Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Rouen, au temps des Pascal

Pascal et la vie intellectuelle rouennaise

Alain Niderst

Texte intégral

  • 1 Horoscope d’Etienne Pascal, dans Pascal, Œuvres complètes, p. p. Jean Mesnard, Paris, Desclée de Br (...)
  • 2 Tallemant des Réaux, Historiettes, p. p. Antoine Adam, Paris, Gallimard ("La Pléiade"), 1970, t. II (...)

1Etienne Pascal, ou, comme dit Tallemant, "le président Pascal", semble une magnifique incarnation de l’humanisme français au temps de Richelieu. Serviteur dévoué du roi (en dépit parfois de quelques incartades), reconnu comme un "esprit profond, subtil, entendu aux affaires"1 ou comme un "homme de bien et de sçavoir"2, il acquit dès 1634 une réputation de savant. On le voit dans l’Académie de Mersenne et dans celle de Le Pailleur, son "intime ami", et il peut y converser avec Gassendi, Ismaël Bouillau, Roberval, Pierre de Carcavy. Pas plus que Mersenne ni que Le Pailleur, il ne se limite aux sciences ; il s’intéresse à la musique, aux belles lettres, et ses enfants profitent évidemment de sa multiple curiosité, ainsi que de l’excellente éducation qu’il s’applique à leur donner, et des qualités de père et de citoyen qu’il incarne à leurs yeux.

  • 3 Cité dans Henri de Frondeville, Les Présidents du Parlement de Normandie (1499-1790), Recueil généa (...)
  • 4 Ibid., p. 331.

2A Rouen sa charge le rapproche naturellement des robins du parlement et de tout ce qui participe plus ou moins à l’administration de la ville. Le parlement compte alors quelques figures illustres : l’office de premier président est dévolu à la famille Faucon de Ris ; parmi les présidents à mortier on trouve les Amfreville, les Bigot et les Franquetot. En 1640, lorsque Pascal et ses enfants arrivent à Rouen, c’est Charles Faucon de Ris qui depuis 1628 est premier président. Robert de Franquetot, sieur de Coigny, est président à mortier ; l’intendant Bochart de Champigny le juge un "homme de petit esprit", tout en constatant qu’il "s’est acquis quelque capacité, toutesfois assez mediocre pour la fonction de sa charge. Il est fort impatient, n’a nul interest sordide, mais donne beaucoup dans la justice à ses amis et à la faveur"3. Il a épousé Anne Anzeray, fille d’un président du parlement de Rouen. Aux côtés de Franquetot siège Jacques Poërier d’Amfreville, qui occupe depuis 1629 la charge de président qu’avait son père. C’est un "catholique convaincu affilié à la congrégation des Jésuites", lié à Cospeau, l’évêque de Lisieux et à saint Jean Eudes4. Il a épousé Françoise de Franquetot, la sœur du président Robert. Alexandre Bigot de Monville est président à mortier depuis 1637. Il est marié à Geneviève Le Roux, fille du Chancelier de Bellièvre.

3Ces hommes s’attachent évidemment à préserver l’autorité du parlement en face de l’autoritarisme royal, que Richelieu a consolidé. En 1640, quand éclate la sédition des nu-pieds, Amfreville se signale par son zèle, voire sa férocité, conduisant lui-même les troupes contre les pillards. Il n’empêche que Richelieu, trouvant le parlement trop mou envers les révoltés, le fait suspendre, et qu’il n’est rétabli qu’en 1643, après la mort du ministre.

4C’est un climat pénible pour des hommes comme Pierre Corneille ou Etienne Pascal, qui essaient désespérément de concilier leur crédit à Rouen avec le loyalisme à la couronne. C’est difficile au temps de Richelieu, quand l’autorité royale est expéditive et presque despotique. Ce le sera aussi au temps de Mazarin, quand on verra la Normandie se soulever massivement contre les représentants du roi.

  • 5 Ed. Jean Mesnard, t. I, p. 454.
  • 6 Ibid., t. I, p. 662.
  • 7 Edouard Frère, Une séance de l’Académie de Palinods en 1640, Rouen, Auguste Le Brument ; Paris, Jul (...)

5Au parlement le plus proche d’Etienne Pascal semble Alexandre Bigot de Monville, qui dans ses notes affirme avoir reçu de lui une généalogie5. Pierre Corneille, écrit Gilberte Périer dans la Vie de Jacqueline Pascal "ne manqua pas de nous venir voir. Il était ravi de voir les choses que faisait ma sœur et il la pria de faire des vers sur la Conception de la Vierge, qui est le jour qu’on donne des prix. Elle fit des stances, et on lui en porta le prix avec des trompettes et des tambours en grande cérémonie"6. C’était bien flatteur pour une fille (car on n’avait jamais couronné que des hommes) et pour une fille de quinze ans. C’est en effet le 8 décembre 1640 qu’on lui décerna un des prix des Palinods, la tour qui couronnait les meilleures stances. Elle était absente de la salle où s’étaient assis les trois frères Corneille, Pierre, Antoine et Thomas, ainsi qu’Etienne Pascal. Pierre Corneille improvisa sur le champ un Remerciement au nom de la jeune fille et son frère Antoine composa en l’honneur de la lauréate un chant royal, qu’il proposa aux Palinods de 16417. L’envoi en donnera une idée :

  • 8 Joseph-André Guiot, Les Trois siècles palinodiques ou Histoire générale des Palinods de Rouen, Diep (...)

"De ces vaincus les muses terrassées
Et du péché nos naissances blessées
Sont le secret dans mon œuvre compris,
De ton concept la figure excellente,
Reine des cieux, est au sens que j’ay pris
La seule fille en ce Puy triomphante"8.

  • 9 Henri de Frondeville, Les conseillers au parlement de Normandie sous Henri IV et sous Louis XIII (1 (...)
  • 10 Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Paris, Edouard Frère, 1842, t. V, p. 452.
  • 11 Fontenelle, Œuvres complètes, Paris, Les Libraires Associés, 1766, t. XI, p. 255 : Lettre à Mme de (...)
  • 12 Ms. Rouen Y. 51 : Guiot, Le Moreri des Normands.

6Dans le même milieu figuraient François Le Bovier de Fontenelle, avocat au parlement, époux de Marthe Corneille, la sœur de Pierre et d’Antoine ; Pierre Le Pesant et son frère, Nicolas, sieur de Boisguilbert, maîtres des comptes à Rouen et cousins des frères Corneille, dont la mère était née Marthe Le Pesant ; les Brévedent, maîtres des comptes9 ou échevins10, dont le nom se retrouve un siècle plus tard dans la correspondance de Fontenelle11 ; et Adrien Auzout : c’est le collaborateur d’Etienne Pascal ; il s’intéresse assurément aux mathématiques, il va perfectionner le micromètre et les lunettes astronomiques, mais c’est aussi un antiquaire "habile dans les langues, nous dit-on, et très instruit dans toutes les parties de l’antiquité, capable de rétablir le texte d’inscriptions romaines12.

  • 13 Pascal, Œuvres complètes, p. p. Léon Brunschvicg et Pierre Boutroux, Paris, Hachette, 1908, t. I, p (...)
  • 14 Gassendi, Epistolae, Lyon, Anisson, 1658, t. VI, p. 224 : "J’ai eu ces jours-ci la visite d’un homm (...)

7Comme Etienne Pascal, Pierre Petit est au service du souverain, d’abord commissaire provincial de l’artillerie et ingénieur du roi, puis intendant des fortifications, et, comme lui il aime les mathématiques, ainsi que l’astronomie et plus particulièrement "toutes les choses dont la cognoissance depend des experiences"13. Gassendi lui rend hommage dans une lettre du 31 mars 1645, adressée au gouverneur de Provence, Louis de Valois, comte d’Alais : "Invisit me nuperis diebus eximius Vir P. Petitus, quem natalium jure tibi subditumm ; & Matheseos non Practicae minus quam Theoricae eruditione celebrum nosti" ; le philosophe a parlé avec l’intendant des fortifications de Toulon et des îles, et c’est pourquoi il intervient auprès du gouveneur de Provence14.

  • 15 Lettre de Pierre Petit à Chanut, 19-26 novembre 1646, dans l’édition Brunschvicg-Boutroux, t. I, p. (...)
  • 16 Lettre de Pascal à Ribeyre, dans Œuvres complètes, 1908, t. II, p. 483.
  • 17 Pierre Guiffart, Discours du Vuide sur les Experiences de Monsieur Paschal et le Traité de Monsieur (...)

