Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Deuxième partie. Espaces, Aménagements, Régulations

Archétype1 de la métropole portuaire d’Asie du Sud. La contribution des technologies de l’information géographique

Emmanuel Éliot et Alban Bourcier

Texte intégral

  • 1 Terme proposé par C. Grataloup pour qualifier les modèles dits régionaux appelés chorotypes par R. (...)
  • 2 ONU, division de la population, 1998, World urbanisation prospects, the 1999 revision, New York, 12 (...)

1Les métropoles d’Asie du Sud, à la tête des réseaux des différents grands États de la région - Bombay (17,5 millions d’habitants)2, Calcutta (12,7 millions) et secondairement Madras (6,5 millions) en Inde ; Karachi (11,4 millions) au Pakistan et Colombo au Sri Lanka -, possèdent toutes une caractéristique commune. Elles ont été fondées à l’époque coloniale et leur développement est essentiellement lié à la conquête britannique, même si les colonisateurs précédents - Portugais et Hollandais par exemple dans le cas de Colombo - avaient déjà mis en place quelques structures. Aujourd’hui, ces pôles de dimension considérable, tant à l’échelle régionale qu’à celle des différents pays, constituent les nœuds et les moteurs de l’urbanisation dans cette région.

2L’objectif de cet article est d’analyser la morphologie de ces métropoles et leur structure dans une dimension temporelle, c’est-à-dire de leur création jusqu’à la période actuelle. Il tentera ainsi de comprendre le développement de l’urbanisation et les formes urbaines produites aux cours des siècles et de tester deux hypothèses : la première étant celle d’une organisation et d’une structuration commune, la seconde d’une continuité dans la dynamique de création des formes urbaines.

1. Un modèle géohistorique et le recours aux technologies de l’information géographique

  • 3 « Science » des chorèmes. Chorème : « structure élémentaire de l’espace géographique » in Brunet R. (...)

3Dans cette optique, le travail présenté développe plusieurs outils de la géographie contemporaine : la chorématique et les technologies de l’information géographique (Système d’information Géographique et télédétection satellitale plus particulièrement). La chorématique3, « alphabet graphique de l’espace » est un outil de conceptualisation et de recherche visant à donner une grille de lecture d’une réalité complexe. Elle est particulièrement adaptée pour tenter de représenter et appréhender des formes d’organisation communes, ce qui est un des objets de cet article. L’approche chorématique permet enfin de pallier les lacunes de sources chiffrées et fiables - problème très fréquent dans les pays en voie de développement -, et d’approfondir la réflexion sur la compréhension des sociétés.

4Dans cette même perspective, la télédétection satellitaire de moyenne et haute résolution s’offre de plus en plus comme un outil approprié pour comprendre les formes et les dynamiques des tissus urbains. Elle constitue un apport d’autant plus important que la plupart des données traditionnelles (clichés aériens) sont inaccessibles dans certains pays, comme l’Union Indienne. L’investigation menée à l’aide des données spatiales débouche généralement sur une bonne identification des facteurs d’organisation de la structure urbaine. Cette reconnaissance préalable permet d’ébaucher la trame d’une grille d’analyse comparative destinée à appréhender de manière synoptique les processus de développement des villes. Comparée à l’ensemble des autres sources de données, l’imagerie satellitale présente un certain nombre d’avantages qu’il convient de souligner.

5Il s’agit d’une information numérique directement exploitable après chargement dans un système d’information géographique, un système de traitement d’image ou de cartographie ; grâce à sa forme numérique, cette imagerie peut se prêter à une diversité de traitements thématiques de manière à en extraire des détails que d’autres sources ne pourraient pas offrir (enregistrement dans l’infrarouge...). Elle est rapide d’obtention (par rapport à une mission aérienne) puisqu’une simple commande permet d’obtenir l’enregistrement souhaité en fonction de son calendrier d’étude, et économique (par rapport à des campagnes de relevés de terrain), car pour les secteurs de grande superficie, le coût de l’imagerie satellitale brute est en moyenne largement inférieur à un euro par kilomètre carré. Cette large couverture n’empêche pas une capacité de focalisation sur les petits détails, selon la limite de résolution géométrique du capteur utilisé (10 m en mode panchromatique pour la série Spot et 20 m en mode multibande).

