Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

La rhétorique des expériences sur le vide

Dominique Descotes

Texte intégral

  • 1 Je laisse de côté L'équilibre des liqueurs et La pesanteur de la masse de l'air, qui sont plus tard (...)

1On connaît, depuis les travaux de L. Brunschvicg, de G. Le Roy et de M. Serres le retentissement des textes scientifiques de Pascal sur son œuvre littéraire. La voie inverse, qui consiste à examiner ses textes scientifiques du point de vue littéraire, reste à explorer. Au temps de Pascal, les sciences dites actuellement exactes relèvent encore du domaine des literae humaniores. Seule la rigoureuse séparation des disciplines qui règne aujourd'hui nous dissimule que, pour un Pascal comme pour un Descartes, un traité de mathématiques ou de physique est d'abord une œuvre littéraire, dans laquelle la rhétorique ne peut être considérée comme un vêtement hétérogène surajouté à la pensée proprement scientifique : elle en est un facteur constitutif. La présente étude vise à montrer ce qu'une telle perspective révèle dans le cas des écrits physiques de Pascal, en se limitant aux textes de la période rouennaise et à leur prolongement naturel : les Expériences nouvelles touchant le vide, et le Récit de la Grande Expérience de l'Equilibre des Liqueurs.1

  • 2 OC II, p. 501

2Le projet littéraire de Pascal se caractérise par une double postulation de sobriété et d'ampleur. Contrairement au P. Mersenne qui multiplie les belles pensées sans résoudre beaucoup de questions, Pascal tient pour principe constant de ne publier que ce qu'il estime avoir rigoureusement démontré : il se fixe toujours un programme de démonstration à court terme, auquel il se tient même quand s'offre la tentation d'élargir les perspectives. Les Expériences nouvelles sont ainsi bornées au seul fait du vide : “je me contente de montrer un grand espace vide, et laisse à des personnes savantes et curieuses à éprouver ce qui se fait dans un tel espace ; comme : si les animaux y vivent ; si le verre en diminue sa réfraction, et tout ce qu'on y peut faire : n'en faisant nulle mention dans ce Traité, dont j'ai jugé à propos de vous donner cet Abrégé par avance...”2 A fortiori évite-t-il d'aller plus avant du côté de la raison des effets, qui sera l'objet unique du Récit de la Grande Expérience.

  • 3 RACINE, Œuvres, Pl., II, p. 29. Je montre dans Rhétorique et géométrie, à paraître, comment c'est a (...)
  • 4 Voir, sur ce point, DESCOTES D., ”Fonction argumentative de la satire dans les Provinciales de Pasc (...)

3Cette restriction est compensée par un élargissement du côté des facultés que Pascal cherche à toucher chez le lecteur, en raison du double souci du convaincre et de l'agréer qui entrent dans l'art de persuader. Il ne s'adresse pas seulement à la raison : il cherche aussi à plaire, et la démonstration revêt chez lui des formes littéraires qui parlent à l'imagination, notamment des formes dramatiques. Il n'est pas nécessaire de revenir longuement sur l'intérêt accordé par Pascal au théâtre. Il a connu Corneille au sommet de sa gloire. Les Pensées, qui fourmillent de références à son œuvre, témoignent de l'intérêt continu qu'il a accordé aux problèmes techniques fondamentaux de la dramaturgie : construction des personnages, structure des intrigues, nécessité des contrastes qui donnent du relief aux situations dramatiques. Du reste, ses grands textes portent la marque de ces réflexions qu'il a faites sur le théâtre : Racine l'a remarqué pour les Provinciales, mais c'est aussi le cas des Pensées, où l'argument du pari constitue une inclusion comique dans l'apologie3. Ses travaux sur le vide portent la même marque : dans la verrerie de Rouen, Pascal a monté un véritable spectacle de physique expérimentale. Quant aux textes, le Récit de la Grande Expérience est construit sur un modèle d'enchâssements de scènes combinés avec procédé de flash back, qui annonce la technique des Provinciales4

  • 5 C'est même ce qui fait, selon Corneille, l'originalité du théâtre par rapport au roman, où la liber (...)

4Le théâtre est le domaine dans lequel le XVIIe siècle a poussé le plus loin la réflexion technique sur la répartition des matières, les libertés et contraintes dans les fondements, le déroulement et le dénouement des événements.5 C'est sans doute pourquoi Pascal y a trouvé un moyen d'expression fécond : en premier lieu, il conçoit la recherche comme une action ; d'autre part, plus que tout autre, il a médité sur la question rhétorique du témoignage sur les faits dans les sciences.

I. RHÉTORIQUE ET EXPÉRIMENTATION

  • 6 OC II, p. 501.

5Les expériences sont les principes de la physique : comme le raisonnement s'appuie sur elles, une seule observation qui le contredit suffit pour le réfuter. Par ce biais, la physique, quoiqu'elle dépende d'abord des sens, est aussi par un certain côté fondée sur le témoignage, donc sur l'autorité, comme c'est toujours le cas lorsqu'il est question de faits. Car il n'est pas possible de reproduire les expériences qui fondent la théorie en permanence et indéfiniment : passe encore pour des montages simples, mais lorsqu'il s'agit d'instruments de dimensions extraordinaires comme ceux de la verrerie de Rouen, ou d'expéditions comme celle du puy de Dôme, c'est impossible. Il faut alors recourir au rapport d'expérimentation, c'est-à-dire au témoignage. Comme toujours, celui-ci vaut ce que vaut son auteur. La connaissance ex auditu ne saurait en l'occurrence remplacer la réalisation effective. Seul est véritablement habilité à tirer les conséquences celui qui a conçu, construit et effectué lui-même les expériences avec la rigueur nécessaire. C'est pourquoi Pascal a inséré le récit de l'expérience du puy de Dôme écrit par Florin Périer, laissant ainsi la parole à l'observateur le plus direct. C'est aussi l'argument qui justifie la publication de ses Expériences nouvelles touchant le vide : “j'ai craint qu'un autre, qui n'y aurait employé le temps, l'argent, ni la peine, me prévenant, donnât au public des choses qu'il n'aurait pas vues, et lesquelles par conséquent il ne pourrait pas rapporter avec l'exacteté et l'ordre nécessaire pour les déduire comme il faut : n'y ayant personne qui ait eu des tuyaux et des siphons de la longueur des miens, et peu qui voulussent se donner la peine nécessaire pour en avoir”.6 Pascal récuse ainsi Guiffart, et a fortiori le P. Noël, qui invoque des expériences mal avérées, ou qu'il n'a pas faites.

6En revanche, la méthode expérimentale s'avère indissociable d'une rhétorique : il incombe à l'auteur de présenter et “déduire” ses expériences de manière persuasive, c'est-à-dire de faire connaître, comprendre et accepter la vérité à des personnes qui ne peuvent la voir directement.

  • 7 D'autres en font plus de cas ; voir par exemple le passage des Reflexiones de Mersenne, cité dans O (...)

7Pour y parvenir, plusieurs techniques sont disponibles. L'une d'elles consiste à invoquer la garantie du public présent lors de la réalisation de l'expérience, en insistant sur son sérieux et sa dignité. Le procédé est courant, mais chez Pascal, il ne tient presque aucune place.7 Lorsqu'il invoque, dans sa correspondance avec M. de Ribeyre, le témoignage de la communauté savante, ce n'est pas pour garantir l'exactitude de ses observations, mais pour témoigner du fait qu'il a bien la paternité des expériences de Rouen. Une autre technique consiste à composer une description des phénomènes exhaustive et détaillée jusque dans les moindres épiphénomènes. Dans le mouvement d'une recherche en cours, où l'on ignore encore quels sont les faits vraiment importants, un tel rapport n'est pas inutile : on comprend un peu les reproches que Boyle a adressés aux expériences de Pascal, dont il ne trouvait pas le récit assez circonstancié. Mais dans le compte-rendu d'une recherche achevée, même si elle ne porte que sur un sujet restreint, la volonté de composer un rapport si complet qu'il puisse presque tenir lieu de la réalité a quelque chose de naïf. On sait ce que Pascal pense de la possibilité de décrire une réalité dans tous ses détails : “une ville, une campagne, de loin c'est une ville et une campagne, mais à mesure qu'on s'approche, ce sont des maisons, des arbres, des tuiles, des feuilles, des herbes, des fourmis, à l'infini”. Le processus de la division ne finit jamais, de sorte que la description complète n'est jamais vraiment possible. Ce n'est pas parce qu'un compte-rendu est prolixe en détails qu'il en est plus persuasif.

