Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Rouen, au temps des Pascal

Les relations internationales de Rouen dans le premier XVIIe siècle

Michel Zylberberg

Texte intégral

1En 1640, quand les Pascal arrivent à Rouen, après la révolte des Nu-pieds et les émeutes populaires qui se sont déroulées dans la ville en août 1639, peut-on affirmer qu'ils entrent dans la première place commerciale française après Paris ? C'est vraisemblable même si on ne dispose pas de données nombreuses et précises sur ses échanges avec les pays européens et les mondes nouveaux. Néanmoins, on peut cependant affirmer qu'au cours du règne de Louis XIII, des bouleversements dans ses relations avec l'étranger se sont produits. L'Europe du Sud, avant tout l'Espagne, a cessé d'être un partenaire de premier ordre, ce qui n'est pas le cas de la Hollande ou de l'Angleterre. Surtout, les marchands rouennais s'intéressent de plus en plus aux pays extra-européens, l'Afrique, la Guyane, les Antilles et surtout le Canada qu'on appelle la Nouvelle-France. Mais ces liens économiques avec l'étranger ne sont pas toujours considérés comme positifs. Une présence massive de marchands étrangers, certaines importations, notamment celles des produits textiles, provoquent le mécontentement d'une partie de la population qui voit le chômage s'accroître, d'où une montée de la xénophobie dont seront victimes les Juifs marranes et les Anglais.

  • 1 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d'un espace social, Paris, 1983, t.  (...)
  • 2 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.), Cahiers des États de Normandie sous les règnes de Louis XIII (...)
  • 3 J.-P. Bardet, op. cit., t. II, p. 16-17.

2Rouen demeure toujours, comme l'a démontré Jean-Pierre Bardet, la deuxième ville de France après Paris avec une population qui atteint ou dépasse dans les premières décennies du XVIIe siècle les 70000 habitants alors que Nantes ou Bordeaux n'approchent pas les 50000 habitants1. Pourtant, la ville normande a été affectée par des épidémies dont la peste est la plus terrible, notamment en 1619, en 1622 et en 1628. Autre facteur qui oriente la démographie rouennaise vers la baisse, les disettes et les famines qui affaiblissent ceux qui sont sous-alimentés et qui ne peuvent résister aux maladies, c'est du moins ce qu'affirment les États de Normandie en 16232. En s'appuyant sur les données démographiques rassemblées par Jean-Pierre Bardet, on s’aperçoit que la moyenne annuelle des décès (c'est en vérité une approximation, tout n'a pu être enregistré notamment dans les premières décennies), entre 1600 et 1609, atteint 1209, qu'elle passe à 1460 entre 1610 et 1619, qu'elle monte à 2156 entre 1620 et 1629, progresse encore entre 1630 et 1639 avec 2354, chiffre à peu près équivalent entre 1640 et 1649 avec 2545. Quant à l'année 1650, elle est marquée par la plus grande mortalité du siècle avec 4750 décès3.

  • 4 M.Mollat (dir), Histoire de Rouen, Toulouse, 1979, p. 199.
  • 5 J.-P. Bardet, op. cit. t. II, p. 89.

3La place commerciale de Rouen a été également victime des conflits. La fin des guerres de religion, la Paix signée avec l'Espagne en 1598, et la trêve de douze ans conclue entre les révoltés hollandais et la monarchie espagnole en 1609 rendaient les transports maritimes peu dangereux. Mais, à partir de la décennie 1620, tout change. En 1621, la guerre entre les Provinces-Unies et l'Espagne reprend et les navires rouennais en sont parfois victimes. En 1627, l'Angleterre, qui défend les protestants français, entre en conflit contre la France de Richelieu et de Louis XIII en s'en prenant non seulement à la métropole mais à ses colonies. Enfin, en 1635, débute une guerre ouverte entre l'Espagne, qui était un partenaire commercial de premier ordre de la France et en particulier de Rouen, et la monarchie française, qui ne se terminera qu'en 1659 et qui aura des effets néfastes sur les échanges extérieurs français. Enfin, les émotions populaires, notamment celles de 1639, n'ont pu avoir que des répercussions négatives sur l'économie de la Normandie. De plus, quand Séguier impose, après son entrée à Rouen dans les premiers jours de 1640, une contribution forcée sur les Rouennais d'un montant de 1085000 livres tournois, cela ne peut-être qu'un facteur aggravant pour les initiatives économiques du monde marchand rouennais4. Pourtant, on ne peut pas seulement estimer que la situation économique de Rouen s'est aggravée sans interruption. En effet, entre 1600 et 1650, le nombre des marchands de la ville s'est accru, passant de 520 en 1600 à 700 en 1650 et surtout l'arrivée continuelle de marchands étrangers tout au long du premier XVIIe siècle montre bien que, pour ces derniers, il y avait encore de bonnes affaires à réaliser dans la ville normande5.

  • 6 J. Bottin, “Structures et mutations d'un espace proto-industriel au XVIe siècle” dans Annales Esc, (...)
  • 7 Ch. Demeulanaere-Bouyère, "Le commerce espagnol à Rouen au XVIe siècle" dans Etudes normandes, no 2 (...)

4Depuis la fin du Moyen Age, des liens commerciaux importants se sont établis entre la Castille et la capitale de la Haute-Normandie. Rouen, qui était un centre drapier, devait importer de la laine de grande qualité, celle que produisait l'Espagne. Au lendemain de la guerre de Cent Ans et pendant la majeure partie du XVIe siècle, nombreux furent les marchands espagnols qui vinrent se fixer à Rouen afin de pouvoir contrôler les arrivées massives de laines embarquées à Bilbao. Ils faisaient également venir de l'Espagne ou de l'Amérique espagnole du sucre, des épices, de la cochenille, des oranges et des raisins dont une partie était envoyée à Paris. En échange, ils achetaient des toiles dont Jacques Bottin a montré l'immensité de leur production dans une série de régions situées au sud de Rouen6, des draperies produites dans la ville et à Darnétal, de la quincaillerie, des chapelets, des cartes à jouer... Certains de ces marchands retournaient au bout de quelques années dans leur pays mais d'autres obtenaient des lettres de naturalité et se francisaient comme les Quintadoines, les Civille ou les Saldaigne7.

  • 8 A. de Montchrestien, Traité de l'économie politique, Rouen, 1615, p. 190.
  • 9 A. Dominguez Ortiz, "Los extranjeros en la vida espanola durante el siglo XVII" dans Anuario de his (...)

