Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Première partie. Identités, Représentations, Culture

Place et représentation des ports dans l’iconographie des compagnies maritimes

Dominique Boudet

Texte intégral

1Par iconographie des compagnies maritimes, nous entendons tous les documents illustrés émis par les sociétés à l’attention du public, dans le cadre de leur activité commerciale, et comportant une référence à un port. Nous y ajoutons quelques documents et commentaires de presse quand ils éclairent le sujet.

2Nous nous limiterons évidemment à quelques exemples, tirés principalement de l’histoire de la Compagnie des Messageries Maritimes et de la Compagnie Générale Transatlantique. Notre ambition n’est pas de traiter le sujet de manière exhaustive, mais seulement d’ouvrir des pistes susceptibles d’intéresser les chercheurs. La remarquable exposition sur les paysages portuaires qui s’est tenue récemment à l’Espace Vauban au Havre, à l’occasion du printemps des musées, montre qu’il existe une matière pour des recherches approfondies sur de tels sujets.

3Nous n’avons pas choisi la facilité, mais nous avons été aidés par la riche iconographie dont l’association French Lines est dépositaire au Havre, dans ses fonds d’archives et de documents originaux : livres, tableaux, brochures, cartes postales, affiches, photos, titres d’action, sans oublier les symboles d’identification des marques comme les logos, etc.

4Plus les documents sont anciens, plus ils exigent de recherches pour les localiser, les dater, les comprendre. Non seulement les paysages ont changé - et Dieu sait si un port change, au gré de l’approfondissement et du déplacement de ses bassins, de l’allongement de ses quais, des destructions dont il est parfois, hélas, la victime-, mais aussi l’outillage, les équipements, les noms des quais, les points de repère - phares, sémaphores, digues, etc.

5L’identification des documents modernes et contemporains présente des difficultés d’une autre nature, s’agissant de ports de charge ; l’uniformisation des navires et de l’outillage portuaire, découlant de la conteneurisation, rend parfois difficiles la localisation et la datation de toute image vue d’un peu loin ; rien ne ressemblant plus à un terminal à conteneurs qu’un autre.

6Horace Vernet a donné à l’iconographie portuaire ses lettres de noblesse ; le travail qu’il a réalisé sur les ports français à la demande de Louis XIV reste inégalé, sur le plan historique et au niveau artistique. Notre sujet est différent, puisqu’il concerne l’iconographie des compagnies maritimes, lorsqu’elle est associée à l’image d’un port.

  • 1 Affiche « La Touraine », Eugène Marx, Service postal français Le Havre - New York en 7 jours (entre (...)

7Jusqu’à la fin du 19ème siècle, l’iconographie des compagnies maritimes est dominée par l’image du navire, chef d’œuvre technique, célébré pour sa taille, sa capacité, le nombre de ses cheminées, sa vitesse, la puissance de ses moteurs, etc. Tout y ramène : affiches, brochures publicitaires, étiquettes, billets. Les progrès techniques étaient si rapides, avec en deux générations ces « sauts technologiques » majeurs comme le triomphe de la vapeur sur la voile, de l’hélice sur la roue à aubes, du fer sur le bois, de l’acier sur le fer, qu’il ne semblait pas que le paquebot voulut partager avec d’autres « acteurs » les privilèges que confèrent la célébrité et la lumière des projecteurs1.

  • 2 Huile de Le Quesne, l’allégorie de la Transat, revêtue d’une robe à disques rouges, salue l’allégor (...)

8Les journaux, comme l’Illustration, accentuaient ce caractère laudatif. Le Normandie n’est pas seulement un tour de force technique, il est « comme les cathédrales, l’œuvre de tout un peuple ». Plus loin, le paquebot est le symbole visible de la puissance des nations, « c’est l’Europe qui vient saluer l’Amérique »2. Dans ce contexte marqué par les superlatifs, il restait peu de place pour les autres acteurs, pour l’acteur « port » en particulier.