8Devant se rendre à Dieppe, Petit passe par Rouen en septembre 1646 et rend visite à Etienne Pascal et à sa famille. Il les entretient de l’expérience du vide réalisé par Torricelli, dont le père Mersenne l’a informé. Il paraît possible de refaire cette expérience, qui exige des verres particulièrement solides, tels que les verriers de Rouen peuvent en fabriquer. C’est ce qu’il fait avec Etienne et Blaise Pascal, quand il revient de Dieppe15. Blaise Pascal réalise ensuite d’autres expériences "en presence de tous les plus sçavans hommes de sa connoissance" et en particulier de "cinq ou six Peres Jesuites du college de Rouen"16 ainsi que de Pierre Guiffart, docteur agrégé au collège des médecins de Rouen17.

9Ces expériences, qui semblent prouver, contrairement à ce qu’on avait affirmé pendant des siècles, que la nature n’a pas horreur du vide, suscitent immédiatement de vives réactions. De la part des Jésuites, fidèles depuis toujours à l’aristotélisme ? En effet, le P. Noël, recteur du collège de Clermont, va polémiquer avec Pascal, mais non les professeurs de Rouen, et son premier adversaire est Jacques Pierius, docteur en médecine et professeur de philosophie au collège épiscopal. Or, ce collège avait été créé par François de Harlay pour contrebalancer, éventuellement étouffer, l’influence du collège de Bourbon.

  • 18 Scholae Rothomagensis philosophia Jacobi Pierii opera composita, Rouen, L. Maurry, 1643.
  • 19 In libris Aristotelis de meteoris, Rouen, L. Maurry, 1645.

10Pierius a déjà publié deux traités - un cours de philosophie18 et un ouvrage consacré aux livres d’Aristote sur les météores19. L’expérience de Pascal lui inspire un opuscule, An detur vacuum in rerum natura, qui paraît à la fin 1646. Il commence par en expliquer la genèse et se montre fort complimenteur pour son adversaire :

  • 20 An detur, p. 2, dans P. Guiffart, op. cit. : "L’objection fut proposée et mise en lumière dans une (...)

11"Hanc objectionem proposuit et accuratissimo experimento illustravit nobilissimus et in omni scientiarum genere plus quam ejus aetas pati videretur versatissimus adolescens dominus Pascal illustrissimi et doctiossimi patris non degener filus. Advocavit testes viros hujus urbis doctissimos. Quilibet ut voluit respondit. Placuit admodum objectio, quanvis alia habeam in mente et prae manibus absolvenda quae nihil aut parum otii relinquerent mihi, tamen continere non potui mentem quin haec agitaret, nec etiam calumum quin cogitationes nostras fugaces et in multas partes distractas, prout exigit haec materia, hic sisteret"20.

12Il s’efforçait de démontrer l’impossibilité du vide et d’en expliquer l’apparente existence par une raréfaction de l’air, et il s’attachait à mettre en évidence tout ce qu’apporte cette théorie à la morale et à la technique.

  • 21 Rouen, A. Besongne, 1647 ; rééd. ibid., 1658.
  • 22 "La vérité est ouverte à tous et n’a pas encore été accaparée, il en reste beaucoup pour les hommes (...)

13C’est Pierre Guiffart qui lui répondit dans son Discours du Vuide sur les Experiences de Monsieur Paschal et le Traicté de Monsieur Pierius21. En exergue de son ouvrage il avait placé la phrase de Sénèque : "Patet omnibus veritas, nondum est occupata, multum etiam ex ilia futuris relictum est"22. C’était se recommander d’un Ancien pour s’émanciper des Anciens. La même ambiguïté ou la même timidité se retrouvaient dans toute sa démarche.

  • 23 Discours du Vuide, p. 3.

14"J’advouë ingenuëment que nous avons beaucoup d’obligation à ces grands hommes que l’antiquité vante, de ce qu’ils ont travaillé si utilement pour nostre advantage à la recherche des sciences, et j’estime que comme nous devons honorer leur memoire, il est raisonnable que nous deferions à leurs preceptes : et que lors que le fil de nostre raison se trouve trop court pour nous conduire dans le labyrinthe des difficultez, leurs authoritez doivent estre les oracles qui terminent nos doutes, et les arrets souverains qui decident nos differens. Mais ce respect ne nous doit pas attacher à des opinions avec une affection si aveugle, que le verité en quelque façon qu’elle se descouvre, nous faisant voir leur mesconte, nous ne luy donnions les mains, et ne contribuions à nous destromper, comme ils auraient fait sans doute, s’ils avoient esté convaincus du contraire"23.

  • 24 Ibid, p. 54.

15Mais après avoir rappelé et décrit les expériences de Pascal, il ajoutait comme pour mitiger son audace et ne pas trop effaroucher ses lecteurs : "Quoique les experiences de Mr Pascal nous paroissent nouvelles, il y a de l’apparence qu’elles ont esté autresfois pratiquées, et que plusieurs anciens ont prins de là sujet de maintenir qu’il y pouvoit avoir du Vuide en la Nature, voire mesme qu’il en estoit un principe"24, et il évoquait Démocrite, Leucippe, Diodore, Epicure et Lucrèce.

  • 25 Ibid., loc. cit.
  • 26 Ibid., p. 56.
  • 27 Ibid., p. 55.
  • 28 Ibid, p. 60.
  • 29 Ibid., p. 64.
  • 30 Ibid., p. 253.

16Il affirmait surtout la primauté de l’expérience. "Ceux qui depuis ont asseuré le contraire se sont contentez de suivre leur raisonnement qui n’estant point fondé sur la certitude des sens se trouve à present renversé"25. Dans les expériences admirables de Pascal "on voit, fit-il, un petit raccourci du monde"26. Aussi en venait-il à une sorte de lyrisme, qui n’est pas dépourvu d’humour, invoquant "ce brave néant (...) ce vide redoutable (...) ce beau rien"27, et la théologie consolidait la physique. Dieu, disait-il, a créé la terre avec le vide, puis la lumière. "Le Vuide est premier que la lumiere"28. L’homme peut être comparé au monde. "S’il n’y avoit point de Vuide en la Nature, les corps seraient privez des mouvemens qui leur sont necessaires pour se nourrir, s’augmenter, engendrer, et se transporter d’un lieu en l’autre"29. Il appelait enfin Pascal à "faire part au public des belles lumieres qu’il possede", et "il en remporterait sans doute une grande loüange"30.

  • 31 Né à Caen, le 31 mars 1607.
  • 32 Henri de Frondeville, Les Conseillers du Parlement de Normandie sous Henri IV et sous Louis XIII (1 (...)
  • 33 Cité dans Rouen ms. Y. 51, article "Le Sueur, 1607-1657".

17Le livre était dédié à Robert de Franquetot, dont Guifffart était peut-être le médecin, en tout cas le protégé. "Quand je considere, disait-il, vostre conduite, vostre vertu, et les obligations que je vous doy". Sans doute pour désarmer la critique, l’écrivain s’était entouré d’un groupe d’amis, dont se retrouvaient en tête du livre des pièces de vers pour louer et l’auteur et l’ouvrage. Il y avait Philippe Le Sueur de Petitville31, conseiller au parlement, marié en 1634 à Marie Addée32. Il avait composé pour Guiffart une In Operis et Auctoris Commendationem Epigramma, et il donnait, en effet, dans la poésie latine. Né à Caen, il est cité par Huet dans ses Origines de Caen. "Les vers latins firent ses delices. Ses vers faciles d’ailleurs et ingénieux manquent d’amenité et de pureté dans l’élocution. Il en composa jusqu’à sa mort dans les ennuis d’une longue maladie, et il travailloit à en faire un Recueil. Il lui est aussi échappé quelques vers françois qui ne manquoient pas de genie et d’agrément. Il avoit beaucoup voyagé dans sa jeunesse. A son retour il prit une charge de conseiller dans le Parlement de Rouen, âgé de vingt-six ans et l’année suivante il epousa une femme de Paris, dont il laissa plusieurs enfans"33.

  • 34 Frondeville, Les Présidents (...), p. 393.
  • 35 Voir René Herval, "Rodrigue de Chalon, Corneille et Le Cid", Cerf Volant, 1958, no 21, p. 24-29.
  • 36 "Au très illustre et très avisé médecin maître Guiffart, publiant son traité du vide et en même tem (...)

