Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Deuxième partie. Espaces, Aménagements, Régulations

Les centres de gravité économiques en Europe et leurs incidences portuaires : le modèle havrais à l’époque moderne

Édouard Delobette

Testo integrale

  • 1 Braudel, F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVème-XVIIIème siècle, 3 vol., t. II (...)
  • 2 Louis XI charge en janvier 1477 le général de Savoie et le lieutenant-général du bailliage de Caux (...)

1« Comme la veille ou l’avant veille à travers Amsterdam, la France ne respirera qu’à travers Londres l’air du vaste monde1 » D’un trait de plume, Fernand Braudel résume l’échec français à s’imposer comme centre dominant de l’économie-monde pendant l’époque moderne. Ce constat place la monarchie de France en situation de réplique à l’échelle atlantique. Le littoral du royaume n’est plus perçu par l’Etat comme une marge obscure du monde réel. Sa connaissance se précise grâce aux progrès de la cartographie2. Le pouvoir royal découvre l’immensité des espaces océaniques et se prend d’attention pour l’instrument portuaire, nouveau théâtre de l’exercice du pouvoir monarchique.

2La fondation du Havre en 1517 demeure l’expression portuaire la plus aboutie de la stratégie maritime monarchique sous l’Ancien Régime. On peut se demander à travers une approche synthétique quels sont les motifs géopolitiques généraux de la monarchie qui ont présidé à cet établissement ? Quelle est la stratégie retenue par l’Etat pour imposer localement son pouvoir ? Quelles en sont les conséquences pour le négoce havrais ? L’écrivain préromantique allemand Friedrich Novalis (1772-1801) affirme que « Toute histoire est nécessairement mondiale ». Cette citation invite à ouvrir le développement par la notion d’économie-monde.

1. Les cadres généraux

1.1. Le système-monde européen du XVIème siècle au XVIIIème siècle

  • 3 Adda J., "Braudel, Wallerstein et le système de "l’économie-monde" in Alternatives Economiques, déc (...)

3Selon l’économiste I. Wallerstein3, il existe deux systèmes économiques différenciés par leur configuration : l’empire-monde à vocation politique prioritaire se déploie au sein d’un espace étatique unique ayant parfois recours partiellement voire entièrement au travail forcé pour la fonction productive. En revanche, l’économie-monde s’étend depuis un pôle urbain développé comme Amsterdam puis Londres, en direction d’un espace interétatique privilégiant les relations d’ordre économique. Ce second système prospère avec succès au sein d’un réseau d’échanges impliquant une division du travail déployée sur une vaste aire géographique.

  • 4 Il est frappant de constater le recul voire la quasi-extinction de la traite négrière (mais pas imm (...)
  • 5 Wallerstein, I., Le système du monde du XVème siècle à nos jours, t. I : Capitalisme et Economie-mo (...)

4L’économie-monde européenne se distingue aussi des autres ensembles économiques par son caractère capitaliste très nettement affirmé. Cette particularité conduit les milieux dominants des centres économiques successifs de l’économie-monde à favoriser l’accumulation illimitée du capital. On ambitionne par le libre-échange à tirer tout le parti possible de l’espace interétatique dominé, notamment en direction des périphéries européennes et d’outre-mer4. La vocation hégémonique de l’économie-monde européenne découle logiquement de ce principe5. Les bases économiques de cette hégémonie reposent successivement sur la production, le commerce et la finance. Cet ordre des choses se vérifie à partir du XVIème siècle dans le cas des Provinces-Unies puis du Royaume-Uni. Pour préserver leur position dominante, ces Etats imposent aux nations concurrentes de nouvelles relations interétatiques à la faveur de traités fondamentaux tels ceux de Westphalie et du Congrès de Vienne. Ce nouvel ordre européen fait l’objet d’une contestation permanente de la part de l’Espagne et de la France.

1.2. La monarchie française et la question maritime

  • 6 Villiers, R, Duteil, J.-R, L’Europe, la mer et les colonies, XVIIème-XVIIIème siècles, Paris, 1997, (...)

5La monarchie de France, placée au chef d’une des plus puissantes nations de l’Europe, doit orienter ses décisions selon des perspectives antagonistes : se tourner soit vers la mer, soit vers la terre. Quelle que soit la stratégie adoptée, bellum omnium mater, le royaume se heurte à l’empire-monde espagnol puis après la paix des Pyrénées de 1659, aux économiesmonde hollandaise et surtout anglaise. En conséquence, les enjeux économiques comme les théâtres majeurs de ces luttes se déplacent du continent vers les marges océaniques et coloniales. Cette dilatation trop extrême de l’espace mondial pour les possibilités navales françaises fragilise davantage la position du royaume au cours du XVIIIème siècle6.

