Version classiqueVersion mobile

Les origines. Une lecture de La Fortune des Rougon

 | 
Sylvie Thorel

Chapitre 2. Le parti de la concentration

Texte intégral

Le temps

  • 1 Ces notes sont largement citées aux p. 483-491.

1Dans ses Notes générales sur la nature de l’œuvre1, le romancier indiquait les lignes principales de ce qu’on doit appeler ses futures constructions, très distinctes de Thérèse Raquin et Madeleine Férat où il procédait de manière analytique :

Ecrire le roman par larges chapitres, logiquement construits : c’est-à-dire offrant par leur succession même une idée des phases du livre. Chaque chapitre, chaque masse doit être comme une force distincte qui pousse au dénouement. Voir ainsi un sujet par quelques grands tableaux, quelques grands chapitres (12 ou 15) ; au lieu de trop multiplier les scènes, en choisir un nombre restreint et les étudier à fond et avec étendue (comme dans Madeleine Férat). Au lieu de l’analyse courante de Balzac, établir douze, quinze puissantes masses, où l’analyse pourra ensuite être faite pas à pas, mais toujours de haut. Tout le monde réussit en ce moment l’analyse de détail ; il faut réagir par la construction solide des masses, des chapitres ; par la logique, la poussée de ces chapitres, se succédant comme des blocs superposés, se mordant l’un l’autre ; par le souffle de passion animant le tout, courant d’un bout à l’autre de l’œuvre (p. 484).

2L’image qui court ici est celle d’une architecture massive soutenue par une énergie (une poussée, un souffle), qui donnerait l’impression que le roman se réalise à mesure qu’on le lit. Le repoussoir de Zola est, principalement, les frères Goncourt, qui travaillent par accumulation de petits faits, en émiettant et dispersant leurs intrigues en myriades de chapitres minuscules : il s’agit de s’imposer par une différence majeure et très évidente.

3 La Fortune des Rougon réalise tout spécialement le projet énoncé dans ces lignes. Non pas même douze ou quinze chapitres mais sept seulement, qui forment en effet des « masses » mordant les unes sur les autres, par le moyen d’un jeu très singulier sur la chronologie. Il faut certainement faire la part d’une technique, qui sera systématiquement exploitée dans la suite des Rougon-Macquart et qui consiste, à la différence de Balzac, à ouvrir le roman par une scène à valeur de prologue, avant qu’un deuxième chapitre ne présente une plongée dans le passé qui explique et justifie les premières pages. Cependant il en va d’autre chose, dans La Fortune des Rougon, que d’un procédé – ou bien le procédé est étendu à un point tel qu’il engage beaucoup plus que les formes du roman.

4Après avoir installé Miette et Silvère dans l’aire Saint-Mittre, le soir du 7 décembre 1851, et les avoir lancés sur les chemins de l’insurrection, Zola procède à une remontée dans le temps qui occupe les trois chapitres suivants et qui vise, ayant exploré leur passé, à conduire tous les autres personnages à la même date du 7 décembre, au soir. Le chapitre II décrit la situation de Plassans puis raconte les origines de la famille, à partir du mariage d’Adélaïde Fouque avec Rougon et de sa passion pour le braconnier Macquart. Il présente une partie de son arbre généalogique en même temps qu’il expose les menées de Pierre et Félicité pour accéder à la fortune et il se termine par ce constat que « la révolution de 1848 trouva donc tous les Rougon sur le qui-vive, exaspérés par leur mauvaise chance et disposés à violer la fortune, s’ils la rencontraient jamais au détour d’un sentier » (p. 121). Le chapitre III (qui, dans un plan antérieur, n’était pas séparé du précédent) présente l’histoire de Plassans et l’organisation de la ville au moment où tombe la nouvelle de la révolution qui devrait arracher les Rougon à leur médiocrité. Eugène est alors installé à Paris, d’où il envoie bientôt, chaque quinzaine, une lettre à son père qui n’est pas communiquée au lecteur plus qu’à Félicité mais dont on comprend, comme elle, qu’elle l’informe des événements politiques afin de déterminer une conduite judicieuse.

