Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Cet effrayant petit livret… Expériences nouvelles touchant le vide de Blaise Pascal

Kimiyo Koyanagi

Texte intégral

Je remercie infiniment Monsieur Jean Mesnard qui m'a soutenue si généreusement à chaque étape de mes recherches. Autant que le texte y soit, j'indique les pages de son édition des Œuvres Complètes de Pascal (Abréviation : M). (Desclée de Brouwer, quatre tomes parus, 1964-1992.) En ce qui concerne les auteurs italiens, la Correspondance du Père Mersenne est de première importance. (Ed. du CNRS, 17 vols., 1932-1988. Abréviation : CM)

Introduction

1« Pascal a-t-il vraiment effectué des expériences utilisant un tuyau ou un siphon de 15 mètres de longueur ? »

2Comme tout le monde le sait, cette question, posée par Alexandre Koyré, lors du colloque de Royaumont, a longtemps été discutée par les chercheurs.

  • 1 KOYRÉ, Alexandre, "Pascal savant", Colloque de Royaumont, 1954, in Blaise Pascal, l’homme et l’œuvr (...)

3Koyré évite, néanmoins, de répondre à sa propre question, par une négation totale : il nous fait simplement remarquer que Pascal n'a décrit ni les expériences "telles qu'il les avait faites", ni les résultats "tels qu'ils s'étaient déroulés sous ses yeux"1.

4Aujourd'hui, je voudrais vous démontrer qu'à la question de Koyré il doit être répondu par la négative nette : « Non, Pascal n'a pas exécuté à Rouen ces fameuses expériences gigantesques de tuyau de verre et de siphon ». J'ose avancer d'un pas et n'hésite pas à dire que la grande expérience publique que Roberval soutient avoir faite à la Verrerie de Rouen n'a pas eu lieu et que les huit expériences rapportées dans le premier ouvrage du jeune Pascal-physicien sont toutes fictives.

5Mais je dois bien vite attirer votre attention sur le fait qu'il existe une différence entre Koyré et moi, et je crois qu'elle est d'importance. Tandis qu'il prend un ton de reproche quand il parle du caractère fictif des expériences pascaliennes, je soutiens qu'elles sont effectivement fictives mais en admirant l'auteur de ces « expériences en pensée » géniales, merveilleuses.

6La vraie valeur du physicien Pascal ne nous apparaîtra qu'après avoir reconnu ses expériences comme fictives.

I. Mes opinions déjà publiées sur l'œuvre de physique de Pascal

7Avant d'entrer dans le vif du sujet, j'estime préférable de résumer ici brièvement les opinions que j'ai publiées jusqu'à présent concernant la physique pascalienne, et qui ne sont malheureusement pas en accord avec les opinions courantes.

  • 2 Cf. KOYANAGI, Kimiyo, "Sur l’esprit scientifique de Pascal : réflexions sur le Traité du vide", in (...)

8Je vais tout d'abord parler du second fragment du Traité du vide2.

  • 3 Troisième et quatrième tables qui se trouvent dans l’édition posthume, Paris, 1663, p. 276. (Cf. M2 (...)

9Regardez ses cinq premières tables (Fig. 1)3.

  • 4 Cf. GALILÉE, Discorsi e Dimonstrazioni matematiche, 1638, Leiden, p. 14. DESCARTES, CM8, p. 264-265 (...)
  • 5 Deux Traités, pages des Figures.
  • 6 DANNEMANN, Friedrich, Die Naturwissenschaften in ihrer Entwicklung und ihren Zusammenhange, Leipzig (...)

10Elles sont établies théoriquement et sur la base d'une idée erronée, largement répandue à cette époque4, d'après laquelle la difficulté à séparer deux corps unis vient de la pression atmosphérique. (Fig. 2)5 La véritable cause en est, comme l'a déjà indiqué Friedrich Dannemann, l'adhésion6. Ces tables n'exigent pas donc d'expériences de longue durée.

  • 7 KOYANAGI, "Date de rédaction des œuvres posthumes de Pascal traitant de physique", in Pascal, Port- (...)

11J'en ai donc conclu qu'il était possible de donner aux fragments du Traité du vide une date plus avancée que celle couramment admise, à savoir peu de temps après le succès de l'expérience du Puy de Dôme. J'ai également conclu que la date que les chercheurs donnent à l'achèvement du Traité du vide, soit le mois de juillet 1651, est en fait celle de l'achèvement des traités posthumes7.

  • 8 DUHEM, Pierre, "Le Principe de Pascal", in Revue générale des Sciences pures et appliquées, le 15 j (...)
  • 9 Monsieur KUROBE Akira, ingénieur au Laboratoire National de Métrologie à Tokyo, Monsieur UCHIDA Mas (...)

12Passons donc à ces deux traités publiés en 1663. Pour la première moitié, c'est-à-dire celle concernant le Traité de l'équilibre des liqueurs, Pierre Duhem en a déjà précisé le caractère purement théorique8. J'ai trouvé ce même caractère abstrait dans la seconde moitié, c'est-à-dire celle concernant le Traité de la pesanteur de la masse de l'air, surtout à la suite de notre reconstitution des expériences du vide dans le vide9.

  • 10 KOYANAGI, "Epreuve sans conséquence de l’Expérience du ballon de Pascal" (en japonais), in The Jour (...)

13Dernièrement, en 1993, j'ai essayé de refaire l'expérience du ballon au Puy de Dôme. L'été suivant, M. Dominique Descotes l'a faite dans les Pyrénées et je l'ai repétée au Japon sur une montagne beaucoup plus haute. Les ballons n'ont gonflé ni en Auvergne ni au lac d'Artouste ni dans le massif central japonais. Surprise de cette conséquence, j'ai de nouveau examiné les éléments de cette expérience : la matière possible du ballon, la date de l'expérience et le témoignage de Gassendi pour en arriver à la conclusion que l'expérience du ballon était aussi une excellente expérience de pensée10.

  • 11 Lettre de Pascal à de Ribeyre, M2, p. 813. Préface des Deux Traités, Ml, p. 681 : "comme le savent (...)
  • 12 M2, p. 603-604, 640.

14Je suppose que Gassendi avait pu la lire dans le dernier ouvrage de Pascal que l'auteur achevait et "communiquait à plusieurs de ses amis" en 165111. L'atomiste Gassendi aurait été ravi d'y trouver une réfutation puissante pour rejeter le plénisme auquel Roberval était converti à cause de son expérience sur la vessie de carpe12.

15Ainsi, je suis persuadée que toutes les expériences rapportées dans le Traité du vide et les Deux Traités sont fictives.