  • 7 D’après R C. Spooner puis I. Wallerstein, "la décennie 1550-1560 fut décisive pour la France", la p (...)
  • 8 La protection du Cardinal à Jean Cavelet, sieur du Hertelay, marchand-armateur du Havre dans le com (...)
  • 9 Par ex., l’échec final de la Compagnie du Sénégal au Havre in Delobette, E., "La traite négrière au (...)

6Cette question de l’expansion maritime française hante pourtant l’esprit des souverains dès le XVIème siècle. Sans vouloir toujours approuver ouvertement les initiatives marchandes privées en direction du monde atlantique, François 1er comme Henri II ne sont pas mécontents des efforts de pénétration commerciale ou militaire des marchés ibéro-atlantiques7. Plus tard, le cardinal de Richelieu soutient financièrement les premiers armements de Belin d’Esnambuc pour les Antilles, persuadé que le commerce maritime se place comme une « dépendance de la puissance de la mer ». Les consignations des premiers retours en denrées coloniales reçues des Antilles jettent les bases de l’ascension sociale des élites marchandes havraises8. En revanche, les échecs patents des compagnies de commerce à privilège et monopole au Havre entre 1664 et 1713 révèlent les limites atteintes par l’engagement trop prononcé de l’Etat en matière de dirigisme économique par rapport à ses préoccupations stratégiques9.

  • 10 Zysberg, A., "La soumission du rivage aux volontés de l’Etat royal" in Etat, Marine et Société, Par (...)
  • 11 Par ex., une comparaison intéressante avec l’histoire portuaire de Bayonne à l’époque moderne in Po (...)

7La priorité politique des souverains du XVIème siècle consiste d’abord à reconnaître les limites réelles de leur puissance sur le littoral, à en maîtriser les territoires et leurs populations, les milieux portuaires10. L’exemple du Havre n’est pas unique11. Il n’en est pas moins le plus ancien et très certainement le plus riche en expériences menées par l’Etat.

2. La monarchie et ses ambitions maritimes havraises

2.1. La dualité portuaire havraise

  • 12 Fauchere, N., "Le roi et la fortification des ports normands à la Renaissance" in Soc. Hist. A rch. (...)
  • 13 François 1er affirme : "Je voudrais bien voir la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage (...)
  • 14 Solnon, J.-F., La Cour de France, Paris, 1987, pp. 51-57.
  • 15 La question reste encore à trancher entre dualité et complémentarité portuaire : Jean Meyer affirme(...)

8Les ports de guerre et de commerce sont les points d’appui stratégiques permanents de la politique royale dans ses relations avec les autres puissances européennes12. La création du nouveau port d’estuaire, désirée par Louis XI, aboutie par la volonté de François 1er, s’inscrit dans la double perspective d’expansion politique et maritime du royaume13. Cette dernière s’incarne d’ailleurs dans la tradition des voyages royaux14 successifs au Havre de François 1er, d’Henri II puis de Louis XV et Louis XVI. Dès sa fondation, le port est voué à la dualité militaire et marchande jusqu’aux guerres révolutionnaires15.

  • 16 Wallerstein, I., Capitalisme et Economie-Monde., op. cit., t. 1, p. 313 : "Le capitalisme se fonde (...)
  • 17 Les économistes Rosenberg et Birdzell in Comment l’Occident s’est enrichi, Paris, Fayard, 1989, ins (...)
  • 18 Lespagnol, A., "Etat mercantiliste et littoral dans la France des XVIIème-XVIIIème siècles. Une pre (...)

9Les opérations navales régulièrement entreprises au Havre sous l’Ancien Régime sont le fruit des décisions de l’Etat ou menées pour le compte de particuliers parfois en association avec la Marine royale pendant les conflits. La question des opérations commerciales havraises appelle en revanche des remarques préliminaires. A l’exception notable de la Hollande, les autres puissances maritimes européennes développent leurs économies marchandes respectives à l’abri des protectionnistes préparant l’essor capitaliste de leur bourgeoisie16. D’autre part, l’intégration des colonies dans le système mercantiliste entraîne la recherche d’une meilleure productivité du processus agro-commercial colonial17. Enfin, pour mieux maîtriser les échanges mercantilistes, les gouvernements admettent l’importance économique majeure de l’instrument portuaire par l’ampleur des crédits publics investis soit dans les compagnies de commerce à privilèges et monopole, soit dans les infrastructures portuaires18. La réussite commerciale du Havre dépend donc en grande partie de la capacité politique et administrative du pouvoir central à relever ces défis en imposant son autorité sur les milieux littoraux et maritimes.

2.2. Le contrôle royal et son établissement au Havre

  • 19 Perrichet, M., "Les gens de mer dans la France d’Ancien Régime" in Bull, de l’ass, des hist. mod. d (...)

