur gré modifier ce choix. En outre, les cours sardiniers ont considérablement augmenté, même si le prix de la rogue tend également à s’accroître. Les pêcheurs ont donc la possibilité d’accumuler suffisamment de capital pour acquérir une embarcation. La proportion de patrons-propriétaires est donc en augmentation durant la période 1860-1880. La majorité des bateaux sardiniers continue cependant d’être armée par des tiers : conserveurs, notables, commerçants, artisans.

16L’évolution des conditions socio-économiques va également se traduire par une disparition progressive des pratiques de pluriactivité parmi les pêcheurs sardiniers. Jusqu’aux années 1850-1860, la pluriactivité est une pratique commune, facilitée par le développement limité du marché sardinier. Une proportion importante de marins-pêcheurs s’adonne de manière occasionnelle ou régulière au cabotage et, dans l’autre sens, le passage d’une activité à l’autre reste relativement aisé. Or une spécialisation est intervenue, tant dans le milieu de la pêche que dans celui du cabotage. Celle-ci est due à plusieurs facteurs. Certains sont propres à l’évolution des activités commerciales, augmentation du volume des débouchés sardiniers, associée à un sentiment de prospérité et de confiance. Ils se conjuguent avec la tendance à la spécialisation des ports. Les liens entre le monde du cabotage et celui de la pêche se sont donc distendus, au profit d’une dérive de l’environnement économique vers une monoactivité sardinière.

17De par leur contrôle, respectivement des débouchés sardiniers et du commerce de la rogue, les conserveurs et les grands négociants en rogue ont pris le relais des élites négociantes locales dans la maîtrise décisionnelle du commerce sardinier. Ces systèmes sardiniers restent donc sous le contrôle d’acteurs socio-économiques en prise directe avec les activités halieutiques, même si leur origine géographique s’est diversifiée au détriment d’une partie des élites locales. Parallèlement, les marins commencent progressivement à s’émanciper de la tutelle de ces élites, même si cette évolution est encore très limitée.

1.3. Les crises sardinières de la fin du XIXème siècle

18Cette mutation va s’accélérer de manière brutale au cours des crises sardinières qui vont bouleverser l’équilibre des rapports socioprofessionnels au sein des ports halieutiques de la Bretagne Sud. Une première crise sardinière débute en 1880 et se caractérise par une forte irrégularité des prises sardinières, conséquence d’une variation des facteurs climatiques. Alors que ces difficultés semblent s’atténuer, une seconde crise plus durable va prendre le relais une vingtaine d’années plus tard, caractérisée cette fois par l’apparition et le développement d’une situation concurrentielle. En effet, les nations importatrices de sardines françaises ont profité de la crise précédente pour s’approprier la maîtrise des outils de production et s’insérer sur le marché international, au détriment de la Bretagne qui en détenait alors le leadership absolu. L’offre française venant à faire défaut, les acheteurs étrangers se sont adressés à d’autres fournisseurs, alors même que les fabricants français répercutaient la hausse de leurs coûts de production sur la clientèle. Dès 1906, la balance extérieure du commerce sardinier français devient déficitaire, alors que les industries halieutiques espagnoles et portugaises connaissent un important développement. L’offre nationale dépasse désormais la capacité d’absorption du marché international, envahi de produits venant d’autres pays.

19Ce phénomène va avoir plusieurs conséquences, tant pour les producteurs que dans l’organisation socioprofessionnelle locale. Une partie des investisseurs traditionnels, en l’occurrence les armateurs, se désengagent d’une activité dont la rentabilité est devenue trop irrégulière. La majorité des pêcheurs doivent désormais assumer l’armement de leur embarcation. Cependant, en raison de la crise qui affecte leurs revenus, seuls certains d’entre eux ont la capacité d’assumer cette charge. La plupart des marins sont contraints d’avoir recours à une assistance extérieure, même si l’Etat commence à mettre à leur disposition des organismes d’achat ou de crédit mutuel comme le Crédit Maritime ; ces derniers ne font parfois qu’institutionnaliser une solidarité professionnelle déjà effective. Si les pêcheurs peuvent parfois s’orienter vers la constitution d’associations professionnelles ou vers un soutien familial, la solution la plus fréquente consiste, par obligation, à s’adresser à un cautionnaire pour l’avance des frais d’armement. Les marins - au sens large du terme, maîtres de cabotage, autres patrons, … n’ont qu’une place réduite dans ce cautionnement. En revanche les professionnels qui ont bénéficié indirectement du développement sardinier - artisans, commerçants, … disposent des capitaux nécessaires au soutien financier de la pêche sardinière. Cette injection de capitaux a pour objectif de soutenir une activité dont le succès est nécessaire au maintien de leur propre prospérité.

