Version classiqueVersion mobile

Les origines. Une lecture de La Fortune des Rougon

 | 
Sylvie Thorel

Chapitre 1. Un roman politique

Texte intégral

1 La Fortune des Rougon pose les bases du monument en racontant les retombées du coup d’État en province : il s’agit donc d’histoire contemporaine, abordée de biais. Des retombées ne sont pas exactement un coup d’État et Plassans n’existe pas, plus que la Palud ou Saint-Martin-de-Vaulx ; à l’éloignement de la province s’ajoute le décalage de la fiction par rapport à l’histoire. Cette obliquité garantit une forme très singulière de présence du 2 décembre, confinant à l’absence, dans ce qui se présente comme une œuvre militante autant qu’un roman.

Configuration idéologique de Plassans

2Le romancier ayant l’habitude d’ouvrir les romans de la série par une action in medias res, contrairement à Balzac, c’est leur deuxième chapitre qui sert généralement à en définir le cadre – dans La Fortune des Rougon, il n’y suffit même pas et l’exposition générale se prolonge jusqu’à la fin du troisième, voire au-delà. Plassans, « une sous-préfecture d’environ dix mille âmes » (p. 72), présente un type particulier de ville méridionale de manière superlative (« aucune ville n’avait mieux conservé le caractère dévot et aristocratique des anciennes cités provençales », p. 72-73), ce qui lui confère une dimension exemplaire et permet à Zola d’en faire un modèle :

Elle avait, et a d’ailleurs encore aujourd’hui, tout un quartier de grands hôtels bâtis sous Louis XIV et sous Louis XV, une douzaine d’églises, des maisons de jésuites et de capucins, un nombre considérable de couvents. La distinction des classes y est restée longtemps tranchée par la division des quartiers. Plassans en compte trois, qui forment chacun comme un bourg particulier et complet, ayant ses églises, ses promenades, ses mœurs, ses horizons (p. 73).

3Cet agencement marque l’importance du clergé, que confirment quelques éléments du récit et qui déterminera, quelques romans plus loin, l’intrigue de La Conquête de Plassans, relative à la consolidation de l’Empire par le soutien des prêtres. Dans La Fortune des Rougon, ceux-ci agissent dans l’ombre afin de favoriser le retour des Bourbons au pouvoir, après ce qui aurait été la parenthèse de la monarchie de Juillet ; ils œuvrent par l’intermédiaire du marquis de Carnavant, le père naturel de Félicité Rougon, un aristocrate ruiné et sans scrupules, désigné comme « une arme dont une main invisible tenait la poignée » (p. 127) :

Il commandait au nom de personnages inconnus, dont il ne livrait jamais les noms. « Ils veulent ceci, ils ne veulent pas cela », disait-il. Ces dieux cachés, veillant aux destinées de Plassans du fond de leur nuage, sans paraître se mêler directement des affaires publiques, devaient être certains prêtres, les grands politiques du pays. Quand le marquis prononçait cet « ils » mystérieux, qui inspirait à l’assemblée un merveilleux respect, Vuillet confessait par une attitude béate qu’il les connaissait parfaitement (p. 131).

4Ce Vuillet, libraire catholique aux yeux glauques et aux mains moites, qui écoule des images saintes et des chapelets pour une clientèle dévote, est un autre soutien de la réaction légitimiste, fondateur en outre d’un journal, La Gazette de Plassans, qui est dans la ville l’organe de Carnavant (« Depuis février, les articles de La Gazette contenaient moins de fautes ; le marquis les revoyait », p. 130). À travers eux et malgré la disparate des opinions, chaque membre du salon des Rougon reçoit « l’impulsion secrète du clergé » (p. 131).

  • 1 Soit Henri d’Artois, comte de Chambord, fils posthume du duc de Berry, prétendant au trône de 1844 (...)