10Les territoires comme les populations des franges côtières représentent pour le gouvernement des potentiels d’expansion à dominer. Les seigneuries littorales se voient contraintes à terme de transférer entièrement leurs droits et prérogatives au pouvoir régalien. Le gouvernement leur substitue ou crée ex nihilo de nouvelles structures adaptées et soumises aux ambitions du pouvoir royal. Les plus connues sont de nature administrative telle l’Administration des Classes de la Marine, ou judiciaires avec les sièges d’Amirauté. Celui du « Havre de Grâce, Harfleur, costes et lieux en dépendant » est institué en 1554 par édit de Henri II. Les communautés maritimes se voient insérées sans leur consentement au cœur d’un dispositif efficace d’encadrement pluri-institutionnel de type religieux, juridique, militaire et administratif assurant le relais avec le pouvoir central19.

  • 20 De La Personne, G., "L’intégration du paysage portuaire à la ville : exemple du Havre" in Cantal Du (...)

11Enfin, la monarchie bâtit son pouvoir dans la pierre pour signifier à tous la pérennité des institutions royales. Le site urbano-portuaire du Havre fait alors figure de laboratoire d’urbanisme. On recourt au lotissement20 des terres constructibles pour les quartiers d’habitation, en se référant aux canons italiens de l’urbanisme prônés par Bellarmato. La science nouvelle de l’ingénieur dirige au Havre l’édification des infrastructures administratives, militaires et maritimes. Richelieu ordonne la construction de la citadelle en 1628 ainsi que l’établissement d’une fonderie de canons à Gravide dirigée par les maîtres-fondeurs hollandais Jan Van Quidertalem et Simon Hogewoit. Le dernier élan d’expansion urbanistique d’Ancien Régime vient avec le plan Lamandé sous Louis XVI.

  • 21 John G. Everaert, dans sa thèse sur le commerce entre Ostende et Cadix, montre que Colbert, à l’enc (...)
  • 22 ADSM, J 151, parmi plusieurs exemples, le négociant-commissionnaire havrais Jean-Marc Belot, le fut (...)
  • 23 AMLH, BB 13, Le projet d’une statue royale érigée à l’initiative de l’échevinage du Havre, selon le (...)

12Toutefois, le pouvoir royal n’ignore pas qu’il lui faut toujours rechercher et conserver l’appui du milieu négociant21, le véritable animateur socio-économique local de qui dépend la tranquillité publique. L’équilibre socio-économique havrais repose en effet très largement sur l’adéquation entre l’offre et la demande globale générée par les activités marchandes et portuaires du négoce. Une des raisons principales du malaise social pré-révolutionnaire au Havre provient du chômage important créé tant par les apports migratoires accrus que par la stagnation du nombre des embarquements offerts par les armateurs22. En conséquence, le langage politique de la ville tenu à l’adresse de la monarchie reprend plus souvent qu’à son tour les vertus politiques nécessaires à la prospérité du commerce23.

3. Le négoce havrais, un modèle social atlantique particulier ?

3.1. Le négoce havrais, interlocuteur permanent de la monarchie

  • 24 Brasseul, J., Histoire des faits économiques, t. I, Paris, 1997, pp. 40-41, les coûts de transactio (...)
  • 25 Tarrade, J., "Les ports atlantiques et le réseau des chambres de commerce au XVIIIème siècle" in(...)

13L’Ancien régime social en France constitue un ensemble de groupes socio-économiques où l’individu doit se fondre dans la communauté, l’Ancien Régime étant une société holiste. Bien que dépourvu jusqu’au milieu du XVIIIème siècle de représentation officielle, le négoce maritime havrais maintient avec l’Etat un dialogue constant. Les institutions royales qui connaissent des litiges commerciaux deviennent rapidement d’un grand intérêt pour le milieu maritime marchand car leur fonctionnement efficace limitent les coûts de transactions24. D’ailleurs consciente des retards du développement économique maritime français, la monarchie absolue sollicite de plus en plus régulièrement les représentants du Commerce par le biais des réseaux des Chambres de Commerce25.

  • 26 Arch. Dép. Morbihan, E 2373, le négociant havrais Etienne Joseph Isabelle, ayant fait de bonnes aff (...)

14L’Etat ne peut se passer du négoce maritime au Havre pour pallier ponctuellement les déficiences administratives et militaires : avances de capitaux, guerre de course, fournitures navales, enquêtes commerciales... En retour, le gouvernement est parfois invité à prendre position en faveur des intérêts économiques du négoce havrais et de la population locale face aux autres corps constitués menaçant les intérêts communautaires comme l’octroi du statut de franchise portuaire aux ports de Bayonne ou Dunkerque. Bien souvent dans ce cas les officiers et commissaires royaux dont les émoluments dépendent directement de la prospérité portuaire se joignent aux voix du négoce maritime en appuyant les revendications présentées. Le dispositif de défense négociant s’adjoint ponctuellement, à titre collectif ou particulier, la protection de la haute aristocratie de Cour26.

