Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Rouen, au temps des Pascal

Itinéraires normands entre Rouen et Port-Royal autour de 1640

Jean Lesaulnier

Texte intégral

1La ville de Rouen ne s'est pas réveillée janséniste le jour où les libraires rouennais David et Jean Berthelin publient, en 1642, la deuxième édition française de l'Augustinus de Jansénius. Deux ans plus tôt, la famille Pascal s'est installée à Rouen, sur la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen. A la fin de l'été 1641, la prieure du monastère cistercien de Saint-Aubin, près de Gournay, prend la route pour Port-Royal de Paris. Au début de 1643, deux Rouennais se rendent à Paris, afin d'y rencontrer l'abbé de Saint-Cyran, tout juste libéré de la prison de Vincennes : d'un côté l'oratorien Charles Maignart, qui vient de décider de quitter la cure de Sainte-Croix-Saint-Ouen, dont il a la charge depuis près de vingt ans, et, de l'autre, un voisin des Pascal, Gentien Thomas du Fossé, maître des comptes à la Chambre de Normandie. Le 18 juin 1643, enfin, un jeune docteur de Sorbonne, Jean Guillebert, adresse, de la paroisse de Rouville, près de Rouen, dont il est curé, son approbation au livre d'Antoine Arnauld La Fréquente Communion, qui verra le jour en août à Paris.

  • 1 Alex. Féron, Contribution à l'histoire du jansénisme en Normandie. 1er fascicule : Ses origines dan (...)

2Le rapprochement de ces différents faits ne peut laisser l'historien indifférent. Depuis la publication des ouvrages d'Alex. Féron et des recherches de Jean Mesnard sur les Pascal, nul n'ignore les relations étroites qui unissent Port-Royal et le diocèse de Rouen, les Petites Ecoles et de nombreuses familles normandes, les disciples de Saint-Cyran originaires de Normandie et l'abbaye de Port-Royal1. Les Deschamps, les Maignart et les Thomas du Fossé figurent parmi les noms les plus souvent cités dans les travaux consacrés à ce qu'on appelle encore, de manière impropre, le « jansénisme en Normandie ».

3Il reste néanmoins beaucoup à dire sur la réalité du catholicisme à Rouen au début du XVIIe siècle, comme sur le contenu de la foi des fidèles qui vont chercher ailleurs, en l'occurrence à Port-Royal, matière à approfondir leur vie spirituelle. Aussi m'a-t-il paru intéressant de retracer le parcours religieux de quelques-uns des futurs amis des Pascal, avant d'en arriver à présenter les grandes lignes d'ouvrages composés à Rouen par des hommes qui vont marquer profondément le milieu rouennais des années 1630-1650.

Liens familiaux et réseaux d'amitié

  • 2 Voir les Mémoires de Pierre Thomas du Fossé, p. p. F. Bouquet, Rouen, Métérie, 1876-1879, 4 vol. : (...)

4Parmi toutes les familles rouennaises d'importance, il en est une qu'on pourrait dire « emblématique », car elle marquera tout à la fois l'histoire de la ville et celle de ses relations profondes avec Port-Royal, comme l'historiographie port-royaliste. Voici un père de famille, qui fait partie du milieu parlementaire, qui va rencontrer, à Paris, celui qu'on a appelé l'« oracle du cloître Notre-Dame », l'abbé de Saint-Cyran : ce Rouennais abandonne sa charge, renonce à son train de vie, bouleverse sa situation. Il envoie six de ses fils aux Petites Écoles de Port-Royal et trois de ses filles comme pensionnaires au monastère de Paris : deux d'entre elles y entreront comme religieuses. L'un des fils Thomas du Fossé, Pierre, vit comme solitaire aux côtés d'Antoine Le Maistre, avant de participer aux travaux intellectuels de l'atelier de Port-Royal : il en devient l'un des membres les plus actifs aux côtés de Le Maistre de Sacy, dont il poursuit l'œuvre biblique, et il se fait l'un des mémorialistes les plus féconds du groupe des Messieurs de Port-Royal2.

  • 3 Sur la famille, voir A. Féron, ainsi que les notices du Dictionnaire de PortRoyal au XVIIe siècle, (...)

5Gentien Thomas du Fossé et son épouse, Madeleine Beuzelin, résident sur la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, à Rouen, depuis leur mariage en 1623. Leur quartier, celui de l'actuelle place de l'Hôtel de Ville, est peuplé de magistrats et d'administrateurs. Fils d'un maître des comptes à la Chambre de Normandie, Gentien, écuyer et conseiller du roi, est lui-même maître des comptes, et il possède une propriété au Fossé, à vingt-cinq kilomètres de Rouen, ainsi qu'une autre terre à Auffay. Madeleine Beuzelin est elle-même la fille d'un conseiller au parlement de Normandie et la sœur du président du même parlement3.

  • 4 A. Féron a publié ces actes dans sa Contribution à l'histoire du jansénisme, 2e fascicule, p. 63-69

6Quinze enfants naissent au foyer de Madeleine et Gentien Thomas entre 1625 et 1641. Si l'on regarde de près les actes de baptême de leur paroisse, on constate que, pour douze de ces enfants, les trois quarts de leurs parrains sont des hommes qui occupent des fonctions au parlement de Rouen : six sont qualifiés de conseillers du roi ; l'un est premier président de la cour des Aides, un autre est procureur général de Neufchâtel ; l'un est trésorier des finances du roi en Normandie, et un autre avocat. Une constatation parallèle peut être faite pour plusieurs marraines, qui sont femmes de conseiller du roi, de trésorier de France ou de nobles normands. Beaucoup de ces parrains et marraines font naturellement partie de la famille des Thomas du Fossé4.

  • 5 P. Thomas du Fossé, Mémoires, éd. citée, t. I, p. 50.
  • 6 Ibid. p. 18.
  • 7 Ibid., p. 51.

7Forts de leur situation sociale, les Thomas du Fossé jouissent d'une belle fortune. A Rouen, ils sont « considérés », et ils ont, pour reprendre les termes de Pierre, dans ses Mémoires, « de très fortes liaisons avec les personnes les plus distinguées »5. En raison de « la corruption des collèges » (le mémorialiste ne précise pas s'il pense à celui des jésuites), Gentien a placé « un précepteur dans sa maison, pour prendre soin de[s] études [de ses enfants] »6 : précepteur dont il se passera après sa conversion en 1643. Les Thomas du Fossé, convertis, « commencèrent d'abord à se retirer des compagnies et demeurèrent chez eux dans l'occupation et la prière [...], écrit leur fils. Ils renoncèrent au jeu et aux festins [...]. Celle qui était vêtue magnifiquement n'avait plus que des habits qui témoignaient qu'elle avait changé d'esprit et de cœur. Enfin on ne voyait plus chez eux ni assemblées ni festins, et tout y respirait le christianisme »7.

