Version classiqueVersion mobile

Les Pascal à Rouen, 1640-1648

 | 
Jean-Pierre Cléro

Allocution de bienvenue

Denis Retaillé

Texte intégral

1Les Pascal à Rouen, 1640-1648, tout le monde l’a noté, rassemble un nom d’homme (et de sa parenté), un nom de lieu et un moment qui semblent nécessaires, en association, pour situer parfaitement. L’association est cependant un peu faible lorsque, par implicite, elle renvoie à quelques idées forces qui peuvent être de grande portée ou insignifiantes. Je m’amuserai avec l’une d’elles qui me vient à l’évidence et que je voudrais assassiner : celle du génie des lieux.

2Une journée, ici, et vous commencez à sentir le génie du lieu, peut-être. Je ne sais s’il s’agit de celui de Pascal ou de celui de Rouen ; je ne sais, mais je ne voudrais pas vous flatter trop, s’il s’agit de votre colloque qui est lui aussi identifié, daté et situé et forme lieu en vous réunissant, en annulant les distances qui vous séparent.

3M’arrêtant au titre de ce colloque qui vous réunit, il m’est immédiatement venu à l’esprit (si j’en ai, à défaut de génie localisé), cette vieille commodité d’identification, bonne à tout, qui s’attache au lieu. Je me dispenserai et vous dispenserai de l’impossible définition de ce concept figé dans l’évidence. Mais je retiens tout de même que, pour borner votre sujet-objet, des dates et un lieu réunis éclairent une identité sous un angle singulier. Tout est-il affaire de circonstances ? De temps et de lieu cela va sans dire ! Ou bien fallait-il que le vide s’impose et soit formalisé ?

4En réfléchissant, cette fois, à l’intitulé de votre colloque (réfléchir peut même se produire chez un géographe), je me suis interrogé sur la nécessité de localiser en rapprochant brutalement Rouen, la pascaline et le vide. Le lieu avait-il à voir avec l’éclosion d’un génie, y compris ses retombées familiales ? Le lieu avait-il à voir avec les découvertes ? Et si oui, comment ? Par quel miracle ou par quel rapprochement, par quelle interaction ? Nous pouvons aussi nous demander si, à l’inverse, l’éclosion d’un génie non contingent n’avait pas marqué le lieu et le moment, a posteriori, au point de donner un sens, aujourd’hui, à “Rouen 1640-1648” ?

5Je vais, pour une fois, me confesser, fort civilement, vous me le permettrez. Ne croyant ni au génie, ni à la mémoire des lieux (les hommes peuvent en avoir et quand bien même sont-ils là, ce n’est pas le lieu qui, légitimement, peut en être paré), je me demande fatalement, (devrais-je dire logiquement ou devrais-je dire rationnellement ? Je ne sais à qui faire plaisir), je me demande si pourtant le fait d’être là, dans une circonstance encore une fois, de lieu et de temps toujours, n’est pas pour quelque chose dans l’éclosion. Quelle question mérite d’être posée sinon celle de l’expérience, si je puis dire aujourd’hui, ce qui se vit là et prend en défaut le savoir ? Le savoir n’est-il pas qu’une croyance tenant sa différence d’être située, contextualisée ? Et le lieu n’est-il pas un de ces contextes, sans génie, sans essence, simplement un rassemblement de conditions matérielles et intellectuelles qui font tenir ensemble et en corrélation réciproque, des êtres hétérogènes tirant leur puissance (je veux dire leur capacité) de ce rapprochement même ? Alors, la science, dans ces circonstances, devient un combat de lieux.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search