5Zola dresse un calendrier précis, et exact, des événements : on apprend que, le 1er décembre, « Eugène, en dix lignes, prévenait son père que la crise allait avoir lieu et lui conseillait de mettre sa mère au courant de la situation » (p. 160). À la page suivante, on lit que « la nouvelle officielle du coup d’État n’arriva à Plassans que dans l’après-midi du 3 décembre, un jeudi ». Quelques lignes, un peu plus loin, résument les journées des 4, 5 et 6 : la première se déroule dans le calme, la vue des gendarmes ayant suffi à disperser une timide manifestation populaire. « Mais les journées du 5 et du 6 furent plus inquiétantes » (p. 168), poursuit Zola, car les villes des environs de Plassans commencent à s’insurger, « tout le sud du département prenait les armes » ; suit l’énumération de quelques villages dont le lecteur a pris connaissance au début du roman, quand Silvère donnait à Miette les noms des communes successivement représentées dans la colonne en marche. On arrive au 7, un dimanche, où « la terreur fut à son comble » : « On avait su, dans la journée, qu’une colonne d’insurgés, forte environ de trois mille hommes, se trouvait réunie à Alboise, un bourg éloigné de plus de trois lieues » (p. 169). Les républicains de Plassans ont décidé de rejoindre les hommes de la Palud et de Saint-Martin-de-Vaulx, ce qui se raccorde à cette annonce faite par Silvère à Miette, au premier chapitre :

« Nous avons appris ce matin, dit-il en se rasseyant, que les insurgés de la Palud et de Saint-Martin-de-Vaulx étaient en marche, et qu’ils avaient passé la nuit dernière à Alboise. Il a été décidé que nous nous joindrions à eux. Cet après-midi, une partie des ouvriers de Plassans ont quitté la ville ; demain, ceux qui restent encore iront retrouver leurs frères » (p. 41-42).

6Le chapitre se clôt lorsque Rougon, sur les conseils de sa femme, franchit la porte de Rome pour se cacher chez sa mère ; c’est le moment où la colonne entre dans la ville, rejoignant les insurgés de l’intérieur.

7Après cent pages consacrées à la branche légitime de la famille, le chapitre IV retrace l’histoire d’Antoine Macquart à partir de son retour de l’armée, en 1815 : on savait depuis le deuxième chapitre qu’il avait tiré un mauvais numéro et que Rougon avait refusé de lui acheter un homme, avant de le spolier des biens devant lui revenir. Tout au long de ces pages monte la colère de Macquart humilié, qui fait retentir la ville de récriminations auxquelles il donne une couleur vaguement politique jusqu’au moment où, comparable à son frère ennemi, « dans ces dispositions d’esprit, il accueillit le coup d’État avec la joie chaude et bruyante d’un chien qui flaire la curée » : « L’arrivée imprévue des insurgés lui sembla une attention délicate de la Providence à son égard. Et ses mains tremblaient à la pensée qu’il tiendrait bientôt les Rougon à la gorge » (p. 227).

8Tandis que Rougon fuit Plassans pour mieux s’en instituer le sauveur, Macquart s’abstient de rejoindre la bande insurrectionnelle et préfère mener la révolution au café, avant de faire irruption auprès de son frère. Zola établit un raccord avec la fin du chapitre précédent : « Tous les républicains qui n’avaient pas encore quitté la ville se trouvèrent bientôt réunis sur le cours Sauvaire ; c’est cette bande que Rougon avait aperçue en allant se cacher chez sa mère » (p. 228) – le maillage du roman est bien serré, tout a été calculé pour réunir les personnages à Plassans, en reprenant le fil de l’histoire de Miette et Silvère laissé pendant à la fin du prologue.

9Ces remontées dans le temps, arrêtées au soir du 7 décembre, produisent l’impression qu’un ressort a été tendu, qui va se débander en puissance, et c’est en effet ce qui se produit au chapitre V : les républicains ont envahi l’hôtel de ville et fait prisonniers le maire et quelques fonctionnaires (dont Peirotte, le receveur, et le commandant Sicardot), ils quittent à présent Plassans, derrière le drapeau rouge de Miette, et se dirigent vers Orchères dans la nuit. À partir de ce moment, le temps s’accélère : la troupe demeure à Orchères jusqu’au jeudi (soit le 11) et se dirige vers Sainte-Roure, où l’armée donne l’assaut le vendredi ; c’est alors que Miette est tuée.

