Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Pascal, Descartes et les artisans

Bernard Michaux

Texte intégral

1On ne comparera pas ici les conceptions que Descartes et Pascal ont de la technique. Certes cette comparaison ne manquerait pas de contenu : s’y trouveraient les concepts de machine, de construction, d’ordre et de force, à tout le moins, concepts dont l’acception n’est pas que technique, mais dont la problématisation serait gravement mutilée si l’on ne prenait pas en compte l’acception technique. Cette comparaison ne manquerait pas non plus de conséquences. On en aperçoit d’emblée au moins deux.

2D’abord elle conduirait à étudier les relations entre la conception de la technique et la conception de la nature, puisque les concepts désignés ci-dessus sont pertinents dans les deux cas. On apercevrait alors que les différences de conceptions de la technique fournissent des indices, peut-être même des raisons, de distinguer ces philosophies jusqu’en leurs fondements. Ensuite il faudrait considérer les rapports de la matière qui compose la machine et de la pensée qui la dispose et en dispose. Et comme la théorie s’assure elle-même que c’est légitimement qu’elle fait la leçon à l’art, quelque estime qu’elle lui porte, la question de la technique est toujours en quelque façon une pièce de la philosophie de l’esprit et de la raison.

3Cette comparaison ne manquerait donc pas d’intérêt, mais il n’est pas certain que de cette façon la question de la technique soit prise dans toute son ampleur philosophique. D’une part cette comparaison a toujours tendance à se centrer sur l’examen de la notion de machine qui est, il est vrai, celle que nos auteurs étudient le plus souvent. La machine est un objet technique. En tant qu’objet, on croit pouvoir borner sa description à son agencement observable ; en tant que technique on croit pouvoir la comprendre intégralement comme moyen approprié à son but, par là on jugera de son efficacité et de son ingéniosité. Or la machine n’est machine qu’en marche, et, pour cela - surtout en l’absence de moteur énergétique - elle dépend continûment de l’activité de l’artisan. Les textes de Descartes et de Pascal fourmillent d’observations sur cette relation, observations qui disparaissent dans d’autres textes quand il s’agit du statut de la machine, de son rapport propre à l’intelligence. On est donc fondé à demander ce que Descartes et Pascal pensaient de la relation technique de la machine et de l’artisan.

4D’autre part quand on parle à leur propos de technique, il est de la plus extrême importance de distinguer la technique telle qu’elle est en leur temps entre les mains des artisans, et telle qu’elle devient dès lors qu’une mathématisation établit la description du produit fini et même la prescription des modalités de sa construction, voire celle des outils et machines nécessaires de la construction d’une autre. L’éloge du “métier”, du savoir-faire artisanal, correspond à la plus haute estime que puisse avoir à cette époque la pensée rationnelle pour une pratique instruite certes, mais aveugle, ignorante de ses raisons. La “main” de l’artisan est l’autre nom de son jugement, mais précisément son jugement tient dans sa main bien entraînée. Et l’éloge tourne au blâme dès que l’échec artisanal devant une commande inusitée dévoile la routine et la faiblesse de l’induction devant l’universalité du théorème. Descartes et Pascal observent et jugent les techniques de leur temps, ingéniosité et routine, et ils contribuent à ce qu’elle commence à devenir, application précise de lois scientifiques. Ils vivent, chacun à sa façon, cette situation d’être à la fois clients des artisans, et ingénieurs auprès d’eux. Ils sont leurs clients d’un type nouveau, puisqu’en tant que savants ils disposent d’une description mathématique du produit fini exigé, description qu’ils ne communiquent pas à l’artisan qui, à cette date, ne la comprendrait pas. Ils sont ingénieurs auprès des artisans, car ils prétendent leur imposer un dispositif de construction rendu prétendument nécessaire par la précision mathématique attendue du produit.

5Pour Descartes, j’évoque sa tentative réitérée, toujours avortée, de faire construire par un polisseur de lentilles un tour à abraser dont Descartes établit les plans, tour qui permette d’obtenir des lentilles de courbure hyperbolique afin de poursuivre des recherches de dioptrique après la découverte de la loi de réfraction.

6Pour Pascal, j’évoque la tentative laborieuse de faire construire par un horloger une machine arithmétique dont il établit les plans, machine qui soit fiable en ses résultats, solide, transportable, bref d’un usage courant durable. Quelques Pascalines existent toujours, mais la construction de quelques exemplaires non répétable en série ne constitue pas, de l’avis même de Pascal, un succès technique.

7Comment comprendre cette difficulté, pour Descartes et pour Pascal, de la relation avec les artisans ? Cette relation avec les artisans n’est pas toute la situation technique, mais en tant que relation technique et sociale, elle en est le segment central. C’est dans cette relation que s’articulent la précision mathématique des uns, clients-ingénieurs, et l’habileté des autres, artisans informés des matériaux, de leurs résistances et interactions. Dès lors que le savant donne des instructions “de bouche” ou par lettre à l’artisan, l’échec patent et réitéré de son invention n’est plus seulement imputable à la routine de l’artisan. La cause se déplace vers les caractéristiques de leur relation même.

8La complexité du moment technique met à l’épreuve la certitude d’une résolution mathématique des problèmes de construction. L’échec fait retour sur la théorie de la connaissance et la compréhension que l’entendement a de lui-même. Descartes et Pascal expriment envers les artisans une déconvenue, voire une aigreur, à la mesure de leur certitude initiale de tenir dans la précision scientifique du projet la garantie suffisante d’une application réussie. Mais eux-mêmes sont-ils assez attentifs à ce qu’est proprement l’activité de travail, c’est-à-dire les ajustements réciproques du dispositif et du travailleur, ce qu’on pourrait appeler les schèmes techniques qui, seuls, rendent opératoires les procédés même scientifiquement les mieux pensés ?

