Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Note sur la verrerie de Saint-Sever au temps d’Etienne Pascal

Claude Mazauric

Texte intégral

  • 1 Alexandre KOYRE, “Pascal savant”, Cahiers de Royaumont, Philosophie, no 1. Cette étude de 1954 est (...)

1L’objet de cette communication est d’ambition modeste. Comme le savent tous les participants à ce colloque, notamment ceux qui se sont inspirés des notations critiques de M. Jean Mesnard dans le volume II des Œuvres complètes de Blaise Pascal, on a mis en doute la réalité même des expériences de Rouen sur le vide, ou, a minima, l’exactitude du récit qu’en ont produit Pascal ou les autres qui en ont parlé comme Guiffart ou Roberval. Je cite Alexandre Koyré qui, à la suite de Robert Boyle, d’ailleurs dès 1666, a encouragé le doute1.

2“Il n’y a rien d’anormal dans tout cela. Ainsi que je viens de le dire, la littérature scientifique du XVIIe siècle – et pas seulement celle du XVIIe siècle – est pleine de ces expériences fictives et l’on pourrait écrire un livre très instructif sur le rôle dans la science, des expériences non faites, et même impossibles à faire”1 (les mots soulignés le sont par moi). Certes, Koyré s’empresse d’ajouter : “Mais, encore une fois, je ne veux pas affirmer que Pascal n’a pas fait les expériences qu’il nous dit avoir faites : en revanche, je crois pouvoir affirmer qu’il ne nous les a pas décrites telles qu’il les a faites, et ne nous a pas exposé leurs résultats tels qu’ils se sont déroulés sous ses yeux” (mots soulignés par Koyré, p. 383). La restriction n’enlève cependant rien à l’affirmation précédente qui venait en conclusion d’un raisonnement au cours duquel il nous était dit que la fabrication d’un tube de verre de 46 pieds, soit 15 mètres, n’était guère à la portée des verriers du XVIIe siècle, “même de Rouen” (sic), que la manipulation d’un mât portant, attaché à lui, un siphon scalène et qu’on devait faire pivoter autour d’un axe, supposait “une installation beaucoup plus puissante et plus compliquée que celles que l’on emploie normalement sur les chantiers de construction de bateaux”, et plus loin dans sa critique, Koyré évoquera les difficultés de répétition de l’expérience de Pascal en 1950 au Palais de la Découverte, répétition d’expérience pour la réalisation de laquelle on dût assembler des tuyaux de 2,55 m, dans l’incapacité où l’on était de “se procurer un seul tube de verre long de 15 m Pour être exact, il me faut aussi ajouter qu’Alexandre Koyré fonde son scepticisme sur le fait que Pascal n’évoque pas le “bouillonnement” de l’eau dans le tube quand se réalise la décompression atmosphérique, preuve selon lui que Pascal a “imaginé les expériences qu’il a faites - ou n’a pas faites - qu’il en a profondément saisi l’essentiel, à savoir l’interaction des liquides qui se tiennent mutuellement en équilibre Je ne prétends pas ici apporter la “preuve” ni même affirmer la “probabilité” que Pascal a bien réalisé les expériences dont il a rédigé le récit : dans la mesure où les sources découvertes qui l’accréditeraient sont inexistantes, une certitude absolue est impossible à fonder. Nous ne disposons ni des tubes, ni des mâts, pas même de leurs dessins, ni du plan exact du lieu précis ou des bâtiments où se seraient produites les expériences de Rouen, pas même des contrats ou des bons de commande ou de livraison du matériel utilisé, qu’aurait pu fournir la verrerie de Saint-Sever, faubourg de Rouen situé sur la rive gauche de la Seine. Ni l’archéologie industrielle, ni les archives ne sont donc en mesure de nous apporter ces éléments de preuve qui emporteraient d’un coup la conviction de l’historien. Il reste cependant que l’on peut - que l’on doit assurément - opposer beaucoup de réserves à la manière hypercritique avec laquelle Koyré récusait la vérité du récit pascalien des expériences rouennaises sur le vide, qualifiées par lui “d’expériences de pensée”.

3En premier lieu, je ferai remarquer que ni Pascal, ni Guiffart, ni Roberval, n’affirment que l’expérience s’est déroulée sur un chantier naval comme a l’air de le suggérer Koyré ; les récits son clairs : c’est dans l’établissement de la verrerie de Saint-Sever que l’expérience, nous dit-on, a été entreprise. Je décrirai un peu plus loin la topographie du lieu mais on peut déjà affirmer que l’on n’a pas eu à transporter sur un “chantier de construction de bateaux” (sic) le tube ou les tubes mais que l’on a transporté dans la cour de la verrerie des mâts de navires, ce qui était tout de même plus ordinaire. Secondement, personne n’a jamais prétendu, je le constate, que le tube de verre de 46 pieds, “la sarbatane”, était constitué d’une seule pièce : la seule question que l’on serait en droit de poser serait relative à l’aptitude des verriers du XVIIe siècle, et singulièrement ici, à celle des verriers de Rouen, à se situer au meilleur de leur art en opérant les soudures ou fermetures hermétiques indispensables.

4C’est à cette unique question d’ailleurs que veut finalement répondre la présente communication : que penser en effet de l’aptitude des verriers de Rouen à répondre à l’éventuelle demande d’expérimentation que leur ont soumis Pierre Petit et les Pascal en 1646-1647 ?

  • 2 Notice sur la verrerie de Rouen et la fabrication du cristal en cette ville au commencement du XVII(...)
  • 3 Pascal, Œuvres complètes, “Œuvres diverses (1623-1654)”, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, II, not. (...)

5Pour y répondre, nous ne disposions jusqu’ici que des données fournies sur la verrerie de Saint-Sever par les travaux d’un érudit du XIXe siècle, A. de Girancourt2. C’est un travail ancien, assez peu conforme aux impératifs d’une recherche comme depuis le XXe siècle, nous la concevons, conforme aux règles patiemment édictées de “l’Ecole méthodique” ; contexte mal saisi, critique interne et externe des documents pratiquement absentes, excès de la vision localiste, etc. Koyré avait beau jeu de ne même pas en faire état ! Girancourt avait eu pourtant le mérite de s’être entièrement fondé sur des sources d’archives et d’avoir transcrit le texte de nombre de pièces de toute première importance qui auraient dû mieux attirer l’attention des chercheurs, du moins jusqu’à Jean Mesnard qui, lui, ne les sous-estime pas3. N’empêche que depuis 130 ans, dans le meilleur des cas, on cite Girancourt, mais personne n’est retourné aux sources mêmes de son enquête.

6Il y avait à cela d’assez bonnes raisons : les archives consultées par Girancourt, celle du Tabellionnage de Rouen, celle de la Cour des Aides ou de la Chambre des Comptes de Normandie comme les registres d’arrêts du Parlement, étaient alors conservées au Palais de Justice de Rouen ; versées aux Archives départementales à la fin du XIXe siècle et au début du XXe, elles ont connu depuis toutes les vicissitudes, déclassements, reclassements et inventaires, liés à leurs déplacements successifs, notamment au cours de la seconde guerre mondiale à cause des bombardements, jusqu’à leur installation définitive dans l’actuelle Tour des Archives, au cours des années 1960 où elles ont été classées et référencées exactement.

7La première tâche que je me suis assignée a donc été de retrouver dans les fonds actuels des Archives départementales, l’original des papiers cités par Girancourt malgré le peu de précision des références données par lui, à seule fin de m’assurer de l’exactitude des citations qu’il en a faites. De ce point de vue, je suis en mesure d’affirmer l’authenticité des sources mises à jour par Girancourt et l’exactitude des transcriptions qu’il nous a laissées, ce qui, compte tenu de la nature des documents, est d’un grand mérite ! Extraits des registres d’arrêts du Parlement de Normandie ou des autres cours souveraines, données extraites des actes enregistrés au Tabellionnage de Rouen et autres pièces, ont tous été retrouvés et le plus souvent je donnerai dans mon papier, la référence actuelle des pièces évoquées ou publiées autrefois par Girancourt auxquelles j’ajouterai quelques éléments supplémentaires.

