Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Première partie. Identités, Représentations, Culture

Mobilité et relations sociales dans une ville portuaire au XVIIIème siècle : l’exemple de l’élite havraise

Eric Saunier

Texte intégral

  • 1 Eric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIème et XIXème siècles : 6 (...)
  • 2 Eric Saunier, Présence et intégration des étrangers dans un port normand. Le Havre au XVIIIème sièc (...)

1Notre intérêt pour les questions touchant à la mobilité sociale et, de manière connexe, à l’intégration et à l’assimilation des populations venues du dehors s’insère dans une perspective générale visant à étudier, sur le long terme, les rapports sociaux et leur évolution au Havre entre les années 1720 et l’époque du romantisme. Impulsée par une enquête originelle à la fois plus vaste dans son champ géographique - la Normandie -, et plus réduite sur le plan thématique en raison du prisme sélectionné - la sociabilité maçonnique1 -, cette étude s’est focalisée depuis sur l’observatoire havrais en raison de l’intérêt des phénomènes perçus autour de ces thèmes par le biais du fonctionnement des sociétés maçonniques locales. La recherche originelle s’est ainsi déplacée par étapes successives vers une enquête portant sur le comportement des ressortissants non nationaux2, puis vers l’analyse de la constitution et des mutations des élites havraises, auxquelles certains « horsains » parvenaient de temps à autre à s’agréger.

2Dans cette enquête en cours, nous observons de manière récurrente la solidité des barrières sociales, religieuses ou culturelles face au renouvellement de l’élite. Or, si le fait est a priori peu étonnant, il n’est cependant pas sans poser des questions à l’historien en raison du contraste apparent existant entre la présence de ces digues et la relative paix sociale qui règne dans la cité tout au long du XVIIIème siècle. Pas ou peu d’émotions urbaines avant 1789 : telle est en effet la réalité sociale que l’on observe au Havre une fois passés les dramatiques événements de 1694. C’est de ce paradoxe que découle la ligne directrice de notre propos, que l’on pourrait résumer par cette question simple : dans quelle mesure les canaux par lesquels se constituent et se renouvellent les élites havraises permettent-ils d’apporter une explication au relatif équilibre social régnant dans cette ville avant la Révolution française ?

  • 3 ACH, fonds révolutionnaire, série G : G96-100, Déclaration du 9-10-1789, à partir du décret de l’an (...)

3Pour répondre à cette question, il nous a paru utile de préférer à un panorama d’ensemble qui serait impressionniste une démarche fondée sur l’observation d’un groupe réduit, mais précisément défini ; en partant du principe que la connaissance approfondie de celui-ci permet de répondre avec plus d’acuité à la problématique posée. Cette attitude s’avère d’autant plus nécessaire que l’élite est par définition une notion floue et constitue un ensemble indéfini. Nous avons donc dû déterminer un critère de sélection afin d’engager l’enquête et, dans cette perspective, l’élément fiscal s’est rapidement imposé comme étant le plus opératoire. Les données recouvertes par la contribution patriotique de 17903 nous ont donc servi de point d’ancrage en raison de la précision des listes nominatives ainsi que de la concordance entre la date à laquelle ce premier impôt révolutionnaire fut prélevé et notre intention de dresser une sorte d’état des lieux concernant l’élite havraise à un moment où nous pouvions mesurer les effets des mutations importantes liées au développement de l’aventure coloniale et des fondements novateurs autour desquels fut décidée la mise en place de cet impôt. Toutefois, la source choisie recouvrant une population beaucoup plus large que la seule élite (1400 foyers), il nous a fallu fixer une barre (1000 livres) au-delà de laquelle nous pouvions considérer que les personnes assujetties entraient dans la senior pars de la cité. Nous avons par ce biais pu circonscrire notre champ d’observation à 185 chefs de famille ; et ce sont ainsi « Les 200 Familles havraises » qui ont été proposées à l’analyse avec, en filigrane, la volonté de saisir les mécanismes de constitution et de renouvellement d’une élite locale.