9Descartes et Pascal ne s’imposent comme ingénieurs auprès des artisans que parce qu’ils sont leurs clients exigeants, tatillons. Ils se mêlent obstinément des procédés, même à contre temps. Malgré lui, Descartes ne construit pas, faute d’habileté, et il s’en plaint. Il fait construire ce qu’il conçoit. Pascal bricole à la lime et aux pinces une machine arithmétique pour son propre usage, différente de celle qu’il commande aux artisans, celle-ci étant destinée à l’usage courant de comptables non avancés en mathématiques. Dans les deux cas, un rapport social de commande marchande vient croiser la répartition des phases techniques dans la situation de travail. Tous les deux en ont conscience, puisqu’ils attendent de ce paiement aux pièces réussies qu’il contraigne à la longue les artisans à améliorer la qualité par auto-apprentissage. Que pouvons-nous reconstituer de ce rapport social ? Que nous apprend-il du devenir des compétences des uns dans leur coordination avec celles des autres ? Que pouvons-nous comprendre de la modalité de socialisation de l’innovation technique moderne fondée sur le savoir scientifique ?

***

  • 1 Cf. MICHAUX B., « Descartes, penseur du travail ? », Actes du XXVIè Congrès de l’A.S.P.L.F., 1996, (...)

10Analysons d’abord la relation de Descartes et des “tourneurs de verre”1 autour de la machine à polir les lentilles - en fait un tour abrasif - dont la description est donnée au public au livre X de la Dioptrique. Et tentons d’analyser la situation technique à partir des indications que donnent de juin 1629 à décembre 1638 la correspondance avec Ferrier, et les lettres avec d’autres correspondants à propos de Ferrier.

  • 2 Toutes les références aux textes de Descartes, tomes et pages, s’entendent de l’édition d’ADAM et T (...)

11Descartes déclare sans cesse sa curiosité pour les métiers et argumente la nécessité théorique de l’observation technique (VI - 62)2. Contre la routine, la connaissance rationnelle est nécessaire, mais contre l’abstraction de la loi, la particularité des cas exige le jugement et la main du praticien. L’observation des techniques est donc inépuisable. Il s’y trouve tant de particularités (I-13) qu’il reste toujours un surplus d’expérience non formalisée ouverte bien entendu à la géométrisation, mais rebelle à un géométrisme simplificateur.

12Mais dans le cas du polissage de lentilles, Descartes n’est pas qu’observateur, il est client des tourneurs de verre, puisqu’il ne polit pas lui-même. Au début du XVIIe siècle, l’à-peu-près géométrique des courbes de lentilles correspond à la tolérance technique ajustée à la demande du client, le pointage astronomique. On peut encore se contenter d’une bonne “fenêtre” sur l’ensemble de la lentille (et d’une verrerie grossière, car il suffit que seule une petite zone de la masse soit homogène). L’exigence de précision va venir d’une diminution de cette tolérance due au changement de la commande : on passe d’un outil de navigation à un instrument scientifique d’optique. Ainsi, après la formulation de la loi de réfraction, Descartes veut poursuivre des expériences de dioptrique avec des lentilles plates d’un côté, convexes de l’autre selon une courbure hyperbolique précise d’un bord à l’autre, définie à l’avance et vérifiée par lui à la livraison (I-597), l’ouvrier n’étant payé que pour les lentilles réussies.

13A Paris, Ferrier qui travaillait sur un tour ordinaire (I-337) avait taillé une lentille si régulière qu’elle permit de vérifier la loi de réfraction établie sans elle. Descartes admirait le savoir-faire artisanal de Ferrier (I-24,33). Dès lors il lui propose pour de nouveaux polissages un tour conçu par lui, véritable machine de précision, du moins le croyait-il, et de conformité à la commande, du moins l’espérait-il. Descartes parti en Hollande chercha longtemps à faire venir Ferrier auprès de lui (correspondance de juin 1629 à septembre 1638). Ferrier ne vint pas. Quelques raisons biographiques peuvent l’expliquer, mais sont-elles les seules ? Au fil des essais de Ferrier, les lettres font état de nombreuses difficultés techniques. Les mêmes se présentèrent avec le “tourneur d’Amsterdam” recommandé par Constantin Huygens et que Descartes rencontra et fit travailler (correspondance d’octobre 1635 à décembre 1638).

14Analysons la relation technique entre Descartes et les artisans. La norme du produit fini est ici le savoir géométrique de l’hyperbole. Elle est détenue exclusivement par le client. L’artisan l’ignore et ne peut user de son savoir-faire pour s’y conformer (I-336). Dans ces conditions, pour obtenir une transposition fixe de la géométrie dans l’opération d’abrasion, Descartes veut faire construire par Ferrier un tour stable, précis, réglable et assez rigide pour que les rapports entre les lames métalliques qui taillent la meule, la meule qui “mange” le verre et la pièce de verre ne varient pas malgré l’usure (VI-211 ; I-29). Certes, l’artisan de cette époque sait fabriquer ses propres outils, surtout quand leur fabrication relève de la même compétence que celle de leurs produits (I-25). Descartes espère utiliser cette habileté et devient l’ingénieur de la machine de l’artisan. Il croit éliminer l’à-peu-près, mais il ne fait que le déplacer, car la construction, puis l’essai de la machine font surgir de nouvelles difficultés pour l’artisan désormais placé hors de son champ de compétence (I-610). Or le savant géomètre n’est pas non plus en état de les résoudre. Malgré les remarques de Ferrier, Descartes néglige les difficultés dues aux matériaux (I-46, 433), à l’abrasion même (I-47, 49, 59 ; II-375). Descartes ne s’inquiète que de l’exactitude du bâti géométrique du tour (VI-217), mais ici encore sous-estime la faisabilité technique : problèmes de vibrations (I-55), de rigidité entre bois et métal (I-505), de durée de précision lors des rotations... En somme, la précision géométrique reconstitue un à-peu-près mécanique.

