Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Pascal, la mathématique et l’expérience

Le chancelier, les nu-pieds et la machine : Pascal père et fils à Rouen

Christian Meurillon

Texte intégral

  • 1 Pour notre part, nous avons recherché l’importance de cette invention pour la constitution de la pe (...)

1L’invention d’une machine d’arithmétique par le jeune Pascal présente de nombreux aspects dignes d’intérêt. Plusieurs d’entre eux ont été particulièrement étudiés, depuis les bases arithmétiques et techniques jusqu’à la publicité ou la commercialisation1. On a peu tenté, en revanche, de saisir dans la globalité de son occasion la genèse de cette création, qui relève simultanément de réalités variées : la biographie familiale des Pascal, les centres d’intérêt du chancelier Séguier, la révolte des Nu-Pieds en Normandie, la politique financière de Richelieu — le lien entre ces différents niveaux de l’Histoire étant assuré sur le plan existentiel par des relations personnelles attestées entre leurs différents protagonistes. Nous nous demanderons alors non pas comment a été inventée la machine arithmétique, mais : pourquoi donc inventer une telle machine quand on a vingt ans à Rouen dans les années 1640 ?

  • 2 Voir dans la Vie de M. Pascal de Gilberte Périer (in Pensées, éd. Ph. Sellier, Paris, Bordas, “Clas (...)
  • 3 Comme le souligne Jean Mesnard dans la notice qu’il consacre à la machine arithmétique dans son édi (...)
  • 4 Ces dix années sont scandées par quatre textes, que nous aurons à utiliser : la Lettre dédicatoire (...)

2L’hagiographie2 s’est vite emparé de cette démarche inventive de Pascal : c’est en un sens justifié, tant les conditions morales, politiques et idéologiques en sont constitutives, tout autant que les compétences scientifiques et technologiques mises en œuvre. Les commentateurs ont de même souvent insisté sur les qualités, à proprement parler morales3, de persévérance et d’opiniâtreté dont a dû faire preuve Pascal pour un ouvrage dont le caractère brillamment novateur de l’idée ne doit pas faire oublier combien sa réalisation a pu être laborieuse. La machine arithmétique, qui, pour devenir un objet, ne cesse pas d’être un objectif, occupe en effet près de dix ans4 de la vie de son créateur, exclusivement au début puis concurremment avec d’autres travaux, depuis l’idée qui germe en 1642 jusqu’à la lettre à Christine de Suède qui accompagne en 1652 le don qui lui est fait d’un exemplaire de cette machine, soit la première moitié de la période productive de Pascal. Aucune autre réalisation, d’une part, ne retiendra son attention sur une aussi longue suite d’années ; elle ouvre, d’autre part, la série de ses grandes œuvres. En ces deux sens, elle se situe en une position symétrique de celle qu’occupe, à l’autre bout de la vie de Pascal, la préparation d’une Apologie de la religion chrétienne. À considérer toute l’énergie et toutes les capacités déployées par Pascal aux deux extrémités de sa vie intellectuelle, on serait tenté de voir dans la machine l’équivalent juvénile des Pensées.

L’invention de la machine arithmétique est d’abord une histoire dans l’Histoire

3Comment Blaise Pascal s’y engage-t-il ? En 1640, Blaise et sa sœur Jacqueline suivent leur père à Rouen, à quelques mois de distance. Mais, malgré leur jeune âge, c’est un rôle moteur qu’ils ont déjà joué et joueront encore dans la vie publique et le déroulement de la carrière de leur père. En un sens, c’est grâce à Jacqueline que ce dernier est à Rouen. Dans l’ordre chronologique, c’est en effet paradoxalement la plus jeune des enfants qui intervient la première. Elle a treize ans et elle sauve son père ; Blaise le précoce, à dix-huit, n’a encore rien fait de semblable.

4Comment Etienne Pascal s’était-il engagé dans cette histoire ? On sait que, mécontent comme d’autres rentiers de l’Hôtel de Ville du non-paiement de ses rentes, il a participé en mars 1638 à une protestation un peu chaude chez le chancelier Séguier et n’a échappé à la Bastille qu’en se cachant puis en fuyant Paris. Il faut l’intercession de sa fille Jacqueline, soutenue et poussée par de grandes dames, pour que soit effacé cet épisode fâcheux.

5Cette histoire comporte deux épisodes.

  • 5 O.C. II, p. 194.
  • 6 Voir ibid., pp. 198-200. Ces poèmes, augmentés d’une épître à la reine, firent immédiatement l’obje (...)
  • 7 Voir O.C. I, pp. 659-660.

6Le premier associe le père et la fille. Dès le mois de mai 1638, la toute jeune Jacqueline — née en octobre 1625, elle a encore douze ans — entame une campagne pour obtenir la grâce de son père. Elle écrit une épigramme “A M. le président Pascal, son père”5, restée manuscrite. Elle compose surtout un ensemble de poèmes de circonstance en l’honneur de la grossesse d’Anne d’Autriche6. Comme sa sœur Gilberte le racontera7, ces talents poétiques fournissent à Mme de Morangis, qui protégeait la jeune enfant, le moyen de l’introduire à la Cour pour présenter ses vers à la reine, étape décisive pour une intervention ultérieure.

  • 8 Épigramme “A Monseigneur l’éminentissime cardinal duc de Richelieu après la comédie”, O.C.II, p. 21 (...)

7Celle-ci prendra la forme d’une scène de Cour où Jacqueline s’illustre un an plus tard, en avril 1639. Après avoir joué la comédie, la jeune enfant lit à nouveau des vers de circonstance, bien graves à la vérité. Le sujet en est son père et le destinataire celui de qui dépend sa grâce : “Rappelez de l’exil mon misérable père”8, demande-t-elle à Richelieu. Selon le récit savoureux qu’elle fait à son père de cette scène dans une lettre écrite le lendemain, le cardinal l’invite effectivement à rappeler son père, puis, sur sa prière, demande qu’il vienne le voir. Mme d’Aiguillon insiste alors auprès de son oncle :

  • 9 Lettre de Jacqueline Pascal à M. Pascal, son père, du 4 avril 1639 (O.C.II., pp. 211-212). Voir aus (...)

il faut que vous fassiez quelque chose pour cet homme-là ; j’en ai ouï parler ; c’est un fort honnête homme et fort savant ; c’est dommage qu’il demeure inutile.9

8On voit qu’Etienne ne manque pas d’appuis — à se demander pourquoi il a dû fuir la justice royale, ce que d’ailleurs ne semblent pas songer à lui reprocher maintenant ceux qui voulaient l’embastiller. En effet, de plus hauts soutiens encore jouent en faveur de son retour en grâce : selon le manuscrit Lamy,

Le Cardinal s’informa du chancelier Séguier de la nature du crime dont on l’accusait. Le chancelier entretenait un commerce étroit avec les curieux.

