Version classiqueVersion mobile

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

La sculpture sur bois à Rouen après le chantier des stalles

Annexe : Historique de l’aître Saint-Maclou

Sylvie Bethmont-Gallerand

Texte intégral

  • 1 Rouen, Archives départementales, série G. 6869 à 7088.
  • 2 Idem, série G. 7845.

1Certains aîtres sont construits lorsque le cimetière entourant l’église paroissiale devient insuffisant A Rouen, avant la constitution de l’Aître-Saint-Maclou, existait un petit cimetière situé autour de l’église paroissiale Saint-Maclou. Parmi les sources conservées, une charte de Philippe V le Long autorise en 1335 un des agrandissements du nouveau cimetière de l’autre côté de la rue Martainville. Ce nouvel espace reçoit le nom de « grand aître Saint-Maclou ».1 Selon l’acte de bénédiction de ce cimetière par Jean Hautfune2 :

2« Considérant que le cimetière adjacent à la dite église devenait insuffisant pour la sépulture de population dépendant de ladite église, acquirent naguère, pour le compte de celle-ci et en vue de l’inhumation des morts un lieu ou champ assez proche de ladite église, à gauche de la voie publique qui conduit, de ladite église, à la porte dite de Sainte Catherine. Ils prirent aussi le soin il y a déjà quelque temps de le faire bénir solennellement à titre de cimetière et déclarer lieu consacré. Puis récemment pour le même motif, ils achetèrent un autre lieu ou terrain, contigu audit cimetière à l’ouest et de la même longueur, tenant d’une part au jardin de Pierre de Collemare, bourgeois de Rouen, et de l’autre au fonds de Gilles Pentecouste.

3(...) Donné l’an et jour ci-dessus, dixième année de l’Indiction, la cinquième du pontificat du très Saint Père et Seigneur Innocent VI, par la Providence divine, pape. » (1358).

  • 3 CAUCHON P., Normannia nova Chronica, (Chronique normande), Rouen, Le Brument, 1870, p. 73-74.
  • 4 Les sources attestent la polychromie des sculptures et des colonnes. Les comptes de la fabrique, ( (...)
  • 5 Selon E.-Hyacinthe LANGLOIS, "Rouen au XVIe siècle et la danse des morts", Bulletin de la Société (...)
  • 6 Selon Jean-Pierre MOUILLESSEAUX, L’Aître Saint-Maclou de Rouen, petit guide à l’usage des habitués (...)
  • 7 La structure générale de cette galerie Sud reprend celle des trois autres galeries, avec un étage (...)
  • 8 Ses armes parlantes en décorent l’architrave : un chêne qui est flanqué de l’agneau immolé, (pour (...)

4Progressivement le nouveau cimetière de saint Maclou s’édifie et s’agrandit. Les sépultures collectives se généralisent lors de l’épidémie de peste, qui débute à Rouen en 1348 et dure une année. Il meurt alors « plus du tiers du monde » nous dit Pierre Cauchon3. Après de nombreux agrandissements successifs, l’Aître est doté par décision du conseil de fabrique du 19 avril 1526, de trois galeries vers l’ouest, le nord et l’est. Ces trois galeries portent l’essentiel du décor sculpté et peint4. Les ajouts postérieurs, comme la galerie au sud, ne feront que reprendre l’organisation générale du décor du XVIe siècle. Les Huguenots, lors du saccage de Rouen en 15595 puis en mai 15626, mutilent les sculptures ornant les fûts des colonnes des galeries à l’est, ouest et nord. La galerie au sud n’est entreprise qu’en 16517, grâce au don de maître Robert Duchesne, un prêtre qui consacre la somme de 6000 livres à l’entreprise8.

  • 9 Un charnier ouvert où toutes sortes d’activités ont lieu de jour comme de nuit, comme la vente de (...)
  • 10 Rappelons que Jeanne d’Arc doit abjurer au cimetière de Saint-Ouen.
  • 11 Le plus illustre exemple en est celui de Pise.

5Comme dans le cimetière des Saints Innocents de Paris, à la même époque9, les morts ne sont pas les seuls occupants de Paître. Les cimetières médiévaux abritent toutes sortes d’activités10 parfois bien éloignées du respect dû aux morts, tout en étant considérés comme des terres bénites, des terres saintes, ou campo sant.11

6Rabelais nous rappelle qu’à Paris :

  • 12 Rabelais, Pantagruel, XVI et VII.

« Les guenaulx des Sainct Innocents se chauffaient le cul des ossements des morts ».12

7Le désordre moral n’a cependant jamais été aussi important dans l’Aître Saint Maclou, puisqu’à partir du début du XVIIe siècle, des prêtres logent, au-dessus de la galerie du nord, en 1659, une école de garçons qui est bientôt rejointe dans les autres parties du cloître par une école de filles pauvres. En 1705 les frères des écoles chrétiennes, sous la direction de saint Jean-Baptiste de la Salle, établissent dans l’aître une école gratuite pour les enfants de la paroisse. Le nombre des écoliers augmentant, les trois galeries reçoivent un étage en 1744. Des escaliers extérieurs, toujours en place actuellement, permettent d’accéder aux salles du premier étage. En 1758 un incendie provoque quelques destructions, les sculptures des sablières portent la trace des restaurations opérées. Les frères demeurent dans l’aître deux cents ans puis leur œuvre est interrompue par la révolution en 1792. La fabrique de la paroisse Saint Maclou reprend possession de l’Aître au début du XIXe siècle le 7 Termidor an XI (le 26 juillet 1803).

