Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Rouen, au temps des Pascal

Rouen au milieu du xviie siècle : une grande ville de France

Guy Lemarchand

Texte intégral

  • 1 J.-P. BARDET, Rouen aux XVIIe-XVIIIe. siècles. Les mutations d’un espace social, 2 vol. Paris, 1983 (...)

1À l’époque de Pascal Rouen figure parmi les villes de France les plus grandes. Peut-être n’est-elle déjà plus au deuxième rang comme au XVIe siècle, en tous cas on la trouve au moins au troisième, après Paris et Lyon. D’après J.-P. Bardet qui a procédé à une reconstitution de la population à partir du comptage des baptêmes consignés dans les registres paroissiaux1, Rouen en 1640 compte à peu près 89 000 habitants, soit le chiffre maximum de la période 1560-1800. Elle connaît une expansion notable depuis 1600 : + 48 %. Elle doit ce peuplement au nombre et à l’importance de ses fonctions. En effet elle est d’abord le port de mer d’une région qui est la plus riche et la plus peuplée du royaume après l’Ile de France et F avant-port de Paris, grande agglomération d’Occident (450 000 habitants), Le Havre n’ayant encore qu’un rôle avant tout militaire. C’est également un centre industriel : elle comprend 80 jurandes et maîtrises dont plus de la moitié concerne des activités de fabrication. Les secteurs les plus développés sont la draperie, la toilerie et la teinturerie, de réputation internationale, la tannerie et la cordonnerie, la menuiserie et les productions afférentes (tonnellerie, etc.). Rouen est aussi un grand centre judiciaire et du même coup administratif, les tribunaux ayant alors également, pour la plupart, des pouvoirs que nous appelons administratifs depuis la Révolution. Elle demeure la capitale du duché de Normandie et à ce titre elle abrite 3 cours souveraines ayant juridiction sur toute la province, une autre, le Bureau des Finances, portant sur le Nord-Est de celle-ci, la généralité de Rouen. S’ajoutent 5 cours civiles secondaires, 2 cours secondaires de finances, une cour économique locale. Elle est aussi le siège – qui lui est disputé par Caen – du gouvernement de Normandie, et de l’intendance de la généralité alors en cours d’installation. Évidemment les procès qui se jugent dans la ville, contribuent à multiplier et remplir les nombreux cabarets et auberges qui y sont établis. Enfin Rouen est un centre religieux prestigieux. Elle détient un archevêché et un chapitre cathédrale qui sont parmi les plus riches de France, le diocèse s’étendant sur 1 300 paroisses. La cité compte un nombre élevé de paroisses (37) et plus de 100 églises et chapelles. Une cinquantaine de monastères et fondations religieuses y sont implantés. Son peuplement comporte par conséquent au moins 2 000 ecclésiastiques et religieuses et nous sommes en plein renouveau à cet égard, la Contre-Réforme ayant commencé à agir ici à partir des années 1620.

I- Un urbanisme anarchique

2À dire vrai, plutôt que de parler d’urbanisme, on devrait pour Rouen comme pour beaucoup d’autres villes du XVIIe siècle insister sur l’absence d’urbanisme en tant que politique raisonnée de construction et de réalisation des fonctions urbaines.

3Et pourtant la capitale normande jouit à l’époque d’une réputation flatteuse. Dans les traités et dictionnaires de géographie portant sur toute la France, dans les descriptions et histoires de la Normandie comme dans les enquêtes plus confidentielles et manuscrites faites sur le diocèse à chaque vacance du siège archiépiscopal et adressées à Rome, on retrouve le même éloge de Rouen. Il est compose de trois thèmes majeurs. La ville est “très grande”, “la plus populeuse”, la seconde du royaume et souvent on lui attribue 100 000 habitants. C’est également une très belle cité et quelques grands édifices bâtis en pierres, matériau rare dans la région, justifient ce qualificatif : la cathédrale, le palais de l’archevêque, l’abbaye Saint Ouen, mais aussi des constructions civiles comme le Parlement, l’Hôtel de ville et le Gros Horloge, le château-forteresse du Vieux-Palais, ainsi que peut-être 80 hôtels particuliers qui se multiplient dans la première moitié du siècle. Enfin on vante la richesse de la ville. Cette impression d’opulence repose certes sur la présence de ces monuments, mais plus encore elle est suscitée par ses fabrications de luxe (carrosses, objets d’ivoire, dentellerie, tapisserie...) et par la multiplicité de ses échoppes. Car Rouen assure l’approvisionnement en denrées et produits divers de consommation non seulement de sa population mais d’un pays dépendant fort étendu, d’autant plus qu’elle exporte largement hors de la province et à l’étranger, et qu’il n’y a pas de ville d’au moins 20 000 habitants dans un rayon de 50 à 90 km.