15L’échec d’une conjonction efficace entre la précision mathématique et la compétence artisanale appelle à présent une analyse de la situation de travail. Quels sont sur la coordination technique du travail les effets des modes de répartition des tâches entre agents et des aspects de leur relation marchande ? La rationalité du but, c’est-à-dire la géométrie de l’hyperbole, appartient, nous le savons, au seul savant comme l’idée vraie au moi qui pense (VI-82). C’est elle qui permet la géométrisation du plan de machine. Une telle application repose sur un présupposé : la réductibilité de toute construction à quelques principes scientifiques d’invention. Cette réduction supposée conduit à tenir pour légitime la prescription complète du procédé à l’exécutant, sans variante de sa part (I-433). C’est ainsi que Descartes demande à Ferrier (I-36) et obtient (I-39) une lettre de révision des instructions de montage avant tout essai pratique. La connaissance, désignée comme empirique par le savant, de la faisabilité (appareillage, matériaux, abrasif) est laissée au savoir-faire de l’artisan (I-13).

16Descartes compte sur les progrès de celui-ci en auto-apprentissage, ne payer que les pièces réussies constituant le meilleur maître. Descartes use fréquemment de la comparaison avec l’exercice du musicien qui apprend son morceau d’après tablature. Mais cette comparaison ne convient pas bien, car dans le cas de l’artisan le savoir-faire est inhibé par le procédé prescrit lui-même qui ne fait qu’alourdir la charge de travail. Descartes ne perçoit pas que sa prescription conduit en réalité à la déqualification des compétences existantes.

17Ferrier lui énumère toutes les difficultés dues au procédé même, mais Descartes ne les assume jamais comme des anomalies qui conduiraient à reproblématiser le choix du procédé, comme si, la géométrisation étant un germe de vérité que rien d’extérieur ne peut remettre en cause, ses effets d’application technique n’admettaient pas non plus de révision.

18La constructibilité est censée être acquise quand la cohérence mathématique est avérée. Cette thèse, recevable en droit pour les instruments mathématiques (X-234 ; VI-391,443), ne l’est plus pour les machines, car des forces sont alors en jeu. Il faudrait distinguer entre géométrie et technique, comme on doit le faire, malgré Descartes, entre géométrie et physique. Ainsi c’est bien la relation marchande qui structure la relation technique entre le client-savant-ingénieur et l’artisan payé aux pièces réussies (I-25, 36, 332). La prise d’autorité technique du savant ruine les compétences de l’artisan qui seraient pourtant nécessaires à la réussite du projet, sans pour autant les compenser par des compétences techniques du savant. La définition savante de la technique nouvelle comme construction d’engins guidée par la connaissance des lois de la nature se présente d’abord comme un échec. L’application précise, opposée prétendument aux routines artisanales, commence par n’être pas opératoire, car le transfert de compétences des unes à l’autre ne se fait pas.

  • 3 Cf. CANGUILHEM, G., “Descartes et la technique”, travaux du IXe Congrès international de philosophi (...)
  • 4 Gille, B., Histoire générale des techniques, Paris, 1978, Encyclopédie de la Pléiade - Gallimard, p (...)

19Tout se passe comme si la spécificité du moment technique ne pouvait pas être gommée3. Ici l’interprétation hésite entre une part non formalisable de la technique qui serait sa créativité propre, sorte de prolongement des forces de la vie dans l’activité humaine plus profond que la pensée ne l’aperçoit, et un état non encore formalisé de l’opération technique, écart temporaire, mais toujours reconduit entre le faire et le dire, où la prescription savante précède à bon droit la réalisation pratique, sans parvenir à la prévoir entièrement. Descartes est en Hollande, Ferrier à Paris. Descartes regrette cet éloignement des partenaires techniques (I-13,50 ; III-332). Ecrire et dessiner accentuent l’abstraction de la description. La pratique technique concrète exige la vue, le geste et la parole, Descartes lui-même y insiste. Mais ses embarras à observer l’opération même (I-505) en seraient-ils levés ? Descartes s’est rendu dans l’atelier du “tourneur d’Amsterdam”, il a mis beaucoup d’espoir dans cet artisan qui avait su construire un très précis modèle en bois de la machine d’après ses plans. Mais le véritable prototype de la machine rencontra les mêmes déboires que celui de Ferrier, et aucune lentille ne fut conforme au gabarit de contrôle utilisé par Descartes, à tel point que celui-ci soupçonna le tourneur d’avoir dans l’exaspération des échecs poli une lentille à la main, croyant que son habileté réussirait où l’usinage imposé par le client échouait. Quoi qu’il en soit, dans la relation de Descartes et des tourneurs, la forme épistolaire de la relation technique vient renforcer les obstacles inhérents à une modalité de division du travail qui empêche le transfert de compétences, donc la coordination utile des rôles. La forme épistolaire illustre et renforce le problème d’une “représentation technique qui soit à la fois complètement descriptive et impérativement prescriptive.”4

***

  • 5 La description technique de tous les exemplaires connus, l’établissement de leur authenticité et la (...)
  • 6 Toutes les références aux textes de Pascal et aux documents d’époque qui concernent la Pascaline s’ (...)