II. Opinions opposées concernant l'objet du premier ouvrage de Pascal

1) Points faibles de Koyré

16Revenons maintenant au premier ouvrage et à la remarque de Koyré.

17Seize ans après sa conférence, M. Jean Mesnard l'a réfutée dans le deuxième tome des Œuvres Complètes de Pascal. Il me semble que sa réfutation a mis fin à la méfiance à l'égard des expériences de Rouen. Il rejette les doutes de Koyré de la façon suivante :

  • 13 M2, p. 494.

18"Il n'est pas possible [...] de contester la réalité des expériences de Rouen" parce qu'il y a plusieurs témoins dignes de foi. "Quant à l'exactitude des descriptions, [...] il faudrait, pour en juger, refaire ces expériences avec le plus grand soin". Il réplique ensuite par une question : "Est-il impossible que Pascal ait pu trouver le moyen d'empêcher le phénomène du bouillonnement ? N'est-ce pas une illusion fréquente chez l'homme d'aujourd'hui que de trouver quasi impossibles des entreprises que l'homme d'autrefois a effectivement réalisées13 " ?

19Il est vrai que l'argumentation de Koyré contient quelques points faibles. Par exemple, il fait remarquer la difficulté qu'on a éprouvée en 1950 lors de la fabrication d'un tuyau de verre de 15 mètres au Palais de la Découverte. Mais bien sûr, fabriquer un grand tuyau en joignant des tuyaux de petite taille ne change point l'effet de l'expérience.

20De plus, nous avons trouvé un moyen de minimiser le phénomène de bouillonnement de l'eau quand nous avons refait l'expérience de l'eau à Tokyo en 1974 : si on utilise du liquide après l'avoir longtemps laissé dans le tuyau pour faire sortir l'air dissous, le bouillonnement et la baisse de l'eau deviennent beaucoup moins importantes.

  • 14 KOYANAGI, "De l’intuition à l’affirmation : Cheminement de Pascal jusqu’à l’achèvement de ses œuvre (...)

21De cette même expérience à Tokyo, j'ai déduit deux conséquences : d'une part, l'impossibilité de faire l'expérience avec un grand siphon de verre14 et, d'autre part, la possibilité que Pascal ait exécuté l'expérience de l'eau avec un grand tube droit de verre, seulement sous réserve d'une petite modification, par exemple le remplissage de l'eau sans bouger le grand tuyau.

2) Du vide ou de l'équilibre des liqueurs ?

22Quel est le but, tout de même, des Expériences nouvelles touchant le vide ? Que voulait démontrer Pascal par cet Abrégé ?

  • 15 MESNARD, Jean, "Expériences et Raisonnement : La Pesanteur de l’air chez Pascal et Roberval", in Di (...)

23Au premier abord, il paraît très facile de répondre à cette question. On dirait que ce livret traite de l'existence réelle du vide, comme l'indique clairement le titre du livret. Je me permets de citer un passage de M. Mesnard en guise de présentation : "Pascal est alors obsédé par le seul problème du vide" et "il entend simplement le traiter avec la plus grande rigueur démonstrative"15.

24En fait, dans ce petit livret de 32 pages, nous ne rencontrons pas le moindre mot concernant d'autres notions, telles que la pesanteur de l'air ou l'équilibre des liqueurs.

  • 16 DUHEM, "Le Père Marin Mersenne et la pesanteur de l’air", in Revue générale des Sciences pures et a (...)

25Mais rappelons-nous la remarque que Pierre Duhem a faite en 1906 dans son brillant article. Il dit, sur l'ouvrage de Pascal, qu'"il ne faut pas être grand clerc pour pressentir que l'auteur a des idées de derrière la tête et que ces idées sont précisément celles que Torricelli mandait à Ricci"16, c'est-à-dire l'équilibre des liqueurs.

  • 17 KOYRÉ, op. cit., p. 277-278.

26Alexandre Koyré explique la description inexacte de Pascal dans le même sens : "Il y a des bulles d'air dans l'eau [...] ? La belle affaire ! Pour Pascal, cela n'a aucune importance. Il a si bien, si clairement, imaginé les expériences qu'il a faites - ou n'a pas faites - qu'il en a profondément saisi l'essentiel, à savoir l'interaction des liquides [...] qui se tiennent, mutuellement, en équilibre"17.

27Les deux grands historiens des sciences reconnaissent donc le même message dans l'opuscule de Pascal, quoiqu'ils ne soient pas d'accord en ce qui concerne l'exécution des expériences d'une grande dimension.

28Quel parti devons-nous prendre ? Celui du vide ? Ou de la pesanteur de l'air ?

III. Écart de dix mois entre l'époque des expériences de Rouen et celle de la publication à Paris

1) Ce que Pierre Petit a communiqué à Pascal installé à Rouen

  • 18 PATI, Carlo], Lettera a Filaleti di Timauro Antiate della vera storia della cicloide e della famosi (...)

29Nous savons qu'en automne 1646, à Rouen, Pierre Petit a, le premier en France, réussi à refaire l'expérience de Torricelli (Fig.3)18, probablement aux frais d'Etienne Pascal. Cette expérience d'Italie est l'occasion pour Blaise d'aborder la physique.

  • 19 PETIT, Pierre, Lettre à Chanut en Suède du 19 ou 26 novembre 1646. (M2, p. 349-359.)

30De quoi, précisément, Petit a-t-il informé les Pascal en réalisant l'expérience de Torricelli ? Nous ne pouvons rien deviner par le livret de Pascal : il en parle très peu. Mais heureusement, nous avons une lettre de Petit, adressée a Pierre Chanut19. Il y rapporte la réalisation de ladite expérience jusqu'au dernier détail, mais il n'y a aucune mention du poids de l'air.

  • 20 Extraits des lettres de Torricelli à Ricci dressés sans permission par un jeune Français qui séjour (...)

31Nous devons donc conclure que la connaissance de Petit se bornait à l'espace vide. Cela nous amène à penser que le Père Mersenne ne lui a transmis que le premier sixième des Extraits des lettres de Torricelli que le Minime avait reçu en 1644. Dans ces Extraits, l'Italien explique avec beaucoup de persuasion que le mercure monte jusqu'à ce qu'il s'équilibre avec l'air extérieur (Fig.4)20.

  • 21 AKAGI, Shozo, "Comment interpréter les Expériences nouvelles touchant le vide : de l’horreur limité (...)

