Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

L’affaire Saint-Ange et l’apologétique pascalienne

La vocation de Jacqueline

André Bord

Texte intégral

1Le génie et la sainteté de Blaise Pascal ont occulté la personnalité des autres membres de la famille. Le père, Etienne, est un savant : juriste, compositeur, mathématicien, astronome. Gilberte, la fille aînée, est remarquable, il suffit pour s'en convaincre de relire La Vie de Monsieur Pascal. Quand Antoinette, la mère, meurt, Jacqueline a un an. Elle sera élevée par Louise Delfault, une servante, qui est plutôt une gouvernante, et par Gilberte, qui a six ans de plus qu'elle. Louise apprend aux enfants la piété à l'instar de la servante du Bénédicité de Chardin au Louvre. Jacqueline se cabre contre la pédagogie de Gilberte. Son oreille n'accepte pas que bé a fasse ba. Blaise écrira plus tard : une nouvelle manière pour apprendre à lire facilement..., be a, ba. Un jour, Jacqueline entend Gilberte dire une poésie qui la charme ; elle apprend alors à lire à une vitesse surprenante et trouve une vocation de poétesse.

2C'est la petite dernière, Jacqueline, un bijou. Jolie, vive, précoce ; elle “donne des marques d'un esprit extraordinaire”. A huit ans, elle écrit des poésies. Elle est si agréable, si drôle, que partout on la demande, elle est rarement chez elle. Le 24 juin 1635, les Pascal s'installent rue Brisemiche. Tandis que Blaise parvient au sommet des mathématiques, Jacqueline s'adonne à la poésie, avec des sujets galants. À l'automne 1636, Étienne et Gilberte partent à Clermont, Mme Sainctot, une ancienne voisine, est trop heureuse de garder Jacqueline. Avec les filles Sainctot, elle compose une comédie de cinq actes qui sera jouée plusieurs fois, ce qui fit grand bruit dans Paris. Des vers de Jacqueline paraissent dans différents recueils collectifs. Elle brille dans les salons, “dès l'enfance, elle est dans une réputation où peu de filles parviennent”.

3L'État, par suite des dépenses de guerre, diminue le paiement des Rentes sur l'Hôtel de Ville. Les rentiers manifestent le 24 mars 1638. Étienne est un des meneurs. Trois sont embastillés. Étienne averti, réussit à se cacher. Jacqueline écrit des poèmes de louange aux dames les plus influentes à la Cour ; dans une épigramme, elle console son père. Il risque la mort. Elle écrit : “ses ennemis peuvent bien ravir sa présence à ses enfants, son âme vivra à jamais dans les deux et son renom sur la terre. ” Ces mots témoignent du niveau religieux de cette petite qui a treize ans.

4Enfin, Anne d'Autriche est enceinte. Jacqueline lui envoie un sonnet ; puis une épigramme sur le mouvement que la reine a senti de son enfant. Fin mai, Jacqueline va présenter des vers à la reine. On murmure que les poésies ne sont pas de cette enfant. Dans l'antichambre, la Grande Mademoiselle qui a onze ans met Jacqueline à l'épreuve : peut-elle écrire pour elle ? La petite improvise une épigramme. De même pour Madame d'Hautefort. À la cour, on crie au prodige. Jacqueline y a ses entrées, adulée de tous, de Louis XIII, de la reine, de Mademoiselle.

5Jacqueline prépare son avenir : demoiselle d'honneur ! Déjà elle sert la reine mangeant en particulier. Mais elle a un scrupule : elle a oublié Dieu. Elle le remercie en une épigramme, puis en des stances, Dieu Principe et Dernière Fin.