  • 2 Pour la description matérielle de la ville cf. surtout J. GOMBOUST, Description des antiquiez et si (...)

4De plus Rouen fait preuve alors d’un dynamisme bâtisseur marqué. Les chiffres que nous avons, recensés par J.P. Bardet, datent malheureusement du XVIIIe siècle mais l’essentiel de ce qu’ils révèlent était déjà acquis au milieu du XVIIe siècle. Les murailles n’étant plus entretenues depuis 1600 mais étant toujours debout, intra muros la ville comporte 9-10 000 maisons. Il y a aussi six faubourgs, avec 2 000 maisons et 10 % de la population de l’agglomération. Naturellement les constructions y sont discontinues et plus lâches, mais ils ne cessent de s’étendre et de se peupler depuis la fin des guerres de religion, particulièrement rive droite de la Seine avec au Nord-Est le faubourg Saint Hilaire et au Sud-Est, au pied de la colline Sainte Catherine, le faubourg Martainville. Le seul quartier sur la rive gauche, également en pleine expansion, est le faubourg Saint Sever, au débouché du pont unique. Au total la surface intra-muros représente 170 ha et extra muros 1 500 à 2 000. C’est dans les faubourgs orientaux et secondairement sud, que sont établies au milieu des champs et des jardins maraîchers les grandes industries en expansion, textiles et tanneries ainsi que les moulins à eau sur la rivière Robec2.

5Le revers de la médaille, avec un tel plan de masse, est un entassement humain intra muros extrêmement marqué. Plus de 80 % des rues ont moins de 5 mètres de large et même la moitié a moins de 3 mètres, sans parler de leur tracé sinueux et irrégulier. Il n’y a que trois places et encore ne font-elles que quelques hectares. Il résulte de cette accumulation désordonnée une impression, relevée au XVIIIe siècle, d’obscurité inquiétante à l’intérieur de la cité, d’autant plus que la construction en encorbellement limite la pénétration de la lumière et qu’il n’y aura pas d’éclairage public avant 1697. Les contemporains ressentent également fortement l’humidité qui va avec la limitation de l’ensoleillement et qui est accrue par le caractère brouillardeux souvent relevé du climat. La majorité des maisons est constituée de bâtisses en bois et torchis d’un étage avec 2 ou 3 pièces au total, petites, fragiles et inflammables. Cependant au XVIIe siècle on érige aussi, et de plus en plus, des immeubles de 3 à 4 étages, bâtis de façon souvent médiocre à des fins déjà spéculatives et formés partiellement de petits logements d’une à 3 pièces. En outre il peut y avoir plusieurs familles dans un même appartement. De telles conditions ne peuvent provoquer qu’un développement important de la saleté contre laquelle s’élèvent des plaintes fréquentes et que de timides tentatives de réglementation municipale cherchent à limiter. Chaque habitant doit nettoyer devant sa porte et mettre ses ordures ménagères dans des coins de rue convenus. Le seul service d’éboueurs existant, faute de finances, est celui auquel sont astreints les pauvres qui reçoivent un secours officiel : ils doivent en équipes enlever les tas de détritus pour les évacuer hors des murs, tâche fort mal remplie parce que sans organisation systématique et peu payée.

II- Une ville populeuse

6Ville peuplée et industrielle, Rouen présente une société très contrastée. Ce qui frappe c’est le poids des classes populaires c’est-à-dire essentiellement des travailleurs manuels, “gens méchaniques” selon l’appellation courante de l’époque qui met en fait sous ce vocable aussi ceux qui travaillent sans outils comme les porteurs, donc l’ensemble de ceux qui n’ont qu’un emploi et un revenu irréguliers. Une statistique tardive, 1700-1729, indique que plus de la moitié de la population est composée d’“ouvriers”. Il faut entendre par là les salariés de fabrication, des services et du commerce, payés soit à la tâche, soit à la journée. On doit y ajouter la majorité des maîtres des corporations, patrons modestes travaillant avec 1 ou 2 compagnons ou apprentis, ou seulement avec leur famille, rémunérés à la pièce comme les toiliers, et les domestiques nombreux dans cette cité où habitent beaucoup d’officiers royaux et de négociants opulents et qui sont gagés à l’année, soit encore au total 10 à 20 % de la population. De telle sorte qu’on peut penser qu’environ 70 % des citadins appartiennent aux classes populaires.

