Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Les expériences sur le vide et le statut de l’expérience

Simone Mazauric

Texte intégral

  • 1 Blaise Pascal, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Jean Mesnard, Paris, Desclée (...)

1On peut contempler, à la National Gallery de Londres, un tableau intitulé An experiment on a bird in the Air Pump, du peintre Joseph Wright of Derby. Ainsi que son titre le précise, ce tableau représente une expérience réalisée avec la pompe à air mise au point vers 1660 par Boyle, expérience consistant à vérifier si un oiseau emprisonné dans le globe de verre où l’on réalise le vide se révèle capable de voler, ou, plus probablement, de survivre. Il s’agit là, est-on tenté de penser, de l’exécution d’une variante d’une expérience imaginée quelques années plus tôt par Roberval. Dans la Narration à Desnoyers, Roberval après avoir exprimé les doutes, les incertitudes qui selon lui subsistaient concernant le statut exact de l’espace apparemment vide que révélaient les expériences accomplies par Pascal, ajoutait en effet ceci : « Aussi attendons nous la fabrication de tubes dans lesquels nous puissions introduire des animaux pour voir s’ils peuvent y vivre, et surtout y voler. Car s’ils y volent, il y a sans aucun doute un corps sur lequel ils appuient leurs ailes ; dans le cas contraire, il paraîtra pur vide »1. Cette expérience à notre connaissance n’a jamais été tentée par Roberval, faute sans doute de ces tubes qui auraient permis de réaliser l’expérience, et Mersenne s’est contenté de son côté de l’exécuter sur des mouches et sur des souris, afin de tester leur survie, sérieusement compromise d’ailleurs par l’utilisation des classiques tubes de verre remplis de mercure. En revanche, l’expérience a bien été effectuée par Boyle ou par ses disciples, dans la mesure où ils utilisaient un dispositif très différent du tube barométrique, qui rendait l’expérience beaucoup plus facilement exécutable puisqu’il s’agissait de produire le vide par le moyen de la pompe à air, sans utilisation du mercure. Cette expérience avait en outre pour but de tester la survie des oiseaux, non leur capacité à voler, le problème du vide étant tenu pour résolu par Boyle.

2Ce point est d’ailleurs secondaire car ce qui compte d’abord, c’est moins l’expérience elle-même que la façon dont le peintre l’a représentée. À l’arrière-plan, un décor assez imprécis, aux accents « gothiques », où la pleine lune apparaît entre des nuages. Au premier plan, la pompe à air elle-même, et dans le globe de verre qui en constitue l’élément essentiel, un oiseau qui vient d’être sorti d’une cage représentée à la droite du tableau. Mais le recours au procédé du clair-obscur dissimule en partie le dispositif expérimental lui-même, qui est finalement assez peu lisible, car il n’est pas clairement détaché du groupe des personnes qui rassemblées autour d’une table, assistent à l’expérience et sur les visages desquels se concentre en revanche la lumière, visages intéressés ou étonnés d’hommes, de femmes et d’enfants. C’est à l’évidence une famille entière qui a été réunie pour assister à une expérience accomplie non en laboratoire ou dans un lieu destiné spécialement à l’expérimentation scientifique, mais dans l’intimité du domicile familial.

  • 2 Entre le colloque de Rouen et la mise au point définitive de cet article, est paru un article consa (...)

3Or ce tableau présente un intérêt incontestable car il donne à découvrir, quelles que soient les précautions qu’impose la lecture d’une œuvre d’art2, la perception que l’on a pu avoir d’expériences dont le retentissement a largement dépassé en leur temps le public savant au sens étroit du terme, et, plus généralement la représentation que l’on a pu se faire de la pratique expérimentale à une époque où le statut de cette pratique est en voie de constitution. Perception, représentation certainement subjective que celle d’une œuvre d’art qui n’a évidemment pas l’ambition de dévoiler et d’énoncer le statut épistémologique de l’expérience, mais à laquelle on ne peut refuser pour autant une valeur de témoignage en ce qui concerne la façon dont ces expériences ont été perçues dans un certain public, le public cultivé de ceux qui les ont suivies, qui ont manifesté une curiosité attentive à leur égard, tout en leur prêtant un sens peut-être différent de celui que leurs auteurs ont désiré leur donner autant que de celui qu’une certaine historiographie a pu rétrospectivement leur conférer.

  • 3 Préface à la seconde édition de la Critique de la Raison Pure.
  • 4 Voir à ce sujet S. Schapin et S. Schaeffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre scie (...)

4Moyen éprouvé de faire progresser la physique dans la « voie sûre d’une science », pour paraphraser Kant3, moyen grâce auquel cette discipline s’est arrachée aux incertitudes, aux tâtonnements et aux vaines disputes de la métaphysique - c’est ainsi que Boyle concevait la portée du dispositif expérimental qu’il avait mis au point pour permettre aux débats sur le vide de quitter le domaine des querelles scolastiques4 -, la pratique expérimentale, liée au destin de la science moderne, a souvent passé pour avoir permis à la connaissance de la nature d’accéder à la scientificité véritable, et à se doter notamment des caractères de clarté, d’évidence tenus pour inséparables de la rationalité scientifique et qui passent également pour avoir caractérisé cette pratique dans la conscience même de ses auteurs.

5Or le tableau de la National Gallery ne présente aucun des caractères dont nous créditons, à la suite de cette tradition historiographique, l’expérimentation scientifique : cultivant le clair-obscur, mettant en scène au moins la curiosité sinon l’émerveillement, l’admiration, faisant de cette expérimentation un sujet de divertissement, familial en l’occurrence, il nous invite impérativement à revenir sur les textes qui ont accompagné, pour les présenter et les commenter, les expériences sur le vide. Car ce tableau suggère un possible décalage entre plusieurs représentations de l’expérience, ou, plus exactement, l’équivocité, ou la polysémie voire l’ambiguïté d’une pratique dont l’analyse de ces textes permettra de constater que dans les premiers moments de sa mise en œuvre, elle n’a jamais fait l’objet d’une élucidation systématique. La tradition historiographique qui vient d’être évoquée peut en effet difficilement trouver un point d’appui sur les textes produits à l’époque des débuts, en France, de la pratique expérimentale, qu’il s’agisse des textes de Pierre Petit, de Mersenne, de Roberval, de Guiffart ou de ceux de Pascal lui-même qui est sans doute celui qui est tenu pour être allé le plus loin dans la voie de cette élucidation, sans pour autant à notre sens l’avoir conduite tout à fait rigoureusement ou systématiquement ou jusqu’à son terme. C’est donc à ces textes même qu’il faut revenir pour mettre pleinement en évidence la polysémie et l’incertitude du statut épistémologique d’une nouvelle pratique que tous ou presque adoptent sans tenter pour autant de lever cette incertitude dont rien n’indique d’ailleurs qu’elle ait été perçue en tant que telle.

