Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

L’affaire Saint-Ange et l’apologétique pascalienne

Polémique et mondanité dans l'affaire Saint-Ange

Olivier Jouslin

Texte intégral

  • 1 Victor Cousin, “Affaire du Père Saint-Ange capucin ou un épisode dans la vie de Pascal”, Bibliothèq (...)
  • 2 Ernest Jovy, Etudes pascaliennes I : Pascal et Saint-Ange. Jacques Forton, sieur de Saint-Ange, ses (...)
  • 3 Henri Gouhier, Blaise Pascal, Conversion et apologétique, Paris, Vrin, 1986, p. 17.
  • 4 Tallemant des Réaux, Historiette de Madame d’Auchy, Bibliothèque de la Pléiade. Mais aussi l’avis d (...)
  • 5 Voir Charles de Robillard de Beaurepaire, Pascal et sa famille à Rouen de 1640 à 1647, Rouen, Caign (...)
  • 6 Le Dossier de l’Affaire Saint-Ange est édité au t. II de l’édition Mesnard, Paris, DDB, p. 362-420. (...)

1L'Affaire Saint-Ange dérange. Pascal s'y donne le rôle peu charitable1 d'un inquisiteur2. On la voit comme le premier assaut d'un caractère pugnace contre l'hérésie. La critique, cherchant souvent à expliquer l'attitude du jeune homme plaide la fougue de la jeunesse. Pascal aura 24 ans en juin 1647, année de l'Affaire qui commence en février. Tout nouveau converti par les frères Deschamps, il va exercer son zèle hors de la sphère privée3. Jacques Forton, sieur de Saint-Ange, ancien capucin, vient d'arriver à Rouen. Il est précédé d'une réputation sulfureuse, acquise entre autres dans les salons de Madame d'Auchy4. Il a eu vent d'une réforme entreprise par l’évêque Jean Pierre Camus et l'archevêque François de Harlay concernant le mode d'attribution des cures dans le diocèse de Rouen. Les “cloîtriers” étant astreints à demeurer dans leur monastères, des cures se libèrent5. Saint-Ange a l'appui du procureur général Louis Courtin chez qui il loge. Il brigue la cure de Crosville. Pascal et ses amis n'auront de cesse qu'il ne l'obtienne qu'après avoir renoncé, par écrit, à des idées hérétiques consignées par les accusateurs dans un Récit de deux conférences et surtout dans un texte contenant douze propositions hérétiques relevées dans ses discours6. La détermination des accusateurs a pu susciter un certain malaise. On présente souvent Auzoult, Hallé de Monflaine, Pascal et Le Cornier comme quelques béjaunes, quasiment ignorants en théologie - si l'on excepte le dernier, docteur de Sorbonne - menant la vie dure à un théologien aux idées plus extravagantes que dangereuses.

2On s'accorde alors à ne reconnaître à Pascal qu'un rôle secondaire dans l'Affaire. Il n'est pas présent à la totalité des entretiens, s'il a participé à la rédaction du Récit de deux conférences, on ne peut en rien décider de quelles parties de celui-ci il serait le rédacteur. Le Récit de deux conférences est pourtant bien une des œuvres de Pascal. Une œuvre collective certes, mais au même titre que les Provinciales. Une œuvre polémique, une œuvre théologique aussi, comme bien d'autres écrits de Pascal. On va donc tenter d'interroger celui-ci au même titre que les autres textes de cet auteur, en se demandant justement où est ce Pascal, si caché dans le texte.

3A l'origine, une polémique. Qu'en reste-t-il aux yeux du monde ? Le Dossier de l'affaire Saint-Ange qui se présente comme le monument littéraire des débats. Y trouvera-t-on un Pascal polémiste dans son propre rôle ? Ce personnage attendu n'apparaît pas et se retire au profit d'un groupe. Un groupe qui lui aussi escamote les débats et fera qu'on n'assiste pas à ce qu'on attend : la lutte ouverte, qui est le propre de la polémique. Mais la lecture révèle une surprise supplémentaire. Un retour de la polémique, mais cette fois-ci du côté de Saint-Ange. Le capucin, bien malgré lui, va endosser le rôle même que ses adversaires, les instigateurs de la lutte, auraient dû jouer. Il ne sera pourtant pas dit que Pascal se dissimule. On le verra réapparaître, pour peu qu'on scrute le Dossier en le mettant en rapport avec les textes que Saint-Ange lit au cours des “conférences”. Une autre querelle se fera jour alors, une lutte mondaine entre deux rhétoriques. C'est ici à Pascal écrivain qu'on aura à faire.

I) La mise en retrait d'un polémiste, l'émergence du groupe

Ce qu'on sait de la présence de Pascal

  • 7 Gilberte Périer, Vie de Pascal (deuxième version), édition Mesnard, DDB, t. I, p. 609.

4Les circonstances de la première conversion font de la voix de Pascal la plus à même de prendre en charge un discours polémique. Il est ce bouillant converti qui “était le plus animé”, selon sa sœur, “contre les hérésies qui ont été inventées par la subtilité et l'égarement de l'esprit humain7 ”. L'étude des marques de la présence de Pascal dans le dossier ne permettent pourtant pas de voir apparaître un quelconque zèle. Pascal semble échapper à celui qui le cherche en fonction de polémiste dans le Dossier de l'Affaire Saint-Ange. Le jeune Pascal apparaît dans ce qui fait à l'époque sa renommée mondaine, son activité scientifique à laquelle Saint-Ange fait allusion, en particulier l'expérience sur le vide :

[...] laquelle il estima beaucoup aussi bien que l'auteur, et dit qu'il avait entendu parler de cette expérience à Paris, devant que de venir en cette ville, en une compagnie où on avait fait un très grand état dudit sieur Pascal. (p. 382)

  • 8 Voir, entre autres, Beaurepaire, L’Affaire Saint-Ange, un épisode de la vie de Pascal à Rouen, Roue (...)

5Les textes semblent le cantonner au second plan. Les entretiens ont lieu à l'instigation de Hallé de Monflaine, chez qui se déroule la première conversation. Pascal n'arrive que d'une manière assez impromptue, sinon fortuite, au cours du premier entretien (p. 378). Il prend d'une manière certaine la parole au cours des débats, mais à aucun moment on ne lui attribue de manière formelle un mot ou un autre. La critique est alors réduite aux conjectures. On attribue à Pascal les reparties scientifiques en premier lieu. Mais c'est oublier qu'Auzoult est un des plus grand mathématiciens du temps, un des premiers membres de l'Académie des sciences et qu'il deviendra un polémiste scientifique8. Pourquoi ne pas lui attribuer la longue argumentation qui ruine la théorie de la “masse corporelle” mise sur pied par Saint-Ange (p. 393-394) ?

  • 9 Il se destine à la prêtrise mais n’ira pas plus loin que le diaconat. Voir Beaurepaire, Pascal et s (...)
  • 10 Philippe Sellier, Pascal et Saint-Augustin, [1970] Paris, Albin-Michel, 1995, mais aussi l’article (...)
  • 11 Edition Mesnard, t. II p. 555 : “[...] je lui dis [à M. de Rebours] que nous avions vu leurs livres (...)
  • 12 Gilberte Pascal, Vie de Pascal, p. 609, sur la lecture des “livres de piété” son “étude [...] de la (...)

6Les reparties théologiques, quant à elles, sont souvent attribuées à Le Cornier, docteur de Sorbonne et à Hallé de Monflaines, qui étudie la théologie9. Mais Pascal a lui aussi commencé, de façon autodidacte, l'étude d'ouvrages de théologie. Philippe Sellier l'a montré dans son Pascal et saint Augustin et dans un article récemment réédité10. Pascal en témoigne directement dans sa lettre à sa sœur du 26 janvier 164811, écrite peu après avoir quitté Rouen pour Paris. La Vie de Pascal place dans le contexte rouennais le début de ses lectures théologiques12.

7On attribue encore volontiers à Pascal les reparties mondaines, mais c'est oublier que cette compagnie n'est constituée que d'honnêtes hommes, de “gentilshommes” (p. 385). Même au prix d'une enquête serrée on ne pourra jamais être certain de celui qui parle ni des moments où Pascal parle et ceci pour une raison fort simple : Pascal, ni aucun des membres du groupe ne veut apparaître en tant que personne individuelle dans les textes officiels (ou peut-être destinés à l'être) du Dossier de l'Affaire Saint-Ange.