  • 8 Ibid., p. 19.

8Evoquant sa jeunesse, Pierre Thomas du Fossé se remémore, à la fin du siècle, les mois terribles de 1639-1640 à Rouen : « Il y arriva un fort grand soulèvement de la populace contre quelques officiers établis pour lever quelques impôts sur la ville. Le tumulte alla si loin que les maisons de ces officiers furent pillées, et leurs meubles brûlés avec la dernière insulte, dans la place de Saint-Ouen. Les magistrats ayant voulu arrêter un si grand désordre, ils n'en furent pas les maîtres, n'osant même trop se commettre à la fureur d'un petit peuple ainsi mutiné, ce qui donna lieu de les accuser, en Cour, d'avoir été en quelque sorte les complices de cette rébellion »8.

  • 9 Voir le Diaire ou Journal du voyage du chancelier Pierre Séguier en Normandie, p. p. A. Floquet, Ro (...)
  • 10 P. Thomas du Fossé, ibid., p. 20-21.
  • 11 Ibid. p. 21.

9On connaît les suites de la révolte des 21, 22 et 23 août 1639 : l'envoi, « pour punir la ville », des troupes du colonel Gassion, qui réduira brutalement la sédition des Nu-Pieds, l'interdiction du parlement de Normandie, la venue de deux commissaires, Orner Talon et Michel Le Tellier, et d'un certain nombre de conseillers d'Etat et de maîtres des requêtes (Étienne Pascal s'établit à Gisors au plus tard en novembre), ainsi que la mission du chancelier Séguier en Normandie9. « Dans l'affliction générale où se trouva la ville de Rouen, écrit Pierre Thomas du Fossé, nous eûmes, nous autres, une consolation toute particulière, qui fut de loger M. Le Tellier, l'un des commissaires, ce qui procura à mon père l'occasion d'en faire un ami »10. Témoignage de la faveur dont jouit Gentien, le futur ministre d'État séjourna trois mois et demi chez les Du Fossé, y vivant « comme dans sa propre famille, cordialement, librement et honnêtement »11.

  • 12 Voir F. Delforge, Les petites écoles de Port-Royal. 1637-1660, Paris, Cerf, 1985, ainsi que le Dict (...)

10La suite des événements, en particulier les conséquences du retrait du monde des Du Fossé après 1643, révèle bien l'étendue et la richesse de leurs relations à Rouen et hors de la ville, dans le pays de Caux. Et on ne peut qu'évoquer ici rapidement les noms des familles qui enverront leurs enfants par exemple aux petites écoles de Port-Royal : les Deschamps des Landes (les frères Adrien et Jean soigneront Etienne Pascal en 1646), les de Fresle et les de Raffetot, les Maignart de Bernières et les Fouilleuse de Flavacourt12. D'autres noms de lieux que Rouen figurent sous la plume de Pierre Thomas du Fossé : le Fossé, bien sûr, que la famille de Gentien abandonnera en raison de son caractère inaccessible en hiver, le Bosmelet, Forges-les-Eaux, à deux kilomètres de là, et surtout Rouville, dont le curé en titre est, depuis 1638, Jean Guillebert, un disciple de l'abbé de Saint-Cyran, dont nous allons reparler.

11On entrevoit ainsi la richesse des liens qui se tissent aux alentours des années 40 entre Rouen et la Normandie, d'un côté, et, de l'autre, l'abbaye, les Messieurs et le groupe des amis de Port-Royal. La Normandie est l'une des régions françaises les plus durablement et profondément liées à Port-Royal et les Thomas du Fossé occupent dans ce paysage une place de premier plan. Mais ils sont loin d'être les seuls.

La famille Maignart, l'Oratoire et Port-Royal

  • 13 Mémoires, éd. citée, t. I, p. 39.

12A qui douterait de la réalité et de la profondeur des relations entre Rouen et Port-Royal, il suffirait presque de citer les noms de Charles et de Jean Maignart, et celui d'Anne Hallé. « Nous avions en ce temps-là [au début des années 40] à Rouen pour curé de notre paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, [c'est Pierre Thomas du Fossé qui parle], un Père de l'Oratoire, nommé le P. Maignart, de la famille des Messieurs de Bernières, à laquelle mon père s'était allié par son mariage. Cétait un bon prêtre, qu'il aimait beaucoup et avec qui il avait fait une liaison très étroite »13.

  • 14 Sur le P. Maignart, voir Louis Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l'histoire de l'Oratoir (...)

13Charles Maignart et son frère Jean sont issus d'une branche de la famille Maignart, dite de La Gravelle, installée depuis le XVIe siècle à Vernon, dans le diocèse d'Evreux. Jean est l'aîné de plusieurs enfants, fils d'un autre Jean, avocat au parlement de Rouen, et conseiller aux hauts jours de l'archevêché de Rouen, mort en 1633. Jean le jeune a au moins trois frères : Nicolas, prieur-curé de Bézule-Long et grand voyageur, Jacques, religieux de l'abbaye de la Croix-Saint-Leufroy et Charles. Jean se marie à vingt-sept ans, en 1604, dans l'église Sainte-Croix-Saint-Ouen avec Anne Hallé. Le couple habite dans une maison située rue des Faulx, derrière l'église. Charles Maignart est ordonné prêtre, au titre du diocèse d'Évreux, avant d'entrer dans la congrégation de l'Oratoire en 1613 ou 1614 : il a vingt-neuf ou trente ans14.

  • 15 « C'est, écrit Paul Auvray, le plus ancien collège de l'Oratoire, installé dans la maison du célèbr (...)
  • 16 Guillaume Allard, un Rouennais, sera supérieur du 20 mars 1633 au 4 octobre suivant, sans qu'on sac (...)