6Cependant la voici atteinte de la petite vérole, mortelle. Etienne, malgré le péril, vient soigner sa fille “qu'il aime avec une tendresse tout extraordinaire. ” Jacqueline guérit. Étienne part à Clermont. Elle chante son immense gratitude envers Dieu, le “Moteur de ce grand univers”. C'est un premier appel. Dieu veut se réserver cette vierge. Un immense sentiment de bonheur est lié à cette touche divine ; “Ah ! Que mon cœur se sent heureux / Quand au miroir je vois les creux / Et les marques de ma vérole. / Je les prends pour sacrés témoins / Que je ne suis pas de ceux que vous aimez le moins. / Pour un cachet dont votre main / Voulut marquer mon innocence. ” Mais bientôt l'attrait du monde l'emporte.

7C'est alors que la duchesse d'Aiguillon, la nièce de Richelieu, programme un épisode digne des contes de fée. Armand, cardinal de Richelieu voulut voir jouer des enfants. La duchesse fait demander à Gilberte la participation de Jacqueline, ce sera une occasion de demander la grâce d'Étienne. Jacqueline jouera le rôle de Cassandre dans L'Amour tyrannique de Scudéry. Elle a treize ans, elle en paraît huit. Son rôle se borne à un vers de-ci de-là, elle n'est que la servante d'un roi prisonnier. Mais ses réparties, ses mimiques apportent une note de fraîcheur et de cocasse dans la tragédie qui tourne à la comédie. Elle arrache les éclats de rire de l'assistance et surtout du cardinal qui oublie toute retenue. Cependant l'affaire est compromise. Richelieu flairant un piège se lève brusquement pour partir. Voyant l'occasion échapper, Jacqueline va droit au cardinal. Avec une audace inouïe, elle lui dit : “Incomparable Armand, / J'ai mal contenté vos yeux et vos oreilles.../ Rappelez de l'exil mon misérable père.../ Alors je donnerai ma mesure.” Le cardinal, désarmé, ne part plus et accorde la grâce d'Étienne. Jacqueline s'adonne toujours à la poésie. Elle remercie la duchesse d'Aiguillon.

8Elle écrit “Sonnet de dévotion” en février 1640. À quatorze ans, elle entend gronder les appels de la chair qui l'empêchent de répondre aux “décrets éternels” de Dieu avec tout le zèle souhaitable. Elle implore Dieu de lui conserver ses sincères ardeurs. C'est bien une âme religieuse aux prises avec les premiers émois des sens.

9Nous voici à Rouen. Pour la fête de sainte Cécile, le 22 novembre 1640, Jacqueline compose une épigramme : Sainte Cécile,

[...] quand ton cœur généreux[...]
Se sentit consumé d'une divine flamme,
Ton esprit transporté trouva son feu si doux...
Le feu qui te brûlait est de cette nature
Que plus on le prodigue et plus il se ressent.

10Nous avons déjà le feu du Mémorial, l'Amour divin.

11Corneille pousse Jacqueline à concourir pour les Palinods, le 8 décembre, en l'honneur de la Conception de la Vierge. Jacqueline écrit.

12“Comment penseriez-vous que cette Sainte Mère, / Étant un temple impur, fût le temple de Dieu ? ”

13Jacqueline remporta le prix de la Tour. Tandis que les juges sont surpris de la précocité de l'enfant, tout un cortège, accompagné des trompettes et des tambours, va remettre le prix à la lauréate.

14Etienne a cinquante-sept ans. Il cherche à établir ses enfants. Il a déjà marié Gilberte, il songe à marier Jacqueline qui a vingt ans. Plusieurs occasions n'aboutissent pas. Elle ne témoigne “ni attache ni aversion”. Il y a toujours au plus profond d'elle-même cet appel discret de Dieu. En février 1642, elle écrit “Contre l'amour”. L'amour “vainqueur des faibles âmes/ Ne peut blesser que ceux qui se laissent abattre. / Tes feux sont sans effet et tes flèches sans force, / Quand le cœur a goûté d'une plus douce amorce.” Cette amorce est la touche de Dieu déjà éprouvée, rappelée dans le sonnet de dévotion, puis appliquée à sainte Cécile. Mais Jacqueline est écartelée entre cet appel divin et la séduction du monde. Elle y brille. Elle se reprochera plus tard cette infidélité et même des comportements qui la feront rougir. Dans la lettre de mai 1652 à son frère, elle songera à se confesser, mais elle n'ose pas, et par conséquent nous en sommes réduits à des hypothèses sur ses égarements.