  • 10 Manuscrit Lamy, O.C. I, p. 727. Sur ce manuscrit anonyme dont l’original perdu doit dater de la fin (...)

Pour cette raison, M. Pascal était fort connu de lui. Il répondit que la chose n’était pas considérable.
La maxime du Cardinal était de perdre ses ennemis sans ressource ou de les attacher à sa personne par de grands bienfaits quand il les jugeait dignes de son estime et capables de rendre quelques services à l’État. M. Pascal fut de ce dernier genre. Il lui fut permis de revenir et de saluer l’Éminence qui le fit conseiller d’État, et le donna pour adjoint aux sieurs de Paris et de Miromesnil en l’intendance de Normandie.10

  • 11 Manuscrit de Durand, O.C. I, p. 722. Sur ce manuscrit, composé essentiellement en 1675, voir ibid., (...)

9Relatant les mêmes événements, le généalogiste Durand explique ainsi la décision de Richelieu d’adjoindre l’ancien président Pascal à M. de Paris : il était “aussi imbu des mérites de science et de probité de notre président”11. Comme le chancelier, le cardinal aime la science et les savants. Ces témoignages se recoupent. Etienne est apprécié pour trois qualités : sa probité, sa compétence au service de l’État et son goût des sciences.

  • 12 En mai 1639 (voir O.C. II p. 216). Voir les récits de Gilberte dans La Vie de Jacqueline Pascal (O. (...)
  • 13 Jacqueline n’en restera pas là : la période 1640-1646 marquera l’apogée d’une production poétique d (...)
  • 14 Mais certainement pas en mai comme le font entendre les témoignages précédents qui écrasent la chro (...)

10L’intervention de Jacqueline en faveur de son père est alors presque achevée. Il ne lui reste plus qu’à prendre sa part des témoignages de reconnaissance, ce qu’elle fait en lisant à Richelieu l’épigramme de remerciement qu’elle a préparée pour la visite de sa famille au château de Rueil12. Une fois de plus, ce sont des qualités toutes mondaines qui sont mises à contribution : actrice et poétesse13, la fille d’Etienne sait jouer de séduction. Il est vrai que le cardinal ne semble guère se faire prier pour pardonner. Mais il ira plus loin en novembre suivant, au plus tard14. Il retourne en effet la situation d’Etienne : il fait de l’exilé un exécutant majeur de la politique royale en Normandie, province la plus riche du royaume, et, du révolté de la rente, un commissaire chargé de répartir la taille entre des révoltés de l’impôt. Décision qui ne manque pas d’ironie aux yeux de l’observateur, d’autant plus que le non-paiement des rentes sur l’Hôtel de Ville avait la même cause que le relèvement des taxes en Normandie : financer la guerre contre l’Espagne... Un poste aussi exposé, qui est simultanément une marque de confiance et une mise à l’épreuve, peut difficilement passer pour une faveur, sauf si l’on considère qu’il offre à Etienne l’occasion, s’il réussit dans l’accomplissement de la tâche qui lui est confiée, de confirmer sa compétence — ce dont personne ne semblait douter —, et sa loyauté, qu’un bref échauffement a pu momentanément faire apparaître moins assurée.

Le second épisode relie le père et le fils. Il faut partir de plus loin que pour Jacqueline

  • 15 La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, Flammarion, “L’Histoire”, 1967, pp. 372-382. Voir n (...)

11On sait pourquoi la Normandie doit être reprise en mains. Victor L. Tapié15 a donné un récit saisissant de la révolte des Nu-Pieds qui a embrasé la Normandie urbaine et rurale à partir de juillet 1639 et culminé dans la ville de Rouen en août. Il souligne le caractère odieux, pour les fabricants de la capitale normande, du relèvement des taxes sur les étoffes teintes et l’indignation des magistrats devant l’application du principe de solidarité pour le paiement des tailles, qui faisait jeter en prison des contribuables qui avaient payé les leurs parce que d’autres ne l’avaient ou n’avaient pu le faire. Le pouvoir, désireux de mater les derniers révoltés et de punir ceux qui se sont déjà calmés, est de plus convaincu de la responsabilité des magistrats de Rouen, qu’il estime avoir été complaisants envers les insurgés et avoir tardé à rétablir l’ordre : tous les Normands seront châtiés. Les troupes étrangères du colonel Gassion sont lâchées sur le pays et répriment rapidement ce qui subsiste de rébellion avant d’entrer à Rouen le 31 décembre pour y établir leurs quartiers. Le chancelier Séguier (entré deux jours plus tard) jouit de pouvoirs exorbitants, dont celui de condamner à mort sans jugement formel. Il interdit immédiatement les différents corps constitués de Rouen (il seront progressivement rétablis l’année suivante) ; les impôts contestés sont rétablis ; la taxe sur les draps teints est imposée avec effet rétroactif ; la ville doit payer une indemnité de plus d’un million de livres. On voit le double aspect de la punition : militaire, par le sang versé ; fiscale, par l’impôt exigé.

12La fonction d’Etienne Pascal redouble ainsi celle du colonel Gassion. Marguerite Périer établira pour sa part un parallélisme similaire, mais avec Claude de Paris, non sans mettre sur le même plan l’intendant et celui qui n’est que son adjoint :

  • 16 Marguerite Périer (O.C. I, p. 1078). Gilberte avait adopté le même point de vue dans sa Vie de Jacq (...)

Le roi mit alors deux intendants en Normandie, l’un pour les gens de guerre, qui était M. de Paris, maître des requêtes, et l’autre pour les tailles qui fut mon grand-père.16

  • 17 Voir O.C. II, p. 116.