5Le marquis occupe le quartier Saint-Marc, où il est hébergé par son parent M. de Valqueyras, qui refuse quant à lui de prêcher le retour de « Henri V1 » chez des roturiers. D’une façon générale, les nobles de Plassans restent cloîtrés dans leur quartier et c’est la bourgeoisie qui mène la danse depuis le quartier neuf : « les commerçants retirés, les avocats, les notaires » (p. 76) sont reçus à la sous-préfecture, ils affectent des idées avancées et se fréquentent mutuellement. Les ouvriers occupent le vieux quartier mais, depuis 1830, écrit Zola, on n’entend plus le peuple à Plassans ; le même vieux quartier abrite enfin « les petits détaillants et même quelques gros négociants » (p. 77) qui partagent « des intérêts communs qui les unissent en une seule famille ». L’organisation géographique de la ville coïncide donc avec une organisation sociale et politique : les nobles du quartier Saint-Marc, légitimistes, se terrent, les bourgeois de la ville neuve soutiennent officiellement le gouvernement tout en aspirant à vivre dans le quartier Saint-Marc, les commerçants du vieux quartier fraient avec les bourgeois, le peuple se tait.

6C’est à travers le prisme des petits commerçants ambitieux que Zola choisit de raconter le contrecoup du 2 décembre, en prenant soin de montrer l’extrême diversité idéologique des milieux conservateurs. Marchands d’huile retirés, les Rougon occuperont bientôt la frontière du vieux quartier et de la ville neuve : au grand chagrin de Félicité, qui rêve de la ville neuve, ils ont loué leur maison du côté populaire de la rue de la Banne, d’où ils contemplent par la fenêtre la sous-préfecture et l’hôtel du receveur. Leur salon rassemble des figures caractéristiques de chaque ligne de la réaction, le marquis de Carnavant instillant d’abord le rêve d’une arrivée de Henri V au pouvoir en se faisant relayer par Rougon. Isidore Granoux, « un ancien marchand d’amandes » (p. 128), est membre du conseil municipal et déterminé par la terreur des républicains, il compte au nombre des « libéraux tournés à l’aigre » (p. 125) ; Roudier, marchand de bonnets retiré à Plassans, ancien fournisseur des Tuileries, est libre penseur et orléaniste ; Sicardot « comptait parmi les plus glorieuses ganaches de la Grande Armée » et « rappelait avec orgueil le grand règne de Napoléon » (p. 129). Zola peut conclure : « Toutes les opinions se coudoyaient et aboyaient à la fois contre la République » (p. 130). Voilà de quelle confusion Eugène Rougon entend profiter pour faire triompher le prince Bonaparte :

Les plus grosses niaiseries le laissaient impassible. Il approuvait tout de la tête, jusqu’aux grognements effarés de Granoux. Quand on lui demandait son avis, il répétait poliment l’opinion de la majorité. Rien ne parvint à lasser sa patience, ni les rêves creux du marquis qui parlait des Bourbons comme au lendemain de 1815, ni les effusions bourgeoises de Roudier, qui s’attendrissait en comptant le nombre de paires de chaussettes qu’il avait fournies jadis au roi citoyen. Au contraire, il paraissait fort à l’aise au milieu de cette tour de Babel. Parfois, quand tous ces grotesques tapaient à bras raccourcis sur la République, on voyait ses yeux rire sans que ses lèvres perdissent leur moue d’homme grave (p. 133).

7Seule la haine de la République rassemble ces hommes, que tout disposera pas conséquent à accueillir avec soulagement et même avec faveur le premier « homme providentiel » qui se présentera pour l’abattre. Dans la peur, les différences s’atténueront :

Pierre, légèrement pâle comme les autres, crut devoir, par un luxe de prudence, excuser l’acte décisif du prince Louis devant les légitimistes et les orléanistes qui étaient présents.
« On parle d’un appel au peuple, dit-il ; la nation sera libre de choisir le gouvernement qui lui plaira… Le président est homme à se retirer devant nos maîtres légitimes. »
Seul, le marquis, qui avait tout son sang-froid de gentilhomme, accueillit ces paroles par un sourire. Les autres, dans la fièvre de l’heure présente, se moquaient bien de ce qui arriverait ensuite ! Toutes les opinions sombraient. Roudier, oubliant sa tendresse d’ancien boutiquier pour les Orléans, interrompit Pierre avec brusquerie. Tous crièrent : « Ne raisonnons pas. Songeons à maintenir l’ordre. » Ces braves gens avaient une peur horrible des républicains (p. 162).