  • 8 OC II, p. 352. Ce sera d'ailleurs l'un des soucis les plus désespérants des inventeurs de la pompe (...)
  • 9 Résolution des Expériences nouvelles, p. 47 sq.,

8D'ailleurs, il existe des faits qui ne peuvent être rendus par écrit. Il est déjà difficile, dans la pratique concrète, de garantir l'étanchéité d'un dispositif expérimental. Pascal le fait remarquer lui-même à Petit : même si l'on prend toutes les précautions, “les simpliciens pourraient dire que cet espace qui paraissait vide était de l'air, lequel, pour éviter le vide, aurait pénétré le verre, et serait entré par ses pores”.8 Mais le problème devient insoluble lorsqu'on vient au rapport verbal : la nature littéraire du récit prête le flanc à la contestation. Pascal a beau dire que la seringue de sa première expérience a “un piston bien juste”, que le tuyau est “scellé hermétiquement”, et la corde de la cinquième expérience bien imbibée pour que “l'air qui pourrait y être enclos, en sorte”, ces affirmations expriment des exigences pratiques plutôt que des réalités vérifiables. Il est toujours loisible d'objecter que le piston n'est jamais effectivement juste, ou que des pores invisibles empêchent le verre du tuyau d'être parfaitement hermétique. C'est du reste un des arguments de la Résolution des Expériences nouvelles : “tous les Mathématiciens demeurent d'accord qu'on ne peut mettre en figure ou dimension exacte et parfaite les corps matériels, et que jamais cela ne vient à l'être vrai et imaginé. De façon que si l'art y arrive c'est en des choses de petite étendue ; et encore cela arrive si rarement, et avec l'industrie et la suffisance de celui qui agit, il faut que le hasard et le bonheur s'y mêle, de sorte que cela passe pour un miracle, comme Albert Durer est si renommé d'avoir fait deux superficies plates, si unies et égales, qu'on dit qu'elles se touchaient partout. De là il paraît assez qu'une superficie convexe et une concave qui se touchent partout, ce n'est un ouvrage commun et ordinaire, et sur lequel on fasse tous les jours des expériences : ainsi sa syringue et son piston ou rouleau ne sont unis qu'à l'ordinaire, c'est-à-dire qu'au sens ils se touchent et non pas dans l'être effectif : et partant il est vrai que quelque peu que ce soit il y a toujours de l'air entre ces deux corps, et entre le bout du rouleau et de la syringue et le doigt qui la bouche”.9

9Sur ce point, la réflexion de Pascal est très élaborée. Son point de départ est une distinction nette entre l'expérience, qui est affaire de réalisation technique, et le récit de l'expérience, qui est d'ordre rhétorique. Le discours ne saurait se substituer purement et simplement à l'expérience réelle. Pour être persuasive, l'expérience doit être bien réalisée ; le récit de l'expérience, lui, doit être bien écrit. Le rapport d'expérience n'est pas la copie conforme de l'expérience, il en est une figure : il porte présence dans la mesure où il donne à imaginer les effets, mais absence dans la mesure où il ne les remplace pas effectivement : au lieu de se régler sur la réalité brute pour en donner une description complète, il vise à faciliter la saisie intellectuelle dans ce que l'expérience a d'essentiel ; il en donne une idée, mais comme il ne saurait faire voir réellement, il a pour objet de dire ce qu'il faut voir lorsqu'on fait l'expérience. Bref, il n'est pas un substitut de l'expérience, mais un appel à la réaliser.

  • 10 Ce sera aussi par la suite celui des Provinciales.

10Il est significatif que, dans les Expériences nouvelles, Pascal renonce à toute référence à l'épisode de la verrerie de Rouen : pas un mot des difficultés techniques qu'il a rencontrées, ni de la dispute avec Pierius, qui auraient pourtant fourni une illustration pittoresque. A un réalisme à courte vue, Pascal substitue ce que Jean Mesnard appelle la stylisation des expériences, qu'il ne faut pas prendre pour une manière de dissimuler la réalité, comme l'a cru Alexandre Koyré, mais comme une réponse adéquate au problème littéraire de la description expérimentale. Pour obtenir l'équivalent de l'effet de choc visuel qui est le privilège exclusif de la réalisation concrète, il use d'une sorcellerie évocatoire qui donne au lecteur l'impression de voir, alors qu'il ne fait que lire et imaginer. C'est le but du recours au style atticiste et coupé : paradoxalement, l'effet d'évidence immédiate est obtenu par une brevitas dans l'expression qui tient à la suppression de toute description réaliste des instruments, de tout ce qui pourrait faire pittoresque.10

  • 11 P. 183, Propositio XLV.

11Les aspects pratiques et concrets, dans les Expériences nouvelles, sont traités de manière originale : on n'y trouve aucune des indications comparables à celles que le P. Mersenne donne par exemple dans ses Hydraulica, sur la nécessité de maintenir le fléau de la balance hydrostatique bien vertical, soit par des poulies, soit par une main sûre, qui ne tremble pas11, pas plus qu'on ne trouve la description des mâts et mécanismes qui permettent de manipuler les grands tubes. Les rares indications d'allure concrète ont moins une valeur documentaire qu'argumentative. Ainsi dans l'expérience 5, où Pascal remarque que l'on doit laisser longtemps la corde dans l'eau avant de faire l'expérience, et qu'on peut éventuellement la remplacer par “quantité de petits cylindres de bois, attachés les uns aux autres avec du fil de laiton” : ces deux indications n'ont pas pour objet de faire vrai : “il s'agit, en fait d'“ôter le soupçon de l'air que l'on pourrait dire être demeuré dans la corde”.

  • 12 Résolution des Expériences nouvelles, p. 25 sq.
  • 13 OC II, p. 429 : Guiffart emploie cette observation, faite avec du mercure, pour soutenir la réalité (...)

12Les matières solides et liquides sont considérées comme dans l'abstrait, ainsi que l'a remarqué l'auteur de la Résolution des Expériences nouvelles : “la substance contenue dans le tuyau, il l'a considérée inaltérable comme une matière de Mathématique ; la main qui tient le tuyau et le doigt qui bouche l'autre bout, il n'en a point de même considéré la chaleur agissante. Ainsi il n'a mis ni action ni passion, ni aucune altération naturelle ès corps sur lesquels et avec lesquels il a fait ses épreuves, et faute de cela au lieu d'un corps altéré et raréfié il y a mis un Vide actuel”.12 Enfin les phénomènes secondaires sont pour la plupart supprimés. Pascal ne dit rien du mouvement de haut en bas de la liqueur, lorsqu'on a ouvert l'orifice inférieur du tube, dans l'expérience barométrique13.

13On sait aussi, depuis qu'Alexandre Koyré l'a remarqué, que Pascal a passé sous silence le phénomène du bouillonnement de l'eau dans le tube apparu dans l'expérience de Gasparo Berti, qui avait frappé Magiotti, et qui a retenu toute l'attention de Roberval dans le cas du mercure : “innumeras aeris guttas (...) remanere intra tubum, ipsius tubi lateribus adhaerescentes undique inter vitrum et hydrargyrum secundum totam ipsius tubi longitudinem ; alias quidem majusculas, alias autem minores per gradus, donec, pro exilitate, permultae ex illis aciem oculorum effugerent, quae tamen adhibitis perspicillis, facile cernebantur”.