32Nous sommes donc obligés de constater que, à Rouen, Pascal faisait ses expériences sans connaître l'explication par la colonne d'air, et que les participants, vacuistes ou plénistes, discutaient exclusivement du vide. Or Pascal avoue qu'il a connu « dès 1647 » cette belle pensée de Torricelli par sa lettre à Ricci. Je suis parfaitement d'accord avec la conclusion de M. Shozo Akagi, pour qui cette date signifie l'époque de son arrivée à Paris au milieu de l'an 164721.

2) Contact avec l'idée de la colonne d'air à Paris

  • 22 M2, p. 478. Il est possible que sa rentrée ait été un peu plus précoce. Car Mersenne cite les Pasca (...)

33En effet, au début de septembre 1647, Pascal rejoint Paris22. Là, il lit les Extraits en question et trouve que le sujet principal de l'expérience d'Italie ne réside pas dans le vide mais dans la pesanteur de l'air.

  • 23 Lettre de Jacqueline à Gilberte du 25 septembre 1647. (M2, p. 482.)

34Imaginez la surprise et l'embarras de Pascal ! Il a compris qu'à Rouen il avait montré les expériences et discute sans connaître l'essentiel. Il en aurait éprouvé un grand dépit, d'autant plus qu'il devait déjà savoir avec les amis de son père, Mersenne et Roberval, que l'air est pesant. En outre, il a été mis au courant à Paris, par la lettre de Mersenne, du fait que Descartes soutenait depuis longtemps l'idée de la colonne d'air23.

35Le bruit de ses nouvelles expériences s'étant répandu dans la capitale, ses amis le pressent de les rapporter. Il doit les satisfaire mais il veut cacher qu'il les faisait sans connaître la vraie cause des phénomènes. Pascal aurait voulu savoir jusqu'où ses amis parisiens comprenaient le problème. Il aurait éprouvé leurs connaissances en parlant d'une expérience de long tuyau. Il aurait été ravi de savoir qu'ils n'admettaient pas l'équilibre des liqueurs, bien qu'ils eussent effectivement lu les Extraits. De plus, ils ont pris cette expérience fictive pour une réalité !

36D'autre part, les auteurs rouennais, Pierius et Guiffart, ont déjà publié leur livre où ils énoncent les expériences virtuelles inspirées par « l'expérience d'Italie » et par ses variations inventées par Pascal. Bien que leurs positions soient tout à fait antagonistes, tous deux ne parlent que du vide. Aucun mot sur le poids de l'air.

IV. Examen des témoignages sur la réalité des expériences utilisant des dispositifs gigantesques

  • 24 M2, p. 248.

37Les chercheurs nomment cinq témoins pour soutenir l'existence d'"une brillante série d'expériences à la Verrerie de Rouen"24. Je vais, néanmoins, montrer qu'aucun témoignage de ces cinq personnages ne résiste à l'examen.

1) Roberval

  • 25 ROBERVAL, Gilles Personne de, De vacuo narratio, lettre à Desnoyers en Pologne du 20 septembre, 164 (...)

38Tout d'abord examinons le document latin de Roberval25. Son traité épistolaire, De vacuo narratio, contribue beaucoup à la constitution d'une image solide des expériences publiques. Le lieu des expériences ? C'est la cour de la Verrerie. Comment manier les tubes de verre fragiles ? Avec un mât de navire, etc.

  • 26 KOYANAGI, "De l’intuition à l’affirmation", p. 52, note 2. Les discours superposés de Pascal et de (...)

39Mais n'oublions pas qu'il n'était pas à Rouen. Et quant à la fameuse expérience comparative du vin et de l'eau dont Roberval est l'unique témoin et dont l'auteur même des Expériences nouvelles ne parle pas, nous l'avons refaite à Tokyo en 1985 et nous avons constaté que l'effet est à l'inverse de ce que raconte Roberval. Le vin monte toujours moins haut que l'eau du fait de sa plus grande volatilité26.

2) Gassendi

  • 27 GASSENDI, Pierre, "De nupero experimento circa inane coacervatum" (Abréviation : Vide accumulé), in(...)
  • 28 M2, p. 720.

40Passons au Père Gassendi et à sa dissertation latine intitulée D'une expérience récente concernant le vide accumulé27. Les chercheurs insistent sur l'importance de ce document en alléguant deux raisons. Premièrement, le fait que Gassendi dit lui-même qu'il l'a écrit sur le rapport d'Adrien Auzoult, habitant de Rouen et ami intime de Pascal. Deuxièmement, la date de sa rédaction se situerait au printemps 1647, c'est-à-dire bien avant la publication de l’Abrégé de Pascal et du plus ancien récit des expériences de Rouen28.

  • 29 M2, p. 723.

41Mais l'analyse de la dissertation m'oblige à penser qu'il faut la diviser en deux. Dans la première partie, il est bien vrai que Gassendi rapporte les expériences d'après le récit d'Auzoult. Mais à partir du second paragraphe, qui commence par la phrase « Neque hoc vero solum »29 et qui concerne l'expérience d'un grand siphon scalène et celle d'une longue seringue de verre, je pense plutôt que l'auteur suit fidèlement la relation de l'Abrégé. Car c'est Gassendi seul qui fait mention de ces instruments avec ces chiffres.

42N'est-il pas étonnant qu'aucun autre ne parle de ce siphon gigantesque, la plus impressionnante des huit expériences ? N'est-il pas étonnant de plus que les chiffres présentés par les autres témoins soient divergents entre eux et différents de ceux de Pascal. Énumérons par exemple la longueur des grands tuyaux et les valeurs de la hauteur des liquides.

Taille du tuyau

Valeur de l'eau

Valeur de vin

Pascal
Abrégé

46 pieds

31 pieds

32 pieds

Guiffart
Discours du vide

37 pieds

33 pieds

---

Roberval
De vacuo narratio

40 pieds

31 pieds 1/9

31 pieds 2/3

Mersenne
Reflexiones

45 pieds

32 pieds et un peu plus

Pierus
Responsio

50 pieds

30 pieds

---

Gassendi
Vide accumulé

46 pieds

32 pieds

---

43Pour ces deux raisons, à savoir la mention du grand siphon et la concordance parfaite des chiffres avec ceux de Pascal, je suis persuadée que la rédaction de Gassendi ne pouvait pas être antérieure à celle de l'ouvrage de Pascal.

  • 30 M2, p. 720 : "Il ressort du texte que cette dissertation a été rédigée au printemps 1647".
  • 31 M2, p. 722 : "Nunc vero Paschalius (ut, erudito Auzotio referente, accipio) confectis tubis variis (...)