18Après la pièce de Le Sueur se lisait une autre épigramme en latin, de Pierre de Beuzelin, procureur du roi, Clarissimo carissimoque D. Guiffart doctori medico in antiquae et inviolatae amicitiae... C’est Pierre Beuzelin de Bosmélet, baron d’Auffay, né en 1612, marié en 1633 à Marthe de Plasses34. Puis c’était une autre poésie de Beuzelin, un huitain. Puis un sonnet espagnol d’Antonio Henriquez, chevalier de l’ordre de Saint-Michel, l’un des membres sans doute de cette colonie ibérique de Rouen, à laquelle on a donné quelque rôle dans la genèse du Cid35. Puis deux pièces de Jean-Baptiste Porrée, un collègue de Guiffart, docteur comme lui et agrégé comme lui au collège des médecins de Rouen, marié à Françoise Tandal (ou Tyndale) : c’étaient encore une épigramme latine, Ad clarissimum acutissimumque Medicum D.D. Guiffart tractatum de Vacuo edentem nec non experimenta Dom. Paschali examninantem36, et une pièce en français, où se lisait ce bel éloge qui réunissait le savant et son interprète :

"L’Ingenieux Paschal etablissant le Vuide
A rempli nos esprits d’un doux estonnement,
Mais tu les viens charmer par ton raisonnement,
Fondant sur ce beau rien un escrit si solide".

  • 37 Rouen, ms. Y. 51, article "Porée" (on écrit Porée ou Porrée).

19Le poète latin Antoine Halley, qui enseigna l’éloquence à l’Université de Caen et contribua à former Pierre-Daniel Huet, adressa à Porrée un de ses morceaux en vers en le baptisant "poëte célèbre"37.

  • 38 "Au très savant et très remarquable maître Guiffart, docteur en médecine, sur ses études sur le vid (...)
  • 39 Peut-être C.P. signifie-t-il conseiller au parlement.

20Venaient ensuite un poème en latin d’Isaac Le Tellier, maître des requêtes au parlement de Normandie, un quatrain de l’avocat Louis Greard, deux morceaux de M.A.C. du Dic, maître des requêtes - une épigramme en latin, Ad Doctissimumm praestantissimumque virum D. Guiffart Doct. Med. super suis exercitationibus de vacuo, adversus Pierium38. et un sonnet en français - un quatrain de l’avocat Jacques Audray, un distique d’un mystérieux L.G.C.P.39, enfin dix vers en espagnol signés De La Coste - dont on sait seulement qu’il était l’ami de Corneille et l’ami de Georges de Brébeuf.

  • 40 Beuzelin en 1612, Le Sueur en 1607. Porrée, qui eut un fils en 1626 et se réfugia en Angleterre à l (...)
  • 41 Origines de Caen, loc. cit.
  • 42 Appartenant, selon Haag, à une famille protestante de Dieppe.
  • 43 Voir Jean Bianquis, La Révocation de l’Edit de Nantes à Rouen, suivi de notes sur les protestants d (...)
  • 44 Voir notre ouvrage, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, P.U.F., 1976.

21Ces hommes, autant que nous les puissions identifier, sont nés vers 161040. Guiffart est calviniste, et il a raconté dans ses Veritez catholiques comment il se convertit en 1653. Le Sueur est, nous dit Huet, "huguenot sans entêtement"41 ; son frère, Pierre Le Sueur de Colleville, épousa en 1649 Esther Bochard, fille du célèbre et érudit pasteur caennais, Samuel Bochard. Porrée, qui s’exilera ainsi que son fils à la révocation de l’Edit de Nantes, et Isaac Le Tellier42 sont également des réformés. Beuzelin a été baptisé en 1612, mais il est dans sa famille maints huguenots. Ainsi dans le petit groupe qui soutient et divulgue les expériences de Pascal et la nouvelle philosophie se retrouve une majorité de protestants. Ils tenaient à l’époque l’essentiel de l’industrie et du commerce rouennais43. Ils comptaient nombre de beaux esprits. Habitués par leur foi au libre examen, ils n’étaient pas retenus, comme le sont souvent les catholiques, par les traditions et la hiérarchie. De même qu’ils jouèrent un rôle essentiel (avec Pellisson et Ysarn) dans la naissance de la préciosité, et donc du féminisme et du roman réaliste44, ils contribuèrent au renouvellement de l’esprit scientifique.

  • 45 Permission du 8 octobre.
  • 46 Œuvres complètes, Hachette, 1908, t. II, p. 59-60.
  • 47 Ibid., t. I, p. 330.
  • 48 Ibid., t. II, p. 58.
  • 49 Histoire générale des sciences, dir. par René Taton, Paris, P.U.F., 1957, t. I, p. 375.
  • 50 Spiritualium Liber. A Federico Commandino Urbinati Ex Graeco Nuper in Latinum conversus, Parisiis, (...)

22Adrien Auzout informait Gassendi des expériences de Pascal. Mersenne en faisait état dans ses Reflectiones physicomathematicae. Gilles Personne de Roberval, le 20 septembre 1647, envoyait sa De vacuo Narratio à Des Noyers. Pascal publiait en octobre45 ses Experiences nouvelles touchant le Vide. Il y explique avoir voulu "faire des experiences si convainquantes, qu’elles fussent à l’épreuve de toutes les objections qu’on y pouvait faire"46.Et pourtant ce n’étaient pas les expériences nouvelles qui l’avaient d’abord incliné à admettre la possibilité du vide. Son père, écrivait Pierre Petit à Chanut, résident auprès de la reine Christine de Suède, était "de longtemps persuadé de cette opinion de Heron et de plusieurs autres philosophes"47, et Blaise lui-même dans ses Experiences nouvelles évoque "la pensée où (il avait) (...) toujours esté que le vide n’estoit pas une chose impossible dans la Nature, et qu’elle ne le fuyoit pas avec tant d’horreur que plusieurs se l’imaginoient"48. Les expériences n’avaient donc pas été tentées seulement d’après l’exemple de Torricelli. Elles étaient également destinées à vérifier une hypothèse, et cette hypothèse avait une caution antique, Héron d’Alexandrie. Son Spiritualium liber avait été réédité dans une traduction latine à Urbin en 1575 puis à Paris en 1523. Il y rapportait une série d’expériences de Strabon sur le vide et sur l’air dans les tubes, qui révélaient "une volonté arrêtée de faire table rase de toutes les idées reçues, de repartir à zéro en se fondant uniquement sur les faits observés"49. Dans son Spiritualium Liber il consacrait un long développement au vide : après avoir rappelé diverses observations, il concluait : "Universe (...) dicitur licet, omne corpus ex tenuibus constare corporibus, inter quae sunt vacua dissiminata particulis minora. quamobrem abusive dicimus, nihil esse vacuum ni aliquo accidenti, sed omnia esse plena..."50.

  • 51 Le capucin Valeriano Magni fit les expériences avant Pascal. Il publia une Demonstratio ocularis qu (...)
  • 52 Reponse à une expérience récente sur le vide, à la démonstration visuelle du R.P. Valerianuo Magni (...)
  • 53 "De tout cela je conclus enfin, sans que cette objection puisse m’arrêter, qu’il n’est pas de vide (...)
  • 54 Œuvres complètes, p. p. Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, 1964, t. II, p. 641-642 : "Maître (...)

23Tandis que Descartes dans une lettre à Mersenne du 13 décembre 1647 suggérait des expériences complémentaires, tandis que Roberval adressait en mai 1648 une Secunda Narratio à Des Noyers, Pierius composait une Ad experientiam nuperam circa vacuum, RP. Valeriani Magni51 demonstrationem ocularem et mathematicorum quarumdem nova cogitata, responsio ex peripateticae principiis desumpta52, qui paraissait à l’été 1648. "Ex quibus omnibus, affirmait-il, non obstante hac objectione non dari vacuum in rerum natura"53. Il s’en tenait à l’hypothèse de l’air raréfié, mais il revenait avec beaucoup d’aménité sur les hommes qui avaient à Rouen fait les expériences de 1646 :"clarissimus et in omni experientiarum genere exercitatissimus Dominus Petit (...) Dom. Paschal junior illustrissimus patris non degener"54.

24Malade, Blaise Pascal était parti pour Paris à l’été 1647. Son père l’y rejoignit en septembre 1648. Le même mois, Florin Périer réalisa d’après les instructions du jeune homme l’expérience du Puy-de-Dôme, qui fut révélée dans le Récit de la Grande Expérience de l’Equilibre des Liqueurs, publié vers octobre. La polémique se poursuivait, nourrissant la correspondance que Blaise échangeait avec Ribeyre, le premier président de la cour des aides de Clermont-Ferrand.