  • 3 Sont particulièrement édifiants les documents du Parlement, du Conseil de ville, de l’Hôtel-Dieu, e (...)

7Leur existence est caractérisée par un revenu médiocre, à la fois parce qu’ils ont des activités réputées “viles” et parce que la conjoncture économique des années 1640 se situe dans une phase de hausse des prix depuis 1600, alors que les salaires nominaux sont restés fixes3. Par conséquent l’entassement et l’inconfort du logement sont fortement marqués dans ces milieux, d’autant plus qu’à cause du mouvement démographique les loyers sont également à la hausse et qu’à Rouen les résidents sont rarement propriétaires. En 1713, d’après J.-P. Bardet, 87 % des habitants sont locataires et il ne devait guère en être autrement en 1640 car la ville a peu bougé entre les deux dates. Cela ne signifie pas que tous les locataires sont des pauvres ni que tous les propriétaires sont des riches, mais ce chiffre donne une tendance : la majorité des locataires est peu aisée à pauvre, et la majorité des propriétaires a une petite aisance ou même une grande fortune. Mais le trait principal de la vie quotidienne des catégories populaires est, ici comme dans les autres villes encore, sa fragilité : elles sont à la merci de divers fléaux périodiques. Telles sont les crises de cherté des subsistances par suite des mauvaises récoltes, comme en 1630-31 ou en 1648. Et on sait que déjà le haut prix du pain – le cycle Labrousse bien connu des historiens – provoque la baisse du marché intérieur et l’arrêt des manufactures, partant le chômage, les consommateurs concentrant leur pouvoir d’achat sur l’indispensable. S’ajoutent pour les artisans les crises purement commerciales dues à la mévente des produits industriels du fait de la concurrence étrangère : en 1636 les draps anglais envahissent la région, en 1649-50 l’exportation des lainages rouennais est mise en difficulté par l’essor avec la paix des tissus hollandais et britanniques. Les épidémies frappent encore plus cruellement, d’autant plus virulentes que l’absence d’hygiène et l’entassement en favorisent la diffusion. Ainsi la peste en 1637, 1639 ou 1648-1651. Certes les microbes et les virus ne distinguent pas la classe sociale des sujets qu’ils atteignent, mais, au moins, en cas de “contagion” les riches peuvent-ils se renfermer chez eux ou gagner la campagne, tandis que les travailleurs n’ont pas cette ressource, faute de réserves.

8Par ailleurs Rouen est relativement en avance par rapport aux villes équivalentes en ce qui concerne la différenciation entre les quartiers. Évidemment il y a encore des résidents pauvres dans toutes les parties de la ville, d’autant plus dans les maisons de plusieurs étages les combles et l’entresol sont loués à des gens modestes, alors que le premier et le second étage, de plus grande valeur, sont occupés par des bourgeois plus aisés. Néanmoins l’éventail des loyers est très ouvert : à la fin du XVIIe siècle, de moins de 20 livres par an à plus de 1000 ; et la sous-location est fréquente, surtout chez les locataires modestes. Ainsi les quartiers commencent à s’opposer entre eux. On les distingue d’abord par l’occupation de l’espace : les étendues libres et les jardins privés se rencontrent intra muros surtout à l’Ouest, par exemple dans la paroisse Saint Godard, les immeubles locatifs sont plutôt à l’Est et dans les faubourgs orientaux. La richesse, mesurée par le niveau des loyers, constitue un autre critère de différenciation : les locations à prix élevé se trouvent surtout le long des artères principales, à l’Ouest et au Centre, celles à bas prix à l’Est encore. La différence apparaît également dans la composition sociale des habitants : la paroisse orientale Saint Vivien et le faubourg Saint Hilaire sont peuplés surtout de travailleurs industriels et de pauvres, le Sud-Est et le faubourg Martainville, outre les mêmes artisans, comprennent de nombreux journaliers. Le Sud intra-muros, près du port situé essentiellement sur la rive droite de la Seine, est assez mélangé, composé à la fois de négociants et de dockers. Donc il y a déjà des quartiers où s’accumulent les humbles, les victimes principales des aléas de l’économie et de la maladie, et se constituent des foyers où peuvent se développer des mécontentements socialement inquiétants.