6De ce point de vue, les positions varient assez sensiblement d’un auteur à l’autre. C’est pourquoi il s’agira de comparer les différents discours de l’expérience afin de mettre en évidence la complexité du processus de constitution et de théorisation de la pratique expérimentale qui, plus que dans le surgissement d’une innovation méthodologique, d’une méthode « inouïe », a surtout consisté en quelques déplacements qui ont bien toutefois à terme produit une méthodologie réellement renouvelée sans être pour autant entièrement révolutionnée et dont le statut théorique restera à expliciter.

*

  • 5 O. C, II, p. 349-359.
  • 6 Je n’entrerai pas ici dans le détail de la controverse qui oppose les partisans de la réalité de ce (...)
  • 7 O. C., II, p. 498-508.
  • 8 Il s’agit ici bien évidemment des controverses portant sur la valeur probatrice de ces expériences (...)
  • 9 Dans la Narration à Desnoyers, O. C., II, p. 459-477. Le récit des expériences personnelles de Robe (...)
  • 10 Sur cette expérience, voir par exemple P. Mouy, Le développement de la physique cartésienne, 1646-1 (...)
  • 11 Sur cette expérience et ses différentes modalités, voir ibid., pp. 128-129.
  • 12 Voir à ce sujet la lettre d’Hallé de Monflaines à Mersenne du Ier février 1648, et publiée par J. M (...)
  • 13 Voir à ce sujet René Pintard, « Autour de Pascal. L’Académie Bourdelot et le problème du vide » dan (...)
  • 14 « Je voudrais aussi, écrit Descartes à Mersenne après que ce dernier l’a enfin informé du débat qui (...)
  • 15 Sur ces expériences, voir P. Mouy, op. cit. ainsi que, pour l’expérience imaginée par Pascal O. C., (...)
  • 16 Toutes ces expériences sont relatées dans le Récit de la grande expérience de l’équilibre des lique (...)
  • 17 Cette expérience a fait partie de l’expérience dite du puy de Dôme. Voir O. C., II p. 683.
  • 18 A ce sujet, voir P. Mouy, op. cit., p. 129.

7Si l’on s’en tient par commodité au seul cas de la France, il est incontestable que la diffusion par Mersenne en 1645, à son retour d’Italie, de l’expérience barométrique qu’il a vu exécuter par Torricelli à Florence inaugure une nouvelle pratique de la science. On assiste en effet à la multiplication d’expériences destinées avant tout à trancher la question du vide puisque, dans un premier temps, l’« exportation », l’« acclimatation » en France de l’expérience dite « d’Italie » a eu pour effet de dissocier la question du vide et celle de la pression atmosphérique, à l’origine pourtant inséparablement posées. Après les essais infructueux de Mersenne à Paris, la première expérience réalisée en France avec succès est celle exécutée par Pierre Petit et Etienne Pascal à Rouen et dont Pierre Petit a fait le récit dans une lettre à Chanut5. Si l’on suit l’ordre chronologique, cette première expérience est suivie par celles de Pascal qui n’a été que spectateur de l’expérience précédente, qui lui a suggéré les différentes variations qu’il a imaginées et qu’il a exécutées ou prétendu exécuter à son tour6, variations qui sont exposées dans les Expériences nouvelles touchant le vide7. Or les controverses provoquées par ces expériences rouennaises8 ont suscité un foisonnement de nouvelles expériences construites chacune comme des variantes de l’expérience de Torricelli. Celles de Roberval lui-même, qui a entrecroisé leur narration avec celle qu’il a consacrée aux expériences de Pascal9 ; quelques mois plus tard, il imaginera et réalisera à l’académie Bourdelot la célèbre expérience de la vessie de carpe10 ainsi qu’une des modalités de l’expérience dite « du vide dans le vide »11. Ces expériences sont accomplies simultanément avec celles de Mersenne qui a enfin pu se procurer, grâce aux verriers rouennais12, les tubes de verre dont il manquait à Paris : expériences sur de petits animaux notamment dont il a été question plus haut. L’académie Bourdelot reproduit à son tour l’expérience d’Italie et réalise également des expériences originales, dont Bourdelot lui-même adresse le récit à l’un de ses correspondants13 ; expériences peut-être inspirées par celles que Descartes avait proposées depuis la Hollande en intervenant à son tour dans le débat et dans la controverse14. Deux autres versions de l’expérience du vide dans le vide sont également imaginées : l’une par Auzoult, un jeune rouennais ami de Pascal, l’autre par Pascal lui-même15. Enfin, une nouvelle expérience va en quelque sorte mettre un terme à une période d’intense invention expérimentale (après, il ne s’agira guère que de reproduire des expériences déjà effectuées), celle que Pascal a dénommée la Grande expérience de l’équilibre des liqueurs, expérience désignée ainsi au singulier, mais qui n’en a pas moins été exécutée elle aussi, sinon sous des formes différentes, mais au moins à des échelles différentes : au puy de Dôme, bien évidemment, mais aussi à Clermont même, au bas et au sommet de « la plus haute tour de la cathédrale », à Paris par Pascal en personne au bas et au sommet de la tour Saint Jacques de la Boucherie, ainsi qu’au bas et au sommet d’une maison haute de 90 marches ; expérience qui cette fois-ci relie expressément le problème du vide à celui de la pression atmosphérique16. On peut ajouter à ce recensement l’expérience qu’on a appelé « l’expérience continuelle du vide », qui consistait à laisser le tube de Torricelli continuellement monté, afin de noter régulièrement les variations de la hauteur du mercure, dont on proposait une interprétation météorologique17, ainsi que l’invention par Jacques Rohault d’un nouveau dispositif expérimental pour l’expérience du vide dans le vide, appelé la « chambre de Rohault »18.