6Il faut aussi insister sur le caractère universel de cette source d’information dans la mesure où les satellites ne sont pas limités par les frontières géographiques ou politiques et qu’ils sont généralement programmés pour survoler n’importe quel endroit de notre planète. Ces données, habituellement mises à disposition deux jours après leur acquisition, sont plus actuelles que la carte géographique la plus récente puisqu’un tel document date déjà de plusieurs mois ou années au moment de son impression. Là encore, il ne faut pas négliger l’impossibilité d’accès aux données topographiques à grande échelle dans certains pays. Mais, les plus grandes qualités de l’imagerie spatiale d’observation de la terre résident dans son caractère synthétique, exhaustif, répétitif et flexible. En effet, les informations brutes obtenues constituent une représentation précise, objective et impartiale des cibles observées à la surface terrestre. À charge de l’opérateur de la traiter convenablement en matière thématique. Il n’est cependant pas nécessaire d’être un spécialiste pour avoir recours à ces images particulières. Chacun est capable d’interpréter les phénomènes recherchés et d’apprendre, en quelques séances, à extraire l’information d’intérêt à l’aide d’une des interfaces logicielles disponibles sur le marché.

7À l’issue des investigations initialisées dans le domaine de l’imagerie spatiale, il est préférable de récupérer l’information traitée en matière thématique de manière à l’intégrer dans un système d’information géographique (SIG). Cet outil permet d’assurer l’acquisition, la gestion, l’analyse, la mise à jour et la diffusion de données géoréférencées (en fonction d’un système de coordonnées de référence) en ayant recours à l’exploitation multisource et multivariée des strates d’information archivées dans une base de données. Au-delà d’une conception considérant encore trop souvent les SIG comme de simples outils informatiques, il convient d’insister sur leur prédisposition pour la gestion territoriale, dans le but d’optimiser les actions à vocation spatiale et d’étayer les réflexions en matière de planification et d’aménagement.

8Cet article tente donc d’appliquer la grille de lecture proposée à une des cinq grandes métropoles de la région - Bombay - à l’aide des nouvelles technologies de l’information géographique. En somme, cet article s’inscrit dans une démarche déductive visant donc, dans un premier temps, à faire des hypothèses sur le mode de fonctionnement de l’espace à partir de connaissances textuelles et de terrain, puis à proposer un modèle (ici graphique) et enfin à confronter cette construction à la réalité (via les données satellitales) et à analyser les écarts (résidus) entre les deux.

9La construction de l’archétype procède d’une double dynamique : l’une temporelle, présentant les étapes de constructions de la ville au cours des derniers siècles, plus particulièrement à partir de la période de colonisation britannique qui a constitué un tournant important pour le phénomène urbain en Asie du Sud ; l’autre spatiale, étudiant les modes de fonctionnement des agencements spatiaux et des territoires.

2. Les comptoirs : des créations stratégiques4

  • 4 Images 1-3.

10La conquête territoriale du sous-continent par les puissances européennes a été réalisée à partir des côtes vers l’intérieur, à l’inverse des autres envahisseurs - Aryens, Turco-Afghans, Moghols - qui avaient utilisé les grands couloirs naturels continentaux. Les premières créations, relais du commerce européen, datent du 16ème siècle - Colombo (1518), Goa (1510), Vassai (Basseim) (1534), etc. - et sont principalement l’œuvre des Portugais. Les conquêtes britanniques à partir de la fin du 17ème siècle vont asseoir le pouvoir colonial dans cette région. Une de ses manifestations a été la création de nouveaux comptoirs, relais indispensables du réseau commercial mondial et de la puissance coloniale dans cette partie du monde. Ils ont pu être établis à la suite de batailles ou de dons de terres précédemment acquises par les Portugais : Colombo développée dans un premier temps par les Portugais puis par les Hollandais ou le fort de Bombain créé par les Portugais ; mais ont pu également être construits ex-nihilo : Calcutta.

11La création de comptoirs et le développement d’anciens sites par les Britanniques semble répondre à trois logiques. Les Britanniques ont ainsi cherché à développer certains nœuds pour asseoir leur pouvoir. Les sites choisis semblent pour beaucoup d’entre eux a priori défavorables - zones inondables, marais, marécages - bien qu’ils soient bien abrités des tempêtes de l’Océan Indien. Ils n’accueillaient pas de concentrations importantes de population : quelques villages ou hameaux préexistaient cependant parfois : Kalikatta (Calcutta), Chennapatnam (Madras), Kalachi-jo-Kun (Karachi)...

  • 5 Steesgard N., 1990, Commodities, Bullion and service in intercontinental transactions before 1750, (...)
  • 6 Terme emprunté à Durand-Dastes F., 1995, in Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien, Géographie (...)
  • 7 Markovits C. (SOUS la dir)., 1994, Histoire de l’Inde moderne (1480-1950), Fayard.