III- Une ville inquiétante

  • 4 . Cf. Arch. Dep. Seine-Marit. : B 1 Registres secrets du Parlement ; Arch. Mun. Rouen : A 25-26 Reg (...)

9Le vocabulaire utilisé à l’époque par les classes cultivées et aisées, en particulier les officiers royaux, pour désigner les catégories populaires révèle une tension sociale latente4. “Populace”, “canaille” sont des termes que l’on trouve couramment au XVIIe siècle à Rouen comme dans le reste de la France, “purains” est plus spécifique et évidemment chargé de connotations très dépréciatives.

10Ce mépris affiché trouve des justifications dans certains aspects du comportement populaire liés à la dureté des conditions de vie de ces catégories. D’abord l’écrit imprimé bien pensant, qui se multiplie dans cette époque de réaction religieuse et dans cette ville aux imprimeries nombreuses, a peu de prise sur eux car l’illettrisme et l’analphabétisme y règnent encore en maîtres. Pourtant, pour l’alphabétisation, Rouen est apparemment à un bon niveau. Vers 1670, 66 % des hommes et 41 % des épouses savent signer, en 1640 les chiffres seraient probablement un peu inférieurs car l’effort de création d’écoles a été notable au milieu du XVIIe siècle. Il faut aussi retirer de ces pourcentages 9 % de maris à la signature maladroite. C’est-à-dire que plus de 45 % de la population sont dans un état de misère culturelle, et cela particulièrement dans l’Est de la ville. Seconde caractéristique des classes populaires : l’instabilité familiale avec en premier lieu la fréquence du concubinage stigmatisé par la Contre-Réforme et pratiqué surtout par les compagnons, les journaliers, les domestiques et les mendiants à cause des difficultés de “l’établissement”, la fixation d’un foyer conjugal avec un emploi et un logement sûrs. S’ajoutent la prostitution, l’alcoolisme avec de très nombreux petits cabarets, surtout à l’Est et près du port, et qui produit de multiples incidents de rue liés à l’ivresse. La pratique de la violence également qui n’est pas propre à ces catégories, mais qui est plus sensible encore que dans la noblesse et la bourgeoisie : vols sans se donner même la peine de dissimuler, injures, coups sont courants et dûs à l’absence de rationalisation sociabilisée et à l’irritabilité individuelle, elle-même excitée par la concentration humaine et la promiscuité. L’image donnée par de telles attitudes fournit un alibi à la bonne conscience des dominants.

11Il faut dire qu’une partie de la population rouennaise, en particulier chez les humbles, est citadine depuis peu et est encore mal fixée. À la fin du XVIIe siècle, selon J.-P. Bardet, plus de 44 % des époux dont les mariages sont célébrés dans la cité, sont nés à l’extérieur de l’agglomération. Comme dans toutes les grandes villes, se déverse à Rouen une immigration incessante de journaliers agricoles, paysans parcellaires, tisserands de la proto-industrie, sans spécialité professionnelle et sans capital, à la recherche d’emplois ou de secours. Les campagnes voisines populeuses du Pays de Caux et à un moindre degré du Roumois déversent là leur trop-plein, particulièrement avec la reprise démographique d’après les guerres de religion.

12Or l’intégration des nouveaux venus à la vie collective de la cité est en train de devenir plus difficile. Au Moyen Age et au XVIe siècle le sentiment d’appartenance à une communauté urbaine et la solidarité intérieure étaient un frein aux querelles et aux violences. Mais, avec l’expansion de la ville, les institutions qui avaient une action d’intégration perdent de la force. Ce sont d’abord les confréries religieuses : de plus en plus, comme presque partout, elles ne réunissent que les maîtres des corporations et ne s’ouvrent aux compagnons que lors de la fête du métier. De plus, près de la moitié des salariés ne sont pas organisés en jurandes et avec la croissance du peuplement cette proportion – habituelle – est probablement en augmentation, les dirigeants des corporations pratiquant l’exclusivisme. Autres institutions promouvant l’unanimisme urbain : les fêtes purement religieuses, l’Ascension particulièrement, sont un moment important du calendrier annuel, mais précisément les autorités reprochent volontiers aux pauvres leur manque de dévotion, carence évidemment liée à leur mobilité géographique et à l’extrême difficulté de leur existence. Et la surveillance sourcilleuse d’un clergé devenant plus rigoriste tend à limiter l’effet de catharsis de la fête. Enfin continuent les cérémonies de célébration des grands : les entrées des gouverneurs de Normandie, celle du roi, Louis XIV en 1650.