1. La formation de l’élite : le poids de l’enracinement...

4L’analyse des mécanismes relatifs à la reproduction sociale commence presque naturellement par l’attention portée aux comportements démographiques et aux stratégies matrimoniales. A partir de 72 unions, retrouvées par le biais des registres de mariages concernant les paroisses havraises, émergent rapidement des enseignements éclairant à la fois les critères de la formation et les traits de la mentalité de l’élite havraise.

  • 4 Concernant plus particulièrement les pratiques des gens de mer, cf Alain Cabantous, « Les populatio (...)
  • 5 Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire. Tome 1 : Les origines, Le Havre, 1984.

5Si nombre de résultats montrent des attitudes normées en comparaison avec ceux obtenus pour l’ensemble de la population havraise - il en est ainsi de la très forte homogamie professionnelle4 ou de l’âge au mariage des conjoints conforme à ce que l’on peut observer pour le reste du corps social5-, on relève la relative précocité des âges au mariage du côté des filles - 24 ans pour l’ensemble du groupe contre respectivement 26 et 27 ans pour l’ensemble de la population féminine à Notre-Dame et à Saint-François en 1788 - et l’importance du nombre de mariages tardifs du côté masculin. 24 % des unions contractés au sein de l’élite se font ainsi au-delà de 36 ans alors que cette attitude ne concerne que 15 % des hommes se mariant dans l’ensemble des deux paroisses en 1788. Si ces deux phénomènes constituent une tendance exacerbée parmi les nantis à faire concorder les « épousailles » avec un moment de la vie durant lequel l’avenir est définitivement assuré, la singularité des tendances manifestées par l’élite quant au recrutement géographique des conjoints mérite cependant plus d’attention. On observe en effet un « repli sur soi » très marqué dont témoigne la nette surreprésentation des unions entre conjoints natifs du Havre parmi les personnes concernées. On constate ainsi qu’une majorité d’entre elles (65 %) est originaire de l’une des paroisses havraises et, parallèlement, que le nombre d’unions concernant deux éléments extérieurs (4 conjoints) est très faible alors que les comportements généraux sont très différents. 26 % des unions de Notre-Dame et seulement 16 % pour Saint-François concernent en effet deux personnes originaires du Havre. On a donc bien là un comportement remarquable qui semble caractériser le mode de fonctionnement et de reproduction de l’élite havraise.

Tableau n° 1. Les comportements démographiques de l’élite

Hommes

Femmes

Total

Saint-François

Ages au mariage

Moyenne

32 ans

27.8 ans

Mariés après 36 ans

13

Mariées après 32 ans

15

Mariés avant 24 ans

7

Mariées avant 20 ans

5

Origine des paroisses

Deux paroisses havraises

8

Une paroisse havraise

22

Aucune paroisse havraise

19

Hommes

Femmes

Total

Notre-Dame

Ages au mariage

Moyenne

29.3 ans

26.4 ans

Supérieurs à 36 ans

20

Supérieurs à 32 ans

27

Inférieurs à 24 ans

28

Inférieurs à 20 ans

6

Origine des paroisses

Deux paroisses havraises

34

Une paroisse havraise

50

Aucune paroisse havraise

Elite (72)

Ages au mariage

Moyenne

30.9 ans

24 ans

Supérieurs à 36 ans

36

Supérieurs à 32 ans

8

Inférieurs à 24 ans

6

Inférieurs à 20 ans

12

Origine des paroisses

Deux paroisses havraises

35

Une paroisse havraise

28

Aucune paroisse havraise

2

  • 6 Olivier Petre-Grenouilleau, L’argent de la traite, milieu négrier, capitalisme et développement : u (...)
  • 7 En effet, parmi les 46 armateurs impliqués dans la traite dont le lieu de naissance est connu, 28 s (...)
  • 8 42 capitaines de navire, sur un échantillon de 50, sont originaires du Havre.
  • 9 A Nantes, L’Harmonie semble s’être spécialisée dans l’accueil des étrangers.
  • 10 Sur l’importance des étrangers dans les loges bordelaises, cf. Johel Coutura, Les francs-maçons de (...)