9Et cependant, à y regarder de près, on observe que l’image du port est toujours présente dans les grandes occasions, en particulier lorsque l’on veut marquer les esprits fortement - c’est à dire par une émotion-, et durablement, par une mise en perspective avec le passé. Car si les paquebots brillent et font la une de l’actualité, ils finissent toujours, hélas, par en sortir un jour ou l’autre ; ils finissent sous le chalumeau, quand ils ne connaissent pas un destin plus tragique ; tandis que les ports sont enracinés dans la durée, dans l’histoire et aussi, bien entendu, dans la géographie.

10Nous retrouverons donc les ports dans quelques moments privilégiés de la vie des compagnies, à travers trois cas précis :

  1. Les images fondatrices de la naissance des compagnies.

  2. Les images d’événements heureux, comme le lancement de navires et de lignes, et associées à de grands événements, médiatiques comme la course au ruban bleu, ou épiques comme l’émigration.

  3. Les images où le paquebot et le port sont associés, par « intérêt » partagé, quasiment « à égalité », lorsqu’il s’agit de jouer dans les registres de la sécurité, la régularité, la rapidité, l’efficacité, voire la solidarité.

  • 3 Paquebot vient de « Packet-boat » : navire transportant le paquet des dépêches postales.

11Les grands armements sont nés au milieu du 19ème siècle, en Europe et aux Etats-Unis, sous la forme de sociétés anonymes, nées de la collaboration des capitaux privés, et des aides des Etats, désireux d’assurer par voie maritime les liaisons postales d’un bout à l’autre de leurs zones d’influence3.

1. Images fondatrices de la naissance des compagnies

1.1. Actions de la Compagnie Générale Transatlantique4

  • 4 Titre d’action de la Cie Générale Maritime, Archives Association French Lines. Voir les pages coule (...)

12L’action, armoriée, illustrée, validée par la signature d’un membre du Conseil d’administration, représentait le titre de propriété palpable des petits porteurs, et les coupons détachables, leurs espérances de gains futurs.

13La première Compagnie Maritime créée par Isaac et Emile Péreire s’appelait la « Cie Générale Maritime ». Elle fut autorisée par le décret impérial du 2 mai 1855, avec un capital de 30 millions, divisé en 60 000 actions de 500 francs chacune. L’absorption de « La Terre Neuvienne de Granville » permet à la nouvelle société de se constituer une flotte. Pour obtenir de l’argent frais, nécessaire à l’achat de nouveaux bateaux, le Crédit Mobilier, banque des Péreire, devait placer ces titres dans le public. Pour « faire sortir les louis d’or des lessiveuses », il fallait donc faire une belle image, qui fasse un peu rêver, et qui surtout donne confiance.

14Pour obtenir ce résultat, on a fait appel à deux spécialités différentes d’artistes graphistes : l’un dessinait les bandeaux, l’autre calligraphiait les lettres - très importantes, pour sécuriser le document, car en cas de contrôle on devait pouvoir recoller le haut du titre au carnet à souche dont il avait été extrait, par le prolongement des lettres en caractères gothiques du mot « Cie Générale Maritime ».

15De part et d’autre de l’Europe, assise sur la plus haute marche du podium, tenant le sceptre, l’Amérique, ceinte d’un diadème de plumes, l’Asie, puis l’Afrique et l’Océanie. A gauche, on reconnaît le Havre avec la Tour François 1er (1520-1862), la jetée Nord et son phare, le Grand quai - devenu quai de Southampton-, à gauche le bassin de la Barre, et à droite le bassin de Leure. A droite Marseille, avec à gauche, le fort St Jean, achevé vers 1646, à droite le fort St Nicolas - construit de 1660 à 1664 sur ordre de Louis XIV - ; au fond Notre-Dame de la Garde-en construction-et qui ne sera achevée qu’en 1864, « signature » incontournable de toutes les images représentant des navires dans le port de Marseille. Sur les bandeaux latéraux, accumulation baroque des marchandises transportées par une compagnie internationale : thé, tabac, rhum, bijoux ; en bas au milieu, une scène d’immigration, idéalisée, à moins qu’il ne s’agisse d’une scène de « colonisation ».