  • 27 A. L. Rowse in The Elizabethans and America, 1959, pp. 7-8, affirme que la monarchie française oppo (...)
  • 28 Lespagnol, A., "Négociants, pouvoir local et développement portuaire à Saint-Malo aux XVIIème -XVII (...)
  • 29 Tarrade, J., Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime. L’évolution du règne de (...)
  • 30 Tarrade, J., "Le groupe de pression du commerce à la fin de l’Ancien Régime et sous l’Assemblée Con (...)
  • 31 Thesee, F., "Autour de la Société des Amis des Noirs : Clarkson, Mirabeau et 1’abolition de la trai (...)
  • 32 Braudel, F., Grammaire des Civilisations, Paris, 1987, p. 359. Problème bien analysé par Touchard, (...)
  • 33 Richard, G., "Un aspect particulier de la politique économique de la monarchie au XVIIème siècle. R (...)

15Les relations entre l’Etat monarchique et les milieux négociant des ports peuvent ponctuellement se tendre lors d’une divergence de vues en matière de dirigisme économique ou de stratégie politique27. Certains ports français du Ponant comme Saint-Malo s’opposent même catégoriquement à toute ingérence du pouvoir absolu dans le devenir portuaire local28. La question du maintien de l’Exclusif colonial illustre clairement ce problème29 après la guerre de Sept ans. Le négoce métropolitain craint la perte de son prospère monopole de transport et de commerce avec le domaine colonial antillais. Pour tenter d’infléchir la position du ministre, les milieux négociants constituent d’actifs groupes de pression et placent à leur tête des négociants notables dont Jacques François Bégouën du Havre30. Rien n’y fait pourtant, l’ouverture progressive des marchés coloniaux au commerce étranger devient effective. Les bénéfices issus de la droiture devenant de plus en plus restreints, un nombre croissant d’armateurs havrais doit se résoudre à expédier des armements négriers31 jusqu’en 1791, l’année de l’effondrement du commerce colonial et du rebondissement de la crise révolutionnaire. Parmi les grands perdants de la Révolution française, la bourgeoisie marchande peut légitimement reprocher à la monarchie absolue de n’avoir pas su confier plus largement, comme dans l’Angleterre du XVIIème siècle, les principaux leviers politiques et économiques du pays32. Les événements politiques de 1789 sont accueillis avec enthousiasme par le négoce havrais en réaction à un pouvoir royal trop imbu de l’absolutisme, trop jaloux de voir lui échapper l’ordre social fondant sa légitimité. Toutefois, le bilan comporte un volet positif pour l’ascension sociale des élites négociantes : le rapprochement socioculturel des élites marchandes et aristocratiques amorcé par le pouvoir royal depuis le XVIIème siècle33.

3.2. Le négoce havrais, un modèle culturel original du monde atlantique ?

  • 34 Arch Dép. Morbihan, E 2394, à Delaye frères de Lorient, "Je désire que vous vous soyez bien amusé à (...)
  • 35 Saunier, E., "Les pratiques culturelles dans un grand port de traite, les négriers havrais et la Fr (...)

16Il est courant de dénigrer le modeste noyau culturel havrais sous l’Ancien Régime. Il est vrai que les idées nouvelles du siècle suscitent une indifférence ironique de la part du pragmatique négociant. Le négociant Jean-Baptiste Allègre rapporte dans sa correspondance que sa loge maçonnique havraise, l’Aménité, a commenté avec amusement le Contrat social de Jean-Jacques Rousseau34. Toutefois, il existe réellement un terreau culturel spécifique, certes restreint mais actif, inséré dans les réseaux de sociabilité du royaume comme la Franc-maçonnerie dont la problématique provinciale a récemment été renouvelée en profondeur par les travaux d’Eric Saunier35. Ce microcosme doit toutefois être étudié comme tel et non par rapport à des référants culturels urbains inadaptés au cas particulier du Havre.

  • 36 Tuncq, E., Voyage en pays négociant. Le Havre au siècle des Lumières t. I : Techniques et formation (...)
  • 37 Arch. Dép. Seine-Mar., C 910, De Gaulle, ingénieur Hydrographe du roi au Havre avant la Révolution (...)
  • 38 Laissus, Y., "Les cabinets d’histoire naturelle", in TATON, R, (éd.), Enseignement et diffusion des (...)
  • 39 Roche, D., "Négoce et culture dans la France du XVIIIème siècle" in Rev. d’Hist. Mod. et Cont., 197 (...)

