Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Colloque de l’Université de Rouen (GRHIS-UPRESA 6064 - CERHIS) 17, 18, 19 novembre 1999. Les Pascal à Rouen (1640 - 1648)

Jean-Pierre Cléro

Texte intégral

1Le 19 novembre 1639, suite à la révolte des Nu-pieds qui secoue la province, Etienne Pascal est nommé commissaire député en Normandie “pour la subsistance des gens de guerre Contraint de résider d’abord à Gisors, en raison de troubles qui affectent la capitale normande, Etienne Pascal n’entrera à Rouen qu’au début du mois de janvier 1640 où ses enfants le rejoindront probablement au printemps. Il quittera la ville en août 1648, après que la Fronde ait entraîné la suppression des charges d’intendant et de commissaire. Un an auparavant, Blaise et sa sœur Jacqueline avaient déjà regagné Paris.

2Le séjour de la famille Pascal à Rouen a donc duré près de huit ans, aux quelques brèves interruptions près des voyages de Blaise à Paris.

3Or ce séjour a été ponctué par une suite d’événements particulièrement importants. Pour ne retenir que ceux qui passent ordinairement pour les plus essentiels, c’est durant cette période que Blaise Pascal, alors qu’il venait tout juste de rédiger le Traité des coniques, qu’il conçoit et fait construire sa machine arithmétique, qu’il se convertit au jansénisme, entraînant la conversion de toute sa famille, qu’il réalise enfin ses premières expériences sur le vide.

4Le passage de la famille Pascal par Rouen revêt donc un intérêt qui, loin d’être anecdotique, mérite qu’on l’érige en objet d’études étendu et approfondi, situé au carrefour de disciplines les plus diverses. Chacun connaît ce fragment des Pensées où Pascal fait une remarque et pose une question : “Les villes par où l’on passe, on ne se soucie pas d’y être estimé. Mais quand on y doit demeurer un peu de temps, on s’en soucie. Combien de temps faut-il ?”. Indiscutablement, huit années ont amplement suffi aux Pascal pour se faire estimer ici, et surtout pour qu’on puisse poser, à présent, la question de l’“estime”, c’est-à-dire, dans la langue du XXe siècle, de l’évaluation de ce passage.

5Les études que l’on trouvera ici ont, pour la plupart d’entre elles, répondu à la double préoccupation qui était la nôtre en ouvrant ce colloque.

6D’abord, sans doute, une préoccupation régionale et patrimoniale, car il s’agissait de mettre, bien plus qu’on ne l’a fait jusqu’à présent, l’accent sur l’enracinement rouennais des événements précités et de souligner ainsi à quel point les Pascal ont été étroitement mêlés à l’histoire de la ville dans laquelle ils ont résidé. Certes le thème avait-il déjà été traité localement. L’exposition de 1923, mise en œuvre par la Bibliothèque Municipale de Rouen, faisait ressortir alors une figure de Pascal très “littéraire”, plutôt inscrite à la rubrique des grands écrivains qu’à celle des grands philosophes. L’étude qui paraissait la plus complète et la plus originale à l’époque était celle de Strowski, Pascal et son temps. Le classement des Pensées, alors exclusivement retenu, était celui de Léon Brunschvicg, lequel d’ailleurs avait été professeur à Rouen. Parallèlement, une très forte activité d’historiens des sciences s’était déjà portée sur la machine arithmétique, les traités de mathématiques ainsi que sur les textes concernant le vide et l’équilibre des liqueurs. Suivant l’axe religieux, l’affaire Saint-Ange faisait, bien entendu, l’objet de l’intérêt des auteurs de l’exposition, lesquels pouvaient difficilement oublier l’étude d’un historien local, Charles de Beaurepaire qui, en 1901, avait consacré un livre à l’affaire. Peut-être finalisait-on, en général, un peu trop facilement, en 1923, ces événements en fonction des développements futurs de la polémique des Provinciales.

7L’autre livre de Charles de Beaurepaire consacré à Pascal, intitulé, de façon presque analogue à notre présent colloque, Blaise Pascal et sa famille à Rouen de 1640 à 1647, et publié ici même, rue Jeanne d’Arc, en 1902, est intéressant. Il ne s’agit évidemment pas d’en résumer ici les cent pages, mais il importait au plus haut point de repérer les changements de points de vue qui se sont opérés depuis le début du XXe siècle dans un ouvrage aux riches citations et savamment informé. Dans chaque perspective que nous avons évoquée précédemment, l’auteur apporte des précisions remarquables, même si le spécialiste, aujourd’hui, n’est probablement satisfait en aucune de ces directions. Il ne s’agit pas d’en faire ridiculement le reproche à Charles de Beaurepaire ; il s’agit plutôt, en cette fin de siècle, non seulement d’utiliser les instruments présents - éditions, méthodes, concepts - désormais mis à notre disposition, mais encore de réfléchir sur les évolutions qu’ils ont permises.