14L'impression de vérité concrète qui se dégage des descriptions de Pascal naît de procédés qui n'ont rien à voir avec le réalisme.

  • 14 C'est même peut-être pourquoi il n'a pas usé de la première version de l'expérience du vide dans le (...)

15D'abord le caractère familier des instruments. Ils sont peu nombreux et sans mystère. Un tuyau, une seringue, un soufflet, un siphon, du vin, une corde imbibée d'eau : objets simples et ordinaires, même s'ils ont des dimensions inhabituelles ; tout un chacun a eu devant les yeux un tuyau ou un soufflet, et de toute façon, l'imagination n'a aucune peine à se les figurer. Les instruments compliqués ne sont jamais ceux que Pascal retient dans ses ouvrages sur le vide. On ne trouve dans les Expériences nouvelles ni instrument de laboratoire savant, ni machine complexe : pas d'escopette de Mersenne, ni de vessie de carpe de Roberval, aucune de ces machines à surprise que l'on trouve chez Héron ou Salomon de Caus, et aucun schéma géométrique comme chez Stevin. On devine même chez lui un souci particulier de la transparence : par opposition au P. Noël qui invoque des processus invisibles, il évite les instruments dont le lecteur pourrait se demander ce que cachent les parois opaques, et n'évoque que des objets diaphanes à l'intérieur desquels les processus sont toujours bien visibles.14 Quant à la multiplication des dispositifs, elle ne vient ni de la complication, ni de la diversité des machines, mais de combinaisons d'instruments simples. L'expérience du tuyau plein d'eau est une variante de celle de Torricelli ; celle de la seringue qui se remplit d'eau et celle de la seringue où monte le mercure sont expressément mises en comparaison avec les pompes à aspiration rendues célèbres par Galilée. Les expériences 5 et 8 sont composées avec une corde glissée dans un tuyau, l'une avec un tube simple, l'autre avec un siphon ; or l'expérience 5 est une variante de la seringue, et la huitième de la quatrième. A son tour, l'expérience du puy de Dôme ne sera qu'une combinaison de plusieurs expériences de Torricelli, l'une en observation continuelle fixe, l'autre avec une variation d'altitude. Le lecteur croit voir parce qu'il conçoit progressivement par lui-même.

16Dans les mesures aussi, la priorité revient au conçu sur le visible. On sait à quel point celles que Pascal fournit sont souvent insatisfaisantes : elles manquent généralement de précision, et on a pu montrer que les mesures de la pression atmosphérique dans les fragments du Traité du vide par exemple ne répondent pas à une observation effective, mais à une reconstitution théorique. Le contraste est frappant avec celles de Périer et celles du P. Mersenne, souvent d'une précision étonnante. En fait, Pascal cherche moins à donner des mesures précises qu'à fixer des constantes ou des rapports. La cinquième des Expériences nouvelles est significative. Un tube de 15 pieds de haut rempli d'eau trempe dans une cuve pleine de mercure. On y a glissé une corde, que l'on retire progressivement : l'eau prend à mesure la place laissée libre par la corde, mais en même temps, le mercure s'élève dans le bas du tube. Arrive un moment où la colonne de liqueur composée partie d'eau, partie de mercure, contrepesant la colonne d'air, un espace vide apparaît au sommet du tube.

  • 15 Sur ce rapport, voir MERSENNE, Hydraulica, Propositio XLVII, p. 186.

17La mesure que donne Pascal est parfaitement claire dans la théorie : “le vif-argent monte à proportion, jusques à ce que la hauteur du vif-argent, jointe à la quatorzième partie de la hauteur qui reste d'eau, soit de deux pieds trois pouces”. On connaît la mesure de deux pieds trois pouces, c'est la hauteur critique dans l'expérience de Torricelli. On sait aussi que l'eau est 14 fois moins pesante que le mercure15. Par conséquent, lorsque la colonne de liqueur composée d'eau et de mercure se disjoindra du haut du tube, elle sera nécessairement équivalente à une colonne de mercure de 2 pieds 3 pouces de mercure, ou de 32 pieds d'eau.

18Hauteur de mercure + 1/14 de la hauteur d'eau = 2 pieds 3 pouces de mercure

19Admettons que la colonne de mercure de Torricelli soit de hauteur a (soit 2 pieds 3 pouces). Celle de l'expérience de Pascal sera nécessairement moindre, puisqu'elle est dominée par de l'eau : supposons qu'elle soit d'une hauteur x. La colonne d'eau qui la surplombe sera donc égale à une colonne de mercure de hauteur (a - x) ; et comme le mercure est quatorze fois plus lourd que l'eau, la colonne d'eau sera égale à 14 (a - x).

  • 16 Je suppose dans ce qui suit que la longueur de 15 pieds n'englobe pas la portion du tube qui doit p (...)

20Mais cette mesure est inexploitable dans la pratique, car elle aboutit à une formule indéterminée tant que l'on ne se donne pas la longueur F du tube dans lequel on fait l'expérience, 15 pieds dans le texte.16 Au moment de la rupture, dans ce cas particulier, si x est la hauteur du mercure dans le tube, la hauteur d'eau au-dessus du mercure est (F - x). On aura donc

F = x + (F - x) = x + 14 (a - x)

15 pieds = 2 pieds 3 pouces + 14 (a - x)

21On en tire aisément la hauteur x du mercure, et par suite la hauteur (F-x) de l'eau au moment de la rupture. Mais si F est moindre que 15 pieds, la rupture ne se produira que si la hauteur de mercure est plus grande. Une mesure empiriquement précise serait donc sans intérêt ni utilité, alors que celle de Pascal est immédiatement compréhensible par le raisonnement. On ne s'adresse pas à l'œil comme on parle à l'esprit.

22Cependant, si Pascal renonce à la description exhaustive des phénomènes, il parvient pourtant à donner à son lecteur le sentiment de les examiner de manière complète et approfondie. Mais c'est par une autre technique : la multiplication des expériences, qui, quoique également schématiques, montrent le fait du vide sous des aspects tous différents les uns des autres. L'impression d'approfondissement de la réalité ne vient pas de la manière dont on scrute les détails, mais de la présentation du même phénomène sous des formes différentes : c'est alors la suite logique des expériences qui donne au lecteur l'impression qu'il appréhende complètement le fait du vide. L'avantage de cette technique, c'est que, si un récit circonstancié laisse toujours place à un doute sur l'achèvement de l'observation, elle donne au contraire la sensation que l'on domine le phénomène : lorsqu'on a vu le vide produit par la chute (Expérience de Torricelli et expérience 3) et par la montée d'une liqueur (expériences 1, 2 et 6), par la montée de deux liqueurs dans un tube (expérience 5), et la montée et la descente simultanées d'une liqueur dans un siphon (expériences 4, 7 et 8), on a le sentiment d'avoir envisagé le phénomènes sous tous ses aspects.

  • 17 II faudrait prendre le temps de montrer que la schématisation est l'une des opérations nécessaire d (...)

23Simplifier, schématiser, styliser pour parler à l'esprit et à l'imagination : la technique de Pascal est donc d'un écrivain autant que celle d'un savant.17

II. DRAMATISATION DE L'EXPÉRIENCE

24Mais du même coup se pose le problème technique de ce que Pascal appelle la déduction des expériences, autrement dit leur enchaînement.

  • 18 OC III, p. 390, § 1.
  • 19 C'est, d'après Schérer, La dramaturgie classique en France, p. 62, la définition de l'intrigue par (...)