12Leur développement procède avant tout d’un double intérêt en termes stratégiques. D’une part, jusqu’au 18ème siècle, les réseaux commerciaux asiatiques avaient été très peu modifiés par les échanges avec l’Occident5. Le développement de ces grands comptoirs a par contre contribué à remodeler le réseau du commerce mondial à partir de la fin du 18èrne siècle. D’autre part, les sites choisis permettaient soit de constituer des pôles-relais essentiels du commerce colonial, vers l’Europe - dans le cas de Bombay, par exemple - ou vers l’Asie du Sud-Est pour Colombo, soit d’accéder aux très grands foyers de population du « quasi-continent indien6 » - vallée de l’Indus pour Karachi, vallée du Gange pour Calcutta, littoral oriental pour Madras. Le contrôle territorial s’est ensuite pratiqué à partir de la périphérie, des régions côtières vers celles de l’intérieur, présentant ainsi dans un premier temps un gradient de contrôle du littoral vers l’intérieur. Il s’est renforcé avec les conquêtes britanniques - entre 1750 et 18487 - puis le développement du réseau ferré qui a permis de structurer les territoires acquis.

3. De la « cité-comptoir » à la métropole (voir figure 1)

13La cité proprement dite s’est structurée à partir du fort en incluant les prémices d’une fonction portuaire. Il a ainsi constitué dans un premier temps un nœud à partir duquel l’urbanisation s’est diffusée.

3.1. La ville coloniale : « territoire de la domination »

14L’organisation du comptoir correspond au modèle de ville duale. La ségrégation entre la ville des colons et celle dite indigène est forte et les deux « territoires » sont séparés par un espace vide, le Maidan, barrière symbolique mais surtout physique en cas d’insurrection des populations locales, permettant ainsi un possible retranchement des Européens. Les quartiers indigènes connurent un développement important à la suite de la guerre civile de 1861-1864 aux États-Unis. Cet événement entraîna une rupture de l’approvisionnement en coton brut pour l’industrie textile britannique et le coton de l’Asie du Sud devint ainsi un substitut. La croissance industrielle s’accéléra et les quartiers indigènes et leurs proches périphéries devinrent des espaces de production pour l’industrie textile : coton à Bombay, Madras et Karachi ; jute à Calcutta. L’ensemble est en outre ceinturé par une périphérie bi-fonctionnelle accueillant, d’une part les espaces résidentiels des élites indiennes à proximité du quartier indigène proprement dit, et d’autre part les espaces de transfert étroitement liés à l’entreprise coloniale - ports et entrepôts - jouxtant le fort et le quartier colonial. Ce dernier reste un lieu d’échanges avec l’extérieur et plus particulièrement avec la métropole. En somme, la structuration de la ville répond à un schéma de domination : d’un côté, l’appareil de production et ses ouvriers, de l’autre, les dirigeants, les bourgeoisies et les lieux de contrôle du commerce. La structure est profondément inégalitaire, manifestation spatiale du décalage en termes d’échanges entre les deux populations.

15Une simple composition colorée issue de la surimposition des bandes spectrales de SPOT en mode multibande (Image 1) permet de repérer assez facilement les grandes étapes de construction de la ville liées au développement britannique. L’application d’opérations de rehaussement de contrastes a également considérablement amélioré la perception des sept accidents topographiques que composaient les îles en question. La finalité de notre analyse était donc bien de détecter le contour d’ensembles homogènes et de rehausser ces contours. En améliorant de cette sorte le contraste de la composition colorée précitée, il devenait plus aisé d’identifier les ruptures de pente coïncidant avec la concavité basale des anciennes îles. Les convexités sommitales étant construites, la ligne de démarcation demeure plus floue.

16Ainsi, ces sept îles d’origine - Old Woman’s, Colaba, Smaller Colaba, Worli, Parel, Mazagaon et Mahin - reliées par des bandes lagunaires ont constitué les premiers pôles de développement de Bombay. Celles du sud - Old Woman’s (Fort), Colaba et Smaller Colaba - ont cependant été privilégiées au cours des premières décennies de la colonisation. La morphologie du bâti, en auréoles autour du sommet - Mahin, Worli, Fort -, épouse la topographie et est souvent soulignée par le réseau viaire et ferroviaire - Mazagaon - ou par des espaces végétalisés, indicateurs d’une forte pente non constructible - Worli, Malabar. La configuration multispectrale présentée autorise une bonne visualisation de ces discontinuités spatiales en exploitant convenablement les critères de densité et de direction des éléments caractérisés par une faible portée spatiale. De plus, le codage en composition colorée permet de conserver les possibilités de sélection chromatique des unités constitutives du milieu urbain. En bleu apparaissent les structures végétalisées, tandis que les composantes bâties interviennent en nuances de jaune et d’ocre.