14Charles est l'artisan du premier établissement des oratoriens à Rouen : les lettres patentes du roi portant création de cette nouvelle maison de l'Oratoire sont datées du 19 août 1616, deux ans après celle de Dieppe. Le collège de Dieppe a été fondé à la demande du cardinal de Joyeuse, archevêque de Rouen : le fondateur et supérieur de la congrégation, Pierre de Bérulle, y a envoyé d'abord huit oratoriens, sous la direction du P. Paul Métézeau, et le collège s'ouvrit après Pâques 161615. A Rouen, le P. François Bourgoing préside à l'installation de ses confrères, le 1er septembre 1617, dans une maison louée, rue des Faulx, à Jean Maignart de La Gravelle : il en est le premier supérieur. Au début de 1618, Bourgoing cède sa place à Charles Maignart, qui fait déménager la maison oratorienne pour l'Hôpital du roi, rue de l'Hôpital, à l'été 1621 : il en reste le supérieur jusqu'en 1631, tout en étant curé de la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen de 1620 à 164316.

  • 17 Sur Anne Hallé et Jean Maignart, voir le Dictionnaire de Port-Royal.

15Après une vingtaine d'années conjugales, Jean Maignart et Anne Hallé se séparent d'un commun accord : leur fils aîné est mort en bas âge et leur fille est devenue religieuse. Jean entre à l'Oratoire, où il devient prêtre, succédant à son père comme conseiller aux hauts jours à l'archevêché de Rouen, mais il meurt en 1633. Son épouse décide, elle, d'entrer à l'abbaye de Port-Royal : postulante à la maison du Saint-Sacrement, fondée en mai 1633 et dirigée par la Mère Angélique Arnauld, Anne ne prend l'habit de novice qu'en 1636 et ne prononce ses vœux qu'en 1645. Elle meurt dix ans plus tard17.

  • 18 Sur Desmarets, prêtre en 1628, présent à Rouen de 1643 à sa mort en 1675, et curé de la paroisse Sa (...)

16L'abbaye de Port-Royal est donc connue de plusieurs Rouennais, d'autant plus qu'un autre Normand, le P. Charles Desmarets, né à Dieppe en 1605, entré à l'Oratoire en 1619, disciple de Pierre de Bérulle et de Charles de Condren, fréquente Port-Royal de Paris autour de 1630, comme plusieurs confrères, après le transfert du monastère de Port-Royal des Champs à Paris en 162518.

  • 19 Voir Mémoires pour servir à l'histoire de Port-Royal, Utrecht, 1742, t. I, p. 221.
  • 20 Voir la lettre de la Mère Angélique du 17 novembre, en réponse à une lettre de la Mère, du 5 du mêm (...)
  • 21 Voir mon édition de la Relation autobiographique, dans Chroniques de Port-Royal, 41, 1992, p. 70. C (...)
  • 22 Voir les Lettres de la Mère Agnès Arnauld, p. p. [Rachel Gillet et] Prosper Faugère, Paris, Duprat, (...)

17Bien plus, l'abbesse réformatrice de Port-Royal, la Mère Angélique Amauld, connaît la Normandie. A l'été 1626, elle a envoyé à l'abbaye de Gomerfontaine, près de Gisors, sa sœur la Mère Agnès Arnauld, en compagnie de deux autres moniales : elles y restent deux mois afin d'y faire connaître les principes de la réforme cistercienne mise en application depuis une quinzaine d'années à Port-Royal des Champs, puis à Port-Royal de Paris19. La Mère Angélique continuera à correspondre avec l'abbesse de Gomerfontaine au moins jusqu'en 165220. En 1629, c'est au tour de la prieure du monastère de Saint-Aubin, près de Gournay, Françoise de Martainville, de se rendre à Port-Royal de Paris avec quatre de ses religieuses pour s'initier à la réforme de la Mère Angélique : elles y restent trois mois, avant de faire venir, à l'été 1629, la Mère Angélique elle-même à Saint-Aubin : la prieure « désira que j'allasse quelque temps chez elle, écrit Angélique dans son Autobiographie. J'y demeurai trois mois »21. Les échanges se poursuivront longtemps entre les deux monastères : la prieure retourne, en 1632 et en 1641, à Port-Royal de Paris, où elle finit ses jours le 14 janvier 1642 après quatre mois et douze jours de maladie22.

18Tels sont les quelques indications, bien ténues, reconnaissons-le, sur les relations directes entre le diocèse de Rouen et l'abbaye de Port-Royal. Mais on peut supposer que les années 30 ont vu se développer des liens plus nombreux et plus approfondis, et ce grâce à une autre partie de la famille Maignart.

  • 23 Cité par R. Pouzet dans le Dictionnaire de Port-Royal, notice “Charles Maignart de Bernières”.
  • 24 Ibid.

19En 1656, Charles Maignart de Bernières, maître des requêtes et conseiller du roi en ses Conseils d'État et privé, fils de l'ancien président du parlement de Normandie et cousin des sieurs de La Gravelle, s'explique sur ses relations avec les Messieurs de Port-Royal au lieutenant civil venu le questionner : il les connaît depuis vingt-quatre ans, lui dit-il, « grâce à une ancienne religieuse, appelée Anne de la Nativité, qui avait épousé un avocat nommé Maignart, son cousin »23 : on aura reconnu Anne Hallé et Jean Maignart. « Comme il allait quelquefois visiter ladite religieuse, il a reconnu la piété de ladite maison, ce qui l'a obligé à y aller plus souvent » ; et comme cette moniale « demeurait quelquefois à Port-Royal des Champs, il y a rencontré Messieurs [Antoine] Arnauld et [Antoine] Le Maistre, de la conversation desquels il a été fort édifié »24.

  • 25 Voir A. Féron, Un Rouennais méconnu : la vie et les œuvres de Charles Maignart de Bemières, maître (...)
  • 26 Sur Guillebert, voir Féron, Contribution à l'histoire du jansénisme, 2e fascicule.

20Né à Rouen en 1616, Charles Maignart de Bernières est le fils d'un autre Charles, paroissien de Sainte-Croix-Saint-Ouen, président du parlement de Normandie, et de Marie Puchot, fille unique d'un maître des Comptes de Rouen25. Il fait ses études à Paris et à Caen, où il obtient ses diplômes de bachelier et de licencié en droit civil en 1633. En 1638, après son mariage avec Anne Amelot, fille du président en la première chambre des Requêtes, il s'installe à Paris. Depuis quelques années, il entretient des relations avec un Normand de Caen, Jean Guillebert, son ancien précepteur, qui, entre 1635 et 1640, occupe les fonctions de régent au collège des Grassins à Paris26.