13Etienne s’établit à Gisors dès novembre 1639, d’où, avec l’intendant Claude de Paris, il fait part aux échevins de Rouen d’une taxation de 150.000 livres à laquelle la ville est soumise17. Avec celui-ci encore, il refuse toute diminution à l’émissaire de cette ville. Ainsi entame-t-il l’exercice de ses fonctions. Nommé

  • 18 Acte passé à Paris par Florin Périer au nom d’Etienne Pascal, O.C. II., p. 300.

commissaire député par Sa Majesté en la province de Normandie pour le fait des tailles et subsistance et autres affaires concernant le service de Sadite Majesté18,

14il ne peut ignorer la portée politique de cette mission. Il doit connaître et la haine qui entoure en général les commissaires, sentis dans les provinces comme étrangers et introducteurs de nouveautés, et le caractère particulièrement redoutable, dans ce contexte de répression militaire, de la charge de la “subsistance” des troupes, et le risque auquel il s’expose, des receveurs des recettes ayant été tués pendant la révolte. Il occupe son poste jusqu’à la révocation des intendants en 1648, sans donc que soit mis fin à sa commission par désir personnel ou par décision royale le concernant particulièrement. Il aura ainsi exercé plus longtemps comme intendant à Rouen que comme officier de finances à Clermont.

  • 19 Cour transférée à Clermont après la création de Clermont-Ferrand en 1630.
  • 20 Voir O. C. II, p. 111.
  • 21 Selon le manuscrit Lamy, (voir O.C. I, p. 727).
  • 22 Selon le manuscrit de Durand (voir O.C. I, p. 721).

15Tout semblait pourtant montrer le désengagement d’Etienne avant sa mission en Normandie. Il a occupé la charge de second président de la cour des aides de Montferrand19 de 1626, année de son veuvage, à 1631, année à la fin de laquelle il s’installe à Paris. Il vend cette charge en 1633 à son frère Blaise, qui est reçu second président en novembre 163420. Est-ce par dépit de n’avoir pu acquérir celle de premier échevin et pour élever ses enfants21, ou par désir désintéressé de trouver à Paris des interlocuteurs adonnés aux mathématiques qu’il ne trouve pas à Clermont22 ? Toujours est-il qu’il place son capital en rentes sur l’Hôtel de Ville, qui lui procurent un revenu assez important pour vivre noblement avec ses enfants, mais dont il dépend dorénavant entièrement. Ce qui explique aisément son émotion quand ces rentes cessent d’être versées.

16Etienne s’est mis dans un mauvais pas, mais il s’en sort bien, une première fois à Paris par la grâce et la confiance de Richelieu, une seconde fois à Rouen par ses vertus propres de compétence et de probité dans l’exercice de sa mission. Cet emploi, confié apparemment occasionnellement à Etienne, le seul qu’il exercera après avoir résilié sa charge de président de cour, apparaît alors comme la deuxième étape d’une carrière finalement bien menée, et de fait paradoxalement favorisée par la participation à la manifestation des rentiers. Sans cette affaire, l’ancien président aurait-il été nommé commissaire ? Rien n’indique en tout cas qu’il recherchait une telle fonction auparavant ni que le pouvoir royal l’y destinait. Finalement, la faute initiale s’avère une heureuse faute.

17D’ailleurs Pascal le père pense toujours à l’élévation de sa famille. Selon Marguerite, qui évoque la période rouennaise d’avant la conversion pour l’opposer le plus nettement possible à celle qui la suivra,

  • 23 Mémoire sur Pascal et sa famille, O.C. I, p. 1097.

quoiqu’il eût une très grande probité, beaucoup de capacité, et qu’il remplît ses devoirs avec beaucoup d’honneur, on peut dire que tout ce qu’il faisait n’était proprement l’effet que d’une vertu morale, mais point du tout d’une vertu chrétienne ; car il pensait, comme tous les autres gens du monde font, à pousser sa fortune, à établir ses enfants, et à les élever en gens d’honneur, selon leur condition.23

  • 24 Toujours selon Marguerite Périer, Mémoire sur sa famille (O.C. I, p. 1082). Florin s’acquitta parfa (...)

18Il fait de même investir d’une commission24 son cousin Florin Périer, qui vient à Rouen dans le courant de l’année 1640 et à qui il donnera sa fille aînée Gilberte comme épouse.

19De plus, qu’il soit président de cour ou commissaire, Etienne demeure au service de la royauté. Sa famille ne connaît aucun abaissement avec la vente de sa charge. Et son engagement entier dans une mission qui présentait des aspects pénibles pour un intellectuel et un homme de bien comme lui, manifeste, bien plus qu’une simple obéissance renouvelée au roi, une véritable adaptation à ce nouvel ordre politique qui donne la primauté aux agents du roi, commissaires départis, sur les officiers possesseurs de leur charge. On pourrait même envisager l’hypothèse d’un choix délibéré de servir cet ordre. Si les Pascal entrent dans la mouvance janséniste, ce n’est assurément pas par rancœur d’officiers écartés du pouvoir. L’exemple d’Etienne montre au contraire comment les anciens membres des cours et parlements peuvent se plier aux nouvelles conditions de l’exercice du pouvoir royal. En osant une lecture finaliste de la biographie d’Etienne, on remarquera qu’en résiliant sa charge de président, il se rendait libre pour un emploi de commissaire...

Affaire de carrière et d’élévation familiale, la machine est aussi une affaire de dette et de don

20Un tel rétablissement de situation appelait en effet de la gratitude de la part des Pascal. Deux personnages en particulier en sont l’objet, qui ont pris une part active au retour en grâce d’Etienne. Il est remarquable que ce soit Blaise, prenant le relais de sa sœur, qui ait donné ces marques de reconnaissance.

  • 25 Voir La Muse historique de Loret, à la date du 14 avril (O. C. II, p. 903).

21Du côté de la duchesse d’Aiguillon, que la famille fréquentait déjà précédemment et qui était intervenue auprès de son oncle le cardinal, le remerciement se double de l’obtention d’une nouvelle marque de faveur : son hôtel du Petit-Luxembourg accueille la présentation par le jeune Pascal de sa machine arithmétique en avril 165225.