13Quant aux organismes d’assistance qui peuvent également stimuler l’intégration, ils demeurent très faibles par manque de moyens réguliers. Il s’agit de l’aumône des paroisses sous forme des quêtes aux offices dans les églises, et de la “cotisation des pauvres” décidée par le Parlement et pesant en principe sur tous les corps et individus possédants, la première étant levée tardivement, en 1649, et avec, semble-t-il, un résultat assez mince. S’ajoutent à ces pratiques épisodiques trois institutions permanentes : le Bureau des pauvres créé en 1534 qui vit de quêtes particulières, de dons, de quelques rentes et du revenu de petites terres, par ailleurs l’Hôtel-Dieu fondé au Moyen Age, situé au sud de la cathédrale, dispose d’environ 200 lits pour les pauvres malades, et le Lieu de l’Event établi dans la paroisse Saint Vivien en 1601 qui est destiné aux miséreux convalescents ou valides et peut en accueillir 300. Tout cela est évidemment très inférieur aux besoins, surtout lors des crises périodiques.

  • 5 VOISYN DE LA NOIRAYE, Mémoire sur la généralité de Rouen (1665), édité par E. ESMONIN, Paris 1913. (...)

14En face des difficultés reste de la part des autorités le recours à la répression. Quand le nombre des mendiants s’accroît, on procède à leur expulsion par la force avec interdiction à l’avenir de réclamer l’aumône, sous peine du fouet et, en cas de récidive, de galères. En 1648 la ville étant particulièrement envahie par les errants à la suite d’une crise aiguë, pour la première fois, est décidée leur incarcération dans le Lieu de l’Event, début du “renfermement des pauvres” qui caractérise le royaume au milieu et à la fin du XVIIe siècle. Et si le populaire se met à gronder on déploie les forces de l’ordre. Toutefois on hésite souvent à le faire car cela risque de provoquer d’abord la colère de la foule et en réalité on dispose de très peu d’hommes, toujours parce qu’on ne veut pas payer l’impôt qui serait nécessaire pour les solder. En effet les policiers professionnels sont moins de 250 : 50 cavaliers de la Cinquantaine, 104 arquebusiers à pied, quelques dizaines de sergents des cours de justice. Sans doute y a-t-il aussi, occasionnellement, la milice bourgeoise : en théorie 3 à 4 000 hommes, mais comme dans le corps chacun paie son équipement et qu’il s’agit de civils ayant leurs occupations professionnelles, on ne peut compter que sur 1 000 hommes au plus, encore leur mobilisation est-elle lente et leur ardeur incertaine5. Cette faiblesse explique la prudence des échevins et du Parlement et, le plus souvent, la rareté des arrestations et des condamnations en cas de troubles.

***

15Comme presque toutes les villes du XVIIe siècle et particulièrement les plus grandes, Rouen est un mouroir. On y rencontre la mort partout et, dans l’atmosphère de renouveau religieux et d’anxiété spirituelle de l’époque, nombre d’esprits en étaient frappés : enfants abandonnés par des jeunes filles de la campagne venues y cacher leur “faute”, mendiants faméliques, adultes même aisés victimes de contagions et d’endémies. En sachant bien que les chiffres annuels de baptêmes recèlent quelques ambiguïtés et que ceux des sépultures ne recouvrent pas tous les décès, mais que les uns et les autres sont tout de même largement significatifs, j’ai utilisé les données fournies par J.-P. Bardet pour établir le bilan démographique de la ville et rapporter celui-ci aux naissances.

Baptêmes

Sépultures

Excédents baptêmes

Excédent/nbre baptêmes

1600-1604

11 628

5 489

5 627

50,6 %

1630-1634

17 644

11 628

6 016

34,0 %

1640-1644

18 566

13 281

5 285

28,4 %

1650-1654

16 333

14 267

2 066

12,6 %

1660-1664

16 648

15 094

1 554

9,3 %

16Afin de ne pas alourdir le tableau, je n’ai gardé que les totaux quinquennaux essentiels. On voit, avec la rupture de la montée des naissances depuis 1600, la crise dans la reproduction du peuplement à partir des années 1640 : les excédents de baptêmes sur les sépultures qui s’amenuisent et qui ne représentent plus qu’une faible part du total des naissances. De plus en plus, après le début du siècle, la ville s’est accrue grâce à l’immigration.

