Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Conclusions du colloque présentées par Alain Niderst

Texte intégral

1Il convient d’abord d’adresser en mon nom et au nom de tous les intervenants mes félicitations et mes remerciements aux organisateurs de ce colloque, Simone MAZAURIC, Jean-Pierre CLÉRO et Françoise THELAMON, qui nous ont si bien reçus et nous ont donné l’occasion de passer, sous la présidence à la fois si savante et si douce de Jean MESNARD, des journées si agréables et si instructives.

2Un colloque est d’abord l’occasion de retrouver des amis ou de se faire des amis, d’échanger pendant les séances et hors des séances des propos plus ou moins vifs ou chaleureux, et c’est une mission que ce colloque a parfaitement remplie.

3Nous avons pu aussi nous instruire. L’intitulé de ce colloque — regroupant une famille (les Pascal), un lieu (Rouen), des dates (1640-1648) - inquiétait quelque peu. On pouvait imaginer des rencontres comme on en faisait autrefois, avec des causeries brillantes et amusantes, des anecdotes, des allusions mondaines.

4Ce fut tout autre chose. Nous eûmes un grand colloque. C’est-à-dire un colloque international, puisque des Américains, des Japonais, des Italiens sont venus parmi nous, et un colloque pluridisciplinaire, où l’histoire de la société française, l’histoire des sciences, l’histoire des idées et de la philosophie se sont retrouvées. On ne saurait trop insister sur l’importance de la pluridisciplinarité, qui est devenue indispensable. Sur un sujet apparemment restreint, comme celui qui fut abordé durant ces trois journées, des éclairages multiples purent converger et s’enrichir mutuellement.

5C’est ainsi que nous fut présentée Rouen au temps des Pascal. Ville internationale, ville riche, ville de commerce et d’industrie, où règnent une oligarchie de parlementaires et quelques grandes familles de protestants, dont les entreprises prospèrent. Cette opulence n’empêche pas, génère peut-être, des conflits sociaux d’une extrême âpreté. La révolte des nu-pieds et la dure répression qui suivit, ont évidemment nourri la pensée politique de Pascal, qui ne doit pas seulement ce qu’on a baptisé son “conservatisme” à la lecture de saint Augustin et de Machiavel.

6Cette ville témoigne également - malgré quelques carences dans l’enseignement du collège de Bourbon - d’une grande vitalité intellectuelle. C’est à Rouen que Petit, Pecquet, Guiffart vont développer et illustrer la méthode expérimentale, à laquelle Pascal se donne avec tant d’éclat. Dans l’affaire Saint-Ange apparaissent à la fois, comme on nous l’a montré, le combat de deux rhétoriques et le conflit de l’atomisme des capucins et du “cartésianisme”, si l’on peut dire, de Pascal et de ses amis. Le jeune homme à travers ces expériences sera conduit à l’apologétique religieuse. Il verra son père se convertir, ainsi que sa sœur Jacqueline, tentée, semble-t-il, d’entrer au Carmel.

7Nous nous sommes parfois élevés à ce qu’on appelle maintenant “la recherche fondamentale”. Nous avons été, en effet, amenés à soulever des problèmes essentiels. Nous nous sommes interrogés, en rencontrant les travaux de Petit, d’Etienne et de Biaise Pascal, sur l’essence et la valeur de l’expérience : qu’est-ce exactement qu’une expérience scientifique ? peut-il exister des expériences brutes ? qu’est-ce qu’une expérience stylisée ? qu’une expérience fictive ? Nous avons également été confrontés en considérant la machine arithmétique aux rapports de la technique et de la science, qui toutes deux s’alimentent et se modèlent. La science passe par un discours, qui est forcément littéraire, voire théâtral : ne saurait-on discerner une dramaturgie de la recherche physique ? Les dialogues de la métaphysique et de la politique, de la théologie et de la politique, furent également évoqués.

8À travers toutes ces recherches, toutes ces pistes qui furent ouvertes, nous devons aborder le problème fondamental, qui a suscité et structuré notre colloque : Pascal aurait-il été Pascal, s’il n’avait passé sept ans à Rouen ? La réponse n’est pas évidente. Il est certain que Flaubert n’aurait pas été Flaubert sans Rouen ni Croisset. Un cœur simple, Madame Bovary, n’auraient sans doute pas été écrits, si l’écrivain avait été bourguignon ou provençal. Même Corneille doit beaucoup à Rouen : Brasillach n’a-t-il pas cru retrouver dans Héraclius et dans Rodogune des souvenirs de la bourgeoisie rouennaise, qu’il jugeait si sordide et si terrible ? Nous pouvons penser que l’auteur des Pensées doit beaucoup à la révolte des nu-pieds et à la répression de Séguier, aux expériences sur le vide que Pierre Petit lui a inspirées et que Guiffart a célébrées, à son conflit avec Saint-Ange et à la pénétration du jansénisme en Normandie...

9En tout cas, je puis dire que ce colloque m’a apporté quelque chose que je n’ai pas trouvé dans tous les colloques : à chacune de ces séances je me suis instruit, et c’est l’essentiel.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search