Version classiqueVersion mobile

Les origines. Une lecture de La Fortune des Rougon

 | 
Sylvie Thorel

Chapitre 5. Raconter l’empire

Texte intégral

À propos de l’histoire de Jules César

1La condamnation du coup d’État et la réflexion sur le siècle qu’elle engage prend donc la forme d’un récit et d’une analyse politique redoublée par des développements allégoriques, au cœur d’un roman qui conduit des intrigues parallèles et les noue en donnant l’impression que l’histoire, loin de se dérouler d’une façon linéaire, avance par saccades, se répète, est susceptible de se rejouer : chaque moment coïncide avec une possibilité de réorientation de son cours. Certes, la lecture des dossiers préparatoires des Rougon-Macquart doit convaincre que les préoccupations essentielles de Zola, à partir de 1868, étaient d’ordre physiologique : ses notes sur les ouvrages de Letourneau et de Lucas étaient très abondantes et il a beaucoup réfléchi à l’organisation du personnel de son roman, en s’appuyant sur l’hérédité. Toutefois les dossiers préparatoires donnent une idée partielle de son travail ; l’examen des articles contemporains de ces brouillons a aussi montré que, à cette époque, son engagement républicain était radical et qu’il s’exprimait de préférence dans des articles pamphlétaires empruntant la forme de saynètes ou de tableaux allégoriques, ainsi celui consacré aux épaules de la marquise (La Cloche, 21 février 1870) ou celui portant sur la poupée Catherine (La Cloche, 18 avril 1870) ; on se souvient même que le peuple était présenté, dans une causerie de La Tribune (3 janvier 1869) comme un brave charron, futur époux de la France, qui évoquait Silvère. Le 13 février 1870, dans La Cloche, une chronique intitulée « La fin de l’orgie » semblait, par anticipation, résumer même La Curée et elle annonçait Le Ventre de Paris, en filant l’une des métaphores principales de La Fortune des Rougon :

Ah ! quelle curée que le second Empire ! Dès le lendemain du coup d’État, l’orchestre a battu les premières mesures de la valse, et vite le thème langoureux est devenu un galop diabolique. Ils ont mis les mains aux plats, en plein dans la sauce, mangeant goulûment, s’arrachant les morceaux de la bouche. Ils se sont rués à la satisfaction de leurs appétits, avec un emportement de bête, et lorsqu’ils ont été gorgés, ils ont mangé encore. Ils mangent toujours.

2Ces chroniques aussi bordent étroitement la préparation des Rougon-Macquart et en particulier de La Fortune des Rougon, le seul roman de la série écrit avant la chute de l’Empire et l’exil de Napoléon III ; un projet de réclame, datant de la publication du roman en volume, laisse penser que l’auteur en avait pleine conscience :

La Fortune des Rougon, c’est l’histoire du coup d’État, le récit de l’horrible tuerie qui a eu lieu dans le Var, lors de l’insurrection de décembre. M. Émile Zola, dans un drame saisissant, montre le soulèvement républicain, les lâchetés et les infamies des réactionnaires, la curée ardente de la République. Pleine de détails horribles et réels, l’œuvre a une grande puissance dramatique. L’auteur, au milieu de ces horreurs, a mis une idylle exquise, un conte grec, l’amour de deux enfants dont les balles bonapartistes tuent la poitrine. Nous recommandons vivement ce roman étrange et passionné qui est à la fois un pamphlet politique, une étude historique et une œuvre littéraire.

3« Étude historique », le roman l’est dans ses aspects documentaires, quand il relate en effet l’insurrection du Var d’une façon assez précise pour que Robert Agulhon en identifie les moindres détails ; « pamphlet politique », quand il raconte le coup d’État à travers les aventures et mésaventures des Rougon, rendues caricaturales ; « œuvre littéraire » ne se commente pas mais on peut penser que, dans l’esprit de Zola, c’est l’histoire de Miette et de Silvère qui installe une « puissance dramatique » dans La Fortune des Rougon et lui confère sa dimension romanesque. Zola met donc lui-même en évidence, dans ces quelques lignes, la complexité d’un texte multiple, fondé sur des jeux de variation autour de l’événement fondateur de l’Empire.

  • 1 On en trouve une preuve dans les « Notes générales sur la nature de l’œuvre », où il rappelle : «  (...)
  • 2 La guerre n’avait pas encore éclaté mais on pressentait la fin d’un règne, comme le montrent les d (...)