8Tels sont donc les principaux acteurs de la « réaction » à Plassans.

9Face à eux, d’évidence, la République n’est pas mûre. Certes, sa grandeur se révèle dans les scènes de foule où Zola montre l’avancée de la colonne comme une puissance magnifique, en marche vers l’avenir, mais la manière dont sont présentés ses trois soutiens dans le roman, Silvère Mouret, Antoine Macquart et Aristide Rougon (le futur Saccard de La Curée et de L’Argent), pose à la fois la beauté d’un idéal, auquel le premier est fidèle, et sa fragilité. Silvère représente l’idéalisme pur, la tendance utopique, l’envolée dans un rêve lointain – que Miette, la figure de la Liberté qu’il chérit, meure vierge est l’indice d’un inachèvement de sa pensée et de sa lutte.

10Silvère subit pour une part l’influence d’Antoine Macquart, dont les discours sont moins déterminés par des convictions que par sa rancune à l’endroit de Rougon, qui a accaparé les biens qui lui revenaient, et par sa paresse : « il avait une façon de considérer le triomphe de la République, comme une ère d’heureuse fainéantise et de mangeailles sans fin » (p. 213) ; il délivre à son neveu « une enfilade de mots creux et sonores, que Silvère accepta comme une preuve suffisante de civisme » (p. 214). Sa description, quand il se tient le soir au centre de sa famille, montre aussi quelle utopie particulière il caresse :

C’était l’heure où le vieux coquin accusait les riches de boire la sueur du peuple. Il avait des emportements superbes contre ces messieurs de la ville neuve, qui vivaient dans la paresse et se faisaient entretenir par le pauvre monde. […] Il parlait d’une époque prochaine où personne ne serait plus obligé de travailler. Mais il gardait pour les Rougon ses haines les plus féroces. Il n’arrivait pas à digérer les pommes de terre qu’il avait mangées (p. 217).

11La mise en perspective raccourcie de ces diatribes, par la haine des Rougon et par la pauvreté du plat de pommes de terre, suffit évidemment à les frapper d’inanité, à les révéler comme une blague : l’enveloppe démesurée et vide, prête à crever, de rien. Ailleurs il est question du « conte de bonne femme » (p. 222) qu’il débite au crédule Silvère et l’expression « haute politique », qui suit, prête à rire dans le contexte.

12Les événements produisent cet effet absurde que, ayant accueilli le coup d’État « avec la joie chaude et bruyante d’un chien qui flaire la curée » (p. 227) et, « les quelques libéraux honorables de la ville n’ayant pu s’entendre et se tenant à l’écart, il se trouva naturellement un des agents les plus en vue de l’insurrection. Les ouvriers, malgré l’opinion déplorable qu’ils avaient fini par avoir de ce paresseux, devaient le prendre à l’occasion comme drapeau de ralliement » (ibid.). Macquart apparaît ainsi comme le type du républicain malhonnête dont on ne s’étonne pas, à l’issue de la scène extraordinaire du cabinet de toilette, au chapitre VI, qu’il finisse par se vendre à la réaction, jusqu’à favoriser l’embuscade qui conduira Silvère et les siens à la mort.

