Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Enseignement des mathématiques et de la philosophie naturelle au Collège de Rouen (première moitié du XVIIe siècle)

Antonella Romano

Texte intégral

1En préambule, il importe de cerner précisément la nature et la fonction de cette communication, ainsi que le point du vue que j’y adopte. Alors que ce colloque réunit les principaux représentants de la famille des “pascaliens”, le choix délibéré d’un angle d’approche qui privilégie le lieu invite à interroger explicitement celui qui est convoqué ici, Rouen, ce qui rend particulièrement intéressantes les contributions des historiens, qui jalonnent ce volume. Mon rapport au lieu est cependant différent du leur, dans la mesure où je ne suis pas spécialiste de Rouen : l’inscription locale de mon interrogation s’opère depuis un autre objet, la Compagnie de Jésus qui, en tant qu’institution culturelle jouissant d’une position centrale dans la société française d’Ancien Régime, a été amenée (et certains épisodes de cette histoire sont fort bien connus aujourd’hui) à rencontrer la philosophie et les travaux de Pascal. Il n’est donc pas question ici de parler des jésuites face à Pascal, mais de poursuivre une réflexion que j’ai entamée ailleurs sur l’articulation, au sein de l’institution, du central et du local, dans le cadre d’un processus d’élaboration normative fondé sur l’échange incessant entre centre et périphéries. Dans cette optique, mon enquête a porté sur le collège jésuite de Rouen en tant qu’il aurait pu être le lieu par lequel s’est posée, à la Compagnie, le problème Pascal, sur le terrain mathématique et/ou philosophique. Je me proposais d’étudier le contexte culturel et scientifique de Rouen dans les années 1640, en partant de l’hypothèse assez attendue pour des historiens de la culture et de l’éducation, que parmi les différents lieux et milieux susceptibles d’animer la capitale normande du point de vue de la pratique, du débat et de la diffusion scientifiques, le collège jésuite de Bourbon devait constituer un des principaux foyers, sinon le lieu par excellence, de cette activité.

Le collège de Bourbon dans le dispositif éducatif jésuite du Royaume

  • 1 M. Mollat, Collège de Bourbon et lycée Corneille, notes de bibliographie et d’histoire, Société lib (...)
  • 2 Avec la réouverture de celle de Paris, en 1618, on compte ainsi deux chaires de mathématiques dans (...)

2Il n'existe pas de monographie consacrée au collège de Rouen, exception faite du long article de M. Mollat, publié en 19421. Cette lacune est d’autant plus regrettable que l'établissement normand constitue, dans la période qui nous occupe, l'un des plus importants, sinon le premier collège jésuite par le nombre de ses élèves. Malgré des discussions engagées dès 1565 par le cardinal de Bourbon avec le général Francisco de Borgia, le collège n’est fondé que trente ans plus tard, en 1593, au moment même où celui de Paris doit fermer ses portes, à la suite de l'attentat de Jacques Chastel et de la décision du Parlement de Paris d’interdire les établissements jésuites dans les limites de son ressort. À sa suite, le Parlement de Normandie prend la même décision si bien que l'ouverture des classes du collège n’intervient véritablement que dix ans plus tard, en 1603, au moment de la promulgation de l’édit de restauration de la Compagnie en France : par ce même édit, Henri IV fonde le collège royal de La Flèche dont la chaire de mathématiques commence à fonctionner à la fin de la décennie2.

  • 3 Voir ARSI, Franc. 31, fol. 511, Franc. 32, fol. 42 et F. de Dainville, L’éducation des Jésuites, XV (...)
  • 4 ARSI, Franc. 1, fol. 128, 130, 141, 144.
  • 5 La division administrative du royaume s’opère progressivement entre l’entrée de la Compagnie en Fra (...)
  • 6 ARSI, Franc. 32, fol. 562 et suivants.

3L'ouverture du collège de Rouen est relatée par les sources jésuites comme un véritable succès : dès la première année, en 1604, on compte 1 800 élèves répartis entre sept classes ; l’année suivante, le nombre de 2 000 est atteint3 ; en 1627, parmi les 1 960 écoliers, on compte plus de deux cents inscrits en classes de philosophie : 54 en physique, 150 en logique, soit environ 10 % du public scolaire total. Ces chiffres valent pour toute la première moitié du XVIIe siècle (le catalogue de 1644 recense 1 800 inscrits4) et confirment l’importance de l'établissement au cœur du dispositif éducatif de la province jésuite de France5 qui se compose ainsi : en 1627, 12 565 élèves se répartissent entre les collèges de Eu, Amiens, Caen, Rouen, Paris, Alençon, Rennes, Quimper, La Flèche, Blois, Orléans, Bourges, Nevers, Moulins6.

  • 7 Voir M.-M. Compère et D. Julia, op. cit., p. 565-567.
  • 8 Ibid., p. 576.

4Par rapport à la cité normande, cette importance est considérable puisque aucun autre établissement n’est ouvert de manière durable dans la ville : le collège des Bons-Enfants, centré sur l'enseignement des humanités, cesse de fonctionner en 16187 ; le collège archiépiscopal, fondé par l’archevêque François de Harlay, n'ouvre des classes qu’entre 1641 et 16488. Quant au séminaire de Joyeuse, il est lui aussi entre les mains de la Compagnie. On peut donc parler d’une situation de monopole éducatif jésuite à Rouen, ce qui permettait d’alimenter l'hypothèse de la haute qualité de la formation philosophique et scientifique dispensée dans les classes et de l’existence, autour de ces classes de philosophie, d’un milieu susceptible d’être intéressé par les travaux de Pascal.

  • 9 Cette assertion vaut pour tout l’Ancien Régime, comme les travaux de F. de Dainville le montrent ne (...)
  • 10 Sur cet aspect, voir la dernière version de la Ratio, § 213 : “Le cycle de philosophie ne durera pa (...)

5Or, avant même de chercher à reconstituer avec précision l'état des enseignants dans les disciplines philosophiques pour la décennie 1640, il faut formuler un premier constat : malgré son importance sur la carte des établissements jésuites français de cette période, le collège de Rouen dispose d’un équipement pédagogique réduit pour les classes supérieures. Non seulement il ne compte pas de chaire de mathématiques9, mais en outre le cours de philosophie est dispensé dans le cadre de deux classes, à la place des trois prévues par la Ratio studiorum10.

  • 11 Sur la validité de ce type d’hypothèse, voir par exemple mon analyse de la situation bordelaise, A. (...)
  • 12 Voir Jacobus Pierius, An detur vacuum in rerum natura, s. 1. n. d., in-8°, 14 p. A la fin du texte, (...)

6Le constat vaut pour la longue durée de l’histoire de l’établissement et il semble bien que la présence de Pascal dans la ville ainsi que ses diverses activités scientifiques n’ait nullement interféré sur la structuration du cursus de philosophie, pris en charge par deux professeurs tout au long du XVIIe siècle, ou sur les contenus de cet enseignement. La stabilité du cursus n’est pas non plus entamée par la brève mise en question du monopole éducatif que provoque l’ouverture, par François de Harlay, du collège archiépiscopal : la création de cet établissement, dont l’ouverture coïncide avec les “années Pascal”, aurait pu apparaître comme l’élément décisif de l’émergence d’une conjoncture scientifique locale qui aurait invité la Compagnie à renforcer son arsenal éducatif dans ce domaine, sous le double effet de la concurrence éducative et du combat philosophique11. En effet, le collège archiépiscopal dispense quatre cours, théologie, philosophie, rhétorique, humanités, et celui de philosophie, confié à Jacques Poirier, fait directement écho aux expériences de Pascal. Dans cette situation particulièrement tendue pour la Compagnie (l’ouverture du collège archiépiscopal constitue la réponse hostile de l’archevêque de Rouen aux jésuites, dans le cadre du conflit théologique qui les oppose sur les rapports entre clergé régulier et clergé séculier), dans ce contexte de constitution d’un débat scientifique autour du vide (Jacques Poirier est aussi le rédacteur du An detur in vacuum in rerum natura publié en 164612), aucune réaction, ni pédagogique, ni scientifique, ne se fait jour au collège de Bourbon.