17Compte tenu des qualités déjà citées, les étapes du comblement interstitiel central se repèrent aisément sur ce type de visualisation. Elles sont soulignées à Bombay par un gradient sud-nord de densité du bâti très relatif, mais surtout par des « trous » dans l’urbanisation. Ces aspects sont vérifiables au niveau du Fort et de sa périphérie, séparés du pôle de bâti très dense par un espace végétalisé. Ce dernier coïncide avec une extension résidentielle et industrielle du 19ème siècle et du début du 20ème, délimitée dans sa partie méridionale par un champ de course à l’ouest et une série de jardins - Jijamatya Udyan.

3.2. Une diffusion auréolaire et linéaire de l’urbanisation

  • 8 A dominante nord/sud dans les quatre grandes métropoles.

18À partir de ce noyau originel, l’urbanisation s’est développée de manière plus forte au cours de certaines périodes. La croissance industrielle du 19ème siècle a, dans un premier temps, permis le développement de nouveaux quartiers, appendices du quartier indigène et alliant espaces résidentiels et espaces industriels. L’ampleur de la diffusion urbaine a été dans un second temps très importante au cours de la seconde moitié du 20ème siècle. L’explosion démographique des années 1940-1960 a plus particulièrement contribué à l’expansion de ces villes. Cette croissance démographique s’est doublée d’une forte industrialisation fondée sur la pétrochimie et l’industrie de transformation. De nouveaux terrains ont ainsi peu à peu été conquis. Cette croissance urbaine s’est en outre traduite bien souvent par un décalage entre l’offre et la demande - plus particulièrement en termes de logements -, ce qui a contribué au développement anarchique de certains quartiers. L’étalement urbain constitue d’ailleurs encore en ce début de 21ème siècle l’un des problèmes majeurs de ces villes devenues depuis un demi-siècle des métropoles. Certains axes structurent par ailleurs plus particulièrement l’agglomération8 et constituent l’armature à partir de laquelle l’urbanisation se diffuse.

19Un second traitement opéré sur l’image SPOT a permis de rendre compte du contexte urbain évoqué. Une composition colorée (Image 2) s’est avérée performante pour repérer aujourd’hui encore le bâti pavillonnaire et les espaces végétalisés plus nombreux dans cette partie ouest de la métropole. Cette combinaison multispectrale est également intéressante pour localiser les quartiers où résident les plus pauvres qui se sont installés dans les parties centrales à côté des usines textiles. La configuration employée met en œuvre deux combinaisons linéaires de canaux issus d’une Analyse en Composantes Principales (ACP-1 & ACP-2), ainsi que le canal proche infrarouge de SPOT. L’analyse en composantes principales doit être considérée ici comme une procédure d’amélioration de la qualité image et constitue une méthode adaptative.

3.3. Centralité des groupes et espaces socio-économiques

  • 9 Musulmans originaires du Maharashtra et du Gujerat (Etats du Nord-Ouest de l’Union Indienne) ayant (...)

20Les configurations socio-spatiales se calent sur cette organisation générale de la métropole. Un modèle auréolaire est ainsi à la base de l’organisation. D’une façon générale, la structure sociale se manifeste sous la forme d’un gradient centre-périphérie : les populations les plus aisées étant au cœur de la ville tandis que les classes moyennes et les plus pauvres sont reparties en quartiers dans les parties périphériques. A cette trame générale, s’ajoutent des enclaves, des îlots de pauvreté ou de richesse dans la métropole. L’ancien quartier colonial et sa « périphérie du pouvoir », à l’exception des espaces portuaires, ont été ainsi plus particulièrement récupérés par les populations aisées aux lendemains des Indépendances. L’ancien quartier indigène accueille, quant à lui, les populations pauvres mais aussi les classes moyennes car il bénéficie de tous les atouts de la centralité. Les quartiers issus de la vague d’industrialisation du 19ème siècle continuent d’accueillir les plus pauvres et l’habitat est en voie de taudification depuis plusieurs décennies. Les espaces les plus périphériques, aux marges de l’urbanisation sont des espaces de conflits pour l’accès au sol : les plus pauvres se partagent les restes des espaces occupés par les nouvelles colonies construites pour accueillir les classes moyennes urbaines et les grands ensembles industriels. Un dernier élément complexifie cette organisation socio-spatiale : le maillage communautaire. En effet, qu’il s’agisse des aires musulmanes ou hindoues, l’organisation est fortement ségrégative et produit d’autres centralités. Ainsi, en fonction de la caste ou de la communauté, l’espace est très compartimenté, formant à différentes échelles de micro-territoires. A Karachi, par exemple, les Mohajirs9 sont installés de manière préférentielle dans le centre. La périphérie est occupée par la communauté sindhi. À Bombay, l’ancien pôle « indigène » est fortement fragmenté entre un quartier hindou polarisé par les castes et un quartier musulman regroupé par communautés. En somme, dans ces métropoles, les espaces urbains centraux se présentent comme une juxtaposition de quartiers isoculturels.