8Si Pascal se refuse le premier plan, cette mise en retrait est volontaire et relève d'un choix de style : il ne veut pas être assimilé à une figure de proue. Il faut renoncer à deux imageries. En tant que personne, Pascal a joué un rôle de second plan dans l'affaire. C'est bien son père, le médiateur, qui est l'interlocuteur privilégié de l'archevêque à Gaillon, sa résidence épiscopale. En outre Auzoult, lorsqu'on prévoit une visite à Gaillon émet des réserves et ce dans une lettre adressée non à Pascal, mais à Hallé de Monflaines (p. 402). C'est à Auzoult encore que Le Cornier destine sa lettre pacificatrice (p. 403). Auzoult semble donc jouer un rôle logistique de premier plan.

9Mais si Pascal s'est volontairement effacé, c'est non au profit d'une personne mais bien au profit d'un groupe : celui des contradicteurs. Il s'agit de présenter face à Saint-Ange, docteur en théologie, prêtre, d'âge mûr, de réputation assise, fréquentant les salons, un groupe de personnes certes jeunes, mais unies et déterminées. Le groupe en tant que tel acquiert ainsi le statut de personnage.

Procédés de mise en retrait des personnes au profit du groupe

  • 13 “On lui demanda...” (p. 377 et passim), “on lui opposa...” (p. 379 et passim), “On le pria” (p. 385 (...)

10Face à Saint-Ange, toujours représenté par la troisième personne du singulier, un groupe auquel est systématiquement attaché un pronom à représentation indéfinie. On connaît par leur nom chacun des accusateurs de Saint-Ange. Ils figurent en tête du Récit (p. 376 et 378), chacun signe à la fin (p. 394), ils sont nommés dans les pièces annexes (p. 395 par exemple). À aucun moment pourtant ils ne sont dans le Récit désignés lorsqu'ils parlent. Les prises de parole sont souvent un discours indirect pris en charge par le pronom indéfini “on”13.Toute élucidation de la représentation de ces “on” en dehors de la sphère d'énonciation est impossible, nous sommes en présence d'embrayeurs.

11Le choix de substantifs comme “l'assemblée” ou “la compagnie” (p. 389) ou d'indéfinis comme “un chacun” (p. 383) est significatif. C'est à une voix plurielle que se heurte Saint-Ange.

12En outre à aucun moment le narrateur - une individualité de convention - ne manifeste une quelconque présence dans le texte si ce n'est peut-être dans le “nous” (p. 377) pluriel qui pose à son tour un problème de nombre en matière de représentation. Le groupe se refuse à toute tentative de réduction à l'individu. Ce qu'on pourra appeler l'effet pamphlet est soigneusement évité. Le pamphlétaire se pose nécessairement en voix solitaire, comme l'écrit Marc Angenot :

  • 14 Marc Angenot, La parole pamphlétaire, Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, 1995, p. (...)

Le pamphlétaire se situe en marge du système dominant et, à la limite, nulle part. Il n'est pas de lieu d'où sa voix soit légitimée. Cette parole exclue, cette voix sans lieu, sans orthodoxie et sans caution, c'est ce qui fait du pamphlet une forme de littérature.14

  • 15 Les Provinciales, édition Cognet-Ferreyrolles, Paris, Bordas, Classiques Garnier, 1992, voir le déb (...)
  • 16 Les Provinciales, p. 301.

13M. Angenot centre son étude sur des textes postérieurs, mais Pascal fait là encore figure de précurseur. Remarquons aussi qu'il n'est pas question dans le Récit d'une voix sans caution. Nous sommes loin de Montalte qui, refusant d'être assimilé au groupe des Solitaires de Port-Royal15, lance un véritable défi de pamphlétaire : “[…] je vous ferai peut-être regretter de n'avoir pas affaire à un homme de Port-Royal [...]”16. La voix qui s'oppose à Saint-Ange est bien une voix orthodoxe, cautionnée par l'autorité. Ainsi, lorsque l'archevêque désignera les membres du groupe dans l'autre texte littéraire du dossier, L'Ordonnance de l'évêque de Rouen, il utilisera le même type de gommage personnel puisqu'il ne nommera pas les membres du groupe et se contentera de parler de “personnes capables, vertueuses et studieuses” (p. 409). C'est l'exact inverse de la voix pamphlétaire.

  • 17 Angenot, La Parole pamphlétaire, p. 72.

14Il est des moments des entretiens pourtant où une personne se détache du groupe et parle de façon individuelle. Ceci intervient assez peu fréquemment au regard des quelques cent soixante-quinze fois (sauf erreur...) où un indéfini de pluralité prend en charge le discours. Par neuf fois, un indéfini représentant une singularité constitue le foyer de parole. Mais cette parole est elle aussi brouillée. Le discourant est désigné par “quelqu'un”, parfois par “un autre” (p. 386). Deux fois seulement il représente de façon moins extensive “l'un de la compagnie” (p. 389 et 394). Un caslimite est atteint lorsqu'il est question d'un “susdit gentilhomme” (p. 385) qui n'est pas apparu auparavant de façon directe. Il faut remonter jusqu'à la page 382 pour supposer que le “susdit gentilhomme” est peut-être bien “le sieur Pascal On cherche en vain l'adversaire direct de Saint-Ange dans ces “on”, dans ces “quelqu'un” qui parfois s'opposent à lui. Marc Angenot écrit que “L'effacement de l'énonciateur dans un écrit polémique est [...] perçu comme une échappatoire”17. Tout “combat” polémique suppose deux intervenants individuels et directs, ici l'un fait défaut. Nous sommes certes au cœur d'une polémique, mais l'affrontement, qui en est le point crucial ne fait pas l'objet d'une mise en littérature. C'est peut-être bien ailleurs que dans la fonction polémique qu'il faut chercher le rôle du groupe.

Fonctions du groupe

Fonction maïeutique

  • 18 “on lui demanda” p. 377 et passim
  • 19 “on proposa quelques doutes” p. 378 et passim
  • 20 Augustin p. 378, 381et passim, Saint Paul, Saint Jean Damascène, p. 388, sur ex seminae p. 391.
  • 21 Concile de Milevit, p. 380 etc.
  • 22 Voir le rire de Saint-Ange à l’ironique flatterie qui avance “qu’il faudrait mettre au feu tous les (...)

15La “compagnie” a une fonction essentielle dans le Récit : celle de faire progresser l'argumentation de saint Ange. On peut s'apercevoir que pratiquement tous les verbes qui font intervenir dans le récit les paroles du groupe sont soit de verbes interrogatifs18, soit des verbes de doute ou d'étonnement19, soit des demandes d'explications. L'opposition directe est rare. Lorsqu'on y recourt, c'est au nom de l'orthodoxie la moins contestable, celle des Pères20 ou des Conciles21. On invoque aussi “la raison naturelle”, c'est à dire l'opinion commune (p. 378, 379), avec tout ce que cette formule peut avoir d'ironique pour Saint-Ange, auteur du Jugement naturel. L'opposition est si voilée que les rires - impolis - dont Saint-Ange fait l'objet dans le Récit ne sont pas perçus comme tels. L'ancien capucin est présenté comme peu sensible à l'ironie dont il fait l'objet22.

  • 23 p. 389, “on ne put s’empêcher de lui dire que... ”

16L'opposition directe à Saint Ange n'a lieu que lorsque l'on ne peut en supporter davantage23 et reste souvent dans les bornes de la politesse. Une politesse parfois aussi chantournée que l'accusation pure et simple d'hérésie qu'elle recouvre :

on ne put s'empêcher de lui dire qu'il ne trouverait pas mauvais qu'on lui dît que les anciens hérétiques, comme Valentin, Eutychès, etc., n'avaient pas dit rien de beaucoup différent de cette opinion touchant Jésus-Christ... (p. 392).

  • 24 Henri Gouhier, Pascal et les humanistes chrétiens, Paris, Vrin, 1974, p. 54.

