Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Première partie. Identités, Représentations, Culture

Le monde des talents au Havre à la fin du XVIIIème siècle

Blandine Selle et Eric Saunier

Texte intégral

1La réalité sociale havraise de la fin du XVIIIème siècle revêt les traits qui caractérisent presque toutes les villes maritimes et négociantes. Elle se singularise en effet par une nette séparation, si l’on s’en tient aux groupes les plus représentatifs, entre une élite négociante détentrice de tous les pouvoirs et « un peuple des villes » majoritairement composé de marins et de dentellières. En dehors de quelques composantes intermédiaires que l’on trouve dans presque toutes les sociétés urbaines de l’époque moderne - on pense bien sûr au monde de l’artisanat et de la boutique -, la société havraise présente un visage particulièrement simplifié en raison de la faiblesse de l’infrastructure administrative dont on connaît le rôle déterminant dans la production d’une classe de fonctionnaires.

  • 1 Chaussinand-Nogaret, Guy (sous la direction de), Histoire des élites en France du XVI au XXème sièc (...)
  • 2 Quéniart, Jean, Cultures et sociétés urbaines dans la France de l’ouest au XVIIIème siècle, Paris, (...)

2Pourtant, avec la croissance démographique spectaculaire qui accompagne l’envol colonial à partir des années 1740 émerge peu à peu une population composite rassemblant juristes, enseignants et divers détenteurs de compétences spécifiques assurant les besoins d’une société en cours de modernisation. On assiste là de fait à la naissance, tardive au Havre, de ce que l’historiographie nomme communément le monde des talents1, une véritable nébuleuse sociologique qui, pour reprendre l’expression de Jean Quéniart2, se définit par le fait qu’elle « est composée des roturiers qui ont une formation initiale supérieure.... [qui] exercent une activité professionnelle sans rapport direct avec la production ou l’échange de biens matériels [...] faisant largement appel à la conceptualisation et au maniement des idées ».

  • 3 Pour une connaissance exhaustive des métiers représentés, cf. : Blandine Selle, « Les talents au ha (...)

3Partant de la définition proposée par cet historien, c’est un petit monde de moins de 400 acteurs (359), pour la plupart juristes, médecins et artistes3, que les résultats de la recension offre à notre regard. Mais, si ce chiffre est assez faible, il s’agit là d’une population qui, selon nous, mérite l’attention et cela pour deux raisons essentielles.

4La première, d’ordre général, tient au fait que tous ces hommes occupent une place stratégique dans une perspective de bonne compréhension des changements sociaux intervenus, à l’aune des transformations générées par la Révolution, au tournant des XVIIIème et XIXème siècles. La promotion dont ils furent l’objet durant cette période, pour le moins sur le plan politique, rend pertinente en effet, dans cette ville portuaire, une étude des rythmes et des formes de la mobilité sociale et des processus de résistances qui l’accompagnent.

5Le second intérêt, plus spécifique à l’environnement sociétal desdites villes, est de nous permettre d’analyser la manière dont se reconstruisent les rapports sociaux dans une cité passant d’une structure sociétale simple vers une organisation plus complexe en raison de l’irruption d’une fraction du « monde des capacités ». En filigrane, notre étude pose ainsi la question importante du renouvellement de l’élite traditionnelle et des changements intervenus dans les rapports sociaux pendant ce long moment de transition que fut la période allant du milieu des Lumières à la fin des monarchies censitaires.

1. Le monde des talents au Havre : un groupe composite

6La mise en place d’une recension prenant en compte les hommes entrant dans le cadre de la définition formulée par Jean Quéniart nous a permis, si nous retenons comme critère de présentation les qualités professionnelles, de distinguer, entre 1740 et 1800, trois sous-ensembles distincts et harmonieusement répartis, (tableau no 1)

7Or, partant de ce constat, une question préalable, qui conditionne les orientations de l’étude future, se pose immédiatement à l’historien : cette diversité des métiers ne met-elle pas en évidence le caractère hypothétique de la construction sur laquelle repose notre base de travail ? Face à une telle interrogation, la démarche prosopographique, dont la mise en place est fondée par vocation sur le croisement des sources, permet rapidement d’apporter des réponses claires qui justifient pleinement cette crainte. A regarder de près les conditions économiques et culturelles de cette population, force est en effet de constater que l’hétérogénéité des conditions prédomine.