25Au début de L'Esprit géométrique, Pascal définit la recherche de la vérité en ces termes : “On peut avoir trois principaux objets dans l'étude de la vérité : l'un, de la découvrir quand on la cherche ; l'autre, de la démontrer quand on la possède ; le dernier, de la discerner d'avec le faux quand on l'examine”18. C'est, remarquons-le au passage, le plan des Expériences nouvelles, où l'adresse Au Lecteur répond au premier moment, le récit des expériences au second, et l'Abrégé de la deuxième partie, les Propositions et la conclusion au troisième. Mais l'essentiel, c'est que la recherche n'apparaît pas ici comme une méditation soumise sur les écrits du passé, mais comme une action, qui se prête naturellement à la dramatisation. Les expériences de Pascal s'intègrent à “une combinaison de circonstances, et d'incidents, d'intérêts et de caractères, d'où résultent, dans l'attente de l'événement, l'incertitude, la curiosité, l'impatience, l'inquiétude”19, et à une progression dont le rythme soutient la lecture et la réflexion.

1. La suspension d'intérêt dans les écrits sur le vide

26Pascal sait créer l'attente par des techniques d'annonce et de retardement comparables aux obstacles de l'art dramatique.

27C'est le cas déjà lors des expériences de Rouen, pour ce que nous savons par le compte-rendu de Roberval, et les renseignements de première main fournis par Guiffart.

  • 20 OC II, p. 462
  • 21 Lettre de Baliani à Mersenne du 16 juillet 1647, MERSENNE, Correspondance, XV, p. 308, et trad. p.  (...)

28Pascal, en bon dramaturge, profite du bruit et des discussions causés par l'expérience de Torricelli parmi les savants20. Avec un admirable sens de la propagande, il en renforce l'effet en invitant la bonne société de Rouen “à se trouver là pour contempler des merveilles”. Ce dernier mot n'est pas hasardé : Baliani écrit à Mersenne que “faire l'expérience avec un tube rempli d'eau, haut de 30 pieds ou plus, me paraît (...) difficile”, et il avoue ne pouvoir “imaginer comment cela soit possible”21. Simultanément, pour exciter le désir de la recherche, Pascal pense à intéresser la partie : il convoque Pierius et ses partisans, leur demande leurs prévisions sur les résultats de l'expérience, pour mieux les confondre en la réalisant sous leurs yeux.

29Dans les Expériences nouvelles, les procédés sont différents, puisque Pascal supprime toute l'anecdote. Mais l'art de la suspension n'est pas moindre.

  • 22 Lettre de Ricci à Torricelli du 5 mars 1645, in MERSENNE, Correspondance, XIII, p. 392 ; TATON René (...)

30L'événement qui engendre la recherche, l'annonce de l'expérience barométrique en France, est monté en épingle22. Pascal souligne simultanément ce qu'elle a de décisif sur le fait du vide. Dans le Récit de la grande expérience, c'est l'expérience du vide dans le vide, aussi décisive à sa manière, qui sera proposée pour éveiller la curiosité : Pascal en dira aussi qu'à tout considérer, elle ne laisse aucune place au doute, mais que comme certains l'interprètent malgré tout à contresens, il est nécessaire de pousser plus loin la recherche. De ce fait, le désir d'en avoir le cœur net et l'impression d'être engagé sur la voie de la vérité donnent au lecteur l'impatience de voir la suite.

  • 23 OC II, p. 334.

31Dans le même sens joue le récit de ses réflexions par l'auteur : l'événement brut de l'expérience d'Italie n'est pas suffisant pour démarrer la recherche : Pascal recourt dans l'adresse Au lecteur à une forme rhétorique qu'il a déjà employée pour l'Avis nécessaire sur la machine arithmétique, et qu'il reprendra pour le Récit de la Grande Expérience : la combinaison d'une lettre privée et d'un avis adressé au lecteur en général23. Elle lui permet de paraître adresser une confidence sur ses nouvelles pensées. Dans les Expériences nouvelles, il indique que les phénomènes de raréfaction paraissent plaider en faveur du vide ; dans le Récit de la Grande Expérience, il commence en se demandant comment l'hypothèse de l'horreur du vide peut être compatible avec le caractère inanimé de la nature. Autant de raisons d'aller de l'avant.

32Mais en bon dramaturge, Pascal contrebalance ce premier volet par des obstacles : les raisons d'en rester là, stare decisis, comme on dit en droit. Là aussi, sa technique trahit un lecteur de Corneille.

33Quels sont les obstacles ? Ils sont d'abord extérieurs, tirés du spectacle que donnent les ennemis du vide. On aurait tort de les négliger : Descartes a opposé au vide des objections qui ne sont nullement méprisables. Mais dans les Expériences nouvelles, Pascal les présente comme le résultat de la prévention. Il a dû s'amuser de rétorquer à Descartes un reproche typiquement cartésien. Mais Descartes n'est pas seul de son avis, et la diversité des opinions des plénistes apparaît comme une marque de vanité : ce procédé deviendra dans les Pensées une véritable méthode pour attirer le lecteur à la recherche de la vérité. Cependant, par définition, présenter une opinion comme un préjugé revient à la présenter comme un obstacle artificiel, qui ne peut arrêter vraiment un amateur de la vérité. Aussi ces difficultés extérieures seraient-elles faibles si, suivant la règle qui veut que l'obstacle constitutif de l'action dramatique ne soit pas un accident purement extérieur, mais se dégage de la situation même, Pascal n'y joignait des obstacles intérieurs, intrinsèquement liés à la nature de la recherche. C'est d'abord la réticence qu'il ressent à admettre une opinion nouvelle sans expérience démonstrative qui contraigne à abandonner une doctrine approuvée par une longue tradition : “je n'estime pas qu'il nous soit permis de nous départir légèrement des maximes que nous tenons de l'antiquité, si nous n'y sommes obligés par des preuves indubitables et invincibles”. Cette fois, il ne s'agit pas d'un inconvénient insignifiant, même si l'on a l'impression que Pascal l'invoque de manière quelque peu rhétorique : c'est une règle fondamentale de la méthode, qui vise à empêcher les opinions bizarres s'imposent à l'aide d'expériences confuses, mal conçues et mal avérées. Elle prendra toute sa portée dans la Lettre au P. Noël et dans la XVIIIe Provinciale, à propos de l'hypothèse de Copernic, dont Pascal estime qu'elle n'a pas encore assez de preuves pour être considérée comme indubitable.

34Tiraillé entre ces deux tensions dont Pascal a soigneusement équilibré les forces, le lecteur souhaite d'un côté sortir d'incertitude, et d'autre côté, ne peut échapper au fait que les raisons manquent pour décider : trouvant autant de nécessité dans les idées anciennes qu'à l'hypothèse nouvelle, il reste dans l'indécision et l'incertitude. Il faut un événement décisif pour résoudre le conflit : une ou plusieurs expériences qui font sauter le pas. A Rouen, c'est l'expérience de la verrerie en présence de Pierius et de ses acolytes. Dans les Expériences nouvelles, toute une série de montages successifs avec des seringues, un soufflet, des tuyaux et des siphons, montrent à l'évidence la réalité du vide. Une fois de plus, on retrouvera la même technique dramatique à propos de l'horreur du vide, qui est définitivement écartée par l'expérience du puy de Dôme.

2. Dramatisation de la recherche

35On entre alors dans la deuxième phase : démontrer la vérité quand on la possède.

  • 24 Des remarques du même ordre s'appliqueraient de manière plus frappante encore à Sertorius.