21D'un autre côté, Guillebert poursuit ses études à la Faculté de théologie de la Sorbonne. Des amis semblent avoir pensé à lui pour la cure de Sainte-Croix-Saint-Ouen. Finalement, la mère de Charles Maignart de Bemières le présente pour la cure de Rouville le 4 octobre 1638, alors qu'il n'est que sous-diacre. Licencié en théologie en 1640, il fait la connaissance d'Antoine Arnauld à la Sorbonne et, sur les conseils de ce dernier, confie à l'abbé de Saint-Cyran, alors emprisonné à Vincennes, ses troubles de conscience : le directeur spirituel de Port-Royal lui adresse une longue lettre sur le sacerdoce qui nourrira toute la piété de Port-Royal. Mais ce n'est que deux ans plus tard que Guillebert, ordonné prêtre, rejoindra sa cure de Rouville, pour les fêtes de Pâques 1642. Il y restera cinq ans, non sans avoir marqué durablement la vie spirituelle de nombreux Normands, dont nous avons déjà cité les noms. Nous y ajouterons désormais ceux de la famille Pascal, que Guillebert dirige alors avant leur départ pour Paris à l'été 1648. Une autre histoire commence alors aussi pour celui que la Mère Angélique Amauld appelait « le bon M. Guillebert ».

22Converti en 1643, comme les Thomas du Fossé, Charles Maignart de Bemières enverra à son tour trois de ses fils aux petites écoles de Port-Royal et deux filles comme pensionnaires des religieuses : l'une d'entre elles y sera religieuse. Bemières sera l'un des amis les plus sûrs et les plus dévoués à la cause de l'abbaye et des Messieurs de Port-Royal. En 1649, comme Gentien Thomas du Fossé, il vend sa charge de maître des requêtes, pour devenir le « procureur général des pauvres à Paris et par toute la France », se consacrant aux associations qu'il fonde pour venir en aide aux malheureux, avant d'être exilé à Issoudun, où il meurt à l'été 1662.

23Si ses pas ont conduit Maignart de Bernières loin de la Normandie, son itinéraire spirituel reste marqué par ses origines : issu de la noblesse de robe de Normandie, il semble avoir bénéficié d'un climat exceptionnel de vitalité religieuse. Quels sont dans les années 30 les aliments spirituels dont disposent les catholiques de Rouen ?

Controverses théologiques et spirituelles

  • 27 Mémoires, t. I, p. 39. Voir le “Mémoire” de l'abbé de Pontchâteau publié dans le Supplément au Nécr (...)

24L'oratorien qui a le plus compté alors est le P. Charles Maignart de La Gravelle, d'abord en raison de la longueur de sa présence comme supérieur de la maison de l'Oratoire et comme curé de Sainte-Croix-Saint-Ouen. « C'était un bon prêtre », écrit Pierre Thomas du Fossé, qui souligne que son père « l'aimait beaucoup » et « avait une liaison très étroite » avec lui27. Pourtant l'homme sera contesté et critiqué par ses amis, y compris à l'Oratoire.

  • 28 Le progrez du janssenisme, par le sieur de Préville, Avignon, 1655, p. 87-91. Batterel en cite des (...)

25Depuis 1629 au moins, le P. Maignart entretient une longue correspondance avec Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran. Mais seuls des extraits de treize lettres de l'oratorien nous sont parvenus et uniquement au travers de la publication polémique du jésuite François Pinthereau28. Il s'agit de lettres du 12 juillet 1629, des 1er et 12 octobre 1631, du 18 mars et des 4 et 14 décembre 1632, de la fin décembre 1633, du 3 avril 1635, du 2 avril et des 28 septembre, 27 octobre, 20 novembre et 28 décembre 1636. Cette correspondance nous apprend aussi que le curé de Rouen est en relation épistolaire avec Martin de Barcos, neveu de Saint-Cyran, avec Antoine Singlin et des docteurs de Sorbonne.

  • 29 Batterel, Mémoires domestiques, t. I, p. 317.

26En dépit de leur caractère lacunaire et très incomplet, ces lettres dévoilent des aspects méconnus et mal connus de la carrière de Charles Maignart, aspects que viendront confirmer d'autres sources. Certes le curé est dévoué à ses paroissiens et ses préoccupations pastorales évidentes, comme le montre son premier ouvrage, qui date de 1627 : Les premières prières et instructions pour les enfants, avec les autres instructions sur l'oraison dominicale, le symbole des apôtres, les commandements de Dieu et de l'Eglise et les sacrements. Il s'y propose de rendre le message évangélique solide, clair et succinct tout ensemble, et, selon le mémorialiste de l'Oratoire Louis Batterel, le P. Maignart semble y être parvenu, s'attachant « plus aux vérités morales qu'aux dogmatiques, ne touchant guère de celles-ci que les points de controverse et coulant légèrement sur les autres »29.

  • 30 Voir Jean Orcibal, Les origines du jansénisme. Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, Par (...)

27Or c'est précisément sur ces « point de controverse » que l'oratorien est mis en cause. Si son rôle dans l'affaire d'un M. de Troye, ancien capucin faisant partie d'un groupe d'illuminés, n'est pas très clair, ses interventions relatives à son confrère Guillaume Gibieuf mériteraient sans doute d'être approfondies. Peu de temps après la publication, en 1630, de l'ouvrage magistral de Gibieuf intitulé de Libertate Dei et creaturoe, ce philosophe et théologien est attaqué par des jésuites sur la question de la grâce. Bien qu'il soit devenu augustinien, il est peu à peu abandonné par Jansénius et de Saint-Cyran, qui lui ont pourtant au départ donné leur approbation : Jansénius est tout occupé à la rédaction de l'Augustinus, et Saint-Cyran à la défense du Chapelet secret du Saint-Sacrement30.

  • 31 Ibid., t. I, p. 311.

28A la fin de 1632, le P. Maignart, lui aussi, semble prendre ses distances à l'égard de son éminent confrère. Selon les extraits d'une lettre citée par le jésuite Pinthereau, le curé de Sainte-Croix montre « très peu d'estime et des sentiments et de la personne de cet auteur », Guillaume Gibieuf, qu'il accuserait même de « se servir de l'autorité du cardinal de Bérulle ». Une attitude qui serait en contradiction, selon Louis Batterel, avec les termes mêmes de deux lettres de soutien écrites en 1633, par le P. Maignart à Gibieuf : « Est-ce à présumer que la même bouche soufflait, presque en même temps, le froid et le chaud ? », se demande Batterel31.