22Envers le chancelier Séguier, la dette est plus lourde : aussi bien disposé fût-il envers un savant comme Etienne, comme il a été vu, il avait été offensé et, à ce titre, était partie prenante du pardon. La dédicace que lui fait Blaise de son invention en 1645 participe à l’extinction de cette dette, comme le suggèrent des termes certes conventionnels dans un tel écrit mais qui n’en soulignent pas moins la portée familiale et non exclusivement personnelle de celui-ci :

  • 26 Lettre dédicatoire de la machine arithmétique, O.C. II, p. 334.

je ne trouve point de paroles pour faire paraître ma reconnaissance à Votre Grandeur, et ma joie à tout le monde. Dans cette impuissance, où l’excès de votre bonté m’a mis, je me contenterai de la révérer par mon silence ; et toute la famille dont je porte le nom étant intéressée aussi bien que moi par ce bienfait et par plusieurs autres à faire tous les jours des vœux pour votre prospérité, nous les ferons du cœur, et si ardents et si continuels, que personne ne se pourra vanter d’être plus attachés [sic] que nous à votre service, ni de porter plus véritablement que moi la qualité, Monseigneur, de Votre très humble et très obéissant serviteur.26

23Pascal voulut même aller plus loin, mais en vain, dans le don d’une invention qu’il affirmait “conçue” par lui mais “engendrée” par Séguier : en effet, selon le manuscrit Lamy,

  • 27 O. C. I, p. 731. Bourdelot, dans sa lettre à Pascal du 26 février 1644, employait le terme de “Roue (...)

il imposa [à cette roue] le nom de roue Séguière à l’honneur du chancelier de ce nom. Les curieux jugèrent le travail si beau qu’ils voulurent lui conserver le nom de son auteur. On l’a nommée ainsi, contre son intention, la roue Pascaline.27

24Donner ainsi au chancelier Séguier, c’est, de la part de Blaise, faire un don en faveur de son père.

25De manière plus large, c’est la conception même de la machine qui s’inscrit dans une relation de gratitude du fils envers le père, qu’il s’agit de soulager dans ses peines, attachées cette fois à l’exercice de sa mission et non plus à sa révolte. Ce soulagement qu’avait obtenu Jacqueline, poétesse et suppliante, par la force des mots, Blaise, savant et fabricant, l’obtient par la fiabilité d’une machine.

  • 28 Voir le manuscrit Lamy, O.C. I, p. 731.

26Il semble en effet difficile d’envisager, même hypothétiquement, que les recherches du jeune homme sur la mécanisation du calcul trouvent leur origine dans une spéculation désintéressée et non contingente. Pourquoi alors et en ce lieu ? N’aurait-on pas le témoignage de sa sœur Gilberte, tardif et entaché, aux yeux du critique, d’une perspective hagiographique, tout confirmerait cependant que c’est le travail de son père qui incite Blaise à une telle entreprise. Une seule et unique source28, d’une part, attribue l’origine de ses travaux à un tiers, Mersenne, qui lui aurait donné l’idée de mécaniser le calcul et l’aurait conseillé dans ses premières recherches. Pascal ignore d’autre part l’existence d’une invention similaire par l’Allemand Schickard. Pourquoi lui ? Lui seul a tout à la fois les compétences, l’obstination et le désir impérieux d’aider son père. Aider son père, telle est l’explication de Marguerite, et elle peut sembler satisfaisante.

27La détermination de l’assiette des tailles est en effet un travail long et épuisant, dont témoigne, encore en 1643, une lettre conjointe du père et du fils à Gilberte : ainsi, “le voyage des élections” des “commissaires” Claude de Paris et Etienne Pascal a empêché Blaise d’écrire à sa sœur — ce qui semble impliquer qu’il accompagnait son père — ; et, tandis que son fils se réjouit (“Le département s’achève, Dieu merci. ”), Etienne se plaint de n’avoir aucun loisir pour écrire à sa fille :

  • 29 Lettre de Pascal à sa sœur Gilberte du 31 janvier 1643, O.C. II, p. 283.

Car je n’ai jamais été dans l’embarras à la dixième partie de ce que j’y suis à présent.29

  • 30 Voir O.C. I, p. 576.

28Nulle allusion n’est cependant faite à la machine arithmétique, quoique Pascal soit engagé à cette date dans sa conception. Et quand, bien plus tard, Gilberte, dans sa Vie de M. Pascal30, mentionne seulement la finalité de la machine, mais non les services qu’elle aurait effectivement rendus, même s’ils ne sont pas exclus, elle se place en fait plus du point de vue de l’inventeur que de celui de l’utilisateur. Le don du fils au père vaudrait alors surtout par le geste même qu’il constitue.

29Il est même permis de s’interroger davantage. Qui s’agit-il de soulager vraiment ? Il apparaît en effet que Blaise prenait en charge une part des calculs de son père. En inventant une additionneuse, il vise donc aussi à diminuer sa propre peine. Bien plus, il n’envisage que celle-ci, et non celle de son père, dans sa Lettre dédicatoire au chancelier :

  • 31 O.C. II, p. 332. Cf., mais sur un plan général, le Privilège : “notable soulagement que cette machi (...)

[les difficultés des moyens ordinaires de calcul m’ont] fait penser à quelque secours plus prompt et plus facile, pour me soulager dans les grands calculs où j’ai été occupé depuis quelques années en plusieurs affaires qui dépendent des emplois dont il vous a plu honorer mon père pour le service de sa Majesté en la haute Normandie.31

30Tallemant des Réaux adopte le même point de vue dans son Historiette sur le Président Pascal :

  • 32 O.C. I, p. 464.

Pendant les dernières années l’intendance de son père, ayant à faire pour lui des comptes de sommes immenses pour la tailles, il se mit dans la tête qu’on pouvait, par de certaines roues faire infailliblement toutes sortes de règles d’arithmétique.32

31Parce que la vie du fils est alors imbriquée dans celle du père, la volonté d’aide et de soulagement qui préside à l’invention de la machine arithmétique présente inextricablement une double perspective, vers soi et vers autrui. Pascal s’aide aidant son père.

32L’invention de la machine est aussi une affaire d’argent. L’argent se trouvait déjà à l’origine de tout. A Paris, Etienne s’était énervé quand l’État avait cessé de lui verser les rentes qui lui revenaient ; à Rouen, c’est le décompte et la répartition de l’argent que doit recevoir l’État qui suscitent la machine arithmétique.