17La culture havraise demeure intimement associée à l’essor économique portuaire au cœur d’un espace urbain socialement peu hiérarchisé et dominé par les élites du négoce et de l’office. La complexité croissante des activités maritimes place les négociants en situation de recherche informative accrue. On distingue deux types d’acquisition de l’information liés à l’urgence du besoin. La première catégorie concerne les informations commerciales immédiates, "volatiles", très courues, vite oubliées comme les cours des denrées d’Europe et d’outre-mer, le change des monnaies, les mouvements de navires. La « feuille maritime » locale, la presse provinciale ou parisienne répondent généralement à ce premier type de besoin. Mais lorsque le négociant calcule la rentabilité, pèse les risques d’une expédition commerciale lointaine, recherche de nouveaux débouchés, il fait appel à l’érudition dans des domaines aussi divers que les langues étrangères, l’ethnologie, les ressources naturelles, la géographie, comme le témoignent les contenus des bibliothèques de négociants analysés par Eric Tuncq36. Le rationalisme des Lumières associé aux succès des campagnes d’explorations océanographiques du siècle et de la publication de l’Encyclopédie encouragent la curiosité sinon l’essor scientifique au Havre37. Le négociant Michel Joseph Dubocage de Bléville possède comme l’abbé Dicquemare un jardin botanique38. Les retombées de ces progrès diffusés par l’édition profitent ainsi largement au succès commercial du négoce régnicole39.

  • 40 Arch. Dép. Yvelines, E 1426, Jeanne Marie Eustache épouse et veuve de Gui Simon de Kersaint, capita (...)
  • 41 AD Yvelines, E 1447, Registre des délibérations des intéressés aux fonderies de Romilly, le comte d (...)
  • 42 AD Yvelines, E 1453, Kersaint a dressé un long mémoire sur le port du Havre et les projets relatifs (...)
  • 43 Boyd, Julian, P. (ed.), The papers of Thomas Jefferson, t. XII, XIII, XV, Princeton University Libr (...)

18Les réseaux d’alliances familiales et les correspondances d’affaires jouent aussi un rôle culturel majeur en faveur de l’essor économique portuaire. Le clan des Eustache, vieille famille marchande havraise, est lié aux Kersaint40, célèbres officiers de Marine et propriétaires d’une habitation aux Antilles. Par cette alliance, les Kersaint abordent les milieux coloniaux et maritime havrais au point d’en partager les problèmes et d’avancer des solutions concrètes. Les Archives départementales des Yvelines conservent les nombreux et remarquables mémoires rédigés par Kersaint. Les multiples centres d’intérêt de ce dernier portent notamment sur les améliorations techniques à apporter aux navires de guerre et marchands41, les problèmes du crédit aux colonies, et l’extension du port du Havre42. Les perspectives incertaines de développement du commerce maritime avec les Etats-Unis après 1783 préoccupent beaucoup les négociants du Havre. Ces derniers avaient fondé beaucoup d’espoir sur la mise en place de nouveaux échanges commerciaux après la guerre d’indépendance. Certains ont même pris une participation directe dans le conflit comme Jacques Ambroise Rialle. La maison d’armement Lecouvreur transporte des armes sur leurs navires pour le compte de Beaumarchais. La déception voire l’inquiétude ressortent de la correspondance du négociant-armateur André Limozin adressées à Thomas Jefferson43.

Conclusion

19L’affirmation hégémonique européenne de l’économie-monde impose un nouvel ordre économique aux Etats de la période Moderne. Les puissances maritimes hollandaises puis anglaises dominent et organisent à leur seul profit la production et les échanges internationaux. Rapidement distanciée à cause des troubles politiques et religieux du second XVIème siècle, la monarchie de France ne peut ensuite relever pleinement le double défi terrestre et maritime imposé par la conjoncture internationale.

20L’Etat s’oriente alors au XVIIème siècle vers une politique mercantiliste privilégiant l’outil portuaire à vocation navale ou commerciale. La dualité des fonctions du port du Havre constitue à ce titre un observatoire privilégié des expériences du pouvoir sous l’Ancien Régime. Populations et espaces côtiers font l’objet d’un encadrement pluri-institutionnel étroit. Mais, par nécessité, le gouvernement prend soin de maintenir un dialogue constant avec les milieux maritimes marchands.

21Cette politique d’Etat conduit au rapprochement des élites marchandes, aristocratiques et administratives. Elle favorise l’éclosion d’un milieu culturel original dont les centres d’intérêts sont essentiellement orientés vers la mise en valeur scientifique, technique et commerciale de l’économie maritime havraise. L’originalité du modèle maritime havrais sous l’Ancien Régime lui confère ainsi une identité particulière parmi les sociétés urbano-portuaires de l’aire atlantique.

Note

1 Braudel, F., Civilisation matérielle, économie et capitalisme, XVème-XVIIIème siècle, 3 vol., t. III, Paris, 1979, p. 327.

2 Louis XI charge en janvier 1477 le général de Savoie et le lieutenant-général du bailliage de Caux de rechercher un site neuf dans l’estuaire de Seine propre à remplacer Harfleur. Il ordonne le relevé topographique de l’estuaire effectué par deux peintres, dont sans doute Jehan Bourdichon, "paintre et enlumineur" qui réalise plusieurs relevés de Caudebec-en-Caux, cf., Douet d’arcq, Comptes de l’Hôtel des rois de France, p. 282, compte de 1480-1481, fol. 92.