4Après sa lecture de Thérèse Raquin, Taine avait engagé le romancier à élargir son cadre et celui-ci devait donc l’écouter1 à une époque où, achevant Les Mystères de Marseille et commençant de faire campagne pour la République dans la presse, il était absorbé par des réflexions politiques. Le projet qu’il mettait en place était d’une extraordinaire singularité, quoiqu’il lui ait en partie été inspiré par la lecture de Balzac (comme en témoigne la section « Différences entre Balzac et moi » des dossiers préparatoires) : alors que l’auteur de La Comédie humaine n’avait trouvé le principe unificateur de son œuvre que dans l’après coup, à l’occasion de l’écriture du Père Goriot, Zola projetait en effet de composer tout un cycle, relatif à une époque historique récente et relativement délimitée2, dans une perspective qu’on peut qualifier de militante. Dans les notes sur la « nature de l’œuvre », il exprimait la préoccupation de varier ses personnages, au lieu de « mettre en scène le même bonhomme nerveux » (p. 484) et de « donner une unité à [s]es livres » (p. 485) ; le principal moyen d’y parvenir s’est trouvé dans le recours aux théories de l’hérédité, qui présentaient de nombreux avantages. Le premier est qu’elles étaient scientifiques et, par conséquent, peu contestables a priori ; elles permettaient d’autre part de créer des personnages liés entre eux mais divers (ici interviennent les jeux de l’imitation et de l’invention), de concevoir pour la famille un lieu d’origine et de l’installer dans une durée. Enfin l’hérédité met en cause, par définition, la transmission et la persistance du passé dans le présent ; parce qu’elle constitue un fil rattachant une génération aux précédentes, elle peut enfin être appréhendée comme une manière de l’histoire ou comme son analogue – ce qui suppose alors que les personnages, tout en étant présentés comme des individus particuliers, permettent simultanément de raconter la période choisie : Nana réalise parfaitement cette visée puisque, née en 1852 et morte à la veille de Sedan (comme Jacques Lantier), envolée des charniers et des ruisseaux pour corrompre les hautes sphères avant que la pourriture ne lui remonte au visage, elle peut constituer une allégorie de l’Empire. L’hérédité apporte ainsi à l’œuvre un principe formel (c’est la question de l’unité et des jeux de variations dont il a déjà été question) en même temps qu’elle procède d’une certaine idée de l’histoire ; elle constitue, en d’autres termes, une figure.

5L’idée de l’histoire dont il s’agit n’est pas propre à Zola, elle se rattache à des préoccupations qui se sont fait jour dès la première moitié du XIXe siècle dans les milieux socialistes et elle connaît des prolongements dans les pensées de Freud, de Nietzsche et, plus tard, de Walter Benjamin. Il semble que la révolution de 1848, avec les massacres de juin, puis le coup d’État de Louis-Napoléon Bonaparte aient spécialement contribué à son élaboration ; en se reportant à cet événement au seuil des Rougon-Macquart, Zola entreprend donc aussi une justification de sa manière particulière d’écrire l’histoire.

6Dans l’article qu’il a consacré à l’Histoire de Jules César, publiée anonymement par Napoléon III lui-même, le romancier exploitait dès 1865 une occasion d’exposer ses propres conceptions, en s’appuyant aussi sur sa grande connaissance de l’œuvre de Taine. Il y présentait « le système historique » de l’auteur, un système abstrait suivant lequel les événements sont les produits de la volonté de quelques grands hommes – ce qui à ses yeux relève de « la spéculation pure ». À l’exaltation de l’homme providentiel, Zola oppose la conviction que « les conquérants, au contraire, ne sont qu’une crise suprême dans les maladies des sociétés » (p. 162) :

Ces hommes de génie se produisent d’ordinaire dans les époques de transition et reculent les dénouements ; ils arrêtent le mouvement des esprits, donnent aux peuples pour quelques années une paix relative, puis leur laissent en mourant la difficulté de reprendre le problème social au point délicat que la nation étudiait avant leurs batailles et leurs conquêtes.