  • 13 Vue l’abondante bibliographie concernant cette question, on se contentera de signaler ici les contr (...)

7Cette absence de réaction n’est pas sans poser problème, dans la mesure où ailleurs, et notamment à Rome au début de la décennie, la Compagnie a déjà été confrontée aux expériences du vide13. Faut-il lire l’indifférence des jésuites de Rouen comme le signe que le collège n’avait pas les moyens intellectuels ou humains de répondre à Pascal ? Doit-on plutôt la comprendre comme relevant d’une stratégie plus complexe, dans laquelle la Compagnie allait engager des figures d’envergure plus large développant une réponse ultérieure ?

L’enseignement scientifique jésuite à Rouen : approches prosopographiques

8La tradition historiographique française sur la Compagnie de Jésus, solidement ancrée dans la littérature générale, a fortement répandu l'idée de l'importance et du rôle des enseignements scientifiques dispensés dans les collèges jésuites, ce qui aurait constitué l’une des caractéristiques dominantes de la modernité de l’ordre, au plan éducatif. Cette tradition a deux sources : d'une part, les travaux monographiques consacrés aux collèges de la Compagnie (presque chaque établissement a son histoire), rédigés entre la fin du XIXe siècle et le milieu de ce siècle et émanant pour la plupart d’historiens jésuites, inscrits dans un contexte fortement chargé du point de vue politique, - l'anti-jésuitisme dans son expression positiviste, la politique de sécularisation de l’État et de l'enseignement menée par la Troisième République - ; d'autre part, l'œuvre originale de François de Dainville, consacrée notamment à l'histoire de la géographie et devenue d’autant plus aisément référentielle qu’elle restait isolée, dans ses intérêts thématiques, jusqu’à aujourd’hui.

  • 14 Voir par exemple M. Chossat, Les Jésuites et leurs œuvres à Avignon, 1553-1768, Avignon, 1896 ; G. (...)
  • 15 Sur les usages de ce type de sources, je me permets de renvoyer à A. Romano, La contre-réforme math (...)

9De la première série, on retiendra les chapitres obligés, dans la partie consacrée aux disciplines, sur l'enseignement des mathématiques, qui se nourrissent principalement des passages de la Ratio consacrés à ce sujet et développent ensuite quelques aspects de cet enseignement à partir des ouvrages d'une personnalité dont la présence a particulièrement marqué l'établissement étudié14. Plutôt centrés sur l'histoire de l’éducation, peu familiers de l'histoire des sciences, ces travaux partagent aussi un postulat méthodologique, celui de la non-distinction des discours normatifs et des pratiques. Ils ont en outre fait un usage peu critique d’une source délicate à manier, les biographies ou autobiographies de grands hommes dont la formation s'était effectuée dans un établissement jésuite, par exemple Peiresc, Descartes ou Daniel Huet15.

  • 16 F. de Dainville, Les Jésuites et l’éducation de la société française. La géographie des humanistes, (...)
  • 17 D. Nordman, “La géographie des jésuites (en relisant François de Dainville)”, dans L. Giard (dir.),(...)
  • 18 Il faut signaler deux exceptions notables : R. Taton (dir.), Enseignement et diffusion

10Les travaux de F. de Dainville16 ont été novateurs à bien des égards : en regard de la tradition historiographique évoquée ci-dessus, en regard des travaux sur l'histoire de la géographie, en général17. Alors que son travail dispensait, avec une grande générosité, un accès à des sources de première importance pour la connaissance de l'enseignement scientifique jésuite, aucun chercheur n’a pris le relais sur des voies qui auraient assurément permis de nuancer le topos historiographique et hagiographique issu de la première tradition. Ce topos avait d’autant plus de chance de rester valide que, pendant longtemps, en France, ni les historiens de l'éducation ni les historiens des sciences ne se sont occupés de l’enseignement scientifique à l’époque moderne18.

  • 19 Sur la question du dialogue dans la Compagnie à travers la circulation de la correspondance, voir L (...)

11Il me semble qu'aujourd'hui, pour définir l'enseignement dispensé au collège jésuite de Rouen, on doit conjuguer plusieurs approches, qui combinent le traitement des textes normatifs, comme les Constitutions ou la Ratio, des sources administratives relatives à l'établissement, comme les catalogues des personnels, des sources pédagogiques, comme les manuels ou les manuscrits de cours, s'il en existe. Les acquis historiographiques de ces dernières années invitent en effet à rejeter l'idée d’un fonctionnement centralisé de la Compagnie, qui permettrait de faire l'économie d'une analyse du local ou qui réduirait l'approche de chaque établissement à un collège romain miniaturisé : les textes normatifs ne permettent pas de rendre compte de la diversité des pratiques, pas plus qu'ils n’ont spécifiquement été conçus pour cette fin ; parallèlement, la question de l'unité doctrinale nécessite un dialogue incessant entre le centre et ses périphéries, dialogue dont la forme la plus coercitive est assurément constituée par les censures, un type de documents dont l’approche reste délicate19. Enfin, les témoignages administratifs laissés par l'institution proposent une variété d'informations, inégale selon les lieux, qui complètent souvent de manière intéressante la connaissance que l'on peut avoir des situations locales.

  • 20 Ces catalogues, établis chaque année dans chaque établissement de la Compagnie et adressés à Rome, (...)

12La rareté des sources disponibles, qui a déjà été évoquée plus haut, rend cet exercice particulièrement ingrat pour la période des années rouennaises de Pascal. On peut cependant, à partir des catalogues annuels20, reconstituer la liste des professeurs de philosophie et chercher à l'analyser, malgré la faible quantité d'informations qu’elle donne.

  • 21 Entre 1644 et 1647, l’absence de catalogues annuels interdit de poursuivre l’établissement de cette (...)

1640-41

Physique
logique

Thomas de Villiers
Claude Fraguier

1641-42

Physique
logique

Claude Fraguier
Louis Maimbourg

1642-43

Physique
logique

Louis Maimbourg
Pierre Le Clerc

1643-44

Physique
logique

Pierre Saleneusue
Matthieu Duhamel21

1647-48

Physique
logique

Florent Le Maire
Matthieu Duhamel

1648-49

Physique
logique

Matthieu Duhamel
Jacques Pallu

  • 22 Sur ce type d’analyse, son intérêt, ses limites, voir A. Romano, La contreréforme..., op. cit., p.  (...)

13Le premier commentaire qu'appelle cette liste, qui confirme le caractère biennal du cursus, concerne la mobilité des hommes dans les fonctions22 : la non-récurrence des mêmes noms dans les mêmes fonctions renvoie au fait que, pour la plupart d’entre eux, ils sont affectés à cet enseignement sans que celui-ci les qualifie spécifiquement et, inversement, sans révéler une qualification particulière pour cette fonction. Cette remarque sur le faible degré de “professionnalisation” est corroborée par d’autres éléments que ne fournit pas nécessairement la source des catalogues annuels, mais qu'il convient de chercher dans des sources complémentaires.

  • 23 Voir supra n. 20.
  • 24 ARSI, Franc. 12, fol. lr.

14Ainsi, les catalogues triennaux23 de la même période permettent de faire sortir de l'anonymat ces noms pour la plupart inconnus : celui de 163624 mentionne par exemple Pierre Le Clerc, Matthieu Duhamel et Florent Le Maire. Le premier est né à Paris en 1612 : admis dans la Compagnie à l’âge de 15 ans, en 1627, il y fait ses études de philosophie et théologie, puis il commence une carrière d’enseignant, d'abord dans les classes inférieures de Paris. Lorsqu'il arrive à Rouen pour enseigner dans les classes supérieures, c'est donc un homme en début de carrière, plutôt jeune et sans grande expérience intellectuelle encore. Matthieu Duhamel est né à Rouen en 1616 : il entre dans la Compagnie en 1630 et y suit le cours de philosophie, à la suite de quoi il commence à enseigner dans les classes inférieures. Il semblerait que, malgré les lacunes des catalogues annuels, on puisse supposer chez lui, une certaine constance dans l'occupation du poste de philosophie entre 1643 et 1649 : sans doute a-t-il dû enseigner la physique en 1644-45, puis de nouveau la logique en 1645-46, puis la physique en 1646-47, ce qui ramène logiquement au catalogue de 1647-48. Pour Florent Le Maire, né en 1611 et entré dans la Compagnie en 1634, il est en train de suivre le cours de philosophie, en 1636, alors qu'il enseigne parallèlement dans les classes inférieures : dix ans plus tard, l'élève est devenu le maître.