10Les événements relatés dans le chapitre VI s’enchaînent sur ceux du chapitre III, à partir du moment où Rougon se réveille, le 8 (lundi), dans la maison de sa mère : l’action se déroule donc parallèlement à celle relatée dans le chapitre précédent. Une manœuvre de Rougon lui permet de se donner pour le sauveur de la ville, avant d’être célébré dans le salon jaune. Le lendemain, toute la ville vibre de reconnaissance pour son grand homme mais l’inquiétude grandit bientôt car les honnêtes citoyens craignent le retour des insurgés et guettent l’arrivée de l’armée qui les délivrerait ; la journée se clôt sur la terrasse du marquis, d’où l’on observe avec anxiété les déplacements des insurgés. Le mardi soir, la ville semble donc s’être peu à peu retournée contre Rougon mais Félicité conçoit le plan diabolique qui leur gagnera bientôt la victoire et qu’elle commence à mettre à exécution le mercredi en rendant visite à Macquart, enfermé depuis deux jours et deux nuits dans le cabinet de toilette du maire (p. 390). L’embuscade est prévue pour minuit (p. 397) et Rougon passe toute la journée à l’hôtel de ville, dans la pose d’un Caton prêt à mourir pour sauver sa patrie – on sonne le tocsin. Au matin du jeudi, le triomphe définitif de cet homme, qui vient pour la première fois de marcher dans le sang, est assuré : « Ce fut ainsi que ce grotesque, ce bourgeois ventru, mou et blême, devint, en une nuit, un terrible monsieur dont personne n’osa plus rire. Il avait mis un pied dans le sang » (p. 415).

11C’est alors qu’arrive le régiment, de passage à Plassans avant de se diriger vers Orchères puis Sainte-Roure, où sera consommée la défaite des insurgés. Dans le traitement de la chronologie, on observe ainsi une sorte d’inversion productrice d’effets : le chapitre VI est en effet consacré pour la plus grande part à la terreur qui s’empare peu à peu de la ville, affolée à l’idée d’un retour des insurgés qui tournerait au massacre, mais le lecteur vient d’assister à la mort de Miette et il sait que les insurgés ont déjà perdu. Il s’ensuit que la panique qui s’empare des frêles citoyens de Plassans paraît ridicule non seulement parce qu’elle est disproportionnée mais parce que le roman la décrit après que toute cause d’affolement a en réalité disparu. Enfin le chapitre VII s’ouvre « le surlendemain de la tuerie de Sainte-Roure », soit le dimanche, et vient clore à la fois le chapitre V et le chapitre Vi : la troupe revient à Plassans et son retour est « marqué par d’atroces représailles » (p. 440) parmi lesquelles l’exécution de Silvère.

  • 2 « Le mort saisit le vif » est une formule juridique signifiant que les héritiers d’un défunt, dès (...)

12On aperçoit que les moyens auxquels recourt Zola dans La Fortune des Rougon reposent sur la puissance d’une torsion : après avoir conduit parallèlement l’histoire des Rougon et celle de Macquart jusqu’à la fin du chapitre Iv, pour les conduire à la date du 7 décembre 1851 où s’ouvrait le prologue et nouer ces deux fils, il poursuit la même opération, sur la durée resserrée d’une semaine, cette fois, dans les chapitres V et Vi où il se consacre parallèlement aux insurgés hors la ville et aux partisans de l’ordre à Plassans, jusqu’au nœud final – qui est la mort de Silvère, le dimanche 15 décembre, au lieu même où il se retrouvait naguère avec Miette. L’action tient dans l’orbe d’une semaine, qui dessine, ainsi que le puits, une « tour creuse » (p. 269) : on ne cesse d’y entendre résonner les voix des morts, comme Miette et Silvère, d’y percevoir l’irruption d’un passé lointain que figure, au seuil du roman, le charroi des cadavres de l’aire Saint-Mittre aussi bien que les accès convulsifs par lesquels la fêlure ouvre, dans le corps d’Adélaïde, une voie à l’immémorial. La technique narrative que met au point Zola, en trouant son récit d’immenses anamnèses, est le répondant d’une pensée de l’irrépressible saisie du vif par le mort2, qui ne peut que contrarier la linéarité ordinaire du temps. On entend que, si l’histoire de « la fortune des Rougon », préparée depuis 1810 au moins (date de la mort de Macquart, du détournement par Rougon des biens d’Adélaïde et de son mariage avec Félicité), conduit les personnages, par une poussée logique, à conquérir le pouvoir et l’opulence en huit jours, il faut qu’ait été serrée puissamment la spirale du ressort. Le coup d’État formerait tout à la fois le point d’aboutissement et le résumé du XIXe siècle, tel que la Révolution lui a donné naissance.