17Le groupe se refuse à la confrontation directe pour se cantonner à sa fonction d'“accoucheur”, cherchant surtout à permettre à Saint-Ange d'exposer aussi longuement que possible sa “doctrine”, Le discours du docteur en théologie progresse au fur et à mesure des questions, des demandes d'explication ou d'éclaircissement d'un groupe à la stratégie très cohérente. On parlera donc après Henri Gouhier d'entretiens théologiques traités sur le mode du “dialogue philosophique”24. Mais comment, du point de vue littéraire, nous est rendu le “combat d'idées” dont parle ensuite le philosophe ? Le groupe construit les entretiens de manière contrapuntique. La polémique est-elle musique ?

Fonction esthétique

  • 25 Les formules du type “on laissa là tous ces discours” p. 385, sont nombreuses. Elles indiquent que (...)

18Les thèmes des deux entretiens sont avant tout d'ordre théologique. Leur ordonnancement mérite qu'on s'y arrête. On traite (dans l'ordre suivant) de l'alliance de la raison et de la foi, de l'appréhension des mystères divins, de la nature du Christ et de la vierge, du péché originel et de sa transmission, du nombre d'hommes d'ici à la fin du monde et enfin de la grâce. Le second est pratiquement construit comme un chiasme du premier. Il débute par une discussion sur la grâce, se poursuit par des éclaircissements sur le péché d'Adam, puis sur la nature du Christ et de la vierge et se termine sur des considérations eschatologiques. La progression du dialogue telle qu'elle est retranscrite dans le Récit de deux conférences est très apprêtée. Les deux entretiens fonctionnent en miroir. Le second, plus qu'une suite du premier, en est l'approfondissement. On n'y voit pas de lutte pied à pied, de recul ou d'avancée. Le groupe préfère au contraire le plus souvent se dérober25, son rôle littéraire est ailleurs que dans la lutte, dans une fonction esthétique. Il est responsable de la progression du discours.

19Les entretiens, si on étudie le rôle joué par le groupe, obéissent à une esthétique presque musicale. La compagnie prend fonction de chœur, un chœur sans chef visible, très homogène. Parfois, quelqu'un se détache du groupe. Il n'est jamais nommé, réduit à un motif, à une voix, à une improvisation.

20Émergent ainsi du sein du chœur des rôles, des emplois, non des personnes. On y trouve le rieur qui très ironiquement annonce à Saint Ange qu'il faudra brûler tous les livres une fois qu'il aura publié les siens ou lui demande “pourquoi un homme était plus grand qu'un enfant” (p. 391). On rencontre aussi le philosophe qui aimerait que Saint-Ange explique la croissance des hommes sans que les aliments se tournent en notre substance (p. 391). Le théologien a le rôle principal et interroge Saint-Ange en s'étonnant le plus souvent du peu de place accordée à la foi dans sa doctrine (p. 379). Le scientifique est présent bien sûr, à qui Saint-Ange annonce qu'un géomètre pourrait calculer le nombre d'hommes jusqu'à la fin du monde.

21Dans cette pièce, il est difficile de repérer la fausse note, la discordance polémique qui fait qu'à un moment l'une ou l'autre des parties refuse de suivre l'accord. Il est quasiment impossible de repérer le moment polémique essentiel qu'est l'accaparement de la parole par un individu contre celle d'un autre. Les narrateurs du Récit choisissent de gommer les marques de la querelle. Ils ne se présentent jamais comme des accusateurs. Ce rôle, ils le laissent à la haute instance religieuse, à François de Harlay. Dans le Certificat qu'ils signent sur “ce qu'ils ont ouï dire au sieur de Saint-Ange” (p. 407), le groupe se donne à lui-même son rôle :

Ce que nous déclarons, non pour nous rendre partie ou dénonçants, n'étant telle chose de l'office ni de l'intérêt d'aucun de nous, mais en qualité seulement de témoins... (p. 407-408)

  • 26 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal (deuxième version), p. 610-611.

22Les “témoins” des entretiens, comme on l'attend dans toute polémique, ne mettent pas en œuvre de contre-discours. On ne les voit à aucun moment développer une thèse opposée à celle de Saint-Ange de façon suffisamment étoffée pour qu'on puisse l'appeler ainsi. On prévient à demi-mot qu'on désapprouve Saint-Ange et, lorsque l'on “s'échauffe” trop, on quitte ces discours. Nous ne sommes pas ici en train d'avancer qu'il n'y a pas eu de polémique contre Saint-Ange, mais bien qu'elle est occultée dans la version littéraire, officielle si l'on préfère, de l'Affaire. La version idéalisée qu'en donne Gilberte dans La Vie de Pascal est d'ailleurs significative. Il y a eu un véritable “miracle” de l'Affaire Saint-Ange, un dénouement heureux. Saint-Ange n'a “jamais témoigné de fiel contre ceux qui lui avaient causé cette affaire [...]. Ainsi cette affaire se termina avec douceur... ”26. Ce qu'on attend dans la polémique, c'est la retranscription exacte des moments où l'on s'échauffe, le moment où les bornes sont passées par l'adversaire et où on est obligé de tomber le masque, comme c'est le cas à la fin de la neuvième Provinciale :

  • 27 Les Provinciales, p. 190.

O mon Père ! lui dis-je, il n'y a point de patience que vous ne mettiez à bout, et on ne peut ouïr sans horreur les choses que je viens d'entendre.27

23Dans l'Affaire, le groupe n'est jamais présenté hors de lui. Saint-Ange lui-même ne s'apercevra du danger qu'il court qu'à la toute fin du second entretien et “jugeant peut-être qu'on n'était pas bien content de tout ce qu'il avait avancé, il dit qu'il n'avançait pas toutes ces choses comme des dogmes, mais seulement comme des propositions...” (p. 394). La polémique commence maintenant, mais le lecteur n'assistera pas à la lutte.

24Pascal et ses amis ne tomberont le masque que devant l'autorité ecclésiastique. La polémique n'interviendra que dans les moments non écrits ou non littéraires de l'Affaire. On lutte lors des confrontations. Peu de choses filtrent. On parle à demi-mot, même dans les correspondances confidentielles. La polémique dans le Dossier de l'Affaire Saint-Ange n'est pas un lieu de littérature. Elle fit pourtant du bruit, l'archevêque, dans une “Apostille à la lettre de M. Du Bellay”, en témoigne. “Ce n'est pas une affaire à étouffer : l'on en est venu trop avant... ” et, plus loin, il parle de “l'Église scandalisée de ce bruit”. Auzoult, dans la lettre inédite retranscrite par M. Jean Mesnard écrit : “Je crains que l'on ne se persuade que nous poursuivions l'affaire trop chaudement... ” (p. 402). Dans sa lettre à Auzoult, Le Cornier fait état des bruits qui circulent à Rouen concernant sa “fuite” dans une affaire qu'il aurait été trop heureux d'empêcher (p. 403). Il engage même ses compagnons à la douceur (p. 405). Chacune des parties est donc formelle : la lutte, la polémique a eu lieu. Mais il faut convenir que la version publique de l'Affaire l'occulte.

25Pourquoi alors parler de polémique dans le Dossier de l'affaire Saint-Ange puisqu'elle semble à ce point se dérober au lecteur ? Parce qu'un personnage du texte est mis, et bien malgré lui semble-t-il, en position de polémiste. En étudiant la façon dont les pièces du dossier présentent Saint-Ange, force sera de constater un déplacement du foyer de la polémique, du groupe à Saint-Ange, des accusateurs à l'accusé. Il est temps de nous intéresser, puisqu'il est difficile de donner le premier rôle à un groupe qui reste délibérément en retrait, à l'autre actant du texte, à Jacques Forton et à la manière dont on présente le discours incriminé.