6Le fait est confirmé par les phénomènes constatés à partir de l’observation de micro-sociétés culturellement intégrées à l’élite ou de celle du recrutement au sein des lieux de sociabilité prisés par celle-ci. S’agissant des premières, on retiendra les comportements rencontrés au sein du milieu de la traite. En effet, à la différence du milieu nantais6 caractérisé par une grande diversité dans l’origine géographique des négriers, les armateurs havrais, tributaires de capitaux étrangers et lancés tardivement dans ce commerce juteux, qui semble être une échappatoire face aux difficultés à affronter la concurrence commerciale avec l’Angleterre, sont pour plus de la moitié d’entre eux originaires du Havre intra-muros7. Et cette « coloration très locale » du milieu négrier est en outre amplifiée par l’exacerbation de cette tendance parmi les capitaines de navire qui, pour plus de 80 %, sont originaires du Havre ou de ses faubourgs8. Quant aux règles de recrutement au sein des lieux de sociabilité élitaires que sont les deux loges maçonniques locales, L’Aménité et La Fidélité, elles montrent, en dépit du cosmopolitisme inhérent à la philosophie maçonnique, le poids du local dans le recrutement d’ensemble. Au sein de ces deux ateliers, on trouve respectivement 68 % (L’Aménité) et 82 % (La Fidélité) d’initiés originaires du Havre. En contrepartie on constate la relative faiblesse d’ouverture aux non nationaux comparée à celle qui existe dans les loges nantaises9 et bordelaises10.

  • 11 Louis Amet, l’un des rares banquiers de la place du Havre, né en octobre 1751 à Besançon et arrivé (...)
  • 12 Le richissime banquier Le Barrais d’Orgeval figure parmi les membres de La Triple Unité de Fécamp, (...)

7Cette attitude de repli sur soi se perçoit également à travers d’autres critères. Ainsi, l’analyse des réseaux de recrutement professionnel au sein des loges fait-elle apparaître la nette domination des hommes s’adonnant à des activités traditionnelles - le négoce colonial et le personnel dirigeant de la manufacture de tabac - et la relative méfiance envers les acteurs porteurs d’une culture plus novatrice. De ce point de vue, l’absence des loges havraises d’Ancien Régime des rares banquiers présents sur la place du Havre, Louis Amet11 et Jean-Baptiste Le Barrais12, des quelques étrangers porteurs de nouveauté et peut-être plus encore de celle de la figure emblématique Jacques Bégouen, pour lequel les attaches au niveau des intérêts économiques sont plus parisiennes que havraises, sont significatives de l’importance accordée à l’enracinement local dans le recrutement des francs-maçons qui constituent, dans les villes moyennes, l’élite reconnue. C’est donc bien là une tendance nette et il convient, à ce stade, de mesurer son influence sur l’ensemble du fonctionnement du mode de reproduction sociale.

2. Renforcement des filtres sélectifs traditionnels...

8L’étude de ce renforcement révèle rapidement que l’attachement au creuset local est non seulement la clef de voûte mettant en place des « règles de circulation sociale », mais aussi que, loin de générer une mobilité sociale tous azimuts, il semble diriger l’ensemble des filtres qui opèrent dans l’ensemble des sociétés urbaines de l’époque moderne et qui agissent en osmose dans le recrutement et le renouvellement de l’élite.

9L’analyse des stratégies matrimoniales, dans le cas de plus de cinquante unions (57) pour lesquelles on dispose de l’origine sociale précise des conjoints et de leurs parents, montre ainsi que le fonctionnement du filtre social est nettement organisé en fonction du poids du local.

10Le tableau fait apparaître nettement deux ensembles équilibrés. L’un regroupe ceux qui manifestent une homogamie très affirmée : il englobe les mondes du négoce et des privilégiés volontiers interchangeables au Havre en raison du nombre important d’anoblis originaires du négoce. Le second rassemble un groupe composite d’officiers royaux, de capitaines de navire et de représentants des talents dont l’attitude se caractérise par la volonté de mettre en place des liens verticaux avec le groupe précédent. Dominé par les capitaines de navire, ce groupe se ferme aux commis de négoce et à l’élite de l’artisanat qui doivent emprunter d’autres routes pour gravir l’échelle sociale. Mais on relèvera surtout la force avec laquelle agit le filtre local qui est assurément, en raison de son poids parmi les unions au sein de l’ensemble le plus élitaire, un facteur renforçant l’homogamie.