7Zola conteste donc que l’histoire puisse s’incarner dans un homme, qu’il soit César ou Napoléon, et il rejette au-delà toute forme de téléologie : aucun providence n’accomplit, selon lui, ses desseins dans les péripéties humaines et, s’il admet que l’histoire soit « une succession d’épisodes liés les uns aux autres, s’expliquant mutuellement », il ne conçoit aucun moment comme l’aboutissement de tout ce qui précédait :

  • 3 « Histoire de Jules César », dans Mes Haines, Paris, Achille Faure, 1865 ; OC, t. X, successivemen (...)

César n’est pas le résultat immédiat et complet des premiers rois et de la République de Rome. Il n’est lui-même que l’anneau d’une chaîne qui s’allongera : si la République le portait en elle, comme élément de sa propre dissolution, il porte en lui l’Empire, Néron et Caligula, les germes de la terrible maladie qui rongera le peuple romain3.

8Un écho de cette réserve se trouve dans le roman, où les lettres d’Eugène désignent Bonaparte comme « l’homme nécessaire et fatal qui seul pouvait dénouer la situation » (p. 150) et il annonce une « catastrophe finale » qui paraît à Félicité « une sorte de fin du monde ».

9Le point de vue adopté par Zola n’est pas celui des gouvernants mais celui des peuples et la question qui le retient est sociale avant d’être politique. S’il admet qu’œuvre un principe de causalité dans l’histoire, les ressorts de cette causalité lui semblent complexes et imbriqués, aucune linéarité du cours historique ne lui apparaît. En revanche il raisonne en termes d’espérance, en identifiant le progrès dans une perspective qui n’est pas technique mais morale, puisqu’il s’agit de la justice et de la paix.

  • 4 György Lukács, dans Le roman historique [1937], écrit que, après 1848, « l’histoire, dans une mesu (...)
  • 5 L’Idéologie allemande, écrit en 1845 et 1846, est une œuvre posthume dont Zola n’a, par définition (...)
  • 6 On lit dans les « Notes générales sur la nature de l’œuvre » : « Prendre avant tout une tendance p (...)

10Le rapt de la révolution de 1848 par les bourgeois de juin, qui conduit à l’élection du prince Bonaparte, a été un événement décisif dans l’histoire des représentations de l’histoire parce qu’il mettait en évidence un principe de répétition, d’où la difficulté de raisonner en termes de progrès : elle ne permettait pas de penser qu’un moment pût être l’aboutissement nécessaire de tout ce qui l’avait précédé4. Plus précisément, les circonstances de 1848 puis de 1851 obligeaient à reconsidérer la thèse hégélienne suivant laquelle la succession historique est déterminée par un enchaînement logique et, par conséquent, à reconsidérer les manières ordinaires de raconter. La pensée de Zola rejoint celle de Marx, telle qu’elle s’exprimait dans L’Idéologie allemande5 : il exige que les idées soient rapportées aux individus qui les conçoivent, au lieu de les considérer de manière théorique et abstraite ; il refuse de regarder l’histoire comme une puissance autonome orientée par un sens mais s’attache aux conflits et aux ruptures, qui bouleversent toute espèce de linéarité ; enfin il adopte une perspective matérialiste6 en se concentrant sur les appétits, les intérêts que ses protagonistes, et derrière eux les classes sociales auxquels ils appartiennent, s’acharnent à satisfaire. Dans ces conditions, le choix de se concentrer sur une famille, avec la grande question de l’hérédité qu’elle transporte, prend un relief particulier. On lit en effet, sous la plume de Marx :

  • 7 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 323.

L’histoire n’est rien que la succession des générations, qui viennent l’une après l’autre et dont chacune exploite les matériaux, les capitaux, les forces productives légués par toutes les générations précédentes ; par conséquent, chacune d’elles continue, d’une part, l’activité traditionnelle dans des circonstances entièrement modifiées et, d’autre part, elle modifie les anciennes conditions par une activité totalement différente7.

11Ces lignes sont antérieures à 1848, la pensée de Marx s’est élaborée avant qu’un nouveau Napoléon ne vienne caricaturer la posture de celui qui, à Iéna, apparaissait à Hegel comme « l’Esprit du monde […] monté sur son cheval », mais il est bien assuré que la thèse de l’homme providentiel, qui condense en la caricaturant la pensée hégélienne de l’histoire, devait trouver sa réfutation dans la répétition parodique et grotesque de 1851.