  • 33 Voir notamment le Manuscrit de Durand : “[...] il vaqua pendant neuf années à la satisfaction de to (...)
  • 34 Les autres opérations sont ramenées à des additions.
  • 35 Manuscrit du XVIIIe siècle édité par Guy Mourvelat, Courrier du CIBP, no 8, 1986, pp. 9-23.
  • 36 La ville de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire à huit roues (légué par Marguerite Périer (...)

33Etienne compte, mais les sommes qu’il manipule sont doublement abstraites, subjectivement, parce qu’il ne s’agit jamais de son propre argent (il est honnête...33), et objectivement, parce que cet argent n’est pas encore versé à l’État et, de plus, ne transitera pas par les mains du commissaire mais par celles de fermiers. Ces sommes doivent cependant être comptées, dans les unités monétaires en vigueur. Contrairement aux machines que Schickard d’un côté, qui en adresse les plans à Kepler en 1623, et Leibniz de l’autre, qui en fait une démonstration à l’Académie des Sciences à Paris en 1675, conçoivent dans le but scientifique de faciliter les multiplication harassantes que demandent les calculs astronomiques, la pascaline est d’abord une additionneuse34 dédiée aux comptes monétaires. Ainsi, ayant peut-être à l’esprit cette fonction historiquement première de la machine, qui a déterminé sa création, l’auteur anonyme de l’Usage de la machine35 commencera par les monnaies pour expliquer la méthode permettant de mener à bien les quatre opérations arithmétiques. De même, des différents modèles de machine, ceux qui sont conçus pour la comptabilité sont les plus complexes puisqu’ils doivent comporter des roues non décimales correspondant aux sols et aux deniers, et posséder des roues en grand nombre, jusqu’à six, pour les livres36. C’est dire l’importance des sommes manipulées.

34Comptable ou scientifique, la machine doit donc mettre en œuvre un système mécanique de retenue automatique : c’est son principal intérêt puisque les retenues sont justement identifiées par Pascal comme la principale source de difficulté et d’erreur dans les calculs. Le Privilège obtenu par l’inventeur ne manque d’ailleurs pas de considérer le dispositif retenu (un “sautoir”) comme 1’“invention principale”, dont il vante l’intérêt non seulement pour le confort du comptable, mais surtout pour le souci de justesse de l’administration qui emploie ce dernier. La machine a en effet, entre autres avantages,

  • 37 O.C. II, p. 712. La machine est dite “infaillible” (ibid., p. 713).

celui d’être hors de tout danger d’erreur, qui est la condition la plus importante de toutes dans les calculs.37

  • 38 O.C. I, p. 1078.

35Or Etienne, qui, selon Marguerite, avait trouvé “les choses dans un si grand désordre qu’il fut obligé de réformer les rôles de toutes les paroisses de la généralité”38, calcule beaucoup puisqu’il lui faut vérifier les “registres et acquits, avec l’état par le menu des restes” des receveurs de taille et répartir équitablement les impositions dans la généralité de Rouen. Des deux obstacles que la machine permet de surmonter, fatigue et incompétence arithmétique, Etienne n’a évidemment que le premier à affronter : la diminution d’attention due au caractère épuisant du travail (à la fois énorme par la pléthore de nombres à manipuler et fastidieux par la répétition des mêmes opérations arithmétiques élémentaires) risque toujours d’aboutir au même résultat que l’ignorance des règles du calcul, à savoir l’erreur et donc l’injustice. La machine permet d’éviter l’une et donc l’autre.

36L’argent des tailles est alors transmué par Pascal en medium entre un en deçà scientifique, constitué par les bases arithmétiques de la machine, et un au-delà politique et éthique, concrétisé dans les implications de la répartition de l’impôt. L’additionneuse fournit en effet le moyen par lequel un impôt pesant peut, par la grâce d’un calcul juste sur une base équitable, favoriser la pacification d’une province. Dans le traitement de l’argent se rejoignent ainsi une exigence arithmétique de justesse et une exigence morale de justice : il faut que les calculs soient doublement justes.

37Cette exigence morale, Etienne l’a aussi pour lui-même. Il semble bien avoir exercé ses fonctions à la satisfaction générale, en faisant preuve d’une probité visiblement inusitée et donc surprenante et admirée :

  • 39 Manuscrit Lamy, O.C. I, pp. 727-728.

Ce fut avec l’applaudissement général de peuples que cet habile homme parut en Normandie. En sorte qu’on le demanda pour seul intendant. Il en fit la fonction dans l’administration de la justice et la direction des finances sans avoir accepté aucune gratification de la main du partisan.39

  • 40 Voir O.C. II, pp. 300-301.
  • 41 Voir O.C. I, p. 1078.
  • 42 Voir ibid., pp. 1099-1100.
  • 43 Selon les termes du Privilège (O.C. II, p. 712). Voir aussi l’Avis nécessaire (ibid., p. 337).

38S’il s’est enrichi pendant cette période, du moins n’est-ce pas frauduleusement. Un acte notarié de 1644, enregistrant le remboursement partiel, mais important (5480 livres comptant), d’un emprunt contracté en 1624, suggère simplement une aisance financière retrouvée à cette date40. Et, selon Marguerite, le seul cadeau qu’ait reçu Etienne, qui les refusait même pour ses domestiques41, consiste en une bourse de “jetons d’argent”, battus aux armes des Pascal, offerte par les magistrats de la ville de Rouen en témoignage de reconnaissance42. On sera sensible à l’ironie involontaire de “jetons” offerts à un homme qui dispose d’une machine pour compter “sans plume ni jetons”43.

  • 44 O.C. IV, p. 41.
  • 45 Marguerite, dans son Mémoire sur Pascal et sa famille, indique que son oncle, après la mise au poin (...)

39La machine arithmétique est affaire d’argent encore à un autre titre : elle coûte, elle doit rapporter. Il ne s’agit pas tellement de gagner de l’or en soi, l’un des trois biens de ce monde, selon l’Ecrit sur la conversion du pécheur, avec la “réputation” et la “science”44. Mais il importe du moins de rentrer dans ses frais. La machine, qui épargne de la peine à son utilisateur, a en effet coûté cher à son inventeur : peine, temps et même santé, si l’on en croit Marguerite45, mais aussi argent. Pascal n’a pas épargné la dépense pour parvenir à mettre au point son invention, comme il l’indique au chancelier Séguier en faisant valoir l’approbation de savants renommés et les bons offices de Roberval :

  • 46 Lettre dédicatoire de la machine arithmétique, O.C. II, p. 333. Voir aussi sur cette question Pierr (...)