Tableau no 2. Les stratégies matrimoniales de l’élite havraise

Tableau no 2. Les stratégies matrimoniales de l’élite havraise

* I : deux paroisses havraises, II : une paroisse havraise, III : deux paroisses étrangères

  • 13 A ce sujet, cf. E. Saunier, « Présence et intégration des étrangers dans un port normand. Le Havre (...)

11Et c’est là une sensibilité que l’on voit se confirmer dans l’observation du fonctionnement profond des structures de sociabilité. Les rares étrangers reçus dans les confréries, dans les chambres de lecture et les loges maçonniques sont en effet majoritairement des catholiques, irlandais ou italiens, installés au Havre de longue date13. Et, si dans les dernières se fait jour un comportement facilitant la transgression, les effets sont atténués par le renforcement du rôle exercé par la richesse ; ce dont témoignent les choix socialement très sélectifs faits lors des élections au sein du collège des officiers.

  • 14 La représentation du livre religieux se maintient autour de 70 % entre 1765 et 1770, soit le pource (...)
  • 15 Eric Saunier, Protestantisme et franc-maçonnerie en Normandie au temps de la transition révolutionn (...)
  • 16 Gérard Gayot, Les Draps de Sedan, 1646-1870, Paris, ehess, 1998.

12Les attitudes perçues au niveau du religieux confirment un peu plus l’importance du facteur local en tant qu’agent de contrôle de la mobilité sociale. Dans une ville où la politique antiprotestante perdure jusqu’à la fin de l’Ancien Régime en raison de l’attitude de son gouverneur, le duc de Saint-Aignan (1719-1786), le filtre religieux constitue de fait un second critère opérant dans le mode d’accès à l’élite. Des indicateurs, comme le fort maintien des ouvrages religieux dans les bibliothèques des Havrais à la fin du Siècle des Lumières14, ou la mise en place d’une véritable politique de « sélection religieuse » au sein des lieux de sociabilité appréciés par l’élite, en sont les témoins. Les attitudes développées au sein des deux loges havraises - qui doivent composer entre l’idéal originel de neutralisation de la sphère religieuse et la volonté d’insérer le religieux comme facteur d’admission dans un lieu où l’élite locale impose ses comportements culturels - témoignent ainsi de l’existence d’une véritable stratégie qui est fonction du niveau d’intégration à la communauté havraise. Dans une étude précédente comparant, dans les loges d’Ancien Régime en Normandie, les variations d’attitude face aux communautés huguenotes15, nous avions d’ailleurs montré la mise en place d’une « ouverture sélective » au sein des loges havraises. Celles-ci acceptent en effet sans difficulté l’intégration des membres des quelques familles havraises protestantes bien connues de la cité alors que, face aux étrangers susceptibles d’être admis durablement, elles privilégient le recrutement des populations catholiques. Jusqu’en 1789, à l’instar de ce que Gérard Gayot16 a observé à Sedan, les représentants des élites protestantes préfèrent au Havre mettre en place des lieux de sociabilité parallèles autour du Temple de la rue Percanville ouvert à partir de la fin de l’année 1786. Ce tropisme est la conséquence de la plus grande « orthodoxie » religieuse des gestes qui y sont pratiqués par rapport à ceux qui, comme le banquet, sont mis en place au sein de la sociabilité maçonnique. Mais l’absence des loges maçonniques de ces protestants, pourtant fort riches, doit aussi être considérée comme le signe d’une défiance des francs-maçons havrais envers des hommes de la religion du Livre, qui sont aussi souvent des horsains.

  • 17 Mélanie Germain, op. cit.
  • 18 Antoine Smuck, originaire de Dantzig, fut Vénérable de La Fidélité en 1785, mais il ne parvint au s (...)