8Reste alors à reconstruire, en la confrontant aux apports récents de la recherche et de l’historiographie, l’histoire de la verrerie de Saint-Sever au cours des années qui ont précédé les expériences de Pascal, pour tenter d’évaluer au plus juste la capacité des maîtres-verriers de Rouen à répondre à l’éventuelle sollicitation d’Etienne et Blaise Pascal, qui leur fut suggérée par Pierre Petit.

  • 4 Lettres patentes du roi du 24 janvier 1598, enregistrées par le Parlement de Normandie, le 26 févri (...)
  • 5 Cf. “Mémoire pour rétablir le commerce de la ville de Rouen”, B.N. Ms. fr. 16740 (f° 20.25). A.D.S. (...)
  • 6 Discours de la joyeuse et triomphante entrée du Très haut, Très puissant et Très magnanisme Prince (...)
  • 7 Cité par Charles de Robillard de BEAUREPAIRE, Entrée à Rouen du Roi Henri IV en 1596, Rouen, Cagnia (...)

9En 1598, l’initiative d’installer une manufacture de verre à Rouen découle entièrement d’une décision économique et politique de la monarchie. Elle était en cela inspirée en premier lieu, par un évident souci d’ordre “mercantiliste” comme diront les historiens : produire à l’intérieur du royaume et à proximité de Paris et de l’important marché normand, “des verres de cristal, verres dorés, émaux et autres ouvrages qui se font à Venise et autres lieux et pays étrangers et autres qu’ils pourront inventer”4. Il s’agissait aussi pour Henri IV et Sully, bientôt nouveau Surintendant des finances, de relever le commerce de Rouen et de contribuer au développement manufacturier de la rive gauche de la Seine où l’on projetait d’édifier une ville nouvelle avec son canal, le nouveau Saint-Sever5. On peut aussi penser que l’abondance des forêts en Haute-Normandie, notamment les forêts d’origine ducale devenues forêts royales, rendait d’autant plus souhaitable le projet d’installation d’une industrie du verre, que celle-ci, comme chacun sait, est un “art du feu”, grand consommateur de combustible, c’est-à-dire de bois pour l’essentiel. Sans doute faut-il également invoquer pour saisir l’origine de la décision royale, la possible bonne intention du roi et de son principal conseiller en faveur de la ville de Rouen, deuxième (ou troisième) ville du royaume en ce temps, pour remerciement du bon accueil que Rouen, si longtemps soumise (ou complice) de la Ligue, avait réservé à Henri IV lors de sa célèbre “Entrée royale” du 16 octobre 1596, entrée prolongée d’un séjour aux frais des habitants, qui s’étendit jusqu’au 6 février 1597 et coûta à la ville la somme rondelette de 12 500 écus6. Dans ses Mémoires (écrites au jour le jour), Goulart, familier et confident d’Henri IV, nous avoue à la date du 8 décembre 1596 : “Le roi m’envoya quérir et me fit derechef (souligné par moi) entendre la grande volonté qu’il avait de bâtir la ville de Saint-Sever ; et je lui dis que nous avions avancé les autres commissaires et moi”7. On comprendra en outre le grand intérêt d’Henri IV pour Saint-Sever quand l’on saura qu’il en avait fait le centre de ses chasses pendant son séjour rouennais et qu’il y abattit 31 cerfs sur 32 courus ! Mais il n’est pas non plus impossible de penser qu’en voulant contribuer au développement industriel de Saint-Sever, hors du périmètre de protection des métiers jurés de Rouen, le roi ait voulu punir (sous couvert d’une gratification paradoxale !) les bourgeois de la ville “intra muros” de rive droite, de leur longue fidélité aux Ligueurs qui s’étaient opposés à son accession au trône de France.

  • 8 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 772. Arrêt du 27 avril 1605 (Enregistrement des lettres patentes (...)

10Il reste que l’autorisation de production de “toute sorte de verre de cristal pour nous servir de son industrie tant à la décoration de nos maisons que pour la commodité publique de nos sujets”, assorti du privilège de monopole jusqu’à “vingt lieues” autour de Rouen, fut d’abord donnée à “deux gentilshommes verriers”, originaires du Duché de Mautoue, fief et patrie des Gonzague, dont l’hériter Ludovic de Gonzague, Duc de Nevers, faisait partie au premier rang de la suite des “Princes du sang et autres grands seigneurs” accompagnant Henri IV lors de son “Entrée” du 16 octobre 1596. Mais les premiers bénéficiaires du privilège, les nommés Vincent Busson (?) et Thomas Bartholus (?), sans qu’on en sache les raisons, renoncèrent à la charge et au monopole et le 8 mars 1605, on constate que le roi renouvelle ses lettres patentes de 1598, mais cette fois-ci au bénéfice d’un gentilhomme provençal du nom de François de Garsonnet pour “établir une verrerie en la ville de Rouen où il n’y a aucune verrerie de cristal” avec octroi du monopole de vente, de divers privilèges dérogatoires parmi lesquels “la faculté de faire travailler des ouvriers étrangers”8, ce qui allait à l’encontre de la protection du travail, credo absolu des métiers jurés de Rouen.

  • 9 A.D.S.M., Tabellionnage de Rouen, Registre 2 E 1/691, 20 août 1605 et 2 E 1/706, 17 mai 1608.
  • 10 J.P. BARDET, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, op. cit., I, p. 146 et tableau p. 176.
  • 11 De ROBILLARD de BEAUREPAIRE, Inventaire sommaire des Archives communales de Rouen antérieures à 179 (...)

11Fort de son privilège royal, Garsonnet était assuré de son monopole, garanti pendant dix ans “après que la verrerie sera establye”. Ce privilège, dont les clauses énumératives prévoyaient que tout “contrevenant” dans “tout le ressort du Parlement de Normandie”, c’est-à-dire bien au-delà des vingt lieues circumvoisines de 1598, serait condamné à subir “la rupture” de ses “fourneaux” et à payer outre une amende au roi de mille écus, une équivalente au gentilhomme verrier lui-même pour le préjudice subi, nous fait mesurer l’importance même de l’entreprise envisagée. François de Garsonnet, évidemment, installa ses fours et établit sa manufacture au faubourg Saint-Sever. À cette fin il loua une maison entourée d’une vaste cour, sise Rue du Pré dans un espace encore à peine urbanisé du faubourg, sur la voie tendant au Prieuré de Bonne-Nouvelle à partir du carrefour central. Selon le bail de six ans renouvelable que lui consentit le propriétaire du fonds, un certain Bocadœuvre9, le coût de la location s’élevait à 180 livres tournois par an, ce qui, compte tenu du quartier, situe la location dans la catégorie des loyers bourgeois d’un bon niveau si l’on se réfère aux analyses proposées par Jean-Pierre Bardet10 pour les loyers de rive gauche. Malgré un incendie survenu, nous dit-on en décembre 1606, lequel retarda jusqu’en 1608 l’activité de la verrerie, celle-ci fut dès lors incontestablement en état de fonctionner. En témoigne le 6 janvier 1608, cet extrait d’une délibération municipale du Corps de ville qui est pour le moins chargée d’acrimonie : s’interrogeant “sur ce qui est à faire pour les verreries qui se tiennent hors le pont”, la ville arrête que “deux de MM. du Bureau (de Ville) seront nommés pour faire remontrance à la Cour et lui faire entendre que la rarité du bois provient à raison de la verrerie qui est du tout inutile, pour y pourvoir ainsi qu’il plaira”11. Première manifestation à ma connaissance d’un visible contentieux apparu entre la ville de Rouen et la verrerie de Saint-Sever, dont nous évoquerons plus loin d’autres épisodes, somme toute assez ordinaires.

  • 12 B.M.R., Carte “Rothomagus – Rouen”, in Cartes et plans, no 3745. Voir le commentaire de la Carte de (...)