20En raison de la crise, les liens de dépendance se renouent donc entre les pêcheurs sardiniers et la petite bourgeoisie locale. Cette évolution s’est effectuée de manière parallèle avec le déclin de l’influence des négociants roguiers. En effet le marché de la rogue, dont ils détenaient jusqu’alors la maîtrise, est passé sous le contrôle des exportateurs norvégiens qui se sont regroupés. Les conserveurs eux-mêmes, affaiblis par les crises, ont dû tenter de limiter leurs coûts de production. Si une partie seulement d’entre eux ont délocalisé certains de leurs établissements à l’étranger, la diminution des cours sardiniers, maintenus jusqu’alors artificiellement élevés, est une solution que tous ont dû adopter afin de se plier aux exigences d’un marché désormais international et concurrentiel. Les pêcheurs, qui ont des difficultés à saisir les mécanismes de la crise et qui subissent les conséquences financières de cette politique, rejettent la responsabilité des ces difficultés sur les entrepreneurs.

21Cette incompréhension mutuelle va se traduire par la naissance d’un corporatisme chez les pêcheurs sardiniers, d’autant que la crise est intervenue au terme d’un processus de spécialisation des activités et des infrastructures portuaires, évolution vers une situation de fait de monoactivité sardinière, et que le recours à la pluriactivité est donc de ce fait devenu caduc. Ces deux phénomènes d’incompréhension et de corporatisme se conjuguent avec une évolution des conditions de vie sociales et culturelles des marins pour susciter l’apparition inédite de tensions entre les différents acteurs des systèmes sardiniers locaux ; tensions que vient renforcer l’apparition de regroupements au sein des mouvements syndicaux.

2. Représentations et identité du monde sardinier

22Ces différentes mutations des rapports socioprofessionnels au sein des environnements portuaires sardiniers, sur lesquelles nous reviendrons dans nos conclusions, se sont en effet effectuées de manière parallèle à une évolution des représentations de ces acteurs. Le développement de l’industrie sardinière, puis les crises qu’elle a subies, ont en effet provoqué une évolution dans les représentations du monde de la pêche comme de ses acteurs.

  • 11 Malgré une courte crise non représentative à Belle-Île entre pêcheurs sardiniers et patrons le 30 j (...)

23En un siècle, l’image du pêcheur à demi sauvage, marginal et violent, agrémentée de connotations parfois très anciennes, celle du marin provocateur de naufrages par exemple, s’est effacée au profit de celle du travailleur de la mer. Celle-ci est chargée d’une connotation sociale : en tant que travailleur à part entière, même si ses conditions de travail sont spécifiques, le marin-pêcheur est désormais intégré à une structure sociale plus globale. Son travail est enfin considéré comme une profession à part entière, même s’il conserve un côté pittoresque et romantique. La sémantique elle-même traduit cette évolution. Le « chef de pêche » est désigné au début du XIXème siècle sous le nom de « maître de chaloupe » ou « maître de barque », ce qui ne le distingue guère du marin caboteur. Le terme de patron-pêcheur employé quelques décennies plus tard, qui distingue nettement celui-ci du capitaine de cabotage, rend compte de l’acquisition d’un statut réellement particulier. Plus que le statut professionnel, c’est le statut social qui est distingué, et un groupe social qui est reconnu. Ce groupe est relativement homogène au niveau local, même si des dissensions peuvent y surgir. Dans les faits le statut du patron n’est guère différencié de celui du matelot11. Le matelot est effectivement considéré par le patron presque autant comme un associé, c’est d’ailleurs parfois le cas, que comme un employé ou un subalterne.