20Analysons à présent la relation de Pascal et de l’horloger de Rouen à la lumière de la description des machines arithmétiques5 qui sont conservées d’une part, et d’autre part à la lecture des indications fournies par la Lettre dédicatoire, l’Avis nécessaire et le Privilège6.

21Pascal, on le sait, songe aux très nombreux calculs auxquels sa charge oblige son père ; il souhaite ainsi alléger la tâche de tous ceux que leur profession astreint à de fréquents calculs ; il faut diminuer leur fatigue et leur éviter la honte des erreurs. Concevoir un tel projet suppose assurément qu’on ne soit pas arrêté par des préjugés philosophiques qui refuseraient que l’esprit se démette de ce qui relèverait de sa seule puissance de juger. Si une machine peut suppléer certaines fonctions de l’intelligence, c’est donc que l’intelligence peut concevoir certaines médiations entre elle-même et elle-même. Mais avant toute interprétation, le projet est suspendu à la réalisation d’une machine à calculer fiable. Pascal entreprend de réduire en machine les quatre opérations du calcul arithmétique tant en base 10 pour le calcul numérique, que base 12 pour la comptabilité en sous et deniers. D’emblée, calcul oblige, la machine doit être un instrument exact, protégé de l’erreur. Si la transposition mécanique du calcul met en œuvre quelques théorèmes mathématiques, même élémentaires, il n’y a pas lieu de supposer par définition que l’usager ou le constructeur les connaisse. La machine arithmétique tient son exactitude d’une arithmétique dormante. Le but de la machine est proprement technique : l’exactitude du résultat étant requise, c’est la fatigue de l’usager, principale source d’erreurs, qui doit être éliminée. La manipulation doit donc être ramenée à un geste unique, commode, répétable et sûr, même lors des baisses du régime de l’attention.

22Pour cela Pascal réalise deux inventions, certes complémentaires pour l’obtention du résultat mathématique, mais très différentes du point de vue technique : la “baguette” et le “reporteur à sautoir”.

23La baguette est un instrument qui permet à l’usager de sélectionner le résultat qu’il souhaite lire, la machine effectuant toujours en même temps l’addition et la soustraction. En effet pour ramener la soustraction à l’inverse de l’addition, et la division à une suite de soustractions comme la multiplication se ramène à une série d’additions, Pascal fait porter sur chaque tambour cylindrique tournant (unités, dizaines, centaines etc...) deux séries de chiffres, l’une croissante, l’autre décroissante, de telle sorte que la somme de deux chiffres placés face à face soit toujours neuf (ou onze pour la machine en base 12) :

9

8

7

6

5

4

3

2

1

0

0

1

2

3

4

5

6

7

8

9

24La réglette traverse la face supérieure de la pascaline sur toute sa longueur, et peut se placer en position basse ou haute, découvrant ainsi le résultat de l’addition, aveuglant celui de la soustraction, et inversement selon la demande de l’usager pour tel ou tel calcul. Ce procédé repose sur des lois des nombres assez triviales. Il a pour unique but la commodité de l’usager. Cette première invention est donc bien technique : par la position de la “baguette”, l’usager sélectionne la lecture du résultat dont il a besoin, mais il effectue, quant à lui, toujours le même geste, tourner avec un stylet les roues-cadrans jusqu’au chiffre des unités, puis des dizaines, etc. des nombres successifs entrant dans son opération. La répétition d’un même geste pour des opérations de calcul distinctes : voilà de quoi éviter de demander trop à l’attention, de quoi éviter la fatigue et diminuer le risque d’erreur ; voilà aussi de quoi favoriser chez l’usager des automatismes sans préjudice pour le calcul. On a souvent remarqué combien les caractéristiques de cette invention, mécanisation du calcul et compatibilité de l’automatisme avec la pensée rationnelle, s’accordaient avec le jugement de Pascal sur les mathématiques elles-mêmes, et à travers lui toute sa philosophie de l’esprit, comme cela se lit, par exemple, dans la lettre à Fermat du 10 août 1660 : “Car pour vous parler franchement de la géométrie, je la trouve le plus haut exercice de l’esprit ; mais en même temps je la connais pour si inutile, que je fais peu de différence entre un homme qui n’est que géomètre et un habile artisan. Aussi je l’appelle le plus beau métier du monde, mais enfin ce n’est qu’un métier... ” De tout ce que suppose l’usage fort simple de cette “baguette”, ni l’usager, ni le constructeur, n’ont en principe besoin de rien savoir. Et de fait ils ne connaissent pas les théorèmes arithmétiques sur lesquels l’inventeur s’appuie. La norme du produit fini est ici bien évidemment l’exactitude arithmétique des résultats, et cela ils l’aperçoivent tôt ou tard. Mais ils ignorent tout du procédé qui transpose l’arithmétique en mécanique, procédé dont la fiabilité doit être sans faille, car telle est, bien entendu, la norme technique d’une machine à calculer.