12Mais avant d’entrer dans le détail de cette installation et des conflits qu’elle a générés, arrêtons-nous sur l’emplacement de la verrerie. La carte de Rouen, à la fois planimétrique et traitée en perspective cavalière par le géographe Gomboust, parue en 1655, nous permet de la situer exactement. Sous l’appellation “La verrite” et la cote du numéro 446, nous la voyons placée entre la partie déjà urbanisée de Saint-Sever (445), le vaste espace apparemment dégagé appelé “Pré aux anglais” (444), derrière la terre d’Emandreville (443) et un ensemble bâti sur la rue mais accompagné au nord d’un vaste jardin, attribué à “M. Schalcq” (447). Nous y percevons le long de la Rue du Pré, sur l’ouest, une série de bâtiments dont deux paraissent séparés pour laisser place à un éventuel portail et vers le nord le long de la chaussée, à partir du carrefour de Saint-Sever, un long mur de clôture ensérant des bâtiments. Ce que nous pouvons lire sur le plan de Gomboust correspond assez exactement au descriptif des biens pris en location en vertu du bail signé le 20 août 1605, auquel se réfère l’acte enregistré au Tabellionnage le 17 mai 160812.

  • 13 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 881, Arrêt du 15 juillet 1619 (enregistrement des Lettres patente (...)
  • 14 D’après Michel ZYLBERBERG, A.N., M.C. LVIII/38, 4 juillet 1625 (Inventaire après décès de Marie Lus (...)
  • 15 Roland MOUSNIER, La stratification sociale à Paris, Paris, 1976.
  • 16 Pierre GOUBERT, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : Les Danse et les Motte de Beauvais, Pari (...)

13À partir de cette date, nous pouvons assurer que la verrerie de Saint-Sever est en situation de répondre à ce qu’on attend d’elle. Mais elle change de propriétaire en 161913. Le registre du Tabellionnage en date du 17 janvier de cette année nous apprend en effet la cession de la verrerie par François de Garsonnet atteint par les infirmités de l’âge, à deux gentilshommes-verriers originaire de Languedoc, Jean et Pierre d’Azémar. C’est pour nous l’occasion d’en mesurer la valeur capitalistique : 29 807 livres tournois, dont 7 500 livres d’indemnité pour la reprise du privilège royal et 22 307 livres 17 sols et 8 deniers pour stocks de verres à boire et d’émaux, “soulde, salin, fourneaux, ustensiles et autres choses servant à la dite verrerie”, les preneurs se chargeant également de prendre la suite de la location due à Bocadœuvre pendant les cinq ans à venir depuis la Saint-Michel 1618, ce qui signifie que le bail de 1605 avait déjà été renouvelé par tacite reconduction en 1611 et 1617. Un établissement manufacturier de près de 30 000 livres tournois de valeur en 1699, avant la phase inflationniste due à la crise consécutive à l’entrée du Roi de France dans la Guerre dite de Trente ans, se place fort haut dans l’échelle des fortunes de type commercial ou manufacturier. Prenons la mesure de cette importance par le biais de quelques comparaisons éclairantes : voici, en décembre 1615, la fondation à Paris d’une société en nom collectif destinée au “trafic des marchandises et draperies”. Selon Michel Zylberberg qui me communique cette donnée, elle associe la veuve d’un très riche marchand-drapier parisien, Anne du Crocq à son gendre, originaire de Normandie, Daniel Le Couteulx, dans une affaire au capital de 18 000 livres dont les deux tiers sont apportés par la belle-mère14. Si, à la suite de Roland Mousnier, on prend la mesure de l’échelle des fortunes à Paris, en se fondant sur les dots incluses dans les contrats de mariage, on constate que sur 1073 contrats au total portant sur les années 1634-1635-1636, 3,04 % d’entre elles seulement, dépassent 20 000 livres15. Compte tenu de l’inflation, 30 000 livres de 1619, c’est trois fois plus que tout le mobilier, y compris bijoux et argenterie, et fonds disponibles en espèces, que contenait en 1650 la succession du richissime marchand et manufacturier de Beauvais, Lucien Motte (soit 10 682 livres) et c’est assurément plus que le capital portant rente constituée qu’avait emprunté vers 1660, l’associé de Lucien Motte, Danse de Beauvais16.

14Concluons d’un mot : la verrerie de Rouen est une grosse affaire capitalistique, soutenue par la monarchie et assurée de ses débouchés ; en 1647 elle a déjà 30 ans d’existence : on ne voit pas pourquoi dans ces conditions Pierre Petit et les Pascal, dont le père Etienne, exerçait de tels pouvoirs à Rouen, se seraient adressé à elle si l’entreprise n’avait pas eu la capacité matérielle et technique de répondre à sa demande.

15L’ancienneté et la qualité de la manufacture de verre de Saint-Sever n’épuisent cependant pas les questions qu’on peut se poser à son sujet. Je voudrais en aborder brièvement trois autres.

  • 17 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieus (...)

16En premier lieu, la question déjà entrevue des relations conflictuelles entretenues entre cet établissement protégé par un privilège royal et le monde des métiers jurés rouennais, hostiles par essence à tout ce qui dérogeait à leur contrôle17. Signalons tout d’abord qu’il existe à Rouen une communauté de verriers, habilité à produire des carreaux de verre blanc et coloré : les statuts de cette communauté ont été accordés par Louis XI en 1467, confirmés par Henri II en 1555 et Charles IX en 1563. Leur métier consiste, comme l’indique la définition du chef d’œuvre exigé pour passer compagnon en 1496, en fabrication de “panneaux de voirres” fait de “peinture et jointures” avec obligation semble-t-il de produire du verre coloré de trois manières : dans la masse, par application d’émaux, par fusion superficielle. Autant dire que ce métier-là était destiné à produire des objets de luxe ou destinés à la liturgie ou bien encore des vitraux comme ceux de Saint-Godart, Saint-Vincent ou Saint-Patrice dont le vitrage fut achevé au début du XVIIe siècle. Il y eut une famille célèbre de verriers rouennais, les Levieil dont un ancêtre a travaillé à Saint-Maclou en 1584. Les verriers disposent en outre d’une confrérie qui siège au Couvent des Carmes. Sauf exception, on ne voit pas en quoi la verrerie de Saint-Sever, pouvait leur porter préjudice : rien dans ce qu’elle devait produire n’entre en concurrence avec le monopole du métier juré rouennais. Mais l’existence de la verrerie était à elle seule une concurrence !

  • 18 Les Delamarre ont vendu en Espagne le 23 février 1608 “(...) des chapelets de verre rond et en oliv (...)
  • 19 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 838. Arrêt du 21 mars 161 réglant le conflit entre Garsonnet et D (...)
  • 20 A.D.S.M., Tabell. meuble, boîte 12 ; voir aussi Charles de Robillard de Beaurepaire, “Vénitiens reç (...)
  • 21 Idem, boîte 19.
  • 22 Idem, boîte 19. Les renseignements m’ont été communiqués par Madame De La Comté, directrice-adjoint (...)
  • 23 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 832, 26 juin 1613, Enregistrement des lettres patentes du 4 mai 1 (...)
  • 24 A.D.S.M., Bailliage de Rouen, Plumitif, Plainte de Garsonnet en date du 6 mai 1616. Voir aussi OUIN (...)
  • 25 A.D.S.M., Mémoriaux de la Cour des Comptes de Normandie, 2 B 86, F°121-122, 1638.
  • 26 J.B. BARDET, op. cit., I, p. 146.
  • 27 GIRANCOURT, Notice sur la verrerie, op. cit., cf. p. 27.