8En tout cas, il nous est apparu nécessaire de rouvrir l’ensemble du dossier des Pascal à Rouen, d’autant que, en 75 ans et tout particulièrement dans les dernières décennies, qu’elles soient menées par les littéraires, les historiens, les spécialistes des sciences, les philosophes, les études du XVIIe siècle ont profondément changé notre perception de cette époque, de ses classiques, au premier rang desquels figure Pascal. Ce fut la deuxième préoccupation de ce colloque, de mesurer les évolutions considérables des enquêtes sur les registres divers que nous avons cités. Sans verser dans une lecture téléologique ou “préformiste” de l’œuvre de Pascal, mais sans nier non plus ni minimiser l’importance de l’évolution ultérieure de sa pensée, il est apparu légitime de s’interroger sur le “destin” qu’ont connu quelques-uns des thèmes élaborés durant cette période : quel est le rapport, par exemple, entre les expériences sur le vide, importantes par elles-mêmes certes et dont l’impact sur la communauté savante fut immédiat, et la théorie de la connaissance proposée plus tardivement, jusque dans les Pensées ? Quel est le rapport entre l’affaire Saint-Ange et l’hostilité à l’égard de la religion naturelle, thème central de l’apologétique pascalienne qu’exposent ces mêmes Pensées ? Comment la relation échapperait-elle entre un séjour rouennais encadré par deux périodes de troubles civils majeurs, la révolte des Nus-pieds et la Fronde, et une pensée politique dans laquelle le thème de la guerre civile est omniprésent ?

9C’est donc à permettre un regard nouveau, à la fois sur ce séjour rouennais et, par là aussi, en partie, sur l’œuvre que ce colloque s’est proposé de contribuer.

  • 1 “L’histoire de l’Église doit être proprement appelée l’histoire de la vérité” (Br. 858, Laf., 776), (...)

10Certes il est clair qu’un grand nombre des communications qu’on lira ici-en particulier des philosophes et des spécialistes de sciences ne s’en sont pas tenues à un cadre aussi contraignant ; au moins les historiens présents ont-ils su constamment rappeler, à chaque fois que c’était possible, l’implantation des vérités, qu’elles soient scientifiques, philosophiques ou religieuses, dans des événements de la vie de Pascal et de sa famille, qui se sont accomplis dans notre ville. Il s’agissait, avant tout, d’éviter la désastreuse idéologie du “contexte” qui consiste à tourner autour de l’essentiel, qui est l’œuvre, ainsi constituée en point aveugle, et à se perdre dans une érudition de pourtour ; comme si l’œuvre n’était pas elle-même à la fois produit et constitution d’histoire. Or l’auteur lui-même est l’un des premiers qui nous ait appris qu’il y avait une histoire de la vérité1 et qui ait osé l’écrire délibérément ; nous avons voulu rester fidèle à cette impressionnante affirmation, si problématique que ses échos se font encore entendre difficilement aujourd’hui, par-delà la dénonciation husserlienne du péché d’“historicisme Si dangereuse que soit l’affirmation de l’historicité du vrai, elle vaut, de toute façon, mieux que la présentation extérieure d’un arrière-plan indifférencié et purement accidentel sur fond duquel aurait été construite une œuvre “sans lieu ni date Bien des auteurs de communication, à qui j’ai dû arracher le texte qu’ils avaient écrit à l’occasion du colloque, m’ont demandé de les excuser, dès cette préface, de n’avoir pu mener plus loin leur recherche ; nous avons pris le risque de publier leur texte et les remercions vivement de nous l’avoir cédé, même dans l’état d’imperfection où ils se figurent l’avoir laissé et qu’ils sont les seuls à déplorer voire simplement à déceler. Nous voulons toutefois que la précaution qui vient d’être énoncée les exempte des critiques dont notre hâte à publier ce colloque serait la seule cause.