II) L'omniprésence factice de Saint-Ange

26Dans le Dossier relatant cette affaire le Sieur de Saint-Ange tient le rôle principal. L'Ordonnance de l'archevêque, qui a préféré garder le silence sur l'identité des dénonciateurs, choisit de placer Saint-Ange sous les feux du tribunal ecclésiastique. François de Harlay brosse de lui un véritable portrait à charge (p. 410). On apprend son nom en religion et son nom propre, toute confusion est désormais impossible, aux yeux de l'Église comme aux yeux du monde. On sait qu'“il se serait [notons ce conditionnel] fait dispenser par voies extraordinaires du Saint-Siège du consentement de son ordre On connaîtra par le menu le “scandale des nouveautés suspectes” (p. 410) dont il est à l'origine. L'archevêque conclut alors seulement le portrait de celui qui arrivera précédé d'une réputation peu aimable à la cure de Crosville. La voix non cautionnée par l'autorité dont on parlait après Marc Angenot est maintenant bien présente. Saint-Ange est celui à qui l'on pourrait tout à fait prêter des discours polémiques. Ernest Jovy a parlé avec raison des “infortunes” de Saint-Ange, en voici une de plus. Il reste à interroger sur la mise en œuvre de la présence de saint-Ange dans une série de texte centrés sur ce personnage. Trouve-t-on pris en charge par le capucin le discours polémique qu'on attendait venant de Pascal ? Comment les auteurs choisissent-ils de nous présenter les paroles du personnage ?

Un polémiste malgré lui

27On assiste d'abord à un isolement du personnage. Il est désigné par la troisième personne du singulier, elle revient comme un leitmotiv dans des formules comme “il dit que... ”, “il répondit que... ”. Saint-Ange est une individualité contre le groupe. Il est au début du premier entretien “accompagné d'un gentilhomme de ses amis” (p. 376). Rien n'indique qu'il s'agisse de M. de Braque son disciple, l'auteur de l'Apologie en faveur de M. de Saint-Ange. Il n'est pas nommé et n'intervient pas. Est-il resté silencieux durant tout l'entretien ? Il n'est pas parti puisque le narrateur insiste bien sur le fait qu'Hallé de Monflaine “ les envoya prier de monter” et “ les fut recevoir avec ledit sieur Auzoult” (p. 376, nous soulignons).

28L'effet recherché est la création d'une solitude discursive. C'est la théorie de Saint-Ange qu'on met en cause, il est seul, même en compagnie d'un ami. Les effets secondaires d'une attitude narrative logique - on se concentre sur l'adversaire - sont pluriels. Le plus frappant est qu'on met de façon factice Saint-Ange en position de polémiste. La voix de ses accusateurs est la voix unanime de l'orthodoxie, celle de Saint-Ange est individuelle, solitaire, parfois querelleuse. C'est à un polémiste qu'on a à faire.

29Saint-Ange est pourtant fort prudent. Il sait fort bien que sa doctrine lui a déjà posé quelques problèmes dans les salons de la vicomtesse d'Auchy, et qu'il a dû attendre 1645 pour obtenir les privilèges lui permettant de mettre en vente sa Théologie, un ouvrage prêt dès 1643. Mais on note parfois dans son œuvre des remarques volontiers ironiques contre ceux qui n'auraient pas l'esprit assez délié pour suivre son argumentation :

  • 28 Discours sur l’Alliance de la raison et de la foi, ensemble les questions de toute la philosophie e (...)

Si la difficulté vient de la sublimité du mystère, qu'il croie ce qu'il pourra comprendre. La même foi qui confirme ce que son raisonnement peut pénétrer le doit instruire des choses où il ne peut pas atteindre. Si c'est de la faiblesse de son esprit, qu'il prie Dieu qu'il [le] lui fortifie.28

30Il n'y a pas loin de l'ironie à la polémique. On le voit dans le Récit et dans le Dossier. Lorsque Saint-Ange par exemple dit hautement que les Pères ont tort, il polémique contre l'autorité (p. 383 par exemple). Une autre fois, au discours direct, il adresse au groupe une remarque assez mordante alors que ceux-ci lui font entendre qu'il fait tout bonnement l'économie de la foi dans le processus du salut : “Et quand je le dirais ?” (p. 378) leur répond-il. C'est l'un des deux seuls moments où Saint-Ange est donné à entendre au discours direct. C'est le moment où il s'oppose le plus directement, de façon presque vindicative, au groupe et - au-delà - à l'Église.

31C'est une preuve supplémentaire de l'honnêteté des accusateurs : la psychologie du personnage est la même dans ses œuvres et dans le Récit. Saint-Ange semble tel qu'en lui-même. Pédagogue, sûr de lui, parfois ironique, assez conscient (même si c'est souvent un peu tard) du danger que parfois il court. Il constitue en outre un personnage assez crédible de polémiste.

32Ramener la présence de Saint-Ange à celle d'un caractère est pourtant fort réducteur dans la mesure où il est présent aussi en tant qu'auteur et que ses textes sont cités. Là encore, on peut parler d'un effacement de Pascal polémiste, en faveur cette fois-ci de son adversaire. Qu'en est-il du mode de mise en récit des œuvres de Saint-Ange ?

Saint-Ange ou la parole refusée

  • 29 Discours sur l’Alliance..., p. 44.

33Forton lit certains de ses travaux dans le Récit. C'est un auteur qui n'hésite pas à se produire devant ses jeunes interlocuteurs. On le voit lire l'opuscule De l'Alliance de la foi et du raisonnement (p. 379), ou ce “petit traité du péché originel” décrit comme “un manuscrit de dix ou douze pages in-4°” (p. 389) et qu'il a composé pendant son séjour à Rouen. Auteur actif, il offre même la primeur de deux projets à son public, un traité sur la liberté et le “commencement d'un dialogue qu'il fait entre la sagesse, la volonté et la puissance divine, où il doit déduire toute sa théologie et toute sa métaphysique” (390). On voit que l'ancien capucin, en indiquant ses titres à paraître, a le don de faire sa propre publicité. Le même d'ailleurs qui le fait annoncer à la fin du “Discours sur l'alliance de la raison et de la foi... ” l'imminente parution d'une Théologie qui sera la troisième partie de La Raison naturelle29.

  • 30 “(il sera très à propos que l’on l’examine pour mieux comprendre sa pensée sur ce sujet)”, p. 379

34Mais la présence des textes de Saint-Ange s'arrête là dans le Récit. Chaque temps de lecture qui serait en fait le seul moment de la présence réelle de Saint-Ange auteur, pour peu que les jeunes gens citent vraiment le texte, se résout par une ellipse narrative, véritable solution de continuité dans le texte qui passe au même moment du discours indirect au récit pur. La parenthèse à laquelle fait place la lecture par Saint-Ange de L'Alliance de la foi et du raisonnement30, est suivie bien entendu d'un résumé de l'ouvrage pris en charge par les auteurs du Récit. La phrase qui suit la lecture du traité sur le péché originel est du même type : “ce traité étant représenté [...] il sera plus expédient et plus facile de le lui faire représenter que d'en apprendre ce que la mémoire en pourrait fournir. ” (p. 379) Les auteurs se refusent aux citations, autant par économie narrative que par honnêteté. Les mots de Saint-Ange mêmes ne rentrent pas dans leur projet narratif. Il s'agit de créer un personnage et de ne pas quitter par des digressions inutiles l'ordre de leur œuvre. Les retours au récit montrent bien que ces lectures sont perçues comme des scories : “Après ces lectures, on continua le discours” (p. 390). Il s'agit ici d'une difficulté d'ordre littéraire. Comment intégrer des citations au Récit de deux conférences sans l'alourdir ? La difficulté est contournée par l'économie, on sacrifie la citation à la tension du texte. On voit ici encore que ce qui fera les beaux jours de la polémique dans la campagne des Provinciales est soigneusement évité. On ne cherche pas à faire naître la polémique de la pure citation des discours de l'autre. On se contente d'une retranscription au discours indirect de ses paroles.

Le discours volé : retour du groupe

35Limiter au Récit de deux conférences la mise en récit des discours de Saint-Ange ne doit pas conduire à oublier les autres pièces du dossier où le discours de Saint-Ange joue un rôle. Les auteurs du Récit ont établi, comme pour 1'Augustinus, des propositions hérétiques attribuées à Saint-Ange. Elles ne sont pas cinq mais douze et constituent, à leur manière, une façon de placer Saint-Ange au centre du débat et en position de polémiste. Elles le posent en effet, bien malgré lui, en contradicteur de l'Église. Elles sont d'ailleurs qualifiées par l'archevêque de “maximes inconnues et horribles” (p. 409).

Les propositions : discours tronqué

  • 31 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal, p. 610.