13L’autre prétendu républicain de la famille est Aristide, le futur Saccard de La Curée et de L’Argent, qui présente la même orientation que Macquart, en ce que lui aussi se bâtit « des châteaux en Espagne » afin de satisfaire « ses paresses » (p. 109), sans jamais s’inquiéter de l’honnêteté des moyens auxquels il recourt ; cependant le sang de Félicité qui court dans ses veines fait de lui un subtil et un fin matois. L’histoire de son engagement républicain, si le mot n’est pas trop fort, est une histoire de frustration et d’envie (« haineux, amassant le fiel, il vécut dans l’appétit continuel des jouissances dont il était sevré », p. 113), mais aussi d’opportunisme : il est établi très tôt que, à l’aube de la Deuxième République, devinant « l’impuissance des légitimistes et des orléanistes, sans distinguer avec netteté quel serait le troisième larron qui viendrait voler la République » (p. 134), il flaire une prochaine curée et se prépare à prendre le parti des vainqueurs, quels qu’ils soient. La comédie du bandage en est la conséquence puisque l’histoire d’Aristide, dans La Fortune des Rougon, est celle d’un homme qui cherche à se rallier au plus fort sans encore le deviner : les virulents articles qu’il publie dans L’Indépendant le poursuivront, aux yeux d’Eugène, comme une faute. Chaque parti, conclut Zola, « a ses grotesques et ses infâmes » (p. 197). Les événements de décembre 1851 trouvent donc face à face, hormis l’idéaliste amoureux de Miette ou la Liberté, deux espèces de carnassiers qui donnent le nom de politique aux manœuvres qu’ils mettent au service de leurs appétits – des aventuriers bien comparables à Bonaparte.

La IIe République à Plassans

14Au début du troisième chapitre, Zola expose la situation de Plassans, et de la France au-delà, à partir de la révolution de 1848 :

Dans la bourgeoisie, dans le peuple surtout, l’enthousiasme fut grand, au lendemain des journées de février ; ces apprentis républicains avaient hâte de dépenser leur fièvre révolutionnaire. Mais pour les rentiers de la ville neuve, ce beau feu eut l’éclat et la durée d’un feu de paille. Les petits propriétaires, les commerçants retirés, ceux qui avaient dormi leurs grasses matinée ou arrondi leur fortune sous la monarchie furent bientôt pris de panique […]. Aussi, lorsque la réaction cléricale de 1849 se déclara, presque toute la bourgeoisie de Plassans passa-t-elle au parti conservateur (p. 123).

15Le propos est net : une fois passée la fièvre de février, les journées de juin ont marqué la première, et définitive, rupture entre la bourgeoisie et le peuple, la première ralliant le camp de la réaction quand le second tente de pousser plus loin le mouvement, de parachever la révolution politique de 89 par une révolution sociale – ce sera aussi l’analyse de Marx qui, d’après Le 18 brumaire de Louis Bonaparte par exemple, considère 1848 comme la date où révolution bourgeoise et révolution prolétarienne se séparent.

  • 2 « [Pierre Rougon] osa dire que le prince Louis Bonaparte avait ses sympathies, dans cette affaire. (...)

16De l’histoire de la IIe République, Zola retient spécialement, comme exemplaire et déterminante, l’étape de « la réaction cléricale ». Un élément essentiel de l’intrigue est la mention que, dans les premiers jours de 1851, Pierre Rougon reçoit depuis dix-huit mois, chaque quinzaine, une lettre secrète de son fils Eugène. Le début de cette correspondance date donc de juin 1849, soit de la dernière manifestation des républicains contre le gouvernement, qui portait atteinte à la liberté des peuples en envoyant à Rome le général Oudinot – la campagne de Rome est évoquée dans une conversation du salon jaune où, pour la première fois, est envisagée la possibilité que le président sauve le pays de l’anarchie2. De fait, la manifestation du 13 juin a entraîné un durcissement politique et contraint les républicains à agir désormais dans la clandestinité ; la proclamation de l’état de siège, le 9 août, fut la première annonce du 2 décembre.

17Suivant la chronologie du roman, la nouvelle du coup d’État arrive à Plassans le 3 décembre et, le 4, se déclare une manifestation populaire ; le 5 et le 6, les villes voisines s’insurgent, conformément aux prévisions faites naguère par le marquis de Carnavant à Félicité :

Plassans ne bougera peut-être pas ; la réaction y a triomphé trop largement. Mais les villes voisines, les bourgades et les campagnes surtout, sont travaillées depuis longtemps par des sociétés secrètes et appartiennent au parti républicain avancé. Qu’un coup d’État éclate, et l’on entendra le tocsin dans toute la contrée, des forêts de la Seille au plateau de Sainte-Roure (p. 156).