5Le commerce franco-espagnol était-il sous la domination des Espagnols ? C'est ce qu'affirme Antoine de Montchrestien dans son livre Traité de l'Économie politique publié à Rouen en 1615. Il indiquait qu'un marchand espagnol faisait autant de trafic que dix concurrents rouennais8. Pourtant, les marchands autochtones n'ignoraient pas l'Espagne. Dès la fin du XVe siècle, des armateurs de la capitale de la Haute-Normandie, parmi lesquels Jacques Le Peletier, avaient envoyé un navire à Valence et, dans les premières décennies du XVIIe siècle, plusieurs Rouennais étaient établis à Séville et à Cadix dont deux obtinrent entre 1609 et 1631 leur naturalisation ; il est vrai que treize Malouins en firent autant9.

  • 10 I. Cloulas, "Achat et importation de laines castillanes à Rouen par le marchand Alonso de Chalon" d (...)

6La révolte menée par les Pays-Bas contre l'Espagne à partir de 1566, les guerres de religion dans la France de la deuxième moitié du XVIe siècle, qui dévastèrent la Normandie, ont affecté les échanges entre Rouen et la péninsule ibérique ; mais une forte reprise se fit sentir dans les deux premières décennies du XVIIe siècle, due non seulement à la Trêve des Douze ans, mais également au rapprochement politique entre la France et l'Espagne, en particulier pendant la Régence de Marie de Médicis. Les Espagnols furent à nouveau très actifs à l'instar d'Alonse de Chalon qui appartenait à une grande famille marchande espagnole et qui, en relation avec un vendeur de laines de Burgos, importa en trois années, de 1619 à 1622, près de 60 000 arrobes de laines, soit environ 660 000 kg10.

  • 11 J. Nadat, E. Giratt, La population catalane de 1553 à 1717. L'immigration française, Paris, 1960, p (...)
  • 12 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) C. 1254 à 1264.

7Pourtant dans les années 1620, on assiste à un nouveau renversement. En 1621, la Trêve de Douze ans prend fin et les bâtiments espagnols sont menacés par les corsaires hollandais. Mais d'autres facteurs intervinrent qui réduisirent le commerce franco-espagnol. À partir des années 1620, la production des laines de Castille diminua considérablement sans qu'on sache s'il s'agit d'une crise de l'élevage transhumant dirigé par la Mesta ou de la conséquence de la diminution de la production textile des pays de l'Europe du Nord-Ouest. Pour Rouen, cette seconde hypothèse parait vraisemblable car sa production des tissus de laine connut une forte chute en raison de la concurrence anglaise. Enfin, en 1635, la France déclara la guerre à l'Espagne et, en conséquence, le roi Philippe III décréta l'interdiction de tout commerce avec la France11. Certes, cette décision ne sera qu'imparfaitement appliquée puisque, en 1650, un édit royal interdisait à nouveau l'importation d'une série de marchandises françaises dont les toiles de Rouen et les blancards fabriqués à Bernay ou à Pont-Audemer. En tout cas, même si le commerce entre la France et l'Espagne n'a pas totalement disparu, on ne trouve plus guère d'Espagnols dans la ville normande et aucun d'eux ne sollicitera entre 1619 et 1669 l'octroi d'une lettre de naturalité contrairement aux Nouveaux Chrétiens Portugais qui vont prendre en partie leur relève12.

  • 13 M. Escamilla-Colin, “Rouen et la diaspora ibérique” dans La Normandie et le monde ibérique, Les cah (...)

8Les Nouveaux Chrétiens, c'est-à-dire les anciens Juifs portugais plus ou moins convertis au catholicisme, sont arrivés en France légalement quand Henri II leur accorda de pouvoir s'établir dans plusieurs villes françaises. Une nouvelle arrivée se produisit dans les premières décennies du XVIIe siècle13. Entre 1603 et 1605, deux douzaines de familles portugaises vivaient à Rouen mais en majorité elles quittèrent rapidement la ville pour Amsterdam ou Hambourg ou bien retournèrent au Portugal, alors annexé par la monarchie espagnole.

  • 14 ADSM. 2 E 1/1168, 2 février 1648.

9À partir de 1610, une seconde communauté de Nouveaux Chrétiens Portugais s'établit à Rouen et elle y demeura au moins jusqu'en 1640, date à laquelle le Portugal reprit son indépendance et sans doute encore plus tard. Parmi elle, on comptait plusieurs marchands souvent en rapports avec l'Espagne et Anvers ainsi qu'avec Amsterdam. Ce fut le cas de Domingo ou Dominique Pereira qui, en 1644, dut payer une lettre de change d'un montant de 8000 reales de plata en compagnie de deux marchands anversois, Jacques Le Court et Diego Cardoso, au profit d'un marchand espagnol de Puerto Santa Maria dans la baie de Cadix. Le triangle Rouen-Anvers-les ports d'Andalousie était donc toujours en place en pleine guerre franco-espagnole. Ce même Pereira était également en relations avec Londres puisque une lettre de change fut tirée sur lui en août 1 648 par un marchand londonien, Antonio Carvaial, qui l'avait d'ailleurs rédigée en langue portugaise14.

  • 15 ADSM. 2 E 1/2508, 11 juillet 1671.
  • 16 ADSM. 2 E2/20, 12 décembre 1692.

10Après l'indépendance du Portugal, de Nouveaux Chretiens gagnèrent Rouen mais, à partir du milieu du siècle, sans doute à cause du déclin économique de la place normande, mais également en raison de l'hostilité qu'une bonne partie de la population urbaine leur manifestait parce que on les accusait de professer toujours la religion juive, beaucoup abandonnèrent la France pour Londres ou Amsterdam. Pourtant, certains y demeurèrent. C'est le cas d'Alphonse Penso, habitant rue aux Ours, qui va, en 1664, devenir, et les marchands rouennais ne sont pas nombreux à l'imiter, un des actionnaires de la Compagnie des Indes orientales. Associé à un des principaux marchands de la ville, Lucas Fermanel, il entretenait des opérations commerciales avec des marchands de Saint-Malo qui tiraient sur lui de nombreuses lettres de change15. Encore dans la dernière décennie du siècle, Philippe Mendes Dacosta, fondé de pouvoir d'un Nouveau-Chrétien de Bayonne, contractait une société en 1692 avec deux marchands rouennais dont le capital s'élevait à 75000 lt, lui-même en fournissant 50000 lt16.

  • 17 P. Jeannin, J. Bottin, "La place de Rouen et les réseaux lucquois en Europe (fin du XVIe siècle-déb (...)