L’espace

13 Les Rougon-Macquart doit donc raconter l’« histoire naturelle et sociale d’une famille sous le Second Empire », du coup d’État à Sedan, mais il importe visiblement que le coup d’État n’y soit jamais relaté que d’une manière parcellaire et oblique. On en apercevra, certes, quelques scènes au début du Ventre de Paris et de L’Assommoir, mais aucune vue complète ; surtout, rien n’en est exactement rapporté dans La Fortune des Rougon. L’action de Pierre et Félicité est en effet déterminée par les lettres d’Eugène à son père, dont le lecteur ne connaît pas la teneur : aussitôt cachées que reçues, lues en secret par Félicité, elles ne sont pas transcrites ; il suffit que le lecteur connaisse leur existence et leur motif pour en reconstituer le contenu précis, c’est-à-dire se remémorer personnellement les événements qui sont supposés y être relatés. Tout ce qu’on en connaît se résume en effet à ces quelques lignes :

Il y avait là une quarantaine de lettres, dans lesquelles elle put suivre le grand mouvement bonapartiste qui devait aboutir à l’Empire. C’était une sorte de journal succinct, exposant les faits à mesure qu’ils s’étaient présentés, et tirant de chacun d’eux des espérances et des conseils. Eugène avait la foi. Il parlait à son père du prince Louis Bonaparte comme de l’homme nécessaire et fatal qui seul pouvait dénouer la situation. Il avait cru en lui avant même son retour en France, lorsque le bonapartisme était traité de chimère ridicule. Félicité comprit que son fils était depuis 1848 un agent secret très actif. Bien qu’il ne s’expliquât pas nettement sur sa situation à Paris, il était évident qu’il travaillait à l’Empire, sous les ordres de personnages qu’il nommait avec une sorte de familiarité. Chacune de ses lettres constatait les progrès de la cause et faisait prévoir un dénouement prochain (p. 150).

14Aucun fait n’est rapporté et la lettre faisant part du succès du coup d’État à Paris, à la suite de la fusillade des boulevards, est l’objet d’une ellipse. Zola mise sur la familiarité du lecteur avec des événements auxquels il peut se contenter de faire allusion d’une manière très générale, son objet est l’écho ou la réverbération de ces événements.

15L’éloignement du théâtre des opérations, par rapport à Paris, pourrait aussi énoncer d’une manière figurative l’absence de réalité qui creuse le fait historique autour duquel s’organise le roman. Dans ces conditions, on comprend bien que la rumeur doit jouer un rôle considérable : à quoi qu’elle se rapporte, elle est un écho, une résonance confuse qui produit des effets proportionnés à l’impossibilité de leur assigner une origine précise. Elle consiste dans la toute-puissance du medium, qui prend une totale autonomie par rapport à l’information qu’il est supposé véhiculer – la valeur des lettres d’Eugène, de même, tient moins à ce qu’elles contiennent qu’à leur existence, qui leur confère leur vertu performative.

16Le choix de la province est donc avant tout celui de la distance et il permet à Zola de raisonner en termes de propagation : la France paraît une gigantesque toile qui s’ébranle, traversée de lointaines secousses, à chaque mouvement de l’araignée tapie dans son centre puisque le roman se consacre à leur contrecoup plutôt qu’à des événements dont il établit la nature fantomatique. En outre un intérêt particulier de la province, sur lequel il insiste, réside dans son apparence de calme, dans le caractère atténué des réactions qui s’y observent – en cela il se rapproche de Balzac, qui avait écrit dans la préface d’Eugénie Grandet que le choix de la province présente un défi, parce qu’il oblige à se pencher sur des faits presque invisibles. On lit, au début du troisième chapitre : « On dort à Plassans, quand on se bat à Paris. Mais la surface a beau paraître calme et indifférente, il y a, au fond, un travail caché très curieux à étudier » ; c’est précisément cette absence d’éclat, cet enfouissement, ce presque silence qui forme l’objet du roman :

Ces luttes secrètes d’hommes qui veulent avant tout éviter le bruit, demandent une finesse particulière, une aptitude aux petites choses, une patience de gens privés de passions. Et c’est ainsi que les lenteurs provinciales, dont on se moque volontiers à Paris, sont pleines de traîtrises, d’égorgillements sournois, de défaites et de victoires cachées. Ces bonshommes, surtout quand leurs intérêts sont en jeu, tuent à domicile, à coups de chiquenaudes, comme nous tuons à coups de canon, en place publique (p. 122).

  • 3 Paul Alexis, Émile Zola, op. cit., p. 93.

