Version classiqueVersion mobile

Les métamorphoses du désir. Étude des Amours de Ronsard

 | 
Alice Vintenon

Conclusion. Ronsard et les métamorphoses du désir

Texte intégral

1Comme nous l’avons vu, la critique a désormais écarté les lectures biographiques des Amours : c’est bien une fiction lyrique que le poète construit dans le recueil, en s’inspirant des conventions établies par Pétrarque dans son Canzoniere. Cependant, la figure de poète-amant qui constitue le double de papier de Ronsard n’est pas impliqué dans une fabula continue, dans laquelle on pourrait percevoir, conformément aux préceptes aristotéliciens, un début, un milieu et une fin. La forme fragmentée du recueil de sonnets place au contraire le discours amoureux sous le signe de la discontinuité. De sonnets en sonnets, palinodies et notes dissonantes se succèdent, pour introduire les multiples métamorphoses du désir.

2Le canzoniere ronsardien accentue en effet les tensions à l’œuvre dans les précédents recueils d’« amours », en mettant en scène un poète tiraillé entre l’affirmation du désir et son dépassement, entre la déférence à l’égard de sa dame et l’exigence de voir sa patience amoureuse être récompensée. Si les Continuations constestent radicalement les conceptions pétrarquiennes, Les Amours de 1552-1553 semblent plutôt les mettre à l’épreuve de manière dialectique. L’imitation pétrarquienne se trouve minée de l’intérieur par des doutes et des mouvements de révoltes appelés à se développer, dans les recueils suivants, sous la forme d’une réfutation en règle.

3Dans Les Amours, l’érotisme et les insolences vis-à-vis des philosophies de la sublimation amoureuse se nichent même au cœur des poèmes dont l’érudition et le raffinement stylistique autorisent à retrouver dans le recueil le « style à part » des Odes. Pour crypter son désir, Ronsard recourt en effet aux traditionnels marqueurs de la « poésie élevée », à commencer par la culture mythologique, exhibée notamment à travers le « beau nom » de Cassandre, ou l’emploi d’un vocabulaire peu commun, qui n’hésite pas à emprunter aux conceptions philosophiques les plus pointues.

  • 1 Politique des « Amours », op. cit., p. 120.

4Suite à son succès de librairie, le recueil ronsardien a, selon les décomptes de Cécile Alduy1, servi de modèle à une cinquantaine d’œuvres, qui se sont notamment approprié le titre d’« amours ». Malgré cette prolifération de canzonieri français, celui de Ronsard reste, aujourd’hui, le plus lu et le plus étudié. Sans doute les lecteur restent-ils sensibles au charme de poèmes qui exigent d’être abordés sans préjugés, et se laissent difficilement enfermer sous des étiquettes littéraires.

Notes

1 Politique des « Amours », op. cit., p. 120.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search