  • 4 ADSM : série C : C 356 (capitations recensées par quartier pour la ville du Havre en 1772).

8C’est une réalité dont on peut rendre compte sur le premier plan avec l’évocation de résultats obtenus par une exploitation des sources fiscales. Prenons ainsi les situations révélées par la capitation de 17724. Lors de cette levée d’impôts qui nous a permis de retrouver plus de cinquante individus (55) exerçant des métiers apparentés aux talents, les données relevées témoignent en effet de l’extrême variété des situations. Plus que le montant moyen - 9 livres versées par individu - qui ne revêt aucune signification sérieuse, on remarque la large ventilation d’un échantillon oscillant entre 1,125 livres pour un professeur et 16,85 livres pour un interprète !

9Preuve supplémentaire de la fragile cohésion de l’ensemble, une grande disparité apparaît également à l’intérieur de chaque groupe professionnel montrant qu’à la diversité interprofessionnelle s’ajoute un éclatement interne profond qui invalide toute possibilité de cohésion d’ensemble fondée sur le postulat d’intérêts économiques communs. Celle-ci trouverait-elle cependant une relative compensation à travers des affinités culturelles ? Voire.

  • 5 Petre-Grenouilleau Olivier, L’argent de la traite : milieu négrier, capitalisme et développement : (...)

10L’absence de comportements communs à ce niveau est un fait dont on peut rendre compte avec force à travers une étude des inventaires après décès. La diversité des attitudes renforce en effet les enseignements relevés concernant les conditions économiques. Dans cette perspective, l’analyse que nous avons pu faire, à partir des propositions méthodologiques d’Olivier Pétré-Grenouilleau5 sur le monde des négriers nantais, permet de mettre l’accent sur cet éclatement des comportements. (tableau no 2)

11Du regard porté sur le tableau de synthèse qui précède émergent en effet trois groupes très distincts. Le premier rassemble cinq individus - deux maîtres d’école, deux musiciens et un peintre - pour lesquels l’étude des intérieurs révèle la domination de la culture de l’Etre, entendons par-là des comportements qui valorisent la place quasi-exclusive accordée par les propriétaires aux éléments matériels indispensables comme linge et habits, ustensiles de cuisine et mobilier. A la lecture de ces inventaires, on se trouve en fait dans le décor habituel où vivent les plus humbles, le notaire n’hésitant pas à indiquer qu’il n’a pu apposer de scellés avant la rédaction dudit inventaire « vu la modicité et le mauvais état de ce que le défunt a laissé ». Les habitats sont en effet aménagés avec un mobilier restreint, fabriqué dans des matériaux de peu de valeur, la surface habitée du logement étant réduite le plus souvent à la pièce unique.

12Un second groupe, intermédiaire, rassemble également cinq individus - deux huissiers, deux sculpteurs et un chirurgien - qui semblent, en raison de la possession d’argenterie, de tapisseries et d’objets précieux, se rattacher à la catégorie du Paraître. Ces petits bourgeois ne possèdent bien sûr pas de biens en abondance, mais un parfum de « raffinement » et une petite aisance les distinguent clairement des précédents. Ces hommes montrent leur désir de « paraître en société » à travers quelques meubles de valeur toujours placés dans la pièce de réception - où ils semblent vouloir accumuler les sièges-, mais aussi par des objets et des vêtements précieux. On remarque aussi 1 absence totale de livres et de bibliothèques, ce qui montre bien que ces hommes ont choisi de privilégier les objets de prestige visibles aux yeux de l’extérieur par rapport aux instruments de culture et de soin qui, seuls, témoignent d’une capacité d’entrer véritablement dans le monde de l’élite.

  • 6 Ace sujet, cf. Sévérine Marie, « Les sociétés portuaires et le livre au XVIIIème siècle (le Havre e (...)