36L'enchaînement des expériences sert à en faire admettre le caractère extraordinaire. Là encore, le procédé relève de l'art dramatique. On sait à quel point le don que fait Polyeucte de sa femme à Sévère a choqué les contemporains par son invraisemblance. Mais il faut aussi voir les précautions prises par Corneille pour le faire accepter et éviter toute méprise sur ses motifs. Les scènes dans lesquelles Polyeucte déclare son amour pour Pauline sont là pour exclure toute interprétation par l'indifférence. Ses efforts pour tenter de la convertir témoignent aussi du fait que, quelle que soit sa vocation au martyre, il n'ignore pas que son devoir de mari chrétien l'oblige à ne pas l'abandonner au paganisme et à la damnation. Que vaudrait d'ailleurs un martyre inspiré par le seul souci de son salut propre, au mépris de celui de la personne dont on a la responsabilité morale ? Mais la grande scène de l'acte IV est là aussi pour montrer à quel point Pauline est imperméable à toute argumentation en faveur de la conversion. Le don choquant que fait Polyeucte à Sévère tout extraordinaire qu'il paraisse, se comprend de lui-même : s'il offre sa femme en sa propre présence, c'est qu'à bout d'arguments, il agit de la seule manière possible pour que Pauline, blessée dans son orgueil d'être ainsi traitée en vulgaire marchandise conjugale, n'aille jamais, après sa mort, épouser son ancien amant et mourir dans le paganisme. Là où la raison échoue, il doit user du gant de crin. Et il faut croire qu'il connaît bien sa femme, puisqu'après son départ les galanteries de Sévère sont fort mal reçues, et que la conversion de Pauline suit peu après.24

37Ce procédé est précisément celui des Expériences nouvelles touchant le vide. A lui seul, le lieu où se déroule l'expérimentation témoigne d'un sens sûr de la mise en scène : Pascal “choisit un jour, un lieu très vaste que lui fournit la cour de la Verrerie”, endroit dont les dimensions, le décor et la machinerie fournissaient des moyens assurément supérieurs à tout ce qui pourrait se trouver ailleurs. Quant aux expériences, elles ont toutes un caractère extraordinaire, soit par leur dimension, soit par les effets qui y paraissent. Mais les circonstances font admettre l'extraordinaire que l'on rejetterait s'il était présenté tout seul. Le lecteur serait peut-être moins disposé à admettre les expériences qui demandent des dispositifs de quinze, quarante-six et cinquante pieds, si elles n'étaient pas préparées par d'autres analogues, mais de dimensions plus réduites. Il ne comprendrait peut-être pas que l'eau ne monte que jusqu'à la hauteur de trente-deux pieds, comme Galilée l'a observé avec les fontainiers de Florence, si on ne lui avait d'abord montré un effet semblable avec du mercure dans l'expérience de Torricelli. L'observation du vide sur un dispositif dont la dimension restreinte permet au lecteur d'aborder et d'admettre par analogie un effet analogue, mais plus extraordinaire par sa démesure ; et comme il peut vérifier sans trop de peine l'étanchéité du tube de Torricelli, il est moins tenté d'attribuer l'apparition du vide dans le grand tuyau à un dysfonctionnement qui serait passé inaperçu en raison de ses dimensions énormes. De la même manière, l'expérience 4 réalisée avec un siphon plein de mercure, associée à l'expérience 5 faite avec un tuyau de 15 pieds plein d'eau dans lequel se trouve une corde, prépare celle que Pascal propose en dernier, avec un gigantesque siphon de cinquante pieds plein d'eau et une corde : et là encore, la préparation vise à faire admettre le surgissement du vide dans cet énorme siphon, en le rapportant à des expériences qui servent à l'interpréter. Chaque expérience accrédite ainsi les autres dans la mesure où, tout en préservant leur caractère extraordinaire, elle fournit au lecteur les éléments nécessaires pour les interpréter convenablement.

  • 25 OC II, p. 1099.
  • 26 On notera tout de même que ces dimensions énormes posent le problème de l'usage des modèles réduits (...)
  • 27 Voir DESCOTES Dominique, “Le vide dans le vide”, à paraître dans XVIIe siècle.

38D'ailleurs, cette volonté de spectaculaire n'est pas un ornement gratuit. L'effet publicitaire se concilie avec la recherche scientifique : on sait que, dans l'esprit de Pascal, pour que des expériences puissent conduire à dégager de nouveaux principes, elles doivent nécessairement sortir des limites des expériences antérieures. Ce qu'il reproche à Héron, aux artisans et aux philosophes, c'est de n'avoir pas poussé les épreuves assez loin : “car s'ils avaient essayé d'attirer l'eau seulement à 40 pieds, ils l'auraient trouvé impossible ; mais c'est seulement qu'ils ont vu des pompes aspirantes et des siphons de six pieds, de dix, de douze, qui ne manquaient point de faire leur effet, et ils n'ont jamais vu que l'eau manquât d'y monter dans toutes les épreuves qu'il leur est arrivé de faire. De sorte qu'ils ne se sont pas imaginé qu'il y eût un certain degré après lequel il en arrivât autrement (...). Et ainsi, tirant une conséquence de ce qu'ils voyaient à ce qu'ils ne voyaient pas, ils ont donné l'un et l'autre pour également véritable”.25 Pascal s'en prend ainsi à la conception de la science qui en fait un pur produit d'érudition : les savants qui se contentent de réfléchir sur les expériences qui ont été faites dans l'antiquité, n'ont guère de chance de trouver du nouveau. Pour trouver du neuf, il faut effectuer des expériences à des échelles inconnues, avec des tubes de 12 mètres, des seringue de plus de 4 pieds, et des siphons de 50 pieds, ou mobiliser carrément toute une montagne, comme dans l'expérience du puy de Dôme contre l'horreur du vide.26 D'ailleurs il inverse parfois le procédé : dans le Récit de la Grande expérience, par exemple, la réflexion initiale repose sur l'expérience du vide dans le vide que Pascal évoque rapidement. Elle présente des difficultés dues à la dimension du dispositif qu'elle nécessite : comme l'indique La Pesanteur de la Masse de l'air, faute de pouvoir annuler la pression en ôtant “tout l'air de la chambre où l'on fera cette épreuve”, il faudrait s'élever “jusqu'au haut de l'extrémité de l'air”, c'est-à-dire au-dessus de la couche atmosphérique.27 Pascal substitue donc à cette expérience que son énormité rend impossible, l'expérience du Puy de Dôme, gigantesque à l'échelle humaine, mais tout de même moins que l'originale.

  • 28 Pensées, Laf. 737, Sel. 617.
  • 29 En dehors naturellement de celles qui indiquent des mouvements scéniques particulièrement complexes (...)
  • 30 Voir le débat sur Auguste qui a eu lieu dans XVIIe siècle il y a quelques années.

39Le caractère dramatique de la recherche en est d'autant plus visible que, pour préserver le choc des faits dans leur évidence immédiate, Pascal évite de lier ses Expériences nouvelles par la moindre argumentation. Leur suite parle d'elle-même ; plus exactement, en vertu du principe rhétorique que l'on se “persuade mieux, pour l'ordinaire, par les raisons qu'on a soi-même trouvées, que par celles qui sont venues dans l'esprit des autres”, il laisse au lecteur le soin de tirer tout seul de leur ordre les conclusions qu'il comporte.28 C'est encore une technique proche de la dramaturgie cornélienne. Au théâtre, l'auteur n'a pas les ressources du romancier qui peut commenter les actions de ses personnages et expliquer leurs pensées secrètes, même s'ils mentent ou se trompent sur eux-mêmes. Les didascalies sont rares dans le théâtre classique29. En dehors de certains artifices souvent dénoncés comme difficilement supportables, l'a parte, le monologue et le dialogue avec un confident, il n'est pas possible d'ajouter un commentaire à l'actio des comédiens. L'auteur ne peut pourtant pas laisser le spectateur libre d'interpréter à l'aventure la conduite de ses personnages, surtout lorsque, comme c'est le cas pour Corneille, il joue du ressort de l'extraordinaire, ou imagine des personnages qui dissimulent leur pensée. On sait d'ailleurs quelles controverses ont suscitées les actes de certains personnages cornéliens : on discute encore aujourd'hui sur les motifs de la clémence d'Auguste, de la conversion de Félix ou du ralliement d'Arsinoé.30