44J'ai donc dû réfléchir, de nouveau, à la date de sa rédaction. Grâce au passage de « l'automne dernier » que Gassendi situe à l'époque du séjour de Pierre Petit à Rouen, nous pouvons reconnaître, avec M. Mesnard, qu'il l'a bien rédigé, en 1647. Mais pourquoi « au printemps »30 ? A la question que je lui posais par lettre, M. Mesnard m'a fait l'honneur de répondre en énumérant deux raisons : premièrement Gassendi ne fait aucune mention des publications de Guiffart et de Pascal. Deuxièmement le mot « nunc » signifie la quasi-simultanéité des expériences de Rouen et de l'écrit de Gassendi31.

45Pour ma part, à en juger par le fait que les savants de cette époque ne précisent pas toujours les auteurs consultés, je ne pense pas que l'absence de ces titres soit suffisante pour constituer une preuve sûre.

46Quant à la deuxième raison, à savoir l'interprétation du mot « nunc », tout en approuvant l'opinion de M. Mesnard, je voudrais en proposer une autre.

  • 32 Dictionnaire Gaffiot, [sens logique] ; [opposition à une hypothèse] ; nunc, nunc autem, nunc vero, (...)
  • 33 Si cette interprétation est appropriée, nous pourrons reconnaître dans ce mot « nunc » un effet dir (...)

47N'est-il pas impossible de penser que, dans ce cas, cet adverbe a un sens logique, à savoir « mais, mais en réalité », exemple que le Dictionnaire Gaffiot donne après le sens temporel « maintenant »32 ? Avant de parler de Pascal, Gassendi présente le travail de Mersenne et de Petit en faisant leur éloge. Puis, il en arrive à parler de Pascal et commence son commentaire par « Nunc vero ». Cet adverbe ne voudrait-il donc pas dire qu'« outre ses prédécesseurs Mersenne et Petit, Pascal aussi a contribué largement à résoudre le problème du vide »33 ?

3) Mersenne

48Examinons ensuite le cas du Père Mersenne.

  • 34 WAARD, Cornélis de, L’Expérience barométrique, ses antécédents et ses explications, Thouars, 1936, (...)
  • 35 MERSENNE, Novarum Observationum Physico-Mathema-ticarum, Tomus III, Reflexiones physico-mathematica (...)

49L'historien Comélis de Waard pense que Mersenne apprit durant son voyage en Italie l'expérience de Berti utilisant de l'eau, et que le Père la transmit à Pascal pour la lui faire réaliser à Rouen34. Mais cette conjecture est contradictoire avec l'éloge même de Mersenne adressé à Pascal. Car il dit que Pascal est le premier à avoir trouvé par son expérience que la colonne d'eau atteint une hauteur d'un peu plus de 32 pieds35. Son éloge nous fait entendre que le Minime n'était pas au courant de l'expérience de Berti lors de sa rédaction des Reflexiones.

  • 36 ZUCCHI, Niccolo, Experimenta vulgata non vacuum probare, sed plenum et antiperistasim instabilire, (...)
  • 37 Lettre de P. M. Bourdelot à Dal Pozzo du 12 mai 1648 : Il [Mersenne] auoit desja veu le traitte [= (...)
  • 38 MAGGIOTTI, Raffaello, Lettre à Mersenne du 12 mars 1648. (WAARD, op. cit., p. 178-181. CM16, p. 168 (...)
  • 39 Cf. Lettre de Maggiotti à Mersenne du 12 mars 1648 : "Hor io scrissi quest’esperienza [de Berti] al (...)

50Je suppose que ce n'est qu'au début de l'an 1648 qu'il entendit parler de cette expérience de l'eau faite à Rome. En janvier de cette année, l'Italien Niccolô Zucchi a publié en anonyme un ouvrage en latin Experimenta vulgata36. Malgré l'anonymat, le nom de l'auteur était connu37. Mersenne commence à s'informer sur l'expérience de Berti auprès de ses correspondants, Maggiotti, Pecquet ou Kircher38. Grâce à leurs réponses, le Père est arrivé à savoir que Berti avait été le premier expérimentateur du vide utilisant de l'eau et que cette expérience romaine était à l'origine de celle de Torricelli39.

V. Témoins habitants à Rouen

51Quoi qu'il en soit, les trois savants que nous venons d'évoquer ne sont pas habitants de Rouen et ils n'assistent pas aux expériences publiques de Pascal. Écoutons donc Jacques Pierius et Pierre Guiffart, les témoins directs qui habitent à Rouen. Pierius est régent du Collège de l'archevêché de Rouen et Guiffart docteur en médecine, agrégé au Collège de la ville.

1) Deux documents de Pierius

52D'après l'opinion généralement admise, Pascal montra aux Rouennais des expériences publiques de deux sortes.

53Il n'y a rien à contester pour les premières expériences. Elles furent réellement exécutées dès l'automne 1646, peu de temps après celle d'Italie. Il est probable que le lieu en était la maison des Pascal.

  • 40 M2, p. 360.
  • 41 M2, p. 640.
  • 42 PIERIUS, Jacques, An detur vacuum in rerum natura, sans lieu, sans date. (M2, p. 361.) PIERIUS, Res (...)

54En ce qui concerne les expériences de grande envergure, les chercheurs pensent que Pascal entreprend de les effectuer en vue de réfuter Pierius, pléniste le plus obstiné et auteur d'un petit ouvrage contre Pascal40. Les mêmes chercheurs pensent qu'en 1648 l'antagoniste de Pascal reprit la plume et rédigea son deuxième ouvrage41. En conséquence, selon leur hypothèse, les grandes expériences dans la cour de la Verrerie se situent chronologiquement entre les deux ouvrages de Pierius, c'est-à-dire, entre An detur vacuum et la Responsio42.

55Or, j'ai comparé ces deux ouvrages et je ne peux pas être d'accord avec la chronologie admise. Je vous en présente trois raisons.

  • 43 On pourrait me réfuter sur ce dernier point en citant un passage de la Responsio, où l’auteur décri (...)

56Tout d'abord, dans ces deux ouvrages, les phrases sont presque identiques sauf que la Responsio est complétée par un commentaire sur les expériences de Roberval. Deuxièmement, dans le premier ouvrage déjà, Pierius parle d'un grand tuyau et même d'un grand siphon. Enfin, il ne fait aucune mention des dites grandes expériences publiques faites à la Verrerie43.

57Nous devons avant tout examiner les instruments de Pierius à une grande échelle. Au début du premier ouvrage, il rapporte l'expérience du mercure en disant qu'une partie du liquide descend et occupe le tube jusqu'à la hauteur de deux pieds. Ensuite il parle de la hauteur de l'eau en employant l'expression « dicitur ». Ce mot latin correspond à « on dit » en français. Cette expression signifie que Pierius n'a pas vu ce qu'il rapportait. "Et pour cause !", pouvons-nous dire, puisque lors de la rédaction de son premier ouvrage les expériences dans la cour de la Verrerie n'ont pas encore eu lieu !