  • 13 E.-Hyacinthe LANGLOIS, rapporte le témoignage d’une religieuse qui résidait dans l’aître et voyait (...)

8En 1781, l’on cesse d’inhumer dans l’Aître Saint-Maclou13, le terrain au centre du cloître reste libre, la croix hosannière demeurant en place, et des arbres sont plantés. La croix actuelle est érigée en 1818, en remplacement de la croix primitive, abattue par les révolutionnaires en 1792 ou 1793. En 1858, les galeries doivent être étayées car elles menacent de s’effondrer sous le poids des 850 enfants qui fréquentent alors l’école.

  • 14 Successivement : en 1902, la fermeture des écoles, puis en 1903, l’expulsion des congrégations et (...)

9Au début du XXe siècle, les mesures de séparation de l’Eglise et de l’Etat perturbent le fonctionnement des écoles de l’aître. Puis un pensionnat de jeunes filles est installé en 191114.

10Après une période d’abandon, la ville de Rouen devient propriétaire des lieux en 1927. Un musée y est installé puis la ville offre les locaux à l’Ecole de Beaux-Arts qui les occupe depuis 1940.

Notes

1 Rouen, Archives départementales, série G. 6869 à 7088.

2 Idem, série G. 7845.

3 CAUCHON P., Normannia nova Chronica, (Chronique normande), Rouen, Le Brument, 1870, p. 73-74.

4 Les sources attestent la polychromie des sculptures et des colonnes. Les comptes de la fabrique, (série G 6882, f° 35, 38, 99), mentionnent que Jean Lysore, Robert Collas et surtout Jacques de Sès, appliquent de l’huile, de la céruse et des couleurs sur les sculptures d’Adam Leselin et Gaultier Le Prévost. LANGLOIS E.-H., opus cit., p. 107-109.

5 Selon E.-Hyacinthe LANGLOIS, "Rouen au XVIe siècle et la danse des morts", Bulletin de la Société libre d’émulation de Seine-Maritime, 6 juin 1832, Rouen, Baudry, 1833, p. 70.

6 Selon Jean-Pierre MOUILLESSEAUX, L’Aître Saint-Maclou de Rouen, petit guide à l’usage des habitués du lieu et de ceux qui le découvrent, Rouen, Lecerf, 1980, p. 70.

7 La structure générale de cette galerie Sud reprend celle des trois autres galeries, avec un étage de logement pour les prêtres. Malgré le décor apparemment unifié des quatre galeries, celui de la galerie Sud se distingue par sa rusticité et quelques différences structurelles. Les colonnes portent un chapiteau posé de face et leur décor reste inachevé, les fûts portant des reliefs rectangulaires seulement épannelés.

8 Ses armes parlantes en décorent l’architrave : un chêne qui est flanqué de l’agneau immolé, (pour la ville de Rouen), et de saint Romain, patron de Rouen.

9 Un charnier ouvert où toutes sortes d’activités ont lieu de jour comme de nuit, comme la vente de produits divers, le refuge de pauvres gens, les rendez-vous galants. Les riverains se plaignent. Ceux de la rue aux fers obligent le chapitre de la paroisse Saint-Germain à mettre une barrière à la porte du cimetière dans leur rue (Archives nationales Saints-Innocents, L. 550.). Et sous Louis XVI, les arcades abritaient des boutiques de lingères, libraires, et écrivains. (De nombreuses condamnations figurent aux Archives nationales, Saints Innocents L. 567.) « On y voit tout alentour quantité d’ossements rangés les uns sur les autres, et rangés dans des espèces de galeries, qu’on nomme charniers, c’est sous ces charniers et le long des piliers que l’on treuve de certains escrivains qui sont fort connus de ceux qui ne sçavent pas escrire. » (Journal d’un voyage à Paris, 1657-1658, Paris, Faugères, 1862, p. 46.).

10 Rappelons que Jeanne d’Arc doit abjurer au cimetière de Saint-Ouen.

11 Le plus illustre exemple en est celui de Pise.

12 Rabelais, Pantagruel, XVI et VII.

13 E.-Hyacinthe LANGLOIS, rapporte le témoignage d’une religieuse qui résidait dans l’aître et voyait les mises en terre de sa fenêtre vers le milieu du XVIIIe siècle. Opus cit. p. 67-68.

14 Successivement : en 1902, la fermeture des écoles, puis en 1903, l’expulsion des congrégations et en 1905 la loi de séparation aboutissent à l’expulsion en 1906 des derniers enfants. Ces événements conduisent en 1910 Monseigneur Loth à déclarer l’aître « sous séquestre ». LOTH J., L’Aître Saint-Maclou, Rouen Cagniard, 1910.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search