15En janvier 1646, le pavé de Rouen, s'il eût été plus sec, toute l'histoire des Pascal aurait changé. En particulier Jacqueline, soumise à l'autorité paternelle se serait mariée. Mais Etienne glisse sur la glace, se démet la cuisse et se fait soigner par deux gentilshommes, disciples de Guillebert, curé de Rouville. Ils restent trois mois. Ils n'ont pas seulement souci des corps. À leur contact, Blaise qui a vingt-deux ans et demi, est bouleversé. Il découvre chez eux un débordement d'Amour qui vient de Dieu, qui seul peut combler sa soif d'absolu. Blaise n'envisage ni la prêtrise, ni le couvent, mais, comme ces deux soignants, il embrasse une vie donnée à Dieu, et il ne s'en dédira pas. La puissante spiritualité de Port-Royal s'est communiquée à Guillebert, transmise aux frères Deschamps, puis par eux, à Blaise, et par lui à Jacqueline et toute la famille. L'exemple de Blaise réveille l'appel que Jacqueline a déjà entendu.

  • 1 Les Mémoires d’Utrecht, par exemple, p. 252.
  • 2 Voir Mesnard, I, p. 454-455, et notre Pascal et Jean de la Croix, p. 117.

16Chez elle grandit une certitude, elle sera religieuse. Pour le frère et la sœur la grâce est commune, les deux vocations sont différentes. Tous les efforts de Jacqueline ne donneront pas à Blaise une vocation qu'il n'a pas, il ne sera jamais un solitaire de Port-Royal. Tandis que, pour elle, le don à Dieu veut se traduire immédiatement par l'entrée en religion. Tous les textes le disent : en 1646, elle voulut être religieuse1. Ils ne disent pas où. Je pense qu'elle a voulu entrer au Carmel. La demeure des Pascal est voisine des oratoriens liés au Carmel et n'est séparée de celui-ci que par le marché aux chevaux. Par ailleurs, Rouen est marquée du sceau carmélitain. Jean de Brétigny, né en 1555 à Rouen, dans le quartier espagnol, rue Saint-Étienne-des-Tonneliers, a bataillé pendant vingt ans pour introduire le Carmel en France. Sa mère est une riche Française, son père, Espagnol, l'envoie en Espagne pour qu'il échappe à l'influence calviniste. Il y fait deux séjours, il découvre le Carmel à Séville, et n'aura de cesse que la France bénéficie d'un tel trésor. C'est lui qui finance en Espagne la première édition des œuvres de Thérèse, qui les traduit, qui par là la fait connaître en France ainsi que son portrait. Il laisse à Rouen une moitié du voile de Thérèse. À Rouen, les carmélites sont réclamées depuis 1550. Le couvent est fondé par Isabelle des Anges, la seule Espagnole qui soit restée en France. Elle est accompagnée de Mme Acarie, escortée de Brétigny. Trois cents filles veulent y entrer. Pierre Acarie, un fils de Mme Acarie, fut vicaire général et fondateur de la bibliothèque de la cathédrale de Rouen. En 1629, les jésuites : Lallemant, Surin, Rogoleuc ont fait leur troisième année à Rouen sous l'égide de Jean de la Croix. Et les Pascal sont en relation avec Alexandre Bigot de Monville (1607-1675), Président à mortier au Parlement de Normandie, auteur de notes sur l'histoire de cette cour de justice, dont une concerne Matthieu Pascal, un ancêtre d'Étienne du côté maternel, conseiller clerc à Rouen au début du XVIe siècle2. Or la famille Bigot, de grande notoriété, est liée au Carmel. Une cousine d'Alexandre, Marie y entre en 1642, une autre, Charlotte, est mariée à un Brétigny. Deux petites cousines, Madeleine et Anne, nées en 1620 et 1621, sont carmélites. Il serait étonnant que les Pascal, en relation avec Alexandre, n'aient pas été invités à la vêture ou à la profession de ces trois religieuses, et surtout à la cérémonie, au début de juin 1641, quand huit carmélites vont fonder à Pont-Audemer, puisque Anne de Jésus Bigot était du départ... Finis pour Jacqueline les succès dans les salons, le projet de mariage avec un conseiller du Parlement de Rouen. Avec confiance, elle dit son intention à son père. Il refusa net : cela déjouait ses projets et ses conceptions. Jacqueline n'insiste pas. L'appel de Dieu demeure, la décision de Jacqueline aussi.