  • 44 An detur vacuum (p.1-2) : "Idem dicitur contingere in longissimo tubo qui aquâ impleretur [...], tu (...)

58Mais cette expression se répète, curieusement, dans le deuxième ouvrage. Quant à la hauteur de l'eau précisée à deux endroits, il donne 20 pieds dans le premier ouvrage. Dans la Responsio, à la première page, il la change en 30 pieds, valeur raisonnable. Mais à l'autre page, le chiffre primitif, à savoir 20 pieds, reste inchangé44.

2) Les siphons des trois savants

  • 45 An detur vacuum (p. 12.), Responsio (p. 12): "Sint duo tubi in formant trianguli erecti itaut in pa (...)

59La chose la plus intéressante est qu'on peut voir une petite image de siphon dans les deux ouvrages de Pierius. Ce siphon (Fig.5), triangulaire, se trouve discrètement parmi les lettres latines45.

  • 46 GUIFFART, Pierre, Discours du vide, Rouen, 1647 (Cf. M2, p. 422-433.), Cinquième figure, p. 260.
  • 47 GUIFFART, op. cit., p. 180.

60Vous comprendrez tout de suite que le siphon dessiné par Guiffart (Fig.6) n'est autre chose qu'une copie de celui de Pierius46. Le vacuiste Guiffart réfute la prévision du pléniste d'après lequel un siphon scalène peut toujours faire couler de l'eau de la plus courte jambe à la plus longue, même si sa hauteur atteint 100 pieds (=32,5 mètres). Guiffart lui répond que "l'eau descend jusques à la hauteur de trente trois pieds, le surplus [...] paroissant vuide à la veuë". Comme le montre le passage précédent, Guiffart déduit cette réponse d'une expérience réellement faite "en un bien moindre siphon"47.

  • 48 Je crois que la forme de siphon est une question digne être discutée. Pascal décrit son siphon comm (...)

61Blaise Pascal reprend l'argument des deux savants rouennais. Bien plus, il le développe. Avec sa nouvelle et quatrième expérience, Pascal veut dire : « Oui, Monsieur le médecin, vous avez raison : un siphon trop haut ne pourrait faire couler de l'eau. Mais attention, Messieurs ! si on l'incline bien bas, l'eau devrait remonter les jambes et commencer à y couler »48 !

3) Expériences de la corde

62Passons à la cinquième expérience.

63Malgré sa dimension modeste, cette expérience est assez complexe et énigmatique. La recherche de sa solution nous amènera à la compréhension parfaite du caractère fictif et remarquablement ingénieux des expériences de Pascal.

  • 49 M2, p. 503. Cf. Ed. 1647, p. 9.

64Il faut préparer un tuyau long de 15 pieds (= 5 mètres), dans lequel on a inséré une corde de la même longueur, et qu'on a rempli d'eau. Il ne reste qu'à boucher l'ouverture et à la mettre perpendiculairement dans un bassin de mercure. Écoutons l'auteur : "Quand on tire la corde peu à peu, le vif argent monte à proportion, jusques à ce que la hauteur du vif argent, jointe à la quatorzième partie de la hauteur qui reste d'eau, soit de deux pieds trois pouces : car après, quand on tire la corde, l'eau quitte le haut du verre, & laisse un espace vide en apparence (Fig.7), qui devient d'autant plus grand, que l'on tire la corde davantage"49.

65Description compliquée ! Nous sommes obligés de nous demander quel est le but de cette expérience et quel rôle joue la corde.

  • 50 AKAGI, "Comment interpréter", p. 202.

66M. Akagi répond qu'elle a été inventée pour prouver l'existence du vide et l'horreur du vide. Il cite comme preuve une phrase de Guiffart qu'il croit témoin direct de cette expérience50.

  • 51 GUIFFART, op. cit., p. 43-44, 170-171. (M2, p. 426, 431.)

67Le médecin rouennais, il est vrai, décrit une expérience qui ressemble beaucoup à celle de Pascal51. Lui aussi utilise le même matériel, à savoir un tuyau assez long, une corde et deux liquides. Mais il ne cite pas ici le nom de Pascal. En plus, malgré la ressemblance frappante, leurs expériences de la corde sont toutes différentes quant à leur but.

68Guiffart veut montrer que le mercure monte dans le tube contre sa nature pesante et que c'est pour éviter le vide. Dans son tube, l'espace vide ne se produit pas. Chez Pascal, dès que le total de la hauteur du mercure et celle d'un quatorzième d'eau arrive à 2 pieds 3 pouces, un espace vide apparaît au sommet du tube. Désormais, à proportion du tirage de la corde, l'espace vide s'élargira et la hauteur apparente des liquides diminuera continuellement. Mais leur vraie hauteur, c'est-à-dire le total de la valeur brute du mercure et celle d'un quatorzième d'eau, ne changera pas du tout.

69La cinquième expérience est purement virtuelle. La densité du mercure est inférieure à quatorze. Puisque Pascal ne précise pas que le tube est tout entier en verre, nous ne sommes pas sûrs de pouvoir observer l'évolution de la hauteur des liquides. En revanche, si le tube était transparent, nous devrions nécessairement être témoins du bouillonnement de l'eau et de la baisse des liquides.

70Qu'est-ce que Pascal veut nous montrer par ce procédé complexe ? N'est-il pas maintenant évident que son expérience vise au-delà de l'existence du vide ? Sans connaître la pensée de Torricelli, il n'aurait pas pu avoir l'idée de faire le total des hauteurs de liquides dont le poids spécifique est différent.

71Résumons. C'est Guiffart qui a inventé l'expérience fictive avec deux liquides. Il voulait montrer que, si pesant que fût le mercure, on pouvait le faire monter en se servant d'une corde. Pascal lui a emprunté cette idée pour faire apparaître les trois couches : le vide, l'eau et le mercure dans le but de représenter, à son tour et de manière vivante, l'image de l'équilibre des liqueurs qui existe entre l'air extérieur et les deux liquides dans le tube. En fixant la longueur de tube à 15 pieds, Pascal souligne l'ignorance de Guiffart en ce qu'il dit qu'on peut utiliser un tube "de telle longueur qu'on voudra". En fait, si le tube était très long, on devrait voir un autre phénomène, à savoir le surgissement de l'espace vide.

4) Huitième expérience

  • 52 "8. Le même siphon étant rempli d’eau entièrement, & ensuite d’une corde, comme ci-dessus, les deux (...)