11À cette date, on ne trouvait plus de marchands italiens, qui avaient joué un rôle crucial dans les échanges entre Rouen et le reste de l'Europe dans les dernières décennies du XVIe siècle et les premières du XVIIe siècle, comme l'ont montré Pierre Jeannin et Jacques Bottin et en particulier des Lucquois comme les Lamberti ou les Cenami17. L'Italie fournissait de l'alun, nécessaire à la teinture des textiles, tandis que, lors des crises frumentaires qui l'affligeaient à l'époque moderne, elle importait du blé, dont une partie provenait de la Normandie. Les marchands italiens présents à Rouen se chargeaient donc d'assurer ces mouvements d'échanges mais ils ne se limitaient pas à ce type d'opérations et jouaient fréquemment le rôle d'intermédiaires entre les différentes places de l'Europe atlantique ou dans celles de l'intérieur du royaume de France, notamment à Lyon où ils étaient établis en nombre, comme on le sait, et dont ils dominaient le marché. Comme exemple, on peut présenter un Lucquois qui avait acheté 56 balles de laines en participation avec un Beauvaisien tandis que d'autres, après avoir fait l'acquisition de tissus anglais, les expédiaient à Lyon.

12Comme les Espagnols, les Italiens disparurent de Rouen au cours de la décennie 1620. Certains d'ailleurs étaient déjà partis pour Paris auparavant, en considérant que la capitale du royaume qui connut une forte expansion économique au cours du premier XVIIe siècle était plus prometteuse pour le volume de leurs affaires que son avant-port. Mais la raison fondamentale de l'évanouissement de la colonie marchande italienne eut pour cause la grave crise économique que connut l'Italie à partir des années 1619-1622 et qui l'affaiblit durablement.

  • 18 J. Bottin, op. cit., p. 979
  • 19 P. Dardel, Le trafic maritime de Rouen au XVIIe et XVIIIe siècle, Rouen, 1946, p. 91.
  • 20 ADSM. 2 E 1/1168, 28 février 1644.

13L'abandon de la ville de Rouen par les Espagnols et les Italiens à partir de la troisième décennie du XVIIe siècle ne permit pas cependant aux marchands locaux de dominer enfin les relations économiques entre le port normand et l'Europe. En effet, d'autres étrangers étaient présents en nombre. C'était le cas des Anglais qui, d'ailleurs, dès les années 1570, quittaient Rouen pour acheter des masses considérables de toiles dans la Basse-Normandie, à Bernay ou à Argentan18. En échange, ils vendaient des tissus de draps qui concurrençaient victorieusement la principale fabrication rouennaise dans ce domaine, le drap du sceau. D'Angleterre venaient également des quantités importantes de charbon de terre, principalement des mines de Newcastle ; il en arriva en 1614, dans le port normand, 3595 tonneaux en provenance du port du Nord-Est de l'Angleterre19. Venait également ce qu'on appelait le pain d'Angleterre. En 1640, un marchand anglais, Richard Bamborne, reçut une lettre de change d'un montant de 16001t pour les 30 quintaux de pain d'Angleterre qu'il venait de vendre20.

  • 21 ADSM. C.1263-1264.
  • 22 ADSM. 2 E 1/2385, 3 janvier 1648.

14En dehors des Anglais, et même d'Irlandais, comme George Hacquet, né à Limerick en Irlande et qui se fit naturaliser en 1663 après être demeuré dans la ville depuis au moins douze ans, étaient venus s'installer à Rouen de nombreux marchands flamands et hollandais dont certains obtinrent des lettres de naturalité, comme François de Conninck ou Tobie Diequenet, originaires de Middlebourg ou Antoine Vanderhulst, natif de la ville de La Haye, qui, dans la seconde moitié du siècle, devint un des plus grands marchands de la place rouennaise21. Des Allemands gagnaient également la ville normande. Ils faisaient venir de leurs pays d'origine, sur des bâtiments le plus souvent hollandais, des productions locales comme des produits alimentaires ou des tissus. C'est le cas de Pierre Peterson qui avait acheté, pour son compte, en octobre 1647 à Toningen, pays d'Allemagne, 2441 pièces de fromages et 9 barrils de seigle22.

  • 23 Sur ces activités Cf. E.H. Gosselin, Documents authentiques et inédits pour servir à l'histoire de (...)

15Très tôt, les marchands rouennais, brillants seconds dans les échanges avec l'Europe, se sont lancés dans une politique d'expansion commerciale en direction des continents non-européens après la découverte des nouveaux mondes. Dès les premières décennies du XVIe siècle, nombreux ont été les bâtiments rouennais qui ont gagné les bancs de Terre-Neuve pour pêcher la morue ; cette activité s'est poursuivie jusqu'au XVIIe siècle. D'autres étaient en relations avec le Maroc où ils apportaient des toiles et chargeaient à bord de leurs navires des cuirs, des cires, de l'indigo, des sucres et de la poudre d'or. Certains marchands s'y établirent à demeure comme les deux frères Thomas et Jean-Baptiste Legendre qui appartenaient à une grande dynastie rouennaise et qui y vécurent de 1618 à 1626. Des Rouennais avaient également commercé au XVIe siècle avec les Antilles espagnoles qu'on appelait alors le Pérou mais avec de médiocres résultats23. Pendant les guerres de religion, leurs ambitions se rétrécirent mais, sous l'impulsion de la politique de Henri IV, puis de Richelieu, qui entendirent mener une politique systématique de colonisation les marchands rouennais, certains, d'origine étrangère, mais le plus souvent français, jouèrent, dans ces champs nouveaux, un rôle important, se dirigeant vers tous les continents avec des réussites diverses.

  • 24 E.H. Gosselin, op. cit., p. 162-163.

16L'influence des Provinces-Unies fut parfois déterminante. En 1615, le Rouennais Jacques Muisson et Ezechiel de Caen, originaire de Dieppe, mais qui s'est établi à Rouen, obtiennent le monopole du commerce avec les Indes Orientales. Ils vont créer, en voulant imiter la Compagnie hollandaise des Indes orientales, la V.O.C. fondée en 1602, une Compagnie des Indes orientales, avec plusieurs Rouennais comme Simon Le Maistre et Augustin de Beaulieu ainsi qu'avec des associés parisiens. La Compagnie des Indes orientales organisa un premier voyage vers les Indes en 1619 sous la direction d'Augustin de Beaulieu. Parti de Honfleur, l'expédition après avoir contourné le Cap de Bonne-Espérance arriva à Sumatra puis à Java. L'expédition ne fut pas une réussite et, après son retour, Augustin de Beaulieu entama un procès contre les héritiers de Jacques Muisson, décédé entretemps. S'il y eut d'autres expéditions rouennaises dans l'Océan Indien, - c'est ainsi qu'en 1638, François Cauche aborda une île des Mascareignes qu'il baptisa île Bourbon -, il n'y eut implantation d'importance rouennaise au-delà du Cap de Bonne Espérance24. En revanche, il en fut tout autrement en Afrique occidentale et dans les Amériques.