Carte 1. ORGANISATION DE L’AIRE METROPOLITAINE DE BOMBAY

Carte 1. ORGANISATION DE L’AIRE METROPOLITAINE DE BOMBAY

Carte 2 : Lieux cités dans la partie péninsulaire de Bombay

Carte 2 : Lieux cités dans la partie péninsulaire de Bombay

21Dans ce chapitre traitant des aires socioculturelles à caractère frontalier fortement marqué, il convient de souligner la performance de la seconde composition colorée générée qui permet également de collecter des informations sur les réseaux et autorise l’identification hiérarchique des linéaments, révélateurs des frontières évoquées. En effet, ces derniers précisent les grands traits de l’organisation spatiale de la métropole et les étapes de son extension. Le réseau ferroviaire est le plus identifiable. Deux branches partant du sud - gares de Shakrapathi Shivaji et Churchgate - se rejoignent à Dadar où elles se dirigent ensuite vers le nord-est/est ou l’ouest. La plus ou moins grande netteté des axes structurant la ville souligne l’ancienneté des quartiers et de leur développement. Dans la partie ancienne de la métropole, le réseau viaire est peu visible, en particulier dans le centre - Buleshwar, Kethwadi, Kamathipura. À l’inverse, les axes plus récents, moteurs du développement contemporain sont plus nets, route vers Ahmedabad ou route et voie ferrée vers Thane et New Bombay.

22Les axes identifiés permettent de mettre en lumière l’organisation des espaces fonctionnels mixtes à l’est, la pétrochimie - Union Carbide, par exemple - jouxtant des espaces résidentiels-Chembur, Vikbroli, Bandhup. Ce pôle industriel se prolonge d’ailleurs au-delà de la Thane Creek vers Vashi et Panvel et le nord de New Bombay. Ce dernier site apparaît comme étant à dominante résidentielle dans ses parties occidentale et centrale - Andheri, VilleParle, Goregaon, Kurla, Sakinaka.

23Ainsi, la configuration socio-spatiale ancienne perdure. La partie orientale et centrale de l’extension « hors péninsule » accueille les plus pauvres et les classes moyennes. Le traitement exécuté permet la détection des immeubles composant les lotissements d’habitat collectifs destinés aux classes moyennes indiennes, comme Mysore Colony. Ces structures apparaissent par le biais de composantes géométriques de forme rectangulaire. La partie occidentale, quant à elle, échappe aux nuisances des industries grâce aux vents d’ouest dominants et accueille en majorité les plus riches - pavillonnaire organisé sur une direction nord/sud à Bandra et Juhu.

3.4. Transferts portuaires : essaimage et zonage

  • 10 Projet “Colombo freeport” devant être terminé à la fin de l’année 2001 http://www.bii.gov.lk/colomb (...)

24Avec le développement de nouvelles technologies dans le transport maritime, les installations portuaires datant de plusieurs siècles devinrent obsolètes. Le port se délocalisa et quitta ainsi son ancien site. Conjointement, la forte croissance démographique de cette période contribua à saturer les sites urbains anciens. Cette conjonction a engendré une décentralisation. De nouveaux ensembles urbano-industriels fondés sur une organisation de type zonage se sont créés. A partir d’espaces isolés et monofonctionnels un tissu urbain s’est alors développé : (New Bombay à Bombay, Karangi à Karachi, (Shibpur, Garden reach à Calcutta). Dans les métropoles de dimension plus petite comme Madras ou Colombo cette dynamique est à relativiser. En effet, le port a pu conserver son site initial tout en se modernisant (cas de Madras). Dans la région de Colombo, le processus de transfert est en voie de concrétisation. La volonté de création d’un hub pour l’Asie du Sud et le Moyen-Orient dans la banlieue de Colombo10 permet peut-être d’émettre une diffusion sur ce modèle : une urbanisation à partir d’une nouvelle structure portuaire.