40Au théâtre, pour que le spectateur soit mis en état de comprendre sans que l'auteur ait à s'expliquer, il n'y a guère que la technique qui consiste à user des événements pour permettre au spectateur d'exclure certaines motivations, jusqu'à ce qu'il soit par sa propre réflexion conduit à la vérité. A cet effet, Corneille use beaucoup des parallèles, des répétitions, des concordances et des inversions. Par exemple dans Cinna, pour permettre de saisir si la clémence d'Auguste doit être interprétée comme un calcul politique ou comme une décision généreuse et héroïque, il a prévu de la faire précéder par une scène qui permet d'éliminer un terme de l'alternative : celle dans laquelle Livie propose de pardonner par intérêt ; le refus brutal d'Auguste indique au spectateur qu'il faut chercher ailleurs les raisons du pardon final. La comparaison de conduites parallèles permet aussi de comprendre par contraste la nature des personnages. Corneille en joue habilement dans Rodogune. Les deux princes Antiochus et Séleucus sont confrontés à la même exigence de la part de Cléopâtre et de Rodogune, chacune réclamant la tête de l'autre. Les événements indiquent au spectateur l'erreur à ne pas commettre : celle de Séleucus, qui, après avoir entendu les deux propositions, en conclut que ces deux femmes sont ejusdem farinae, et du coup abandonne la partie. Mais ensuite les prières d'Antiochus obtiennent de toutes deux le retrait de leur demande. Le spectateur est alors conduit à nuancer son évaluation. Dans le cas de Cléopâtre, criminelle endurcie, il comprend vite que le retrait est purement tactique, et annonce de nouveaux attentats. Mais pour Rodogune il en va autrement. Il faut être critique littéraire pour croire aux motifs que Corneille lui fait alléguer a posteriori, prétextant qu'elle a voulu instituer un concours entre les deux princes sans espérer qu'ils passent à l'acte. En fait, si elle a demandé la tête de Cléopâtre, c'est bien parce qu'elle la voulait sous l'empire de l'indignation et de la crainte, ne voyant d'autre issue au piège mortel où elle était prise. Que, lorsque Antiochus, lui promet de la protéger, elle revienne sur une demande dont elle connaît l'infamie, qu'elle soit reconnaissante à la “douceur” du prince d'avoir adouci les choses, que pour faire oublier et oublier elle-même sa proposition, elle invente a posteriori un prétexte baroque de concours de générosité, cela prouve seulement que Rodogune n'est pas foncièrement criminelle, qu'elle a été sur le point de le devenir sous la pression des événements, mais qu'Antiochus l'a préservée de devenir une seconde Cléopâtre. Les deux figures de femmes s'interprètent donc l'une par l'autre.

41L'ensemble des Expériences nouvelles forme un réseau serré qui comporte échos, répétitions et correspondances : on y trouve des expériences avec des seringues, avec des tuyaux, des siphons et des cordes. Les comparaisons et les différences guident l'interprétation par élimination graduelle des hypothèses. Par exemple, la première expérience où le vide apparaît lorsque doigt bouche la seringue, et l'expérience 6 où l'extrémité de la seringue est immergée dans le mercure, servent à exclure conjointement deux hypothèses : l'apparition du vide ne peut être attribuée au fait que le doigt obstrue mal les interstices de la seringue, puisqu'il n'intervient pas dans la seconde, mais ne peut être imputé à une porosité spécifique de la liqueur, puisque dans la première, le doigt y fait obstacle, et que de toute façon, si l'air entrait dans le corps de la seringue, on le verrait traverser la liqueur de la cuve par petites bulles.

42Dans un autre ordre d'idées, l'expérience 3 par exemple, avec un tube rempli d'une liqueur, élevé à la verticale, au sommet duquel apparaît un espace vide, comporte un élément de répétition : comme l'expérience de Torricelli, elle montre le vide engendré par la chute d'une liqueur dans un tuyau. Mais elle comporte aussi des nouveautés : la dimension du tuyau, haut de 46 pieds, alors que celui de Torricelli n'en mesure que 4 ; d'autre part, la nature de la liqueur : l'eau et non plus le mercure. La conclusion qui s'impose, c'est que la hauteur à laquelle le vide apparaît dépend de la nature de la liqueur, mais non pas l'apparition du vide elle-même.

  • 31 Les Pneumatiques d'Héron d'Alexandrie, Livre II, éd. G. Argoud et J.-Y. Guillaumin, p. 48 sq.

43Pascal semble d'ailleurs se plaire à inventer des dispositifs précisément inverses les uns des autres, de même que Corneille joue sur les oppositions de situations. Le procédé n'est pas sans précédent : il a peut-être été inspiré par le siphon inversé de Héron d'Alexandrie, encore appelé le siphon cavalier, qui diffère du siphon ordinaire par le fait qu'au lieu que les deux jambes soient disjointes, l'une d'elles est incluse dans l'autre.31

44On en retrouve l'équivalent dans les deux versions de l'expérience du vide dans le vide, celle du Récit de la Grande expérience où l'un des tuyaux est inclus dans l'autre, et celle de La Pesanteur de la masse de l'air, où les deux tubes sont placés dans le prolongement l'un de l'autre, de manière à n'en former qu'un seul.

45Parmi les Expériences nouvelles, Pascal imagine dans la cinquième une seringue paradoxale, retournée comme un gant, grâce au tuyau bouché par en haut, où une corde glissée tient lieu de piston qui fonctionne de haut en bas : alors que dans une seringue ordinaire, l'ouverture et le trou par lequel passe le piston sont aux extrémités opposées, en haut et en bas, dans ce cas ils se trouvent tous deux du même côté, en bas du dispositif.

  • 32 ROBERVAL, Traité de mécanique, Axiome II, p. 2.
  • 33 Sur la notion de raison des effets, voir Courrier du Centre International Blaise Pascal, no 20, 199 (...)
  • 34 La reconnaissance est un procédé dramatique ordinaire, mais aussi un procédé de l'écriture mathémat (...)

46Il en résulte que l'apparition du vide n'est pas liée à une force plutôt qu'à une autre, qu'elle peut être engendrée aussi bien par une traction exercée de bas en haut que de haut en bas, bref que, comme “il faut autant de force ou de puissance pour pousser, que pour tirer, résister, arrêter, appuyer, soutenir, et pour retenir, pourvu que ce soit par les mêmes distances, et par les mêmes lignes de direction”32, on obtient le vide par toutes sortes de moyens. La progression des expériences varie avec l'objet de la démonstration. Dans les Expériences nouvelles, elle est graduelle, afin d'accoutumer le lecteur au fait du vide en lui en découvrant les différents aspects. Partant de l'expérience de Torricelli, déjà connue et au fond relativement simple, toute surprenante qu'elle soit, elle va d'un effet relativement familier, celui de la seringue qu'une liqueur emplit entièrement, à un tuyau puis à un siphon de dimensions extraordinaires, avec des dispositifs de plus en plus complexes. La progression maintient le suspens, jusqu'à la conclusion. Mais pour le Récit de la grande expérience, comme la question n'est pas la même, Pascal préfère un autre rythme. Il ne s'agit plus du fait du vide, qui est supposé acquis ; mais de la raison des effets. Il ne s'agit plus de scruter les différents aspects de l'espace vide, mais de passer des effets visibles à leur raison invisible.33 Une démonstration frappante s'impose d'autant plus qu'autour de Pascal, plusieurs savants partisans du vide sont à l'époque en train de réviser leurs positions : après avoir nié dans sa première Narration l'explication par la raréfaction de l'air dans le tube barométrique, Roberval est revenu à cette hypothèse, en s'appuyant sur l'expérience de la vessie de carpe, qui montre la présence d'un résidu d'air dans le vide apparent. L'élimination d'une fausse cause pour établir la vraie suppose une dramaturgie différente de celle des Expériences nouvelles : il ne s'agit plus d'enquêter méthodiquement, l'opération ne peut s'effectuer par le biais d'une série d'actions successives. Pascal veut couper une fois pour toutes l'herbe sous le pied des négateurs du vide en dévoilant la raison de la suspension du mercure du tube barométrique dans l'équilibre avec la colonne d'air. Il dévoilera donc la vérité par le biais d'une reconnaissance.34

  • 35 ZUBER Roger et CUENIN Micheline, Littérature française, 4, Le classicisme, Arthaud, Paris, 1984, p. (...)