  • 8 Marx examine cette nécessité dans L’Idéologie allemande mais c’est Walter Benjamin qui poussera le (...)
  • 9 Dans le chapitre du Roman historique qui porte sur les changements de la conception de l’histoire (...)

12Au moment, donc, où Zola tente de prendre place dans le champ littéraire en élargissant son cadre et en prenant pour objet le règne contre lequel il s’acharne, parallèlement, par l’écriture de chroniques et de pamphlets, la réflexion qu’il mène sur les origines de l’Empire le conduit à se demander comment on peut raconter l’histoire d’une façon qui ne soit ni abstraite et téléologique, c’est-à-dire menée du point de vue des vainqueurs8, ni systématique comme celle de Taine, qui à ses yeux abuse de l’outil déterminisme. La réponse implicite à cette question, la réponse par la preuve, est que le roman constitue la forme la plus appropriée, en ce qu’elle permet de multiplier les perspectives, de briser ou retourner les chronologies, de faire droit aux conditions d’existence des protagonistes de l’histoire. C’est ce que réalise Zola en composant La Fortune des Rougon, en même temps qu’il développe sa propre théorie de l’histoire, au moins du XIXe siècle, suivant une réflexion très voisine de celle de Marx9.

La blague sinistre du 2 décembre 1851

  • 10 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 89.

13La caricature du coup d’État que présentent les Rougon désigne celui-ci comme un événement qui n’en serait pas un, un événement qui en rappellerait assurément un autre (le coup d’État du 18 brumaire) mais qui serait en lui-même parodique. L’imitation du 2 décembre, et du 18 brumaire à travers lui, à laquelle se livre Rougon tend à l’allégoriser en le simplifiant, elle le caricature et en dégage la grimace. Zola procède à une simplification et une réduction qui dénoncent ce qu’on appelait, au XIXe siècle, la blague et il inscrit la prise de pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte dans ce que Marx appelle « une histoire sans événement10 ».

  • 11 Pierre-Joseph Proudhon, La Révolution sociale démontrée par le coup d’État du 2 décembre, Paris, G (...)

14L’épisode du guet-apens, avec la complicité de deux frères, montre le ressort principal de Louis-Napoléon Bonaparte : la crise de la République conduisait à prétendre la sauver par un détournement violent, qui apparaissait aux tenants de l’ordre comme la promesse d’un retour au passé. La restauration du suffrage universel, symbole républicain, aux fins d’un référendum installant officiellement le dictateur au pouvoir, illustre la logique perverse qui menait au Second Empire ; jouant de toutes les ambiguïtés, et aussi du fait que « chaque parti a ses grotesques et ses infâmes » (p. 197), Bonaparte tirait son épingle du jeu, profitait d’un curieux concours de circonstances que Proudhon a longuement commenté dans son étude du coup d’État : il consiste dans l’effacement des distinctions entre ceux-là même qui, a priori, sont des ennemis11. On peut alors concevoir la succession sarcastique de deux scènes, où chaque frère se préoccupe d’une proclamation. D’abord Macquart et les siens :

Déjà il songeait aux grandes mesures révolutionnaires : la nomination d’une Commune dont il serait le chef, l’emprisonnement des mauvais patriotes et surtout des gens qui lui déplaisaient. La pensée des Rougon vaincus, du salon jaune désert, de toute cette clique lui demandant grâce, le plongeait dans une douce joie. Pour prendre patience, il avait résolu d’adresser une proclamation aux habitants de Plassans. Ils s’étaient mis quatre pour rédiger cette affiche. Quand elle fut terminée, Macquart, prenant une pose digne dans le fauteuil du maire, se la fit lire, avant de l’envoyer à l’imprimerie de L’Indépendant, sur le civisme de laquelle il comptait. Un des rédacteurs commençait avec emphase : « Habitants de Plassans, l’heure de l’indépendance a sonné, le règne de la justice est venu… » lorsqu’un bruit se fit entendre à la porte du cabinet, qui s’ouvrait lentement (p. 330).