17Une autre communauté rouennaise est également intéressée par le travail du verre : celle des lunettiers-miroitiers : leurs statuts datant de 1548 ont été confirmés par Louis XIII en 1649 (et par Louis XV en 1748) selon Le Dictionnaire du Commerce de Savary, mais nous savons que les tapissiers, fripiers et merciers, se sont également attribué la vente des glaces et trumeaux de cheminée. Enfin, il existe une Communauté de marchands de chapelets et verroteries diverses, les “Pastenotriers” dont deux des maîtres, Mathieu et Geoffroy Delamarre, “marchands et maîtres de pastenostres, boutonniers et verriers”18, sur plainte de François de Garsonnet en date du 24 juillet 1613 furent condamnés par le Parlement le 21 mars 161419 à démolir leurs “fourneaux à verrerie” construits au faubourg Cauchoise et cela en raison “des privilèges concédés” selon “l’ordonnance du roi” en faveur de Garsonnet. En réalité ce procès au terme duquel les Delamarre sont aussi condamnés à payer 6 livres d’amende, donc fort peu, s’achève sur un compromis : la communauté reçoit confirmation du monopole de la fabrication et du commerce des “pastenotres, boutons” et autres émaux, la verrerie de Saint-Sever confirmation de son monopole de la fabrication et de la vente des autres objets de verre. Ajoutons pour compléter ce tableau que Rouen était traditionnellement l’une des grandes places marchandes d’exportation de chapelets et divers objet de verroterie, en Espagne et au Portugal notamment ; le Tabellionnage des meubles en apporte de nombreuses confirmations, par exemple le 20 décembre 1605, une vente de (...) “grains de verre, (...) grains de cristal, miroirs dorés (...) lunettes, tablettes, petits miroirs (...) le tout de la fabrique de Rouen et environs”20, le 1er juillet 1608 “(...) chapelets avec croix, grenat taillé de verre (...)”, le 19 juillet 1609 “(...) pâtenotres de verre, lunettes, grands miroirs dorés et petits miroirs, le tout fabriqué à Rouen par eux et leurs ouvriers” ; le 14 janvier 161321 Jean Goymard, marchand flamand vient exposer en vente des “peintures et tableaux exquis” mais aussi “miroirs de Venise” sans, nous dit-on, “qu’il y puisse être troublé ni empêché par les peintres et autres artisans de cette ville de Rouen”, ce qui en dit long sur l’extrême vigilance avec laquelle les communautés de métier veillaient jalousement à tout ce qui pouvait menacer leur monopole. Ainsi le 24 janvier 1632, un certain Pierre Le Brun, se disant “marchand et valet de chambre du roi” prétendait obtenir l’autorisation d’ouvrir à Rouen une “blanque” pour y vendre jusqu’à concurrence de la valeur de 40 000 livres, outre des tableaux et autres objets précieux, des “miroirs de Venise” : le Parlement le lui interdit22. On comprend, dans ces conditions, que l’installation de la verrerie privilégiée de Saint-Sever ait suscité l’animosité des maîtres de métiers de la ville et c’est la raison pour laquelle, ils ne cessèrent de lui chercher noise et de diverses façons : en mai 1613, sous le prétexte (plausible) que la consommation de bois par les fours de la verrerie en entraînerait la hausse des prix, et sous la pression de la ville, le Parlement impose à Garsonnet de ne pas consommer plus que l’équivalent de “2 acres de bois” par an23, obligation qui sera reconduite pour ses successeurs. Obligé dès lors de recourir au charbon de terre qu’on faisait venir de Littry mais aussi d’Auvergne, de Hainaut et d’Angleterre (de Newcastle) depuis le début du XVIe siècle, Garsonnet se trouve en 1616 en opposition aux mesureurs de charbon de terre “à l’occasion du déchargement d’un bateau à destination de la verrerie de Saint-Sever”24. Faire dépendre des importations de combustible l’activité des fours de la verrerie était compromettre la continuité de sa production : était-ce la raison pour laquelle le 5 mai 1623, la Chambre des Comptes de Normandie ordonna, à propos du renouvellement du privilège accordé en 1613, que “les lettres patentes seront enregistrées pour être exécutées selon leur forme et teneur, à la charge que pour l’usage de la verrerie, ils ne pourront se servir que (souligné par moi) de charbon de terre ni empescheront d’apporter dans ce ressort aucune manufacture de verrerie !”25. Réduire la portée du privilège et simultanément grignoter la possibilité d’exercer le monopole, traduit bien l’hostilité qu’inspirait la manufacture au milieu rouennais, hors le monde des officiers de plume, ingénieurs et beaux esprits qui graviteront autour d’Etienne Pascal. Mais en fin de compte, les métiers rouennais réussissent en partie à imposer leur point de vue et à faire respecter l’intérêt des maîtres, d’abord en limitant le champ d’action de la verrerie et plus généralement en “conduisant à l’échec” (J.-P. Bardet) tous les projets de développement du faubourg et cela jusqu’en plein XVIIIe siècle26. Pour en finir avec ce chapitre de l’animosité corporativo-bourgeoise rouennaise, signalons les poursuites intentées pour “tapage nocturne” par le Bailliage criminel de Rouen à l’encontre de Henri de Virgile, écuyer, et de trois autres “ouvriers” de la verrerie en 1632 (16 janvier) : manière sans doute de pratiquer l’intimidation27.

  • 28 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 1035, Rapport du 19 juillet 1642.

18Ce constat rend d’autant plus exemplaire la remarquable obstination de la monarchie, de Henri IV à Louis XIV en passant par la Régence et Louis XIII, à protéger la manufacture de verre à travers la double confirmation de son monopole et de son privilège : 23 avril 1619, lettres patentes de Louis XIII accordant à Jean et Pierre d’Azémar, “gentilshommes-verriers”, le privilège naguère reconnu à François de Garsonnet ; nouvelles lettres patentes du 15 mai 1627 déboutant un plaignant, le poète Girard de Saint-Amand, beau-frère des d’Azémar qui revendiquait pour lui le privilège - nous y reviendrons peu après - ; mars 1635, encore des lettres patentes reconnaissant à Jean et Pierre d’Azémar, la “jouissance de la verrerie” : ils sont ici qualifiés de “gentilshommes de noble extraction et maîtres de la verrerie du faubourg Saint-Sever de la ville de Rouen” ; juin 1642 après le décès de Pierre Azémar et le procès qui s’ensuivit pour le règlement de la succession, encore des lettres patentes qui réitèrent le “privilège accordé à perpétuité (souligné par moi)” à “la veuve Girard” et aux enfants qu’elle a eus de Pierre d’Azémar, avec cette mention nouvelle qui vaut rappel : “les sieurs d’Azémar, issus d’une des plus nobles et anciennes familles de notre province du Languedoc, se sont adonnés à l’exercice de l’art de la verrerie, lesquels sont les premiers en France qui ont trouvé l’invention de travailler le cristal, pour le désir que nous avons que notre royaume soit rempli de personnes dont l’esprit et l’art duquel ils font profession surpasse celui des autres nations (...)”. Mais cette emphase monarchique n’empêchera pas le Parlement, tenu d’enregistrer ces lettres patentes accordant “permission à perpétuité” (sic), d’y ajouter une restriction de son cru, savoir que “la dite Girard, ses enfants et leurs successeurs ne pourront empêscher l’apport et distribution des verres et ouvrages de cristal et feugères du dehors en ceste ville de Rouen, ny user pour le feu de leur verrerie autre chose que du charbon de terre, ou à défaut d’ycelluy plus grande quantité que deux arpents de bois d’autres forêts que celles réservées pour la fourniture de la dite ville de Rouen, par les mains des marchands adjudicataires et non autrement”28.

  • 29 Jean-Pierre DAVIET, art. “Glaces”, Dictionnaire du Grand siècle (dir. F. BLUCHE), Paris, Fayard, 19 (...)