17Elle veut être religieuse dès 1646. Blaise n'envisage ni la prêtrise, ni le couvent. C'est que leur expérience n'est pas la même. Jacqueline a connu des filles qui sont entrées en religion. Pascal a bien assisté à la profession de son cousin Blaise Chardon chez les déchaux de Paris, mais il n'avait que onze ans et a surtout retenu la réflexion de son père : une telle vie n'est pas raisonnable.

18Trois indices me font penser que Jacqueline a voulu en 1646 entrer au Carmel.

19Étienne envoie Blaise et Jacqueline à Paris, pour raison de santé chez Blaise, peut-être aussi pour briser toute velléité de vie religieuse chez Jacqueline. Ils vont écouter les sermons de Singlin, ce qui fortifie leur adhésion à Dieu. Si Étienne a refusé les carmélites comme non raisonnable, peut-être acceptera-t-il Port-Royal. Cependant, restée sur le cuisant refus, elle n'ose en parler à son père de passage à Paris en mai 1648. C'est Blaise qui le fait. Étienne est furieux. On lui a caché la réalité et malgré son refus antérieur, Jacqueline a persévéré, et Blaise a été son confident... Il répond : vocation, non ! Jacqueline est indispensable dans la maison. Interdiction d'aller à Port-Royal, Louise Delfault devra la surveiller...

20Jacqueline à vingt-trois ans, ne passe pas outre le refus paternel. Étienne est reparti. Le 19 juin 1648, elle lui écrit. Elle lui demande la permission de faire une courte retraite à Port-Royal. Elle dit en substance : mon désir de vie religieuse grandit chaque jour, mais (C'est mon premier indice) est-ce à Port-Royal que Dieu m'appelle ? Une expérience s'impose. Seule à seul avec Dieu, il m'éclairera. Et qui sait ? Je comprendrai peut-être que je n'ai pas la vocation religieuse ; ce qui supprimera tout conflit familial. Étienne refuse cette permission.

21En mai 1649, Étienne part pour Clermont avec ses enfants. Il fuit la Fronde, peut-être aussi Port-Royal. Dans l'appartement exigu des Périer, Jacqueline mène une vie de religieuse, soutenue par les lettres de Mère Agnès qui la considère déjà comme une sœur de Port-Royal. Agnès écrit “vous avez autrefois résisté à Dieu qui vous appelait, maintenant, ce retardement vous fait expier... ” Quand donc Jacqueline a résisté à Dieu ? Avant 1646, quand après les premières touches de Dieu, Jacqueline a continué à aimer briller dans le monde.