25Mais ceci n’est pas sans conséquences techniques. La commodité de l’usager exige que les roues-cadrans à tourner et les fenêtres où lire les chiffres des tambours qui composent le résultat soient sur la même face de la machine supposée posée sur une table, c’est-à-dire la face supérieure de la boite. Des mouvements perpendiculaires doivent être ramenés sur le même plan. Cela conduit à une machinerie interne de roues dentées, de pignons, de cliquets extrêmement compliquée, d’autant plus compliquée qu’elle ne doit pas entraver la justesse de F effectuation des calculs. Sur ce point, les plans de Pascal sont minutieux et stricts. Comme l’horloger sait mal ou peu les lire, c’est le moment où il est bon d’avoir des explications “de bouche”, le moment où un gentilhomme instruit d’arithmétique et de mesure doit se tenir près de l’artisan et contrôler d’après le plan et les gabarits la conformité de chaque pièce usinée. La compétence de l’horloger est engagée, car on lui demande un façonnage de précision. Mais sa compétence est aussi rejetée, car l’artisan n’est pas apte à reconnaître lui-même cette précision dont le contrôle revient au savant, client et ingénieur, ou son représentant. Pourtant il n’est pas impossible que l’artisan fasse à l’inventeur des propositions d’amélioration, notamment de simplification lors même de la construction. Mais Pascal récuse toutes les propositions techniques au nom de l’exactitude toute arithmétique des résultats à obtenir. Pascal a conçu une machinerie qui donne des résultats exacts. Un prototype ayant fait ses preuves, il récuse des propositions mécaniques d’artisan, au nom d’un argument général du risque d’erreur, argument normatif qui élimine d’avance tout examen de ces propositions. La norme du produit fini, ici l’exactitude arithmétique, place les artisans dans une situation de rupture de compétences. L’application de la science à la technique permet au prescripteur de s’approprier l’habileté de l’artisan, mais, ce faisant, elle écarte la compétence de l’artisan et fragilise son habileté en la privant de ce moyen de progresser qu’apporterait un retour critique sur la norme.

  • 7 Cf. HUYGENS, Œuvres complètes, vol. 2. Correspondance, La Haye, 1950.

26Réciproquement Pascal s’attribue une compétence artisanale qu’il n’a pas. C’est toute la mésaventure de sa deuxième invention, le “reporteur à sautoir”. Pascal le considère comme le principal avantage de la machine arithmétique sur le calcul “à plumes et à jetons”. La machine fait automatiquement les retenues, épargnant ici encore la fatigue de l’usager et la honte des erreurs de report. Concrètement, on dispose d’une roue à l’autre un cliquet qui déclenche la suivante d’un cran (une unité) à chaque tour complet de la précédente (une dizaine, une centaine...). Ce cliquet est à la fois un blocage anti-retour et un sautoir de retenue. Telle est la pièce dont Pascal est le plus fier. C’est encore elle qui, pour son ingéniosité, fait l’objet d’un dessin de détail soigné par Bellair dans son courrier à Christian Huygens7 et d’une figure dans l’Encyclopédie. Pourtant c’est d’elle en grande partie que vient la faiblesse technique de la pascaline et son abandon ultérieur, et ceci pour deux raisons. D’une part les mouvements propres de ces cliquets qui doivent toujours rester libres viennent ajouter un aspect de complication à la machinerie interne que le besoin de ramener geste et lecture sur la même face surcharge déjà de roues et de pignons intermédiaires. D’autre part, et surtout, ces sautoirs à retenue fonctionnent par pesanteur. C’est la pesanteur qui fournit la force de leur retombée au moment de la retenue. Ceci implique nécessairement que la machine en fonction soit toujours posée à plat, et qu’elle reste dans le bon sens lors des transports pour éviter toute confusion interne. Pascal qui travaille explicitement dans la perspective d’un usage courant a songé aux impondérables du transport. Il a donc compliqué un peu plus les rouages qui sont dessinés de façon à s’empêcher les uns les autres de se déboîter dans tous les sens, tout en gardant entre eux assez de jeu pour se mouvoir sans se bloquer.

27C’est cette complexité qui est au cœur de la relation technique entre Pascal et les ouvriers horlogers. Ceux-ci ont manifestement des propositions de simplification de construction que Pascal n’entend pas. Puisque la norme du produit fini, c’est-à-dire l’exactitude du calcul mécanique, échappe aux artisans, leurs propositions techniques mettraient cette norme en péril. Pascal n’a sans doute pas tort, mais il va plus loin et n’examine pas les avantages que pourraient avoir leurs propositions dans le respect des exigences d’exactitude que lui connaît. Il n’envisage aucune reproblématisation du procédé, même compatible avec l’exactitude du résultat. Il lui arrive de se corriger lors des premiers essais, mais il ne se laisse pas corriger. Selon la même attitude, il n’admet aucune objection d’autres amateurs, ceux qu’il appelle dans l’Avis, les “savants imparfaits”. Les uns, dit-il, font des objections géométriques (sur la forme des pièces), les autres des objections mécaniques (sur le mouvement des pièces), d’autres encore des objections physiques (sur les forces en jeu, dont la pesanteur). Toutes les objections sont donc rejetées en raison de leur prétendue unilatéralité. Pour Pascal, le problème technique est essentiellement un problème complexe. C’est là une rhétorique qui permet à Pascal de s’auto-proclamer le seul spécialiste du problème d’ensemble, le seul à savoir articuler les trois savoirs géométrique, mécanique et physique qui s’articulent dans l’invention du reporteur à sautoir, sa plus grande fierté.

  • 8 Avis nécessaire..., éd. MESNARD, ouv. cité, p. 336.

28“S’ils avaient médité autant que moi sur cette matière et passé par tous les chemins que j’ai suivis pour venir à mon but, l’expérience leur aurait fait voir qu’un instrument moins composé ne pouvait avoir toutes ces conditions”.8

  • 9 Ibidem, p. 338.