  • 55 Paris, Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1651.
  • 56 "Afin que ce livre avec ta bienveillante permission puisse enfin prendre son chemin. Il est absolum (...)

25Chez les Normands il n’était pas oublié. Jean Pecquet, qui était né à Dieppe et avait étudié la médecine à Montpellier, publia en 1651 les Experimenta Nova Anatomica55. L’ouvrage était dédié à François Foucquet, le frère du surintendant, qui était alors évêque d’Agde, "ut benignitatis tuae venia liceat sibi viam tandem capessere. Tui prorsus juris est, domi tuae natus, ubi et adolevit"56. Ce qui doit signifier que le savant, lors de son séjour à Montpellier, fut protégé par l’évêque d’Agde, qui s’intéressa à ses travaux. Pecquet revenait sur la découverte par Aselli des vaisseaux lymphatiques, et il expliquait qu’il avait lui-même trouvé la citerne (receptaculum) de la lymphe. Puis après ce système anatomique, où il intégrait ses observations et celles de ses prédécesseurs, il se penchait, et cela peut surprendre, sur les Experimenta PhysicoMathematical de Vacuo. Après avoir évoqué l’expérience de Roberval, il ajoutait : "Nec me putes, dum premi Terram ab Aere pronuntio, involvere sententias sermonibus imperitis : habeo eximium testem solertissimum Pascalium filium, qui primus in Galliâ nostrâ vix natum apud externos et in cunabulis penè suffocatum de vacuo Experimentum Hydrargyro non solum, sed et liquoribus suscitavit, imo tam felici provexit mirabilis industriae successu, ut per totam Europam tentandi Vacui studium verae sapientiae cultoribus indiderit.

  • 57 Ibid., p. 54 : "Ne pense pas que, quand j’affirme la pression de l’air sur la terre, j’enveloppe me (...)

26Ejus curâ nuper in Avernis facto ad execissimi montis, quem vulgo nuncupant Le Puy de Dome,prope Claromontium civitatem, radices Experimento, ei quod superius exhibuimus, propemodum simili, infusum tubo quatuor pedes longo Hydrargyrum, ad tertiam semi laneam vigesimi septimi pollicis suprà restagnantis in subjecto vase Hydrargyri superficiem delapsum est..."57.

  • 58 Ibid., p. 56 : "Tentée pour la première fois avec bonheur grâce à la sagacité du très avisé Auzout"
  • 59 Ibid., p. 61 : "Les machines dressées pour sauver l’attraction sont détruites".
  • 60 Ibid., p. 72 : "Les vraies causes du mouvements du sang sont révélées".
  • 61 Ibid., p. 74 : "Donc j’affirme que le sang circule sous une triple incitation, évidemment l’impulsi (...)

27Il évoquait ensuite une troisième expérience, celle du vide dans le vide, "tentatum primo feliciter acutissimi Auzotii sagacitate"58. Dans les chapitres suivants, "intensae in Attractionis subsidium Machinae diruuntur"59, puis "verae sanguinis motus Causae aperiuntur"60 : "Ergo triplici pronuntio Sanguinem incitabulo circumvolvi, Systoles videlicet impulsione, Vasorum seû spontaneâ seu violentâ contractione ; atque, ad adjacentium Vasorum eorundem compressione"61. Son traité s’achevait sur un exposé De Chyli motu et un autre, De Respiratione. Venaient ensuite trois hommages qui lui étaient adressées, l’un par Jacques Mentelius, médecin de Paris, l’autre par Pierre de Mercenne, également médecin de Paris, le troisième par Adrien Auzout lui-même.

28Harvey, Aselli, Roberval, Pascal étaient ainsi regroupés avec Pecquet, qui offrait au public une vaste synthèse de la science moderne. Une seule méthode : le recours à l’expérience. L’attraction était anéantie. Le vide était admis, ainsi que la pression atmosphérique. Le sang circulait selon un système de pompes, comparable à celui des fontaines.

  • 62 Rouen, imprimé par Pierre Maille, Aux frais de l’auteur : "Dissertation médicale, si c’est la lymph (...)
  • 63 Le fils sans doute d’Hallé de Monflaines "conseiller du Roy en ses conseils d’Etat et privé, maistr (...)
  • 64 Dissertatio Medica, p. 51 : "Bien que présentée par le très savant et très subtil Gassendi, a plus (...)
  • 65 Ibid., Ad Lectorem : "Jean Riolan le très remarquable professeur royal d’anatomie, qui fut jadis mo (...)

29Pierre Guiffart soutint Pecquet, comme il avait soutenu Pascal. Cette fois en latin. Il donna en 1652 une Dissertatio Medica utrum chylus vel sanguis sit proxima lactis materia. Problema utrinque disputatum62. L’ouvrage était dédié à Jean-Louis Faucon de Ris, qui en 1648 avait succédé à son père Charles à la charge de premier président. Guiffart rendait hommage à "l’intégrité" du magistrat et faisait suivre sa lettre dédicatoire d’une pièce en vers latins. Il expliquait ensuite la genèse de son ouvrage. C’est l’abbé de Mondaines63 "nobilissimus et eruditissimus juvenis", qui l’avait informé sept mois plus tôt que Jean Pecquet à Paris, ayant fait une dissection, avait trouvé la "novam cordis aimatosin". Il n’y voyait pas une révolution, mais une confirmation des conceptions d’Hippocrate, d’Aristote et d’Erasistrate. Contre Galien il se référait même à Platon. L’argumentation opposée "licet a doctissimo et subtilissimo Gassendo desumpta sit, plus subtilitatis quam solidatis habet"64. Il invoquait Rufus d’Ephèse, le médecin hollandais, François Le Bois, dit Sylvius, qui avait d’emblée applaudi à la découverte d’Harvey, Aselli et Auzout, qui soutenait Pecquet, il invoquait aussi "Joannes Riolanus exquisitissimus Anatomiae Professor Regius mihi, olim olim sed seper venerandus Praeceptor"65.

  • 66 Parisiis, Ex Officina Platiniana, Apud Hadrianum Perier, via Jacobaei, 1618.
  • 67 "Première réponse aux nouvelles expériences antomiques de Jean Pecquet, afin de rendre le chyle au (...)

30C’était l’illustre Jean Riolan, qui avait été professeur royal d’anatomie et de botanique, et médecin de Marie de Médicis, qu’il avait suivie en exil, il avait donné en 1618 une Anthropographia "ex propiis et novis observationibus collecta"66. Dès 1652 il publie une Responsio Prima Ad experimenta Nova Anatomica Joannis Pecqueti, ut chylus Hepati restituatur et Nova Riolani De circulatione sanguinis doctrina sarta tecta conservetur67. Il s’y prenait à Harvey, à Thomas Bartholin, à Aselli et évidemment à Pecquet.

  • 68 Paris, Gaspar Meturas, 1653.
  • 69 Paris, Gaspar Meturas, 1648. nombreuses rééditions.
  • 70 Auteur de tragédies, sans doute rouennais, puisqu’il concourut pour les Palinods.

31L’année suivante il revenait à la charge, publiant un Manuel Anatomique et Pathologique ou Abregé de toute l’Anatomie, et les Usages que l’on en peut tirer pour les connoissances et pour la guerison des Maladies68. L’ouvrage avait été donné à l’éditeur par Guy Patin "comme Livre excellent". C’était une traduction en français de l’Encheiridium anatomicum et pathologicum69, que Riolan avait naguère dédié à Guy Patin, et il réitérait maintenant sa dédicace en français : "A Maistre Guy Patin, son Amly et confrere. Qui pouvois-je donc choisir pour Juge, Protecteur et Defenseur plus equitable et plus expert que vous ?" Suivait un lot d’hommages plus flatteurs les uns que les autres : Gaspar Barbin admire Riolan, qui s’applique depuis cinquante-deux ans à l’anatomie ; Primerose l’admire également ; "Monsieur Naudé, tres-sçavant en toutes les sciences et docteur de Padoue en medecine, en divers endroits de ses Livres, appelle Riolan le Prince des Anatomistes sans contredit" ; Jean Vallée70 l’a célébré dans son Epistre de la circulation du Sang ; Harvey, bien qu’il ne s’accorde pas avec lui, l’appelle "esprit divin". De même Arturus du Plessis, médecin d’Avranches. Dans ce manuel figurait une traduction partielle de la Responsio prima, soit le Discours contre la nouvelle Doctrine des Veines lactées, tiré de la Response faite par le Sieur Riolan. Bien qu’il parût entouré d’esprits fort libres - Naudé, Patin - il assimilait, peut-être par tactique, les traditions scientifiques et les traditions religieuses : "Il est permis, écrivait-il, à un chacun, sans que les loix y pourvoyent, de produire et mettre au jour toutes les nouvelles opinions erronées et pernicieuses, que son caprice luy fournit tant en matiere de Religion que de Medecine. Aussi voyons-nous que la veritable et primitive Religion de nos ancestres se detruit journellement, que l’ancienne et veritable Medecine, confirmée par les experiences de tant de siecles, se corrompt et pervertit entierement".