22Voici un second indice qui me fait penser que Jacqueline à Rouen voulut entrer au Carmel. À Clermont, un oratorien traduit en prose des hymnes et propose à Jacqueline de les mettre en vers. Elle commence par Jesu nostra Redemptio, en vue de l'Ascension, en mai 1650. Mère Agnès lui demande d'ensevelir son talent. “Il ne faut point que les religieuses travaillent pour la vanité. C'est le partage de notre sexe que l'humilité et le silence. ” Pourquoi cette interdiction ? Pour les motifs invoqués ? Non ! vu ce qui se passera dans un an. Cet oratorien vient voir Jacqueline souvent. Or, le supérieur des oratoriens est vicaire général au titre des moniales du diocèse, et donc des carmélites de Riom. Mère Agnès a vu dans cette collaboration poétique une occasion de détourner Jacqueline de Port-Royal.

23En novembre 1650, Étienne, Blaise, Jacqueline, rentrent à Paris. Port-Royal est toujours interdit à Jacqueline. Agnès a tiré comme billet pour Jacqueline, le jour de l'Ascension 1651, Le mystère de la mort de N.S.J.C.. Exactement même fête, un an après la proposition de l'oratorien. Jacqueline, malgré son sexe, peut rivaliser avec les théologiens, écrire Le Mystère de la mort de Notre-Seigneur-Jésus-Christ.

24Étienne meurt le 24 septembre 1651. Jacqueline entre à Port-Royal le 4 janvier 1652.

25Et voici mon troisième argument. En mai 1653, Jacqueline va faire sa profession religieuse. Florin et Blaise refusent la donation considérable qu'elle réclame pour Port-Royal, car ils sont dans l'impossibilité de la faire. Jacqueline traverse une terrible épreuve : conflit avec son frère qui est celui qu'elle aime le plus au monde ; humiliation d'être reçue sans dot. Elle qui attend avec impatience depuis cinq ans ce jour qui devrait la combler, envisage maintenant de le retarder. Ni Mère Agnès, ni Singlin ne parviennent à l'apaiser.

26C'est alors qu'Angélique l'appelle pour un long entretien. Pour elle, l'histoire de la dot n'est qu'un prétexte. Si Jacqueline hésite au dernier moment, c'est qu'elle a, peut-être inconsciemment, la nostalgie du Carmel. Angélique dit : Dieu vous a donné la connaissance de cette maison et vous l'a fait préférer à toutes les autres ; “car sans cela vous auriez été sans doute chez les carmélites qui sont à présent si en vogue... ” Alors elle prétexte le désintéressement de Port-Royal par rapport au Carmel. Si vous étiez là-dedans, au Carmel, où en seriez-vous ? Votre situation serait intenable. L'argument est peut-être fallacieux, mais il porte car il a mis au jour la raison profonde.

27À Port-Royal, on donne rapidement à Jacqueline des responsabilités, elle aide la maîtresse des novices, puis à Port-Royal des Champs elle est maîtresse des novices et sous-prieure. Elle est promise aux plus hautes charges, mais elle est déchirée par la persécution. En ce qui concerne la vérité, elle est intransigeante. Elle écrit le 23 juin 1661 pour Arnauld : puisque les évêques ont des courages de filles, les filles doivent avoir des courages d'évêques.

28Il semble bien que pour plusieurs à Port-Royal, l'épreuve morale ait accéléré le processus biologique : en 1661, Antoine de Rebours, Nicolas Perrault, Mère Angélique le 6 août, Jacqueline, le 4 octobre, meurent... En 1710, les restes de Jacqueline, sur ordre de Louis XIV seront jetés avec les autres dans une fosse commune.

29Ainsi le séjour à Rouen a marqué pour Jacqueline une conversion décisive. Avant 1646, elle est écartelée entre le monde et Dieu. Après 1646, elle se donne à Dieu de façon définitive. Si elle a envisagé d'abord le Carmel, c'est à Port-Royal qu'elle réalise sa vocation de religieuse exemplaire.

Notes

1 Les Mémoires d’Utrecht, par exemple, p. 252.

2 Voir Mesnard, I, p. 454-455, et notre Pascal et Jean de la Croix, p. 117.

Auteur

Société de Philosophie - Bordeaux

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search