  • 25 E.H. Gosselin, op. cit., p. 105.
  • 26 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), Archives communales de Rouen, A. 25, 12 mars 1634.
  • 27 A. Ly, La compagnie du Sénégal, Paris, 1993, (1re édition 1958), p. 35.

17Si le Maroc semble avoir été abandonné, - c'est du moins ce qu'affirma Richelieu dans son Testament politique, rédigé dans les années 1630, dans lequel il indiquait que les marchands de Rouen avaient fait “autrefois” un commerce de draps et de toiles dans le royaume de Fez et du Maroc -, c'est peut-être la conséquence de la concurrence victorieuse des sucres du Brésil sur ceux du Maroc à partir des années 1620, il n'en est pas de même de l'Afrique occidentale. Déjà en 1595, Adrien Le Seigneur et Jean Bulteau, d'origine tournaisienne, s'associaient pour envoyer un bâtiment le Serpent de 60 tx pour gagner la Guinée, l'Angola et le Brésil sans doute pour s'y livrer à la traite des Noirs. L'expédition ne fut pas heureuse puisque le navire fut capturé par un navire anglais” Mais les expéditions se poursuivirent dans les années suivantes en direction du Sénégal, des îles du Cap-Vert et de la Guinée. En 1624, Jean Rozée, un des plus grands marchands de Rouen, associé aux Legendre et aux Bulteau ainsi qu'à des Dieppois, fonda une société de commerce qui expédia plusieurs navires vers le Sénégal et qui fut en 1626 à l'origine de la création de l'établissement de Saint-Louis du Sénégal. La société du Sénégal et du Cap-Vert obtint en 1633 de Richelieu le monopole de la traite pendant dix ans25. Ce commerce était très limité si l'on croit Jacques Bulteau membre de la société et par ailleurs appartenant aux 24 membres du Conseil de la ville de Rouen lorsque celui-ci fut chargé, en 1634, d'approuver la décision de Richelieu. Il déclara qu'on ne pouvait envoyer, chaque année, que trois ou quatre bâtiments sur les côtes de l'Afrique et que la concurrence envers sa compagnie, non seulement des Hollandais mais d'autres marchands rouennais, avait entrainé pour elle d'importantes pertes, d'où la nécessité de bénéficier du monopole. Il ne fut pas entendu puisque ses collègues de l'échevinage de Rouen se prononcèrent pour "la liberté publique et contre l'établissement des sociétés privilégiées"26. Cela n'eut pas d'effet sur la décision du cardinal et la compagnie continua seule à envoyer en Afrique des toiles, de la quincaillerie en échange de poudre d'or. De plus, elle commença à se livrer au commerce des esclaves avant même qu'il ne fut autorisé par Louis XIII en 1642. En effet, en 1638, Jean Rozée signa un contrat, avec un marchand rouennais d'origine hollandaise établi aux Antilles Daniel Trezel, par lequel il s'engageait à lui livrer "60 nègres à 200 lt. la tête"27.

  • 28 P. Pluchon (dir.), Histoire des Antilles et de la Guyane, Toulouse, 1982.
  • 29 A. Ly, op. cit., p. 34.
  • 30 E.H. Gosselin, op. cit., p. 164.

18Les marchands rouennais s'intéressèrent également à la pénétration française aux Antilles et en Guyane sans en être cependant les principaux promoteurs. En 1627, le Normand Belain d'Esnambuc, après s'être emparé de l'île de Saint-Christophe, obtint l'appui de Richelieu pour fonder la Compagnie de Saint Christophe qui disposait du monopole des échanges entre la France et cette colonie. Aucun Rouennais, semble-t-il, ne fit partie de cette compagnie ni de celle qui lui succéda en 1635 sous le nom de Compagnie des Iles d'Amérique, année où furent occupées La Martinique et la Guadeloupe28. Cette compagnie, comme celle à laquelle elle avait succédé, rencontrait des difficultés pour exploiter ses domaines. En conséquence, dès 1635, elle signa un contrat avec Daniel Trezel, présent à la Martinique. Celui-ci devait mettre en exploitation les terres que lui confierait la Compagnie des Iles d'Amérique, en y faisant démarrer une production nouvelle, celle de la canne à sucre et en lui accordant 10 % sur les profits qu'il obtiendrait. En 1639, Daniel Trezel fit venir deux de ses fils aux Antilles. François demeura à la Martinique tandis que Samuel gagnait la Guadeloupe. Ils y développèrent la culture de la canne à sucre et y installèrent des moulins considérés encore comme très archaïques29. Un autre marchand rouennais, David Le Baillif, appartenant lui-aussi à une des grandes dynasties marchandes rouennaises active encore au XVIIIe siècle, s'intéressa très tôt à la mise en valeur des Antilles. En 1639, il avait constitué, avec son neveu Simon Delapierre, une société pour l'achat de pétun c'est-à-dire de tabac. Le neveu était parti pour les Antilles françaises après avoir reçu des fonds de son oncle pour acheter des nègres. Revenu en 1646, il déclarait que, malgré des pertes, la société disposait de 41519 livres-poids de pétun ou tabac plus une habitation, une maison et une case, trois nègres (à cette date, un grand nombre de colons n'en possédait que fort peu), plusieurs hommes, en l'occurrence des engagés et des ustensiles30. Sans doute, n'étaient-ils pas les seuls Rouennais qui étaient partis pour les Antilles.

  • 31 J. Saintoyant, La colonisation française sous l'ancien régime, Paris, 1929, 11 p. 292

19La Guyane fut également un champ d'action pour les Rouennais au cours du premier XVIIe siècle. Elle avait été explorée sous le règne de Henri IV par la Ravardière et des tentatives de colonisation furent entreprises mais échouèrent. D'autres expéditions eurent lieu en direction du Maroni en 1626 et 1628 et, à leur suite, des marchands rouennais, dirigés par Jean Rozée, fondèrent une compagnie intitulée Cap du Nord, qui obtint, en 1633, le privilège commercial sur les territoires compris entre l'Orénoque et l'Amazone31. La compagnie organisa une première expédition en 1637 avec 66 colons et fonda une habitation qui fut à l'origine de Cayenne. Dans les années 1640, elle se chargea d'expédier 400 hommes pour parvenir à coloniser enfin la Guyane. Mais, deux ans après leur arrivée, la quasi-totalité d'entre eux avait disparu. Il n'en demeurait plus que 25. La compagnie rouennaise semble alors s'en être désintéressée et elle fut remplacée par la Compagnie de la France équinoxiale qui souffrit des mêmes revers et qui rapatria aux Antilles, sur des navires hollandais, les colons, dont quelques Rouennais qui avaient survécu.