47Sa technique se rapproche alors de celle de Racine, dont il n'en a évidemment pas subi l'influence, mais qu'il a en revanche fortement marqué. C'est bien le dramaturge que Racine admire dans l'auteur des Provinciales. Peut-être-a-t-il lu aussi, sinon les grands traités de physique, du moins le Récit de la Grande Expérience ? Dans la plupart de ses pièces, “tout se résout à une question centrale”, qui résume la suspension d'intérêt : “Iphigénie sera-t-elle immolée ? Le coup de force de Néron sera-t-il admis ? La conspiration d'Acomat aboutira-telle ?”35. Dans le Récit de Pascal, la question est aussi réduite à un dilemme : ou bien l'horreur du vide, ou bien la pression de l'air, tertium non datur. Ce n'est pas que d'autres hypothèses ne soient concevables, mais dans l'état de la question, ce n'est pas le cas. De chacune il tire les conséquences : si la nature a horreur du vide, cette horreur doit être invariable ; si l'air pèse, la pression doit varier avec l'altitude.

48Dans la tragédie racinienne, la situation initiale se présente toujours comme une situation sur le fil du rasoir, mais bloquée en équilibre instable depuis longtemps : depuis un an dans Andromaque, deux ans dans Britannicus, et jusqu'à cinq ans pour Bérénice. Elle pourrait s'éterniser, sans pour autant se stabiliser : le jeu qui consiste, pour Pyrrhus, à menacer Andromaque de livrer Astyanax, et pour Andromaque à pleurer jusqu'à ce que Pyrrhus renonce à exécuter sa menace, pourrait durer encore longtemps ; c'est presque devenu un modus vivendi. Mais un événement intervient qui interdit désormais le compromis, rend la procrastination intenable et la menace soudain mortelle : à partir du moment où Oreste, quelles que soient ses arrière-pensées, a réclamé au nom des Grecs Astyanax, l'indécision est devenue impossible : il faut décider pour ou contre. Chez Pascal, la technique est à peu près analogue. L'hésitation entre les hypothèses rivales dure depuis longtemps, sans qu'une expérience décisive ait permis de les départager. La théorie de la pression atmosphérique est celle que les observations et le bon sens paraissent imposer, mais de fortes résistances s'y opposent. L'élément qui permet de donner l'espoir d'une résolution, c'est la réalisation de l'expérience du vide dans le vide, et la possibilité donnée par le séjour de Périer en Auvergne d'effectuer une expérience sur un site d'une altitude exceptionnelle.

49Mais l'habileté du dramaturge consiste à retarder la décision jusque pendant le déroulement des événements. Avant l'instant critique, toutes les actions sont insuffisantes pour résoudre le conflit, et surtout toutes sont réversibles : Néron fait bien arrêter Britannicus, mais ensuite il le fait libérer ; les rencontres successives de Bérénice et de Titus, durant les cinq actes que dure la pièce, échouent les unes après les autres, et chaque fois, l'héroïne comprend un peu moins, ou s'égare un peu plus. Pascal procède un peu de la même manière : tout dans la structure du Récit tend à faire attendre la solution du doute proposé dans les premières lignes. La Lettre de Monsieur Pascal le Jeune à Monsieur Périer du 15 novembre 1647 tient soigneusement le lecteur en haleine en insistant sur “la difficulté (qui) se trouve d'ordinaire jointe aux grandes choses”, et la possibilité de l'échec. L'insertion même de la réponse et de la pittoresque relation de Périer, avec toutes ses circonstances, contribue à prolonger le plaisir de l'action. Il faut, pour se rendre sensible au procédé par contraste, se reporter à La Pesanteur de la masse de l'air, où Pascal présente l'expérience du ballon à demi gonflé d'air et élevé sur le flanc d'une montagne en quelques lignes, et sans aucun ornement narratif.

50La résolution du dilemme s'effectue en un coup, par un événement décisif : dans Britannicus, à partir du moment où Néron fait empoisonner son frère, tout est résolu, le problème de la succession au trône comme celui de la tyrannie d'Agrippine. Un seul crime libère le monstre naissant. De la même manière, le Sortez de Roxane liquide une fois pour toutes une situation qui, de l'avis unanime, n'a que trop duré. Pour la question de l'horreur du vide, la catastrophe se produit le jour où Périer gravit le puy de Dôme et constate la variation de la colonne de mercure. Comme tout a été disposé d'avance, et que deux hypothèses ont été soigneusement exposées, que le type d'observation qui peut les départager a été expliqué, que l'expérience préalable du vide dans le vide a pour ainsi dire tracé la voie, une expérience décisive suffit.

  • 36 OC II, p. 687-688 et 1101.

51Après quoi, le retour en arrière est impossible. Là encore, la comparaison avec la tragédie s'impose : une fois Bajazet sorti, le complot d'Acomat a définitivement échoué ; une fois Britannicus mort, Néron est définitivement lancé sur la voie du crime, et Agrippine a bien raison de prévoir qu'il ne pourra faire autrement que de l'assassiner. Pascal n'est pas moins clair sur le caractère décisif de l'expérience de Périer : “cette relation”, écrit-il, “ayant éclairci toutes mes difficultés, je ne dissimule pas que j'en reçus beaucoup de satisfaction”, et “je ne fais plus de difficulté” de soutenir un principe inconnu jusque-là, que la nature ne fait aucun effort pour éviter le vide, “que tous les effets qu'on a attribués à cette horreur procèdent de la pesanteur et pression de l'air ; qu'elle en est la seule et véritable cause”. Quelques années plus tard, les mêmes accents reviendront dans la Conclusion des traités d'hydrostatique, assortis d'un défi lancé à “tous les disciples d'Aristote”.36 Une ère nouvelle de la recherche s'ouvre, le temps de la synthèse générale du Traité de l'équilibre des liqueurs.

  • 37 Il est vrai que, comme on sait, le témoignage du P. Chastin a quelque chose de bizarre, la constanc (...)

52Si l'on voulait pousser jusqu'au bout la comparaison, il faudrait aussi insister sur l'art pascalien de l'unification de l'action. Il y a dans le texte du Récit de la Grande Expérience une action secondaire subordonnée à la principale : pendant que Périer gravit la pente du puy de Dôme, le P. Chastin reste à Clermont, qui observe un tube en expérience continuelle, pour vérifier la constance de la colonne de mercure.37 A la fin du Récit, les deux expériences concourent à la résolution du problème, comme les différentes actions d'une tragédie convergent vers son dénouement.

  • 38 HEMPEL Carl G., Eléments d'épistémologie, Armand Colin, Paris, 1972, p. 39 sq. DUHEM Pierre, La thé (...)
  • 39 Voir l'article Expérience de R. Halleux dans La science classique, Flammarion, 1998, p. 511 sq.