  • 19 Voir par exemple M. Clavelin, La philosophie naturelle de Galilée, Paris, 1968, passim.
  • 20 Voir R. Lenoble, Mersenne et la naissance du mécanisme, Paris, 1943, p. 483 notamment.

8Tout ceci est certainement bien connu et ne vient de faire l’objet d’un rappel que pour situer la démarche de Pascal dans le contexte exact de son effectuation c’est-à-dire ce contexte de recours systématique à ce que j’appellerai volontairement de façon assez vague la « pratique » de l’expérience. Certes ce recours ne représente pas à l’époque une nouveauté absolue : il suffit de rappeler quelques-unes des expériences de Galilée19, et Mersenne aussi, par exemple, avait traité des problèmes d’acoustique en empruntant cette même voie20. Ce qui est nouveau en revanche, c’est que pour la première fois un problème de physique paraît exiger, pour pouvoir être résolu, d’être traité par le moyen de la mise en œuvre de dispositifs expérimentaux et que la controverse née à son propos provoque ce déploiement d’ingéniosité dont Pascal le premier a donné l’exemple pour imaginer et construire de tels dispositifs, d’ailleurs souvent très complexes et requérant pour être mis en œuvre une réelle habileté. En d’autres termes, il s’est bien alors produit un changement quantitatif assez considérable.

  • 21 On a ainsi présenté à l’Académie Bourdelot un « parallèle de la physique d’Aristote et de celle de (...)

9Or ce recours systématique à la pratique de l’expérience doit sans doute être perçu dans son opposition, classiquement exposée par Descartes, à la voie de résolution des problèmes de physique par la déduction a priori à partir des principes. Opposition tout à fait réelle, tout à fait incontestable. Mais ce recours a en fait aussi, sinon davantage, opéré une rupture avec une méthode de recherche de la vérité qui dominait alors dans le milieu des académies savantes. Dans ce milieu qui rassemblait, il faut le rappeler, tous ceux qui s’efforçaient de participer à l’avancement du savoir, cette méthode avait conquis une certaine prééminence et s’offrait alors couramment comme une autre voie possible de résolution des problèmes de physique. Le sentiment de plus en plus fortement ressenti de la stérilité des méthodes habituelles de la science, sentiment qui avait d’ailleurs donné naissance à ces académies, avait en effet cristallisé la critique moins sur la méthode de déduction a priori que sur la méthode d’autorité, tenue, à tort ou à raison, pour incarner ces méthodes habituelles de la science, et conduit les membres de ces assemblées à recourir à ce qu’ils donnaient pour une méthode inédite, plus « libérale » et plus courtoise tout à la fois de résolution des questions, qu’elles soient d’ailleurs ou non d’ordre scientifique : la « conférence », c’est-à-dire la confrontation des opinions, non sous la forme scolaire de la dispute, elle aussi explicitement et résolument écartée, mais sous la forme de la présentation d’un éventail d’opinions qui, dans certains cas, pouvait se réduire à un simple parallèle21.

  • 22 Cf. respectivement les articles II, III, IV et V : II. Que celuy qui preside establira, de l’advis (...)

10Cette méthode assignait donc à la rhétorique, mais à une rhétorique largement renouvelée dans ses méthodes et dans ses objectifs tout à la fois, un rôle capital puisque la seule confrontation critique d’opinions diverses paraissait susceptible de conduire à la vérité. Ce n’était là, dira-t-on, qu’une voie marginale ; mais c’est négliger l’importance d’un milieu qui rassemblait tous ceux qui prétendaient intervenir dans le mouvement de la vie intellectuelle. Cette voie a été ainsi empruntée pendant dix ans dans les Conférences du Bureau d’Adresse. Elle a été également adoptée par l’Académie Bourdelot, qui recourait habituellement à cette méthode de résolution des problèmes, même si a fait place également, comme nous venons de le constater, à des expériences. Cette voie a enfin explicitement figuré dans les statuts de l’Académie de Montmor22, pourtant fondée en 1657, postérieurement à la grande vague des expériences sur le vide.

  • 23 « On a vu même avec plaisir Monsieur Rohault venir ici avec tout son équipage d’Aimant ; et Monsieu (...)

11Or l’engagement dans la voie de l’expérience n’a pas signifié pour autant le renoncement à cette méthode. Si l’Académie Bourdelot a bien multiplié par exemple les expériences sur le vide, si, ultérieurement, l’Académie de Montmor s’ouvrira également à la pratique de l’expérience23, la méthode alors habituelle de résolution des problèmes de physique n’a pas été pour autant totalement supplantée et les deux méthodes ont continué à être mises en œuvre concurremment.

12On peut donc établir un premier constat : le constat de l’irruption d’une nouvelle pratique, qui n’a pas pour autant bouleversé mais seulement partiellement renouvelé des habitudes méthodologiques. On parlera donc de préférence d’un déplacement méthodologique, déplacement sensible, déplacement qui a consisté à accorder de fait un rôle inédit à la méthode de résolution des problèmes de physique par le recours à l’expérience, déplacement auquel les expériences de Rouen ont sans doute imprimé une accentuation particulière, et qui a réellement incarné, réalisé, concrétisé une nouvelle orientation méthodologique quand bien même celle-ci n’a pas évincé l’orientation antérieure. On peut donc convenir de la réalité de cette nouvelle orientation, sans en surestimer pour autant la portée. Car le problème est surtout de savoir quelle signification il convient de lui accorder, quelle interprétation on doit en proposer. Cette signification ou cette interprétation renvoient en fait à deux questions. Cette nouvelle orientation est-elle allée de pair avec l’abandon des motifs dominants d’une culture savante en voie de réorganisation et donc, parallèlement, avec l’adhésion aux thèmes majeurs autour desquels s’est accomplie cette réorganisation ? A-t-elle par ailleurs été accompagnée d’un travail de théorisation systématique visant à élucider les réquisits méthodologiques et épistémologiques qu’impliquait ce changement opéré dans la pratique ? Autrement dit, le statut épistémologique de l’expérience est-il réellement sorti transformé de cet épisode ?