  • 25 Voir Som., V, col. 343-356. Il faut souligner que la série de remarques qui vient d'être faite pour (...)

15Ces quelques éléments biographiques désignent des professeurs de philosophie qui sont des personnalités de moindre stature intellectuelle. C'est ce que souligne le fait qu'aucun d’entre eux n'a laissé d'ouvrage publié, ni en philosophie ni dans un autre champ de la culture investi par les jésuites, à la seule exception de Louis Maimbourg et de ses écrits théologiques25.

16Alors que de ces professeurs occasionnels de philosophie nous ne savons rien, alors qu’aucun d’entre eux n'a laissé de cours manuscrit qui témoignerait avec précision des cours dispensés, pour saisir les enseignements de Rouen dans les années 1640, il ne reste que les cadres indicatifs de la Ratio studiorum.

  • 26 Ratio Studiorum, op. cit., p. 124-130.
  • 27 Chacun est précédé d'un titre qui en indique le contenu : “Fin”, “Il faut suivre Aristote, mais jus (...)
  • 28 Sur Fonseca, voir Som., V, col. 837-840 ; sur Toledo, ibid., VIII, col. 64-83.

17La version définitive de ce texte consacre un chapitre aux “Règles du professeur de philosophie”26 qui se compose de 22 paragraphes27 destinés à dessiner les contours de cet enseignement tant en termes de méthode et de pédagogie que de contenus. L'exigence d’universalité du texte explique sa précision en même temps que sa souplesse, ce qui en rend l'usage difficile pour la compréhension des contenus d’enseignements. Le cours se déploie autour de l'œuvre d’Aristote : on commence par les textes de la Logique, en première année, pendant deux mois, en s'appuyant sur les commentaires établis par F. de Toledo ou P. Fonseca28 ; on poursuit avec les autres textes en particulier le Traité de l'interprétation, et les deux livres des Premiers analytiques ainsi que certains aspects des Seconds Analytiques, comme par exemple les questions qui touchent en général aux divisions de la science (c'est ainsi que la question de la certitude des mathématiques est abordée par le professeur de philosophie, dans le cadre du cours de première année). Enfin, certains chapitres de la Physique, du Traité de l'âme, des Topiques et des Réfutations sophistiques sont proposés à la réflexion des étudiants.

18En deuxième année, le cours est consacré à la philosophie de la nature, avec les livres de la Physique, du Traité du ciel, du Traité de la génération, du moins dans sa première partie. La suite est étudiée en troisième année, ainsi que le Traité de l’âme et la Métaphysique.

19Le texte normatif ne se contente pas de préciser de quels ouvrages d’Aristote il faut s’occuper dans le cadre d’un apprentissage qui est tout entier dédié à la théologie comme fin, il précise aussi ce qu’il convient de retenir. Ainsi, à propos du cours de physique, on lit :

  • 29 Ratio Studiorum, op. cit., p. 127.

“Dans les huit livres de la Physique, on résumera le texte des livres six et sept, de même pour la partie du premier qui traite des opinions des anciens. Dans le huitième livre, on n’expliquera rien sur le nombre des intelligences, ni sur la liberté, ni sur l’infinité du premier moteur ; mais toutes ces questions seront disputées dans la métaphysique, et seulement selon l’opinion d’Aristote. ”29

  • 30 Voir, sur l’aristotélisme renaissant et pluriel, C.B. Schmitt, Aristote et la Renaissance, trad. fr (...)

20Le texte de la Ratio est assurément un texte normatif, mais les libertés d’interprétation et d’adaptation des programmes qu’il ouvre sont grandes, moins à cause du texte lui-même que du fait du problème que pose l’aristotélisme de cette période30. C’est ce que souligne, d’entrée de jeu, le deuxième paragraphe du chapitre :

  • 31 Ratio Studiorum, op. cit., p. 124.

“Dans les matières de quelque importance, il ne s’éloignera pas d’Aristote, sauf s’il y rencontre un pont étranger à la doctrine approuvée universellement par les universités, et surtout si ce point est contraire à la foi orthodoxe ; et si quelque argument d’Aristote ou d’un autre philosophe vont contre cette foi, le professeur s’appliquera à le réfuter avec force, selon les directives du Concile du Latran. ”31

  • 32 C’est cette question qui est en quelque sorte sous-jacente au paragraphe suivant du chapitre, “Aute (...)
  • 33 Voir mes analyses sur Jean Chastelier dans la France du nord de la première moitié du XVIIe siècle,(...)

21Supériorité du dogme et de l'orthodoxie sur le texte philosophique, voilà qui n'est pas fait pour surprendre : la vraie question réside dans la définition de l'interprétation orthodoxe d'Aristote32. De plus, la Ratio est un texte qui prévoit un espace parallèle à celui des enseignements ordinaires, en vue d'un travail effectué le plus souvent collectivement et privatim, c'est-à-dire en marge des cursus, ceci particulièrement pour les mathématiques. C'est le plus souvent dans ce cadre privé que se déploient un travail et une réflexion scientifiques parmi des jésuites qui n'ont pas nécessairement en charge des cours de philosophie, voire des enseignements33. Ce qui explique que si le collège jésuite de Rouen n'a pas manifesté, dans le cadre du cursus ordinaire, d'intérêt particulier pour la mathématique ou la physique pascalienne, à l'inverse certains jésuites ont pu s'y intéresser, dans une logique d'intérêts situés à la marge du cursus ou de leurs fonctions.

  • 34 En dehors de Rouen, la mathématique de Pascal intéresse certains jésuites : à la fin des années 165 (...)
  • 35 Se sont succédés à la tête du collège de Rouen, en 1637, Louis Cellot, en 1640, Étienne Noël, en 16 (...)

22Aussi la série des professeurs qui vient d'être examinée n'est pas le seul milieu jésuite susceptible d'éprouver un intérêt pour les expériences de Pascal. Parmi les autres professeurs, voire parmi les administrateurs de l'établissement, et les recteurs en particulier, certains intérêts personnels peuvent faire l'objet de développements privatim et certaines questions peuvent être débattues, y compris publiquement, en rapport avec ces préoccupations personnelles34. Or, dans la liste des autres jésuites présents dans l'établissement normand, on notera tout particulièrement le passage de Étienne Noël à la direction du collège entre 1640 et 1642, et celle de Jacques Grandamy, à la maison professe d'abord, puis à la tête du collège, à partir de 165135. Ces deux noms sont ceux par lesquels la question du vide traverse la culture scientifique jésuite de la France, dans les années 1640.

Réception de Pascal dans la culture scientifique jésuite des années 1640

  • 36 ARSI, Congr. 70, fol. 192 r.
  • 37 ARSI, Congr. 70, fol. 195r. Il faut noter que la disparition des documents de la Congrégation Provi (...)
  • 38 Voir For Matters of Greater Moment. The first thirty jesuit general congregations. A brief history (...)
  • 39 Elle se trouve conservée à l’ARSI, F.G. 657, fol. 641-666. Elle est publiée dans G.M. Pachtler, Rat (...)