11On trouvera donc ici l’image, à peine modifiée, de ce qui furent ces journées de novembre 1999 à Rouen, marquées par les interventions de Monsieur Ernest Gibert, Président de l’Université de Rouen, de Monsieur Denis Retaillé, Doyen de la Faculté des Lettres et sciences humaines, de Monsieur Jean Maurice, Directeur de l’École doctorale, nouvellement créée à Rouen, et par l’ensemble des communications, que nous avons réparties à peu près comme elles se distribuèrent alors.

12Il était logique de commencer par les conférences des historiens et des spécialistes de la vie intellectuelle rouennaise, que l’on trouvera en première partie. G. Lemarchand brosse un large tableau d’une grande ville de France, au milieu du XVIIe siècle, inquiétante par sa propension à devenir le théâtre de guerres civiles au profond retentissement dans tout le pays ; ce tableau se trouve lui-même inséré dans le vaste encadrement des relations internationales de la ville, grâce à l’analyse de M. Zylberberg qui révèle une ville dont la Fronde va précipiter le relatif déclin, à partir de sa position de premier port de France au XVIe siècle. Les deux autres communications que nous n’hésitons pas à classer dans la partie historique, en raison de la très grande précision de leur information sur les Pascal à Rouen, sont, d’une part, celle d’A. Niderst qui a retracé, dans sa complexité littéraire, scientifique, religieuse, la vie intellectuelle rouennaise à laquelle Pascal s’est trouvé mêlé, d’autre part, celle de J, Lesaulnier qui jette un éclairage plus spécifique sur les relations qui pouvaient exister entre Rouen et les milieux jansénistes dans les années 1640.

13La deuxième partie est consacrée aux travaux scientifiques de Pascal. S’il ne nous a malheureusement pas été possible de publier la conférence prévue sur les Coniques, en revanche, les textes sur la machine arithmétique, le calcul des probabilités sont à leur place dans ce recueil. C. Meurillon cherche, à l’occasion de l’invention de la machine, à articuler des réalités variées : la biographie familiale des Pascal certes, mais aussi les centres d’intérêt du Chancelier Séguier, la révolte des Nu-pieds et la politique financière de Richelieu. La “pascaline” est, pour J.-P. Cléro, le prétexte d’une réflexion sur la main en arithmétique et, plus généralement, sur la façon dont Pascal envisage les mathématiques et résout les problèmes les plus difficiles qui se poseront un peu plus tard. Dans le sillage d’E. Coumet, J.-M. Nicolle explique comment le calcul des probabilités s’insère dans l’organisation juridique et économique d’une société en pleine mutation. Sur la question des expériences concernant les pressions, le lecteur pourra choisir entre la thèse défendue par Mme K. Koyanagi qui prétend que “les expériences publiques faites dans la cour de la verrerie de Rouen” n’ont jamais eu lieu et ne sont que des “expériences de pensée” et celle de C. Mazauric, qui soutient, au contraire, que l’art des maîtres verriers permettait tout à fait de réaliser les expériences dont parle Pascal. Ce débat entre historiens n’est pas sans refléter le caractère équivoque du statut de l’expérience en ce milieu du XVIIe siècle et Mme S. Mazauric montre comment cette expérience devient désormais constitutive de la méthode scientifique. C’est sur une autre ambiguïté, celle des rapports de la technique et de la science, que B. Michaux attire notre attention, en rapprochant la conception pascalienne de celle de Descartes. Sans doute ces deux auteurs ne développent-ils pas la même science, mais leur pensée de la technique est restée également “abstraite” de part et d’autre. À la croisée des savoirs, de leur enseignement et des divisions religieuses, Mme A. Romano s’intéresse au débat et aux diffusions scientifiques de la première moitié du XVIIe siècle, en portant particulièrement son attention sur le collège jésuite de Bourbon. Enfin, D. Descotes attire notre attention sur la rhétorique des expériences sur le vide et, par là-même, ouvre un terrain de recherche concernant l’écriture des textes scientifiques, en particulier quand elle s’effectue dans la langue vernaculaire.