25La télédétection satellitale s’offre comme un outil intéressant pour mettre également en évidence certaines dynamiques urbaines. En effet, elle permet d’appréhender les processus d’urbanisation dans une perspective globale dans la mesure où ces phénomènes ne se limitent pas aux frontières administratives mais résultent d’interactions avec l’hinterland rural. À titre d’exemple, il convient d’évoquer le projet New Bombay. Ce dernier répond à un schéma urbanistique de son époque, comme Brasilia ou Chandighar, même s’il ne possède pas leur caractère novateur. Cependant, le zonage urbain est aussi de rigueur : résidentiel à Vashi, Panvel et Sheva, commercial à Turbhe, financier à Belapur, mais aussi un secteur industriel, formant un couloir entre la partie méridionale de Thane et le nord de Vashi. Les activités portuaires sont également présentes autour d’Uran, Nava et Sheva. L’image satellitale traitée en matière thématique permet de repérer le maillage urbain caractéristique de ces nouvelles extensions, en particulier le plan géométrique des espaces résidentiels de Vashi, divisés en secteurs, mais aussi les infrastructures du port Nehru ou encore le « maillage » lâche du couloir industriel (Image 3).

3.5. Recompositions urbaines : intégration et reproduction (Figure I)

26Ces nouvelles unités urbaines se sont peu a peu intégrées à la métropole. Néanmoins, de nombreux conflits d’usages persistent, en particulier entre les espaces à vocation résidentielle et ceux à vocation industrielle qui restent la priorité des acteurs publics pour le dynamisme économique et la ville. En somme, dans ces comptoirs devenus métropoles, le complexe portuaire (fort/port et industries associées) a été à l’origine de la diffusion de l’urbanisation. Il a constitué, aux 18ème et 19ème siècles, le pôle à partir duquel le phénomène urbain s’est créé. Ces créations urbaines se sont rapidement intégrées aux ensembles urbains régionaux préexistants et ont pris la tête des réseaux. Au cours du 20ème siècle, le port est resté l’initiateur de la diffusion de l’urbanisation. En d’autres termes, le processus de développement urbain fondé initialement sur le port s’est reproduit.

4. Conclusion : évolutions et perspectives

27L’approche chorématique permet d’analyser les logiques communes et proposer une grille de lecture de ces villes portuaires. Elle permet ainsi, d’une part d’évaluer les spécificités de chaque ville par rapport au modèle graphique, et d’autre part de développer les comparaisons internationales (Afrique, Amérique du Sud...). L’utilisation des nouvelles technologies de l’information géographique autorise en outre la validation et la comparaison avec la réalité.

28En exploitant tous les aspects de l’image, les traitements mis en œuvre dans le cadre de cette étude ont davantage favorisé l’identification de zones et non plus de points. En effet, le pixel ne permet qu’une description fondée sur la juxtaposition de divers composants physiques de l’espace géographique observé, alors que la zone autorise une approche analytique de la trame paysagère. En milieu urbanisé, la mesure physique de luminance ne peut caractériser au mieux qu’un matériau, d’où la nécessité d’introduire des informations de type textural qui peuvent éventuellement être caractéristiques d’une fonction ou rendre compte d’un état socio-économique. De plus, les compositions colorées présentées constituent des documents rapidement réalisables, répétitifs et transposables à d’autres sites (Coimbatore & Hyderabad). Elles procurent aux gestionnaires de l’espace une représentation synoptique du milieu facilement exploitable par interprétation analogique, sans perdre le contact avec les comptes numériques (valeur du pixel) qui sont le support de toute explication. Il faut admettre que l’amélioration de la résolution en mode multibande et l’introduction d’autres bandes spectrales devraient permettre d’accéder à un niveau de discrimination appréciable dans les zones où se juxtaposent plusieurs types d’habitat. Les compositions colorées intégrant à la fois des données sources et des combinaisons linéaires de canaux se sont avérées performantes pour l’analyse des espaces urbanisés de grande envergure. Mais le principal intérêt de ces visualisations réside essentiellement dans leur capacité à fournir rapidement une information synthétique fiable.

29Il faudra désormais initialiser une étude multitemporelle pour affiner la connaissance des évolutions que connaît l’aire métropolitaine de Bombay. Les composés diachroniques permettraient de mieux mettre en évidence la dynamique paysagère et viendraient compléter la gamme des outils habituellement utilisés pour appréhender les changements. Il conviendrait également d’étendre l’exploitation des images spatiales à des gammes de longueurs d’onde autorisant une meilleure appréhension de l’habitat sous-intégré (radar), et d’intégrer sur quelques sites-tests des informations submétriques et hyperspectrales.

30Pour autant, les documents produits et les perspectives énoncées invitent à la poursuite de ce travail en envisageant également l’intégration de données exogènes à l’image satellitale. Les données SPOT associées à toute une collection d’informations à caractère spatial peuvent donner lieu à de nouveaux traitements et à l’élaboration de documents variés, dans le but de valoriser une information synthétique et géocodée de l’espace géographique. À cet effet, la numérisation des unités administratives et techniques de l’aire métropolitaine de Bombay est en cours de saisie et elle est structurée de façon à accueillir les données du dernier recensement de population et toute une série de renseignements relatifs au contexte environnemental. Un système d’information géographique est donc en cours de constitution de manière à assurer dans un proche avenir la combinaison d’informations destinées à fournir des indicateurs de suivi de l’urbanisation sur le site de Bombay.