15Il est en soi très parlant que le représentant de la réaction et celui de l’insurrection soient demi-frères ; cette proximité se traduit par la facilité avec laquelle la proclamation est retournée par Rougon après sa victoire :

Le jour grandissait, la ville allait s’éveiller, il s’agissait de prendre un parti. Roudier déclara qu’avant tout il serait bon d’adresser une proclamation aux habitants. Pierre, justement, lisait celle que les insurgés avaient laissée sur une table.
« Mais, s’écria-t-il, voilà qui nous convient parfaitement. Il n’y a que quelques mots à changer. »
Et, en effet, un quart d’heure suffit, au bout duquel Granoux lut, d’une voix émue :
« Habitants de Plassans, l’heure de la résistance a sonné, le règne de l’ordre est revenu … »
Il fut décidé que l’imprimerie de La Gazette imprimerait la proclamation, et qu’on l’afficherait à tous les coins de rue (p. 335).

16La facilité de ce retournement indique que les temps sont mûrs pour que Louis-Napoléon Bonaparte, profitant également de la division du parti de l’ordre et de l’immaturité des républicains, triomphe ; l’Empire paraît un résultat logique de la situation de la France à partir de l’expédition de Rome en juin 1849.

17Dans ces conditions, et le bris de la glace pourrait bien le signaler, le 2 décembre de Louis-Napoléon Bonaparte et le 7 décembre de Pierre Rougon ne constituent pas tant un événement qu’ils ne manifestent l’absence d’événement, une forme d’arrêt de l’histoire. L’évocation de cette soirée où des ombres inquiétantes et ridicules circulent en catimini dans la ville, portant un arsenal quand les insurgés ont déjà quitté les lieux, montre une pantomime creuse, dans un théâtre d’ombres qui suggère la mise en place d’un gouvernement des simulacres. L’image de Macquart, installé dignement dans le fauteuil du maire, puis de Rougon, saluant à la façon du prince président en attendant l’instauration de l’Empire (p. 337), pourraient bien condenser cette idée.

  • 12 Dans Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, on lit à propos des manifestations du 13 juin 1849 : « L’é (...)

18L’événement tient encore sa curieuse inexistence de marquer l’anniversaire de l’Empire (le 2 décembre 1803) et d’Austerlitz (le 2 décembre 1804) et de réverbérer lointainement le coup d’État de Napoléon Bonaparte. Que Félicité regarde successivement son salon jaune comme le champ de bataille d’Austerlitz12 et celui de Waterloo est ridicule ; si le salon en question a quelque droit à être orné des lithographies qui évoquent la gloire de l’empereur, puisqu’il défend la cause bonapartiste, l’image de celui-ci n’en est pas moins dégradée. Il est plus ridicule encore que Rougon ait l’impression d’agir en « grand général » (p. 329) quand il dispose son infâme troupe des quarante et un à prendre les armes contre une vingtaine d’hommes aux intentions pacifiques. Sicardot, l’illustre ganache de la Grande Armée, tient le rôle comique et inquiétant du zélateur, capable de s’exclamer qu’« un Napoléon peut seul aujourd’hui protéger les personnes et les propriétés menacées » (p. 160), de rêver pour sa fille d’un tabouret aux Tuileries et de prononcer ces derniers mots du roman, après le geste parodique de passer le coquet ruban rose de Félicité à la boutonnière de Rougon : « Sacrebleu ! s’écria Sicardot, voulez-vous bien vous garder ça ? c’est un vieux soldat de Napoléon qui vous décore ! » (p. 451).

19La réaction s’empare du même coup des références romaines et spartiates qui entouraient l’image de Napoléon, qu’on évoque Brutus, qu’une attitude rappelle Caton, qu’une lettre mal écrite paraisse laconique, ou qu’un geste fasse penser Aristide à Léonidas aux Thermopyles, le tableau de David dans lequel les admirateurs de Napoléon voyaient un portrait de l’empereur pressentant avec dignité sa prochaine défaite. Images et nuées, supposées inscrire de la grandeur au cœur de la hideur la plus répugnante, et aberrations aussi puisque toutes ces figures appartiennent à ce qu’on pourrait appeler le folklore de la Convention, soit de la Ire République. C’est bien encore l’indice de l’ambiguïté fondamentale exploitée par Louis-Napoléon Bonaparte que Zola ridiculise, en s’accordant une fois de plus avec Marx :

  • 13 Ibid., p. 49.

Hegel fait quelque part cette remarque que tous les grands événements et personnages historiques se répètent pour ainsi dire deux fois. Il a oublié d’ajouter : la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce. Caussidière pour Danton, Louis Blanc pour Robespierre, la Montagne de 1848 à 1851 pour la Montagne de 1793 à 1795, le neveu pour l’oncle. Et nous constatons la même caricature dans les circonstances où parut la deuxième édition du 18 brumaire13.