3 Adda J., "Braudel, Wallerstein et le système de "l’économie-monde" in Alternatives Economiques, déc. 1996, no 143, pp. 64-67.

4 Il est frappant de constater le recul voire la quasi-extinction de la traite négrière (mais pas immédiatement de l’esclavage) pendant l’apogée économique d’un centre de l’économie-monde : la West Indische Compagnie hollandaise créée en 1625 disparait en 1736, la traite anglaise, mise en difficulté par le mouvement abolitionniste de Clarkson en 1787, est prohibée ainsi qu’aux Etats-Unis en 1807, cf, POUSSOU, J.-R, (et alii), Espaces coloniaux et espaces maritimes au XVIIIème siècle, Paris, 1997, pp. 230-232.

5 Wallerstein, I., Le système du monde du XVème siècle à nos jours, t. I : Capitalisme et Economie-monde, Paris, Flammarion, 1984, pp. 84-85.

6 Villiers, R, Duteil, J.-R, L’Europe, la mer et les colonies, XVIIème-XVIIIème siècles, Paris, 1997, pp. 70-139. Acerra, M., Zysberg, A., L’essor des marines de guerre européennes, 1680-1790, Paris, 1997, pp. 62-73.

7 D’après R C. Spooner puis I. Wallerstein, "la décennie 1550-1560 fut décisive pour la France", la pénurie d’or pousse les armateurs du Ponant à l’exploration africaine. Les retours de métaux précieux dans les ports français dont le Havre dynamisent l’économie maritime avant la période des guerres de Religion, cf, Spooner, F.C., "A la côte de Guinée sous pavillon français (1559-1561)" in Studi in onore di Armando Sapori, t. II, Milan, 1962, pp. 1001-1008. Les premières expéditions négrières françaises semblent aussi avoir lieu dès les années 1580-1600, cf, Villiers, R, "Flibustiers, négriers, planteurs aux Antilles" in coll. Les Normands et les Amériques, Le Havre, 1992, Cah. Hav. de Rech. Hist., hors-série, 1993, p. 102 et id., Les Corsaires du littoral, Lille, 2000, pp. 18-43, présente un excellent résumé du contexte maritime de la période.

8 La protection du Cardinal à Jean Cavelet, sieur du Hertelay, marchand-armateur du Havre dans le commerce avec l’Amérique fait de ce dernier la "créature" de Richelieu dans le port normand, cf, Barrey, Ph., "Les origines de la colonisation française aux Antilles : la Compagnie des Indes occidentales" in Rec. de la Soc. Hav. d’Et. Div., LXXXIV, Le Havre, 1917, pp. 122-145.

9 Par ex., l’échec final de la Compagnie du Sénégal au Havre in Delobette, E., "La traite négrière au Havre aux XVIe et XVIIe siècles. Premiers repérages heuristiques et essai de mesure quantitative" in Wauters, E., (éd.), Les ports normands : un modèle ?, 1998, Rouen, 1999, pp. 91-95.

10 Zysberg, A., "La soumission du rivage aux volontés de l’Etat royal" in Etat, Marine et Société, Paris, 1995, pp. 439-455.

11 Par ex., une comparaison intéressante avec l’histoire portuaire de Bayonne à l’époque moderne in Pontet, J., "Bayonne, port moyen à l’époque moderne" in Collin, M., (dir.), Ville et Port, XVIIIème-XXème siècles, Paris, 1994, pp. 25-39.

12 Fauchere, N., "Le roi et la fortification des ports normands à la Renaissance" in Soc. Hist. A rch. Norm., Rouen, congrès de 1990, Cherbourg, Les Normands et la mer, pp. 233-237.

13 François 1er affirme : "Je voudrais bien voir la clause du testament d’Adam qui m’exclut du partage du monde", c’est rappeler ici l’antagonisme juridique du Mare clausum ibérique contre le Mare liberum de Grotius en 1609, cf L’Histoire, no 146, p. 144. La création du nouveau port normand ne pénètre que lentement les mentalités du royaume : ainsi, Rabelais fait-il embarquer Pantagruel et son escorte à "Hommefleur" en 1532, année de la première publication du Pantagruel, cf, Scheler, L. (éd.), Rabelais. Œuvres complètes, Paris, rééd., 1982, p. 269.

14 Solnon, J.-F., La Cour de France, Paris, 1987, pp. 51-57.

15 La question reste encore à trancher entre dualité et complémentarité portuaire : Jean Meyer affirme "qu’on ne peut séparer et traiter à part la politique commerciale maritime et la politique militaire navale : ce ne sont que les deux volets d’une même et unique politique..." in "Louis XIV et les puissances maritimes", XVIIème siècle, no123, 1979, p. 171.