  • 5 A l’occasion de l’ouverture de la ligne du Mexique par le « Louisiane » en 1862, Saint-Nazaire a fa (...)

16Après 1861, suite à une concession postale signée avec l’Etat - ligne postale de New York et des Antilles-, l’empereur Napoléon III autorise la Cie Générale Maritime à s’appeler Cie Générale Transatlantique. Il est alors fait appel à un autre dessinateur, italien domicilié en France, Hercule Catenacci (1816-1884), et ce sont cette fois non plus deux mais quatre ports qui sont représentés : de part et d’autre de Mercure, dieu du commerce tenant le caducée, des angelots présentent en haut Nantes et La Havane, en bas New York et Le Havre5.

  • 6 Diffusion à 60 000 exemplaires pour l’action d’origine.

17Pour satisfaire au critère d’images « fondatrices », ces images devaient être fortes - c’est à dire comporter un message clair, immédiatement lisible-, et jouir de la diffusion la plus large possible6. S’agissant d’un document conçu pour faire appel à l’épargne et inspirer la confiance, l’élément de risque qu’est le navire reste secondaire par rapport à l’élément sécuritaire que sont le port ou la marchandise. On retrouve bien ici derrière la notion de « titre de créance », le terme « croyance », d’étymologie voisine, et celui de « confiance », de signification voisine.

1.2. Le logo des Messageries Maritimes7

  • 7 Affiche de la Marseillaise, de 1949, portant le logo des Messageries Maritimes. Archives Associatio (...)

18L’histoire du logo des Messageries Maritimes est exemplaire à cet égard. Arrivées dans le transport maritime en 1851, soit quatre ans avant la Compagnie Générale Transatlantique - qui y était arrivée par le Saint-Simonisme et par la banque-, les Messageries Impériales - qui furent aussi « nationales » ou « royales » selon les régimes - pratiquaient le transport de passagers et de colis par diligences depuis 1798, date de création de « l’Entreprise Générale des Messageries » à Paris, place Notre Dame des Victoires. Leurs compétences étaient reconnues et multiformes dans ce domaine, où elles avaient avec succès décliné toutes les formes possibles de diligences : sur route bien sûr avec attelages, sur rail, avec des coches d’eau sur la Saône, et même par traîneaux dans les Alpes. La concurrence du chemin de fer se faisant plus pressante, l’activité maritime leur était apparue comme leur seule chance de diversification et de survie.

19D’où la création, en 1852, de la « Compagnie des services maritimes des Messageries Impériales », pour exploiter la ligne postale de Méditerranée et du Proche-Orient. Et le choix comme logo d’une tête de Licorne, animal mythique permettant de combiner l’origine hippomobile de la société, la tête de cheval, au symbole maritime bien connu qu’est la défense du narval. Pour témoigner une reconnaissance très appuyée à Marseille, port tête de ligne du premier service postal, on couronne la Licorne- dès 1851, où on la retrouve sur les jetons de présence en argent des premiers administrateurs - d’une tour crénelée représentant les fortifications de Marseille.

  • 8 Notons que le pavillon de la Cie Générale Transatlantique hérité de « la Terre Neuvienne de Grandvi (...)

20Le logo combinait à la fois l’enracinement de la société dans son passé de société de transport terrestre, par une image forte, bien adaptée, et la fidélité au port d’origine, berceau de la Compagnie. Il porta, avec le pavillon aux quatre coins rouges, l’image de la Compagnie sur toutes les mers du globe jusqu’en 1977, soit pendant 126 ans8.