19Les fours de la verrerie de Saint-Sever ont continué à brûler jusqu’en 1768. Mais la fondation de la Manufacture royale des grandes glaces à Saint-Gobain29 en 1665 à l’initiative de Colbert et au profit d’une compagnie dirigée par le Receveur général du Taillon d’Orléans, Nicolas Noyer et Pierre Pecquet, receveur général des finances de Bourges, tout comme l’établissement de nouvelles verreries, à l’initiative de la Duchesse de Longueville dans le Comté d’Eu, souvent en y employant des gens formés à Saint-Sever comme le nommé Henri de Virgile déjà cité, portèrent des coups décisifs à la prospérité de celle de Saint-Sever. A la fin du siècle, la concurrence des verreries travaillant selon les procédés anglais moins onéreux, réduisit la production des verreries de type de celle de Saint-Sever qui se vit, elle, réduite à la marginalité. Malgré d’évidentes difficultés de gestion, tel n’était pas encore le cas en 1646 et 1647 quand Pierre Petit, Etienne et Blaise Pascal firent appel au concours des maîtres-verriers de Saint-Sever.

  • 30 Jacques SAVARY DES BRUSLONS, Dictionnaire universel du Commerce, Paris, J. Estienne, 1723 (art. “Ve (...)

20Intéressons-nous en second lieu aux maîtres de la verrerie, les d’Azémar eux-mêmes que nous avons vus succéder en 1619 à François de Garsonnet. Gentisl-hommes verriers d’origine languedocienne, ils étaient de fervents huguenots. À vrai dire ils représentent assez typiquement ces familles, véritables dynasties de maîtres-verriers qui, entre haute vallée de l’Hérault et Vivarais, mirent à profit garrigues et forêts de chênes-verts et toute une série de procédés techniques mis au point dès le XIVe siècle, pour y développer une puissante activité, très décentralisée, de fabrication de verres, de bouteilles et de flacons, plus d’ailleurs que de verre plat. Gentilshommes ils l’étaient car, si l’on suit Savary des Bruslons : “Il n’y a en France que les gentilshommes qui puissent souffler et fabriquer le verre ; bien loin que ce travail attire la dérogeance, c’est une espèce de titre de noblesse, et l’on peut même y être reçu sans en faire la preuve” et, ajoute Savary, “ce privilège que les rois ont bien voulu accorder pour faire subsister la pauvre noblesse, n’a pas souffert jusqu’ici d’altération, et il serait à souhaiter qu’il y eut encore plusieurs autres manufactures qui eussent cette prérogative”30.

  • 31 On se reportera à deux ouvrages essentiels, le premier, informatif mais assez confus, le second plu (...)
  • 32 A.D.S.M., IIB 86 (vol. 42). Mémoriaux de la Cour des Comptes, Arrêt du 5 mai 1623 ; Plumitifs II B (...)
  • 33 Le village de Saint-Maurice, contigu à celui de mes propres ancêtres paternels, conserve dans sa to (...)

21Mais gentilshommes languedociens, ils le sont plus encore et ne l’oublient jamais31. Qualifiés dans les lettres patentes en date du 6 février 1623 déjà de “nos chers et amez Jean et Pierre d’Azémar frères, de nostre pays de Languedoc”, pour ce qu’ils ont “expérience et capacité en l’art de verrerie”, étant “de noble extraction” et héritier d’un métier dont “leurs prédécesseurs ont depuis 250 ans continuellement fait la profession”32, les d’Azemar étaient seigneurs de la paroisse de Saint-Maurice de Cazevieille dans le diocèse d’Uzès. Depuis au moins 1477, ils y faisaient fonctionner des verreries situées à proximité, dans les villages de Saint-Césaire de Gauzignan, Euzet, Baron et jusqu’à Méjannes ou la Calmette33.

22Par l’intermédiaire de fils, gendres ou de neveux et “d’ouvriers” formés par eux, ils essaimèrent partout au point d’être considérés comme les “premiers gentilshommes verriers de France Jean et Pierre d’Azémar qui vinrent s’établir à Saint-Sever à la suite de Garsonnet, étaient donc éminemment titrés et expérimentés : telle est la raison pour laquelle le roi, systématiquement, puis le Parlement de Rouen, en traînant la jambe, les soutinrent quand leur monopole et leur privilège parurent contestés ou menacés, comme en 1627, 1635 et 1642.

  • 34 A.D.S.M., 4 E, Copie de l’État-civil des protestants faite par Emile Lesens du Répertoire établi en (...)
  • 35 On lira à ce propos, l’article de Joseph BAILBE, “Un poète normand à redécouvrir Saint-Amand”, Mémo (...)
  • 36 Jean-Baptiste de la GALISSONNIERE, “Recherche de la noblesse de la Généralité de Rouen”, préparatoi (...)
  • 37 A.D.S.M., Cour des Comptes, Mémoriaux, II B 105, arrêt du 19 juillet 1642, Parlement, 1 B 1035, ide (...)

23Les d’Azémar étaient en outre protestants et leur famille le resta au moins jusqu’à la Révocation. Cette appartenance confessionnelle est largement confirmée par la présence de la copie de l’acte de mariage de Pierre d’Azémar sur le “Répertoire alphabétique des registres d’Etat-civil ancien des protestants de Rouen et de Quevilly” dont nous disposons34. Jean d’Azémar, le frère aîné, qualifié d’“Escuyer”, né à “Saint-Maurice de Cassevieille en Languedoc”, mourut à l’âge de 56 ans, le 26 septembre 1639 et Pierre le cadet, “écuyer, maître de la verrerie du faubourg Saint-Sever, paroisse de la Ronde”, à l’âge de 53 ans, le 1er juillet 1642. Assurément, leur appartenance confessionnelle leur avait ouvert les portes du milieu du haut négoce protestant de Rouen. Pierre d’Azémar, né en 1589, avait ainsi épousé le 21 avril 1619, l’année de la reprise de la verrerie de Garsonnet, Anne Girard, née le 19 novembre 1596 et fille de Antoine Girard, aîné d’une famille de grands négociants et de capitaine de navires protestants dont trois au moins connurent une certaine célébrité, le frère d’Antoine, Michel Girard, décédé à Rouen en 1631 à l’âge de 77 ans, Salomon, puis Guillaume Girard,... frère du poète Girard de Saint-Amand, fils aîné d’Antoine né en 1594. Antoine Girard apporta d’ailleurs en 1619, la moitié des capitaux qui furent nécessaires aux d’Azémar pour reprendre l’affaire de Garsonnet. Non content de donner sa fille à Pierre, il hébergea en son domicile, voisin de la verrerie, toute la famille comme le prouve le contrat de 1619 déjà évoqué relatif à “la dépense de bouche qui se fera en ladite maison (et qui) sera commune et payée par moitié Antoine Girard décéda peu après, le 24 novembre 1624, à l’âge de 73 ans laissant Anne d’Azémar, sa fille, baptisée le 19 novembre 1594, comme sa seule héritière, du moins m’a-t-il semblé, à la lecture des pièces d’un procès qui fit quelque bruit, celui intenté par le frère, le “poète” Girard de Saint-Amand aux d’Azémar pour tenter de récupérer à son profit la part d’Antoine Girard, le père, dans l’affaire commune35. Anne Girard eut dix enfants de Pierre d’Azémar et après le décès de son mari, prit la direction de la verrerie, assistée de ses fils, Pierre, Philippe et Jean36 et de son gendre et successeur, un gentilhomme d’origine languedocienne, M. de la Roche Guilherm ; cela ne fut guère facile et on la voit intenter un procès en 1645 contre un contrevenant au monopole dont elle bénéficiait en vertu des nouvelles Lettres patentes de juin 1642, enregistrée par le Parlement le 19 juillet 1642, avec cette restriction nouvelle cependant “que la dite Girard, ses enfants et leurs successeurs, ne pourront empescher l’apport de la distribution de verres et ouvrages de cristal et feugères du dehors en ceste ville de Rouen”37.

24Anne de Girard d’Azémar, qualifiée de “veuve de Pierre d’Azémar, escuyer et maître de la verrerie de Saint-Sever” décéda dans la religion réformée le 19 novembre 1655 : c’est donc à elle et à ses enfants que Blaise Pascal et son père Etienne durent faire appel en 1646-1647 pour mettre au point les dispositifs nécessaires à l’expérience de Rouen. Mais ce simple rappel socio-généalogique nous montre assez qu’ils n’avaient pas affaire à de modestes artisans, plus ou moins besogneux, mais à de puissants manufacturiers, issus de l’élite protestante et fortunée de la ville, c’est-à-dire, à la fois très en vue mais aussi en butte à ceux de la cité qui leur reprochaient d’être à la fois des privilégiés, des “horsains”, défaut majeur en Normandie, et des hérétiques !