13Le tableau de la National Gallery suggère une réponse prudente à la première question. En choisissant en effet à l’aide du procédé du clair-obscur de mettre l’accent sur les visages, le peintre a voulu représenter les réactions provoquées par l’expérience plutôt que l’expérience elle-même. On peut dès lors s’interroger sur la finalité qui est conférée à ce dispositif. Destinée apparemment à distraire, à divertir, l’expérience révèle sur ce mode d’abord mineur ses liens encore très étroits avec la culture des mirabilia, des « merveilles » dont elle devient à la fois un nouveau mode de manifestation et un substitut. L’admiration, l’étonnement qui se lisent sur certains visages confirment l’importance de ces liens et attestent qu’aux merveilles de la nature, qu’une large part de la science de l’âge baroque se donnait pour finalité de révéler et de donner à admirer et à célébrer, ne s’est pas d’emblée substitué un monde mécanisé, dépouillé de tout mystère et parfaitement transparent à la raison, doté des mêmes attributs de clarté et de distinction que les idées chargées de l’analyser. L’introduction d’une nouvelle méthodologie s’est donc traduite à nouveau sous la forme d’un déplacement au terme duquel c’est cette pratique nouvelle, inédite, par certains de ses aspects ludiques, qui est chargée de procurer l’émerveillement que les curiosités de la nature, réelles ou imaginaires étaient jusqu’alors chargées de susciter. Il s’est donc moins agi de chasser le mystère que de le déplacer, en trouvant de nouveaux moyens de le faire naître, et en investissant ces derniers de la même « opacité » qu’ils sont censés avoir évacuée. Plus exactement, le recours à cette nouvelle pratique a au moins inégalement signifié la « conversion » aux thèmes majeurs du mécanisme, témoignant ainsi d’une autre façon de la subtilité autant que de la précarité des déplacements théoriques alors effectués.

  • 24 O. C,. II, p. 355.
  • 25 Docteur en médecine, agrégé au collège de Rouen, P. Guiffart a fait partie de ces rouennais invités (...)
  • 26 Ibid., p. 2.

14On relève en effet dans les différents discours qui commentent les expériences que l’on effectue ou celles auxquelles on assiste, quelques occurrences lexicales qui attestent cette inégale persistance d’un thème majeur de la culture de l’âge baroque. Le ton volontairement plat, précis, objectif de ce que Pierre Petit nomme lui-même l’« histoire ou le procès-verbal »24 de l’expérience qu’il a réalisée avec Etienne Pascal ne l’empêchent pas d’exprimer le sentiment d’« admiration », d’« étonnement », d’« étrangeté » ou de « beauté » que cette expérience a fait naître en lui. Pierre Guiffart a plus encore sans doute traduit sa perception très personnelle des expériences auxquelles Pascal l’a convié à assister25 : s’estimant « nouvellement initié dans ces mystères », il n’hésite pas à plusieurs reprises à dire son admiration face à ces « nouvelles expériences »26 dont, ainsi que nous le verrons mieux par la suite, il n’est pas certain qu’il ait perçu l’exacte nouveauté. Seul Pascal paraît avoir véritablement opéré une rupture avec cette culture de la merveille dont on aurait du mal à déceler la moindre trace dans ses différents écrits.

15Ces rapides notations lexicales confirment donc bien que les expériences sur le vide n’ont pas fait l’objet d’une représentation univoque : entre le public qui assiste ou a connaissance de ces expériences, et qui est de toute évidence le plus tenté de les percevoir en termes de curiosité, et les auteurs de ces expériences, on perçoit ainsi un certain décalage qui, à un moindre degré, se retrouve au sein des discours de ces auteurs eux-mêmes.

16Mais cette polysémie de l’expérience, en même temps que cette latitude laissée aux spectateurs comme aux acteurs de l’investir de significations différentes voire opposées, résulte sans doute de l’absence d’effort d’élucidation ou de clarification théorique qui a accompagné ce recours devenu systématique à l’expérience. Certes on peut constater une profusion elle aussi inédite de discours tenus sur les expériences effectuées, profusion qui a fait écho à la profusion de ces expériences elles-mêmes. Discours qui décrivent, commentent, interprètent abondamment ces dernières, de façon d’ailleurs parfois presque redondante : ainsi les expériences de Rouen ont-elles fait l’objet de trois comptes rendus : celui de Pascal lui-même, la Narration de Roberval à Desnoyers, et le Discours du Vide de Pierre Guiffart. Le Récit de la Grande expérience de l’équilibre des liqueurs rassemble de son côté cinq textes qui introduisent, préparent, organisent, décrivent, annoncent puis tirent les conséquences de cette expérience.

17Mais cette abondance discursive n’a pas nécessairement signifié analyse et clarification ; elle a au contraire laissé subsister bien des équivoques, celles qui étaient à l’époque liées à la notion d’expérience, et que très peu se sont efforcés de dissiper, équivoques concernant aussi bien la signification exacte du terme que sa fonction méthodologique ou son statut épistémologique.

18Le terme expérience peut en effet signifier à l’époque - et il signifie souvent, comme il signifie toujours - le simple constat sensoriel, portant sur des faits familiers, c’est-à-dire en somme l’expérience quotidienne, l’expérience immédiate, et que certains textes désignent parfois comme « l’expérience journalière », pour la distinguer sans doute d’autres types d’expérience, mais justement, cette distinction n’est jamais opérée ou explicitée. C’est en ce sens qu’est employé le mot expérience quand il s’agit notamment de prouver l’horreur du vide. La théorie pléniste se fondait en effet le plus souvent non seulement sur quelques principes a priori mais aussi sur un certain nombre de faits d’observations, pour la plupart attestés, et que tous ses partisans invoquaient rituellement à titre de preuves de l’« horror vacui » : que l’eau ne s’écoule pas d’une bouteille au goulot étroit si on renverse celle-ci verticalement, qu’il faut donner de l’air par en haut à un tonneau si l’on veut que le vin s’écoule, que la chair monte dans les ventouses, que l’eau s’élève dans les chalumeaux ou dans les pompes aspirantes, etc.