18Alors que « le sang coulait à Marseille et qu’une formidable révolution avait éclaté à Paris » (p. 168), Plassans reste frileusement enfermée dans ses fortifications ridicules, pouvant être assurée même que les insurgés n’y tenteront aucune action. Après quelques hésitations, la colonne ne traversera la ville, en effet, que pour se procurer des vivres et c’est seulement la manœuvre de Rougon et des siens qui donnera une couleur menaçante à leur passage.

19« Les origines » du romancier sont en cause et peuvent expliquer son parti : Aix-en-Provence, reconfigurée pour les besoins de l’intrigue, est la ville de ses jeunes années et les grandes marches de Miette et Silvère découpent des espaces déjà traversés dans La Confession de Claude et qui se retrouveront dans L’Œuvre, quand Sandoz et Claude Lantier évoqueront les promenades et les baignades de leur enfance. Il est vrai aussi que, la fin de l’Empire voyant se multiplier les enquêtes sur la fin de la IIe République et les débuts du Second Empire, les suites du coup d’État dans le Midi peuvent apparaître comme un sujet romanesque assez neuf et, du point de vue d’un homme engagé pour la République, spécialement éclairant.

20Zola transpose avec exactitude des événements survenus à Lorgues, dans le Var, quoiqu’il donne à Plassans la physionomie d’Aix-en-Provence. Outre quelques témoignages et des souvenirs confus (il avait seulement onze ans au moment des événements), il dispose d’une information abondante, puisée en particulier chez les opposants de l’Empire qui travaillaient comme lui à La Tribune ou au Siècle. Le romancier connaissait bien les ouvrages de Delord, Ténot et Blache mentionnés plus haut et il avait suivi de près, dans La Tribune, la campagne de Jules Claretie et d’Eugène Pelletan sur la répression des républicains dans le Var. On se souvient que, dès le premier numéro du même journal, le 14 juin 1868, il avait lui-même évoqué la question. Robert Agulhon a conclu de sa comparaison entre ces sources et le roman que « Zola a additionné pour faire son Plassans les lieux et la société d’Aix, les événements historiques de Lorgues et du Var, et le sanglant point d’orgue de Paris » (p. 15).

Contrecoup ou reprise parodique ?

  • 3 Sur cette question, voir Pierluigi Pellini, « “Si je triche un peu” : Zola et le roman historique  (...)

21Une grande question est celle du « sanglant point d’orgue », car Zola transforme les données dont il dispose et qu’il agence, et ne se plie pas tout à fait à des exigences d’historiographe. Au contraire il façonne les lieux et les événements à sa convenance, suivant une perspective romanesque : loin de chercher à se conformer parfaitement aux événements, il admet lui-même devoir « tricher un peu3 », « plier le cadre historique à (s)a fantaisie ». Même si le cours Mirabeau se reconnaît dans le cours Sauvaire, même si le drame de Sainte-Roure renvoie à celui d’Aups, même si le geste de Miette, s’emparant du drapeau, a été celui d’une certaine Mme Ferrier et si le gendarme Rengade est démarqué d’un personnage historique, il est bien assuré que le propos du romancier n’est pas d’énoncer des faits (à quoi suffisent les ouvrages historiques qu’il a consultés) mais, comme il l’écrit dans sa préface, de nouer un drame aussi concentré que possible, essentiellement suggestif, et de présenter sur le 2 décembre une forme de thèse.

22Il est remarquable en effet que, du coup d’État proprement dit, rien ne soit rapporté dans le roman : le lecteur est supposé apprendre seulement, à travers la correspondance d’Eugène, qu’il a lieu le 2 décembre et que, le 4, Bonaparte peut être assuré de sa victoire – on ne trouve aucune mention de la manière dont il s’est emparé du pouvoir, aucune information non plus relative à la fusillade des boulevards au terme de laquelle il triomphe. Toute l’attention se concentre naturellement sur Plassans où, le lecteur l’a bien compris, le travail de Rougon est de contribuer à la consolidation du coup d’État, afin d’en bénéficier lui-même : Félicité voit dans le geste de son fils l’expression d’une forme de reconnaissance pour ceux qui l’ont élevé et à qui il veut éviter une erreur grave. Il s’agit en fait de prendre le pouvoir, de réaliser soi-même un coup d’État : le contrecoup de l’événement consiste dans sa duplication à plus petite échelle – on serait fondé à dire : dans sa parodie.