Ce sont là, véritablement, Monseigneur, de grandes récompenses du temps que j’ai employé, et de la dépense que j’ai faite pour mettre la chose en l’état où je vous l’ai présentée.46

  • 47 Voir Dominique Descotes, “Pascal et le marketing”, in Mélanges offerts au professeur Maurice Descot (...)
  • 48 Voir J. Mesnard, Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, T. 1, p. 172 : “Peu satisf (...)

40Cela le conduit à dénoncer la concurrence frauduleuse et à développer une brillante et originale campagne publicitaire pour tirer profit de son invention47. Mais, comme on sait, sans grand succès. Cet échec commercial, mais surtout ses expériences onéreuses sur la pesanteur de l’air vident sa bourse : en 1653, Pascal a des revenus insuffisants pour tenir son rang et poursuivre ses travaux scientifiques. Ce besoin d’un soutien48 favorisera à cette date la véritable naissance de liens d’amitié avec le duc de Roannez, lui-même dorénavant passionné par les sciences.

41On le voit, la pascaline, issue de la relation qu’entretient Blaise avec son père, échappe ensuite aux liens familiaux et aide à formuler, sinon à assouvir, des désirs qui appartiennent en propre à Blaise. Mais, dans chacune de ces deux étapes, elle révèle sa double fonction de machine à calculer et de machine à imaginer, support d’autant d’investissements affectifs que de mécanismes.

42L’obstination de Pascal à parvenir à un résultat concret peut en effet garantir le caractère vital d’un enjeu aux composantes multiples. Globalement, il s’agit pour Pascal de faire exister quelque chose. Et la machine arithmétique est assurément l’une des quelques œuvres qu’il ait menées à bien de bout en bout, en l’occurrence de la conception à l’utilisation par autrui.

  • 49 O.C. II, pp. 338, 339 et 340. En mai 1638, Jacqueline parlait déjà d’“avortons”, mais c’était pour (...)

43On doit, de ce point de vue, prendre au sérieux, presque au pied de la lettre, la comparaison, certes banale, mais filée et récurrente, que Pascal, dans son Avis nécessaire, fait de sa machine et d’un enfant, enfant qu’il a engendré parfait là où de simples artisans ne mettent au jour que des “avortons”49. Tout dans cette machine, en effet, est production, mise au jour, offrande, étalage : conception de l’esprit, elle est construite par son inventeur, de ses propres mains, puis sous ses directives ; issue de l’intimité d’une situation familiale, elle est livrée au public et mise sur le marché. Cette invention est en effet concrétisée en objet orienté vers l’extérieur, qui permet à Pascal de se projeter dans le monde. On ne peut ici qu’indiquer quelques axes de cette projection, qui profite tour à tour à soi et à autrui.

  • 50 Le roi eût certes été un garant encore meilleur, mais il n’y avait pas de reconnaissance aussi dire (...)
  • 51 O.C. II, p. 335. Voir à ce sujet Haruo Nagase, “Rhétorique de la machine arithmétique : significati (...)

44La pascaline, d’abord, autant que machine à calculer, est instrument de prestige personnel et d’auto-glorification. Elle assure de surcroît la prise de possession effective d’un territoire aussi bien intellectuel que commercial. Déjà la Lettre dédicatoire au chancelier Séguier valait officialisation de l’invention et mettait celle-ci sous sa haute protection50. Mais par la demande et l’obtention d’un privilège extraordinaire, portant non sur la seule machine de Pascal en particulier mais sur tout type de machine arithmétique qui viendrait à être inventée, c’est l’idée même de mécaniser le calcul qui est brevetée. La pascaline autorise également un positionnement intellectuel original dans la société que forment savants et public mondain : certes extérieur au monde présomptueux et inférieur des artisans, incapables de théorie et producteurs d’avortons, Pascal l’est tout autant de celui des “savants imparfaits”51, qui conçoivent mal parce qu’ils ne tentent pas de réaliser et qui critiquent sa machine par erreur.

45La configuration même de la machine révèle enfin un tout autre type d’extraversion, dans l’altruisme et non plus dans l’expansion du moi. Elle résulte en effet du choix d’un inventeur qui renonce à la facilité et à l’élégance d’une technique simple dans la disposition relative des roues et des cadrans, pour augmenter le confort de l’utilisateur, en vue duquel tout est disposé : dans ce but, malgré la complication mécanique qui en découle, les cadrans sont situés sur le dessus de l’appareil. Le prix en est élevé : symétriquement, ce que gagne l’utilisateur coûte une peine supplémentaire à l’inventeur. En effet, la complexité du modèle contrarie sa facilité de réalisation par des artisans. Comme l’affirme Pascal dans l’Avis nécessaire,

  • 52 O.C. II, p. 332.

ce fut en ce point que je rencontrai des obstacles aussi grands que ceux que je voulais éviter.52

  • 53 Ibid., p. 341. Je n’ai, affirme Pascal à l’utilisateur, “épargné ni le temps, ni la peine, ni la dé (...)

46Finalement, sa machine répondant au dessein qu’il avait eu de “plaire” à l’utilisateur en le “soulageant”53, Pascal a raison de faire

  • 54 Ibid., p. 338.

remarquer cette espèce de paradoxe, que pour rendre le mouvement de l’opération plus simple, il ait fallu que la machine ait été construite d’un mouvement plus composé.54

47Le véritable exploit de l’inventeur réside alors, techniquement, dans la simplicité des mouvements de la main de l’utilisateur et, moralement, dans le renoncement à son propre confort et dans l’acceptation du risque que son mécanisme ne soit pas apprécié des connaisseurs.

48Tous comptes faits, on peut affirmer que la machine arithmétique, produite par Pascal le fils, produit Pascal tout court. Elle tire définitivement Blaise de son statut précaire d’enfant prodige et l’expose au feu de la louange et de la critique de la part de ceux dont il devient un pair malgré son jeune âge, statut qu’établiront bien plus brillamment encore, mais sans avoir à l’instaurer, ses travaux magistraux sur le vide.