36Ces propositions représentent une tentative de synthétiser ce qu'il y a d'hérétique dans les discours de Forton. Pascal et ses amis ont isolés trois foyers polémiques. Le statut de la raison dans l'appréhension des mystères divins, et particulièrement celui de la Trinité (propositions 1 à 4). Le statut de l'autorité des Pères de l'Eglise (proposition 5). La nature du Christ et de la Vierge (proposition 6 à 12). Il s'agit bien des propositions les plus “scandaleuses” aux yeux de la doctrine de l'Eglise. Les six propositions sur la nature du Christ et de la Vierge, les plus choquantes aux yeux des catholiques de l'époque, sont encore celles qui scandalisent le plus Gilberte au moment où elle rédige la Vie de son frère31.

37Les discussions n'ont pourtant pas porté sur ces seuls points. Mais d'autres sujets abordés sont passés sous silence. La grâce tout d'abord, qui fait l'objet d'un long débat (p. 383-386 et 387-388) au cours duquel on demande à Saint-Ange de clairement choisir entre Jansénius et les Jésuites (p. 383). Ensuite le calcul qu'il croit pouvoir faire du nombre des hommes qui seront créés d'ici la fin du monde. Celui-ci dirige les argumentations vers des problèmes de chronologie bibliques (p. 394). Pascal et ses amis se gardent bien d'aborder ces sujets les plus “brûlants” de l'époque. Doit-on pour autant parler de malhonnêteté et de texte tronqué ?

38Il ne le semble pas dans la mesure où tous ces points sont lieu de débat. Ils ne sont pas encore tranchés. Ils agitent les luttes entre jansénistes et jésuites, on les trouvera tous, sans exception, dans les Provinciales et dans les fragments polémiques des Pensées. Pour Pascal, en 1647, l'heure n'est pas encore au combat. On le voit une fois de plus, Pascal polémiste est en retrait. Il ne s'agit pas pour le rédacteur du Récit de deux conférences de faire naître un débat contradictoire mais d'obtenir une condamnation. On porte donc aux yeux de l'opinion des points scandaleux, les propositions incriminées, non des sujets ouverts aux questions. Ici encore, le lecteur ne peut que prendre conscience d'une stratégie d'écriture sans faille qui permettra d'obtenir la condamnation et la rétractation de Saint-Ange.

39Saint-Ange s'est défendu. Il a opté pour la réponse la plus nette qui soit, en apparence. On a incriminé sa doctrine, on ne l'a pas citée dans les journaux des conférences et les propositions produits lors des confrontations. Il le fera lui-même et rétablira ce qu'on a oublié : ses textes.

Réponses aux propositions : le discours refusé

40La réponse que Saint-Ange apporte aux propositions hérétiques qu'on lui impute est sans appel dans son esprit : “... je me suis persuadé de ne pouvoir faire une meilleure réponse aux propositions où l'on me fait parler, que par ce que j'ai publié de contraire dans mon livre, qui porte pour titre : Méditations théologiques, achevé d'imprimer, avec approbation de docteurs et privilège du roi” (p. 411). (nous soulignons).

41Suivent, pour chacune des propositions, des “réponses contradictoires Bien sûr, Saint-Ange se défend à la légère. Il passe d'un plan à un autre, il confond, alors qu'il vient justement d'accuser ses dénonciateurs de le faire, la parole et l'écrit (p. 411). Il confond aussi la sphère privée et la sphère publique. Notons que le curé de paroisse - fonction briguée par Saint-Ange - est confronté dans son ministère aux deux types de paroles, la parole publique, lors du prône, des prêches, mais aussi la parole privée, lors de visites, d'entretiens, de confessions. C'est ce qui a dû effrayer nos jeunes gens lorsqu'ils ont vu qu'en privé Saint-Ange ne faisait pas mystère de sa “doctrine On peut aussi, à la lecture même des passages extraits de son œuvre, supposer une certaine mauvaise foi en lisant telle ou telle citation tronquée au bon moment. A l'accusation de démontrer par la raison les mystères divins il répond :

“... je tiens avec les plus sensés que notre raisonnement tout seul est trop faible pour faire une preuve si importante : je l'expose néanmoins tout seul etc. ” (p. 412).

42Sous le “etc. ” se cache la proposition incriminée no 1 qui l'accuse de vouloir, sans le secours de la foi, aidé du seul raisonnement, comprendre les mystères divins. Saint-Ange pose la foi mais l'évacue aussitôt pour ne plus accorder de confiance qu'à l'esprit. Le Discours apologétique qui ouvre l'opuscule contenant L'Alliance de la raison et de la foi d'où est extrait le texte cité ci-dessus permet de le rétablir :

  • 32 “Discours apologétique pour les méditations théologiques du sieur Saint-Ange Montéard, docteur en t (...)

Je l'expose néanmoins tout nu et dénué de citations pour y faire éclater plus visiblement la gloire de l'Église et de la vérité. La gloire de l'Église en ce que les infidèles et les charnels, qui attribuent à l'ignorance des docteurs le refus qu'ils font de donner des raisons à notre croyance, y pourront voir et que nous n'en manquons pas - mais qu'ils sont inhabiles de les comprendre pour ce qu'elles ne se laissent apercevoir qu'aux intelligences très épurées - et qu'il n'y a aucune religion plus conforme au raisonnement naturel que la romaine.32

43Si l'on suit jusqu'au bout la démarche de saint-Ange, il ne manque donc aux infidèles que l'intelligence pour croire...

44Mais le sens de la démarche est ailleurs que dans une simple tentative de se disculper par les textes. Les jeunes gens sont coupables aux yeux de l'ancien capucin d'une grave erreur : ils l'“ont fait parler”, comme on l'a souligné plus haut. C'est à dire qu'ils lui ont ôté sa vraie parole. Le discours qu'on lui prête n'est pas le sien. Ce qu'il tente de faire, en se citant lui-même, c'est de reprendre une parole volée pour ainsi dire. Il produit donc, comme Pascal et ses amis l'ont fait, un récit cadre où il présente sa version des faits (p. 411), une mise en propos de chacune des citations, quelques mots d'introduction, enfin la citation de son œuvre, qu'on lui a refusée jusque-là. Ces Réponses aux propositions ne sont pas autre chose que le Récit de deux conférences vu par Saint-Ange. C'est le monument littéraire que Saint-Ange dresse de cette affaire.

45La rétractation (citée p. 415 et suivantes) qu'obtiennent les jeunes gens est alors lourde de leçons. Il ne s'agit pas vraiment d'obtenir une amende honorable, mais le silence total de Saint-Ange. Les accusateurs n'auront de cesse d'obtenir un texte où Saint-Ange ne se citera plus, n'aura plus droit à ses propres textes. Il s'agit bien d'une parole refusée. Il est aisé de voir que les deuxièmes réponses de Saint-Ange ont été purement et simplement dictées par l'autorité qui stipule par la voix de l'archevêque que “[...] sans aucun délai ledit de Saint-Ange s'étant soumis a dit et a signé sur nos registres. ” (p. 415). L'absence de “délai” suppose des réponses préparées par l'autorité et le groupe.

46La plupart des rétractations correspond à la stricte négation - dans le sens le plus grammatical du terme - de chacune des propositions incriminées. (réponse à la 2e, 4e, 5e, 6e, 8e, 9e, 10e). Certaines sont directement, comme la réponse à la douzième, une reprise de ce qu'on a opposé à Saint-Ange au cours de l'entretien. Ainsi, le passage de Saint-Paul, “ mus est mediator”, qu'on a opposé à sa théorie de la co-rédemption (p. 394), est-il repris tel quel (mais traduit), dans la réponse “Qu'il n'y a qu'un seul médiateur de Rédemption” (p. 419). La palinodie est d'autant plus artificielle ici que la proposition a été avouée par Saint-Ange dans sa première réponse. Quant aux réponses les plus longues (réponse à la 3e, 5e et 11e) elles sont à l'évidence trop denses pour être écrites, ou dites, “sans aucun délai”. Les accusateurs ont préparé le texte, Saint-Ange a signé. C'est bien ici une façon d'ôter la parole, de substituer son texte à celui d'un autre.