19Sur le plan méthodologique et épistémologique, ces faits d’expérience immédiate sont investis d’une valeur probante qui paraît aller de soi. Plus exactement ce qui est investi d’une valeur probante, c’est le voir, et l’expérience est ce qui fait voir, ce qui donne à voir, ce qui rend visible, et donc indubitable, incontestable. On professe ainsi apparemment et implicitement un empirisme élémentaire, qui ignore ou veut ignorer les incertitudes de la connaissance sensible et, dès lors, la faiblesse des arguments ainsi produits.

  • 27 Le Monde ou Traité de la Lumière, A. T., XI, p. 20.
  • 28 De natura rerum, v. 370-383.

20Mais sous ce terme d’expérience, on peut aussi bien désigner ce que j’appellerai de pseudo-observations, non au sens où ces observations seraient inexactes, mais au sens où elles font fonction, dans la rhétorique du discours, de lieux communs. En ce qui concerne la question du vide, l’un de ces topoï concerne l’observation de poissons nageant dans un bassin, observation censée prouver que, contrairement à ce qu’allèguent les partisans du vide, le mouvement est parfaitement possible dans le plein. C’est cette « expérience » que Descartes n’hésite pas à invoquer : « Voyez nager, demande-t-il, des poissons dans le bassin d’une fontaine : s’ils ne s’approchent point trop près de la surface de l’eau, ils ne la feront point du tout branler, encore qu’ils passent dessous avec une très grande vitesse. D’où il paraît manifestement que l’eau qu’ils poussent devant eux, ne pousse pas indifféremment toute l’eau du bassin ; mais seulement celle qui peut mieux servir à parfaire le cercle de leur mouvement, et rentrer en la place qu’ils abandonnent. Et cette expérience suffit pour montrer, combien ces mouvements circulaires sont aisés et familiers à la Nature. »27 Sans doute la précision de la description invite-t-elle à penser qu’elle résulte d’une observation personnelle de Descartes ; pourtant, l’ancienneté de l’argument, déjà évoqué par Lucrèce28 aux fins d’ailleurs de le réfuter, laisse soupçonner le caractère fictif de telles observations, qui fonctionnent ainsi de façon purement rhétorique.

  • 29 On relève à ce sujet une confusion fréquente entre l’argument d’autorité et l’argument de l’expérie (...)

21Ce recours à ce qui relève en fait entièrement de la catégorie du discours ouvre évidemment la voie à un processus « inflationniste » autorisant à faire preuve à partir de ce que Pascal appelle les « fausses expériences ». Parmi ces topoï, parmi ces expériences rituellement invoquées pour prouver l’impossibilité du vide, figurent en effet aussi des expériences cette fois parfaitement controuvées ; ce qui, dans la culture de l’époque apparaît comme un trait tout à fait habituel, voire comme emblématique de cette culture, ainsi que l’attestent par exemple de très nombreuses occurrences du terme « expérience » dans les comptes rendus des Conférences du Bureau d’Adresse, où le terme désigne les contenus les plus divers et surtout, contrairement à ce que l’on serait tenté de penser, les faits les moins avérés qui soient. L’invocation constante de l’expérience : « l’expérience montre », « l’expérience fait voir », « l’expérience prouve » suggère en effet fallacieusement une fidélité au moins à l’expérience « journalière », que l’examen des textes dément pourtant entièrement. Ainsi l’expérience est-elle invoquée pour attester la vérité de l’astrologie judiciaire, la réalité du nouement d’aiguillette, la vertu des nombres, la réalité de la fascination ou pour confimer que ceux qui ont été mordus par une tarentule sont guéris par la musique, etc. Dans tous les cas, l’expérience désigne des faits qui ne bénéficient que de la crédibilité que leur confère une tradition orale ou écrite, crue aveuglément. Dans les deux cas, la source de la vérité n’est finalement rien d’autre que la parole d’autrui, écrite ou prononcée, profane ou sacrée, et dont l’autorité suffit à prouver ce que l’on affirme29. Contrairement à ce que les premières occurrences du terme laissaient supposer, et contrairement à ce que ces expressions traditionnelles suggèrent, on n’est donc pas dans l’ordre du voir mais dans l’ordre du discours, « légendaire » de surcroît, où la parole suffit à faire preuve.

  • 30 O. C. II, p. 532.

22Or ce type d’argumentation, souvent mis en œuvre pour prouver la réalité de prétendus faits d’expérience tout à fait extraordinaires était également mis en œuvre pour attester des faits infiniment plus banals, bien que tout aussi controuvés. Ce qui prouve le caractère très habituel d’un procédé probatoire qu’a emprunté par exemple le Père Noël, polémiquant contre Pascal : « Que dans tout ce que nous appelons air il y ait de la terre (son intention est de prouver le mélange des éléments), nous l’expérimentons en hiver, dans un froid sec : les mains exposées à l’air contractent une crasse composée de ces petits atomes terrestres qui le remplissent et le refroidissent »30.

  • 31 O. C., II, p. 533.

23L’importance ainsi attachée au discours a eu pour conséquence que l’on pouvait également invoquer des expériences (ou des observations) véritables, mais en tirer cette fois des conséquences totalement gratuites, en se satisfaisant de ce verbalisme bien connu de l’explication, traditionnellement imputé à une scolastique dégénérée. C’est encore ce type d’argumentation qu’emploie le Père Noël pour continuer à prouver le mélange des éléments, ici en l’occurrence pour prouver que le feu est mélangé à l’air : « qu’il y ait aussi du feu élémentaire, c’est-à-dire de ce feu qui, pour sa petitesse et sa rareté est invisible (...) ; qu’il y ait, dis-je, de ce feu dans l’air, on peut le connaître au moyen d’un miroir ardent qui brûle par le concours des rayons qui sont dans l’air, et par un mouchoir où se ramassent les esprits ignés que l’air qui est autour du feu lui apporte ; d’où l’on voit sortir des étincelles dans un lieu obscur, quand, après l’avoir étendu et bien chauffé, et resserré tout chaud, on l’étend et passe-t-on la main par-dessus un peu rudement ; etc. »31 Réflexion rudimentaire sur l’expérience, dans le meilleur des cas, emploi inflationnel et abusif du terme dans la plupart des autres cas, sens du terme en tout cas non rigoureusement fixé, réflexion méthodologique inexistante qui se résume dans ce qui fait davantage figure d’injonction rituelle, en vertu de laquelle tout et n’importe quoi fait preuve, que de précepte rigoureusement fondé ; à cet état de choses, les expériences produites à propos du vide n’ont pas apporté de modification radicale. Tout au plus ont-elles en ce cas encore imposé un déplacement ou des déplacements d’importance variable.