  • 71 Ibid., p. 679.
  • 72 Ibid., loc. cit.

32Aussi affirmait-il que Pecquet "a commencé à bouleverser la structure et composition du corps humain par sa doctrine nouvelle et inouie"71. Il voulait redonner au foie sa dignité ancienne, alors que Pecquet ne lui attribuait qu"’un employ beaucoup plus vil et plus abject"72. C’est du foie, affirmait-il, que part le sang, et les veines lactées ne portent pas la lymphe au cœur, mais au foie.

  • 73 Paris, Cramoisy, 1654.

33En 1654, Pecquet rééditait ses Experimenta nova, il y ajoutait une De Thoracicis Lacteis dissertatio, In qua Io Riolani Responsio ad eadem Experimenta nova anatomica refutatur73.

  • 74 Paris, Gaspar Meturas, 1655 : "L’office de fabriquer le sang est rendu au foie".

34L’année suivante Riolan donnait une seconde édition de sa Responsio prima, suivie d’Aliae Dissertationes. Il y réfutait et Pecquet et ceux qui l’avaient soutenu. Il s’était trouvé un allié, un médecin de Rouen, Charles Le Noble, qui produisait des "observations rares et neuves" et ainsi "sanguificandi officium Hepati restituitur"74.

  • 75 Rouen, François Vaultier, 1658.
  • 76 Ibid., p. 37.
  • 77 Rouen, François Vaultier, 1658.
  • 78 Ibid., p. 68.
  • 79 Ibid. p. 80.
  • 80 Ibid. p. 82.
  • 81 Ibid., p. 83, sv.
  • 82 Ibid., p. 85.
  • 83 Ibid., p. 86.

35En 1658 Pierre Guiffart revenait sur cette polémique dans une longue Lettre a un Docteur et Professeur en Medecine, Touchant la connoissance du Chyle75. Il y citait maintes autorités qui approuvent sa doctrine, et en particulier Marin Cureau de La Chambre "que tout le monde reconnoist pour estre un des plus grands Genies de notre siecle, et plus de trente Docteurs de diverses Academies d’Allemagne qui ont examiné ces matieres"76. La même année paraissaient ses Remarques considerables sur la Connoissance et la Guerison de l’Hydropisie77. Il y rendait hommage à Pecquet "pere de plusieurs belles inventions" et énumérait une série d’observations anatomiques sur les tumeurs et les abcès qui pouvaient se guérir par des ponctions. Comme c’était arrivé à Pierre de Beuzelin, qui avait été soulagé, alors que "ses cuisses et ses pieds étoient prodigieusement enflées"78. Etait jointe une lettre de Le Maresquier, médecin à Valognes, datée du 15 août 1658. On y trouvait un vibrant éloge de la nouvelle doctrine que "les plus celebres Medecins et les plus grands Philosophes de ce temps (...) reçoivent (...) à bras ouverts"79. L’Angleterre avec Harvey avait frayé la voie. "Il restoit quelque chose pour l’accomplissement d’un si bel ouvrage (...) Il falloit ajuster les veines lactées avec la circulation du Sang"80. Les Italiens, les Français, les Allemands, les Anglais, y avaient travaillé. "Mr Pecquet et vous avez couppé le nœud gordien, l’un en decouvrant le vray reservoir du Chyle (...) vous par les belles experiences, et les puissans raisonnemens que vous avez adjoustez à une si admirable invention"81. Pourtant il ne voulait pas brûler Riolan, qu’il avait "tousjours regardé comme le premier des Anatomistes"82, et Riolan lui-même, ajoutait-il, devait voir que les objections qu’on lui avait adressées, "passoient aujourdhuy pour des Veritez tres constantes"83.

  • 84 Clitandre, Préface.
  • 85 Dissertatio Medica, Ad Lectorem : "Que tous les philosophes comprennent qu’Aristote fut le plus émi (...)
  • 86 Remarques considerables, p. 81.
  • 87 Fragment de Préface pour le Traité du Vide (1651 ?), dans Œuvres, p. p. Jean Mesnard, t. II, p. 777

36Ainsi en anatomie comme en physique l’expérience triomphait de la tradition. Torricelli, Harvey, Boyle, Pascal, Pecquet, avaient collaboré. Le problème essentiel demeurait celui du respect des Anciens. Corneille avait proclamé son modernisme : "Puisque les Sciences et les Arts ne sont jamais à leur période, il m’est permis de croire que (les Anciens) (...) n’ont pas tout su, et que de leurs instructions on peut tirer des lumieres qu’ils n’ont pas eues. Je leur porte du respect comme à des gens qui nous ont forgé le chemin, et qui après avoir défriché un pays fort rude, nous l’ont laissé à cultiver"84. Guiffart était bien plus prudent. Il affirmait que les expériences sur le vide de Pascal avaient déjà dû être faites par les Anciens, et il se référait aux Epicuriens de l’antiquité et à Héron. De même qu’en anatomie il se réclamait de Platon et d’Aristote, essayant toujours d’éviter que la polémique ne s’envenime : "Intelligant omnes Philosophi Aristotelem praestantissimum fuisse Anatomicum (...) venient tandem tempora, quibus redeviva fiet et florebit haec Anatomia peripatetica"85, et Le Maresquier, tout en prônant Pecquet, affirmait son admiration pour Aristote et son dégoût des "nouvelles opinions qui n’ont qu’une beauté fardée"86. Habile stratégie qui faisait de Pierius et de Riolan de téméraires innovateurs... Aselli avait ouvert le chemin, s’efforçant de démontrer qu’Hippocrate, Platon, Aristote, Erasistrate et même Galien avaient déjà entrevu les vaisseaux lactés. Pascal était plus simple et plus radical : "Toutes les sciences qui sont soumises à l’expérience et au raisonnement, doivent être augmentées pour devenir parfaites. Les anciens les ont trouvées seulement ébauchées par ceux qui les ont précédés ; et nous les laisserons à ceux qui viendront après nous, en un état plus accompli que nous les avons reçues"87.

  • 88 Rouen, Charles Osmont, 1654.
  • 89 Approbation de l’archevêché : censures du vicaire général, R. Le Cornier, le 21 octobre, et du chan (...)
  • 90 Les Veritez Catholiques, Preface.

37Il se désabusait bientôt des sciences pour se donner presque entièrement à la dévotion et à la polémique religieuse. Pierre Guiffart suivait un peu le même chemin. Il publiait en 1654 le récit de sa conversion du calvinisme au catholicisme, Les Veritez catholiques ou les Justes Motifs qui ont obligé le Sr. Guiffart, D. Medecin à Roüen, de quitter la Religion Pretenduë Reformée, pour se ranger à l’Eglise Catholique, Apostolique et Romaine88. L’ouvrage était dédié à François II de Harlay, qui avait succédé l’année précédente à son oncle, François Ier à l’archevêché de Rouen89. Guiffart le remerciait du bien qu’il avait reçu de lui et rendait hommage aux "oracles sacrez que Dieu vous a mis en la bouche". Dans sa préface il envisageait à nouveau la vénération que l’on voue aux anciens, et ce n’était pas du tout pour opposer l’audace que demande la physique et la fixité de la foi : "En ce siècle où nous sommes, écrivait-il, auquel les esprits se prevalent d’être plus raffinez qu’ils n’estoient au temps de nos peres et de voir plus loin que les anciens", il s’étonne sur un ton presque pascalien "que neanmoins (les vérités) qui regardent le salut de l’ame, qui est la principale et la plus importante chose du monde, soient tellement negligées, que l’on voye fort peu de personnes qui ne suivent aveuglement la Religion en laquelle elles ont esté nourries". Autrement dit "l’opiniastreté" est aussi dangereuse en matière de religion qu’en matière de science. "Les Juifs, les Turcs et tous les Heretiques transmettent à leur posterité la pernicieuse croyance qu’ils ont reçue de leurs peres". Dans les deux domaines notre entendement est obscurci par "les tenebres de l’erreur", mais il faut "ouvrir les yeux"90.