31L’objectif de cet article était aussi, bien entendu, d’afficher une volonté de renforcer les capacités méthodologiques des sciences humaines et sociales en favorisant la diffusion d’outils de prétraitement et de normalisation d’images, et en privilégiant les chaînes de traitements qui conduisent à des résultats reproductibles et transposables.

32Le géographe ayant pour préoccupation essentielle l’étude de la distribution spatiale des phénomènes et objets, il convenait d’insister ici sur la validation d’une méthode appliquée dans une perspective thématique précise. L’usage de la télédétection en sciences humaines et sociales diffère de ce qu’il peut être dans d’autres champs disciplinaires où la connaissance physique d’une mesure opérée par le satellite est un préalable à toute analyse. Pour autant, le géographe a recours aux pixels de l’image comme moyen d’accès à une information caractéristique de l’espace étudié, et non comme mesure radiométrique. L’analyse qu’il effectue porte sur des objets géographiques, des textures, des structures et des formes d’agencement spatial qui traduisent l’état d’interactions multiples et le positionnement des groupes sociaux face à l’évolution du milieu. Très souvent, le géographe replace l’information extraite de l’image satellitale dans un cadre thématique plus vaste de manière à procéder à un bilan interprétatif élargi.

Bibliographie

Bibliographie

Bourcier A., Eliot E., Vaquet A.,
- 2001, Appréhension des formes et modes de production de l’espace urbain par imagerie satellitale : application à la sixième métropole mondiale : Bombay (Union Indienne, in actes du colloque Marisy 2000, Rabat, Maroc, (à paraître).
- 1998, Les références de terrain dans l’initialisation et la validation des traitements de données aérospatiale. Contribution aux études environnementales multicritères, Actes du colloque « La réalité de terrain en télédétection - Pratiques et méthodes », 7èmes journées scientifiques du réseau de télédétection de l’AUPELF/UREF, 13-17 octobre 1997, Sainte-Foy, Québec (Canada), pp. 271-279.
- 1996, Caractérisation et suivi de l’environnement urbain par imagerie SPOT - L’étude d’une métropole indienne : Hyderabad (Andhra Pradesh), Actes du colloque « La télédétection spatiale pour l’environnement et le développement », Géo-Observateur, Numéro spécial, MARISY’95, 16-18 octobre 1995, IFRANE (Maroc), pp. 383-387.

Brocard M., 1993, A propos des chorèmes, in Géographes associés, no 13, pp. 17-20.

Brunet R., 1987, La carte mode d’emploi, Fayard-Reclus.

Chaline C., sous la dir., 1994, Ces ports qui créèrent des villes, Collection Maritimes, L’Harmattan, 299 p.

Das Gupta A., 1994, Merchants of maritime India (1500-1800), Variorum.

Durand-Dastes F., 1992, Le particulier et le général en géographie, in Analyser et gérer les situations d’enseignement-apprentissage, Actes du colloque INRP 1991.

Durand-Dastes F., Mutin G., 1995, Afrique du Nord, Monde Indien, Géographie Universelle, Belin-Reclus, 475 p.

Eedney M. H., 1997, Defining a unique city: surveying and mapping Bombay after 1800s, in Marg, Volume 48, no 4, pp. 28-47.

Grataloup C.,
- 1996, Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, Collection Espaces modes d’emploi, 200 p.
- 1997, L’espace, personnage historique, in Bulletin de liaison des professeurs d’histoire-géographie de l’Académie de Reims, n° 13.

Groupe Dupont / Université d’Avignon, 1992, Des modèles ad hoc ou la chorématique est-elle une méthode expérimentale ?, in Géopoint 1992, Modèles et modélisation en géographie, pp. 107-112.

Journot M., Oudot C. (sous la dir.), 1997, Modélisation cartographique : pratiques scolaires en collège et lycée, CRDP de Bourgogne, 128 p.

Koshambi M., Brush J-E., 1988, Three colonial port cities in India, in Geographical review, vol. 78, no 1, pp. 32-47.

Markovits C., sous la dir., 1994, Histoire de l’Inde moderne (1480-1950), Fayard.

Mehrotra R., 1997, Evolution, Involution, and the city’s future: a perspective on Bombay’s forms, In Marg, Volume 49, no 1, pp. 14-33.

Onu Division de la population, 1998, World urbanisation prospects, the 1999 revision, New York, 128 p.