  • 32 M. Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, t. 2, 1967, t. 111, 1979. G. Manduech, Normand (...)

20En fin de compte, c'est dans le commerce et l'exploitation du Canada que les Rouennais agirent avec le plus de constance, même si on les accusa de ne pas se préoccuper de la colonisation32. À la fin du XVIe siècle, un marchand dieppois, Pierre Chauvin, qui avait obtenu le monopole de la traite des fourrures du Canada, partit de Honfleur avec Pierre du Gua des Monts, originaire de Saintonge. Il créa, au confluent de la rivière Saguenay et du Saint-Laurent, un comptoir qui fut appelé Tadoussac mais il mourut alors que le commerce des fourrures en était encore à ses débuts. Ce fut ensuite son collaborateur, Pierre du Gua des Monts, qui, pendant plusieurs années, allait devenir, avec Samuel Champlain, le principal animateur de la pénétration française dans le Canada. Pour atteindre ses objectifs, il lui fallait obtenir un soutien financier. En conséquence, en mars 1604, il fondait une société disposant du monopole du commerce avec le Canada, comprenant des marchands de Saint-Malo, de la Rochelle de Saint-Jean de Luz et dont les principaux actionnaires étaient des marchands rouennais, Corneille de Bellois, d'origine hollandaise, et Lucas Legendre. A ce dernier, Pierre du Gua donna, en avril 1604, une procuration afin qu'il réunisse des gens du voyage. Malheureusement pour lui, son monopole fut révoqué en 1607 ; toutefois grâce à Lucas Legendre, il parvint à le maintenir une année supplémentaire, mais en fin de compte, sa compagnie fut dissoute en 1608.

21En 1613, le prince de Condé fut désigné par la Régente Marie de Médicis comme lieutenant général du Canada ou de la Nouvelle-France et il décida de créer, cette même année, une autre compagnie qui prit différentes dénominations : Compagnie de Condé ou du Canada ou - et ce fut celle-ci qui l'emporta - Compagnie de Rouen et de Saint-Malo, ses principaux associés se nommant Pierre Porée, Julien Arthur, originaires du port breton, et Pierre Fermanel, Daniel Boyer qui avait été le commis de Pierre du Gua des Monts, Corneille de Bellois et Lucas Legendre, marchands de Rouen. La compagnie reçut l'exclusivité de la traite essentiellement celle des castors pour une durée de 11 ans à partir de Tadoussac et, en échange, elle s'engageait à verser des appointements à Samuel Champlain et à transporter des familles en Nouvelle-France.

22Quand un nouveau représentant du roi est nommé, il arrive fréquemment qu'on se débarrasse de la compagnie qui bénéficiait du monopole de commerce. Ce fut le cas en 1620 quand le duc de Montmorency devint vice-roi de la Nouvelle-France. Une nouvelle compagnie vit le jour, qui prit le nom de Compagnie de Montmorency ou de Caen, car son principal artisan s'appelait Ezechiel de Caen, mais elle comprenait plusieurs membres de l'ancienne compagnie comme Pierre du Gua des Monts, Daniel Boyer et Lucas Legendre. Les autres participants de la compagnie de Rouen et de Saint-Malo refusèrent d'être mis à l'écart et ils obtinrent en 1621 une fusion avec la compagnie de Caen en acquérant les 5/12e de son capital. Mais des différends virent le jour entre Ezechiel de Caen et plusieurs partenaires de Rouen et de Saint-Malo, qui quittèrent la société en 1626.

  • 33 M.Trudel, op. cit., t. III, note 26, p. 8.

23Il est vrai que Richelieu, devenu, en 1626, grand maitre, chef et surintendant des mers, navigation et commerce, souhaitait écarter de Caen pour le remplacer par une autre compagnie qui ne se contenterait pas de faire la traite des fourrures mais qui organiserait le peuplement, la mise en valeur et la colonisation de la Nouvelle-France. En 1626, il essaya de mettre sur pied la Compagnie des Cent Associés du Morbihan, qui devait disposer d'un capital de 1600000 lt., mais le Parlement de Bretagne refusa de l'enregistrer. Une seconde compagnie, la Nacelle de Saint-Pierre fleurdelysée, dont le siège devait être fixée à Nantes, avorta également. En fin de compte, le ministre de Louis XIII reprit à son compte un projet présenté par Razilly, un chevalier de Malte, qui avait également attaqué de Caen, l’accusant de ne s’occuper que de la fourrure. En 1627, fut donc créée la Compagnie de la Nouvelle-France ou des Cent-Associés, dont le siège social était fixé à Paris et qui disposerait d'un capital de 300000 livres ; chacun des associés devait en apporter 3000. Outre Richelieu et Samuel Champlain, la majorité des actionnaires était des Parisiens en particulier des marchands-chapeliers pour qui la fourrure était une matière première noble mais également des marchands rouennais, parmi lesquels Claude Potel, Simon Le Maistre, Simon Guenet, Jean Papavoine, Henri Cavelier et Jean Rozée qui, à cette date, était à la tête de la maison de commerce Rozée Legendre et Cie. Parmi les douze directeurs de la compagnie de la Nouvelle-France qui la dirigeaient, figuraient les deux Rouennais, Simon Le Maistre et Jean Rozée33. Dans les années qui suivirent, d'autres marchands rouennais, comme Jacques Duhamel, Jacques Bulteau ou Jean Le Musnier, s'y incorporèrent.