2. Images d’événements heureux comme le lancement de navires et de lignes, ou associées à de grands événements, médiatiques comme la course au ruban bleu, ou épiques comme l’émigration

2.1. « La Touraine » et le « Panorama de la Cie Générale Transatlantique » à Paris, au Trocadéro, à l’occasion de l’Exposition Universelle de 18899

  • 9 Archives Association French Lines.

21Peu connu, et quasi oublié, cet épisode illustre le sens de la communication et l’esprit d’à propos d’Eugène Péreire. Il profite de la renommée de l’Exposition Universelle de 1889, avec la construction de la Tour Eiffel, pour installer au pied même du monument un panorama géant entièrement dédié à la Cie Générale Transatlantique, à la « Touraine » - en cours d’achèvement, à Saint-Nazaire -, et à son port d’attache, le Havre. Il s’agit, à ma connaissance, du plus bel hommage jamais rendu par Paris au port du Havre, en plein cœur de la capitale. Selon l’Illustration de l’époque, plus de deux millions de personnes visitèrent cette attraction, ce qui revient à dire qu’un visiteur de la Tour Eiffel sur deux se rendait ensuite au Panorama !

22Probablement dus à une invention anglaise, les panoramas et autres dioramas - panoramas combinés à des effets de lumière, ancêtres des effets spéciaux-, perfectionnés par Daguerre, animaient la vie des boulevardiers de Paris, amateurs du spectacle des grandes batailles de l’Empire, ou des vues de Constantinople ou de Rio, qu’ils pouvaient ainsi admirer, sans se déplacer, tant « l’illusion était parfaite ».

23M. Nénot, architecte de la Sorbonne, avait donc conçu un kiosque sur pilotis, sur le quai de Seine, dans le prolongement de l’avenue de la Bourdonnais, démontable et transportable - il devait pouvoir ensuite porter aux USA, de ville en ville, le renom de la Transat, de ses bateaux et de son port.

24En façade, l’entrée sous l’image d’un bateau Transat et la liste des 72 bateaux de la Compagnie ; autour du dodécaèdre, façade extérieure, 11 panneaux carrés dédiés aux lignes et ports desservis, 3 consacrés aux plans des ports du Havre, de Nantes et de Saint-Nazaire. A l’intérieur, au rez-de-chaussée, 11 loges aux bords peints en noir, avec au fond de grandes peintures illustrant des scènes à bord des navires, l’entrée des navires dans les ports de Marseille, d’Alger, de New York. Au Havre, Théophile Poilpot, déjà auteur d’une dizaine de panoramas à succès, a choisi d’illustrer une scène devenue célèbre, car reproduite dans l’Illustration, et immortalisée, sous forme virtuelle. Espace Vauban : le départ des émigrants, sous « la Tente des Transatlantiques », bassin de Leure, entre le train transatlantique et la passerelle de « La Normandie ».

25Au centre de la circonférence, de 35 mètres de diamètre, sur deux étages, la reconstitution d’une cabine de première classe, et de la passerelle de « La Touraine », à bord de laquelle, Eugène Péreire, en pied, entouré des membres de son conseil d’administration, prend livraison du bateau. Pour rendre l’illusion d’un bateau d’environ 160 mètres de long, et prolonger les horizontales jusqu’à la ligne d’horizon, figurer les 72 navires, tous différents, la rade du Havre, de la Hève à Sainte Adresse, Poilpot s’est fait aider par des assistants peintres et de perspectivistes, qui diminuent et ajustent les proportions pour donner l’illusion de la distance.

  • 10 Extrait du « Panorama de ta Cie Générale Transatlantique, par Jules Richard »-pp. 70 et suiv., Arch (...)

26« A l’avant de la Touraine, Le Havre, sa ville et son port, il n’y a point à s’y tromper : le paysage est ravissant de naturel, de fraîcheur et d’exactitude. C’est un trompe-l’œil autant qu’un beau morceau de peinture. Ce qui n’était tout à l’heure qu’une masse confuse de hameaux et de bourgs apparaît maintenant détaché et lucide.
La Seine, jetant ses eaux dans la mer, se montre un peu plus loin. Honfleur, Trouville, et enfin la pointe de Dives. Après la mer, la mer qui s’enfuit. Ce spectacle seul vaudrait la visite, car ce sont là de belles choses, la gloire de notre côte normande »
10.