14La troisième partie traite des questions religieuses. Dans un contexte de crise religieuse, les œuvres de Pascal et des Messieurs de Port-Royal tentent d’élaborer, comme le montre M. Piqué, un nouveau modèle apologétique, dans lequel l’histoire aurait une place nouvelle et décisive. Le propos d’H. Bouchilloux n’est pas très différent lorsqu’elle entreprend de montrer que l’apologie pascalienne n’est pas une apologie du christianisme sans être une apologie de l’augustinisme. Peut-être plus proche des arcanes de l’affaire Saint-Ange, O. Jouslin établit par des moyens littéraires que la présence de Fortin, derrière laquelle paraît s’effacer Pascal, n’est guère qu’une apparence et qu’il convient de comparer à La Conduite du jugement naturel les ouvrages postérieurs de Pascal. De façon doublement paradoxale, V. Carraud aborde l’affaire Saint Ange par le biais de la physique, d’une part, et soutient l’idée, en dépit du statut différent de l’expérience chez Pascal et chez Descartes, d’un cartésianisme de Pascal, en raison de l’affirmation, chez les deux auteurs, du primat de l’ordre et de la méthode. A. Bord fait entendre une voix bien différente en invoquant la figure de Jacqueline Pascal dont la ville de Rouen a conservé le souvenir de l’étonnante précocité littéraire et qui sera le théâtre de l’épanouissement de la vocation religieuse qui conduira la sœur de Blaise à Port-Royal.

15La dernière partie regroupe les deux communications qui concernent les questions juridiques et politiques. Dans un article nuancé, F.P. Adorno fait certes état de la contestation par Pascal de l’idée de nature sous toutes ses formes, y compris celle d’un droit prétendument “naturel” ; mais il sait aussi que cette position rencontre sa contradictoire puisque Pascal affirme qu’il y a des lois naturelles. Enfin, inscrivant Pascal dans la grande tradition du conservatisme politique, G. Bras explique l’originalité des positions de l’auteur qu’il trouve dans l’autonomie et, d’une certaine façon, la “laïcité” de la politique pascalienne.

16Certes, ce classement est évidemment rhétorique et artificiel, du point de vue même de l’enjeu du colloque tel que nous l’avons défini en commençant. Pascal, pas plus qu’un autre auteur d’ailleurs, ne se laisse débiter en savant, philosophe, théologien, écrivain politique ; mais, d’une part, la règle des publications collectives ne laisse pas beaucoup d’autres choix, d’autre part, le texte final de M. Niderst permet de réunir les fils et de tisser l’étoffe qui fut celle de ce colloque, où l’on vit finalement s’organiser les intérêts les plus divers.

17Que tous ceux qui ont participé à ces entretiens, à quelque titre que ce soit, se trouvent ici, remerciés pour avoir assuré collectivement le succès de ces journées. Notre gratitude va particulièrement aux personnes qui ont présidé les séances avec hauteur et compétence, O. Bloch, J. Dokic, S. Mazauric, F. Thelamon, M. Venard, et au Président d’honneur, Monsieur Jean Mesnard, qui, en manifestant dans toutes les situations le plus admirable esprit de finesse, a su improviser, à la fin de chaque conférence, le mot le plus juste et développé les perspectives les plus avantageuses à partir des propos de chaque orateur.

18Il nous est agréable de remercier le C.N.R.S. (Département des Sciences de l’Homme et de la Société), l’Université de Rouen, la Région Haute-Normandie, le Conseil général de la Seine-Maritime et la ville de Rouen qui ont apporté leur soutien à ce colloque qui s’est tenu à la Faculté des Lettres à Mont-Saint-Aignan et à l’auditorium du Musée des Beaux-Arts à Rouen.

19La découverte du contexte culturel rouennais fut également un complément utile et enrichissant, qu’il s’agisse de la visite des collections du XVIIe siècle du Musée des Beaux-Arts, des précieux ouvrages présentés à notre intention par la Bibliothèque municipale de Rouen, ou enfin de la visite du Rouen baroque - espaces urbains et bâtiments que purent fréquenter les Pascal - à l’initiative de l’A.R.S (Association de Recherche sur la Sociabilité).

20Organisé par le GHRIS-UPRESA 6064 (Groupe de Recherche d’Histoire) du C.N.R.S. et le C.E.R.H.I.S. (Centre de Recherche sur l’Histoire des Idées et des Sentiments), ce colloque, dont les actes sont maintenant publiés par les Publications de l’Université de Rouen, a manifesté une volonté de coopération interdisciplinaire sur un sujet dont la complexité et la richesse appelaient nécessairement la multiplicité des approches et la complémentarité des regards.

21Voulu par l’ensemble des participants, un prolongement sera donné à ces “journées”, en 2001 ou 2002, lors de la parution du volume des Œuvres complètes consacré, grâce au soin minutieux de Jean Mesnard, aux Provinciales.

Notes

1 “L’histoire de l’Église doit être proprement appelée l’histoire de la vérité” (Br. 858, Laf., 776), ce qui implique d’emblée, en dépit de la prudence nominaliste et des limites assignées au propos, qu’il existe une histoire de la vérité.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search