53Ces rapprochements entre la méthode du physicien et l'art du dramaturge peuvent surprendre aujourd'hui. Nous sommes accoutumés à disjoindre la recherche scientifique de l'agrément de la lecture, et un siècle de réflexion épistémologique nous a appris à penser une expérience comme celle du puy de Dôme dans des termes plus abstraits, comme ceux qui caractérisent une expérience cruciale : “soient H1 et H2 deux hypothèses rivales qui s'appliquent au même objet et qui ont été testées expérimentalement avec un égal succès, de sorte que les éléments dont on dispose ne permettent pas de décider en faveur de l'une ou de l'autre. On pourra trancher entre ces deux hypothèses si l'on parvient à mettre au point une expérience particulière qui donne d'après H1 et d'après H2 des résultats opposés ; en d'autres termes, si, un certain nombre de conditions C étant remplies par le test, la première hypothèse entraîne l'implication : “Si C, alors El”, et la seconde “Si C, alors E2, El et E2 étant des résultats mutuellement exclusifs. La réalisation d'un test approprié conduira donc probablement à réfuter l'une des hypothèses et à corroborer l'autre”.38 Le récit de l'expérience du puy de Dôme répond bien à cette structure, mais avec le plaisir littéraire en sus. Cependant il faut bien voir que les classiques ne disposaient pas encore de cette phraséologie abstraite, et qu'ils n'avaient pas encore parfaitement mis au point les procédés d'une méthode expérimentale encore dans ses premiers pas39. Pascal saura du reste formuler lui-même ces procédés en termes rigoureux dans les Lettres au P. Noël et à Le Pailleur, et sur d'autres points dans L'Esprit géométrique. Cependant, pour concevoir ces techniques, il a bien fallu en trouver les modèles dans des sources d'inspiration tirées de la culture contemporaine. Chez Pascal, la marque de l'art dramatique n'est pas surajoutée à la méthode, elle répond à une certaine conception de la recherche et de la manière de la communiquer. Le style de Pascal n'est donc pas dissociable de sa pensée épistémologique, et l'on se condamne à ne comprendre ni l'un ni l'autre si on les envisage séparément. Du reste, sur un plan plus général, que la rhétorique du théâtre ait fécondé l'invention des règles d'une méthode alors dans sa jeunesse ne manque pas d'être éclairant sur la genèse de l'esprit classique.

Notes

1 Je laisse de côté L'équilibre des liqueurs et La pesanteur de la masse de l'air, qui sont plus tardifs et relèvent de modèles littéraires différents. Voir là-dessus DESCOTES D., ”Aspects littéraires des œuvres de Pascal sur le vide et l'hydrostatique”, in Equinoxe 6, Rinsen Books, Kyoto, 1990, p. 31-48.

2 OC II, p. 501

3 RACINE, Œuvres, Pl., II, p. 29. Je montre dans Rhétorique et géométrie, à paraître, comment c'est aussi, sous des formes différentes, le cas en mathématiques.

4 Voir, sur ce point, DESCOTES D., ”Fonction argumentative de la satire dans les Provinciales de Pascal”, in L'Esprit de la satire, Narr-Place, 1979, p. 43-66.

5 C'est même ce qui fait, selon Corneille, l'originalité du théâtre par rapport au roman, où la liberté du genre permet aux auteurs d'écrire à peu près n'importe quoi.

6 OC II, p. 501.

7 D'autres en font plus de cas ; voir par exemple le passage des Reflexiones de Mersenne, cité dans OC II, p. 487.

8 OC II, p. 352. Ce sera d'ailleurs l'un des soucis les plus désespérants des inventeurs de la pompe à vide de ne jamais parvenir à s'assurer complètement de l'étanchéité de la machine.

9 Résolution des Expériences nouvelles, p. 47 sq.,

10 Ce sera aussi par la suite celui des Provinciales.

11 P. 183, Propositio XLV.

12 Résolution des Expériences nouvelles, p. 25 sq.

13 OC II, p. 429 : Guiffart emploie cette observation, faite avec du mercure, pour soutenir la réalité du vide : “s'il y avait de l'air au-dessus de la sarbatane”, le mercure “n'aurait nullement la liberté de remonter plusieurs fois, autrement il faudrait que l'air se retirât ailleurs, à mesure que le vif-argent monterait, et rentrât au-dedans à mesure qu'il descendrait, et néanmoins on ne voit point la sarbatane se rompre pour empêcher ce vide”. WALLIS John, De Gravitate..., § 12, p. 715. Voir la lettre de Mersenne aux amis de Galilée du 1er juillet 1643, in MERSENNE, Correspondance, XII, p. 225, éclaircissement, note 3 ; DE WAARD, L'expérience barométrique..., p. 108 et p. 134. Discussions sur l'origine des bulles : p. 134-135. OC II, p. 608-609 ; GEF II, p. 72, et p. 288 et 328, Seconde narration de Roberval.

14 C'est même peut-être pourquoi il n'a pas usé de la première version de l'expérience du vide dans le vide : une partie du processus passe inaperçu, parce que le tube étant rempli de mercure, on ne peut voir à travers cette liqueur non transparente.

15 Sur ce rapport, voir MERSENNE, Hydraulica, Propositio XLVII, p. 186.

16 Je suppose dans ce qui suit que la longueur de 15 pieds n'englobe pas la portion du tube qui doit plonger dans le mercure de la cuve.

17 II faudrait prendre le temps de montrer que la schématisation est l'une des opérations nécessaire de la dramaturgie, particulièrement classique. La plus courte expérience pratique du théâtre suffit pour le savoir.

18 OC III, p. 390, § 1.

19 C'est, d'après Schérer, La dramaturgie classique en France, p. 62, la définition de l'intrigue par Marmontel.

20 OC II, p. 462

21 Lettre de Baliani à Mersenne du 16 juillet 1647, MERSENNE, Correspondance, XV, p. 308, et trad. p. 309.

22 Lettre de Ricci à Torricelli du 5 mars 1645, in MERSENNE, Correspondance, XIII, p. 392 ; TATON René, “L'annonce de l'expérience barométrique en France”, Revue d'Histoire des sciences, XVI, 1963, p. 77-83 ; DE WAARD Cornélis L'expérience barométrique, p. 117 sq.

23 OC II, p. 334.

24 Des remarques du même ordre s'appliqueraient de manière plus frappante encore à Sertorius.

25 OC II, p. 1099.

26 On notera tout de même que ces dimensions énormes posent le problème de l'usage des modèles réduits et agrandis en matière technique et de la correspondance entre les dispositifs à petite et à grande échelle ; Galilée en a discuté dans le Discours, éd. Clavelin, p. 7, et Mersenne s'en est fait l'écho dans, Les nouvelles pensées de Galilée, éd. Costabel et Lerner, I, p. 2 sq., et II, p. 143.

27 Voir DESCOTES Dominique, “Le vide dans le vide”, à paraître dans XVIIe siècle.

28 Pensées, Laf. 737, Sel. 617.

29 En dehors naturellement de celles qui indiquent des mouvements scéniques particulièrement complexes, comme ceux de Clitandre I, 7, ou IV, 1, ou des tragédies à machines. Racine supplée à la rareté des didascalies par un procédé qui consiste à inclure les indications nécessaires pour le jeu des comédiens dans le discours des partenaires, qui servent de contexte.

30 Voir le débat sur Auguste qui a eu lieu dans XVIIe siècle il y a quelques années.

31 Les Pneumatiques d'Héron d'Alexandrie, Livre II, éd. G. Argoud et J.-Y. Guillaumin, p. 48 sq.

32 ROBERVAL, Traité de mécanique, Axiome II, p. 2.

33 Sur la notion de raison des effets, voir Courrier du Centre International Blaise Pascal, no 20, 1998.

34 La reconnaissance est un procédé dramatique ordinaire, mais aussi un procédé de l'écriture mathématique. Voir ROSTAND François, Procédés de la pensée mathématique, Cahiers d'Histoire et de Philosophie des Sciences, 11, 1985, et DESCOTES D., Rhétorique et géométrie, à paraître.

35 ZUBER Roger et CUENIN Micheline, Littérature française, 4, Le classicisme, Arthaud, Paris, 1984, p. 293.

36 OC II, p. 687-688 et 1101.

37 Il est vrai que, comme on sait, le témoignage du P. Chastin a quelque chose de bizarre, la constance de la colonne de mercure se conciliant difficilement avec l'inconstance météorologique signalée au début de la Relation.

38 HEMPEL Carl G., Eléments d'épistémologie, Armand Colin, Paris, 1972, p. 39 sq. DUHEM Pierre, La théorie physique. Son objet - sa structure, éd. P. Brouzeng, Vrin, Paris, 1989, p. 285 sq., estime en revanche que l'experimentum crucis est impossible en physique.

39 Voir l'article Expérience de R. Halleux dans La science classique, Flammarion, 1998, p. 511 sq.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Légende Figure 4
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Figure 5
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Figure 6
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7581/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search