Patel S., Thorner A., 1996, Bombay: metaphor for modem India, 298 p.

Racine J-L., 1986, Calcutta, la ville, sa crise et le débat sur la planification et l’aménagement urbain, CEGET, Maison des Sciences de l’Homme, Bordeaux.

Reynaud A., 1992, Une géohistoire : la Chine des printemps et des automnes, collection Géographiques, Reclus.

Steesgard N., 1990, Commodities, Bullion and service in intercontinental transactions before 1750, in Pohl H., 1990, The European discovery of the world and its economics effects on preindustrial society, 1500-1800, F.S. Verlag.

Troin J-F., 2000, Les métropoles des « Sud », Ellipses, 160 p.

Vaguet O., Bourcier A., Vaguet A., 1999, Elaborating analysis methods in remote sensing towards urban criteria extraction, Actes du colloque de l’International Geographical Union, Commission on Urban Development and Urban Life, under a central theme of “Problems of megacities: social inequalities, environmental risks and urban governance”, 11-15 august 1997, Mexico city (Mexique), pp. 249-258.

Vaguet O., Vaguet A., Bourcier A., 1997, Processus d’urbanisation et imagerie satellitaire : deux exemples indiens, Actes du colloque « Télédétection des milieux urbains et périurbains », 6èmes journées scientifiques du réseau de télédétection de l’AUPELF/UREF, 2-5 octobre 1995, Liège (Belgique), pp. 163-172 & planches couleurs.

Sites Internet

- Encyclopaedia Britannica, 1999, “Transportation, history of, Oars and sails”, http://www.britannica.com/eb/article?eu=120011&hook=528767#528767.hook (16/05/2001)

- Bureau of infrastructure investment of Sri Lanka, 2000, “Asia’s newest global logistics hub”, http://www.bii.gov.lk/colombofreeport.html, (10/05/2001)

- CEO, Indiaport.com Pvt Ltd, “India’s e-hub for shipping and related logistics”, http://www.indiaport.com/root/ind2.htm (20/04/2001)

- Marco RAMERINI, 1998, “Dutch Portuguese colonial history”, http://www.geocities.com/Athens/Styx/6497/index.html, (16/05/2001)

Notes

1 Terme proposé par C. Grataloup pour qualifier les modèles dits régionaux appelés chorotypes par R. Brunet. Il s’agit de types de modèles intercalés entre ceux dits généraux et ceux dits spécifiques. Les archétypes possèdent « une portée restreinte dans l’espace et dans le temps tout en représentant un nombre élevé de cas ». R. Brunet cité dans Journot M., Oudot C. (sous la dir.), 1997, Modélisation cartographique : pratiques scolaires en collège et en lycée, CRDP de Bourgogne, p. 11.

2 ONU, division de la population, 1998, World urbanisation prospects, the 1999 revision, New York, 128 p.

3 « Science » des chorèmes. Chorème : « structure élémentaire de l’espace géographique » in Brunet R. et al., 1993, Les mots de la géographie : un dictionnaire critique, Belin-Reclus. Les dispositions spatiales élémentaires peuvent se combiner pour donner des structures de l’espace existant. Ces dernières peuvent être représentées sous la forme de modèles graphiques simples dont la combinaison rend compte de la complexité des espaces (d’après : Grataloup C., 1996, Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, collection Espaces modes d’emploi, Reclus).

4 Images 1-3.

5 Steesgard N., 1990, Commodities, Bullion and service in intercontinental transactions before 1750, in POHL H., 1990, The European discovery of the world and its economics effects on preindustrial society, 1500-1800, FS Verlag. Cité dans Grataloup C., 1996, Lieux d’histoire : essai de géohistoire systématique, collection Espaces modes d’emploi, Reclus, p. 130.

6 Terme emprunté à Durand-Dastes F., 1995, in Afrique du Nord, Moyen-Orient, Monde indien, Géographie universelle, Belin-Reclus.

7 Markovits C. (SOUS la dir)., 1994, Histoire de l’Inde moderne (1480-1950), Fayard.

8 A dominante nord/sud dans les quatre grandes métropoles.

9 Musulmans originaires du Maharashtra et du Gujerat (Etats du Nord-Ouest de l’Union Indienne) ayant migré vers le Pakistan au moment de la Partition de l’Empire des Indes (15/08/1947).

10 Projet “Colombo freeport” devant être terminé à la fin de l’année 2001 http://www.bii.gov.lk/colombofreeport.html

Table des illustrations

Titre Carte 1. ORGANISATION DE L’AIRE METROPOLITAINE DE BOMBAY
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7734/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 472k
Titre Carte 2 : Lieux cités dans la partie péninsulaire de Bombay
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7734/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 403k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540