13Enfin, le rôle de limitation dans l’accès à l’élite se perçoit aussi dans le domaine des relations professionnelles. C’est là un phénomène que l’on voit émerger avec une force particulière parmi les négriers et les négociants étrangers. Les capitaines ayant pratiqué la traite, et dont on sait qu’ils constituent un petit groupe stratégique en raison de leur propension plus grande à pénétrer l’élite négociante que leurs collègues restés fidèles à un commerce plus traditionnel, semblent ainsi avoir été choisis en fonction de l’ancienneté des relations préexistantes avec le monde des armateurs, mais aussi de leur appartenance à la nébuleuse havraise17. Quant aux négociants étrangers du Havre, à l’image de la figure emblématique que constitue Antoine Smuck, le seul étranger qui fut Vénérable d’une loge maçonnique, leur agrégation à l’élite dépend à la fois des relations professionnelles entretenues avec les parents de la conjointe et de l’ancienneté de leur résidence au Havre18.

14Preuve est donc faite que le local actionne l’ensemble du processus de recrutement des élites. On remarquera toutefois aussi que sa force ne contribue pas a priori à atténuer la solidité des barrières traditionnelles et semble même ajouter un critère de sélection supplémentaire, ce qui, revenant à notre question initiale, contredit en apparence l’idée même d’une circulation sociale accrue qui est pourtant la condition nécessaire au maintien de l’harmonie dans la cité.

3. … et fluidité sociale

  • 19 Mélanie Germain, op. cit.

15Cependant les garanties supplémentaires que l’élément local donne aux membres de l’élite contribuent bien en réalité à faciliter une certaine fluidité. En effet, contrôlées par le filtre local, les relations entre l’élite et les représentants des classes moyennes semblent largement facilitées. Le regard que nous avons porté sur les unions contractées au sein de l’élite peut d’ailleurs être lu aussi comme une preuve de cette affirmation. Le phénomène d’ouverture de l’aire géographique du recrutement de l’élite au fil de la descente sociale des origines des conjoints montre bien que l’appartenance à un vivier local n’empêche pas une mobilité, rendue moins inquiétante en raison de l’importance des hommes du crû parmi l’élite établie (cf. tableau no 2). Par ce jeu de relations, on remarque que le poids du critère local permet d’insérer dans l’élite une nébuleuse sociologique assez large puisque rien moins que 14 qualités civiles différentes sont représentées parmi ceux qui sont appelés à figurer parmi les 200 plus fortunés de la cité. Ce chiffre est, dans une ville privée d’armature administrative, assez remarquable. Quant aux attitudes perçues au sein de la micro-société des négriers, elles révèlent que celle-ci semble accepter, en raison du resserrement local du recrutement qui la caractérise, une certaine souplesse au niveau de l’origine sociale de ses membres. Le tiers des armateurs identifiés et la moitié des capitaines échappent ainsi à la règle d’une filiation directe avec le monde du négoce ou des capitaines de navire19.

  • 20 Eric Saunier, « Les rapports sociaux au Havre dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. Les lieux (...)

16En raison de la qualité de l’observatoire havrais - 300 individus très précisément identifiés -, c’est toutefois l’organisation de l’espace de sociabilité local20 qui fait apparaître clairement la manière dont le local peut structurer l’organisation de relations complexes entre les groupes sociaux, ainsi que son poids dans le processus du recrutement des élites.

  • 21 Séverine Marie, op. cit. pp. 85-89.
  • 22 Eric Saunier, « Etre confrère et franc-maçon à la fin du XVIIIème siècle : les exemples du Havre et (...)