23Les problèmes soulevés par la physique de Pascal au sein du collège ou de la province, voire de l'assistance, ne semblent pas avoir laissé de trace dans les sources administratives : les dépouillements de la correspondance du Général d'une part, des registres de censures et des débats des congrégations provinciales d'autre part semblent indiquer que la question ne s'est pas posée, du moins de manière directe. Pourtant, les années 1640 sont marquées par la reprise du débat sur les “novae opiniones” : en 1645, lors de la réunion de la congrégation provinciale de Lyon36, Rome est saisie d'une nouvelle demande de clarification des opinions recevables et irrecevables en philosophie. La province de Toulouse procède de la même manière37. Le problème ne semble pas limité à l'espace français, puisque, lors de la neuvième Congrégation Générale, en 1649, sous le généralat de Francisco Piccolomini, le décret 23 fait écho aux plaintes de certains professeurs de philosophie, autour de ces questions, sur un mode particulièrement allusif. Le décret 31 fait de même pour la théologie et c'est dans ce contexte qu'est annoncée une ordonnance sur les études supérieures38. À l'issue de la congrégation, l'Instructio pro studiis superioribus iussu nonae congregationis generalis confecta et missa a RPN Francisco Piccolomineo Praeposito Generali est promulguée à Rome, le 31 octobre 165039.

  • 40 Sur cet aspect romain de la question, outre le classique et toujours incontournable C. de Waard, L’ (...)

24Peut-on considérer qu'on est confronté à la réponse doctrinale de la Compagnie face aux problèmes soulevés par la physique pascalienne ? Répondre par l'affirmative reviendrait à adopter un point de vue particulièrement franco-centré. Le débat sur le vide est d'envergure européenne et il engage la communauté savante dans un échange de correspondance, à partir duquel on peut construire la géographie et la géopolitique de la querelle. C'est à cette échelle que se situe la réponse jésuite constituée par l'Instructio qui n'est pas spécifiquement anti-pascalienne. Ce qui ne signifie pas, pour autant, que cette échelle de réponse soit la seule qu'autorise la Compagnie : s'élabore, en France, une réponse spécifique aux expériences pascaliennes du vide, comme en Italie, se développent les réponses aux expériences torricelliennes40. En France, elle émane principalement du père Noël.

  • 41 ARSI, Franc. 22, fo. 23r.
  • 42 ARSI, Franc. 22, fol. 26v. : en novembre 1603, il est au collège de Pont-à-Mousson, “apud convictor (...)
  • 43 Cette période du “repli mussipontain” puis du rétablissement est décisive dans le processus de form (...)
  • 44 ARSI, Franc. 22, fol. 35r. : en 1605-1606, il est professeur dans la classe de cinquième à Rouen.
  • 45 ARSI, Franc. 22, fol. fol. 39r., en 1606-07, il est professeur en classe de troisième à La Flèche ; (...)
  • 46 Sur cet aspect, voir P. Delattre (dir.), op. cit., vol. 2, col. 525-529.
  • 47 Voir Som., V, col. 1789-1790.

25Né le 29 septembre 1581, entré au noviciat de Verdun en 159941, Etienne Noël fait sa formation au sein de la Compagnie, dans les années du “repli mussipontain”42, puis du rétablissement43. C'est aussi une carrière d'enseignant qu'il commence, à partir de 1606, à Rouen44 puis à La Flèche45 et ailleurs, comme professeur de grammaire, puis de philosophe, puis de théologie. Après vingt années passées à former la jeunesse de la France du Nord, il est chargé de tâches à caractère de plus en plus nettement administratives : préfet des études, recteur, vice-provincial dans différents établissements de la province, jusqu'à sa mort à La Flèche en 1659. A travers cette carrière retracée à grands traits, se dessine un parcours typique, celui des intellectuels de la troisième génération, qui entrent dans la Compagnie alors que la grande phase de stabilisation s'ouvre : celle de la structuration interne, avec l'adoption du texte définitif de la Ratio studiorum et l'achèvement de la construction administrative de l'assistance46 ; celle de l'insertion dans le cadre français, avec la régularisation des rapports entre l'ordre et l'État. Etienne Noël appartient aussi à cette première génération de jésuites français dont la formation scientifique a été réellement assurée au sein de l'ordre, par des hommes compétents et il a été proche de ceux qui occupèrent les premières chaires scientifiques des collèges jésuites. Aussi son intérêt pour les sujets scientifiques peut-il très largement dépasser le cadre des huit années au cours desquelles il a enseigné la philosophie, au début de sa carrière. De fait, une abondante production témoigne de ce travail, inaugurée avec un manuel de philosophie publié en 1646 et achevée en 1659 avec un Liber de mundo magno etparvo, supero et intero..., qui constitue le dixième titre de sa production47.

  • 48 Voir P. Mesnard, “Correspondance de Pascal avec le P. Noël”, dans B. Pascal, O.C., op. cit., vol. I (...)
  • 49 ARSI, Franc. 23, fol. 6r. Pour ces précisions biographiques, comme pour celles qui suivent, on peut (...)
  • 50 ARSI, Franc. 23, fol. 28r.
  • 51 ARSI, Franc. 23, fol. 37r.
  • 52 ARSI, Franc. 23, fol. 44r.
  • 53 ARSI, Franc. 23, fol. 71r.
  • 54 Voir Le Plein du vuide, ou le Corps dont le vuide apparent des expériences nouvelles est rempli... (...)

26Si on ne peut pas réellement documenter les rapports de Noël et Descartes48, en revanche on peut mieux saisir son intervention dans le débat sur le vide. Les années 1640 sont à la fois celle d'une grande mobilité du jésuite au sein de la province et, parallèlement, d'une grande fécondité scientifique, alors qu'il entre dans sa soixantième année. Entre 1640 et 1642, il est recteur du collège de Rouen, établissement qu'il connaît bien pour y avoir déjà enseigné au début du siècle49. A partir de l'année suivante, il quitte Rouen, pour être en 1642-43, préfet des études à La Flèche50. En 1644-45, il occupe la fonction de vice-provincial et est domicilié à la maison professe de Paris51. En 1647-48, il est recteur du collège de Paris52 et l'année suivante, il est de nouveau présent à La Flèche, apparemment malade53. Âgé de 68 ans, il continue encore à publier, fixé à La Flèche jusqu'à sa mort, dix ans plus tard. Entre Paris et La Flèche, il se consacre à un travail de réfutation des expériences de Pascal qui le conduit à s'engager dans la polémique sur le vide54.

  • 55 Magno amico nonnemo ex Collegio Rom. S.J.D.J., Experimenta vulgata non vacuum probare, sed plenum, (...)
  • 56 Sur G. Berti, voir DSB, vol. 2, p. 83-84 ; sur Torricelli, voir DSB, vol. 8, p. 433-440. Sur les ex (...)

27S'il est le seul Français à écrire sur ce sujet, son coreligionnaire, Jacques Grandamy, s'y intéresse lui aussi, mais sur un mode indirect. C'est en effet par le biais de ses contacts avec le milieu jésuite romain, et tout particulièrement avec Niccolo Zucchi, que Jacques Grandamy suit, depuis Rouen, ce qui se fait à Rome dans la même période. C'est du moins ce que suggère la publication, en 1648, par le professeur de mathématiques du Collegio Romano d'une lettre55, reprise l'année suivante dans un ouvrage sur les problèmes de mécanique, Nova de machinis philosophia : celle-ci se présente comme une réponse aux questions posées par Grandamy sur les expériences sur le vide menées dans l'Urbs, dans les années précédentes. Il s'agit des expériences menées par Gasparo Berti, à la fin des années 1630, et reprises par le galiléen Torricelli, à Florence en 164456.

  • 57 Cf. supra, n. 40.

28Il n'est pas question ici de reprendre ce dossier dont les grandes lignes sont bien connues depuis les travaux de C. de Waard57, mais de réfléchir à la manière dont se construit, au sein de la Compagnie, une ligne générale de conduite face à cette question de première importance pour l'essor de la science nouvelle. Or, il est clair d'une part que les premières expériences sur le vide n'ont suscité aucune réaction globale de la part de la Compagnie, d'autre part que, entre les différents lieux, les informations circulent. Comment Zucchi et Grandamy se sont-ils connus ? En l'état actuel de la recherche, il est difficile de répondre. En tout état de cause, sans doute le Français a-t-il pu prendre des informations sur la situation romaine auprès de lui, au moment où les travaux de Pascal à Rouen attiraient, en France, l'attention sur ces questions.