25La dernière interrogation à laquelle je voudrais répondre est évidemment celle de la nature des procédés techniques mis en œuvre à Saint-Sever et de la qualité des produits sortis de la verrerie. Force est bien de constater que sur ce plan, les sources sont lacunaires et pauvres mais pas inexistantes.

  • 38 Cf. Le contrat passé en 1619 entre Garsonnet et les d’Azémar, déjà cité, qui évoque “la soulde”.

26Rappelons d’abord brièvement de quelles opérations résulte la fabrication du verre : après avoir écrasé, pilé et mélangé, une “composition” faite des deux tiers de la matière le plus possible siliceuse, sable pur ou galets des rivières écrasés, de 10 % à peu près de chaux ou oxyde de calcium, puis de verre ancien pilé en petite proportion (au gré du verrier), on ajoute entre 15 et 20 % d’alcali ou de “soulde”, qui tiennent lieu de “fondant L’alcali venait alors de deux origines : soit il était un hydroxyde de potassium, et on le produisait en brûlant des végétaux de terres acides, principalement des fougères dont on recueillait les cendres, soit on l’extrayait de roches alcalines, ou plus fréquemment de plantes marines, comme la salicorne des deltas ou la barille d’Alicante, pour obtenir un alcali minéral ou “marin”, soit un hydroxyde de soulde, ce qui était l’ingrédient explicitement utilisé à Saint-Sever38. L’art du maître-verrier, avec son “secret” de fabrication, consistait en premier lieu dans son aptitude à produire des mélanges adaptés aux produits qu’il espérait obtenir : Le rôle du “fondant” était de permettre la fusion de la silice qui autrement exigeait une température de 2 000° inaccessible dans des fours à charbon-de-bois ou lignite. Pour obtenir des verres très transparents ou “purs”, comme on les produisait à Venise, comparable au cristal de roche de Bohème, il fallait évidemment utiliser de la silice presque pure, ce qui n’était pas le cas pour les verres dits de “Lorraine” ou de “France”, verdâtres et translucides, qui ne convenaient que pour la fabrication des bouteilles ordinaires, ni opérer la fusion dans des fours à fort dégagement de fumée noirâtre, comme dans la verrerie dite “anglaise” ou “brune” : c’est pourquoi, on préférait d’ailleurs le charbon de bois et le chêne au charbon de terre. Le site de Rouen se prêtait fort bien à la production du cristal et du verre de haute qualité en raison des facilités d’approvisionnement : forêts abondantes avec vastes clairières de fougères, carrières de sable à proximité, production de chaux à l’aval du port de Rouen sur la Rive droite, par les “chaufourniers”, de Canteleu à Duclair, importation aisée d’Alcali d’Alicante puisque Rouen était encore l’une des premières places de commerce avec l’Espagne malgré la guerre... Tout cela dut convaincre Garsonnet puis la famille d’Azémar de tenter l’aventure verrière de Saint-Sever que leur proposait le roi.

  • 39 “Canon” : selon le Du Cange (Glossarium mediae et infime latinitatis, Paris, Didot, 1842), canon si (...)

27Mais évidemment ce qui faisait l’essentiel de l’art du verrier était son tour de main, le maniement de la “canne”, la saisie du “pot”, le traitement de la “poste” sur les “bardelles”, la soudure des tubes, cols ou flacons, puis la maîtrise du refroidissement dans des fours à température dégressive, car c’est toute cette suite d’opérations techniques qui fait la qualité du produit. De ce point de vue, les maîtres-verriers languedociens étaient réputés jusque dans les années 1680, les meilleurs verriers de France, véritables éducateurs des verriers du nord et de l’est du royaume. Peut-on imaginer qu’ils aient été dans l’incapacité de produire des “canons” de verre ? 39.

28Si nous nous reportons une fois encore aux lettres patentes du roi déjà évoquées, nous constatons qu’elles exigent de la manufacture de Saint-Sever, la production de “cristal” (1605) ; elles constatent en 1613 que le maître-verrier “s’est bien et dignement acquitté (de cette tâche) tant en la manufacture des verres de cristal commun raffinés en façon de Venise qu’aussi en l’ouvrage de canons et d’émaux de verre de belles et riches couleurs non encore imitées” ; elles rappellent en 1619 l’obligation de “tenir la verrerie (...) duement fournie de verres et canons de semblables qualités et bontés” comme précédemment, puis en 1623, elles exigent prolongation et “entretiennement de ladite verrerye établie en nostre ville de Rouen pour le temps de six ans pour faire verres, canons et tous autres ouvrages de cristal, les vendre et débiter.... ”, tous produits sortis de la verrerie et qualifiés en 1635 de “plus excellents ouvrages que d’aucuns de ce royaume” au point, nous dit-on, que “les ouvrages de Venise n’ont plus aucun avantage” sur eux, et encore en 1642, on salue des “ouvrages (...) si beaux qu’ils égalent ceux de Venise”.

29On comprend donc pourquoi en 1646, à son retour de Dieppe, Pierre Petit ait pu suggérer à Etienne Pascal et le convaincre, ainsi que son fils, de tenter de réussir à Rouen une expérience que le Père Mersenne n’avait pu réussir à Paris, faute de tubes assez résistants.

30Concluons : tout ce que nous avons pu rassembler de données sur la manufacture de Saint-Sever et ses maîtres, avant la date de réalisation des expériences rouennaises de Pascal, n’apporte pas de preuves absolues que ces expériences se sont effectivement produites dans les formes et selon les procédures plus ou moins précisément décrites par Pascal, Guiffart puis Roberval. Mais notre recherche patiente nous conduit à penser que l’argument de la prétendue incapacité technique des verriers de Rouen au XVIIe siècle, à produire ce qui parut nécessaire aux Pascal et à Pierre Petit pour produire à Rouen des variantes fondamentales des expériences d’Italie, n’a aucune validité.

31On peut même affirmer qu’en 1647, Rouen était sans doute la seule bonne ville du royaume, bien avant Paris, où l’expérience imaginée pouvait être entreprise valablement. C’est que les conditions externes, c’est-à-dire techniques, matérielles, historiques, d’une démonstration théorique, y étaient réunies : une verrerie de qualité exceptionnelle, la présence simultanée de corps de charpentiers de marine habiles à réaliser les levages les plus périlleux, conditions sociales et humaines donc, véritablement uniques. Ajoutons-y les conditions politiques étant donné la position dans la ville de Rouen d’Etienne Pascal, commissaire à la subsistance des gens de guerre qui venait d’extraire des contribuables des sommes considérables qui le faisait craindre, mais cela dans un moment où les armées du Roi de France, après Rocroi, engrangeaient de vifs succès dans la “guerre ouverte” qui durait pour le royaume depuis dix ans déjà ! Nous voyons ici réunis tous les ingrédients d’une réussite véritable.

  • 40 Rappelons à ce propos que de 1640 à 1644, Etienne Pascal a exigé de la ville de Rouen le paiement d (...)

32Et j’ajoute in fine, qu’il m’a été assez agréable de constater que Koyré qui faisait profession lorsque j’étais étudiant, de pourfendre le “dogmatisme” des supposés “matérialistes” a pu, au fil de son œuvre puissante, ne pas échapper au risque d’y tomber lui-même40.

Notes

1 Alexandre KOYRE, “Pascal savant”, Cahiers de Royaumont, Philosophie, no 1. Cette étude de 1954 est reprise dans Etudes d’histoire de la pensée scientifique, Paris, Gallimard, 1966, Col. “Tel”, p. 362-399, rééd. 1973. Steven SHAPIN, Simon SCHAFFER (Léviathan et la pompe à air. Hobbes et Boyle entre science et politique, Paris, La Découverte (tr. fr.), 1993) citent à cet effet (p. 34, n. 62 les “Hydrostatical paradoxes” de Robert Boyle de 1666 : “Il est donc fort possible que (Pascal) ait évoqué (les expériences mentionnées par lui) comme des choses qui doivent se produire, étant simplement persuadé qu’il ne pouvait se tromper dans ses raisonnements (...)”.