  • 55 Aspect des choses examiné dans RSH ; heureusement enrichi par Japon.

49Les réflexions, interprétations et hypothèses qui précèdent, ancrées dans la richesse d’un moment d’histoire nationale et familiale, ne visent nullement à amoindrir la signification proprement scientifique de l’invention de la machine arithmétique, ni à tenir pour négligeable son retentissement philosophique durable tout au long de l’œuvre de Pascal, jusque dans les Pensées, dans la conception qu’il se fait de l’homme et de la société55. Mais elles mettent en valeur la fécondité de l’accidentel et du singulier, de l’ambiguïté des situations et du métissage des intérêts. Pour des raisons d’amour filial et de gloire, peut-être teintées de rivalité ou, si l’on préfère, d’émulation, avec sa sœur Jacqueline, par volonté de donner et d’accaparer, par capacité de dépense et goût du gain, Pascal aide son père et s’aide tout à la fois. L’instrumentalisation de son instrument fait de celui-ci bien autre chose qu’une simple machine à calculer, mais un acte d’amour, un paiement de dette, un don, un support de signature, un ambassadeur international de son génie.

  • 56 Nous pensons bien sûr ici à l’avant dernier chapitre du Prince de Machiavel (“Quantum fortuna in re (...)

50Ainsi, dans le croisement de l’histoire de sa famille et de celle du royaume de France, Pascal a su se saisir d’un moment favorable56. Cette capacité marquera toute sa vie : capacité de voir apparaître dans un instant anodin et des circonstances particulières un problème crucial général, de l’énoncer et de proposer une avancée décisive pour sa résolution, et capacité d’insérer ses idées dans le concret. L’invention de la machine arithmétique illustre bien, chez Pascal, la rencontre aléatoire et productive de l’occasion et du dynamisme.

Notes

1 Pour notre part, nous avons recherché l’importance de cette invention pour la constitution de la pensée de Pascal dans “La Machine arithmétique à la genèse des ordres pascaliens”, Revue des Sciences Humaines, no 186-187, 1982 (Actes du colloque “La Machine dans l’imaginaire, 1650-1800”, René Démoris et Christian Meurillon, Lille, déc. 1981), pp. 147-158.

2 Voir dans la Vie de M. Pascal de Gilberte Périer (in Pensées, éd. Ph. Sellier, Paris, Bordas, “Classiques Garnier, 1991, p. 109) le passage qui rapporte l’épisode de la “machine d’arithmétique”. Philippe Sellier montre précisément que le récit de la sœur de Pascal relève du genre de la “légende” (ibid., pp. 138-145).

3 Comme le souligne Jean Mesnard dans la notice qu’il consacre à la machine arithmétique dans son édition des œuvres complètes de Pascal (Paris, Desclée de Brouwer, “Bibliothèque européenne”, 1964-1992, 4 vol. parus, vol. III, pp. 313-328 — cette édition sera désignée ci-dessous par O.C., suivi du numéro du volume).

4 Ces dix années sont scandées par quatre textes, que nous aurons à utiliser : la Lettre dédicatoire au chancelier Séguier et l’Avis nécessaire aux utilisateurs en 1645, le Privilège de la machine arithmétique en 1649 et la Lettre à Christine de Suède en 1652.

5 O.C. II, p. 194.

6 Voir ibid., pp. 198-200. Ces poèmes, augmentés d’une épître à la reine, firent immédiatement l’objet d’une plaquette imprimée.

7 Voir O.C. I, pp. 659-660.

8 Épigramme “A Monseigneur l’éminentissime cardinal duc de Richelieu après la comédie”, O.C.II, p. 213.

9 Lettre de Jacqueline Pascal à M. Pascal, son père, du 4 avril 1639 (O.C.II., pp. 211-212). Voir aussi Gilberte Périer, La Vie de Jacqueline Pascal (O.C. I, pp. 661-662) (Gilberte atténue l’émotion des rentiers et exonère Etienne : “On s’imagina que mon père était de ce nombre”, ibid., p. 660), Marguerite Périer, Mémoire sur sa famille (ibid., pp. 1087-1089) et Tallemant des Réaux, Historiettes (“Le Président Pascal”, cité ibid., p. 463).

10 Manuscrit Lamy, O.C. I, p. 727. Sur ce manuscrit anonyme dont l’original perdu doit dater de la fin du XVIIe siècle, voir ibid., pp. 724-726. Jacques Dyel de Miromesnil remplace Claude de Paris à l’intendance de Normandie fin 1643 (voir O.C. II, p. 245).

11 Manuscrit de Durand, O.C. I, p. 722. Sur ce manuscrit, composé essentiellement en 1675, voir ibid., pp. 709-710 et 720.

12 En mai 1639 (voir O.C. II p. 216). Voir les récits de Gilberte dans La Vie de Jacqueline Pascal (O.C. I, p. 662) et de Marguerite Périer dans son Mémoire sur sa famille (ibid., p. 1089).

13 Jacqueline n’en restera pas là : la période 1640-1646 marquera l’apogée d’une production poétique dont plusieurs poèmes seront même publiés dans les fameux recueils de Sercy de 1653 et 1661 (voir O.C. II, pp. 302-307).

14 Mais certainement pas en mai comme le font entendre les témoignages précédents qui écrasent la chronologie : la révolte des Nu-Pieds ne commence qu’en juillet (voir O.C. II, p. 116).

15 La France de Louis XIII et de Richelieu, Paris, Flammarion, “L’Histoire”, 1967, pp. 372-382. Voir notamment, pp. 380-381, le “châtiment sans exemple” qu’infligea le chancelier à la capitale de la Normandie. Voir aussi l’excellente chronologie établie par J. Mesnard (O.C. II, p. 241-251).

16 Marguerite Périer (O.C. I, p. 1078). Gilberte avait adopté le même point de vue dans sa Vie de Jacqueline Pascal : “mon père ayant été fait collègue de M. de Paris dans la commission de l’intendance de Normandie” {ibid., p. 662). Etienne est nommé en revanche simplement “conseiller du roi” et/ou sa “ci-devant président”, sans qu’il soit fait mention de sa commission, dans le contrat de mariage de Gilberte, en avril 1641 (O.C. II, p. 263) et dans un bail de septembre 1641 (ibid., p. 271) ; mais selon une donation de novembre 1642, il est “à présent employé en plusieurs commissions pour le service de Sa Majesté en la province de Normandie” (ibid., p. 277).