17Comme tous les hommes du XIXe siècle, le romancier prend acte du fait que, désormais, l’histoire saisit chaque individu et détermine son existence, si éloigné soit-il du terrain des événements principaux et même s’il est caché au fond d’une vallée profonde. La situation géographique qu’il donne à Plassans, en déplaçant Aix-en-Provence dans le Var et en en réduisant l’importance, ne s’explique pas seulement, comme le supposait Paul Alexis, par « la crainte de passer pour avoir voulu faire certaines personnalités sur les habitants d’une ville où il avait conservé des relations3 » ; elle lui permet surtout d’établir par rapport à Paris une forme d’excentricité :

Bâtie sur le plateau qui domine la Viorne, adossée au nord contre les collines des Garrigues, une des dernières ramifications des Alpes, la ville est comme située au fond d’un cul-de-sac. En 1851, elle ne communiquait avec les pays voisins que par deux routes : la route de Nice, qui descend à l’est, et la route de Lyon, qui monte à l’ouest, l’une continuant l’autre, sur deux lignes presque parallèles (p. 72).

18Il ne cesse d’insister d’autre part sur « le manque de communications », sur l’enfermement de la ville et son conservatisme, son repli sur le passé. Un dessin de Zola souvent reproduit montre le plan de Plassans, découpé en trois quartiers qui correspondent aux trois classes sociales : le quartier Saint-Marc où réside la noblesse, le vieux quartier occupé « par les ouvriers, les commerçants, tout le menu peuple actif et misérable » (p. 73) et la ville neuve des bourgeois, séparée du quartier précédent par la rue de la Banne où résident bientôt les Rougon, comme à la limite de la pauvreté et de la fortune.

19L’aire Saint-Mittre se trouve à une extrémité, au-delà des premières maisons du faubourg, et elle est désignée comme « un coin perdu », d’où part « une ruelle, qui va se terminer en cul-de-sac », où demeurent Adélaïde et Silvère. Les enfants se donnent rendez-vous près du mur du Jas-Meiffren, où habite Miette ; la petite allée où ils aiment à marcher, et où Silvère mourra, est désignée elle aussi comme « un cul-de-sac », comme si Zola s’attachait à éloigner autant que possible l’action du roman et à en réduire le cercle, afin d’en faire un miroir paradoxal de l’histoire : « le silence du sentier, entre les tas de planches et le mur du Jas-Meiffren. Jamais ils ne dépassaient le bout de ce cul-de-sac étroit, revenant sur leurs pas, à chaque fois. Ils étaient chez eux » (p. 286). La distance ne cesse ainsi de s’accroître, sans qu’en aucun endroit les personnages soient pour autant protégés des atteintes de l’histoire qui se joue et, en dernière analyse, toute la matière du roman en vient à se recueillir dans l’espace minuscule de la pierre tombale aperçue tout au début, la pierre qui porte par anticipation l’épitaphe de Miette, « Cygist… Marie… morte… », laquelle configure le destin des enfants en même temps qu’elle forme l’autel sacrificiel où est fondé, au-delà de « la fortune des Rougon », l’ordre du Second Empire – la pierre ne se trouve-t-elle pas dans le cul-de-sac du cul-de-sac d’un cul-de-sac, suivant la logique d’une regressio ad infinitum ? La manière dont Zola agence les espaces illustre, comme son traitement du temps, le parti de donner la partie pour le tout afin qu’un « drame poignant », fortement serré, paraisse le moyen de saisir un vaste tableau : la synecdoque règle la composition de ce roman dans lequel se trouve en abyme l’ensemble des Rougon-Macquart.

20Cette correspondance entre l’espace et le temps se trouve sur un autre plan, qui touche à la question de la clôture et qu’on peut tenir pour symbolique. Le deuxième chapitre présente en effet Plassans comme une ville étroitement et sottement fermée par des « fortifications ridicules, mangées de lierre et couronnées de giroflées sauvages, tout au plus égales en hauteur et en épaisseur aux murailles d’un couvent », comparaison qui annonce l’identification, un peu plus loin, de la cité à une nonne (« Il n’y a pas de cité, je crois, qui se soit entêtée si tard à s’enfermer comme une nonne », p. 75). Il sera encore question de ces fortifications quand Rougon proclamera la ville en état de siège, le mardi, et en fera fermer les portes en plein jour : « Et rien ne fut plus curieux que cette cité qui se cadenassait, qui poussait les verrous, sous le clair soleil, au beau milieu du dix-neuvième siècle » ; il est encore question « d’une cave, d’un trou muré » (p. 368), d’un « cachot de murs croulants » et on lira plus avant dans le chapitre que « le colonel Masson eut un sourire, lorsque le commandant de la garde nationale fit tirer les verrous de la porte de Rome, avec un bruit épouvantable de vieille ferraille » (p. 420). Cette permanence du Moyen Âge au XIXe siècle produit bien sûr un effet comique, en même temps qu’elle marque le repli de la ville sur le passé, son attachement à des mœurs révolues depuis longtemps : on conçoit bien qu’à Plassans l’histoire doive se répéter, que le sens du mot révolution ne puisse y signifier que le retour, caricatural, du même.