2 Notice sur la verrerie de Rouen et la fabrication du cristal en cette ville au commencement du XVIIe siècle (de 1598 à 1664), Rouen, Cagniard, 1867, 43 p. ; du même, Nouvelle étude sur la verrerie de Rouen et la fabrication du cristal à la façon de Venise au XVIe et XVIIe siècles, m. l., m. é., 1886, 123 p. ; ce second opuscule, pour notre enquête, n’apporte rien de plus au premier.

3 Pascal, Œuvres complètes, “Œuvres diverses (1623-1654)”, Paris, Desclée de Brouwer, 1970, II, not. 3, p. 347 : “La cité normande possédait en effet une verrerie célèbre, où l’espoir était permis de se procurer des tubes de meilleure qualité qu’à Paris” écrit J. MESNARD à propos de l’idée de Pierre Petit, ingénieur du roi et familier du Père Mersenne, de reproduire à Rouen l’expérience réalisée en 1644 à Florence par Torricelli.

4 Lettres patentes du roi du 24 janvier 1598, enregistrées par le Parlement de Normandie, le 26 février 1598 (cf. A.D.S.M., 1 B 727). Sur l’histoire des Archives de Seine-Maritime, voir François BURCKARD, Guide des Archives de la SeineMaritime, t. 1, Généralités. Arch. antérieures à 1790, Rouen, 1990.

5 Cf. “Mémoire pour rétablir le commerce de la ville de Rouen”, B.N. Ms. fr. 16740 (f° 20.25). A.D.S.M., 1 B 728, enregistrement de l’Edit du roi, portant accroissement du faubourg Saint-Sever en date du 22 décembre 1605 ; voir aussi Jean-Pierre BARDET, Rouen au XVIIe et XVIIIe siècle, Paris, SEDES, 1983, t. 1, p. 145-146, “L’échec de la rive gauche”,

6 Discours de la joyeuse et triomphante entrée du Très haut, Très puissant et Très magnanisme Prince Henri IIII de son nom, Très chrétien Roi de France et de Navarre, faite en la ville de Rouen, capitale de la Province et Duché de Normandie, le mardi seizième jour d’octobre 1596 (...), A Rouen, Raphaël du Petit Val, 1600, avec Privilège du Roi.

7 Cité par Charles de Robillard de BEAUREPAIRE, Entrée à Rouen du Roi Henri IV en 1596, Rouen, Cagniard, 1887, p. XXXV.

8 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 772. Arrêt du 27 avril 1605 (Enregistrement des lettres patentes en date du 8 mars 1605).

9 A.D.S.M., Tabellionnage de Rouen, Registre 2 E 1/691, 20 août 1605 et 2 E 1/706, 17 mai 1608.

10 J.P. BARDET, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles, op. cit., I, p. 146 et tableau p. 176.

11 De ROBILLARD de BEAUREPAIRE, Inventaire sommaire des Archives communales de Rouen antérieures à 1790, Rouen, Lecerf, 1887, cf. p. 278.

12 B.M.R., Carte “Rothomagus – Rouen”, in Cartes et plans, no 3745. Voir le commentaire de la Carte de Gomboust par J.P. Bardet, op. cit., t. 1, p. 65. Le 4 août 1630, le Sieur Emandreville céda à la veuve de Antoine Girard, beau-père et associé comme nous le verrons, des successeurs de François Garsonnet, une pièce de terre et de jardin indiquée sur le plan de Gomboust sous la cote no 443, sous la forme d’une rente constituée en argent assortie de la remise annuelle de “six beaux verres de cristal” (A.D.S.M., Tabellionnage de Rouen 2 E 1, Contrôle des actes, 454, f° 81). Le 25 avril 1634, la veuve Girard disposant de la procuration de ses deux fils - le poète Saint-Amand et un autre, colonel de cavalerie – vend à Pierre d’Azémar pour 84 000 livres, non seulement “le terrain sur lequel est édifié la verrerie” mais aussi “le terrain pris en fief du sieur d’Emandreville par contrat passé devant les tabellions d’Orbec, le 4 août 1630”, c’est-à-dire le bien évoqué ci-dessus (A.D.S.M., Tabellionnage de Rouen 2 E 1 Contrôle des Actes, id.). Ces données notariales portent confirmation indiscutable de la disposition exacte de la verrerie dans la topographie de Saint-Sever et permettent simultanément de prendre la mesure des immobilisations foncières imposantes liées à la verrerie et constituant une part de la fortune des maîtres-verriers.

13 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 881, Arrêt du 15 juillet 1619 (enregistrement des Lettres patentes du 23 avril 1619) ; Tabellionnage de Rouen, Acte du 17 janvier 1619. 2 E 1/793 et mariage de Anne Girard avec Pierre d’Azémar, 2 E 1/797, Acte du 14 août 1619.

14 D’après Michel ZYLBERBERG, A.N., M.C. LVIII/38, 4 juillet 1625 (Inventaire après décès de Marie Lustier, épouse Daniel Le Couteulx).

15 Roland MOUSNIER, La stratification sociale à Paris, Paris, 1976.

16 Pierre GOUBERT, Familles marchandes sous l’Ancien Régime : Les Danse et les Motte de Beauvais, Paris, SEVPEN, 1959, p. 24 et p. 48.

17 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe, 1850 ; cf. p. 244 (ch. XVI).

18 Les Delamarre ont vendu en Espagne le 23 février 1608 “(...) des chapelets de verre rond et en olive (...) petits grains noirs, grains violets et autres accessoires pour fabriquer les chapelets”, cf. A.D.S.M., Tabell. meubles, boîte 12, 23, février 1608.

19 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 838. Arrêt du 21 mars 161 réglant le conflit entre Garsonnet et Delamarre.

20 A.D.S.M., Tabell. meuble, boîte 12 ; voir aussi Charles de Robillard de Beaurepaire, “Vénitiens reçus à faire des pastrenostres en France, en verre émaillé”, Bulletin de la Commission des Antiquités de Seine-Inférieure, no 51, pp. 427-429.

21 Idem, boîte 19.

22 Idem, boîte 19. Les renseignements m’ont été communiqués par Madame De La Comté, directrice-adjointe des A.D.S.M.

23 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 832, 26 juin 1613, Enregistrement des lettres patentes du 4 mai 1613, portant prolongation du privilège octroyé en 1605.

24 A.D.S.M., Bailliage de Rouen, Plumitif, Plainte de Garsonnet en date du 6 mai 1616. Voir aussi OUIN-LACROIX, op. cit. (p. 291) sur la charge d’inspecteur de charbon de terre anglais institué jusqu’en 1638.

25 A.D.S.M., Mémoriaux de la Cour des Comptes de Normandie, 2 B 86, F°121-122, 1638.

26 J.B. BARDET, op. cit., I, p. 146.

27 GIRANCOURT, Notice sur la verrerie, op. cit., cf. p. 27.

28 A.D.S.M., Parlement de Rouen, 1 B 1035, Rapport du 19 juillet 1642.

29 Jean-Pierre DAVIET, art. “Glaces”, Dictionnaire du Grand siècle (dir. F. BLUCHE), Paris, Fayard, 1990 ; cf. POCHET-LECOURVAL, Les maîtres du verre et de feu, Paris, Perrin, 1998. La célèbre verrerie Lecourval, plus que jamais située au plus haut niveau de production des flacons de luxe, a été fondée en 1667 par Henri de Virgile, “Ouvrier” de la verrerie de Saint-Sever, formé par les frères d Azémar et qu’il avait accompagnés du Languedoc en Normandie, suivant même Pierre d’Azémar en 1638 pour l’aider à fonder la verrerie du Caule dans le Comté d’Eu dont il prendra ensuite la direction (cf. GIRANCOURT, Notice, op. cit., p. 96).