  • 32 J. Orcibal, ibid., t. III, p. 100.

29Nous touchons là sans aucun doute ce qu'on peut appeler l'énigme du P. Maignart. La plume et la parole de l'homme sont certainement maladroites et sa pensée assez confuse. C'est particulièrement vrai lors de sa polémique avec le gardien des capucins de Caudebec-en-Caux en 1636. « Jaloux des lauriers d'[Antoine] Arnauld, remarque J. Orcibal, l'oratorien Maignart, [...], prêchant peu de mois après [la soutenance de thèse d'Arnauld en 1635] devant une confrérie de la Miséricorde, invita ses auditeurs à demander avant chaque aumône une grâce spéciale de Dieu, sans laquelle leur action ne pourrait être que péché, car tout ce qui ne procède point de la Grâce actuelle vient nécessairement de la concupiscence »32. Malgré l'appui qu'il cherche en invoquant saint Augustin et tous les Pères des premiers siècles, l'oratorien est très vite attaqué par le capucin François de Grasse.

  • 33 Batterel, ibid., t. III, p. 61 : « En 1635, il prêcha l'Avent et le carême d'après à Notre-Dame de (...)
  • 34 J. Orcibal, ibid., t. III, p. 101.
  • 35 Ibid.

30La polémique enfle au point que le curé de Sainte-Croix est invité à s'expliquer devant l'archevêque de Rouen. Par bonheur, François de Harlay de Champvallon est favorable aux oratoriens : il fait prêcher l'avent 1635 et le carême 1636, au P. Jean Le Jeune, dans la cathédrale33, et il leur confiera plus tard d'autres tâches. Par peur de se voir censuré par la Sorbonne, le P. Maignart demande l'aide de Saint-Cyran et du neveu de ce dernier, Martin de Barcos. « Il reçut alors une sévère semonce de l'abbé, note J. Orcibal : sans nier la vérité de sa doctrine, l'Oracle trouvait l'occasion mal choisie pour l'enseigner sans précautions »34. Comme l'écrivait Saint-Cyran à Antoine Arnauld, il n'est pas « fort nécessaire, en un temps où la charité est si refroidie, de détourner le monde [...] de l'exercice de plusieurs bonnes œuvres, en disant que, si elles sont faites en péché mortel, elles sont inutiles »35.

  • 36 [F. Pinthereau], Le progrez du janssenisme, p. 90.

31Ce n'est pas l'orthodoxie de la théorie exposée par le P. Maignart que met en doute le conseiller : après tout, comme Saint-Cyran, il s'inspire de saint François de Sales. Mais c'est à la maladresse de l'homme et peut-être à son désir de trop bien faire qu'il s'en prend. L'oratorien du reste paraît le reconnaître quand, le 20 novembre 1636, il accepte à l'avance que l'abbé prenne ses distances avec lui : « Je vous assure que j'ai, ce me semble, beaucoup de bon désir de cette excommunication, au cas qu'elle vous puisse servir en quelque façon que ce soit [...], non pour avoir dit faux, mais pour n'avoir possible [c'est-à-dire peut-être] pas été assez prudent »36.

  • 37 Ibid.

32L'aveu est d'importance. Maignart a fait imprimer et distribuer, comme il le précise lui-même, « des feuilles [...] à plusieurs curés de cette ville et à [s]es principaux amis et autres [personnes] de qualité, ce qui commence à faire assez de bruit dans les esprits de plusieurs »37 : la raison en était juste de s'expliquer sur ses positions. Il réitéra en 1637 avec la publication d'un Factum ou recueil de saint Augustin et des autres Pères en faveur de la grâce de Jésus-Christ, et, en 1638, avec la parution de Stances chrétiennes pour louer Dieu, nous humilier devant lui et rabaisser par son amour ceux qui enseignent avec Pélage que l'œuvre de la nature n'est point péché, ou avec Calvin que l'œuvre même de la grâce est péché, contre la foi de l'Eglise qui est au milieu de ces deux extrémités.

  • 38 Ibid., p. 91.

33En dehors de ces textes, on ignore tout des attaques dont le P. Maignart a été l'objet et des réponses qu'il a pu y apporter, comme du sort de l'oratorien entre 1638 et 1643. Il demeure curé de Sainte-Croix-Saint-Ouen, contesté par les uns, admiré par d'autres, tels sans doute les Thomas du Fossé et les membres de la famille Maignart. Dans sa dernière lettre connue à Saint-Cyran, du 28 décembre 1636, il redoute déjà les réactions des confrères de sa propre congrégation : « Je vous prie de me mander si je serai reçu chez les Pères de l'Oratoire, allant à Paris, à cause qu'en cette ville ils avaient commencé à me désavouer, ce qui m'oblige encore de vous demander ce que je dois faire en cela »38.

  • 39 Extrait des Lettres, éd. 1744, t. II, p. 594, cité par J. Orcibal, Les origines, t. III, p. 102, n. (...)

34A partir de 1638, il est vrai, l'Oratoire et Port-Royal vont se trouver confrontés à un autre problème, avec l'emprisonnement de l'abbé de Saint-Cyran au château de Vincennes et celui du P. Claude Séguenot, un oratorien de Rouen, à la Bastille, le même jour, 14 mai 1638. Y aurait-il quelque rapport entre ces deux arrestations et les positions du P. Maignart ? On peut légitimement le supposer. Saint-Cyran ne devait-il pas rapporter un jour que « ce qu'écrivit le P. Maignart lui avait été imputé par ses parties et avait été une des causes de sa prison ? »39.

  • 40 Batterel, ibid., t. II, p. 443-444 ; voir Paul Auvray, « Jean Morin (1596-1659) », dans la Revue bi (...)
  • 41 Voir Batterel, ibid., t. II, p. 158-192. Originaire d'Avallon, où il est né le 6 mai 1596, il entre (...)
  • 42 Voir Lettres de la Mère Agnès Arnauld, éd. citée, t. I, p. 13.