13Sept de nos hommes montrent cependant cette inclination : il s’agit de trois médecins, de deux interprètes et de deux juristes - un avocat et un notaire. Ceux-ci se distinguent par la part importante consacrée au vêtement, au linge de maison, au mobilier et, surtout, à la cuisine. Or, ce sont là les signes forts montrant le désir de s’agréger culturellement à l’élite par un raffinement qui témoigne à la fois du désir de bien recevoir et de progresser dans la civilisation des moeurs. Préférant à l’importance du nombre, à travers l’argenterie, les instruments de musique et les nécessaires de toilette, la valeur des objets, ces hommes montrent une imprégnation envers les pratiques culturelles qui caractérisent de plus en plus l’élite urbaine. Presque tous possèdent des livres, cette pratique donnant parfois naissance à un comportement bibliophilique qui est pourtant rarissime dans une ville où les pratiques sociales face à la lecture témoignent d’un retard évident6.

14On voit donc se confirmer l’hétérogénéité d’un groupe dont l’existence doit plus à notre hypothèse de travail qu’à une réalité sociale effective et, à ce stade, cela pose légitimement la question de la capacité de ce « groupe » à venir perturber le jeu social existant dans la ville. Toutefois, un regard attentif révèle que le caractère composite de la population étudiée, en raison de la complexification sociologique à tous les niveaux que ce constat induit, semble en réalité avoir amplifié un peu plus le processus de perturbation des cadres sociétaux.

2. La société havraise : la perturbation du jeu des relations sociales

15Pour prendre la mesure de cette « perturbation générale », on peut de nouveau considérer les enseignements liés à l’étude menée autour de la capitation de 1772.

  • 7 Lors de la levée de la capitation de 1772, 2 460 havrais contribuèrent pour une somme globale de 13 (...)

16En effet, si l’on adopte la démarche consistant à regarder la position de l’ensemble des talents par rapport aux autres groupes sociaux représentés au Havre7, on remarque rapidement l’insertion systématique de ces hommes à tous les niveaux. Maîtres d’école et peintres viennent ainsi se rapprocher du monde des charrons, des domestiques ou des apprentis alors que les positions des chirurgiens et des sculpteurs sont comparables à celle des maîtres boulangers, des marchands d’eau de vie et des épiciers. Plus haut, le notaire et le médecin se glissent entre l’horloger et le mercier, tandis que les procureurs et avocats versent une capitation comparable à celles des orfèvres.

17On pourra objecter bien sûr que ces intrusions multiples dans toutes les strates de la société havraise, et malgré les compétences spécificiques dont ces individus sont porteurs, ne constituent pas à elles seules la preuve d’un changement véritable dans la donne sociale prééxistante. Toutefois, l’émergence de véritables stratégies familiales permet de conclure en faveur de l’importance des mutations engagées.

18L’étude des comportements de plus de trente individus (34) montre en effet, à côté de la prédominance peu étonnante dans le cadre d’une société fondée sur le privilège des « filiations horizontales », l’existence d’une mobilité sociale réelle en raison de la mise en place de liens verticaux apparus pour un tiers d’entre eux. (tableau no 3)

  • 8 ADSM : série L : L 1 893, 1 liasse, 1793-an III, santé publique, officiers de santé.

19L’exemple du milieu médical8 est particulièrement représentatif de cette double tendance. Parmi les vingt-deux praticiens recensés, quinze sont en effet des enfants de bourgeois à talents alors que les huit derniers sont issus d’autres milieux sociaux.

  • 9 Le notaire Jean-Baptiste Vincent DOREY et le procureur Pierre MICHEL sont les gendres du négociant (...)
  • 10 C’est le cas du triangle familial Coste-Faure-Isabelle. Ce clan familial compte parmi les personnag (...)

20Or, cette tendance à la mobilité génère une perturbation véritable dans les rapports sociaux. L’étude des comportements matrimoniaux de ces hommes jeunes montre en effet une vraie volonté de se hisser parmi l’élite en raison de la mise en place de véritables stratégies visant le monde du négoce. Les premiers symptômes de ces stratégies s’observent dans le choix des témoins. Pour quarante mariages étudiés, on remarque que la moitié d’entre eux (dix-neuf cas) mentionnent au moins un témoin exerçant le métier de négociant et, surtout, que les unions avec des filles de négociants constituent une inclination systématique. Cette stratégie offre la possibilité d’ajouter à la reconnaissance de leurs mérites le confort d’une intégration dans la « véritable élite havraise » qui leur permettra d’acquérir la légitimité de notables que ne leur confère pas le seul mérite professionnel. Hommes de loi (douze) et praticiens (cinq) se sont tout particulièrement unis à des filles de négociants, ce type de comportement aboutissant parfois à ce que plusieurs représentants des talents deviennent les gendres d’un seul et même grand négociant9. On voit même parfois émerger de véritables clans reliant négoce et talents10.