47Il s'agit donc d'une véritable concurrence d'écrivains. Le vrai combat est littéraire, c'est à celui qui imposera son texte face à celui de l'autre. Le Dossier devient alors autre chose que la stricte mise en littérature d'un discours, polémique ou non. C'est en fait le lieu d'une coexistence impossible entre deux textes. On en vient alors ici à l'émergence de Pascal écrivain dans le texte de l'affaire. Force est de constater si l'on se place dans une perspective intertextuelle que la coexistence est impossible entre ses textes et ceux de Saint-Ange.

III) La coexistence impossible entre deux textes : victoire de Pascal écrivain

48Le refus des textes de l'autre pose la polémique à un autre niveau. Les deux auteurs sont inconciliables, appartenant chacun à une génération - pour ne pas dire à un monde - différent. C'est à une incompatibilité entre deux conceptions du dit et de l'écrit qu'on assiste dans le Dossier de l'affaire Saint-Ange. Pascal et Saint-Ange ont pourtant fait des choix communs, on y voit une raison liée aux milieux qu'ils fréquentaient.

Des choix communs : une question de milieu

  • 33 Voir le problème repris dans les Provinciales, cinquième lettre, p. 76
  • 34 Pascal, Pensées, édition Sellier, Paris, Bordas, 1991, fr 663 (et note), 688, 694, 716.

49Pascal et Saint-Ange sont tous deux ouverts aux problèmes du temps. Les découvertes scientifiques les intéressent, les problèmes de chronologie biblique les préoccupent. Saint-Ange se sert de l'argument des Mémoires des Chinois33 pour contredire la date traditionnellement admise de la création du monde (p. 394). Plus tard, quelques pensées lui répondront34. Leur sources d'inspiration sont comparables. Ce sont celles de deux personnes fréquentant plus ou moins les mêmes cercles où les thèmes de discussions parfois se rejoignent.

50On a posé très vite que Pascal avait une sorte de dette philosophique envers Saint-Ange. Dette thématique puisqu'on trouve présentées parfois comme venant de Saint-Ange l'idée de “contrariété”, ou encore celle de “disproportion”, qu'on retrouvera dans de célèbres fragments des Pensées. Henri Gouhier a bien montré que la dette, du point de vue conceptuel n'en est pas une et que Saint-Ange ne semble pas avoir outre mesure marqué Pascal :

  • 35 Henri Gouhier, Pascal et les humanistes chrétiens, p. 110.

Nous ne croyons pas que, dans l'esprit de Pascal, les propos de Saint-Ange aient jamais été considérés comme porteurs d'un enseignement et l'idée ne l'a sans doute jamais effleuré qu'en dépit de leur contenu on y pourrait trouver une méthode pour bien conduire sa pensée.35

51On va voir qu'en terme de choix de style, les choses ne sont guère différentes.

52Elles sont néanmoins au départ similaires. Du point de vue poétique, Saint-Ange se pique de modernité. Il opte pour un “style mêlé”, naturel, sans “pompe” ni “afféterie” comme en témoigne le Discours en faveur de la vérité qui, après la dédicace au chancelier Séguier, l'extrait du Privilège du roi et l'Approbation de docteurs, ouvre l'édition de 1637 de la première partie de La Conduite du Jugement naturel :

  • 36 La Conduite du jugement naturel où tous les bons esprits de l’un et l’autre sexe pourront facilemen (...)

Ceux qui n'y chercheront que la pureté de la science et de la vérité, qui est l'unique but où je vise, aimeront peut-être d'y voir un langage sans afféterie, sans ornement, et sans étude, qui suivant le cours de ma plume n'affecte que d'exprimer naïvement ce qu'il veut donner à entendre. Pour ce qu'ils savent bien que la vérité n'a pas aimé la pompe de la diction, depuis que le mensonge s'en est couvert, que les ornements de Rhétorique ne sont guère sans superflu qui détourne du droit chemin que l'on cherche [...]36

  • 37 Marc Fumaroli, “De l’âge de l’éloquence à l’âge de la conversation, la conversion de la rhétorique (...)

53On peut lire dans ce passage l'évolution des goûts du temps. Marc Fumaroli37 datera des années 1650 - les entretiens de Saint-Ange et de Pascal ont lieu trois ans auparavant - le passage effectif en France à un nouvel âge du discours orné. La sermo, parole familière, l'emporte sur l'eloquentia, l'entretien sur le discours, la conversation sur l'éloquence. Cette volonté, bien dans l'air du temps, d'opter pour un style naïf, naturel, est celle qui guidera les deux auteurs.

Saint-Ange, homme d'éloquence

54Saint-Ange dit opter en outre pour un style concis, le seul qui, il l'a bien compris, ne lasse pas les “bons esprits”. En témoigne ce passage de l'opuscule Discours sur l'alliance de la raison et de la foi lu devant Pascal et ses amis :

  • 38 Discours sur l’Alliance de la raison et de la foi p. 272.

Si c'est que mon style est trop concis, qu'il le médite. Je l'ai fait tel à dessein pour donner de l'exercice à la subtilité des bons esprits, un style trop étendu ne leur plaît pour l'ordinaire qu'une fois.38

55Ce ne sont pourtant que des déclarations d'intention. On voit très vite les œuvres de Saint-Ange opter pour les travers que dénoncera plus tard Pascal comme non conformes au naturel. La pensée de Saint-Ange, malgré qu'il en ait, est toute héritée de la rhétorique de l'eloquentia humaniste, celle dont il aurait tant voulu se débarrasser.

56La Conduite du jugement naturel s'ouvre sur une logique. Les sections premières, De la Direction de la connaissance humaine, et seconde, Réflexion sur les quatre pas du raisonnement reprennent des discussions scolastiques classiques en tentant de les simplifier. Une grande partie réside en une discussion sur les catégories d'Aristote, dont il s'agit de restreindre le nombre. La seconde partie, Préparation à la direction du discours est une rhétorique qui se termine bien entendu par un traité des figures (chapitre XIX). Voilà qui ramène assez vite Saint-Ange à ce qu'il se refusait : un ordonnancement classique, attendu, sans naturel ni surprise de sa pensée. Le Saint-Ange des entretiens qui répondra à une question sur la grâce en “faisant quantité de divisions et de subdivisions” (p. 385) est celui que ses œuvres ont permis d'entrevoir.

57Saint-Ange n'a pas plus de chance de toucher Pascal dans ce qu'il dira de la brièveté au cours de la lecture du “Discours sur l'alliance de la raison et de la foi Il a certes compris que l'heure est aux œuvres brèves. Ses traités seront relativement courts. Mais il refuse au nom de ce seul critère à certaines œuvres que lui-même juge claires le moindre statut. Vincent de Beauvais lui semble un bon auteur, parce que lumineux si on le compare aux travaux des auteurs de son temps, mais un peu long :

  • 39 “Discours en faveur de la vérité” p. 10

Si son encyclopédie eût été aussi courte que celles de notre temps, qui me sembleraient extrêmement belles si elles étaient moins secrètes ; ou que j'eusse eu davantage de patience, j'eusse fait un profit incomparable dans cette étude. Mais sa longueur m'ennuyant, je le quittai.39

  • 40 Les Provinciales première lettres p. 7

58Les critères que Saint-Ange s'applique à lui-même, docteur, sont ceux du monde. Il ne lira vraisemblablement pas l'Augustinus, du fait de sa longueur ; ce que l'auteur des Provinciales fera, à cause de sa longueur, qui adaptée au sujet - la théologie d'Augustin - en fait une œuvre brève40. C'est une sorte de morale accommodante de la lecture que Saint-Ange s'applique, ne recherchant que son bon plaisir érigé en critère. Les deux écrivains ont peu de chances de se rencontrer sur ce terrain.

59En fait, Saint-Ange veut plaire au monde, mais n'a pas compris le goût du monde. C'est un docte qui tente de se dissimuler pour paraître agréable aux mondains. À l'exigeante morale de l'honnêteté mondaine, une morale de l'oubli du moi individuel au nom d'un code de conduite en société, Saint-Ange substitue une règle pure et simple de dissimulation. Mais ce n'est pas son moi que Saint-Ange cache, c'est son savoir qu'il évacue de façon artificielle. Il refuse de citer la moindre autorité, mais il le fait dans un but esthétique. Citer ses sources semble pédant, alourdit le style, lui ôte de ce qu'il croit être de la “naïveté”, et par là même prive le monde de la théologie. Sa solution est simple. Pour lui le style naturel c'est en fin de compte le style débarrassé - du point de vue formel - de la citation :

  • 41 Discours sur l’alliance de la raison et de la foi, “Discours apologétique... ” p. 272.