35Claude Séguenot prend la direction de la communauté oratorienne de Rouen le 1er décembre 1634 et y séjourne jusqu'en 1638. Il y succède au bibliste P. Jean Morin, qui, en 1633, alors qu'il est déjà à Rouen, fait paraître un ouvrage intitulé : Exercitationes Biblicoe..., à Paris, chez Antoine Vitray : témoignage de la vigueur du travail intellectuel à l'Oratoire40. C'est à Rouen que Séguenot prépare l'ouvrage qui met le feu aux poudres et qu'il publie sous le titre suivant : Traité de la Sainte Virginité. Discours traduit de saint Augustin, avec quelques remarques pour la clarté de la doctrine, à Paris, chez Jean Camusat, avec un privilège du roi. Cet écrit est attaqué dès sa sortie des presses, non pour avoir publié l'écrit de l'évêque d'Hippone, mais en raison des Remarques et des commentaires qu'il propose. Claude Séguenot a près de quarante ans quand il est nommé supérieur à Rouen, une fonction qu'il a déjà occupée à Dijon de 1629 à 163441. C'est durant cette période-ci qu'il a mieux connu et fréquenté des religieuses de Port-Royal, qui séjournent alors au monastère cistercien de Notre-Dame du Tard : la Mère Agnès Arnauld en est la prieure, puis l'abbesse42.

  • 43 Batterel, ibid., t. II, p. 163.
  • 44 Lettre de Séguenot, écrite de Dijon, au P. Claude Bertin, son confrère, ibid. p. 162, n. 2.

36En 1633, a paru à Paris un petit opuscule du P. Séguenot, mais à son insu : l'Élévation d'esprit à Jésus-Christ Notre-Seigneur au Très Saint-Sacrement, contenant divers usages de grâces sur ses perfections divines. Cette publication tombe mal. Elle se présente en effet comme une « Élévation ou prière explicative » d'un petit écrit que la Mère Agnès Arnauld a composé en 1626, le Chapelet secret du Saint-Sacrement, un écrit qui fera couler beaucoup d'encre : « Le P. Séguenot, dit Batterel, n'a eu d'autre vue que de paraphraser les pensées de la Mère Agnès de Saint-Paul et par là les rendre plus claires, à quoi il a fort bien réussi »43. En 1633, l'archevêque de Sens, Octave de Bellegarde, fait attaquer le Chapelet secret par les jésuites de Rome et par la Faculté de théologie de Paris. Saint-Cyran rédige une défense argumentée et brillante du Chapelet. Séguenot écrira, le 8 juillet 1635, qu'il a été « surpris » de l'impression de son Élévation et qu'il n'y a pas « pris plaisir », ajoutant qu'il est prêt à se rétracter « pour empêcher le trouble qui en pourrait arriver »44. Cependant il reprend son texte et le corrige, pour en donner une nouvelle édition en 1635.

  • 45 Voir Batterel, ibid., p. 159-160, et J. Lesaulnier, Chroniques de Port-Royal, 43, 1994, p. 18-19.

37En 1634, l'oratorien fait paraître un nouvel opuscule : la Conduite d'oraison pour les âmes qui n'y ont pas facilité, dont les traits principaux sont la pureté de l'expression et la clarté de l'exposé. La préface avertit le lecteur que l'écrit a été composé « pour une personne peu connue », Mme de Brienne, et approuvé par deux évêques et des docteurs de Sorbonne. L'ouvrage connaît plusieurs rééditions, signe de son succès45.

38C'est donc un oratorien brillant qui est arrivé à Rouen au début de décembre 1634, après avoir participé à la deuxième Assemblée générale de sa congrégation à Paris. Charles de Condren vient d'être réélu supérieur général pour un nouveau mandat de quatre ans. Période cruciale pour les relations entre la congrégation, et en particulier Condren, et l'abbé de Saint-Cyran. A Rouen, à la demande de Mme de Brienne et de la prieure des carmélites de Saint-Denis, Claude Séguenot a mis un nouvel ouvrage en chantier : il travaille sur saint Augustin et sur le Traité de la Sainte Virginité de l'évêque d'Hippone. Inspiré par saint François de Sales et Pierre de Bérulle, l'auteur y exposera des réflexions très voisines de celles de Saint-Cyran, qu'il n'a guère fréquenté dans les années précédentes. Hostile aux vœux, qui seraient utiles seulement aux imparfaits, Séguenot fait du sacerdoce un magnifique éloge, conforme aux intuitions fondamentales de Bérulle. En augustinien fervent, il soutient que la grâce est « un don gratuit de la pure miséricorde de Dieu ».

  • 46 Expressions empruntées à Jean Orcibal, Les origines, t. II, p. 557.

39Telles sont quelques-unes des idées d'un écrivain, « plus soucieux d'élégance littéraire que de précision théologique », multipliant les inexactitudes, laissant passer « quelques erreurs grossières que Saint-Cyran était le premier à condamner »46. Les réactions ne se font pas attendre. L'Oratoire désapprouve, et son supérieur désavoue son subordonné. Les ennemis de la congrégation et de Port-Royal s'acharnent sur le petit livre. Séguenot est mis à la Bastille, et, comme Saint-Cyran, il attendra les lendemains de la mort de Richelieu pour sortir de prison, en avril 1643, en dépit des efforts de Mme d'Aiguillon, nièce du ministre.

  • 47 L'expression est utilisée par la Mère Angélique Arnauld, dans une lettre à Charles Maignart de Bern (...)
  • 48 II a été consulté par Batterel, ibid., t. II, p. 187.

40L'année 1643 sera marquée aussi par la démission du P. Maignart de sa cure de Sainte-Croix-Saint-Ouen : il sera remplacé par un confrère, François de Saint-Pé, qui deviendra l'ami et le conseiller spirituel des Pascal (il demeure à Rouen de janvier 1643 à décembre 1648). Le « bon P. Maignart »47 se retire en solitaire à l'abbaye de Saint-Cyran, qui passe aux mains de Martin de Barcos après la mort de son oncle en 1643, puis à l'abbaye de Port-Royal des Champs, où il meurt après quelques mois de retraite, miné par la gangrène. Le P. Séguenot, lui, devait revenir à Rouen comme supérieur de la communauté oratorienne du 7 janvier 1649 jusqu'en juin 1655, selon le Livre historial de la maison oratorienne de Rouen48.

  • 49 Ibid., p. 353 : Guillaume Marcel et Marc Toutblanc « remplirent la première classe, et le P. [Jean] (...)
  • 50 Charles Berthelot du Chesnay, Les missions de saint Jean Eudes, Paris, 1967, p. 255.

