Version classiqueVersion mobile

Les métamorphoses du désir. Étude des Amours de Ronsard

 | 
Alice Vintenon

Introduction

Texte intégral

1Lors de leur parution, en 1552, Les Amours ont probablement déconcerté les lecteurs qui voyaient déjà en Ronsard, après la parution de ses Odes (1550), le « Pindare français ». Turbulent ami de Du Bellay, le Vendômois avait en effet suivi de près l’écriture de la Deffence et illustration de la langue françoyse, qui préconisait, dans le sillage des travaux des humanistes sur les auteurs classiques, de faire revivre les formes poétiques anciennes tout en contribuant, par le choix d’un langage poétique différent de la langue commune, à illustrer le français. En publiant un recueil inspiré du modèle pétrarquiste, Ronsard pouvait donner l’impression de sacrifier ses ambitions à une mode, celle des sonnets amoureux, qui faisaient alors les délices de la cour.

2Cependant, Les Amours ne congédient pas le « style élevé » qui caractérise les Odes. Au contraire, le choix d’un sujet aussi populaire que l’amour non partagé permet de rendre accessible au plus grand nombre le projet poétique défini par la Deffence. Du Bellay ne s’y est pas trompé en publiant lui-même, en 1550, un recueil amoureux. De fait, l’imitation des Anciens demeure omniprésente dans Les Amours : leurs allusions érudites font l’objet, dans la réédition de 1553, d’un commentaire de Marc-Antoine Muret, par lequel Ronsard se trouve, à vingt-neuf ans, consacré au rang de classique.

3L’imitation du Canzoniere de Pétrarque n’entre d’ailleurs pas en contradiction avec le projet d’illustrer la poésie française en faisant revivre la grandeur antique. Au contraire, le poète italien avait été pris pour modèle par la Deffence, car sa poésie exigeante, écrite en langue toscane, confirme qu’il est possible d’écrire en langue vernaculaire des pièces aussi recherchées que celles des Grecs et des Latins. Tout comme son amour pour Laure, le désir de Ronsard pour Cassandre est à l’image de cette quête de perfection poétique.

4Dans le présent ouvrage, nous souhaitons examiner la position singulière que le recueil ronsardien occupe parmi les canzonieri de la Renaissance. Soucieux de se distinguer des précédents imitateurs français de Pétrarque, Scève, Du Bellay ou encore Pontus de Tyard, Ronsard inaugure une formule singulière qui, vis-à-vis de son modèle, mêle la déférence à la désinvolture.

5Après avoir posé quelques jalons biographiques, notre premier chapitre analysera la structure et les choix formels du recueil ronsardien : tout en recourant aux traditionnels marqueurs pétrarquistes, celui-ci se distingue, dans sa présentation matérielle, par l’originalité de son titre et de son péritexte. Mais Ronsard innove également dans son utilisation du sonnet : Les Amours contribuent largement à la fixation de cette forme, en s’astreignant, dans la perspective d’une mise en musique du recueil, à des contraintes nouvelles.

6Notre second chapitre abordera la philosophie de l’amour développée dans le recueil, en évoquant les deux principales influences, pétrarquienne et néoplatonicienne, sans négliger les inspirations plus ponctuelles. En nous appuyant sur le texte des Amours, nous montrerons que Ronsard tire parti du prestige associé à la figure pétrarquienne et néoplatonicienne de l’amant. Mais l’adoption par le « je » lyrique de ce masque conventionnel n’exclut pas l’humour, ni les tiraillements provoqués par l’affirmation du désir charnel.

7Les aspects ludiques de l’imitation ronsardienne formeront aussi le cœur de notre troisième et dernier chapitre, consacré aux rapports que Les Amours entretiennent avec les savoirs philosophiques et mythologiques. Tout en apportant leur lustre au recueil, les références savantes s’avèrent, par leur décalage avec le sujet amoureux du recueil, propices aux effets de surprise, et sont souvent sources de fantaisie.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search