2.2. « France » devant le sémaphore du Havre, un jour de grand pavois (peinture à l’huile d’Albert Brenet) - Bureau du Commandant Croisille décoré du tableau - ou le France « 1 » dans le France « 3 »11

  • 11 Archives Association French Lines.

27Les dirigeants de la Compagnie aimaient les clins d’œil à l’histoire, et dans les grandes occasions à rappeler l’ancienneté de leur Compagnie.

Tous droits réservés association French Lines

28Le tableau représente FRANCE I en 1904 faisant son entrée au Havre, accompagné d’un remorqueur à roues, et dont les deux cheminées rouge et noir indiquent qu’il appartient non à la Compagnie des Abeilles, créée en 1903, mais au Service de remorquage, créé par la Transat en 1882 ; ce remorqueur est le Titan (1895-1957). Le sémaphore représenté est le troisième ; il est en bois et n’a qu’un seul étage. Albert Brenet, né en 1903, devenu peintre de la Marine en 1936, n’a donc pu le peindre que d’après photo, et pour répondre à une commande bien plus tardive.

29Ce tableau ornait en effet le bureau du Commandant Croisille à bord de FRANCE - le 3ème du nom - pour son voyage inaugural, le 3 février 1962. Sans qu’on en ait bien sûr la preuve, on peut imaginer qu’il plaçait son commandement sous les auspices de cette représentation heureuse, où entrent l’image du sémaphore en grand pavois et la joyeuse foule bariolée qui animait le port ce jour-là.

2.3. Scènes d’émigration12

  • 12 Archives Association French Lines.
  • 13 Jean LEGOY, Les Havrais et la mer, p. 33.

30A partir de 1860, les trains amènent depuis la gare St Lazare - pour les émigrants d’Europe centrale et de l’Est, depuis Bâle ou Modane - jusqu’au Havre les candidats à l’émigration aux USA. Une image extraite de l’Illustration de 1884 montre la tente de la Transat, située quai des transatlantiques, bassin de Leure, accueillant des émigrants descendus du train avant qu’ils ne remontent en bateau13.

2.4. Cas particulier des croisières, ou les « anti-images »

31Dans les années 1920-1930, âge d’or des paquebots de croisière, certaines affiches de compagnies maritimes, élaborées pour promouvoir les croisières, évoquent le soleil, le dépaysement, les tropiques, par des images destinées à faire rêver, fortement imprégnées d’exotisme et qui ne comportent plus la moindre allusion aux paquebots, à la mer, et a fortiori à l’environnement portuaire. Evoquant l’« ailleurs », elles ne sont de plus pas toujours localisables avec précision.

  • 14 Collection Association French Lines.

32Ainsi un « chameau buvant » de Ruedolf, devant une porte de Pékin, située à près de 200 Km de la mer, pour les Messageries Maritimes ; ou une « femme à la jarre dans un oasis saharien », par Louis Lessieux, - très belle image d’oasis, conçue pour inciter les voyageurs à faire les circuits du Sahara proposés par la SVHNA, en voitures Renault 6 roues, et à loger dans un des 44 hôtels que la Transat mettait à la disposition de sa clientèle14.

33A propos du « Normandie », dont l’affiche avait été commandée à Cassandre par la Compagnie Générale Transatlantique, son fils indique, dans la biographie consacrée à son père, que ce dernier s’était rendu au Havre pour étudier son sujet. Ayant fait consciencieusement le tour complet du paquebot à la rame dans une petite barque, il avait exécuté l’affiche universellement connue, et qui devait symboliser « LE » paquebot pour des générations. Seule concession à l’environnement portuaire : les mouettes, qui au lieu d’être en l’air, sont au niveau de la ligne de flottaison, tant l’artiste voit le navire haut, grand et majestueux.