41L'Oratoire reste longtemps en faveur auprès de l'archevêque de Rouen François de Harlay de Champvallon. En 1641, la congrégation est chargée par Harlay, qui s'est brouillé avec les jésuites, de l'école de théologie qu'il fonde dans son palais : « Il la composa d'abord de deux professeurs, un de rhétorique et un de théologie, écrit Batterel. Nous eûmes soin, comme on peut penser, de lui donner ce que nous avions alors de meilleur »49. D'un autre côté, au début de 1642, l'archevêque fait venir le P. Jean Eudes pour prêcher une mission à Rouen : oratorien jusqu'en 1643, il est même nommé alors par Harlay « chef des missions en Normandie et recommandé à la bienveillance de tous les évêques de la province »50.

42Il faudrait aussi évoquer la présence auprès de Harlay d'autres ecclésiastiques, qui ne sont pas oratoriens, mais qui sont ou seront liés de près à Port-Royal. C'est en particulier le cas de Jean-Pierre Camus, disciple de saint François de Sales et ancien évêque de Belley devenu abbé d'Aunay-sur-Odon, qui sert le diocèse de Rouen en tant que vicaire général de Harlay : il a fréquenté l'abbaye des Port-Royal des Champs dans les années 20 et est resté en relation avec de nombreux proches des moniales. Plus tard, d'autres prêtres prendront le même parti : le propre neveu de Camus, Charles Dufour, curé de Saint-Maclou à Rouen, Jean de Mallevaud, évêque d'Aulone et vicaire général de Rouen de 1654 à 1658, et Robert Le Cornier, docteur de Sorbonne, chanoine du chapitre cathédral de Rouen et interlocuteur de Blaise Pascal dans l'affaire Saint-Ange.

  • 51 Pascal et les Roannez, p. 108.

43Au milieu de l'été 1648, Étienne Pascal est de retour à Paris : le 11 août, il signe le bail de sa nouvelle demeure, située rue de Touraine, où il va s'installer le 1er octobre suivant. Le séjour rouennais de la famille laisse une empreinte profonde sur le jeune Blaise. « Bien qu'en l'été 1647, écrit J. Mesnard, se dessine chez le converti un net mouvement vers le “monde”, et que les sciences l'occupent plus que jamais, il faut se garder de sous-estimer alors sa ferveur religieuse. [...] Elle est attestée surtout par les remarquables lettres de piété qui jalonnent le cours de l'année 1648 »51.

44Lors de son arrivée à Rouen en 1640, la famille Pascal va résider dans un quartier les plus vivants de la capitale de Haute-Normandie, marquée tout à la fois par la présence de nombreux magistrats et administrateurs divers et par les liens tissés depuis plusieurs décennies entre Rouennais et Parisiens, entre le milieu religieux fortement imprégné de la culture théologique et spirituelle des oratoriens de la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen, et les milieux ecclésiastiques parisiens, entre l'Oratoire et l'abbaye de Port-Royal, ses moniales et leurs proches. La vie et la mort du P. Charles Maignart, retiré en solitaire à Port-Royal des Champs, symbolisent bien l'une des aspirations de ces chrétiens tentés par le retrait du monde, qu'ils se nomment Thomas du Fossé, Maignart de Bernières ou Deschamps des Landes. Fortement ancrée dans la théologie augustinienne, la prédication des prêtres rouennais ne peut que marquer de ce sceau la spiritualité des chrétiens des années 40 ; et les échanges incessants entre Rouen et la capitale ne pourront que favoriser la diffusion de la vision du monde qui anime ces hommes et ces femmes touchés par l'exemple et par la parole des moniales, comme des Messieurs de Port-Royal, dans la ligne de leur maître spirituel à tous, Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran. Or, on le sait, ces échanges et ces réseaux d'amitié seront la force de Port-Royal : une autre question est de savoir s'ils n'en feront pas aussi la faiblesse.

Notes

1 Alex. Féron, Contribution à l'histoire du jansénisme en Normandie. 1er fascicule : Ses origines dans le diocèse de Rouen (1629-1643), Rouen, Lestringant, 1908 ; et 2e fascicule : La cure de Rouville, Rouen, Lestringant, 1910 ; et Jean Mesnard, Pascal et les Roannez, Paris, Desclée De Brouwer, 1965, et son édition des Œuvres complètes de Pascal, Paris, DDB, 1964-, 4 vol. parus : voir en particulier les chronologies du t. II, p. 115-118, 241-251.

2 Voir les Mémoires de Pierre Thomas du Fossé, p. p. F. Bouquet, Rouen, Métérie, 1876-1879, 4 vol. : édition qui remplace celle de 1739.

3 Sur la famille, voir A. Féron, ainsi que les notices du Dictionnaire de PortRoyal au XVIIe siècle, sous la direction de Jean Lesaulnier et d'Antony McKenna, Paris, Champion, sous presse.

4 A. Féron a publié ces actes dans sa Contribution à l'histoire du jansénisme, 2e fascicule, p. 63-69.

5 P. Thomas du Fossé, Mémoires, éd. citée, t. I, p. 50.

6 Ibid. p. 18.

7 Ibid., p. 51.

8 Ibid., p. 19.

9 Voir le Diaire ou Journal du voyage du chancelier Pierre Séguier en Normandie, p. p. A. Floquet, Rouen, 1842, et Ch. de Beaurepaire, Blaise Pascal et sa famille à Rouen de 1640 à 1647, dans Précis analytique des travaux de l'Académie des Sciences, Belles-lettres et Arts de Rouen, 1900-1901, Rouen-Paris, 1902, tiré à part, Rouen 1900.

10 P. Thomas du Fossé, ibid., p. 20-21.

11 Ibid. p. 21.

12 Voir F. Delforge, Les petites écoles de Port-Royal. 1637-1660, Paris, Cerf, 1985, ainsi que le Dictionnaire de Port-Royal.

13 Mémoires, éd. citée, t. I, p. 39.

14 Sur le P. Maignart, voir Louis Batterel, Mémoires domestiques pour servir à l'histoire de l'Oratoire, p. p. A.-M.-P. Ingold et E. Bonnardet, Paris, Picard, 1902-1904, 4 vol. , t. I, p. 309-319. Le premier Rouennais à entrer à l'Oratoire, en 1611, est sans doute le P. Jean Bence, qui était docteur de Sorbonne depuis onze ans ; il mourut à Paris le 24 avril 1642, à soixante-quatorze ans (Ibid., t. I, p. 88-93). Un autre Rouennais, Nicolas L'Archevêque entre à l'Oratoire en 1617 : il en est exclu le 5 octobre 1639, en raison de la publication d'un ouvrage : Les grandeurs suréminentes de la Très Sainte Vierge Marie, Paris, 1638, en dépit des « sept ou huit approbations de docteurs, presque tous religieux de Rouen, où il a été composé » et de celle de Jean-Pierre Camus, ancien évêque de Belley (Ibid., t. I, p. 148).