24Les débuts de la compagnie de la Nouvelle-France furent catastrophiques à cause de la guerre menée contre l'Angleterre, laquelle s'empara du Canada français qu'elle ne restitua qu'en 1632. Au retour de la paix, la compagnie était exsangue car elle avait perdu tous ses fonds. Aussi, en novembre 1632, signa-t-elle un contrat avec une société sous-contractante, composée de marchands rouennais et dieppois, qui disposait d'un capital de 100000 lt. Il était précisé que l'administration, les embarquements et les retours se feraient à Rouen. Cette compagnie bénéficierait pendant cinq ans du monopole de la traite des fourrures dans le Saint-Laurent, la Compagnie de la Nouvelle-France se voyant accorder un tiers de ses profits. Cette compagnie sous-contractante comprenait une partie des membres de celle de la Nouvelle-France à savoir Simon Le Maistre, Jean Rozée, Jacques Bulteau, Henri Cavelier, Jacques Duhamel auxquels s'ajoutait Samuel Champlain. La première flotte de la compagnie quitta Rouen en 1633 et arriva au Canada en 1634. Elle repartit avec des fourrures mais également du bois, à la suite d'un accord entre le propriétaire d'un grand domaine intitulé la seigneurie de Beaupré et Jean Rozée et Jacques Duhamel. La traite, menée par elle, fut un succès, puisqu'en 1635, elle remit à la Compagnie de la Nouvelle-France 2000 castors d'une valeur de 225000 lt.

  • 34 M.Trudel, op. cit, t. III, p. 393.

25En 1638, une autre compagnie sous-traitante s'engagea à fournir à la compagnie-mère plusieurs milliers de castors, mais les résultats de sa traite fut décevants et, à partir de 1641, la Compagnie de la Nouvelle-France reprit en mains cette traite pendant quelques années ; elle fut ensuite remplacée par la communauté des habitants du Canada qui, après avoir fait appel à des marchands rochelais, se tourna vers deux marchands rouennais, Jean Rozée et Toussaint Guenet qui, en 1650, envoyèrent depuis Rouen deux navires avec des marchandises et 100 hommes de travail, c'est-à-dire des engagés ; pratique que Jean Rozée avait déjà mis en œuvre pour les Antilles34.

  • 35 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.) op. cit., p. 55.

26Comment les Rouennais ont-ils considéré le développement des échanges internationaux de leur cité ? Beaucoup se plaignaient de la trop grande présence de marchands étrangers mais ce qui, pour eux, avaient le plus d'importance, c'était les conséquences des trafics internationaux sur l'économie de la ville et ses retombées sur le niveau de vie des habitants de Rouen et de ses alentours. Les exportations étaient considérées comme positives pour l'essentiel encore que celles des céréales pouvaient entraîner la hausse du prix du pain : c'est ce que déclaraient les États de Normandie en 1623 pour qui, en raison de la stérilité des blés qui aurait provoqué la mort d'un million de personnes, il fallait n'accorder “aucune commission pour enlever des bleds aux pays étrangers”35. Il n'en allait pas de même des importations de certains produits manufacturés, avant tout les tissus de laine hollandais et surtout anglais qui l'emportaient sur les draperies rouennaises, entraînant une baisse de ces productions et une montée du chômage D'où des demandes renouvelées des représentants de la cité et de la province pour que ce type d'importations soit limité et des mouvements de travailleurs pour en interdire l'entrée.

27Un de ceux qui critiqua le plus le système des échanges rouennais dans les premières décennies du XVIIe siècle fut Antoine de Montchrestien dans son livre Traité de l'Economie Politique.

  • 36 A. de Montchrestien, op. cit., p. 183.

28Né à Falaise vers 1576, appartenant au protestantisme, dans son ouvrage publié à Rouen, il dénonçait la mainmise étrangère sur l'économie rouennaise. Ainsi, les Espagnols, qui apportaient directement des Indes, des cuirs, de la cochenille et du gingembre, les vendaient par l'intermédiaire de leurs commissionnaires établis à Rouen à des prix plus bas que les marchands français de Rouen qui avaient dû faire leurs achats en Espagne. Grâce à leurs ventes, ils pouvaient acheter plus facilement les toiles dans les halles et les marchés de Normandie de telle sorte qu'un commissionnaire espagnol à Rouen réalisait à lui seul un chiffre d'affaires équivalent à celui de dix marchands rouennais. Il dénonçait également la domination flamande dans le commerce maritime. D'après lui, pour 60 ou 80 navires flamands qui gagnaient Rouen, il n'y en avait que 10 ou 12 français36.

  • 37 A. de Montchrestien, op. cit., p. 192.

29Il s'en prenait également à certains hommes qui, déclarait-il, s'étaient glissés en France depuis quelques années. Il portait contre eux une accusation avec précaution, déclarant qu'il ne savait pas bien ce qu'il devait en dire mais, comme il courait sur eux un fort mauvais bruit, la fumée faisait conclure qu'il y avait du feu". Ces hommes - il s'agissait des Nouveaux Chrétiens portugais - ne chômaient pas le dimanche, ne mangeaient pas de lard, tenaient des assemblées secrètes qui scandalisaient les gens de bien, parce qu'ils y sentaient le circoncis, et ces Marranes risquaient, selon Montchrestien, de faire de la France "si belle si pure et si nette une sentine, un égoût, un cloaque des autres pays"37.

  • 38 A. de Montchrestien, op. cit., p. 71.

30Enfin, il s'en prenait aux Anglais qui faisaient venir à Rouen des draperies qu'il considérait comme vicieuses et mal conditionnées et qui réduisaient les ventes du drap du sceau qui pourtant avait une réputation de beauté et de bonté ; par suite, les artisans étaient conduits à "chômmer et à mourir de faim" faute de "besogne" et il réclamait qu'on imite les Flamands qui auraient défendu l'entrée dans leurs états des draps d'Angleterre38.

  • 39 BMR. A.24

31Ces attaques n'étaient pas propres seulement à Antoine de Montchrestien. En 1617, plusieurs maîtres de navires français réclamèrent qu'ils fussent préférés aux navires flamands et anglais qui exportaient les blés et l'Amirauté leur donna satisfaction en interdisant à cinq ou six navires hollandais chargés de blé de quitter le port normand. La même année, un groupe de marchands de la ville présentèrent des remontrances au souverain : depuis quelques années, affirmaient-ils, ils avaient abandonné les voyages au long cours en direction du Pérou - en fait les Antilles-, du Brésil, de la Neuve-Espagne et autres lieux parce que les Espagnols s'emparaient non seulement de leurs marchandises et de leurs navires mais s'en prenaient aux équipages et aux marchands qu'ils traitaient avec beaucoup de cruauté39.

  • 40 ADSM. C.1263. Janvier 1650.