  • 32 « Quoique les expériences de M. Pascal nous paraissent nouvelles, il y a de l’apparence, croit-il p (...)
  • 33 Expériences nouvelles touchant le vide, O.C. II, p. 499. Il désigne par là les expériences effectué (...)
  • 34 Ib., p. 500.
  • 35 Que Pascal n’ait pas opéré cette distinction, on en a une autre preuve quand il estime, à propos de (...)

24Sans doute ces expériences introduisent-elles, ainsi que nous l’avons déjà souligné, une innovation véritable au plan de la pratique. Mais cette innovation donne l’impression de n’avoir pas été perçue en tant que telle, au point de requérir une réflexion s’efforçant de préciser son sens et sa portée. Ainsi Pierre Guiffart range-t-il sur le même plan les expériences des Anciens et les expériences de Pascal auxquelles il assiste32. On enregistre la même confusion et la même assimilation chez le Père Noël, et, ce qui est plus surprenant, chez Pascal lui-même qui procède à la même identification implicite, lorsqu’il constate, à la suite des expériences de Rouen, que « la maxime si reçue que la nature ne souffre point de vide (...) n’est appuyée que sur des expériences dont la plupart sont très fausses, quoique tenues pour très constantes »33. Certes ces expériences se distinguent-elles foncièrement des siennes propres, en ceci au moins que ces dernières sont « exactes et heureuses » ; et qu’elles sont ont été conçues de façon, dit-il, à être « si convaincantes qu’elles fussent à l’épreuve de toutes les objections qu’on pourrait y faire »34. Mais n’est à aucun moment précisé le fondement de la conviction ainsi produite, c’est-à-dire ce qui peut séparer une simple observation, voire une observation prétendue, d’un dispositif artificiel explicitement conçu pour qu’il confirme ou infirme une hypothèse préalablement envisagée. Ce qu’ont réellement été les expériences de Pascal, qui les a bien rigoureusement imaginées, construites et pensées sans pour autant cependant les théoriser en tant que telles35.

  • 36 Dans un autre domaine, la voie avait été ouverte par Gassendi qui avait pris la peine de vérifier c (...)

25On soulignera donc surtout le décalage entre la théorie et la pratique qui se produit alors. La pratique ne se contente pas en effet de s’intensifier, comme nous l’avons d’abord souligné, mais elle se modifie, elle se transforme : on invente, on imagine, on produit des dispositifs expérimentaux, des artefacts. On s’avise en outre de vérifier l’exactitude de ces expériences qui fonctionnaient comme des topoï : ainsi Pascal expérimente-t-il qu’il suffit d’une faible traction pour tirer le piston d’une seringue plongée dans l’eau, et qu’il est tout aussi facile d’ouvrir un soufflet « fermé de tous36 cotes ».

  • 37 O. C., II, p. 680.
  • 38 Ibid., p. 524.

26On peut même finir par se résoudre à théoriser cette pratique, énoncer, ainsi que le fait Pascal dans le Récit de la grande expérience de l’équilibre des liqueurs le statut de ce qu’il appelle une « expérience décisive » c’est-à-dire préciser à quelles conditions, qui ne peuvent se réduire à un simple donner à voir, une expérience peut faire preuve, s’avérer réellement « convaincante », pour reprendre sa formule37. Ce qui complète une réflexion amorcée dans la lettre au père Noël dans laquelle Pascal indique les limites de la portée probatrice d’une expérience38.

27Pourtant, le décalage demeure important entre cette pratique « révolutionnée » et une théorie qui demeure malgré tout immobile ou presque. Parmi les textes produits sur et autour des « nouvelles expériences », on ne trouve en réalité une volonté d’élucidation théorique de cette innovation pratique que chez Pascal, et encore pas dans tous les textes. On ne la rencontre pas dans les Expériences nouvelles. On la trouve plus nettement dans le Récit de la grande expérience de l’équilibre des liqueurs, et plus encore dans la Préface au Traité du vide et dans les Traités de l’équilibre des liqueurs.

  • 39 Il reste à construire, à partir des éléments épars dont nous disposons, cette « théorie de l’expéri (...)

28Mais cette élucidation, dont on retient habituellement le principe méthodologique énoncé en forme de déclaration de guerre contre l’apriorisme cartésien en particulier, et contre tout apriorisme en général : « les expériences (...) sont les seuls principes de la physique », ou encore « les expériences sont les seuls maîtres qu’il faut suivre dans la physique », principe confirmé par la précision selon laquelle la physique fait partie de ces « matières dont la preuve consiste en expériences et non en démonstrations », cette élucidation donc demeure à notre sens incomplète et ne répond pas aux questions qui auraient permis d’attribuer à l’expérience « révolutionnée » à la fois son sens et sa portée. L’ambiguïté pesant sur le terme n’est pas levée puisque, nous l’avons déjà souligné, Pascal désigne à l’aide du même terme des procédures qui nous paraissent foncièrement différentes et qui sont celles-là mêmes que la pratique est en train de différencier. Pas plus que ne sont précisées les conditions auxquelles l’expérience est investie d’une valeur probante ; ou encore quel rôle exact joue l’expérience, et forcément par contrecoup le raisonnement, dans un processus de probation qui, se contente-t-il de signaler, « repose à la fois sur l’expérience et sur le raisonnement »39.

  • 40 J. Rohault a en effet distingué trois sens possibles du terme expérience. D’abord l’expérience au s (...)