  • 58 Un travail sur la correspondance de N. Zucchi, conservée aux archives de l’Université grégorienne d (...)
  • 59 Celle-ci reprend le texte de la première édition en y ajoutant vingt annotationes qui lui permetten (...)

29La lettre originale de Grandamy n'est pas connue et s'il n'est pas certain qu'elle soit perdue58, il est pour l'heure difficile d'établir le lien entre sa demande et les travaux de Pascal auxquels le texte de Zucchi ne fait allusion ni dans l'édition originale, ni dans la troisième édition de 166959. Mais on peut faire l'hypothèse qu'il existe et que c'est notamment pour pouvoir transmettre ses informations à Étienne Noël que Jacques Grandamy fait cette démarche auprès de Zucchi, les deux Français étant sans doute engagés de longue date dans un dialogue sur la philosophie de la nature contemporaine.

  • 60 Voir Som., III, col. 1668-1670. Né en 1588, entré dans la Compagnie à Rouen en 1607, il est de la m (...)
  • 61 Nova demonstratio immobilitatis terrae petita ex virtute magnetica et quaedam alia ad effectus et l (...)
  • 62 Voir par exemple De Die supremo et natali Christi quaestio evangelica... auctore P. Jacobo Grandami (...)
  • 63 Dans les premières années de leur formation jésuite, ils se sont côtoyés à La Flèche : J. Grandamy, (...)

30En effet, Jacques Grandamy60, comme Étienne Noël, a fait sa formation au sein de l'ordre : études de philosophie et de théologie, enseignement dans les classes inférieures, puis dans les cours supérieurs de philosophie et théologie, charges administratives enfin, dans les principaux établissements de la province de France. Ayant, comme son aîné, consacré une partie de son temps à la publication, il est notamment l'auteur d'un traité sur l'immobilité de la terre démontrée par la théorie magnétique61. Du reste de sa production, il faut signaler, outre des ouvrages à caractère théologique62, d'autres textes scientifiques et tout particulièrement astronomiques : Le cours de la comète, qui a paru sur la fin de l'année 1664, publié à Paris, en 1665 en même temps que Le parallele des deux cometes qui ont paru les années 1664 et 1665. La Dissertatio de Eclipsi Solis notata a Pachymere in Historia de Michaele Paleologo... paraît à Rome, en 1666. Les liens personnels entre Étienne Noël et Jacques Grandamy se sont sans doute tissés dans une période ancienne, remontant aux années de leurs formations à La Flèche. Les deux hommes ont ensuite dû se croiser régulièrement et en particulier dans la décennie 1640, puisque Grandamy se trouve à la maison professe de Rouen au moment où Noël est le recteur du collège de la ville63.

  • 64 Dans le contexte qui nous occupe ici, il s’agit principalement des censures qui sont conservées sur (...)
  • 65 Sur Kircher, voir Som., IV, col. 1046-1077. Celui-ci rend compte des expériences romaines dans sa M (...)
  • 66 Sur Casati, voir Som., II, col. 799-803.
  • 67 Celui-là même qui avait fait écrire à Clavius dans les dernières années du XVIe siècle, dans L. Luk (...)
  • 68 Voir supra, n. 39.

31A travers ce modeste essai de recomposition des questions, des intérêts et des positions des différents acteurs, on peut essayer d'esquisser une première réflexion sur les rapports entretenus par la Compagnie avec la physique pascalienne, et en particulier la question du vide. En mettant bout à bout les éléments français de ce dossier et en les reliant avec les autres lieux et hommes qu'il engage, il me paraît possible d'affirmer que, loin de relever d'une attitude doctrinale a priori, émanant du centre romain, la position de la Compagnie sur le vide (et plus globalement sur l'atomisme) constitue la résultante d'un ensemble de forces qui émergent à l'échelle locale et interagissent au niveau central, selon des modalités qui varient à chaque fois et dont on peut saisir l'histoire notamment à travers les textes qui émanent du collège des réviseurs généraux64. En effet, les expériences de Pascal sur le vide n'intéressent pas la Compagnie en tant que telles, pas plus que, quelques années auparavant, celles de Berti, à Rome, ne l'avaient préoccupée. La réaction est d'abord, en France, le fait d'un individu, Etienne Noël, en marge de ses fonctions officielles. Celle des Romains, Zucchi, Kircher65 ou Casati66, est pratiquement synchrone de celle de E. Noël, mais tardive par rapport à la situation locale romaine ; elle correspond à un moment où la conjoncture intellectuelle est changée par rapport au début des années 1640 : lorsque les jésuites de Rome écrivent leurs ouvrages et entrent donc la sphère publique, à ce moment la question du vide est devenue l'une des questions autour desquelles se cristallise, à l'échelle européenne, le débat sur la science nouvelle et il est alors nécessaire pour la Compagnie d'occuper aussi ce terrain, au nom du “devoir d'intelligence” assurément67, mais aussi et surtout pour des raisons internes, qui tiennent à la nécessité de pouvoir répondre à la demande de norme, exprimée dans les différents collèges. Ainsi, les ouvrages des jésuites de Rome pourraient-ils assurer, sur le terrain public, la même fonction que l'Ordinatio pro studiis superioribus68 au plan interne.

  • 69 C’est ainsi que Zénon fait, en mathématiques comme en physique, l’objet d’un enseignement prohibé a (...)
  • 70 Voir U. Baldini (éd.), Christoph Clavius e l’attività scientifica dei Gesuiti nell’età di Galileo. (...)

32On se trouve face à une manière de procéder particulièrement caractéristique de l'institution jésuite : la gestion des questions doctrinales s'effectue à l'échelle locale et elle est assumée à ce niveau le plus longtemps possible, tant que l'unité de l'ordre n'est pas mise en question ; elle devient affaire romaine dès lors qu'un grand nombre de provinces sont traversées par un même questionnement69 et expriment un besoin précis dans le domaine : les congrégations provinciales constituent alors le lieu propre de l'expression de ces tensions, le collège des réviseurs généraux entre en action, ainsi que le Collège Romain. Mais celui-ci n'est plus, sur le plan scientifique, le seul lieu d'élaboration des contenus de savoir dispensés par la Compagnie, comme il l'avait été dans la période de fondation, avec Christoph Clavius70.

33Sigles et abréviations :

34ARSI : Archivum Romanum Societatis Iesu.

35DSB: Charles C. Gillispie (ed.), Dictionary of Scientific Biography, New-York, 1970-1980, 16 vol. 

36MEFRIM : Mélanges de l’École française de Rome, Italie, Méditerranée.

37Som. : C. Sommervogel, Bibliothèque de la Compagnie de Jésus. Première partie : Bibliographie, par les P. P. Augustin et A. de Backer. Seconde partie : Histoire par le P. Carayon. vol. I-IX, Bibliographie, Bruxelles-Paris, 1890-1900 ; vol. X, Tables de la première partie, par le P. Bliard, Paris, 1909 ; vol. XI, Histoire, par le P. Bliard, Paris, 1932 ; vol. XII, Corrections et additions, par E.-M. Rivière, Toulouse, 1911-1930.

Notes

1 M. Mollat, Collège de Bourbon et lycée Corneille, notes de bibliographie et d’histoire, Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Inférieure, Rouen, 1942, 51 p. On complétera avec la notice de P. Delattre (dir.), Les établissements des jésuites en France depuis quatre siècles, Enghien, 1955, vol. 4, col. 521-543 et M.-M. Compère et D. Julia, Les collèges français, XVIe XVIIIe siècle, t. 2 : La France du Nord et de l’Ouest, Paris, 1988, p. 568-576.

2 Avec la réouverture de celle de Paris, en 1618, on compte ainsi deux chaires de mathématiques dans la province de France dans les premières décennies du XVIIe siècle. Sur La Flèche, voir A. Romano, “Du Collège romain à La Flèche : problèmes et enjeux de la diffusion des mathématiques dans les collèges jésuites (1580-1620)”, MEFRIM, vol. 107, 1995/2, p. 576-627 ; Ead., “L’enseignement des mathématiques à La Flèche dans les années de la formation de Descartes”, dans La formation de Descartes. Actes du colloque international de La Flèche (12-13 avril 1996), La Flèche, 1997, p. 76-103.