30 Jacques SAVARY DES BRUSLONS, Dictionnaire universel du Commerce, Paris, J. Estienne, 1723 (art. “Verre”, II, p. 1884-5-6).

31 On se reportera à deux ouvrages essentiels, le premier, informatif mais assez confus, le second plus remarquable ; il s’agit de ceux de Claude Annie GAIDAN, Les gentilshommes verriers du Gard du XVe au XVIIIe siècle, Montpellier, 1991, 63 p. (Arch. dép. du Gard, Br 2342) et de SAINT-QUIRIN, “Les verriers du Languedoc (1290-1790)”, articles publiés originairement dans le Bulletin de la Société languedocienne de géographie, t. XXVII et XXVIII (1904) et t. XXIX (1906). Les articles ont été réédités à Montpellier en 1985 pour le compte de l’association “La Réveillée”, sous la forme d’un livre de 361 pages, avec une préface du Duc de CASTRIES, de l’Académie française, et deux avant-propos, l’un technique de P. PENNES, Conservateur au Musée du Louvre, l’autre historique de J. WARSCHNITTER.
Saint-Quirin était le pseudonyme de Quirin de Casenove (1861-1914) qui épousa une demoiselle d’Adhémar, héritière des Azémar dont il est ici question. Nous apprenons à ce propos que le 21 août 1626, Jacques d’Azémar de Saint-Maurice de Cazevieille (cf. infra), père de Pierre et de Jean, fut témoin pour une succession en faveur d’un de Virgile, de Gaujac, dont un fils ou un frère, comme on l’a vu, a accompagné les d’Azémar à Rouen en 1619, avant de fonder sa propre verrerie à Courval dans le Comté d’Eu. Les Virgile, grande famille de nobles verriers français, sont présents sur la “Maintenue de noblesse du Languedoc” en date du 12 novembre 1688 (cf. Arch. dép. du Gard, “Table des maintenues” no 24566a).

32 A.D.S.M., IIB 86 (vol. 42). Mémoriaux de la Cour des Comptes, Arrêt du 5 mai 1623 ; Plumitifs II B 302 avec enregistrement des lettres patentes du 6 février 1623.

33 Le village de Saint-Maurice, contigu à celui de mes propres ancêtres paternels, conserve dans sa toponymie actuelle plusieurs quartiers du terroir et des ruines portant qualificatif de “La Verrière”. Les d’Azémar (“Armoiries d’or à trois bandes d’Azur”) y ont conservé une présence jusqu’au XXe siècle. Un arrêt de la Cour d’Appel de Nîmes du 6 juin 1839 a autorisé la famille d’Azémar à reprendre le patronyme d’Adhémar qui faisait remonter leur généalogie nobiliaire à Angles d’Adhémar, fils de Pierre, qui épousa Isabeau de la Roque de Colombine le 15 juin 1477 avant de reprendre le titre et le fief de Saint-Maurice (cf. Armorial de la noblesse de Languedoc, Généralité de Montpellier, par Louis de la Roque, Paris, Didot, 1860, + 1, p. 28-50). Aux Archives départementales du Gard, nombreux actes dans la série 2 E 1 à 2 E 16. Sur l’art de la verrerie, les références sont abondantes ; une description ancienne excellente se trouve dans HAUDICQUER de BLANCOURT, De l’art de la verrerie (...), Paris, Joubert, 1697, 607 p. in 12° ; 12 livres et 208 “chapitres” qui sont des notices à la fois techniques et énonciatives de produits et d’objets nécessaires à produire le verre, ce “métail” ! Le catalogue de Danièle FOY et Geneviève SENNEQUIER pour l’Exposition du Musée des Antiquités de Rouen en 1989 (Musée et monuments départementaux), montre bien l’importance du pays languedocien dans la diffusion de la verrerie dans le royaume au XVIe siècle. Voir aussi Paul d’ALBIGNY, “La noblesse verrière dans le Vivarais et l’Uzège, Revue du Vivarais, t. 1, 1893, p. 195-200 ; l’article pourtant solide de Sophie LAGABRIELLE, “La verrerie : une industrie haut-normande et son architecture”, dans l’Homme et l’industrie en Normandie du néollithique à nos jours, Bulletin spécial de la Société historique et archéologique de l’Orne, Alençon, 1990 (p. 221-243) est totalement sous-informé sur l’origine languedocienne des verriers de cristal normands. On lira divers témoignages sur l’art des verriers languedociens au XVIe siècle dans Le Voyage en France, sous la direction de J.M. GOULEMOT, P. LIOSKY et D. MASSEAU, Paris, Laffont, 1998, col. “Bouquins”.

34 A.D.S.M., 4 E, Copie de l’État-civil des protestants faite par Emile Lesens du Répertoire établi en 1791 par Pierre Legendre et donné en 1926 à la Ville de Rouen par Victor Madeleine. Sur cette liste figurent les actes de décès de 7 membres de la famille d’Azémar entre 1629 et 1664.

35 On lira à ce propos, l’article de Joseph BAILBE, “Un poète normand à redécouvrir Saint-Amand”, Mémoires (...) de l’Académie de Caen, t. XVI, 1965, p. 123-139 et du même auteur, “Le poète Saint-Amand et la verrerie de Rouen”, Etudes Normandes, 1979.

36 Jean-Baptiste de la GALISSONNIERE, “Recherche de la noblesse de la Généralité de Rouen”, préparatoire à la “maintenue de noblesse” de 1667, signale “Charles de Guillehem, écuyer, sieur de la Roche, natif de Ponsin en Vivarais sur les bords du Rhône, pays de Languedoc, Maître de la verrerie du faubourg de Rouen a épousé mademoiselle Anne (..)”, cf. t. 1, p. 303 ; la dite Anne est décédée le 23 juillet 1664 (idem, p. 221). Les deux volumes manuscrits de La Galissonnière sont conservés à la bibliothèque de l’IRED (Université de Rouen).

37 A.D.S.M., Cour des Comptes, Mémoriaux, II B 105, arrêt du 19 juillet 1642, Parlement, 1 B 1035, idem.

38 Cf. Le contrat passé en 1619 entre Garsonnet et les d’Azémar, déjà cité, qui évoque “la soulde”.

39 “Canon” : selon le Du Cange (Glossarium mediae et infime latinitatis, Paris, Didot, 1842), canon signifie tubus, fistula en latin, conduit, tuyau en gallico, cannone en italien ; GODEFROY (Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous les dialectes du IXe au XVe siècle, Paris, 1937) nous le confirme : canon signifie tuyau, conduit (cf. p. 777).

40 Rappelons à ce propos que de 1640 à 1644, Etienne Pascal a exigé de la ville de Rouen le paiement de taxes répétées et considérables, par exemple 16 000 livres en 1644 sur les 97 500 exigées de la Généralité (7 juin 1644), assorti le 17 juillet d’un Arrêt au Conseil du Roi, donné à la demande M. de Miromesnil et de lui-même, établissant un “estat certifié des plus riches et notables bourgeois, officiers et marchands de la ville, sur lesquels pourront être distribués les rentes que S. M. a ordonné être vendues et aliénées en ladite ville”... une sorte “d’emprunt forcé” : Etienne Pascal était donc craint et à ce titre respecté ! Et ce n’est pas sans quelque amusement que l’on constatera qu’Etienne qui s’était opposé à Richelieu sur la question des rentes sur l’Hôtel de Ville, se fait ici à l’agent d’une mesure identique à celle qui avait motivé son opposition... et sa disgrâce ! (cf. ROBILLARD de BEAUREPAIRE, op. cit., et à la B.M.R. pour une prisée indicative, Paul JUBERT, Table de l’inventaire des délibérations de la ville de Rouen (1389-1790), Rouen, 1938, cf. p. 319-324).

Auteur

Université de Rouen (GRHIS-IRED)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540