16 Wallerstein, I., Capitalisme et Economie-Monde., op. cit., t. 1, p. 313 : "Le capitalisme se fonde sur la prise en charge constante des pertes économiques par des entités politiques, tandis que le profit économique est distribué à des individus" privés".

17 Les économistes Rosenberg et Birdzell in Comment l’Occident s’est enrichi, Paris, Fayard, 1989, insistent sur la naissance et l’essor en Europe d’une sphère économique autonome et sur l’importance des innovations techniques, commerciales et institutionnelles liées à la découverte des marchés neufs après les grandes découvertes du XVème siècle. La croissance du commerce colonial c’est le travail et le capital, mais aussi les "facteurs immatériels" tels le niveau de formation, recherche-développement de la production agricole (irrigation, technologie des moulins à sucre, rafffinage des sucres terrés, etc.), organisation du marché à l’aide de capitaux, des circuits logistiques et de distribution.

18 Lespagnol, A., "Etat mercantiliste et littoral dans la France des XVIIème-XVIIIème siècles. Une première forme d’aménagement de l’espace littoral" in Le Bouedec, G., Chappe, F. (dir.), Pouvoirs et littoraux du XVème au XXème siècle, actes du colloque int. de Lorient 24, 25 et 26/09/1998, PU. Rennes II, 2000, pp. 349-358. Une synthèse des ouvrages portuaires du second XVIIe siècle entrepris au Havre par le pouvoir royal in Peter, J., Le port et l’arsenal du Havre sous Louis XIV, Paris, 1995.

19 Perrichet, M., "Les gens de mer dans la France d’Ancien Régime" in Bull, de l’ass, des hist. mod. des univ., La mer à l’époque moderne, 1980, no 5.

20 De La Personne, G., "L’intégration du paysage portuaire à la ville : exemple du Havre" in Cantal Dupart, M., Chaline, C. (éds.), Le port cadre de ville, Paris, 1993, p. 18, propose un intéressant schéma résumant l’interdépendance liant les activités humaines, la transformation des paysages et leur influence sur les hommes.

21 John G. Everaert, dans sa thèse sur le commerce entre Ostende et Cadix, montre que Colbert, à l’encontre du scepticisme des marchands havrais, a tenté en 1669 de capter ce circuit commercial en créant une route mixte terrestre et maritime de Lille à Cadix via le Havre qu’il voulait également industrialiser "à l’imitation des villes de Flandres". La maison flamande Boussemaert expédie par le Havre 20 % de ses marchandises pour Cadix entre 1670 et 1677, Everaert, J. G., De internationale en koloniale Handel der Vlaamse firma’s te Cadix. 1670-1700, Bruges, 1973.

22 ADSM, J 151, parmi plusieurs exemples, le négociant-commissionnaire havrais Jean-Marc Belot, le futur maire du Havre, ne trouve aucun embarquement pour le neveu de Pierre Nicolas Antoine Pip de Dieppe, l’associé de son fils Augustin Belot à la Guadeloupe, 23/01/1787. Une excellente étude plus élargie de la question par Le Goff, T.J.A., "Offre et productivité de la main d’œuvre dans les armements français au XVIIIe siècle", in Histoire, Economie, Société, no 2, année 1983, pp. 457-473.

23 AMLH, BB 13, Le projet d’une statue royale érigée à l’initiative de l’échevinage du Havre, selon les canons de l’urbanisme du siècle, prévoit les représentations politiquement significatives de quatre vertus cardinales censées inspirer le monarque : la Religion, la Générosité, la Justice, la Bonté. Le roi se dresse debout vêtu à la romaine (p.-ê., discret rappel de la Pax Romana Octavienne) et non en guerre ou à cheval. 1683-1684.

24 Brasseul, J., Histoire des faits économiques, t. I, Paris, 1997, pp. 40-41, les coûts de transaction élevés (activités non-productrices visant à réduire les coûts de production : droit des affaires, banque, comptable...) constituent un obstacle important à la croissance. Les institutions ont alors pour rôle de "contenir la montée des coûts de transactions qui accompagne la division accrue du travail et donc la complexité croissante des sociétés".

25 Tarrade, J., "Les ports atlantiques et le réseau des chambres de commerce au XVIIIème siècle" in Mémoires de la Société des Antiquaires de l’Ouest, 5e série, t. III, 1995, pp. 303-312.

26 Arch. Dép. Morbihan, E 2373, le négociant havrais Etienne Joseph Isabelle, ayant fait de bonnes affaires à Mexico et futur banquier à Paris, jouit des protections du marquis de Puységur et du maréchal de Tonnerre. Jean Baptiste Charles Robert Le Barrois d’Orgeval est officier de la maison du comte d’Artois avant de s’établir négociant-banquier au Havre en 1790, ADSM, 6 M 1181.