  • 6 Ed. A. SARRAZIN, Abrégé d’un journal historique de Rouen (1640) Rouen 1872 ; éd. A.M. FLOQUET, Diai (...)
  • 7 Décompte un peu incertain, par recoupements.

17Mais par l’importance des classes populaires, par la précarité de leurs conditions de vie et par l’inégalité sociale très visible, Rouen est aussi une ville agitée et dangereuse pour la petite minorité de ses habitants aisés. Et la situation y est d’autant plus incertaine qu’elle est entourée de bourgs industriels dont on peut craindre que les artisans viennent manifester leur mécontentement dans la capitale normande : Darnétal, Elbeuf et Louviers. Au XVIe siècle pendant lequel la solidarité urbaine demeure encore, je compte 19 séditions dans ses murs. Au XVIIe siècle éclate, entre autres, la grande émeute de 16396 : 2 à 3000 personnes tiennent la cité pendant près de 4 jours, criant leur colère contre le fisc royal ; au moins 16 maisons d’officiers et de marchands sont pillées, 7 commis et agents des impôts sont tués, tandis que la milice qui, cette fois prenant peur car beaucoup commencent à craindre pour leurs propres biens, finit par se rassembler, tire et fait 10 à 20 victimes, plus de 80 arrestations et poursuites judiciaires ont lieu, et on procède à 3 exécutions de mutins sur la roue et 23 pendaisons7. Nettement plus limités sont les troubles de décembre 1648 et janvier 1649 : un attroupement d’un millier de gens du peuple se forme autour de l’Hôtel de ville, puis du Parlement, protestant contre les exactions des soldats en quartier d’hiver dans la ville et conspuant les autorités accusées de laisser faire les soudards et de préparer un impôt pour payer leur solde.

18Donc Rouen a de quoi faire peur aux classes dirigeantes, car lorsqu’une émeute commence, même pour une raison politique comme la création d’une taxe supplémentaire, elle risque de tourner rapidement à l’affrontement social comme cela est déjà arrivé au XVIe et au début du XVIIe siècle.

Notes

1 J.-P. BARDET, Rouen aux XVIIe-XVIIIe. siècles. Les mutations d’un espace social, 2 vol. Paris, 1983. Cet exposé lui doit beaucoup, ainsi qu’à l’article de M. VENARD, Rouen au temps de Corneille, Études Normandes 1984, 1. Pour une comparaison nationale et internationale : J. DE VRIES, European urbanization 1500-1800, Londres, 1984 ; P. BAIROCH, La population des villes européennes. Banque de données et résultats 800-1850, Genève 1988.

2 Pour la description matérielle de la ville cf. surtout J. GOMBOUST, Description des antiquiez et singularitez de la ville de Rouen, Rouen 1655 ; F. FARIN, Histoire de la ville de Rouen, 3 vol. 1ère édition, Rouen 1668. Le plan de la ville par Gomboust en 1655 a été publié – réduit – par J.P. Bardet. C’est évidemment un document capital.

3 Sont particulièrement édifiants les documents du Parlement, du Conseil de ville, de l’Hôtel-Dieu, etc. publiés au début du siècle : G. PANEL, Documents concernant les pauvres de Rouen, Rouen 1917-19, 3 vol. Cf. aussi Arch. Dep. Seine-Marit. : Hôtel-Dieu 1 E 8-10 : Registre de délibérations. C. OUINLACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de Normandie, Rouen 1850.

4 . Cf. Arch. Dep. Seine-Marit. : B 1 Registres secrets du Parlement ; Arch. Mun. Rouen : A 25-26 Registres de délibérations du Conseil. G. LEMARCHAND, “La Fronde à Rouen : le peuple manipulé ou le peuple acteur ?” Annales de Normandie 1995, 5.

5 VOISYN DE LA NOIRAYE, Mémoire sur la généralité de Rouen (1665), édité par E. ESMONIN, Paris 1913. G. LEMARCHAND, “Crises économiques et atmosphère sociale en milieu urbain sous Louis XIV : Dieppe et Rouen”, Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, 1967, 3.

6 Ed. A. SARRAZIN, Abrégé d’un journal historique de Rouen (1640) Rouen 1872 ; éd. A.M. FLOQUET, Diaire ou journal de voyage du chancelier Ségnier en Normandie après la sédition des Nu-Pieds (1639-40), Rouen 1842 ; M. FOISIL, La révolte des Nu-Pieds et les révoltes normandes de 1639, Paris 1970.

7 Décompte un peu incertain, par recoupements.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search