72La huitième et dernière expérience est composée des expériences précédentes. Une corde, deux liquides et un siphon de petite taille. La description de Pascal est très simple, trop simple : sans indication de la hauteur du siphon, de la grosseur de la corde, ou de la quantité nécessaire du mercure52. Je vous dessine une figure de l'étape préparatoire de l'expérience (Fig.8). Imaginez ce qui arrivera aux jambes du siphon quand on tire la corde d'un côté.

  • 53 En 1658, Pascal promit une récompense de 60 pistoles au vainqueur du concours de la Roulette. (M4, (...)

73En 1993, M. Descotes et moi-même y avons beaucoup réfléchi sans arriver à conclure. Quelques années plus tard, j'y ai réussi avec l'aide de mon collaborateur M. Masao Uchida. Si j'étais aussi riche que notre auteur et capable de préparer une somme correspondante au loyer annuel d'une belle maison à Paris53, je vous enverrai à tous une lettre circulaire pour vous demander votre solution.

  • 54 La face cachée de Pascal : Énigmes et petits secrets de ses rapports d’expériences (en japonais), l (...)

74De toute façon, vous trouverez la solution de M. Uchida dans mon petit livre paru récemment, mais rédigé seulement en japonais54 !

Conclusion

75Pour conclure, suivons encore une fois l'histoire de la formation de l’Abrégé de Pascal.

76En automne 1646, Pierre Petit a communiqué aux Pascal l'expérience de Torricelli. Comme le Père Mersenne ne l'avait pas informé, Petit ne connaissait pas l'idée de la colonne d'air. Par conséquent, Pascal a répété l'expérience d'Italie et ses variations en discutant exclusivement sur le vide. C'était pendant l'hiver de l'année 1646.

  • 55 M2, p. 501.

77Il a donc été bien surpris, au milieu de 1647, à Paris, de lire les Extraits des lettres du Florentin. Grâce à son intuition très aiguë, il a aussitôt compris que son explication était vraie. À ce propos, Pierre Guiffart a publié un livre dans lequel il critique le pléniste Pierius en maniant habilement ses expériences imaginaires. Pascal comprend, à ce moment-là, que Guiffart développe son discours du vide sans connaître la vraie cause des phénomènes, sans « l'exacteté ni l'ordre nécessaire »55, juste comme le faisait lui-même quelques mois auparavant.

  • 56 Dans le Récit de la grande expérience publié en automne 1648, Pascal, en parlant de l’idée de l’équ (...)

78Pascal se décide donc à donner à son livret une apparence qui laisse entendre qu'il y traite exclusivement le problème du vide avec les instruments présentés par ses prédécesseurs : grand tuyau, grand siphon, corde etc., tandis qu'il envoie bien, à mots couverts, son message au lecteur assez lucide pour le pénétrer : message que ces phénomènes ne proviennent que d'une seule et véritable cause, à savoir l'équilibre des liqueurs56. Son orgueil ne lui permettait pas d'utiliser les expressions de ses rivaux, Torricelli et Descartes.

79Dans les mains de Pascal, cependant, les expériences de ses prédécesseurs changent totalement de sens et se transforment admirablement, passant d'une expérience du vide à une expérience de l'équilibre des liqueurs.

Notes

1 KOYRÉ, Alexandre, "Pascal savant", Colloque de Royaumont, 1954, in Blaise Pascal, l’homme et l’œuvre, Cahiers de Royaumont, Philosophie No 1, Ed. de Minuit, 1956, p. 276.

2 Cf. KOYANAGI, Kimiyo, "Sur l’esprit scientifique de Pascal : réflexions sur le Traité du vide", in Recueil de mémoires à l’occasion du Xe anniversaire de la fondation de l’Université Préfectorale d’Aichi, 1975, p. 919-936.

3 Troisième et quatrième tables qui se trouvent dans l’édition posthume, Paris, 1663, p. 276. (Cf. M2, p. 794-797.)

4 Cf. GALILÉE, Discorsi e Dimonstrazioni matematiche, 1638, Leiden, p. 14. DESCARTES, CM8, p. 264-265. BOYLE ; "New Experiments Physico-Mechanical, Touching the Spring of the Air", in The Works of the Honourable Robert Boyle in Six Volumes, Volume the First, 1772, p. 69-70.

5 Deux Traités, pages des Figures.

6 DANNEMANN, Friedrich, Die Naturwissenschaften in ihrer Entwicklung und ihren Zusammenhange, Leipzig, 1920-23, tome 2. (Traduction japonaise, tome 3, p. 336.) De la cause même de la variation de la hauteur du mercure dans le tube, Pascal pense - mais se trompe - que l’humidité apporte plus de pesanteur à l’air. C’est ce que Condorcet fit remarquer dans son Eloge de Pascal en 1776, p. 18-19.

7 KOYANAGI, "Date de rédaction des œuvres posthumes de Pascal traitant de physique", in Pascal, Port-Royal, Orient, Occident, Actes du Colloque de l’Université de Tokyo, 27-29 septembre 1988, Klincksieck, 1991, p. 211-219.

8 DUHEM, Pierre, "Le Principe de Pascal", in Revue générale des Sciences pures et appliquées, le 15 juillet 1905, p. 599-610.

9 Monsieur KUROBE Akira, ingénieur au Laboratoire National de Métrologie à Tokyo, Monsieur UCHIDA Masao, spécialiste de l’Histoire des sciences, et moi-même, avons reconstitué les appareils de cinq types : deux dispositifs de Pascal, ceux d’Auzoult, de Roberval et de Rohault. Cf KOYANAGI, "Pascal et l’Expérience du vide dans le vide", in Japanese Studies in the History of Science, No 17, 1978, p. 105-127. KOYANAGI, "Les expériences du vide dans le vide", in Courrier du Centre International Blaise Pascal, No 11, 1989, Clermont-Ferrand, p. 3-23. UCHIDA, "The Feasibility of les Expériences du vide dans le vide Made by Pascal and His Contemporaries" (en japonais), in Bulletin annuel de l’Université Wako, Tokyo, 1983, p. 37-52.

10 KOYANAGI, "Epreuve sans conséquence de l’Expérience du ballon de Pascal" (en japonais), in The Journal of the Faculty of Foreign Studies, Language and Literature, Aichi Prefectural University, No 27, 1995, p. 483-510. Cf GASSENDI, Lettre à Bernier du 6 août 1652. (M2, p. 932-933.)