  • 91 Ibid. p. 134-135.

38Sur cinq points la foi catholique paraît l’emporter sur celle des protestants : les réformés ont tort de nier l’infaillibilité, qui a été promise à l’Eglise ; ils reconnaissent que l’Eglise Romaine a été sans erreur pendant cinq ou six cents ans : or ses croyances sont les mêmes aujourd’hui ; les passages de l’Ecriture controversés ont "été clairement expliqués par les Saints Pères" ; on ne peut qu’admirer la succession des Papes pendant dix-sept siècles ; l’union entre calvinistes et luthériens est monstrueuse, puisque leurs dogmes sont souvent divergents. Guiffart s’efforçait de démontrer que la foi catholique est "exempte d’idolastrie" et en venait à un fervent éloge de l’Eglise "que Jesus Christ a plantée par sa Croix, et vivifiée par son esprit, qui a esté cultivée par les apostres, deffenduë par les Saincts Peres, arrosée du sang des Martyrs, espanduë par tout l’univers, reverée par les Roys, Princes et Nations, confirmée par la multitude des années, quoy qu’elles destruisent toutes choses (...) avec les sainctes Ecritures, les Martyrs, les conciles, les Peres et ses ennemis mesmes. Bref les vivans et les morts"91.

39Accents qu’on pourrait juger pascaliens. En tout cas, Guiffart semble se soucier fort peu des problèmes théologiques. Il ne disserte pas de la grâce. L’histoire lui paraît sans doute plus persuasive que la rhétorique. Le vulgarisateur, le laudateur, des expériences de Pascal paraît estimer, comme l’auteur des Pensées que l’histoire est au christianisme ce que l’expérience est à la physique.

  • 92 Ibid., p. 196.
  • 93 Ibid., loc. cit.
  • 94 Ibid., p. 204.
  • 95 Ibid., p. 205.
  • 96 Ibid., p. 205.
  • 97 Ibid., p. 206.
  • 98 Ibid., loc. cit.

40Les faits jugent d’abord, et ce sont les faits qui l’ont amené à se convertir. Il a été frappé par "le bon exemple des catholiques"92, en particulier "la vertu solide" des Jesuites, et, ajoute-t-il, "quoy que je ne voulusse pas donner mon approbation à leur foy, je ne pû desnier mon estime à leur merite"93. En 1649, quand une terrible épidémie de peste sévit à Rouen, il admire les capucins et les religieuses de l’hôpital de la Madeleine, qui se dévouent parfois jusqu’à la mort. Il tombe lui-même malade et est accablé pendant un mois "de fievre continue". Pris alors par la peur de la mort, il lit "les auteurs qui produisent les raisons de l’un et de l’autre parti"94. Cela n’entraîne pas encore sa conversion. Il faut pour qu’il y parvienne, qu’il admire "les vertus éminentes" d’une dame de condition, capable d’endurer avec sérénité les souffrances que "les ciseaux et les rasoirs" des praticiens lui infligent95. Comme Pascal, il humilie devant cette sainteté la vertu stoïcienne, et il se convainc que "toute la Philosophie des Stoiques n’estoit point capable de produire de si excellentes vertus, et qu’il falloit qu’elles eussent leurs racines sur un fond plus solide comme celuy de la Foy"96. A ces exemples si impressionnants s’ajoute celui que donne François Ier de Harlay, quand il tombe malade en 1653, demeurant dans ses souffrances plein de "charité et de fermeté"97. C’est alors que Guiffart franchit le pas, recommandant son âme à François II qui succède à son oncle, dont il reçoit de "doctes instructions"98.

  • 99 Rouen, François Vaultier, 1656.
  • 100 Avertissement Au Lecteur.
  • 101 Ibid., loc. cit.
  • 102 Ibid, loc. cit.

41L’ouvrage est réédité deux ans plus tard99. Il est accompagné d’une nouvelle dédicace à l’archevêque, qui a bien accueilli la première édition. N’a-t-on pas reproché à Guiffart d’oser, lui médecin, se mêler de théologie ? Il revient alors sur l’ensemble de son existence. Depuis vingt-cinq ans il fait son travail de médecin. "J’ajoute, dit-il, tous les jours quelque chose à mes ouvrages (...) Je croy que les plus honnestes gens de Rouen me feront bien la justice de se souvenir qu’en diverses occasions soit publiques soit particulieres, ils m’ont veu traitter de la Medecine comme un homme qui l’entend, qui la cultive de longtemps avec assiduité et qui s’y plaist (...) J’ai donné quelques heures à d’autres sciences par divertissement"100. Quant à ses Veritez Catholiques il les a écrites "sans ornement et sans Art", poussé par ses amis et docile à l’exemple de son illustre confrère, Marin Cureau de la Chambre, qui n’a pas laissé d’écrire "des characteres des passions, du raisonnement des animaux, du desbordement du Nil et des couleurs de l’Iris"101. Enfin, Georges de Brébeuf, l’illustre poète, qui est l’un de ses meilleurs amis et "dont le merite est reconnu par toute la France", lui a écrit une "belle et obligeante lettre" pour le défendre102.

  • 103 Lettre datée du 16 décembre 1655.

42La lettre de Brébeuf est ajoutée au livre. L’auteur des Entretiens solitaires félicite Guiffart de ses Veritez Catholiques, qui ont "desabusé beaucoup d’honnestes gens et contribué à la conversion de la reine Christine". On lui reproche de se vouloir et médecin et théologien. Mais "quelle apparence y a-t-il que nostre esprit soit si borné qu’il ne puisse estre capable que d’une seule chose ? C’est là le propre des esprits bornés". Guiffart au contraire connaît les langues, les lettres, la philosophie, les mathématiques, la théologie, et son ami conclut : "c’est par envie qu’ils affectent de vous mépriser. Vous êtes plus estimé au Danemark et en Suède qu’à Rouen"103.

  • 104 Ecrits sur la Grâce dans Œuvres, p. p. Louis Lafuma, Paris, Le Seuil ("L’Intégrale"), 1963, p. 314.
  • 105 Les Pensées, éd. L. Lafuma, 793.
  • 106 Ibid., 190.

43Pascal a traité du protestantisme dans les Pensées et surtout dans les Ecrits sur la Grâce. Il a stigmatisé cette opinion "si horrible et (qui) frappe d’abord l’esprit avec tant de force par la vue de la cruauté de Dieu envers ses créatures, qu’elle est insupportable"104. L’hérésie calviniste lui paraît finalement comparable à celle des semi-pélagiens. Toute hérésie n’est qu’une erreur partielle, ou plutôt l’exclusion de "quelques unes de nos veritez"105. Cette dialectique est bien étrangère à Guiffart, qui est plus près du Pascal physicien et du Pascal apologiste, quand il montre que les preuves concrètes sont les seules qui puissent emporter l’adhésion et qu’il ne juge pas inutile de retracer l’histoire de sa conversion. L’histoire de l’humanité et l’histoire d’un homme éclairent mieux que "les preuves métaphysiques" qui "sont si éloignées du raisonnement des hommes et si impliquées"106.

44Avec Les Veritez Catholiques, comme avec les Pensées, la religion descend du ciel. Elle devient une expérience existentielle, celle qu’incarnent l’Église, les martyrs, les Saints Pères, les papes, ou celle qui est vécue par une âme qui "cherche en pleurant".

45Guiffart a évidemment connu Pascal et il a assisté à ses expériences sur le vide. L’a-t-il précédé, l’a-t-il suivi sur la voie d’une nouvelle apologétique ? Ou bien les deux hommes y ont-ils été conduits par leur culte de l’observation et ce qu’on peut appeler leur positivisme ?

46Rouen est alors la seconde ville de France. Ville moderne, ville riche, où règne une oligarchie de parlementaires aux côtés de quelques familles de huguenots, dont les entreprises prospèrent. C’est dans cette ville que Corneille renouvelle la tragédie, que Pascal renouvelle la physique, puis l’apologétique religieuse. Nous sommes au début du monde moderne. Celui qui va bientôt s’incarner autour du surintendant Foucquet, dont le frère est le patron de Pecquet... Les plus grands esprits reconnaissent l’importance de l’argent - Corneille qui affirme attacher plus de prix aux recettes qu’aux applaudissements, et Pascal qui montera quelques mois avant sa mort les carrosses à cinq sols. En face d’eux des professeurs du collège épiscopal ou de vieux médecins couverts d’honneurs. Les Jésuites du collège de Bourbon ne sont pas les ennemis de Pascal, qui les convie à ses expériences, et ils sont les amis de Corneille.