32On s'en prit également aux Nouveaux Chrétiens portugais. En 1629, les États de Normandie se prononcèrent contre l'octroi de lettres de naturalité aux Portugais, d'autant plus que plusieurs d'entre eux s'étaient, après les avoir obtenus, retirés à Amsterdam et à Londres, où ils "professaient ouvertement le judaïsme". En 1633, plusieurs d'entre eux furent emprisonnés car, selon les échevins de la ville de Rouen, on les accusait de “faire profession du judaïsme”. Mais la monarchie faisait preuve de compréhension et ils furent libérés malgré les protestations de plusieurs Rouennais. En 1650, la Régente Anne d'Autriche intervint à son tour en faveur des Nouveaux Chrétiens portugais. Alors que les officiers voulaient les empêcher d'acquérir des biens meubles ou leur enlever leurs biens déjà acquis pour les obliger à quitter le royaume, alors qu'ils voulaient particulièrement s'établir dans la ville de Rouen, la reine-régente déclara qu'ils pouvaient demeurer dans son royaume40.

33Ce fut surtout le commerce des Anglais qui fut l'objet de mises en causes continuelles. A plusieurs reprises, les États de Normandie réclamèrent que l'on rende plus difficile l'entrée des draperies anglaises en Normandie. Ils s'en prirent au traité de commerce conclu en 1606 entre la France de Henri IV et l'Angleterre de Jacques VI et qui fut confirmé en 1626 par Louis XIII qui permettait l'entrée des marchandises anglaises, en particulier les textiles, avec des droits de douanes limités alors que les marchandises françaises entrant en Angleterre étaient soumises, déclaraient-ils, à des taxes douanières élevées. Comme ils considéraient que les Anglais apportaient "journellement" des draperies dites falsifiées, ils demandaient en 1620 que la monarchie interdise l'arrivée de ce genre de produits, ce qui leur fut refusé.

  • 41 Ch.de Robillard de Beaurepaire (ed.), op.cit., p. 166-167.

34En 1629, les États de Normandie revinrent à la charge. Il y avait trop d'étrangers qui faisaient le commerce en Normandie et il fallait leur interdire d'apporter dans le royaume "aucunes marchandises manufacturées" et particulièrement aux Anglais qui continuaient à faire pénétrer un grand nombre de marchandises déguisées41.

  • 42 ADSM. 1 B 1/58 ; A. Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Rouen, 1840-1842, t. IV, p. 340.

35Comme les demandes des États de Normandie n'eurent aucun effet, les travailleurs, qui voyaient les manufactures de lainages rouennaises diminuer leur production et licencier une partie d'entre eux, agirent par la violence. En juillet 1630, un navire anglais rempli de toutes sortes de draps d'Angleterre étant arrivé dans le port de Rouen, 1000 à 1200 ouvriers qu'on appelait des purins et qui venaient des quartiers de l'est de la ville, en particulier de Saint-Nicaise, se dirigèrent vers le quai. Là, ils brûlèrent deux balles que les Anglais avaient déposées devant le bâtiment de la Romaine, la douane de Rouen, puis ils s'emparèrent de petites barques, montèrent sur le navire, déchirèrent les tissus qui s'y trouvaient et jetèrent les étoffes mises en lambeaux dans la Seine. On aurait pu qualifier cela de cloth party. Pendant ce temps, un autre groupe se dirigeait vers le Parlement. Un dénommé Coquerel dénonçait l'arrivée du navire avec des marchandises qu'il évaluait à 100000 lt., ce qui interdisait au peuple de vivre. Les conseillers du Parlement furent, semble-t-il, sensibles à cette prise de parole puisque le Parlement publia un arrêt interdisant la vente de marchandises étrangères, à l'exception de celles qui avaient été expressément autorisées par les traités. Néanmoins, on procéda à de nombreuses arrestations, mais il semble qu'aucun purin ne fut condamné42.

  • 43 A. Floquet, op.cit., t. IV, p. 544.

36Quelques années plus tard, en 1637, une nouvelle émotion populaire se produisit : des travailleurs s'en prirent aux tailleurs de Rouen qui achetaient des tissus d'Angleterre au lieu de s'adresser aux drapiers-drapants de Rouen et de Darnétal. Plus d'un millier de purins y participèrent et le Parlement dut envoyer la milice urbaine et les arquebusiers pour rétablir l'ordre43.

  • 44 R. Mousnier (ed.), Lettres et mémoires adressées au chancelier Séguier (1633-1649), Paris, 1964, t. (...)

37La Révolution anglaise des années 1640 aurait pu sans doute réduire les échanges entre l'Angleterre et Rouen. Pourtant en 1645, le procureur du roi au Parlement de Normandie, Lafosse, après une conférence tenue avec les principaux marchands de la ville, présentait au chancelier Séguier, lequel avait venir les Pascal à Rouen, une mise en cause des relations commerciales entre les Anglais et les Rouennais et il se prononçait pour réformer le traité de commerce qu'avait confirmé le défunt Louis XIII. Selon lui, les Anglais ne laissaient rien sortir de leur pays que des produits manufacturés pour "laisser gagner la vie de leurs ouvriers et se conserver le prix des façons". Au contraire, ils refusaient de recevoir les produits manufacturés français, ce qui nous faisait perdre l'entretien de nos ouvriers et le prix de nos façons. Ainsi, les Anglais ne vendaient aucune livre de laine et ne recevaient aucune aune de drap ou de ruban, se contentant d'acheter de la laine et de la soie. Par ailleurs, la guerre civile qui embrasait l'Angleterre, celle qui opposait la France à l'Espagne étaient une source d'affaiblissement pour le commerce maritime français. En effet, pour éviter les corsaires de Dunkerque, les marchands rouennais chargeaient leurs marchandises sur des navires anglais, qu'ils appartiennent aux royalistes ou aux parlementaires. Or, lorsque les royaux s'emparaient des vaisseaux parlementaires, ou inversement, les marchands avaient beaucoup de mal à récupérer leurs marchandises44.

  • 45 H. de la Ferrière, La Normandie à l'étranger, Paris, 1873, p. 361-362.

38La guerre civile anglaise eut d'autres conséquences. En effet, les protestants qui représentaient 7 % de la population de Rouen au milieu du XVIIe siècle entendaient appuyer les parlementaires d'Angleterre et Lafosse faisait savoir à Séguier en 1643 que ces religionnaires continuaient à fournir des armes aux adversaires de Charles Ier. Ils avaient bénéficié du soutien d'un marchand hollandais, présent à Rouen, qui leur avait fourni quatre charrettes d'armes qu'ils entendaient faire passer de l'autre côté de la Manche. Or, des catholiques anglais réfugiés à Rouen, parmi lesquels figurait le seigneur de Montaigu "un bon et pieux catholique", réclamaient que le procureur du roi intervienne pour interdire ces envois, notamment 800 mousquets qui devaient être embarqués à Dieppe. Cependant, le procureur estimait que, dans la conjoncture présente, la France n'avait pas à intervenir en faveur d'un des deux camps de la guerre civile anglaise et, au cas où le chancelier ne lui donnerait aucun ordre, il fermerait les yeux et userait de dissimulation pour permettre à ce type d'échanges de se poursuivre45.