3 Voir ARSI, Franc. 31, fol. 511, Franc. 32, fol. 42 et F. de Dainville, L’éducation des Jésuites, XVIe-XVIIIe siècles. Textes réunis et présentés par M.-M. Compère, Paris, 1978, p. 119. Les fonds de l’ARSI, à Rome, conservent notamment les catalogues de tous les établissements de la Compagnie, ce qui permet entre autres de suivre les différentes chaires et les professeurs qui les occupent.

4 ARSI, Franc. 1, fol. 128, 130, 141, 144.

5 La division administrative du royaume s’opère progressivement entre l’entrée de la Compagnie en France, au milieu du XVIe siècle, et le règne de Louis XIV : sur la province de France et l’histoire de son organisation, voir P. Delattre (dir.), op. cit., vol 2, col. 590-901.

6 ARSI, Franc. 32, fol. 562 et suivants.

7 Voir M.-M. Compère et D. Julia, op. cit., p. 565-567.

8 Ibid., p. 576.

9 Cette assertion vaut pour tout l’Ancien Régime, comme les travaux de F. de Dainville le montrent nettement. Cet enseignement se concentre sur peu de lieux, comme on l’a indiqué n. 2 et atteint peu d’étudiants, comme le soulignent les chiffres de 1627, déjà cités. C’est donc aussi à l’aune de ces chiffres qu’il convient de rapporter la situation rouennaise.

10 Sur cet aspect, voir la dernière version de la Ratio, § 213 : “Le cycle de philosophie ne durera pas moins de trois ans”, qui précise : “Le professeur ne mettra pas moins de trois ans pour expliquer toute la philosophie, au rythme de deux heures par jour, l’une avant midi, l’autre après ; à moins que l’on ait établi les choses autrement dans une université”, extrait de Ratio studiorum. Plan raisonné et institution des études dans la Compagnie de Jésus, édition bilingue latin-français, présentée par A. Demoustier et D. Julia, traduite par L. Albrieux et D. Pralon-Julia, annotée et commentée par M.-M. Compère, Belin, 1997, p. 125. Il faut cependant constater que, tout au long de l’histoire de la Compagnie, des établissements, ayant demandé une dispense à Rome, ont tenu un cycle biennal de philosophie, le plus souvent pour des raisons de manque de professeurs, parfois aussi pour être dans la norme locale.

11 Sur la validité de ce type d’hypothèse, voir par exemple mon analyse de la situation bordelaise, A. Romano, La contre-réforme mathématique. Constitution et diffusion d’une culture mathématique jésuite à la Renaissance (1540-1640), Rome, 1999, p. 219-286.

12 Voir Jacobus Pierius, An detur vacuum in rerum natura, s. 1. n. d., in-8°, 14 p. A la fin du texte, on peut lire : “Haec philosophabatur Jacobus Pierius, philosophiam docens in archi-episcopali schola collegii Rothomagensis tractatui de Vacuo addenda”. Les commentateurs de Pascal s’accordent à dater ce document de l’année 1646 : voir B. Pascal, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Jean Mesnard, Paris, 1970, vol. 2, p. 360. Voir aussi du même auteur, Jacobi Pierii, Ad experientiam nuperam circa vacuum, R. P. Valeriani Magni demonstrationem ocularem et mathematicorum quorumdam nova cogitata, responsio ex peripateticae philosophiae principiis desumpta, Parisiis, apud S. Cramoisy, 1648, in-8°, dédicace, 24 p.

13 Vue l’abondante bibliographie concernant cette question, on se contentera de signaler ici les contributions les plus récentes : Géométrie, atomes et vide dans l’école de Galilée, textes réunis par E. Festa, V. Jullien et M. Torrini, Paris, 1999 et L’atomisme aux XVIIe et XVIIIe siècles, travaux réunis par J. Salem, Paris, 1999.

14 Voir par exemple M. Chossat, Les Jésuites et leurs œuvres à Avignon, 1553-1768, Avignon, 1896 ; G. Dupont-Ferrier, La vie quotidienne d’un collège parisien pendant plus de 350 ans. Du collège de Clermont au lycée Louis le Grand (1563-1920), Paris, 1921-1925, 3 vol. ; M. Massip, Le collège de Tournon en Vivarais, d’après les documents originaux inédits, Paris, 1890, 323 p. ; C. de Rochemonteix, Un collège jésuite aux XVIIe et XVIIIe siècles. Le collège Henri IV de La Flèche, Le Mans 1889, 4 vol. 

15 Sur les usages de ce type de sources, je me permets de renvoyer à A. Romano, La contre-réforme mathématique..., op. cit., p. 478-491. Plus précisément sur la formation mathématique de Descartes à La Flèche, A. Romano, art. cit. supra, n. 2.

16 F. de Dainville, Les Jésuites et l’éducation de la société française. La géographie des humanistes, Paris, 1940 ; Id., Les Jésuites et l’éducation de la société française. La naissance de l’humanisme moderne, Paris, 1940 ; Id., L’éducation des Jésuites, op. cit. supra n. 3.

17 D. Nordman, “La géographie des jésuites (en relisant François de Dainville)”, dans L. Giard (dir.), Les jésuites à la Renaissance. Système éducatif et production du savoir, Paris, 1995, p. 221-236.

18 Il faut signaler deux exceptions notables : R. Taton (dir.), Enseignement et diffusion

19 Sur la question du dialogue dans la Compagnie à travers la circulation de la correspondance, voir L. Giard, “La constitution du système éducatif jésuite”, dans O. Weijers (éd.), Etudes sur le vocabulaire intellectuel du Moyen Age, VI, Vocabulaire des collèges universitaires (XIIIe-XVIe siècles). Actes du colloque de Leuven, 9-11 avril 1992, Turnhout, 1993, p. 131-148. Sur les censures voir, U. Baldini, “Una fonte pocco utilizzata per la storia intelletuale: le censurae librorum e opiniorum nell’antica Compania di Gesù”, Annali dell’Istituto Storico Italo-Germanico in Trento, vol. 9, 1985, p. 19-67, repris dans Legem impone subctis, Rome, 1992, p. 75-121; M. Hellyer, “Because of the authority of my superiors commands : censorship, physics and the german jesuits”, Early Science and Medicine. A Journal for the Study of Science, Technology and Medicine in the Pre-Modern Period, vol. 1/3, 1996, p. 319-354 ; A. Romano, “Pratiques d’enseignement et orthodoxie intellectuelle en milieu jésuite (seconde moitié du XVIe siècle)”, dans S. Elm, E. Rebillard, A. Romano (dir.), Orthodoxie, christianisme, histoire, Rome, 2000, p. 241-260. des sciences au XVIIIe siècle, Paris, 1968, puis L W. B. Brockliss, French Higher Education in the Seventeenth and Eighteenth Centuries. A Cultural History, Oxford, 1987. D’un côté, l’ouvrage dirigé par R. Taton ouvrait la voie à une histoire comparative des différents acteurs du processus de diffusion de la science à l’époque moderne, mais sans enclencher une dynamique qui aurait permis d’impulser des recherches sur l’Oratoire par exemple. D’un autre côté, les travaux de L. Brockliss consacraient, dans une certaine mesure, la suprématie jésuite, sans nécessairement montrer fermement ce que celle-ci doit aux sources.

20 Ces catalogues, établis chaque année dans chaque établissement de la Compagnie et adressés à Rome, fournissent une liste sommaire mais exhaustive de tous les jésuites dépendants de l’établissement, avec la mention de leur fonction durant cette année. Ils sont complétés par des catalogues plus complets réalisés tous les trois ans, qui fournissent des informations plus amples sur les hommes et la situation matérielle de l’établissement.