29Je n’irai pas plus loin dans cette voie et je n’essaierai pas davantage de préciser ce qu’il a pu manquer à la réflexion théorique qui a accompagné la pratique expérimentale à ses débuts dans la mesure où cette voie peut s’avérer méthodologiquement suspecte ; car elle tend à soumettre la lecture de ces textes à une interprétation récurrente qui reviendrait finalement à accuser Pascal de n’avoir été ni Claude Bernard, ni Pierre Duhem, ni même Jacques Rohault40. Ce que je veux seulement mettre en évidence, c’est ce décalage entre la mise en œuvre de cette nouvelle méthodologie, mise en œuvre qui a pu correspondre au désir d’obéir à l’injonction baconienne, nouvelle méthodologie que tout le monde paraît approuver, et la banalité, le caractère encore rudimentaire, inachevé, inabouti, tous jugements qui certes comportent bien également une part de récurrence, - mais celle-ci peut-elle entièrement évacuée de la démarche historique ?- d’une réflexion de caractère épistémologique qui a accompagné cette invention.

30En conclusion, je dirai donc que les expériences de Rouen peuvent légitimement être tenues pour un moment décisif dans le processus de constitution, en France, de la pratique expérimentale, c’est-à-dire de la mise au point d’une méthode spécifique et largement inédite de résolution des problèmes scientifiques. Mais ce moment n’a été ni un commencement absolu, ni une fin. Il doit plutôt être tenu pour une étape, dont j’ai essayé de saisir avec exactitude, sans la caricaturer par des simplifications sommaires, la spécificité, la particularité en soulignant les liens qu’elle a pu continuer à entretenir, en dépit de son caractère apparemment très innovant, avec une culture à l’égard de laquelle elle n’a représenté qu’une rupture partielle.

31En outre, et surtout, cette rupture a été davantage pratiquée que pensée, énoncée, et conceptualisée. Nous ne disposons ainsi, pour commenter et codifier ces expériences, que d’un discours de la méthode expérimentale à peine improvisé, largement inachevé. Mais dont l’inachèvement fait à mes yeux tout l’intérêt, car il symbolise exemplairement une période caractérisée autant par sa volonté d’opérer des ruptures (volonté clairement exprimée aussi bien par Descartes que par Roberval, Mersenne ou Pascal) que par l’hésitation, la prudence, la retenue qui ont aussi parfois gouverné cette volonté et dont les discours qui ont accompagné les expériences sur le vide nous permettent de vérifier la présence.

Notes

1 Blaise Pascal, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, t. II, 1970, p. 472. Cette édition, à laquelle nous nous référerons régulièrement, sera désormais désignée sous le sigle, O. C., II.

2 Entre le colloque de Rouen et la mise au point définitive de cet article, est paru un article consacré à ce tableau (P. Wagner, « Penser la science en termes de différences sexuelles : une expérience sur un oiseau dans une pompe à air de Joseph Whright of Derby », XVIIIe siècle, no 31, 1999). On découvre dans cet article que ce tableau a déjà suscité plusieurs interprétations tant du point de vue de l’histoire de Part que du point de vue de l’histoire des sciences. L’auteur de l’article a choisi quant à lui de l’interpréter du point de vue de la différenciation sexuelle à l’égard de la science. Toutes ces interprétations sont extrêmement suggestives. Pour nous, ce tableau plus qu’objet d’une analyse approfondie, est d’abord prétexte pour introduire une réflexion sur la naissance de la pratique de l’expérience.

3 Préface à la seconde édition de la Critique de la Raison Pure.

4 Voir à ce sujet S. Schapin et S. Schaeffer, Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, trad. frçse Paris, 1993, notamment p. 44-46.

5 O. C, II, p. 349-359.

6 Je n’entrerai pas ici dans le détail de la controverse qui oppose les partisans de la réalité de ces expériences et ceux qui, comme Koyré mais aussi comme Boyle déjà, estimaient que certaines au moins de ces expériences doivent être considérées comme des « expériences de pensée ». Il est question de cette controverse dans ce colloque même : voir notamment l’intervention de Mme Koyonagi.

7 O. C., II, p. 498-508.

8 Il s’agit ici bien évidemment des controverses portant sur la valeur probatrice de ces expériences quant à l’existence du vide.

9 Dans la Narration à Desnoyers, O. C., II, p. 459-477. Le récit des expériences personnelles de Roberval se trouve p. 466-468.

10 Sur cette expérience, voir par exemple P. Mouy, Le développement de la physique cartésienne, 1646-1712, Paris, 1934, p. 127-128.

11 Sur cette expérience et ses différentes modalités, voir ibid., pp. 128-129.

12 Voir à ce sujet la lettre d’Hallé de Monflaines à Mersenne du Ier février 1648, et publiée par J. Mesnard, O. C., II, p. 623-624.

13 Voir à ce sujet René Pintard, « Autour de Pascal. L’Académie Bourdelot et le problème du vide » dans Mélanges offerts à Daniel Mornet, Paris, 1951.

14 « Je voudrais aussi, écrit Descartes à Mersenne après que ce dernier l’a enfin informé du débat qui est en train de se dérouler à Paris autour du vide, que vous essayassiez d’allumer du feu dans votre vide, et que vous observassiez si la fumée ira en haut ou en bas, et de quelle figure sera la flamme. On peut faire cette expérience, ajoute-t-il, en faisant pendre un peu de soufre ou de camphre au bout d’un filet dans le vide, et en y mettant le feu au travers du verre avec un miroir ou verre brûlant. Je ne puis faire cela ici, pour ce que le soleil n’est pas assez chaud, et je n’ai pu encore avoir le tuyau ajusté avec la bouteille. », Lettre de Descartes à Mersenne, 13 décembre 1647, A. T., V, p. 100.

15 Sur ces expériences, voir P. Mouy, op. cit. ainsi que, pour l’expérience imaginée par Pascal O. C., II, p. 679. Cette dernière expérience a été reproduite en laboratoire par K. Koyanagi. On en trouve une relation précise dans le Courrier du Centre International Blaise Pascal, no 11, 1989, p. 2-24.

16 Toutes ces expériences sont relatées dans le Récit de la grande expérience de l’équilibre des liqueurs, O. C., II, p. 677-690.