[...] Ce sont là les motifs que j'ai eu de me servir d'une méthode nouvelle et d'un style particulier où l'on ne verra ni autorité ni objection mais seulement un raisonnement continu sur les principaux mystères de la religion.41

60Dans sa façon de se conduire au cours des entretiens, Saint-Ange sera d'ailleurs assez peu “honnête”. Les lectures dont il régale ses interlocuteurs contreviennent aux préceptes mondains qui seront plus tard synthétisés dans certains fragments des Pensées. “Quand en voyant un homme, on se souvient de son livre, c'est mauvais signe” dira le fragment 532. Voilà qui s'applique peut-être au souvenir que Saint-Ange laissera à Pascal. Nous sommes loin de la solution originale apportée par les Provinciales qui réconcilie la source, l'autorité, et le style mondain en incluant de manière naturelle cette fois-ci la citation au discours.

61Nous assistons au choc de deux conceptions de la rhétorique, l'une tournée encore du côté de l'éloquence, l'autre déjà du côté de la sermo. Comme Pascal le fera lors de la polémique avec le Père Noël, ou avec Le Moyne dans les Provinciales, c'est une manière qu'il reproche à Saint-Ange. Le Saint-Ange des Entretiens ne correspond ni dans son art de parler, ni dans son art d'écrire, à la façon dont Pascal écrivain parlera de la parole ornée.

Le Récit de deux conférences comme mise en abyme de l'opposition entre deux conceptions de la conversation

62Le Récit est le lieu de choix d'écriture mais aussi celui d'un choix de comportement et d'un choix de parole. On a vu ceux de Saint-Ange qui relèvent du domaine de l'eloquentia. Ceux du groupe relèveront à l'inverse de la sermo. Ils posent les orientations des jeunes gens du côté de la modernité. Le Récit est le lieu d'une rencontre impossible de deux éthiques de la conversation. Dans sa conversation, Saint-Ange est décrit comme l'homme de l'ancienne parole. Par leurs rires, l'absence de réponse écrite, l'utilisation de l'implicite, le groupe représente la nouvelle.

63Saint-Ange recourt par exemple fréquemment à l'analogie. C'est le mode classique de clarification de la pensée à des fins pédagogiques. Le groupe comprend mal, Saint-Ange passe à un autre domaine pour dire la même chose. On le voit recourir à une analogie entre les hommes et les fioles (p. 383). Il s'agit de comparer les hommes à des bouteilles qu'on briserait au milieu de l'eau. Voilà qui aidera à entrer dans les arcanes de la théorie de la “masse corporelle”. Le groupe se contente de marquer implicitement son désaccord “cette pensée excita une risée commune et on dit quelques mots agréables sur les hommes et les fioles. ” Le Récit, fidèle à sa volonté de ne pas nous faire assister à autre chose qu'à un débat d'idées, se propose de montrer pourtant qu'on a disqualifié par le rire celui qui a utilisé des pratiques surannées d'ornementation du discours.

64Au détour d'une autre analogie, Saint-Ange mêle les choses saintes à la mythologie antique. Pratique commune dans la rhétorique héritée de l'eloquentia. Il compare les théories des Pères sur la grâce à Orphée mis en pièces. Saint-Ange entend bien montrer qu'il redonnera à ce corps épars son unité. Dans le Récit l'opposition est marquée par cette seule réplique. “Cette comparaison sembla plaisante” (p. 394) notent les rédacteurs sans détailler les raisons de la désapprobation.

65On les connaîtra pourtant si on interroge la onzième Provinciale qui réduit à néant l'éloquence fondée sur la confusion des ordres païens et chrétiens. Pascal est du côté de son siècle. Il plaira en ne les mêlant pas. Il faut bien rattacher aux goûts du passé l'attitude syncrétique qui est prêtée à Saint-Ange dans les entretiens.

66Le groupe est en outre une illustration du principe honnête de la conversation alerte. Il s'agit de ne pas faire languir les discours. Chaque impasse est ainsi soigneusement évitée par ceux qui de manière délibérée pratiquent l'oubli de soi au profit du dialogue. A plusieurs reprises le groupe suppose comme vrai un raisonnement qu'il tient pour manifestement erroné (p. 377). Cette concession est celle d'un interrogatoire mené selon les préceptes de la conversation mondaine, centrée sur l'interlocuteur, menée par un moi qui s'oublie. Ces choix conversationnels sont typiquement pascaliens, ce sont ceux que Gilberte expose dans la Vie de Pascal.

  • 42 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal, 2e version p. 617

Il concevait l'éloquence comme un moyen de dire les choses d'une manière que tous ceux à qui l'on parle les puissent entendre sans peine et avec plaisir, et il concevait que cet art consistait dans de certaines dispositions qui doivent se trouver entre l'esprit et le cœur de ceux à qui l'on parle et les pensées et les expressions dont on se sert ; mais que les proportions ne s'ajustent proprement ensemble que par le tour qu'on y donne.42

67L'attitude du groupe en ce qui concerne la lecture durant une conversation est elle aussi une opposition en actes aux usages de Saint-Ange. On a vu celui-ci régaler son auditoire de la lecture de ses œuvres. On verra les jeunes gens refuser qu'on apporte un Nouveau Testament car “on ne [le] jugea pas à propos” (p. 388). Cette réaction “sur le champ” permet à la conversation de se prolonger.

  • 43 Pensées, fr. 38
  • 44 Pensées, fr 680, p. 468 et suivantes

68Le groupe présente le naturel en actes dans son récit de conversation et le dispose sur un mode d'enchaînement qui tient du théâtre. On le voit enchaîner sur le mot aux propos de Saint-Ange (p. 377), c'est à dire opter pour une progression fluide et naturelle. Le style du Récit pose donc en soi le problème du naturel : comment rendre par l'écrit une conversation familière ? La question de style centrale est une interrogation fort pascalienne sur la mise en littérature du dialogue parlé. Écrire ce qu'on dit, comment raconter la parole ? Certains fragments des Pensées reprendront ce problème posé par le Récit de deux conférences lorsqu'elles prôneront un ordre par dialogues43 et qu'on lira dans “Le Discours de la machine”44 un discours direct mettant en texte les mots mêmes de l'adversaire.

  • 45 Pensées, fr 182, p. 229
  • 46 Pensées, fr 749

69En optant, pour ce qui regarde les mots de Saint-Ange, pour le discours indirect, en multipliant les verbes de prise de parole et les chevilles grammaticales comme “que”, les auteurs ne résolvent pas encore le problème comme Pascal le fera dans sa maturité d'écrivain optant pour le discours direct surgissant du cœur du récit comme dans les Provinciales, la “prosopopée de la sagesse de Dieu”45 ou le “Mystère de Jésus”46. Pourtant le Récit de deux conférences porte la marque d'une réflexion entamée, que la lecture des Essais résoudra, sur le mode de l'insertion de la parole et du texte d'autrui dans la sienne propre.

70On a vu le groupe s'opposer à des choix de Saint-Ange marqués au sceau de l'ancienne rhétorique et s'engager, dans ses choix propres, du côté de la nouveauté. C'est bien au début d'une réflexion sur une problématique très pascalienne qu'on assiste dans le Récit. En s'interrogeant sur l'attitude à avoir dans une conversation et - plus loin - sur la façon dont la parole de l'autre doit figurer dans la sienne.

***

71Pascal polémiste se cache dans le Dossier de l'Affaire. La stratégie d'écriture des trois amis est celle d'un groupe qui louvoie et se refuse à la lutte ouverte. On rit bien de Saint-Ange, mais pas trop. Le temps des Provinciales, celui de la voix solitaire et du rire qui disqualifie n'est pas encore venu. Pascal écrivain est pourtant déjà au travail. Ses choix rhétoriques et apologétiques sont pratiquement faits. On les voit en creux dans ceux qu'on refuse à saint-Ange. Il n'est pas honnête homme. Le passage d'un ordre rhétorique à l'autre, de l'éloquence à la conversation est certes perçu par le Capucin, mais il ne parvient pas totalement à le prendre en compte du point de vue du style, confondant ouvrages courts et style bref, désir de plaire et goût mauvais, vraie et fausse beauté. C'est autant à un conflit entre deux générations d'écrivains qu'on assiste en lisant le Dossier de l'Affaire Saint-Ange qu'à la lutte entre deux choix religieux et formels.