  • 15 Archives Association French Lines.

34D’autres artistes ont associé l’image du NORMANDIE à celle de New-York : Ainsi Wilquin, dans une image connue - couverture du plan-coupe de Normandie-, franchit un pas de plus dans l’exubérance et l’escalade laudative15. NORMANDIE est plus grand et plus haut que la statue de la Liberté - 93 mètres de haut, construite en 1886 -, et même que l’Empire State Building - 443 mètres de haut, édifié en 1931.

3. Images où le navire et le port sont associés, quasiment à « égalité », lorsqu’il s’agit de jouer dans les registres de l’accueil des passagers - gares maritimes -, la sécurité, la régularité, la rapidité, l’efficacité, voire la solidarité...

3.1. Inauguration de gares maritimes

  • 16 Archives Association French Lines.
  • 17 Collection French Lines.

35Divers supports graphiques montrent les terminaux maritimes. Des cartes postales : ainsi une vue de 1907 de la Tente des Transatlantiques - Bassin de Leure au Havre ; ou toujours au Havre des vues de la gare maritime du quai de l’escale avec divers paquebots à quai - « La Bretagne » ou « La Lorraine » ; cette gare à deux étages a été mise en service en 1910 au quai de l’escale - lui-même inauguré en 1909 par le Président Fallières16. Des affiches, comme celle de Sébille, de 1931, montrant la locomotive Mountain 006, Chemins de fer de l’Etat, avec le long du quai au Havre, les paquebots « Ile de France » et « Paris »17. Une double page de l’Illustration, numéro spécial « Normandie », du 1er Juin 1935, montre l’inauguration au Havre le 23 mai par le Président Albert Lebrun, en même temps du « Normandie » et de la gare maritime monumentale du quai Johannès Couvert, avec sa tour-marégraphe.

3.2. Publicité pour des paquebots

  • 18 Photo Archives Association French Lines. Collection French Lines.

36Diverses affiches montrent le « France » : baptême et lancement par le Général de Gaulle, à Saint-Nazaire, le 11 Mai 1960 ; arrivée triomphale à New York le 8 Février 1962 ; le paquebot quittant le port du Havre, passant au pied de la statue de la Liberté...18.

3.3. Images où les ports sont présentés comme des interfaces modernes faisant gagner du temps aux voyageurs

  • 19 Collection de l’auteur.

37Marseille et son interface train-paquebot. Une plaquette publicitaire montre l’inauguration d’un service rapide entre Marseille et l’Afrique du Nord, le 15 juin 1933, avec transbordement direct, quai de la Joliette, du train au paquebot19.

38Ou bien Paris-Bordeaux en 5 h 30, suivi par Bordeaux-Casablanca en 53 heures, avec le paquebot « Maroc » lancé en 1951 - qui avait battu le record de la ligne en 48 heures. Disposant d’un navire particulièrement rapide, la Compagnie en fait un argument commercial.

3.4. Images de solidarité dans des moments difficiles, comme la reconstruction d’après-guerre

  • 20 Collection French Lines.

39Des affiches de Bordeaux, du Havre et du Havre « Porte Océane », de Marseille. Une affiche du syndicat d’initiative du Havre, où Mélissent « détourne » le « Normandie » de Cassandre, pour une image un peu « surréaliste », associant les deux atouts du Havre, la ville et les navires20.

3.5. Images faisant apparaître les terminaux portuaires comme les maillons efficaces des chaînes logistiques

  • 21 Australia Europe Container Service

40Le mot du Président Abraham, Président de la CGM dans les années 1980, traduisant sa vision du transport, « la bataille du transport maritime se gagnera à terre » donne toute leur importance à la logistique terrestre et portuaire, à l’entreposage « intelligent » des marchandises, à l’informatique. Les campagnes d’images des années 1980 illustrent cette stratégie économique.21

  • 22 Photos Association French Lines.
  • 23 Documents Association French Lines.