47N’opposons pas le modernisme des expérimentateurs et la routine des disciples de saint Ignace. Ce serait simpliste et injuste ; Les Jésuites sont fort capables de s’adapter aux mutations de la science et de la morale, et Guiffart les y aide en leur montrant que Pascal et Pecquet sont au fond fidèles à Aristote.

48N’opposons pas non plus un libertinage qui serait moderne et un catholicisme qui serait une force d’inhibition et de sclérose. Ce serait encore plus injuste, et nous avons vu que Naudé et Patin, ces esprits apparemment si émancipés, tenaient pour Riolan contre Pecquet.

49Le conflit de la modernité et de la tradition passe à travers les clivages sociaux et les clivages religieux. Aussi peut-on selon les circonstances nouer des alliances changeantes, qui auront tour à tour leur efficacité. C’est ce que comprendra admirablement Fontenelle, né dans la ville de Rouen, neveu de Corneille, ami, on le sait, des huguenots - les Basnage, Mme de La Mésangère, Catherine Bernard - et des Jésuites - les P. Rapin, Daniel, Buffier.

  • 107 Fontenelle, Œuvres complètes, p. p. Alain Niderst, Paris, Fayard ("Le corpus des philosophes de lan (...)
  • 108 Ibid., t. V, 1993, p. 558.

50Dans son Mémoire sur le nombre 9 il se souviendra de l’arithmétique de Pascal. Il sera évidemment un adepte et un apologiste obstiné de la méthode expérimentale. Il verra avec horreur Newton ranimer l’attraction, que la science moderne croyait avoir anéantie. Plus curieusement il n’est pas impossible qu’il ait connu le Fragment de Préface sur le Traité du Vide, qui ne fut pourtant imprimé qu’en 1844. Dans sa Digression sur les Anciens et les Modernes il reprend la comparaison qui y était avancée entre "les hommes de tous les siècles" et "un seul homme"107. Dans son Traité sur la Poésie, en général, il redit, après Pascal, que "dans l’enfance du monde, les ruches ont été aussi parfaites qu’elles le sont aujourd’hui"108. A-t-il eu connaissance du manuscrit, que Pascal aurait laissé circuler parmi ses amis de Rouen ?

51Alors ? Modernisme artistique et scientifique - recours systématique à l’expérience - mépris de la rhétorique et de la logique de l’École - Fontenelle serait-il un autre Pascal ? En tout cas l’incarnation achevée de l’esprit dominant dans cette ville cultivée et dynamique ? Un Pascal sans la foi assurément, mais qui laisse parfois entendre que, s’il s’y laissait entraîner, ce ne serait pas par des syllogismes, des figures, des appels à l’autorité ou à l’émotion. Il est vrai toutefois qu’il n’eut aucune sympathie pour les Jansénistes, mais le jansénisme que ses amis, Dubois, Fleury, Tencin, s’acharnèrent à déraciner, n’était évidemment pas celui de 1650, que d’ailleurs Corneille avait déjà caricaturé et stigmatisé dans son Œdipe... II est vrai aussi que, comme Leibniz, son contemporain, il n’a pas ce mépris presque cartésien que Pascal semble éprouver pour l’humanisme traditionnel, que ses liens privilégiés avec la Compagnie de Jésus et ses fonctions officielles l’entraînent plutôt vers un œcuménisme intellectuel, qui finalement rappellerait plutôt Guiffart que Pascal.

Notes

1 Horoscope d’Etienne Pascal, dans Pascal, Œuvres complètes, p. p. Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouver, 1964, t. I, p. 459.

2 Tallemant des Réaux, Historiettes, p. p. Antoine Adam, Paris, Gallimard ("La Pléiade"), 1970, t. II, p. 56.

3 Cité dans Henri de Frondeville, Les Présidents du Parlement de Normandie (1499-1790), Recueil généalogique établi sur la base du Manuscrit Bigot, de la Bibliothèque de Rouen, Rouen, A. Lestringant ; Paris, Auguste Picard, 1953, p. 355.

4 Ibid., p. 331.

5 Ed. Jean Mesnard, t. I, p. 454.

6 Ibid., t. I, p. 662.

7 Edouard Frère, Une séance de l’Académie de Palinods en 1640, Rouen, Auguste Le Brument ; Paris, Jules Tardieu, 1867 ; ms. Rouen, Y 68, Table chronologique des Princes ou presidens, des juges ou Academiciens, des Laureats ou auteurs des Palinods de Rouen.

8 Joseph-André Guiot, Les Trois siècles palinodiques ou Histoire générale des Palinods de Rouen, Dieppe, etc, p. p. l’abbé A. Tougard, Rouen, A. Lestringant ; Paris, A. Picard et fils, 1898, t. II, p. 154, sv.

9 Henri de Frondeville, Les conseillers au parlement de Normandie sous Henri IV et sous Louis XIII (1594-1640), Rouen, A. Lestringant ; Paris, Auguste Picard, 1964, p. 341.

10 Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Paris, Edouard Frère, 1842, t. V, p. 452.

11 Fontenelle, Œuvres complètes, Paris, Les Libraires Associés, 1766, t. XI, p. 255 : Lettre à Mme de Forgeville, du 23 janvier 1740 : "M. de Brevedent, C’est un des hommes qui naturellement me plaît le plus...".

12 Ms. Rouen Y. 51 : Guiot, Le Moreri des Normands.

13 Pascal, Œuvres complètes, p. p. Léon Brunschvicg et Pierre Boutroux, Paris, Hachette, 1908, t. I, p. 325.

14 Gassendi, Epistolae, Lyon, Anisson, 1658, t. VI, p. 224 : "J’ai eu ces jours-ci la visite d’un homme remarquable P. Petit, qui t’est soumis par la naissance, mais t’est bien connu par son illustre érudition qui s’étend aussi bien à la pratique qu’à la théorie de l’astronomie".

15 Lettre de Pierre Petit à Chanut, 19-26 novembre 1646, dans l’édition Brunschvicg-Boutroux, t. I, p. 324-345.

16 Lettre de Pascal à Ribeyre, dans Œuvres complètes, 1908, t. II, p. 483.

17 Pierre Guiffart, Discours du Vuide sur les Experiences de Monsieur Paschal et le Traité de Monsieur Pierius, Rouen, Jacques Besongne, 1647, p. 7.

18 Scholae Rothomagensis philosophia Jacobi Pierii opera composita, Rouen, L. Maurry, 1643.

19 In libris Aristotelis de meteoris, Rouen, L. Maurry, 1645.

20 An detur, p. 2, dans P. Guiffart, op. cit. : "L’objection fut proposée et mise en lumière dans une très méticulause expérience par maître Pascal, un adolescent fort noble et fort versé dans toute sorte de sciences au-delà de ce que son âge semblerait tolérer, et fils non indigne d’un père fort savant. A tous il sut répondre comme on le voulait. L’objection eut un plein succès et, quoique j’aie d’autres choses dans l’esprit et dans les mains dont je dois m’occuper et qui ne me laissent que peu ou pas de loisir, je ne pus empêcher mon esprit d’y penser ni ma plume de fixer ici des pensées fugaces et en divers côtés éparpillées, ainsi que le sujet l’impose".

21 Rouen, A. Besongne, 1647 ; rééd. ibid., 1658.

22 "La vérité est ouverte à tous et n’a pas encore été accaparée, il en reste beaucoup pour les hommes à venir".

23 Discours du Vuide, p. 3.

24 Ibid, p. 54.

25 Ibid., loc. cit.

26 Ibid., p. 56.

27 Ibid., p. 55.

28 Ibid, p. 60.

29 Ibid., p. 64.

30 Ibid., p. 253.

31 Né à Caen, le 31 mars 1607.

32 Henri de Frondeville, Les Conseillers du Parlement de Normandie sous Henri IV et sous Louis XIII (1598-1640), Rouen, A. Lestringant ; Paris, Auguste Picard, 1964, p. 328. Le Sueur de Petitville devait mourir en 1657.