29La méditation technique de Pascal passe par le paradoxe de la complexité, à savoir que “pour rendre le mouvement de l’opération plus simple il ait fallu que la machine ait été construite d’un mouvement plus composé”9. Ce paradoxe de la complexité technique repose sur un concept de la perfection technique qui n’est pas la simplicité absolue, mais un optimum de complexité de l’objet technique nécessaire pour atteindre un optimum de simplicité de son usage. Ce paradoxe pascalien de la complexité, meilleur rapport entre la complication interne et la simplicité externe, est un concept proprement technique, puisque les objectifs visés ici ne sont pas proprement théoriques, mais bien pratiques : la commodité de l’usager, la facilité d’emploi, la rapidité de résultat, la solidité durable, tous objectifs qui supposent bien sûr l’exactitude des calculs, mais qui surtout distinguent la machine et les procédés de calculs par écriture ou par abaque.

  • 10 cité dans l’éd. MESNARD, p. 345.

30Il y a donc bien une pensée de la technique chez Pascal. Ce concept d’optimum de la complexité technique l’atteste. Et pourtant le malentendu persiste sur cette “méditation” technique qui n’en est pas une, puisqu’elle fait abstraction de toute observation de la situation technique, qu’elle ne fait pas bénéficier le projet d’un retour critique des événements de fabrication. Pascal, il nous le dit, a bricolé pour son propre usage dans son cabinet d’étude une machine arithmétique qui n’est pas celle qu’il demande aux artisans Celle-ci tient compte, ou du moins le croit-il, de l’ignorance mathématique de l’usager qui ne doit pas avoir à raisonner pour utiliser la machine. Le paradoxe de la complexité est donc le concept technique par lequel la pensée savante sort du cabinet du savant : c’est ce concept qui permet de concevoir que le savant propose un instrument de précision à l’usage des ignorants. Mais ce concept, proposition très remarquable de la pensée technique de Pascal, ne peut chez lui se construire, faute de prendre en compte les événements du faire, en l’occurrence faute de reconnaître la légitimité du dire des artisans et des amateurs. Le paradoxe de la complexité technique énoncé par Pascal est d’ailleurs démenti par plusieurs de ses contemporains qui ne voient dans la machine que complications. Ainsi, en septembre 1646, Petit dans sa lettre à Buot écrit à propos de la Roue Pascale : “Comme elle consiste en quantité de roues, de ressorts et de mouvements, et qu’il faut la tête et la main d’un bon horloger pour la comprendre et l’exécuter, comme l’adresse et la connaissance d’un bon mathématicien pour pouvoir s’en servir, il est à craindre que son usage ne soit jamais rendu commun et qu’on le garde plutôt dans les cabinets et grandes bibliothèques.10

31Ce texte est remarquable par son exact jugement sur l’échec commercial, mais aussi parce qu’il sépare, comme autant d’objections, précisément les différents paramètres que Pascal entend articuler dans le concept d’optimum de complexité. Sans doute, Petit ne perçoit-il pas que l’intention de Pascal est précisément d’articuler au mieux tous ces paramètres. Mais par là-même nous voyons le paradoxe du paradoxe, c’est-à-dire l’échec d’un concept purement rationnel d’optimum de complexité technique, un concept non instruit par l’expérience de la relation technique.

32Venons-en alors à l’analyse de la relation de travail qui s’établit entre Pascal et les artisans. Par ses récriminations constantes contre les copies défectueuses, les “avortons”, nous savons que Pascal juge les artisans présomptueux. Même ceux qui excellent en leur art, travaillent en tâtonnant, “sans mesures certaines”. Mais au regard des exigences nouvelles, leur excellence devient imprécision. Leur présomption vient de ce qu’ils ne se reconnaissent pas incapables d’atteindre seuls la précision, ou plutôt ce que la science du client-savant proclame telle, la précision qui lui convient, car s’il y a des seuils de précision, il n’y a pas de précision en soi. En revanche, contrôlé de près par un bon mathématicien, l’artisan devrait pouvoir mettre son habileté au service de cette précision dont il ignore les règles et la mesure. En d’autres termes la prétendue présomption est une rébellion professionnelle contre la nouvelle autorité savante.

33Dès lors apparaissent quelques aspects de la relation de pouvoir du client-savant-ingénieur sur l’artisan dans la situation de travail.

  • 11 Avis nécessaire..., ibidem, p. 341.

34Le premier aspect est l’hétéronomie du travail ouvrier. Pascal est là, lui ou un autre arithméticien, à côté de Partisan. Il ne lui montre guère de dessin coté, car l’artisan ne sait pas transposer des cotes. Il lui apporte plutôt des modèles de pièces ou des gabarits, il décrit “de bouche”. C’est aussi ce qu’est chargé de faire Roberval à Paris auprès des chalands curieux11. La vue d’une machine, l’essai (demonstratio ocularis) et les explications orales de Roberval valent mieux qu’un prospectus. Comme dans le cas de Descartes, la relation de Pascal et des artisans pose le problème de la représentation technique, problème, soit dit en passant, dont la philosophie s’est peu saisi, le confondant abusivement avec celui, mieux connu, de la représentation encyclopédique. Voici donc le savant qui commande et qui surveille, qui ordonne et qui contrôle, qui paie en cas de réussite : l’artisan est en position de travail prescrit, buts et procédés. Pour accomplir le travail prescrit, il est dépossédé de son travail réel, c’est-à-dire de tous les micro-dispositifs d’ajustements de son habileté à la tâche par lesquels il arriverait aussi au but, mais autrement. L’artisan est dépossédé des schèmes techniques subjectifs par lesquels s’accomplit sa compétence objective. Pascal en appelle malgré tout à l’habileté artisanale, au moment même où il la neutralise par une prescription stricte et non révisable. S’en rend-il compte ? Descartes loin de Ferrier inventait l’atelier dispersé, Pascal placé, lui, au plus près de l’artisan invente la machine-outil. C’est l’artisan lui-même qui fait office de machine-outil. L’hétéronomie forcée dans laquelle le travail artisanal est ainsi placé découle très directement de la relation marchande établie avec ce nouveau client précis qu’est le savant et ingénieur.