17A priori, l’analyse détaillée du recrutement au sein des différents lieux de sociabilité montre l’existence de barrières sociologiques solides, bien visibles. Toutefois ce cloisonnement, loin de générer des tensions, permet de fournir une offre apte à satisfaire l’ensemble des bourgeoisies et, comme le suggère les taux d’ouverture relativement élevés au sein de chaque groupe, à faire se rencontrer l’ensemble des composantes de celles-ci. Chacun peut ainsi cultiver dans ces différents lieux la propension naturelle pour l’entre soi sans que soit exclue la possibilité d’une relative promiscuité sociale avec ceux qui sont socialement et culturellement les plus proches. En effet, les bornes étant bien posées et un sentiment de sécurité découlant de cette hiérarchisation des lieux de sociabilité bien établie, une fluidité sociale aux marges du groupe dominant est nettement perceptible. Cette « politique » est, il est vrai, facilitée par la proximité des lieux de sociabilité au sein de la cité et par l’homogénéité des quartiers du Havre, deux aspects originaux dont on ne sait d’ailleurs pas s’ils entraînent ou résultent de ce système de relations. Toujours est-il que l’on peut constater l’existence d’une possibilité d’ouverture subtilement organisée autour des critères de la proximité de la culture et de la fortune. Ainsi, on remarquera que La Fidélité, où se réunit l’élite négociante et dont l’attitude face au livre montre qu’elle fut l’élément social recevant avec le plus de vigueur l’esprit des Lumières21, s’ouvre au monde des praticiens qui partagent, à défaut de la fortune, une culture commune. Les quelques boutiquiers affiliés aux loges havraises (4) préfèrent côtoyer le monde des capitaines de navire au sein de L’Aménité. Une véritable circulation sociale se met donc en place et trouve sa confirmation dans le fonctionnement du recrutement de la confrérie du Saint-Sacrement. Malgré la stabilité sociologique de ses membres autour du monde de l’artisanat et des métiers du port et un taux d’ouverture beaucoup plus réduit, celle-ci sait en effet également faire preuve d’une relative ouverture. Ainsi, pendant les perturbations révolutionnaires dont l’effet majeur semble, sur le plan des stratégies de recrutement au sein des lieux de sociabilité havrais, aller vers une uniformisation sociologique, nous savons que cette confrérie de dévotion s’est ouverte à un groupe de quelques négociants huppés entre 1788 et 179222.

Tableau n° 3. L’organisation de l’espace de sociabilité havrais au Siècle des Lumières

Tableau n° 3. L’organisation de l’espace de sociabilité havrais au Siècle des Lumières

* % des catégories autres que la catégorie dominante figurant en caractères gras

18De ce bref tour d’horizon, on retiendra donc deux faits et un axe de réflexion. D’une part, à l’aune du regard porté sur les 200 familles, on doit relever qu’en dépit d’une structure sociale originale, nombre de traits des comportements de l’élite havraise semblent assez peu différents de ce que l’on observe dans l’ensemble des sociétés urbaines au XVIIIème siècle. La force des facteurs sociaux, religieux et professionnels dans la mise en place des règles de la reproduction sociale semble, vu d’en-haut, totalement intacte. L’élite négociante havraise constitue, dans cette ville, une sorte de noblesse de substitution. Mais, d’autre part, le poids du local dans le fonctionnement d’ensemble semble au Havre particulièrement exacerbé et cela fonde une certaine originalité dans la mise en place des relations sociales développées dans cette ville. Celle-ci semble faire le jeu de la paix sociale au XVIIIème siècle ; aussi convient-il de poser la question des conséquences, pour les rapports sociaux qu’elle a induits, de la déstabilisation provoquée par la Révolution française.

Notes

1 Eric Saunier, Révolution et sociabilité en Normandie au tournant des XVIIIème et XIXème siècles : 6 000 francs-maçons de 1740 à 1830, Rouen, PURH, 1999.

2 Eric Saunier, Présence et intégration des étrangers dans un port normand. Le Havre au XVIIIème siècle, in Les Ports Normands : un modèle ?, PURH, 1999, pp. 176-184 ; (en collaboration avec Marie-Loup Chastres), « L’intégration des étrangers au Havre sous la Révolution, de 1789 à 1795, » Cahiers havrais de recherche historique, no 57, 1998, pp. 111-128.

3 ACH, fonds révolutionnaire, série G : G96-100, Déclaration du 9-10-1789, à partir du décret de l’an du 6-10. Liste des déclarations individuelles.

4 Concernant plus particulièrement les pratiques des gens de mer, cf Alain Cabantous, « Les populations de la Mer du Nord et de la Manche Orientale (1660-1793). Essai d’histoire sociale comparative », Thèse de doctorat d’Etat sous la direction du Professeur Deyon, université de Lille III, 1983, 3 volumes.

5 Jean LEGOY, Le peuple du Havre et son histoire. Tome 1 : Les origines, Le Havre, 1984.

6 Olivier Petre-Grenouilleau, L’argent de la traite, milieu négrier, capitalisme et développement : un modèle, Paris, 1995, p. 19.