24Le corporatisme s’établit lors des situations conflictuelles avec usiniers et armateurs. Une partie des problèmes rencontrés lors des crises sardinières résulteront de la confrontation entre ces réalités de la micro-sociologie et celles de la macro-économie - tendance à mondialisation des échanges. A la fin du XIXème siècle, du fait de la médiatisation des actions syndicales, de la paupérisation des familles des pêcheurs sardiniers, mais aussi semble-t-il d’un certain agrégat effectué dans les représentations avec les autres acteurs de l’industrie sardinière - ouvriers des conserveries-, le pêcheur se voit également attribuer une image proche de celle du prolétaire. Paradoxalement il conserve dans le même temps une image romantique, qui semble cependant concerner plus le monde de la pêche dans son ensemble que le pêcheur en tant qu’individu. Les pêcheurs eux-mêmes semblent désormais prendre conscience de leur entité sociale, comme en témoigne l’extension du corporatisme à partir du dernier tiers du XIXème siècle. La survenue des crises sardinières contribuera à alimenter une mémoire collective basée sur le mythe de la prospérité sardinière perdue.

25Parallèlement, la visite des romantiques - puis des impressionnistes - en Bretagne « territoire reculé », va contribuer, en agissant comme un instrument de médiatisation, à donner un visage particulier aux représentations de la pêche côtière, qui revêt alors une image pittoresque. Le port de pêche, les embarcations sardinières deviennent des éléments incontournables de la représentation des localités sardinières bretonnes. Cette sur-représentation iconographique rend compte de l’importance socio-économique acquise par cette activité sur le littoral de la Bretagne Sud. Elle laisse de côté les activités rurales dont l’importance économique est tout aussi grande, mais qui ne revêtent pas de caractère romantique et ne correspondent plus à la mentalité de la seconde moitié du siècle, plus résolument tournée vers le progrès et le modernisme. Or l’industrie sardinière caractérise ce modernisme pour la Bretagne. Paradoxalement cependant, si l’activité sardinière peut un temps symboliser ce modernisme, le principal instrument de celui-ci n’est guère représenté. Les représentations iconographiques des usines sont en effet beaucoup plus rares que celles des activités de pêche, même si ce monde industriel local est pourtant tout aussi souvent évoqué dans la presse écrite classique. L’image de l’industrie sardinière est celle du progrès et, du moins jusqu’aux crises, seuls les hygiénistes et les voyageurs anglais évoqueront certains aspects négatifs de ce milieu industriel. Cette facette de la représentation de ce monde maritime reflètera en partie, à la fin du siècle, le mythe de la prospérité sardinière et pourra contribuer à son développement.

26Ainsi la représentation du monde sardinier oscille entre romantisme et modernisme. La pêche peut apparaître comme évocatrice d’un certain passé perdu alors que l’industrialisation sardinière fait référence au progrès. L’image romantique du port de pêche pourra contribuer à l’apparition, puis au développement, des bains de mer sur une partie du littoral breton, mais aussi au maintien de l’image d’une région encore arriérée ; l’accent étant souvent mis sur les représentations les plus pittoresques et les plus traditionnelles.

27Cette image se maintient durant les crises sardinières et accentue le paradoxe d’une représentation à la fois basée sur le romantisme et sur le modernisme. Dans la presse écrite, par l’intermédiaire des supports iconographiques diffusés auprès du public, cartes postales, la représentation du pêcheur en costume traditionnel, de la petite embarcation de pêche, côtoie en effet les allusions de plus en plus fréquentes à l’essor du mouvement syndical, articles et cartes postales sur les mouvements de grève, et à la mondialisation de l’industrie sardinière. Une telle situation entraîne un nouveau paradoxe : l’image du pêcheur romantique et pittoresque, de la gent héroïque et innocente, côtoie celle du marin violent et socialement potentiellement dangereux en raison de son rapprochement, voire son intégration, avec la classe ouvrière.

28On peut le constater : les mutations d’ordre économique des systèmes sardiniers des ports bretons du XIXème siècle ont généré de nombreuses évolutions tant dans la dynamique des rapports socioprofessionnels qu’en ce qui concerne la représentation du milieu et des acteurs sardiniers.

29La situation a évolué d’une activité sardinière globalement dominée par des acteurs professionnels issus du monde maritime, presseurs, armateurs, mais qui ne constituaient qu’une composante des environnements socio-économiques portuaires, à une activité globalement dominée par les activités halieutiques, mais pour lesquelles les acteurs issus du monde maritime ne constituent plus que l’une des composantes du pouvoir décisionnel, désormais plus influencé par des facteurs internationaux que par des facteurs régionaux.

30Cette évolution a permis l’émergence et surtout la reconnaissance des marins sardiniers en tant que groupe socioprofessionnel à part entière ; mais elle s’est également concrétisée par la perte d’une grande partie de la maîtrise locale du pouvoir de décision économique.