Notes

1 Victor Cousin, “Affaire du Père Saint-Ange capucin ou un épisode dans la vie de Pascal”, Bibliothèque de l’Ecole des Chartes, t. IV, 1842-1843, p. 111-146, repris sous le titre “Un Épisode de la vie de Pascal” dans Etudes sur Pascal Paris, Didier, 1857 p. 343-388 : “Assurément Pascal et ses deux amis n’avaient aucun autre intérêt dans cette affaire que celui de la religion même qu’ils croyaient compromise ; mais il est incontestable qu’ils y mirent une ardeur et une opiniâtreté qui n’étaient guère selon la charité” p. 382.

2 Ernest Jovy, Etudes pascaliennes I : Pascal et Saint-Ange. Jacques Forton, sieur de Saint-Ange, ses écrits, ses infortunes. Paris, Vrin, 1927 [reprise d’études antérieures]. “On aurait pu croire que le futur auteur des Provinciales, oubliant ses recherches scientifiques, avait juré, avec un zèle tout inquisitorial, de faire brûler Saint-Ange” p. 139.

3 Henri Gouhier, Blaise Pascal, Conversion et apologétique, Paris, Vrin, 1986, p. 17.

4 Tallemant des Réaux, Historiette de Madame d’Auchy, Bibliothèque de la Pléiade. Mais aussi l’avis de Thomas Biaise, Le Libraire au lecteur, à la seconde édition du Discours de l’Alliance de la raison et de la foi, Paris, Thomas Biaise, 1643. Le fils de l’éditeur, âgé de 14 ans, “net de toutes les études qui se font dans les collèges” a été un des élèves de Saint-Ange qui furent interrogés par des théologiens dans les salons de la vicomtesse d’Auchy.

5 Voir Charles de Robillard de Beaurepaire, Pascal et sa famille à Rouen de 1640 à 1647, Rouen, Caignard, 1902.

6 Le Dossier de l’Affaire Saint-Ange est édité au t. II de l’édition Mesnard, Paris, DDB, p. 362-420. C’est à cette édition que nous nous référons. Pour ne pas alourdir l’appareil de notes, les pages figureront entre parenthèse, après les citations.

7 Gilberte Périer, Vie de Pascal (deuxième version), édition Mesnard, DDB, t. I, p. 609.

8 Voir, entre autres, Beaurepaire, L’Affaire Saint-Ange, un épisode de la vie de Pascal à Rouen, Rouen Caignard, 1901. Les rapports entre Auzoult et les Pascal sont analysés p. 17 et Urbain, article cité, p. 10, texte et note 3 sur Adrien Auzoult ainsi que Jovy, ouvrage cité, p. 178. Sur la polémique au sujet de la comète à laquelle a pris part Auzoult, voir p. 184.

9 Il se destine à la prêtrise mais n’ira pas plus loin que le diaconat. Voir Beaurepaire, Pascal et sa famille à Rouen p. 22-24 et Jovy, Etudes pascaliennes I, p. 189 et suivantes.

10 Philippe Sellier, Pascal et Saint-Augustin, [1970] Paris, Albin-Michel, 1995, mais aussi l’article Pascal et Saint-Augustin : théologie et anthropologie”, dans Port-Royal et la littérature, I, Pascal, Paris, Champion, 1999, p. 249-262. “Dès l’âge de 25 ans — en 1648 — il se déclare partisan des augustiniens [...]” p.

11 Edition Mesnard, t. II p. 555 : “[...] je lui dis [à M. de Rebours] que nous avions vu leurs livres et ceux de leurs adversaires [...]”

12 Gilberte Pascal, Vie de Pascal, p. 609, sur la lecture des “livres de piété” son “étude [...] de la religion” et le fait qu’“il ne s’est jamais appliqué aux questions curieuses de la théologie”, Ce qui ne veut pas dire qu’il ne se soit jamais appliqué aux grandes questions de la théologie, les Écrits sur la grâce en témoigneront.

13 “On lui demanda...” (p. 377 et passim), “on lui opposa...” (p. 379 et passim), “On le pria” (p. 385 et passim).

14 Marc Angenot, La parole pamphlétaire, Typologie des discours modernes, Paris, Payot, 1982, 1995, p. 74.

15 Les Provinciales, édition Cognet-Ferreyrolles, Paris, Bordas, Classiques Garnier, 1992, voir le début de la Seizième Lettre.

16 Les Provinciales, p. 301.

17 Angenot, La Parole pamphlétaire, p. 72.

18 “on lui demanda” p. 377 et passim

19 “on proposa quelques doutes” p. 378 et passim

20 Augustin p. 378, 381et passim, Saint Paul, Saint Jean Damascène, p. 388, sur ex seminae p. 391.

21 Concile de Milevit, p. 380 etc.

22 Voir le rire de Saint-Ange à l’ironique flatterie qui avance “qu’il faudrait mettre au feu tous les autres livres” lorsqu’il “aurait mis ses livres en lumière” p. 385 et dont on parle plus bas.

23 p. 389, “on ne put s’empêcher de lui dire que... ”

24 Henri Gouhier, Pascal et les humanistes chrétiens, Paris, Vrin, 1974, p. 54.

25 Les formules du type “on laissa là tous ces discours” p. 385, sont nombreuses. Elles indiquent que le groupe préfère ne pas poursuivre, de peur d’une opposition trop directe. Une contre argumentation est développée une fois dans son entier et saint-Ange se “sentit pressé” (p. 394). Mais c’est à la toute fin du dernier entretien.

26 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal (deuxième version), p. 610-611.

27 Les Provinciales, p. 190.

28 Discours sur l’Alliance de la raison et de la foi, ensemble les questions de toute la philosophie et de la théologie, répondues par les écoliers de M. de S - Ange Montéard, Paris, Thomas Biaise, 1642-2e édition en 1643, “Discours apologétique”, p. 273. (Nous modernisons orthographe et ponctuation.)

29 Discours sur l’Alliance..., p. 44.

30 “(il sera très à propos que l’on l’examine pour mieux comprendre sa pensée sur ce sujet)”, p. 379

31 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal, p. 610.

32 “Discours apologétique pour les méditations théologiques du sieur Saint-Ange Montéard, docteur en théologie. ” p. 269. Relié dans l’exemplaire de la Bibliothèque nationale avec Discours sur l’Alliance de la raison et de la foi, ensemble les questions de toute la philosophie et de la théologie, répondues par les écoliers de M. de S.-Ange Montéard, Paris, Thomas Biaise, 1642-2e édition en 1643.

33 Voir le problème repris dans les Provinciales, cinquième lettre, p. 76

34 Pascal, Pensées, édition Sellier, Paris, Bordas, 1991, fr 663 (et note), 688, 694, 716.

35 Henri Gouhier, Pascal et les humanistes chrétiens, p. 110.

36 La Conduite du jugement naturel où tous les bons esprits de l’un et l’autre sexe pourront facilement puiser la pureté de la science, par le SDSA, dédié à M. le Chancelier, A Paris, Pierre Biaise, 1637, avec Privilège et Approbation, p. 19 du “Discours en faveur de la vérité”.

37 Marc Fumaroli, “De l’âge de l’éloquence à l’âge de la conversation, la conversion de la rhétorique humaniste dans la France du XVIIe siècle”, dans Art de la lettre, art de la conversation à l’époque classique en France, Paris, p. 25-46. Voir p. 32.

38 Discours sur l’Alliance de la raison et de la foi p. 272.

39 “Discours en faveur de la vérité” p. 10

40 Les Provinciales première lettres p. 7

41 Discours sur l’alliance de la raison et de la foi, “Discours apologétique... ” p. 272.

42 Gilberte Pascal, Vie de M. Pascal, 2e version p. 617

43 Pensées, fr. 38

44 Pensées, fr 680, p. 468 et suivantes

45 Pensées, fr 182, p. 229

46 Pensées, fr 749

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search