15 « C'est, écrit Paul Auvray, le plus ancien collège de l'Oratoire, installé dans la maison du célèbre navigateur Jean Ango [...]. Ce magnifique établissement avait connu tout de suite un succès considérable », Richard Simon. 1638-1712, Paris, PUF, 1974, p. 11.

16 Guillaume Allard, un Rouennais, sera supérieur du 20 mars 1633 au 4 octobre suivant, sans qu'on sache qui dirige la communauté de 1631 à 1633 : le P. Jean Morin, de Blois, lui succède. Voir la liste des supérieurs publiée par Ch. de Beaurepaire, à la suite de sa Notice sur l'Oratoire de Rouen, dans Précis de l'Académie, 1901-1902, et la « Liste des supérieurs de l'Oratoire de Rouen (de sa fondation à 1693) », p. p. A. Féron, Contribution à l'histoire du jansénisme en Normandie, 1er fasc. p. 45-49 (les deux listes diffèrent quelque peu).

17 Sur Anne Hallé et Jean Maignart, voir le Dictionnaire de Port-Royal.

18 Sur Desmarets, prêtre en 1628, présent à Rouen de 1643 à sa mort en 1675, et curé de la paroisse Sainte-Croix-Saint-Ouen de Rouen de 1651 à 1674, voir L. Batterel, Mémoires domestiques, t. III, p. 102-105. La ville et le collège de Dieppe donneront de nombreux sujets à l'Oratoire, dont Richard Simon.

19 Voir Mémoires pour servir à l'histoire de Port-Royal, Utrecht, 1742, t. I, p. 221.

20 Voir la lettre de la Mère Angélique du 17 novembre, en réponse à une lettre de la Mère, du 5 du même mois, dans les Lettres de la R. M. Angélique Arnauld, Utrecht, 1742-1744, t. II, p. 221-222.

21 Voir mon édition de la Relation autobiographique, dans Chroniques de Port-Royal, 41, 1992, p. 70. C'est pendant ce séjour à Saint-Aubin que la Mère Angélique écrit, le 27 août 1629, une lettre à sa mère, la sœur Catherine de Sainte-Félicité, Lettres, t. I, p. 35-36.

22 Voir les Lettres de la Mère Agnès Arnauld, p. p. [Rachel Gillet et] Prosper Faugère, Paris, Duprat, 1858, 2 vol., t. I, p. 103-104.

23 Cité par R. Pouzet dans le Dictionnaire de Port-Royal, notice “Charles Maignart de Bernières”.

24 Ibid.

25 Voir A. Féron, Un Rouennais méconnu : la vie et les œuvres de Charles Maignart de Bemières, maître des requêtes, 1616-1662, Rouen, Lestringant, 1930.

26 Sur Guillebert, voir Féron, Contribution à l'histoire du jansénisme, 2e fascicule.

27 Mémoires, t. I, p. 39. Voir le “Mémoire” de l'abbé de Pontchâteau publié dans le Supplément au Nécrologe de Port-Royal, s. 1., 1735, p. 34.

28 Le progrez du janssenisme, par le sieur de Préville, Avignon, 1655, p. 87-91. Batterel en cite des extraits, non sans y introduire des erreurs (ibid., t. I, p. 311-313).

29 Batterel, Mémoires domestiques, t. I, p. 317.

30 Voir Jean Orcibal, Les origines du jansénisme. Jean Duvergier de Hauranne, abbé de Saint-Cyran, Paris, Vrin, 1947-1948, t. II, p. 305-334, et t. III, p. 100-102.

31 Ibid., t. I, p. 311.

32 J. Orcibal, ibid., t. III, p. 100.

33 Batterel, ibid., t. III, p. 61 : « En 1635, il prêcha l'Avent et le carême d'après à Notre-Dame de Rouen. C'est vers ce temps-là qu'il perdit la vue sans espérance de la recouvrer ».

34 J. Orcibal, ibid., t. III, p. 101.

35 Ibid.

36 [F. Pinthereau], Le progrez du janssenisme, p. 90.

37 Ibid.

38 Ibid., p. 91.

39 Extrait des Lettres, éd. 1744, t. II, p. 594, cité par J. Orcibal, Les origines, t. III, p. 102, n. 1

40 Batterel, ibid., t. II, p. 443-444 ; voir Paul Auvray, « Jean Morin (1596-1659) », dans la Revue biblique, 1959, p. 403 et suiv.

41 Voir Batterel, ibid., t. II, p. 158-192. Originaire d'Avallon, où il est né le 6 mai 1596, il entre à l'Oratoire au début de janvier 1624 et meurt à Paris le 11 mai 1676.

42 Voir Lettres de la Mère Agnès Arnauld, éd. citée, t. I, p. 13.

43 Batterel, ibid., t. II, p. 163.

44 Lettre de Séguenot, écrite de Dijon, au P. Claude Bertin, son confrère, ibid. p. 162, n. 2.

45 Voir Batterel, ibid., p. 159-160, et J. Lesaulnier, Chroniques de Port-Royal, 43, 1994, p. 18-19.

46 Expressions empruntées à Jean Orcibal, Les origines, t. II, p. 557.

47 L'expression est utilisée par la Mère Angélique Arnauld, dans une lettre à Charles Maignart de Bernières, vers avril 1649, Lettres, éd. citée, t. I, p. 418-419.

48 II a été consulté par Batterel, ibid., t. II, p. 187.

49 Ibid., p. 353 : Guillaume Marcel et Marc Toutblanc « remplirent la première classe, et le P. [Jean] Berthad fut le professeur de théologie ; mais ils n'exercèrent les uns et les autres pas plus de quatre ou cinq ans, les jésuites ayant apaisé le prélat par leurs soumissions ».

50 Charles Berthelot du Chesnay, Les missions de saint Jean Eudes, Paris, 1967, p. 255.

51 Pascal et les Roannez, p. 108.

Auteur

Paris-C.N.R.S.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search