23De même que celui de Paris, le coup d’État de Plassans se déroule en deux temps. À Paris, Louis-Napoléon Bonaparte avait fait occuper par les troupes tous les points stratégiques ; l’état de siège était déclaré, l’Assemblée était dissoute, le suffrage universel ironiquement rétabli (dans la perspective du référendum prochain), une nouvelle constitution annoncée. Aucune effusion de sang alors : les ouvriers ne bougent pas, la résistance des opposants est faible – il aura suffi au président d’effrayer la ville et d’annoncer sa volonté, la IIe République était visiblement moribonde. À Plassans, seul le sous-préfet exprime, en démissionnant, sa désapprobation envers le président et son attachement à la République tandis que tous les autres notables cèdent immédiatement au nom de l’ordre. Rougon s’empare de la mairie après le départ des insurgés, à la suite d’une véritable comédie : peu nombreux, les républicains laissés par la colonne pour garder la mairie se rendent sans lutter. À Paris comme à Plassans, donc, un nouveau gouvernement s’installe avec la plus grande facilité, clamant qu’il est en train de sauver le pays ; seuls les esprits suspicieux observent qu’« il n’y avait aucune preuve de combat, ni cadavres, ni taches de sang. Vraiment ces messieurs avaient eu la besogne facile » (p. 351). L’épisode burlesque de la glace brisée dans la salle de la mairie, parce qu’un coup de feu est parti tout seul, est un emblème de la nullité de l’action. La situation de Rougon, prenant le pouvoir par défaut quand tous ont reculé, est la même que celle du prince président :

M. Garçonnet n’étant plus là, la machine municipale devait se détraquer et appartenir à quiconque saurait en ressaisir les ressorts. À cette heure, le sous-préfet ayant quitté le pays, Rougon se trouvait naturellement, par la force des circonstances, le maître unique et absolu de la ville ; crise étonnante, qui mettait le pouvoir entre les mains d’un homme taré, auquel, la veille, pas un de ses concitoyens n’aurait prêté cent francs (p. 354).

24Quant au deuxième moment du coup d’État… Dans son Histoire du Second Empire, Taxile Delord avait insisté sur l’inanité de l’événement et mis en évidence la nécessité pour Bonaparte de justifier sa prise de pouvoir par la violence. On lit dans les notes de lecture de Zola, qui a manifestement prêté attention à cette analyse, qu’il fallait du sang pour que le pays crût avoir été sauvé d’un grand péril :

  • 4 Colette Becker, La fabrique des Rougon-Macquart, Paris, Champion, 2003, t. I, fol. 54-55 et 55-56, (...)

S’il n’y avait point eu d’insurrection, quelle raison allèguerait le coup d’État […] Journée du 4 […]
Moqueries dans la foule et pensée que le coup d’État allait finir dans les huées. À deux heures un bruit vient du boulevard Poissonnière, toutes les troupes se mettent à tirer pendant un quart d’heure […] Les troupes prétendent qu’on a tiré un coup de fusil sur elles – Les soldats étaient ivres – Sur la rive gauche, la fusillade commence à la même heure – Effet de terreur produit sur Paris qui croit presque à la réalité d’une insurrection.
Arrestations au Divan Le Pelletier – Les habitants, convaincus par la fusillade, se croyaient sauvés de l’anarchie – Le coup d’État triomphant4

25Sinistre comédie : il s’agit de produire l’illusion que l’anarchie menace, que le coup d’État est nécessaire ou qu’il a du sens parce qu’il préserve le pays du chaos. L’affreux paradoxe se condense dans cette singulière expression : « les habitants, convaincus par la fusillade ». La logique en cause est simple ; au lieu de lutter contre quiconque, le gouvernement tue afin qu’on induise de ce geste l’existence d’un dangereux ennemi, inventé de toutes pièces, qui n’est rien d’autre (on y reviendra) que le « spectre rouge » du socialisme. C’est aussi la logique de Félicité, quand elle persuade son mari de la nécessité de tirer sur les insurgés et qu’elle achète la trahison de Macquart ; le sang versé est donné pour la preuve que Plassans a échappé au pire : « car les mares de sang séchaient sur le pavé ; les morts disaient par leurs blessures à quelle audace le parti du désordre, du pillage, du meurtre en était venu, et quelle main de fer il avait fallu pour étouffer l’insurrection » (p. 417).