21 Entre 1644 et 1647, l’absence de catalogues annuels interdit de poursuivre l’établissement de cette liste.

22 Sur ce type d’analyse, son intérêt, ses limites, voir A. Romano, La contreréforme..., op. cit., p. 393-413.

23 Voir supra n. 20.

24 ARSI, Franc. 12, fol. lr.

25 Voir Som., V, col. 343-356. Il faut souligner que la série de remarques qui vient d'être faite pour le cursus de philosophie s’applique aussi largement au cycle de théologie, réduit à sa plus simple expression : un cours de cas de conscience, assuré chaque année par un professeur différent. Ainsi, par exemple, en 1640-41, il s'agit de Erard Bille (ARSI, Franc. 23, fol. 6r.) ; en 1641-42, le professeur de cas est François de Livragues (ARSI, Franc. 23, fol. 19r.) ; en 1642-43, c'est Jean-Baptiste Geoffroy (ARSI, Franc. 23, fol. 30v).

26 Ratio Studiorum, op. cit., p. 124-130.

27 Chacun est précédé d'un titre qui en indique le contenu : “Fin”, “Il faut suivre Aristote, mais jusqu'où”, “Auteurs qui ont servi la foi chrétienne”, “Averroès”, “Il ne faut adhérer à aucune secte”, “Saint Thomas”, “Le cycle de philosophie ne durera pas moins de trois ans”, “Quand faut-il le terminer”, “Ce qu'il faut enseigner ou omettre pendant la première année”, “Ce qu'il faut enseigner pendant la deuxième année”, “Ce qu’il faut enseigner pendant la troisième année”, “Il faut attacher le plus grand prix au texte d'Aristote”, “Quels textes faut-il surtout étudier et comment faut-il les commenter”, “Choix et ordre des questions”, “Questions qu’il faut insérer dans le texte”, “Répétitions en classe”, “Disputes mensuelles”, “Jusqu'à quel point faut-il disputer dans le temps réservé au cours abrégé”, “Disputes solennelles”, “Méthode formelle des disputes”,

28 Sur Fonseca, voir Som., V, col. 837-840 ; sur Toledo, ibid., VIII, col. 64-83.

29 Ratio Studiorum, op. cit., p. 127.

30 Voir, sur l’aristotélisme renaissant et pluriel, C.B. Schmitt, Aristote et la Renaissance, trad. française, Paris, 1992 ; A. Romano, “Pratiques d’enseignement... ”, art. cit. supra n. 19.

31 Ratio Studiorum, op. cit., p. 124.

32 C’est cette question qui est en quelque sorte sous-jacente au paragraphe suivant du chapitre, “Auteurs qui ont mal servi la foi chrétienne” : “Il ne lira ni n’enseignera en classe les commentateurs d’Aristote qui ont mal servi la religion chrétienne qu’après avoir au préalable opéré un choix sévère et il prendra garde que ses élèves ne s’y attachent pas. ”, op. cit., p. 124.

33 Voir mes analyses sur Jean Chastelier dans la France du nord de la première moitié du XVIIe siècle, La contre-réforme..., op. cit., p. 333-352.

34 En dehors de Rouen, la mathématique de Pascal intéresse certains jésuites : à la fin des années 1650, le Toulousain Antoine Lalouvère prend part à la querelle sur la cycloïde. Moins spectaculaire, elle est aussi moins chargée d’enjeux philosophiques ou théologiques. La série des opuscules que le professeur de mathématiques jésuite y consacre relève d’une littérature hautement spécialisée, née dans des circonstances particulières. Dans cet épisode qui s’apparente à un jeu savant, à une “récréation mathématique”, Pascal propose aux mathématiciens de son temps une série de questions sur les propriétés de la cycloïde, déjà étudiée par Torricelli. Dans la communauté savante, certains mathématiciens relèvent ce défi, parmi lesquels Roberval ou Lalouvère. Sur l’œuvre mathématique de Pascal et ses commentateurs, on renverra à l’article ancien, mais toujours utile de H. Bosmans, “Sur l’œuvre mathématique de Blaise Pascal”, Revue des questions scientifiques, janv.-avril 1924, p. 5-63. Pour une mise en perspective de la querelle, M.S. Mahoney, The Mathematical Career of Pierre de Fermat, 1601-1665, 2e édition, Princeton, 1994.

35 Se sont succédés à la tête du collège de Rouen, en 1637, Louis Cellot, en 1640, Étienne Noël, en 1642, J.-B. Ragon, en 1647, François de Puygeolet, en 1651, Jacques Grandamy.

36 ARSI, Congr. 70, fol. 192 r.

37 ARSI, Congr. 70, fol. 195r. Il faut noter que la disparition des documents de la Congrégation Provinciale de Paris pour cette même date ne permet pas de prendre totalement la mesure du malaise pour la région qui nous occupe ici.

38 Voir For Matters of Greater Moment. The first thirty jesuit general congregations. A brief history and a translation of the decrees, J.W. Padberg, M.D. O’Keefe, J. L. McCarthy, St Louis (Miss.), 1994, p. 306 et 309: “D. 23. The complaints of several provinces against philosophy teachers were reported. They are said to waste time on useless questions. They treat their subject matter in jumbled order. They take unto themselves excessive licence to offer their opinions. However, in accord with the judgement of the commission on studies, the conclusion of the congregation was that in the Ratio studiorum there is sufficient provision for this kind of undesirable practice in the rules of the Prefect of Studies and of the Professor of Philosophy. Nothing further is needed beyond the vigilance of provincials and rectors. The congregation has earnestly entrusted the entire matter to Our Father. And to his prudence it has also remanded a number of cautions suggested by the same commission, matters that the commission itself had not considered appropriate for a decree by the congregation. [...] D. 31. Th commission on studies reported a response to a postulate seeking relief against some theology professors who neglected the useful and more necessary questions and persued the less useful and the less necessary. The response was that relief is not to be sought elsewhere than in a diligent observance of the prescriptions contained in the Ratio studiorum. Therefore no new decree should be passed on this issue. Our Father General can recommend certain measures, however, for enhancing performances; the commission suggested the principal headings for his remarks. The congregation approved this entire statement. ”

39 Elle se trouve conservée à l’ARSI, F.G. 657, fol. 641-666. Elle est publiée dans G.M. Pachtler, Ratio Studiorum et Institutiones Scholastice Societatis Iesu per Germaniam olim vigentes collectae concinnatae dilucidatae, vol. III, Berlin, 1890, p. 77-98.

40 Sur cet aspect romain de la question, outre le classique et toujours incontournable C. de Waard, L’expérience barométrique, ses antécédents et ses explications. Etude historique, Thouars, 1936, voir notamment M.J. Gorman, The scientific counterrevolution. Mathematics, natural philosophy and experimentalism in jesuit culture, 1580-c. 1670, PhD of the European University Institute, november 1998, ch. 6, p. 160-197 ; M. Bucciantini, “Valeriano Magni et la discussion sur le vide en Italie”, dans Géométrie, atomes et vide dans l’école de Galilée..., op. cit., p. 129-152 ; A. Romano, “Les jésuites dans la culture scientifique romaine, 1630-1660”, dans Francesco Borromini e l’universo barroco, Milan, Electa, 2000.

41 ARSI, Franc. 22, fo. 23r.

42 ARSI, Franc. 22, fol. 26v. : en novembre 1603, il est au collège de Pont-à-Mousson, “apud convictores”, comme “praefectus auditores physicae”.

43 Cette période du “repli mussipontain” puis du rétablissement est décisive dans le processus de formation de la première génération de scientifiques jésuites pour la France du nord : elle correspond à la décennie 1593-1603, au cours de laquelle la jeune Compagnie a dû se replier sur le Duché de Lorraine et opérer la reconquête du royaume, notamment à partir de son prestigieux collège de Pont-à-Mousson, où la majeure partie des jésuites de la France du nord avait trouvé refuge. Pour des analyses plus détaillées, je me permets de renvoyer à A. Romano, La contre-réforme..., op cit p. 311-392.

44 ARSI, Franc. 22, fol. 35r. : en 1605-1606, il est professeur dans la classe de cinquième à Rouen.

45 ARSI, Franc. 22, fol. fol. 39r., en 1606-07, il est professeur en classe de troisième à La Flèche ; Franc. 22, fol. 47v., en 1607-08, il est professeur en classe de seconde à La Flèche ; Franc. 22, fol. 61 r., en 1609-10, il est étudiant en deuxième année de théologie à La Flèche.