41Ainsi, le Terminal du Havre, quai de l’Atlantique. Le « Flinders Bay » de l’AECS, en opération au Terminal lainier de Zeebrugge, choisi par l’Australian Wool Corporation, comme centre lainier pour l’Europe22. Ou bien des images d’époque montrant les autoroutes de l’Atlantique ou la chaîne du froid23.

42Ce n’est pas parce qu’il est discret que le port n’occupe pas une place éminente dans l’iconographie des Compagnies Maritimes. L’image est pour l’entreprise un moyen de communiquer :

  • avec les actionnaires, pour donner confiance, on montre les ports.

  • avec les clients, pour montrer la qualité du service, on replace le navire dans son environnement général et on montre les ports.

  • avec le grand public enfin, utilisateur ou prescripteur des navires, on maintient un courant d’informations régulier sur les moments importants, lancements, triomphes, célébrations, auxquels le port est associé.

43La presse, conviée, s’en fait l’écho, et publie les récits émerveillés de ces événements. C’est le regard de l’époque. On parle d’épopée (c’est à dire d’« aventure »), de « l’émigration », du « ruban bleu », du « Normandie »...

44Cette sélection d’images, qui pourrait être complétée, montre que les ports en général, et Le Havre en particulier, font partie de cette épopée.

Notes

1 Affiche « La Touraine », Eugène Marx, Service postal français Le Havre - New York en 7 jours (entre 1891-1900). Archives Association French Lines.
- Affiche MM, anonyme, datée 1889, navire gréé en trois-mâts barque, le « Natal », version coque noire. Archives Association French Lines.

2 Huile de Le Quesne, l’allégorie de la Transat, revêtue d’une robe à disques rouges, salue l’allégorie de l’Amérique devant le port de New York-Archives Association French Lines.

3 Paquebot vient de « Packet-boat » : navire transportant le paquet des dépêches postales.

4 Titre d’action de la Cie Générale Maritime, Archives Association French Lines. Voir les pages couleur du volume, pour cette image ainsi que le panorama de la Cie Générale Transatlantique et certaines affiches décrites dans le texte. Voir également la photo de couverture de l’ouvrage.

5 A l’occasion de l’ouverture de la ligne du Mexique par le « Louisiane » en 1862, Saint-Nazaire a fait une grande fête ; en 1864 la ligne a été doublée, desservant Cuba et La Havane.

6 Diffusion à 60 000 exemplaires pour l’action d’origine.

7 Affiche de la Marseillaise, de 1949, portant le logo des Messageries Maritimes. Archives Association French Lines.

8 Notons que le pavillon de la Cie Générale Transatlantique hérité de « la Terre Neuvienne de Grandville », signifiait, par son point rouge, symbole sémaphorique du chiffre 1, qu’elle voulait être « Numéro 1 sur l’Atlantique Nord ». Peinture montrant le « Jacques Cartier », de la première Cie Générale Maritime, Ouvrage de Marthe Barbance-Archives Association French Lines.

9 Archives Association French Lines.

10 Extrait du « Panorama de ta Cie Générale Transatlantique, par Jules Richard »-pp. 70 et suiv., Archives Association French Lines.

11 Archives Association French Lines.

12 Archives Association French Lines.

13 Jean LEGOY, Les Havrais et la mer, p. 33.

14 Collection Association French Lines.

15 Archives Association French Lines.

16 Archives Association French Lines.

17 Collection French Lines.

18 Photo Archives Association French Lines. Collection French Lines.

19 Collection de l’auteur.

20 Collection French Lines.

21 Australia Europe Container Service

22 Photos Association French Lines.

23 Documents Association French Lines.

Table des illustrations

Légende Tous droits réservés association French Lines
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7712/img-1.jpg
Fichier image/, 514k

Auteur

Association French Lines, Paris

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540