  • 12 Privilège.... ibidem, p. 711.

35Le second aspect de la relation de pouvoir dans cette situation de travail consiste en une contrainte d’apprentissage sans transfert de savoir. Comme on le lit dans le Privilège, dans un argumentaire qui est probablement de la rédaction de Pascal, on espère à terme “styler” les ouvriers12. Cela veut dire que l’on s’attend à ce que “le continuel exercice ait donné aux artisans l’habitude de suivre et pratiquer ces règles avec assurance”. L’expérience venant, l’habitude pourrait ainsi adapter la pratique artisanale, le geste aux nouveaux procédés. L’habitude de la précision imposée deviendrait-elle, elle aussi, une seconde nature ? Pourrait-on passer de l’habileté imprécise à l’habileté précise, précision entendue encore une fois comme conformité aux exigences du client qui mesure ? Cette question qui reste assez allusive chez Pascal est au demeurant difficile à cerner pour une raison externe à son propos (ce n’est ni de cette manière, ni avec de tels matériels que se sont imposés les procédés de manufacture), et pour une raison interne à son propos : comment concevoir l’apprentissage d’une habileté aveugle, c’est-à-dire d’un savoir-faire de la précision sans transfert au technicien du savoir mathématique de la précision, et sans dispositif matériel externe de maintien de cette précision ? Sans transfert de savoir et en l’absence de machine-outil, “styler” l’ouvrier n’a qu’un seul sens : l’amener par habitude à intérioriser ce qui est au début hétéronomie, à confirmer par le naturel du geste acquis la prise de pouvoir du savant sur Partisan. On conçoit alors que le savant ne pourra pas se faire ingénieur, c’est-à-dire prescripteur de technologies nouvelles, et secondairement instructeur de l’artisan, s’il n’est d’abord son client, celui qui paie ou rejette les produits finis selon des critères dont il se réserve l’exclusivité.

36Il faut encore noter ici cette conception selon laquelle le progrès technique est censé dépendre exclusivement de la pensée savante. Les progrès de l’habileté de Partisan le feront s’approcher d’une précision dont il n’est pas appelé à définir la norme. Quant au savant, il a rompu, sans s’en apercevoir, la compétence de Partisan, alors qu’il croit encore pouvoir la capter. Mais il n’en attend rien pour l’amélioration du projet lui-même. Tout se passe comme si le moment technique ne disposait d’aucune dynamique propre. Ainsi, à la dernière page de l’Avis nécessaire..., Pascal fait état de plus de cinquante modèles réalisés par corrections successives. Le premier fonctionne toujours (mais pour quel usage ?), ce qui veut dire que l’usure ne lui fait pas commettre d’erreurs, mais les suivants présentent moins d’inconvénients, moins de blocage des roues en emploi rapide, moins de rudesse du mouvement à quoi remédie un meilleur façonnage des pièces et de la tension des ressorts, moins de fragilité au transport grâce à des améliorations de construction et à un meilleur choix des matériaux. Sans doute faut-il tenir compte du rôle de prospectus publicitaire de ce texte, et de l’habitude courante que prend l’inventeur de dire “je” quand c’est tout un atelier qui travaille pour lui. Néanmoins tous les verbes, “j’en fis insensiblement une seconde”, “je trouvai les raisons”, “j’ai pris la patience de faire montrent que le progrès technique est ici représenté comme un progrès de conception chez le seul inventeur, hors de toute mise en commun de la problématique avec les artisans. Entre la réalité inaperçue de la rupture de compétence de l’artisan et cette représentation, non sans fondement philosophique, du statut intellectuel et individuel du progrès technique, une sorte de boucle de renforcement se forme, et constitue, en cette aube de bouleversements des rapports entre sciences et techniques, un véritable malentendu technologique.

***

37Descartes et Pascal ne faisaient pas construire les mêmes machines. Pourtant l’analyse technique montre la parenté des problèmes techniques qu’ils avaient à résoudre. On aperçoit, une fois de plus, que l’objet technique n’est pas une chose. Bien sûr, dans l’objet technique, les matériaux et les agencements présentent des contraintes objectives qu’on peut mécaniquement, physiquement, chimiquement décrire. Mais la détermination de ces matériaux et agencements relève de la situation technique qui est bien plus large que l’objet technique. Ces matériaux et agencements sont comme sélectionnés par la situation technique laquelle inclut à son tour la relation technique, c’est-à-dire le mode de coordination des divers segments du travail, invention, construction, contrôle, modification. Et à son tour cette relation technique est façonnée par la relation sociale de travail ; qui est inventeur, qui est commanditaire, qui est exécutant, quelles prises en compte de l’information entre ces rôles ? Ainsi l’objet technique n’est pas complètement analysable sans l’étude de ces déterminants plus généraux. Réciproquement l’analyse de l’objet technique, si elle ne s’enferme pas dans sa seule factualité matérielle, ouvre des perspectives sur la situation technique et sociale.