11 Lettre de Pascal à de Ribeyre, M2, p. 813. Préface des Deux Traités, Ml, p. 681 : "comme le savent plusieurs personnes qui les [= Deux Traités] ont vus dès ce temps-là [=1651],..."

12 M2, p. 603-604, 640.

13 M2, p. 494.

14 KOYANAGI, "De l’intuition à l’affirmation : Cheminement de Pascal jusqu’à l’achèvement de ses œuvres de physique", in Etudes de Langue et Littérature Françaises, Société Japonaise de Langue et Littérature Françaises, No 60, Tokyo, 1992, p. 44-56, notamment p. 52.

15 MESNARD, Jean, "Expériences et Raisonnement : La Pesanteur de l’air chez Pascal et Roberval", in Die Schwere der Luft in der Diskussion des 17. Jahrhunderts, Harrassowitz Verlag, Wiesbaden, 1997, p. 47-72, notamment p. 53.

16 DUHEM, "Le Père Marin Mersenne et la pesanteur de l’air", in Revue générale des Sciences pures et appliquées, les 5 et 30 septembre 1906, p. 769-782, 809-817, notamment p. 811.

17 KOYRÉ, op. cit., p. 277-278.

18 PATI, Carlo], Lettera a Filaleti di Timauro Antiate della vera storia della cicloide e della famosissima esperienza dell’argento vivo, Firenze, 1663, p. 21 (En Italie, l’expérience de Torricelli n’a été publiée que 16 ans après la mort du mathématicien par ce document anonyme de son disciple. Cf. KOYANAGI, "De l’intuition à l’affirmation", p. 48). Cf. TORRICELLI, Evangelista, Lettres à Ricci des 11 et 28 juin 1644, in Opere di Torricelli, da Loria e Vassura, vol. 3, Faenza, 1919, p. 186-188, 198-201. Le Opere dei Discepoli di Galileo Galilei, Carteggio 1642-1648, volume Primo, Edizione Nazionale, Firenze, 1975, p. 122-123, 130-132.

19 PETIT, Pierre, Lettre à Chanut en Suède du 19 ou 26 novembre 1646. (M2, p. 349-359.)

20 Extraits des lettres de Torricelli à Ricci dressés sans permission par un jeune Français qui séjournait alors à Rome. (Bibliothèque Nationale de Paris, fonds latin, Nouv. acq. 2338, fol. 45, recto et verso.)

21 AKAGI, Shozo, "Comment interpréter les Expériences nouvelles touchant le vide : de l’horreur limitée du vide à la colonne d’air", in Pascal, Port-Royal, Orient, Occident, Klincksieck, 1991, p. 199-209. Cf. Thèse de M. AKAGI, "Pascal et le problème du vide", Studies in Foreign Languages and Literature, College of General Education, Osaka University, (1) 1967, (2) 1968, (3) 1969. Il est probable, certes, que Pascal connaissait déjà à Rouen le fait que l’air est pesant (AKAGI, "Pascal et..." (1) p. 198), mais pour les gens du XVIIe siècle, qui vivaient dans un autre cadre intellectuel et avec d’autres présuppositions que les nôtres, il n’était pas si naturel, ni si facile de passer directement à l’idée de la colonne d’air.

22 M2, p. 478. Il est possible que sa rentrée ait été un peu plus précoce. Car Mersenne cite les Pascal père et fils parmi les témoins de ses expériences du mercure qui auraient eu lieu "vers le printemps". (M2, p. 484.)

23 Lettre de Jacqueline à Gilberte du 25 septembre 1647. (M2, p. 482.)

24 M2, p. 248.

25 ROBERVAL, Gilles Personne de, De vacuo narratio, lettre à Desnoyers en Pologne du 20 septembre, 1647. (M2, p. 459-477.)

26 KOYANAGI, "De l’intuition à l’affirmation", p. 52, note 2. Les discours superposés de Pascal et de Roberval produisent un effet conjugué. Mais Pascal ne ment pas pour autant. Par exemple l’expression "en présence de plus de cinq cents personnes" que nous rencontrons dans sa lettre à M. de Ribeyre pourrait correspondre au nombre total des assistants qui sont venus chez les Pascal pendant des mois.

27 GASSENDI, Pierre, "De nupero experimento circa inane coacervatum" (Abréviation : Vide accumulé), in Animadversiones in decimum librum Diogenis Laertii, 1649. (M2, p. 722-725.)

28 M2, p. 720.

29 M2, p. 723.

30 M2, p. 720 : "Il ressort du texte que cette dissertation a été rédigée au printemps 1647".

31 M2, p. 722 : "Nunc vero Paschalius (ut, erudito Auzotio referente, accipio) confectis tubis variis longe prolixioribus, pergit rem mire amplificare". Interprétation de M. Mesnard : "L’écrit [de Gassendi] est antérieur aux premières publications suscitées par les expériences de Rouen [= Discours du vide de Guiffart et Expériences nouvelles de Pascal]. De plus, après avoir rappelé la reproduction de l’expérience de Torricelli l’automne dernier, Gassendi annonce les expériences originales de Rouen en commençant par Nunc, maintenant. L’adverbe ne peut avoir ici qu’un sens temporel, ce qui entraîne la quasi-simultanéité des expériences et de l’écrit". (Lettre de M. Mesnard, le 9 septembre 1994).

32 Dictionnaire Gaffiot, [sens logique] ; [opposition à une hypothèse] ; nunc, nunc autem, nunc vero, mais, mais en réalité.

33 Si cette interprétation est appropriée, nous pourrons reconnaître dans ce mot « nunc » un effet direct de la réclamation que Marc-Antoine Dominicy fit pour l’honneur de son ami Pierre Petit. Dans son avis au lecteur pour l’Observation touchant le vide, Dominicy soutient que ce doit être à Petit que revient la gloire d’avoir observé le premier en France l’expérience du vide. (M2, p. 544.)

34 WAARD, Cornélis de, L’Expérience barométrique, ses antécédents et ses explications, Thouars, 1936, p. 119. Cf. CM16, p. 175, note 3.

35 MERSENNE, Novarum Observationum Physico-Mathema-ticarum, Tomus III, Reflexiones physico-mathematicae (Abréviation : Reflexiones), 1647, Première Préface, M2, p. 488.

36 ZUCCHI, Niccolo, Experimenta vulgata non vacuum probare, sed plenum et antiperistasim instabilire, 1648. (WAARD, op. cit., p. 176-178.)

37 Lettre de P. M. Bourdelot à Dal Pozzo du 12 mai 1648 : Il [Mersenne] auoit desja veu le traitte [= Experimenta vulgata] du P. Zucchi. (CM16, p. 311.)

