Version classiqueVersion mobile

Environnements portuaires

 | 
Anne-Lise Piétri-Lévy
, 
John Barzman
, 
Éric Barré

Préface

John Barzman

Texte intégral

1Qui dit port dit maritime. Le mot désigne à l’origine les abris côtiers qui accueillent les navires consacrés à la pêche, au commerce, à la guerre ou aux autres activités liées à la mer. Par la suite, le terme a élargi son champ d’application en s’accolant des qualificatifs : port fluvial, puis port aérien ou aéroport ; aujourd’hui port continental, c’est-à-dire plateforme où convergent différents modes de transport. La première version, celle des marins, a donné naissance à une longue succession d’environnements originaux : aménagements physiques, réseaux économiques, systèmes de réglementation, groupes sociaux, espaces de l’imaginaire. Où en est l’étude de ces environnements portuaires ? Telle est la première question à laquelle cet ouvrage tente d’apporter des éléments de réponse.

2On peut supposer que ces environnements géographiques et économiques présentent parfois des traits communs, du moins entre certains types de port, et que ces récurrences se retrouvent dans les sociétés portuaires, en particulier dans les groupes sociaux constitués autour d’activités de production (pêche, construction navale) ou d’échange (transport, commerce). L’historien se méfie des généralisations abusives ; il veut spécifier les ressemblances dans le temps et l’espace et construire ses comparaisons sur cette base. D’où l’intérêt des monographies. Nos auteurs s’attachent à analyser des populations précises. Parmi elles, celles qui travaillent dans la manutention sont particulièrement bien représentées ici, tant par des analyses fouillées, que par des comparaisons nationales ou internationales. Que sait-on aujourd’hui de ces milieux portuaires, en particulier de celui des dockers ? A quoi ressemblent les tentatives de comparaison ? Telle est la seconde grande question de cet ouvrage.

  • 1 A ce sujet, voir, par exemple, les travaux d’André Vigarie (« Le Havre et l’évolution de la pensée (...)

3Les textes présentés ici sont issus des travaux d’un colloque international et pluridisciplinaire qui s’est tenu à l’université du Havre au mois de mai 2001. Il a rassemblé essentiellement des historiens de l’époque moderne et contemporaine. Leur perspective a été enrichie par l’apport de géographes, qui, il faut bien le dire, ont été plus actifs que les historiens, du moins en France, en ce qui concerne la définition de la spécificité des espaces portuaires.1 Enfin, des professionnels de la navigation (capitaine et marin) et de l’administration portuaire, des sociologues, une politologue, une ethnographe ont apporté le regard de leur discipline.

  • 2 La place du naval est sensible dans la revue française Chronique d’histoire maritime. Le premier él (...)
  • 3 Pour l’approche d’histoire sociale, voir par exemple Domenechino Jean, Guillon Jean-Marie et Menche (...)

4Ce livre n’est pas le premier recueil de travaux sur la vie portuaire. Il s’inscrit dans une série qui même si celle-ci ne constitue pas encore une lignée ancienne et vénérable. Relativement récente chez les historiens, l’étude des sociétés portuaires en tant que telles apparaît à l’intersection de trois domaines plus établis : d’une part, l’histoire maritime, longtemps identifiée à l’histoire navale, puis étendue à la marine marchande et à toutes les activités qui touchent à la mer.2 D’autre part, l’histoire urbaine pour laquelle la ville-port constitue une variante importante au point de vue de la morphologie, de la démographie et des élites. Enfin, l’histoire sociale et culturelle dont les méthodes permettent d’analyser les groupes sociaux présents aussi bien dans les petits villages de pêcheurs que dans les métropoles cosmopolites. Plusieurs colloques récents ont tenté de faire le point sur ce qu’on ne peut encore appeler une nouvelle branche de l’histoire. Ce rameau, tout récent et fragile qu’il soit, a déjà l’avantage de pousser à la comparaison internationale.3 Plusieurs articles le démontrent.

  • 4 Centre interdisciplinaire de recherche sur les transports et les affaires internationales, Universi (...)
  • 5 Voir Wauters Eric (sld), Les ports normands : un modèle ?, Rouen : Publications des universités de (...)