Bibliographie

Bibliographie

Cabantous Alain, Les citoyens du large. Les identités maritimes en France, XVIIème-XVIIIème siècles, Paris, Aubier, 1995.

D’avigneau André-Marie, L’industrie des conserves de poissons en France métropolitaine, Rennes, Imprimerie Bretonne, 1958.

Dubois Xavier, Les armateurs-presseurs sardiniers face à la mutation de la presse à la conserverie dans l’arrondissement de Lorient (1830-1860), in « Pêche côtière et exploitation du littoral », Actes du colloque, Tatilhou, 2000. (à paraître 2002)

Dubois Xavier, Une étude synthétique des phénomènes d’adaptabilité en période de crise : l’attitude des pêcheurs morbihannais face à la crise sardinière (1881-1913), in Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 2001.

Dubois Xavier, La mondialisation en Bretagne à travers la mutation des systèmes sardiniers (milieu XIXème - début XXème siècle), in « La Bretagne à l’heure de la mondialisation », Actes des premières journées de la recherche en sciences humaines et sociales en Bretagne, Rennes, 2000. (à paraître 2002)

Le Bouedec Gérard, Chappe François (sous la direction de), Représentations et images du littoral. Actes de la journée d’études de Lorient, 1997, Rennes, PUR, 1998.

Saint-Leon Martin, Seilhac Léon de, La crise sardinière, Paris, Rousseau, 1913.

Vourc’h François, Analyse des rapports sociaux dans la pêche artisanale, histoire et évolution, Paris, CORDES.

Les mutations des systèmes sardiniers en Bretagne Sud au XIXème siècle font actuellement l’objet d’une thèse de doctorat à l’Université de Bretagne Sud (Lorient), dont le terme est prévu au cours de l’année 2002.

Notes

1 Ce mouvement est néanmoins beaucoup plus discret à Port-Louis, siège d’une importante élite négociante sardinière.

2 SHM Lorient, série 3 P 2. Registres des rôles de bord au désarmement, quartier de Belle-Ile en Mer, 1913-1840 : durant cette période, les armements non patronaux représentent entre 70 et 75 % des armements sardiniers. Les trois quarts d’entre eux sont contrôlés par les dynasties négociantes. La situation est similaire dans les autres ports sardiniers de Bretagne Sud, hormis à Groix où les négociants port-louisiens se désengagent de la presse à partir de la fin des années 1820, afin de recentrer leurs activités.

3 Archives départementales du Morbihan, 6 M 1054, Renseignements statistiques sur les industries, 1847 : doit-on dès lors considérer ces pêcheurs comme des employés de presse ? En 1847 par exemple, les huit presseurs-armateurs de la région d’Erdeven emploient 74 personnes aux postes de fabrication mais rémunèrent également, par le biais du système des parts, 490 marins-pêcheurs représentant la grande majorité des effectifs locaux.

4 SHM Lorient, Registres des rôles et des matricules des inscrits provisoires, définitifs, et des hors de service, 1815-1860. Ainsi, durant la période 1825-1837, 46 % des pêcheurs sardiniers port-louisiens ne changent pas d’armateur, 13 % changent d’armateur tous les 3 à 5 ans. Tous s’engagent pour une année entière ou pour la durée d’une saison de pêche complète.

5 SHM Lorient, Registres des rôles de bord et des matricules.

6 X. Dubois, La mondialisation en Bretagne à travers la mutation des systèmes sardiniers, in Actes du colloque international « La Bretagne à l’heure de la mondialisation », Rennes, décembre 2000. A paraître, PUR, 2002.

7 Ministère de la Marine et des Colonies, Statistiques officielles des pêches maritimes.

8 94,4 % en 1880 (Statistiques officielles des pêches maritimes, 1881).

9 A-M. D’avigneau, L’industrie des conserves de poissons en France métropolitaine, Rennes, Imprimerie Bretonne, 1958 ; Archives départementales du Morbihan, séries diverses (dont M, Q, 1 Z) ; Archives municipales de Port-Louis, Belle-Île, Etel et Groix.

10 SHM Lorient, Registres des rôles de bord au désarmement. A Belle-Île par exemple, un tiers des armateurs sont patronaux en 1868.

11 Malgré une courte crise non représentative à Belle-Île entre pêcheurs sardiniers et patrons le 30 juin 1913 (Archives Municipales de Palais, série D. registre des délibérations du conseil municipal, 19 août 1913).

Auteur

SOLITO, Université de Bretagne-Sud, Lorient

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540