33 Cité dans Rouen ms. Y. 51, article "Le Sueur, 1607-1657".

34 Frondeville, Les Présidents (...), p. 393.

35 Voir René Herval, "Rodrigue de Chalon, Corneille et Le Cid", Cerf Volant, 1958, no 21, p. 24-29.

36 "Au très illustre et très avisé médecin maître Guiffart, publiant son traité du vide et en même temps examinant les expériences de maître Pascal."

37 Rouen, ms. Y. 51, article "Porée" (on écrit Porée ou Porrée).

38 "Au très savant et très remarquable maître Guiffart, docteur en médecine, sur ses études sur le vide, contre Pierius."

39 Peut-être C.P. signifie-t-il conseiller au parlement.

40 Beuzelin en 1612, Le Sueur en 1607. Porrée, qui eut un fils en 1626 et se réfugia en Angleterre à la Révocation de l’Edit de Nantes, doit appartenir à la même génération.

41 Origines de Caen, loc. cit.

42 Appartenant, selon Haag, à une famille protestante de Dieppe.

43 Voir Jean Bianquis, La Révocation de l’Edit de Nantes à Rouen, suivi de notes sur les protestants de Rouen, persécutés à cette occasion par Emile Lesene, Rouen, Léon Deshays,1885 : on signale en particulier la sucrerie Amsing, la verrerie Azémar, l’orfèvrerie Leplastrier.

44 Voir notre ouvrage, Madeleine de Scudéry, Paul Pellisson et leur monde, Paris, P.U.F., 1976.

45 Permission du 8 octobre.

46 Œuvres complètes, Hachette, 1908, t. II, p. 59-60.

47 Ibid., t. I, p. 330.

48 Ibid., t. II, p. 58.

49 Histoire générale des sciences, dir. par René Taton, Paris, P.U.F., 1957, t. I, p. 375.

50 Spiritualium Liber. A Federico Commandino Urbinati Ex Graeco Nuper in Latinum conversus, Parisiis, Apud Aegidium Gorbinum, 1583, p. 21 : "En général on peut affirmer que tout corps est formé de petits corps, entre lesquels sont des vides disseminées plus petits que les particules, c’est pourquoi il est abusif de prétendre que rien n’est vide, fût-ce par quelque accident, mais que tout est plein..."

51 Le capucin Valeriano Magni fit les expériences avant Pascal. Il publia une Demonstratio ocularis qui les date du 12 juillet et du 12 septembre 1647.

52 Reponse à une expérience récente sur le vide, à la démonstration visuelle du R.P. Valerianuo Magni et aux nouvelles idées de certains mathématiciens d’après les principes de la philosophie péripatéticienne.

53 "De tout cela je conclus enfin, sans que cette objection puisse m’arrêter, qu’il n’est pas de vide dans la nature."

54 Œuvres complètes, p. p. Jean Mesnard, Paris, Desclée de Brouwer, 1964, t. II, p. 641-642 : "Maître Petit, très illustre et très expérimenté dans tout genre d’expériences, (...) maître Pascal le jeune, fils non indigne d’un père très illustre".

55 Paris, Sébastien Cramoisy et Gabriel Cramoisy, 1651.

56 "Afin que ce livre avec ta bienveillante permission puisse enfin prendre son chemin. Il est absolument soumis à ta loi, étant né dans ta maison et y ayant grandi."

57 Ibid., p. 54 : "Ne pense pas que, quand j’affirme la pression de l’air sur la terre, j’enveloppe mes phrases dans des discours insensés, j’ai un témoin de qualité, le fils Pascal, qui est d’une extrême habileté, et qui le premier dans notre France a ranimé l’expérience du vide née chez les étrangers et pour ainsi dire étouffée dans son berceau, l’appliquant non seulement au mercure, mais aussi aux liqueurs et faisant un tel progrès par la réussite de son admirable industrie, qu’il donna dans toute l’Europe aux hommes épris de la science véritable le désir d’expérimenter le vide.
Par son soin fut récemment réalisée en Auvergne, au pied de cette montagne si élevée, qu’on appelle le Puy-de-Dôme, près de la ville de Clermont une expérience à peu près similaire de celle que nous avons décrite plus haut, le mercure versé dans un tube long de quatre pieds glissa jusqu’à la troisième ligne et demie du vingt-septième pouce au-dessus du mercure étale dans le vase placé en dessous."

58 Ibid., p. 56 : "Tentée pour la première fois avec bonheur grâce à la sagacité du très avisé Auzout".

59 Ibid., p. 61 : "Les machines dressées pour sauver l’attraction sont détruites".

60 Ibid., p. 72 : "Les vraies causes du mouvements du sang sont révélées".

61 Ibid., p. 74 : "Donc j’affirme que le sang circule sous une triple incitation, évidemment l’impulsion systolique, la contraction spontanée ou imposée des vaisseaux, enfin la compression de ces mêmes vaisseaux par la pression des parties adjacentes".

62 Rouen, imprimé par Pierre Maille, Aux frais de l’auteur : "Dissertation médicale, si c’est la lymphe ou le sang qui est le plus proche du lait. Problème qu’on a traité de part et d’autre". Le même texte est repris dans le Cor vindicatum, que le même imprimeur produit la même année, également aux frais de l’auteur.

63 Le fils sans doute d’Hallé de Monflaines "conseiller du Roy en ses conseils d’Etat et privé, maistre des requestes ordinaires dans son hostel". La conférence de Saint-Ange du 1° février 1647 se tint chez le sieur du Mesnil, fils (également ?) de Monflaines.

64 Dissertatio Medica, p. 51 : "Bien que présentée par le très savant et très subtil Gassendi, a plus de subtilité que de solidité".

65 Ibid., Ad Lectorem : "Jean Riolan le très remarquable professeur royal d’anatomie, qui fut jadis mon précepteur, que je vénérais et que je vénère toujours".

66 Parisiis, Ex Officina Platiniana, Apud Hadrianum Perier, via Jacobaei, 1618.

67 "Première réponse aux nouvelles expériences antomiques de Jean Pecquet, afin de rendre le chyle au foie et de maintenir parfaitement indemne la nouvelle conception de Riolan de la circulation du sang."

68 Paris, Gaspar Meturas, 1653.

69 Paris, Gaspar Meturas, 1648. nombreuses rééditions.

70 Auteur de tragédies, sans doute rouennais, puisqu’il concourut pour les Palinods.

71 Ibid., p. 679.

72 Ibid., loc. cit.

73 Paris, Cramoisy, 1654.

74 Paris, Gaspar Meturas, 1655 : "L’office de fabriquer le sang est rendu au foie".

75 Rouen, François Vaultier, 1658.

76 Ibid., p. 37.

77 Rouen, François Vaultier, 1658.

78 Ibid., p. 68.

79 Ibid. p. 80.

80 Ibid. p. 82.

81 Ibid., p. 83, sv.

82 Ibid., p. 85.

83 Ibid., p. 86.

84 Clitandre, Préface.

85 Dissertatio Medica, Ad Lectorem : "Que tous les philosophes comprennent qu’Aristote fut le plus éminent anatomiste (...) viendront enfin des temps où sera ranimée et florissante cette anatomie péripatéticienne".

86 Remarques considerables, p. 81.

87 Fragment de Préface pour le Traité du Vide (1651 ?), dans Œuvres, p. p. Jean Mesnard, t. II, p. 777.

88 Rouen, Charles Osmont, 1654.

89 Approbation de l’archevêché : censures du vicaire général, R. Le Cornier, le 21 octobre, et du chanoine, C. Mallet, le 16 octobre.

90 Les Veritez Catholiques, Preface.

91 Ibid. p. 134-135.

92 Ibid., p. 196.

93 Ibid., loc. cit.

94 Ibid., p. 204.

95 Ibid., p. 205.

96 Ibid., p. 205.

97 Ibid., p. 206.

98 Ibid., loc. cit.

99 Rouen, François Vaultier, 1656.

100 Avertissement Au Lecteur.

101 Ibid., loc. cit.

102 Ibid, loc. cit.

103 Lettre datée du 16 décembre 1655.

104 Ecrits sur la Grâce dans Œuvres, p. p. Louis Lafuma, Paris, Le Seuil ("L’Intégrale"), 1963, p. 314.

105 Les Pensées, éd. L. Lafuma, 793.

106 Ibid., 190.

107 Fontenelle, Œuvres complètes, p. p. Alain Niderst, Paris, Fayard ("Le corpus des philosophes de langue française"), t. I, 1991, p. 425-426.

108 Ibid., t. V, 1993, p. 558.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search