5Ce n’est pas un hasard si ce colloque a pu se tenir sous les auspices de l’université du Havre. Dès sa fondation en 1984, celle-ci a mis l’accent sur la recherche liée à la mer. Le lecteur pourra vérifier en feuilletant la liste des auteurs, que plusieurs appartiennent au CIRTAI4. Il s’agit en fait du deuxième colloque organisé sur la thématique portuaire a l’université du Havre.5 D’autres centres de recherche en France et dans le monde sont représentés ici par des auteurs de Boulogne, Caen, Rennes, Lorient, Nantes, Poitiers, Paris, Cardiff, Dundee, Londres, Gand, Brême, San Francisco, et de la Calabre. Certains des articles rédigés en anglais ont été laissés dans cette langue : ils intéresseront sûrement quelques anglophones et les pousseront peut-être à se tourner vers les articles rédigés en français.

6Une première partie traite des représentations issues du monde portuaire. Cinq auteurs illustrent quelques aspects de cette approche du problème.

7La deuxième partie s’intéresse aux structures qui encadrent les sociétés portuaires. Elle comprend onze articles montrant la variété des situations possibles, de la volonté du duc de Normandie de préparer son débarquement en Angleterre en 1066, aux réseaux de villes portuaires qui tentent aujourd’hui d’influencer la politique de l’Union européenne.

8La troisième, plus volumineuse puisqu’elle comporte dix-neuf articles, examine des activités économiques et des groupes sociaux spécifiques aux ports. On y trouve ainsi la construction navale, la pêche, l’aide à la navigation et surtout la manutention portuaire, qui fait l’objet de neuf articles, émanant de spécialistes tels que les historiens Michel Pigenet (Université de Paris I), Sarah Palmer (Université de Greenwich) et le sociologue Peter Tumbull (Université de Cardiff). Cinq d’entre eux sont construits sur le mode comparatif et contiennent au moins des ébauches de réflexion sur cette méthode en histoire.

9L’édition de ces articles n’aurait pas été possible sans l’apport considérable d’Anne-Lise Piétri-Lévy, chercheuse au CNRS, qui a rejoint l’équipe après le colloque. Il convient enfin de reconnaître, outre les organismes cités à la page « Remerciements », la contribution des personnes qui ont aidé à la réalisation de cet ouvrage, notamment Nathalie Coirre et Françoise Guyot, du CIRTAI, Alain Portron, directeur de l’Institut des études logistiques (ISEL) qui nous a accueilli dans les locaux dont il avait la charge, et Madeleine Brocard, directrice du CIRTAI.

Notes

1 A ce sujet, voir, par exemple, les travaux d’André Vigarie (« Le Havre et l’évolution de la pensée méthodologique en économie portuaire et maritime », Etudes normandes, III, 1984) et Jacques Charlier ((sld), Ports et Mers, Mélanges maritimistes offerts à A. Vigarié, Caen : Paradigme, 1986 ; et avec Malezieux Jacques, Les stratégies alternatives de redéveloppement portuaire en Europe occidentale, Le Havre : AIVP, 1994). On retrouve l’apport des géographes dans Peron Françoise (sld), Le patrimoine maritime. Construire, transmettre, utiliser, symboliser les héritages maritimes européens, Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2002.

2 La place du naval est sensible dans la revue française Chronique d’histoire maritime. Le premier élargissement dans les années 1960 s’est institutionnalisé dans la Commission internationale d’histoire maritime. Plus récemment, l’Association internationale d’histoire maritime (en anglais : IMHA) et sa revue, l’International Journal of Maritime History accordent une large place à ces nouvelles dimensions.

3 Pour l’approche d’histoire sociale, voir par exemple Domenechino Jean, Guillon Jean-Marie et Mencherini Robert (sld), Dockers de la Méditerranée à la mer du Nord. Des quais et des hommes dans l’histoire, Aix-en-Provence : Edisud, 1999. Une tentative récente de bilan de la méthode comparée en histoire portuaire se trouve dans : De Goey Ferry, Loyen Reginald and Van Driel Hugo, « Trends and challenges in comparative port history : the case of Antwerp and Rotterdam », Paper prepared for the XIIIth Economic History Conference (Buenos Aires, July 2002).

4 Centre interdisciplinaire de recherche sur les transports et les affaires internationales, Université du Havre-UMR Idées n° 6063 CNRS

5 Voir Wauters Eric (sld), Les ports normands : un modèle ?, Rouen : Publications des universités de Rouen et du Havre, 1999.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search