46 Sur cet aspect, voir P. Delattre (dir.), op. cit., vol. 2, col. 525-529.

47 Voir Som., V, col. 1789-1790.

48 Voir P. Mesnard, “Correspondance de Pascal avec le P. Noël”, dans B. Pascal, O.C., op. cit., vol. II, p. 509. Sur cette question, voir A. Romano, art. cit. supra, n. 2.

49 ARSI, Franc. 23, fol. 6r. Pour ces précisions biographiques, comme pour celles qui suivent, on peut aussi s’appuyer sur les informations des catalogues triennaux conservés à l’ARSI, dans le registre Franc. 12. On renverra notamment aux fol. 43, 66, 133, 178, 285.

50 ARSI, Franc. 23, fol. 28r.

51 ARSI, Franc. 23, fol. 37r.

52 ARSI, Franc. 23, fol. 44r.

53 ARSI, Franc. 23, fol. 71r.

54 Voir Le Plein du vuide, ou le Corps dont le vuide apparent des expériences nouvelles est rempli... par le P. Étienne Noël, Paris, J. Du Bray, 1648, in-8°, pièces limin., 67 p.

55 Magno amico nonnemo ex Collegio Rom. S.J.D.J., Experimenta vulgata non vacuum probare, sed plenum, et antiperistasim stabilire, Romae, ex typogr. L. Grignani, 1648, in-8°. Sur l’attribution à Zucchi, voir Som., VIII, col. 1526.

56 Sur G. Berti, voir DSB, vol. 2, p. 83-84 ; sur Torricelli, voir DSB, vol. 8, p. 433-440. Sur les expériences du vide de l’un comme de l’autre, voir C. de Waard, op cit p. 101-123.

57 Cf. supra, n. 40.

58 Un travail sur la correspondance de N. Zucchi, conservée aux archives de l’Université grégorienne de Rome, devrait permettre d’éclairer partiellement ce point : j’espère pouvoir livrer des résultats concrets sur cette question dans un travail en cours sur les jésuites et le vide.

59 Celle-ci reprend le texte de la première édition en y ajoutant vingt annotationes qui lui permettent de répondre à certains textes publiés pendant les vingt dernières années, sur les questions du vide, et en particulier aux travaux de G. Schott, P. Gasparis Schotti,... Mechanica hydraulico-pneumatica... Accessit Experimentum novum Magdeburgicum, quo vacuum alii stabilire, alii evertere conantur, Herbipoli, sumpt. heredum J. G. Schönwetteri, 1657, in-4°, pièces limin., 448 p., ainsi qu’au Cursus Philosophicus du minime Emmanuel Maignan, publié à Toulouse en 1653. Voir Nova de machinis philosophia Unico illis omnibus Commuai Principio constituta additis annotationibus xx. Quibus Complentur Defenduntur Stabiliuntur contenta in illa authore Niccolao Zucchio Societatis Iesu Olim Professore Mathematices in Collegio Romano, Romae, ex Typographic Varesii, MDCLXIX, p. 175-177.

60 Voir Som., III, col. 1668-1670. Né en 1588, entré dans la Compagnie à Rouen en 1607, il est de la même génération que Étienne Nöel.

61 Nova demonstratio immobilitatis terrae petita ex virtute magnetica et quaedam alia ad effectus et leges magneticas, usumque longitudinum et universam geographiam spectantia, de novo inventa, auctore P. Iacobo Grandamico e Societate Jesu, La Flèche, 1645. Voir à ce propos, L. Sianese, “Controversisti gesuiti su magnetismo e moto terrestre”, dans De motu. Studi di storia del pensiero su Galileo, Hegel, Huygens e Gilbert, Quaderni di Acme no 12, Bologne, 1984, p. 139-176.

62 Voir par exemple De Die supremo et natali Christi quaestio evangelica... auctore P. Jacobo Grandamico, Fixae Andecavorum : ex officina G. Laboe, 1661, in-4°, XII-212 p. ; Tractatus evangelici de summa Dei gloria in Christo Jesu Domino nostro... autore P. Jacobo Grandamico, Parisiis, apud F. Muguet, 1664, in-4°, X-377 p.

63 Dans les premières années de leur formation jésuite, ils se sont côtoyés à La Flèche : J. Grandamy, (ARSI, Franc. 22, fol. 61 v.) est auditeur en logique, en 1610, alors qu’au même moment, Étienne Noël est en deuxième année de théologie. A partir de cette date, ils poursuivent leurs études ensemble (Franc. 22, fol. 72r., fol. 80r). En 1613, E. Noël est professeur de logique à La Flèche (Franc. 22, fol. 86r.), alors que Grandamy commence à enseigner dans les classes inférieures, à Rennes (Franc. 22, fol. 94v). Puis ils sont appelés dans différents établissements, l’un à Paris, l’autre à La Flèche. En 1627-28, ils se retrouvent au collège de Bourges, E. Noël comme préfet des études supérieures, et J. Grandamy comme professeur de théologie (Franc. 22, fol. 223r.) ; enfin, comme on l’a déjà vu, au début des années 1640, ils sont ensemble à Rouen. J. Grandamy y reste jusqu’en 1645, date à laquelle il prend la charge de recteur à La Flèche. Son retour à Rouen s’effectue, on l’a vu, en 1649, et il devient recteur du collège en 1651.

64 Dans le contexte qui nous occupe ici, il s’agit principalement des censures qui sont conservées sur ce thème et dont l’Ordinatio pro studiis superioribus, promulguée en 1651 et évoquée plus haut, n. 39, constitue une réponse générale du centre, face aux questions et inquiétudes qui parcourent les différentes provinces tout au long de la décennie.

65 Sur Kircher, voir Som., IV, col. 1046-1077. Celui-ci rend compte des expériences romaines dans sa Musurgia Universali, sive Ars magna consoni et dissoni, publiée à Rome, en 1650.

66 Sur Casati, voir Som., II, col. 799-803.

67 Celui-là même qui avait fait écrire à Clavius dans les dernières années du XVIe siècle, dans L. Lukacs (éd.), Monumenta Paedagogica Societatis Jesu, Rome, 1965-1992, vol. 7, 1992, “Modus quo disiciplinae mathematicae in scholis Societatis posssent promoveri”, p. 115 :
“Et que ces dispositions apportent un grand honneur à notre Société, afin que très fréquemment, dans les conversations et les assemblées de gens illustres on ait un débat à propos [des mathématiques], où ils comprennent que les nôtres n’en sont pas ignorants. De là vient que les nôtres ne soient pas dans l’obligation de se taire dans ce genre de conversation, non sans grande rougeur et sans honte. ”

68 Voir supra, n. 39.

69 C’est ainsi que Zénon fait, en mathématiques comme en physique, l’objet d’un enseignement prohibé aussi bien à Rome qu’à Naples ou en Rhénanie Supérieure : pour ce dernier cas, voir dans G.M. Pachtler, Ratio Studiorum et Institutiones..., op. cit., p. 76, lettre du général Vincent Caraffa au provincial de la Rhénanie Supérieure, en 1649 ; pour Naples, voir R. Gatto, Tra scienza e immaginazione. Le matematiche presso il collegio gesuitico napoletano (1552-1670 ca.), Florence, 1994, p. 223-266. C’est pourquoi je nuancerais les analyses de E. Festa, “Quelques aspects de la querelle sur les indivisibles”, dans Geometria e atomismo nella scuola galileiana, a cura di M. Bucciantini e M. Torrini, Florence, 1992, p. 193-208, qui considère le collège des réviseurs généraux du Collège Romain comme une structure monolithique et désincarnée, stable et cohérente tout au long des trente années qu’il étudie.

70 Voir U. Baldini (éd.), Christoph Clavius e l’attività scientifica dei Gesuiti nell’età di Galileo. Atti del Convegno Internazionale (Chieti, 28-30 aprile 1993), Rome, 1995 ; Id., Legem importe subactis..., op. cit. ; A. Romano, La contre-réforme mathématique..., op. cit., première partie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search