7 En effet, parmi les 46 armateurs impliqués dans la traite dont le lieu de naissance est connu, 28 sont nés au Havre et trois autres dans des villes voisines : deux négociants négriers havrais sur trois sont donc des hommes du crû (cf. Mélanie Germain, « Regard sur les acteurs de la Traite au Havre au XVIIIème siècle », La Revue d’Ici, no 19, p. 11).

8 42 capitaines de navire, sur un échantillon de 50, sont originaires du Havre.

9 A Nantes, L’Harmonie semble s’être spécialisée dans l’accueil des étrangers.

10 Sur l’importance des étrangers dans les loges bordelaises, cf. Johel Coutura, Les francs-maçons de Bordeaux au XVIIIème siècle, Ed. Marcillac, Du Glorit, 1988.

11 Louis Amet, l’un des rares banquiers de la place du Havre, né en octobre 1751 à Besançon et arrivé au Havre vers 1782, fut membre de la célèbre loge parisienne Les Amis Réunis puis, après la Terreur, du Centre des Amis dont il fut le Premier Surveillant. Le fils de ce dignitaire du Rite Ecossais Rectifié sous le Premier Empire, Pierre-Louis-Xavier Amet, figure aussi parmi les membres de cet atelier.

12 Le richissime banquier Le Barrais d’Orgeval figure parmi les membres de La Triple Unité de Fécamp, mais n’a jamais été membre d’une loge havraise.

13 A ce sujet, cf. E. Saunier, « Présence et intégration des étrangers dans un port normand. Le Havre au XVIIIème siècle », in Les Ports normands : un modèle ?, pp. 176-184.

14 La représentation du livre religieux se maintient autour de 70 % entre 1765 et 1770, soit le pourcentage atteint en 1715 (Séverine Marie, « Les sociétés portuaires et le livre au XVIIIème siècle », mémoire de maîtrise de l’Université du Havre sous la direction d’Eric Saunier, 2000, volume 1, pp. 70-95).

15 Eric Saunier, Protestantisme et franc-maçonnerie en Normandie au temps de la transition révolutionnaire (1750-1830), in « Protestantisme et franc-maçonnerie. De la tolérance religieuse à la religion de la tolérance », Editions maçonniques de France, 2000, pp. 169-182.

16 Gérard Gayot, Les Draps de Sedan, 1646-1870, Paris, ehess, 1998.

17 Mélanie Germain, op. cit.

18 Antoine Smuck, originaire de Dantzig, fut Vénérable de La Fidélité en 1785, mais il ne parvint au sommet de la loge qu’après un long processus d’agrégation à l’élite. Arrivé au Havre à la fin de l’année 1770 comme simple commis de négoce, il épouse d’abord, en octobre 1776, la fille d’un brasseur, Marie-Elizabeth Fortin, sœur d’un autre commis de négoce. Ce n’est que quelques années plus tard, en 1782, et alors que l’amitié de Baptiste-Charles Dubuc, négociant du Havre, lui a permis d’élargir le cercle de ses relations, qu’il est initié à la maçonnerie avant de devenir Vénérable... quelques quinze ans après son arrivée au Havre.

19 Mélanie Germain, op. cit.

20 Eric Saunier, « Les rapports sociaux au Havre dans la seconde moitié du XVIIIème siècle. Les lieux de sociabilité », in La Normandie orientale en transition. Révolution-Empire, 1998, pp. 33-38.

21 Séverine Marie, op. cit. pp. 85-89.

22 Eric Saunier, « Etre confrère et franc-maçon à la fin du XVIIIème siècle : les exemples du Havre et de Pont-Audemer », AHRF, oct-déc. 1996, pp. 617-634.

Table des illustrations

Titre Tableau no 2. Les stratégies matrimoniales de l’élite havraise
Légende * I : deux paroisses havraises, II : une paroisse havraise, III : deux paroisses étrangères
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7707/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Tableau n° 3. L’organisation de l’espace de sociabilité havrais au Siècle des Lumières
Légende * % des catégories autres que la catégorie dominante figurant en caractères gras
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7707/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540