38Si les mésaventures techniques de Descartes et de Pascal ont quelque chose de commun, c’est peut-être ce malentendu technologique. L’un comme l’autre ont entrevu la spécificité du moment technique sans l’éclairer vraiment, ni pouvoir en tirer la leçon pour leurs projets mêmes. Ils n’ont pas reconnu chez l’artisan toute l’importance du schème technique, c’est-à-dire de l’ajustement réciproque de la compétence et du dispositif. Maîtres savants de leurs dispositifs, Descartes et Pascal n’ont pas véritablement entendu les objections pratiques des artisans, comme si la pratique ne parvenait pas à sa propre réflexion. Réciproquement, ils ont fait crédit à l’artisan de son ingéniosité, sans voir combien elle était disqualifiée dans la situation nouvelle. Ils ont confondu ingéniosité et technicité. Et, à vrai dire, c’est la technique qui n’a pas été pensée. Pascal a très finement analysé la relation technique et commerciale entre l’inventeur-vendeur et l’usager-acheteur, en donnant une liste très détaillée des critères de satisfaction et de coût. Mais il a à peine abordé une analyse de même ordre et tout autant nécessaire de la relation de l’inventeur-ingénieur-client et de Partisan. Le rapport marchand entraîne un rapport d’autorité en faveur de l’inventeur, ce qui est censé d’une part rapprocher par auto-apprentissage l’artisan d’une norme qu’il ne connaît pas, et d’autre part ôter toute portée critique à ses objections pratiques. Or le procédé retenu par le savant est certes rationnellement fondé, mais non point inamendable. On voit ici comment un rapport d’autorité masque la présence dans le processus technique d’occasions de rectifier la vérité.

39La pensée de la technique reste abstraite si on ne dispose pour elle que des notions d’idée et de matière, de but et de moyen. La situation technique, véritable objet de la pensée de la technique, est une réalité observable et connaissable par élaboration de concepts. Elle n’est pas idéalement pensable à partir d’une idée de la technique. Il y a échec pratique et danger théorique de réductivisme à considérer que la connaissance scientifique puisse déduire de ses seules procédures de vérité les applications pratiques. La notion de compétence, codifiée dans les pratiques sociales, reviendrait alors de plein droit dans le champ de la critique philosophique.

Bibliographie

RÉFÉRENCES GÉNÉRALES

BACHELARD, G. (1948) - le Rationalisme appliqué, Paris, P.U.F., 1949, rééd.1986.

DAGOGNET, F. (1979) - Mémoire pour l’avenir, Paris, Vrin, 1979.

DAUMAS, M. (1953) - Les instruments scientifiques aux XVIIe et XVIIe siècles, Paris, P.U.F., 1953.

KOYRÉ, A. (1948)- “Les philosophes et la machine”, “Du Monde de l’à peu près à l’univers de la précision”, in Etudes d’histoire de la pensée philosophique, Paris, Armand Colin, 1961 : rééd. Paris, TEL, Gallimard, 1971, p. 305 sqq ; p. 341 sqq.

ROSSI, P. (1962)- Les philosophes et les machines. 1400-1700, trad. fr. Paris, P.U.F. 1996.

SCHWARTZ, Y. (1988) - Expérience et connaissance du travail, Paris. Messidor, 1988.
(1992) - Travail et Philosophie. Convocations mutuelles,

Toulouse, Octarès, 1992.

SERIS, J.P. (1987) - Machine et communication, Paris, Vrin, 1987.
(1994) - La Technique, Paris, P.U.F., 1994.

Notes

1 Cf. MICHAUX B., « Descartes, penseur du travail ? », Actes du XXVIè Congrès de l’A.S.P.L.F., 1996, L’Esprit cartésien, Paris, 2000, Librairie Vrin, vol. 1, p. 319 à 323.

2 Toutes les références aux textes de Descartes, tomes et pages, s’entendent de l’édition d’ADAM et TANNERY, Paris, Librairie Vrin, nlle éd. 1996.

3 Cf. CANGUILHEM, G., “Descartes et la technique”, travaux du IXe Congrès international de philosophie, Etudes cartésiennes, IIe partie, Paris Hermann, 1937, II 77-85 ; rééd. Cahiers philosophiques no 69, décembre 1996, Paris, C.N.D.P., p. 93 à 100.

4 Gille, B., Histoire générale des techniques, Paris, 1978, Encyclopédie de la Pléiade - Gallimard, p. 1438.

5 La description technique de tous les exemplaires connus, l’établissement de leur authenticité et la présentation historique de leurs copies et répliques font l’objet de l’admirable ouvrage de Guy MOURLEVAT, Les machines arithmétiques de Blaise Pascal, Mémoires de l’Académie des Belles Lettres et des Arts de Clermont-Ferrand, t. LI, Clermont-Ferrand, 1988, La Française d’édition et d’imprimerie.

6 Toutes les références aux textes de Pascal et aux documents d’époque qui concernent la Pascaline s’entendent de l’édition des Œuvres complètes par Jean MESNARD, t. II, Paris, 1970, Desclée de Brouwer.

7 Cf. HUYGENS, Œuvres complètes, vol. 2. Correspondance, La Haye, 1950.

8 Avis nécessaire..., éd. MESNARD, ouv. cité, p. 336.

9 Ibidem, p. 338.

10 cité dans l’éd. MESNARD, p. 345.

11 Avis nécessaire..., ibidem, p. 341.

12 Privilège.... ibidem, p. 711.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search