17 Cette expérience a fait partie de l’expérience dite du puy de Dôme. Voir O. C., II p. 683.

18 A ce sujet, voir P. Mouy, op. cit., p. 129.

19 Voir par exemple M. Clavelin, La philosophie naturelle de Galilée, Paris, 1968, passim.

20 Voir R. Lenoble, Mersenne et la naissance du mécanisme, Paris, 1943, p. 483 notamment.

21 On a ainsi présenté à l’Académie Bourdelot un « parallèle de la physique d’Aristote et de celle de Mons. DesCartes. »

22 Cf. respectivement les articles II, III, IV et V : II. Que celuy qui preside establira, de l’advis de la Compagnie, la question pour la conference prochaine, et priera nommement deux personnes qu’il en jugera des mieux informées de rapporter leur sentiment, laissant aux autres la liberté d’en dire leurs pensées. III. Que ces advis seront leus et donnés par escrit, en termes courts et pleins de raisonnements, sans aucune amplification ni authorités. III. Qu’ils seront leus sans interruption ; les deux personnes choisies ayant les premières produit les leurs. V. Qu’après toutes les lectures chacun dira par ordre, et en peu de mots, les objections ou les confirmations sur ce qui aura esté leu. Et qu’après la responce, on n’insistera pas davantage, sans la permision particulière de celuy qui preside. » Cité par G. Bigourdan, « Les premières sociétés scientifiques de Paris au XVIIe siècle. Les réunions du P. Mersenne et l’Académie de Montmor » dans Comptes rendus hebdomadaires de l’Académie des sciences, janvier-juin 1917, Paris, 1917, p. 132

23 « On a vu même avec plaisir Monsieur Rohault venir ici avec tout son équipage d’Aimant ; et Monsieur Pecquet y prendre ses habits de cérémonie, pour procéder selon sa méthode à des dissections ; Monsieur Petit y a fait jouer son artillerie avec de la poudre à canon, et avec l’or fulminant ; Monsieur Thévenot y a fait voir ses tuyaux faits exprès pour examiner l’ascension de l’eau ». Samuel Sorbière, ib.

24 O. C,. II, p. 355.

25 Docteur en médecine, agrégé au collège de Rouen, P. Guiffart a fait partie de ces rouennais invités à assister aux expériences effectuées dans sa ville. Ces expériences lui ont fourni l’occasion d’un Discours du vide, sur les expériences de Monsieur Pascal et le traité de M. Pierius. Auquel sont rendues les raisons des mouvements des eaux, de la génération du feu et des tonnerres, de la violence et des effets de la poudre à canon, de la vitesse et du poids augmenté par la chute des corps graves, Rouen (J. Besongne), 1647.

26 Ibid., p. 2.

27 Le Monde ou Traité de la Lumière, A. T., XI, p. 20.

28 De natura rerum, v. 370-383.

29 On relève à ce sujet une confusion fréquente entre l’argument d’autorité et l’argument de l’expérience qui sont souvent employés l’un pour l’autre. Ainsi peut-on lire à propos du prétendu pouvoir de la remora d’arrêter les navires que « cette créance vulgaire se trouve fondée sur plusieurs experiances rapportées par des autheurs dignes de foi ». (Cinquième Centuries des questions traitées au Bureau d’Adresse, p. 230).

30 O. C. II, p. 532.

31 O. C., II, p. 533.

32 « Quoique les expériences de M. Pascal nous paraissent nouvelles, il y a de l’apparence, croit-il pouvoir affirmer, qu’elles ont été autrefois pratiquées, et que plusieurs anciens ont pris de là sujet de maintenir qu’il y pouvait y avoir du vide en la nature, voire même qu’il en était le principe. » (Discours du vide..., op. cit., p. 1l.

33 Expériences nouvelles touchant le vide, O.C. II, p. 499. Il désigne par là les expériences effectuées avec la seringue ou le soufflet, expériences qui ne se réalisent pas conformément aux affirmations des « philosophes ».

34 Ib., p. 500.

35 Que Pascal n’ait pas opéré cette distinction, on en a une autre preuve quand il estime, à propos des Anciens, que « sur le sujet du vide, ils avaient droit de dire que la nature n’en souffrait point, parce que leurs expériences leur avaient toujours fait remarquer qu’elle l’abhorrait et ne le pouvait souffrir. Mais, ajoute-t-il – et il ne paraît ne percevoir aucune différence autre que de contenu entre des expériences données et des expériences construites - si les nouvelles expériences leur avaient été connues, peut-être auraient-ils trouvé sujet d’affirmer ce qu’ils ont eu sujet de nier par là que le vide n’aurait point encore paru. », Ibid., p. 784.

36 Dans un autre domaine, la voie avait été ouverte par Gassendi qui avait pris la peine de vérifier ce qu’il en était exactement de la trajectoire d’une pierre tombant du haut du mât d’un navire en marche, et dont les aristotéliciens prétendaient, afin de nier le mouvement de la terre, qu’elle retombait hors du bateau. Voir à ce sujet A. Koyré, Etudes galiléennes, Paris, 1939, p. 225, n. 1.

37 O. C., II, p. 680.

38 Ibid., p. 524.

39 Il reste à construire, à partir des éléments épars dont nous disposons, cette « théorie de l’expérience » que Pascal n’a pas livrée. Une telle construction exigerait sans doute, afin de leur conférer la cohérence qui leur manque encore, de mettre en relation ces différents éléments avec le schème de la « raison des effets ». Sur ce schème, voir le Courrier du CIBP, no 20, 1998.

40 J. Rohault a en effet distingué trois sens possibles du terme expérience. D’abord l’expérience au sens commun du terme, qui consiste dans le « simple usage des sens », fait « par hasard et sans dessein ». La seconde sorte d’expérience apparaît « lorsque, de propos délibéré, mais sans savoir ni prévoir ce qui pourra arriver, l’on fait épreuve de quelque chose ». Enfin, « les expériences de la troisième sorte sont celles que le raisonnement prévient et qui sert à justifier ensuite s’il est faux ou s’il est juste », Traité de physique, Paris (Vve Charles Savreux), 1671, préface, non paginé.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search