21De plus, la stratégie est renforcée par des pratiques de consolidation mises en place dans les lieux de sociabilité. Au Havre où deux loges sont implantées - L’Aménité et La Fidélité -, la franc-maçonnerie, lieu de sociabilité où se réunit le négoce, est ainsi l’objet d’une véritable offensive de la part des talents pour tisser des relations plus étroites avec ce dernier. Ce sont en effet une quarantaine de talents - une sur-représentation évidente au regard des 200 initiés que compte cet orient - qui ornent les colonnes des deux temples havrais dominés par le négoce et les capitaines de navire.

  • 11 24 représentants des talents furent membres de L’Aménité et 16 furent présents au sein de la Fidéli (...)
  • 12 Une étude en cours est actuellement menée par Hervé Chabannes (mémoire de maîtrise d’histoire prépa (...)

22Et le fait est d’autant plus remarquable que cette attirance pour la maçonnerie touche également toutes les composantes internes au monde des talents. En effet, dans un contexte où les deux loges organisent un vivier de recrutement sociologiquement sélectif, celles-ci ont attiré, de manière relativement équilibrée11, les représentants des professions à talents. La réussite de cette politique trouve son explication dans la réciprocité des intérêts. Les maçons négociants, quelque peu complexés d’appartenir à cette « académie sans savants » que constitue l’atelier maçonnique, comblent en effet un déficit d’image en intégrant dans les loges des hommes qui, bien que peu fortunés, comptent, à l’instar de Jean-Baptiste Lesueur12, le père du célèbre naturaliste, parmi les rares intellectuels de la cité.

  • 13 Saunier Eric, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIème et XIXème siècles de (...)

23Reste que ce sont les talents qui semblent savoir tirer profit de cette relation : l’analyse des carrières maçonniques montre en effet l’implication remarquable de ces hommes dans la vie des loges. Dix-huit des vingt-quatre talents de L’Aménité eurent ainsi une carrière assez longue pour atteindre les grades de perfectionnement, et ce sont autant d’entre eux qui occupèrent les postes d’officiers. Au sein de La Fidélité, la loge la plus pénétrée par le haut négoce, quinze des seize initiés sont encore suffisamment impliqués dans la loge pour occuper un office. On a d’ailleurs là une attitude qui explique pourquoi, lorsque la franc-maçonnerie vit son recrutement subir une crise avec les débuts de la Révolution, les talents devinrent les seuls éléments moteurs des loges13.

24Ainsi, malgré son hétérogénéité structurelle, l’affirmation du monde des talents induit-elle un changement important dans l’organisation sociale au Havre à la fin du XVIIIème siècle. Plus que la normalisation provoquée par l’arrivée de ces hommes, leur arrivée sur la scène locale, en raison du désir de reconnaissance qui caractérise leur mentalité, introduit en effet une perturbation réelle au moment même où s’opère la recomposition liée aux conséquences de la période révolutionnaire. Pas assez mûr pour pouvoir s’ériger en concurrent du négoce, le monde des talents semble alors s’orienter, comme le suggère les stratégies matrimoniales décrites, vers une politique d’alliance. Cependant, en raison des concurrences naturelles et des brèches ouvertes par la Révolution, son irruption bouleverse en profondeur l’organisation de cette société portuaire.

Tableau no 1. Les talents au Havre : présentation générale

Tableau no 1. Les talents au Havre : présentation générale

Tableau no 2. Le monde des talents au miroir des inventaires après décès : trois manières de vivre différentes

Tableau no 2. Le monde des talents au miroir des inventaires après décès : trois manières de vivre différentes

Tableau no 3. Talents et mobilité sociale

Tableau no 3. Talents et mobilité sociale

Bibliographie

Bibliographie

Références du mémoire de maîtrise

Blandine Selle, « Les talents au Havre de 1770 à 1800 », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Eric SAUNIER, Le Havre, 2001, deux volumes.