27 A. L. Rowse in The Elizabethans and America, 1959, pp. 7-8, affirme que la monarchie française opposée au Protestantisme dessert les intérêts des groupes socio-professionnels de plus en plus engagés dans la contrebande active aux Antilles au détriment de l’empire colonial espagnol. A la demande de la couronne d’Espagne en 1556, Henri II accepte d’interdire officiellement l’interlope français au grand mécontentement des milieux portuaires. Les chances françaises de devenir le centre de l’économie-monde s’éloignent définitivement à compter de cette période, Acerra, M., Martiniere, G., (dir.), Coligny, les Protestants et la mer, Paris, PUPS, 1997 et sur les succès de l’essor huguenot dans faire atlantique, Martiniere, G., Poton, D., Souty, R, (dir.), D’un rivage à l’autre. Villes et Protestantisme dans l’Aire Atlantique (XVIème-XVIIème siècles), La Rochelle, colloque des 13-14/11/1998, Paris, 1999.

28 Lespagnol, A., "Négociants, pouvoir local et développement portuaire à Saint-Malo aux XVIIème -XVIIIème siècles" in Collin, M., (dir.), Ville et port XVIIIème-XXème siècles, Paris, 1994, pp. 181-192.

29 Tarrade, J., Le commerce colonial de la France à la fin de l’Ancien Régime. L’évolution du règne de "l’exclusif" de 1763 à 1789, 2 vol., Paris, 1972.

30 Tarrade, J., "Le groupe de pression du commerce à la fin de l’Ancien Régime et sous l’Assemblée Constituante" in Bulletin de la Société d’Histoire Moderne, 69e année, XIVème série, no 2. 1970, pp. 23-27.

31 Thesee, F., "Autour de la Société des Amis des Noirs : Clarkson, Mirabeau et 1’abolition de la traite (août 1789-mars 1790)" in Présence africaine, année 1983, no 125, pp. 3-81. L’auteur souligne combien la plupart des armateurs havrais hésitent à entreprendre ce genre d’expéditions aventureuses, préférant recourir au relais rassurant des comploirs anglais de traite en Afrique.

32 Braudel, F., Grammaire des Civilisations, Paris, 1987, p. 359. Problème bien analysé par Touchard, J., Histoire des idées politiques, t. 1, Paris, PUF, 4e éd., 1971, pp. 314-353.

33 Richard, G., "Un aspect particulier de la politique économique de la monarchie au XVIIème siècle. Richelieu, Colbert, la noblesse et le commerce" in XVIIème siècle, 1960, pp. 11-41.

34 Arch Dép. Morbihan, E 2394, à Delaye frères de Lorient, "Je désire que vous vous soyez bien amusé à la lecture du contrat social".

35 Saunier, E., "Les pratiques culturelles dans un grand port de traite, les négriers havrais et la Franc-Maçonnerie" in Corm. des Trav. Hist. et Scient., 1998.

36 Tuncq, E., Voyage en pays négociant. Le Havre au siècle des Lumières t. I : Techniques et formations, t. II : Lectures et sociabilités, mém. maît., Rouen, 1992.

37 Arch. Dép. Seine-Mar., C 910, De Gaulle, ingénieur Hydrographe du roi au Havre avant la Révolution française sollicite auprès de l’Intendance de Rouen l’autorisation d’une deuxième expérience d’un ballon aérostatique "enlevé par le feu".

38 Laissus, Y., "Les cabinets d’histoire naturelle", in TATON, R, (éd.), Enseignement et diffusion des sciences en France au XVIIIème siècle, Paris, 1964, p. 703-704.

39 Roche, D., "Négoce et culture dans la France du XVIIIème siècle" in Rev. d’Hist. Mod. et Cont., 1978, pp. 375-395.

40 Arch. Dép. Yvelines, E 1426, Jeanne Marie Eustache épouse et veuve de Gui Simon de Kersaint, capitaine de vaisseau. ADSM, 1 Mi 960, descendance de S. Eustache, né vers 1575, échevin du Havre.

41 AD Yvelines, E 1447, Registre des délibérations des intéressés aux fonderies de Romilly, le comte de Kersaint est actionnaire dans la fonderie de cuivre et de laminage de Romilly-sur-Andelle dirigée par Elie Lefebvre frères de Rouen. Les feuilles de cuivre produites sont appliquées sur les oeuvres vives des carènes pour protéger le bordage et augmenter les performances nautiques des navires, 1787-1789.

42 AD Yvelines, E 1453, Kersaint a dressé un long mémoire sur le port du Havre et les projets relatifs à son agrandissement sans doute communiqué par Eustache du Havre.

43 Boyd, Julian, P. (ed.), The papers of Thomas Jefferson, t. XII, XIII, XV, Princeton University Library, 1950.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540