38 MAGGIOTTI, Raffaello, Lettre à Mersenne du 12 mars 1648. (WAARD, op. cit., p. 178-181. CM16, p. 168-171.) PECQUET, Jean, Lettre à Mersenne du 5 mai 1648. (WAARD, op. cit., p. 182. CM16, p. 299-301.) Quant à Athanasius Kircher, nous pouvons savoir, par sa réponse du 10 mars, qu’il aurait reçu du Minime une pareille demande (CM16, p. 175). Mais dans cette lettre il ne lui a pas rapporté l’expérience de Berti. J’imagine que Kircher aurait espéré pouvoir le satisfaire par sa Musurgia Universalis (publiée en 1650) qu’il était en train de rédiger et dont on savait fort bien qu’elle était en instance de parution, le Minime inclus : celui-ci la mentionne déjà en 1647 dans une lettre à Dal Pozzo (CM15, p. 415 et la note 5).

39 Cf. Lettre de Maggiotti à Mersenne du 12 mars 1648 : "Hor io scrissi quest’esperienza [de Berti] al Sig. Torricelli, credendo che se l’acqua fusse stata di mare e però più graue, ella non si sarebbe fermata in N, ma più basso ; fecero l’esperienze et arriuano fino all’argento uiuo,...." (CM16, p. 170). Lettre de Hallé de Monflaines à Mersenne du 6 avril : "Monsieur Auzoult m’ayant mandé par sa dernière [lettre] que vous aviez trouvé moyen de faire vos expériences avec de l’eau,..." (M2, p. 625.)

40 M2, p. 360.

41 M2, p. 640.

42 PIERIUS, Jacques, An detur vacuum in rerum natura, sans lieu, sans date. (M2, p. 361.) PIERIUS, Responsio ex Peripateticae philosophiae, Paris, 1648 (Abréviation : Responsio). (M2, p. 641-643.)

43 On pourrait me réfuter sur ce dernier point en citant un passage de la Responsio, où l’auteur décrit une expérience utilisant un long tube plein d’eau (M2, p. 642-643). Mais le lecteur n’a qu’à imaginer les procédés de cette expérience pour s’apercevoir de son caractère fictif : il faudrait boucher avec un doigt l’ouverture du tuyau long de 16 mètres, l’incliner et le renverser ! Pierius devrait penser à la Seconde figure de Guiffart. (Figure 9)

44 An detur vacuum (p.1-2) : "Idem dicitur contingere in longissimo tubo qui aquâ impleretur [...], tubi verò aquâ repleti dum eriguntur, & in vas aliud aquâ plenum quâ parte repleti sunt imponuntur, remaneant pleni ad longitudinem viginti pedum, superiori parte tubi si longior sit vacuâ vt apparebit respicientibus relictâ". (soulignés par Koyanagi.)
Responsio (p. 1): "Idem dicitur contingere in tubo quadraginta pedù aqua pleno, & in vas aliud aqua similiter plenum ad perpendiculum erecto: exonerat se tubus sua aqua ad tringinta circiter pedes inferiores, aliis decent pedibus superioribus manentibus in speciem vacuis; [...]".
An detur vacuum (p. 10), Responsio (p. 10): "Eodem modo philosophandum de aqua, [...]; aliundè autem cum substantia aquae longè minus ponderosa sit quam substantia hydrargyri, hinc est cur [...] longior portio tubi remaneat plena vt scilicet viginti circiter pedum".

45 An detur vacuum (p. 12.), Responsio (p. 12): "Sint duo tubi in formant trianguli erecti itaut in parte superiori coniungantur in hunc modum A, impleantur aquâ, & fiat vt supra monui; [...]".

46 GUIFFART, Pierre, Discours du vide, Rouen, 1647 (Cf. M2, p. 422-433.), Cinquième figure, p. 260.

47 GUIFFART, op. cit., p. 180.

48 Je crois que la forme de siphon est une question digne être discutée. Pascal décrit son siphon comme "un tuyau fait en forme de croissant renversé". (M2, p. 1068.) Dans son instrument, l’eau passera plus facilement au sommet. J’imagine que notre auteur pensait à son Essai pour les coniques quand il rédigeait son expérience de pensée du siphon. Paraboles, hyperboles, ces lignes courbes ne sont-elles pas celles d’un croissant ? (Voir le dessin qu’on voit dans les Pensées, B.N. Ms. 9202, folio 191, en marge. Figure 10.)

49 M2, p. 503. Cf. Ed. 1647, p. 9.

50 AKAGI, "Comment interpréter", p. 202.

51 GUIFFART, op. cit., p. 43-44, 170-171. (M2, p. 426, 431.)

52 "8. Le même siphon étant rempli d’eau entièrement, & ensuite d’une corde, comme ci-dessus, les deux ouvertures étant aussi mises dans les deux mêmes vaisseaux de vif argent, quand on tire la corde par une de ces ouvertures, le vif argent monte des vaisseaux dans toutes les deux jambes : en sorte que la quatorzième partie de la hauteur de l’eau d’une jambe, avec la hauteur du vif argent qui y est monté, est égale à la quatorzième partie de la hauteur de l’eau de l’autre, jointe à la hauteur du vif argent qui y est monté ; ce qui arrivera tant que cette quatorzième partie de la hauteur de l’eau, jointe à la hauteur du vif argent dans chaque jambe, soit de la hauteur de deux pieds trois pouces : car après, l’eau se divisera par le haut, & il s’y trouvera un vide apparent." (M2, p. 505. Cf. Ed.1647, p. 15-17.)

53 En 1658, Pascal promit une récompense de 60 pistoles au vainqueur du concours de la Roulette. (M4, p. 169.)

54 La face cachée de Pascal : Énigmes et petits secrets de ses rapports d’expériences (en japonais), livre en format de poche, publié le 20 décembre 1999, de la Librairie Chuokoron, Tokyo.

55 M2, p. 501.

56 Dans le Récit de la grande expérience publié en automne 1648, Pascal, en parlant de l’idée de l’équilibre des liqueurs, soutient qu’il l’avait déjà eue "lors de la production de son abrégé [= Expériences nouvelles]" (M2, p. 679). Alors que nous pensions que l’objet du premier ouvrage résidait dans la démonstration de l’existence du vide, cette affirmation nous paraissait une expression exagérée par laquelle il voudrait pousser la chose plus avant qu’elle n’était en réalité. Mais maintenant nous comprenons que Pascal dit la vérité.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Figure 4
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Figure 5
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 6
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Figure 7
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Figure 8
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 9
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Légende Figure 10
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7571/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

Auteur

Université Préfectorale d'Aichi (Japon)

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search