Bibliographie sélective

Chaussinand-Nogaret, Guy (sous la direction de), Histoire des élites en France du XVIème au XXème siècle : l’honneur, le mérite, l’argent, Paris, Hachette, 1994, collection Pluriel.

Quéniart, Jean, Cultures et sociétés urbaines dans la France de l’ouest au XVIIIème siècle, Paris, Editions Klincksieck, 1978.

Petre-Grenouilleau Olivier, L’argent de la traite : milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996.

Notes

1 Chaussinand-Nogaret, Guy (sous la direction de), Histoire des élites en France du XVI au XXème siècle : l’honneur, le mérite, l’argent, Paris, Hachette, 1994, collection Pluriel.

2 Quéniart, Jean, Cultures et sociétés urbaines dans la France de l’ouest au XVIIIème siècle, Paris, Editions Klincksieck, 1978.

3 Pour une connaissance exhaustive des métiers représentés, cf. : Blandine Selle, « Les talents au havre de 1770 à 1800 », mémoire de maîtrise de l’université du Havre préparé sous la direction d’Eric Saunier, Le Havre, 2001, deux volumes.

4 ADSM : série C : C 356 (capitations recensées par quartier pour la ville du Havre en 1772).

5 Petre-Grenouilleau Olivier, L’argent de la traite : milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, Aubier, 1996. Dans cette étude, 1 auteur détermine trois types comportementaux en fonction des objets possédés. Plaçant le sujet concerné dans « la catégorie de l’ETRE », on trouve les objets de cuisine (dans notre tableau : V-vaisselle et ustensiles de cuisine-, MC - Meubles Communs soit tables, armoires & rangements, lits & couches, sièges - ; L-Linge de maison et habits-). La catégorie du « PARAITRE » doit son existence à la présence de l’Argenterie (AR dans notre tableau), aux Objets Précieux et bijoux (OP), aux Meubles Précieux (MP) et Tapisseries (T). Enfin, un groupe qui se caractérise par son « Degré d’ouverture d’esprit » émerge avec la possession du livre (Li) et des objets d’hygiène (H).

6 Ace sujet, cf. Sévérine Marie, « Les sociétés portuaires et le livre au XVIIIème siècle (le Havre et Dieppe) », mémoire de maîtrise de l’université du Havre sous la direction d’Eric Saunier, Le Havre, 1999, deux volumes. Au sein de notre groupe, le médecin Lelièvre-Dezalles possède une impressionnante bibliothèque de plus de 2 000 volumes dont le détail révèle la curiosité intellectuelle de l’individu.

7 Lors de la levée de la capitation de 1772, 2 460 havrais contribuèrent pour une somme globale de 13 659 livres, soit en moyenne 5,5 livres par personne. La moyenne pour l’ensemble du monde des talents se situe autour de 9 livres. Pour la connaissance de la place exacte occupée par chaque sous-groupe des talents dans l’ensemble de la société havraise, cf. Selle. B., op. cit. pp. 89-101.

8 ADSM : série L : L 1 893, 1 liasse, 1793-an III, santé publique, officiers de santé.

9 Le notaire Jean-Baptiste Vincent DOREY et le procureur Pierre MICHEL sont les gendres du négociant Thomas BONAVENTURE.

10 C’est le cas du triangle familial Coste-Faure-Isabelle. Ce clan familial compte parmi les personnages fort influents : Jean-Charles Marie COSTE, notaire et élu procureur de la commune ; Pierre Joseph Guillaume Denis FAURE, avocat, unique imprimeur libraire du Havre, maire échevin entre 1780 et 1784, puis administrateur de l’hôpital, et député de la Convention en 1792.

11 24 représentants des talents furent membres de L’Aménité et 16 furent présents au sein de la Fidélité.

12 Une étude en cours est actuellement menée par Hervé Chabannes (mémoire de maîtrise d’histoire préparé sous la direction d’Eric Saunier) sur le parcours de cet intellectuel havrais mal connu.

13 Saunier Eric, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIème et XIXème siècles de 1740 à 1830 : 6000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, PURH, 1998, 554 p.

Table des illustrations

Titre Tableau no 1. Les talents au Havre : présentation générale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7708/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Tableau no 2. Le monde des talents au miroir des inventaires après décès : trois manières de vivre différentes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7708/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Tableau no 3. Talents et mobilité sociale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7708/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 201k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540