  • 46 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.), op. cit., p. 10.

39La victoire de Cromwell n'empêcha pas la monarchie française en guerre contre l'Espagne de se rapprocher de la République du Protecteur. En conséquence, elle ne remit pas en cause les traités qui permettaient l'entrée massive des tissus anglais, ce qui conduisit une nouvelle fois, en 1655, les États de Normandie à réclamer dans ce domaine une action plus énergique de Mazarin. Ils déclaraient que les droits de douane sur les produits français atteignaient le double, voire le triple de ce qui devait être réglé sur les marchandises anglaises arrivant à Rouen. Le pouvoir monarchique se contenta en réponse de déclarer qu'il communiquerait à son ambassadeur à Londres les réclamations des États de Normandie pour qu'il fasse toutes les instances nécessaires au soulagement de ses sujets et à la sûreté du commerce46.

40Ces échanges avec l'Angleterre eurent donc comme conséquence d'affaiblir considérablement l'industrie drapière rouennaise et, dans une moindre mesure, celle de Darnétal. Il fallut attendre l'arrivée au pouvoir de Colbert qui mit en œuvre une politique mercantiliste pour qu'un rétablissement de ce type d'industrie se produisît. Pourtant, Rouen n'en fut pas la bénéficiaire comme elle fut incapable d'accroître les échanges qu'elle avait commencé à nouer avec les Antilles. Désormais, ce furent les ports de Saint-Malo, de La Rochelle et de Nantes qui en bénéficièrent dans la seconde moitié du XVIIe siècle et Rouen perdit la prééminence qui avait été longtemps la sienne.

Notes

1 J.-P. Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d'un espace social, Paris, 1983, t. II, p. 33.

2 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.), Cahiers des États de Normandie sous les règnes de Louis XIII et Louis XIV, Rouen, 1877, p. 55

3 J.-P. Bardet, op. cit., t. II, p. 16-17.

4 M.Mollat (dir), Histoire de Rouen, Toulouse, 1979, p. 199.

5 J.-P. Bardet, op. cit. t. II, p. 89.

6 J. Bottin, “Structures et mutations d'un espace proto-industriel au XVIe siècle” dans Annales Esc, n'4, 1988, p. 975-976.

7 Ch. Demeulanaere-Bouyère, "Le commerce espagnol à Rouen au XVIe siècle" dans Etudes normandes, no 2, 1981, p. 43-54.

8 A. de Montchrestien, Traité de l'économie politique, Rouen, 1615, p. 190.

9 A. Dominguez Ortiz, "Los extranjeros en la vida espanola durante el siglo XVII" dans Anuario de historia social III, Madrid, 1960, p. 320.

10 I. Cloulas, "Achat et importation de laines castillanes à Rouen par le marchand Alonso de Chalon" dans Le textile en Normandie, Louviers, 1970, p. 1-14.

11 J. Nadat, E. Giratt, La population catalane de 1553 à 1717. L'immigration française, Paris, 1960, p. 50.

12 Archives départementales de la Seine-Maritime (ADSM) C. 1254 à 1264.

13 M. Escamilla-Colin, “Rouen et la diaspora ibérique” dans La Normandie et le monde ibérique, Les cahiers du CRIAR, Rouen, 1995, p. 27-48.

14 ADSM. 2 E 1/1168, 2 février 1648.

15 ADSM. 2 E 1/2508, 11 juillet 1671.

16 ADSM. 2 E2/20, 12 décembre 1692.

17 P. Jeannin, J. Bottin, "La place de Rouen et les réseaux lucquois en Europe (fin du XVIe siècle-début du XVIIe siècle)" dans Lucca e l'Europa..., Lucques, 1990, p. 149-191.

18 J. Bottin, op. cit., p. 979

19 P. Dardel, Le trafic maritime de Rouen au XVIIe et XVIIIe siècle, Rouen, 1946, p. 91.

20 ADSM. 2 E 1/1168, 28 février 1644.

21 ADSM. C.1263-1264.

22 ADSM. 2 E 1/2385, 3 janvier 1648.

23 Sur ces activités Cf. E.H. Gosselin, Documents authentiques et inédits pour servir à l'histoire de la marine et du commerce rouennais pendant le XVIe et le XVIIe siècle, Rouen, 1876.

24 E.H. Gosselin, op. cit., p. 162-163.

25 E.H. Gosselin, op. cit., p. 105.

26 Bibliothèque municipale de Rouen (BMR), Archives communales de Rouen, A. 25, 12 mars 1634.

27 A. Ly, La compagnie du Sénégal, Paris, 1993, (1re édition 1958), p. 35.

28 P. Pluchon (dir.), Histoire des Antilles et de la Guyane, Toulouse, 1982.

29 A. Ly, op. cit., p. 34.

30 E.H. Gosselin, op. cit., p. 164.

31 J. Saintoyant, La colonisation française sous l'ancien régime, Paris, 1929, 11 p. 292

32 M. Trudel, Histoire de la Nouvelle-France, Montréal, t. 2, 1967, t. 111, 1979. G. Manduech, Normandie et Nouvelle-France d'Amérique du Nord, Rouen, 1978.

33 M.Trudel, op. cit., t. III, note 26, p. 8.

34 M.Trudel, op. cit, t. III, p. 393.

35 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.) op. cit., p. 55.

36 A. de Montchrestien, op. cit., p. 183.

37 A. de Montchrestien, op. cit., p. 192.

38 A. de Montchrestien, op. cit., p. 71.

39 BMR. A.24

40 ADSM. C.1263. Janvier 1650.

41 Ch.de Robillard de Beaurepaire (ed.), op.cit., p. 166-167.

42 ADSM. 1 B 1/58 ; A. Floquet, Histoire du Parlement de Normandie, Rouen, 1840-1842, t. IV, p. 340.

43 A. Floquet, op.cit., t. IV, p. 544.

44 R. Mousnier (ed.), Lettres et mémoires adressées au chancelier Séguier (1633-1649), Paris, 1964, t. II, note 1, p. 753-754.

45 H. de la Ferrière, La Normandie à l'étranger, Paris, 1873, p. 361-362.

46 Ch. de Robillard de Beaurepaire (ed.), op. cit., p. 10.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search