17 Voir O.C. II, p. 116.

18 Acte passé à Paris par Florin Périer au nom d’Etienne Pascal, O.C. II., p. 300.

19 Cour transférée à Clermont après la création de Clermont-Ferrand en 1630.

20 Voir O. C. II, p. 111.

21 Selon le manuscrit Lamy, (voir O.C. I, p. 727).

22 Selon le manuscrit de Durand (voir O.C. I, p. 721).

23 Mémoire sur Pascal et sa famille, O.C. I, p. 1097.

24 Toujours selon Marguerite Périer, Mémoire sur sa famille (O.C. I, p. 1082). Florin s’acquitta parfaitement de sa commission, “ce qui porta mon grand-père, ajoute Marguerite, à lui donner sa fille qu’il épousa en 1641. ”

25 Voir La Muse historique de Loret, à la date du 14 avril (O. C. II, p. 903).

26 Lettre dédicatoire de la machine arithmétique, O.C. II, p. 334.

27 O. C. I, p. 731. Bourdelot, dans sa lettre à Pascal du 26 février 1644, employait le terme de “Roue pascale” (O.C. II, p. 297).

28 Voir le manuscrit Lamy, O.C. I, p. 731.

29 Lettre de Pascal à sa sœur Gilberte du 31 janvier 1643, O.C. II, p. 283.

30 Voir O.C. I, p. 576.

31 O.C. II, p. 332. Cf., mais sur un plan général, le Privilège : “notable soulagement que cette machine doit apporter à ceux qui ont de grands calculs à faire” (ibid., pp. 713-714).

32 O.C. I, p. 464.

33 Voir notamment le Manuscrit de Durand : “[...] il vaqua pendant neuf années à la satisfaction de tous par la bonne justice désintéressée et par la prompte expédition” (O.C. I, p. 722).

34 Les autres opérations sont ramenées à des additions.

35 Manuscrit du XVIIIe siècle édité par Guy Mourvelat, Courrier du CIBP, no 8, 1986, pp. 9-23.

36 La ville de Clermont-Ferrand possède ainsi un exemplaire à huit roues (légué par Marguerite Périer à l’Oratoire de Clermont) et un à cinq roues (réalisé par Pascal lui-même selon un document tardif — voir catalogue de l’exposition “Blaise Pascal, mathématicien, physicien, ingénieur”, Clermont-Ferrand, 1993, p. 19) pour les comptes monétaires. La machine de Louis Périer, conservée par le CNAM (photo dans le Courrier du CIBP, no 8, 1986, p. 11) possède huit roues (six pour les livres, des unités aux centaines de milliers, une pour les sols et une pour les deniers). D’autres machines élargissent le domaine d’emploi au calcul abstrait (trois modèles connus) et à l’architecture (cas d’une machine prévue pour les mesures de longueur : toises, pieds, pouces et lignes).

37 O.C. II, p. 712. La machine est dite “infaillible” (ibid., p. 713).

38 O.C. I, p. 1078.

39 Manuscrit Lamy, O.C. I, pp. 727-728.

40 Voir O.C. II, pp. 300-301.

41 Voir O.C. I, p. 1078.

42 Voir ibid., pp. 1099-1100.

43 Selon les termes du Privilège (O.C. II, p. 712). Voir aussi l’Avis nécessaire (ibid., p. 337).

44 O.C. IV, p. 41.

45 Marguerite, dans son Mémoire sur Pascal et sa famille, indique que son oncle, après la mise au point de sa machine et dorénavant tourné vers Dieu, “tomba dans un état fort extraordinaire, qui était causé par la grande application qu’il avait donnée aux sciences ; car les esprits étant montés trop fortement au cerveau, il se trouva dans une espèce de paralysie depuis la ceinture en bas, en sorte qu’il fut réduit à ne marcher qu’avec des potences” (O.C. I, p. 1100).

46 Lettre dédicatoire de la machine arithmétique, O.C. II, p. 333. Voir aussi sur cette question Pierre Humbert, Cet effrayant génie... L’Œuvre scientifique de Blaise Pascal, Paris, Albin Michel, 1947, p 60.

47 Voir Dominique Descotes, “Pascal et le marketing”, in Mélanges offerts au professeur Maurice Descotes, Université de Pau, 1989, pp. 141-160.

48 Voir J. Mesnard, Pascal et les Roannez, Paris, Desclée de Brouwer, 1965, T. 1, p. 172 : “Peu satisfait de son sort, [Pascal] ne peut oublier la chance qu’avait eue son père de trouver sur son chemin la duchesse d’Aiguillon et d’obtenir grâce à elle une commission en Normandie. ”

49 O.C. II, pp. 338, 339 et 340. En mai 1638, Jacqueline parlait déjà d’“avortons”, mais c’était pour désigner ses propres œuvres, poétiques, “ouvrage d’une fille qui entre encore en sa douzième année” (Epître dédicatoire à la reine, ibid., p. 195).

50 Le roi eût certes été un garant encore meilleur, mais il n’y avait pas de reconnaissance aussi directe à lui manifester, et Séguier était connu pour goûter particulièrement les dédicaces. Voir l’affirmation de Baillet, sujette à caution, relative au don par Pascal d’une machine au roi, O.C. II, p. 324, note 2.

51 O.C. II, p. 335. Voir à ce sujet Haruo Nagase, “Rhétorique de la machine arithmétique : signification de son invention dans la pensée de Pascal”, Études de Langue et Littérature Françaises, no 72, Tokyo, 1998.

52 O.C. II, p. 332.

53 Ibid., p. 341. Je n’ai, affirme Pascal à l’utilisateur, “épargné ni le temps, ni la peine, ni la dépense pour la mettre en état de t’être utile”.

54 Ibid., p. 338.

55 Aspect des choses examiné dans RSH ; heureusement enrichi par Japon.

56 Nous pensons bien sûr ici à l’avant dernier chapitre du Prince de Machiavel (“Quantum fortuna in rebus humanis possit, et quomodo illi sit occurrendum”), qui voit dans la rencontre de l’audace et de la fortune le gage de la réussite de l’homme d’action.

Auteur

Université Charles de Gaulle - Lille III

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search