21Inversement, Zola développe le thème de l’ouverture et de la marche quand il est question des insurgés annoncés, avant qu’on ne les voie, par « des brouhahas de foule, d’étranges souffles cadencés et rythmiques ; on aurait dit les coups de foudre d’un orage qui avançait rapidement, troublant déjà de son approche l’air endormi » (p. 58). On se trouve au plus loin d’une simple description ; aucun « effet de réel » ici mais des effets de sens nombreux : l’orage de l’insurrection s’oppose à « l’air endormi » de la ville enfermée dans sa ceinture, il est question de la promesse d’un réveil – à l’inverse des bourgeois reclus dans leur cité, les insurgés ne reculent dans le passé que pour prendre un élan, pour marcher non pas seulement sur la ville mais à l’avenir, en faisant retentir un chant de liberté. Dans ce contexte, chanter La Marseillaise n’est pas la répétition dérisoire d’une action ancienne mais la ressaisie de l’espérance révolutionnaire, action bien éloignée de la posture des bourgeois mimant Caton ou Léonidas. Tandis que « les grotesques » ruminent absurdement une histoire passée, les insurgés en relancent tous les possibles et c’est ce qui les élève à un rang héroïque ; le terme se rencontre au début du chapitre V : « La bande insurrectionnelle, dans la campagne froide et claire, reprit sa marche héroïque. C’était comme un large courant d’enthousiasme » ; puis il est question du « souffle d’épopée qui emportait Miette et Silvère ». Il importe bien que le mot renvoie à l’une des plus anciennes formes qui soient, une forme archaïque qu’il arrive à Zola de pasticher quand il prête à Silvère, à la fin du premier chapitre, un nouveau « catalogue des vaisseaux », comparable à celui qui se déroule au chant II de L’Iliade :

« Ah ! Miette, continua-t-il, le beau défilé ! Rozan ! Vernoux ! Corbière ! et il y en a encore, tu vas voir… Ils n’ont que des faux, ceux-là, mais ils faucheront la troupe aussi rase que l’herbe de leurs prés… Saint-Eutrope ! Mazet ! les Gardes ! Marsanne ! tout le versant nord de la Seille !… Va, nous serons vainqueurs ! Le pays entier est avec nous. Regarde les bras de ces hommes, ils sont durs et noirs comme du fer… Ça ne finit pas. Voici Pruinas ! les Roches-Noires ! Ce sont des contrebandiers, ces derniers ; ils ont des carabines… Encore des faux et des fourches, les contingents des campagnes continuent. Castel-le-Vieux ! Sainte-Anne ! Graille ! Estourmel ! Murdaran ! » Et il acheva, d’une voix étranglée par l’émotion, le dénombrement de ces hommes, qu’un tourbillon semblait prendre et enlever à mesure qu’il les désignait (p. 65).

22À aucun moment, même quand le discours qu’il tient est « historique », au sens où il adapte les lectures documentaires puisées dans les vieux journaux et les ouvrages spécialisés comme ceux de Ténot et de Blache, Zola ne se soumet véritablement aux faits : sa manière consiste toujours à dédoubler les espaces qu’il imagine et décrit, à en dégager la force symbolique la plus grande. Il travaille, d’une façon systématique, par déplacements, en feuilletant ses descriptions, en multipliant les lignes narratives et en y inscrivant des tonalités variées qui permettent d’assigner respectivement la grandeur et la bassesse, c’est-à-dire de prendre parti. Le roman tournera au pamphlet à proportion de sa capacité à exalter, par contraste, une forme de sublime attachée au parti de la République.

Notes

1 Ces notes sont largement citées aux p. 483-491.

2 « Le mort saisit le vif » est une formule juridique signifiant que les héritiers d’un défunt, dès lors qu’ils reçoivent son legs, sont fondés à agir pour réclamer les biens du défunt et à poursuivre ses actions.

3 Paul Alexis, Émile Zola, op. cit., p. 93.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search