26L’ignominie de ce triomphe s’exprimera bientôt dans l’exécution de Silvère. Après sa première victoire, en effet, Rougon se prend au jeu d’un geste régalien en rendant visite à l’unique blessé qui demeure à l’hôpital, le gendarme Rengade, et en lui accordant le droit de se venger du jeune homme qui l’a blessé ; ce geste régalien est illégitime en lui-même, sa fonction est de désigner Rougon, par inférence encore, comme le nouveau maître. C’est à ce moment qu’est signé le crime fondateur de la dynastie des Rougon, la tache de sang indélébile qui souille son triomphe à la veille de l’Empire.

27L’exécution de Silvère est en effet donnée par Zola comme un aboutissement du guet-apens et comme sa réduction, sa synecdoque et donc son symbole : il forme une image du crime fondateur de Bonaparte lui-même. Un article publié dans La Cloche le 22 avril 1870, relatif au projet de retirer de l’Opéra de Paris un groupe de Carpeaux jugé séditieux, assignait justement au crime de Bonaparte la date du 4 décembre, jour de la fusillade des boulevards que caricature dans le roman la fusillade de l’hôtel de ville à Plassans :

  • 5 OC, t. XIII, p. 281. Dans cet article, Zola présente La Danse de Carpeaux comme une allégorie de l (...)

« […] Vous ne vous rappelez donc pas cette tache d’encre qui a occupé tout Paris. »
Évidemment, cette tache rappelait la tache de sang de l’Empire. Elle voulait insinuer que les belles dames de ce temps avaient dansé et s’étaient vautrées, le 4 décembre, sur le boulevard Montmartre5.

28Il faut donc prendre à la lettre cette indication sarcastique par laquelle le romancier fait de Rougon le double grotesque de Bonaparte : « […] et, renversé dans le fauteuil du maire, pénétré par les senteurs administratives du cabinet, il saluait à gauche, à droite, avec des allures de prince prétendant dont un coup d’État va faire un empereur » (p. 337).

29Dans La Fortune des Rougon, Rougon est Bonaparte : on saisit qu’être Bonaparte, c’est n’être rien qu’une ombre ou une nuée mais que le pire peut s’ensuivre dans le monde réel. La question des simulacres se trouve au cœur des préoccupations d’un écrivain qui ne cherche pas tant à donner, des faits historiques, une représentation qu’une interprétation. Le roman se consacre, certes, aux retombées du 2 décembre dans une ville imaginaire de Provence mais ces retombées consistent dans la relation parodique de ce dont elles sont supposées être la conséquence.

Notes

1 Soit Henri d’Artois, comte de Chambord, fils posthume du duc de Berry, prétendant au trône de 1844 à sa mort, en 1883.

2 « [Pierre Rougon] osa dire que le prince Louis Bonaparte avait ses sympathies, dans cette affaire. Ce fut alors, entre lui et le commandant, un échange de courtes phrases qui célébraient les excellentes intentions du président et qu’on eût dites préparées et apprises à l’avance. Pour la première fois, le bonapartisme entrait ouvertement dans le salon jaune » (p. 144-145).

3 Sur cette question, voir Pierluigi Pellini, « “Si je triche un peu” : Zola et le roman historique », Les Cahiers naturalistes, no 75, 2001, p. 7-28.

4 Colette Becker, La fabrique des Rougon-Macquart, Paris, Champion, 2003, t. I, fol. 54-55 et 55-56, p. 82.

5 OC, t. XIII, p. 281. Dans cet article, Zola présente La Danse de Carpeaux comme une allégorie de l’Empire, réunissant Napoléon III et des femmes lascives qui représenteraient les plaisirs de l’époque. Il fait allusion au fait que, en août 1869, des bouteilles d’encre avaient été versées sur cette statue jugée indécente.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search