  • 14 Voir l’ouvrage de Nathalie Preiss : Pour de rire ! La blague au XIXe siècle, Paris, PUF, 2002.

20On se trouve bien dans l’ordre de la blague, cette enveloppe gonflée d’air qui révèle son inanité sitôt qu’on la crève. L’étymologie de blague renvoie à la vessie de porc, dont on faisait les blagues à tabac ; son sens figuré trouve son origine dans les rodomontades des soldats et elle peut être définie comme une parole hâbleuse, enflée, qui renvoie moins au mensonge qu’au vide ; l’équivalent anglais en est le puff, qui désigne à la façon d’une onomatopée une réclame exorbitante et bien sonore. Son explosion, comme celle d’une glace transpercée par une balle partie toute seule, des mains d’un poltron, met le simulacre en évidence14 : « Le coup part, j’entends siffler la balle à mon oreille, et, paf ! la balle va casser la glace de M. le Maire » (p. 347).

Notes

1 On en trouve une preuve dans les « Notes générales sur la nature de l’œuvre », où il rappelle : « Taine dit cependant : faites fort et général. »

2 La guerre n’avait pas encore éclaté mais on pressentait la fin d’un règne, comme le montrent les diverses publications déjà mentionnées, en particulier celle de Taxile Delord.

3 « Histoire de Jules César », dans Mes Haines, Paris, Achille Faure, 1865 ; OC, t. X, successivement p. 159 et 162-164.

4 György Lukács, dans Le roman historique [1937], écrit que, après 1848, « l’histoire, dans une mesure croissante, n’est plus conçue comme la préhistoire du présent » (Robert Saillet trad., Paris, Payot, 1965).

5 L’Idéologie allemande, écrit en 1845 et 1846, est une œuvre posthume dont Zola n’a, par définition, pas pu prendre connaissance.

6 On lit dans les « Notes générales sur la nature de l’œuvre » : « Prendre avant tout une tendance philosophique, non pour l’étaler, mais pour donner une unité à mes livres. La meilleure serait peut-être le matérialisme » (p. 485).

7 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 323.

8 Marx examine cette nécessité dans L’Idéologie allemande mais c’est Walter Benjamin qui poussera le plus loin une réflexion sur ce sujet dans ses thèses Sur le concept d’histoire, dans le prolongement de ses investigations sur le Paris du Second Empire et ses réverbérations poétiques.

9 Dans le chapitre du Roman historique qui porte sur les changements de la conception de l’histoire après la révolution de 1848, Lukács souligne « le caractère commun des tendances dans la façon de réagir à la réalité, qui dans l’histoire et la littérature produisent des contenus et des formes analogues de la conscience historique. Ces tendances ont leurs racines dans le changement brièvement indiqué de toute la vie politique et intellectuelle de la classe bourgeoise. Si des historiens particuliers ou des philosophes ont acquis une grande influence dans ces questions, cette influence n’est pas une cause primaire, mais elle-même une conséquence des nouvelles tendances idéologiques, aussi bien chez les écrivains que chez leurs lecteurs produites par le développement socio-historique » (op. cit., p. 192). Zola ne subit pas l’influence de Marx, mais leurs pensées se rencontrent (ce qui a du reste tout à fait échappé à Lukács…).

10 Karl Marx, Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, op. cit., p. 89.

11 Pierre-Joseph Proudhon, La Révolution sociale démontrée par le coup d’État du 2 décembre, Paris, Garnier frères, 1852.

12 Dans Le 18 brumaire de Louis Bonaparte, on lit à propos des manifestations du 13 juin 1849 : « L’émeute du 13 juin se borna, comme nous l’avons vu, à n’être qu’une procession de rue pacifique. Il n’y avait donc pas le moindre laurier militaire à gagner en triomphant contre elle. Cela n’empêcha pas le parti de l’ordre, en ces temps maigres en héros et en grands événements, de transformer en un second Austerlitz cette bataille qui n’avait pas même fait couler le sang » (op. cit., p. 107).

13 Ibid., p. 49.

14 Voir l’ouvrage de Nathalie Preiss : Pour de rire ! La blague au XIXe siècle, Paris, PUF, 2002.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search