Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Regards croisés sur l’iconographie des miséricordes de la cathédrale de Rouen

Le programme iconographique des miséricordes de la cathédrale de Rouen

Elaine C. Block et Frédéric Billiet

Texte intégral

Nous voulons remercier Sylvie Betmont-Gallerand pour ses suggestions dans cette section iconographique.

1Avec la participation exceptionnelle de : Pierre Bureau, Michael Camille (†), Irène Gnarra, Malcolm Jones, Brian Levy, James Ryan, Baudouin Van den Abeele, Kenneth Varty.

LE PROGRAMME ICONOGRAPHIQUE

2Les miséricordes de la cathédrale de Rouen composent un des plus importants ensembles en France, sinon en Europe. Des sources variées en ont inspiré les motifs. Une des plus évidentes est celle du portail nord de la cathédrale, dit des Libraires, dont les soubassements sont ornés de bas-reliefs en forme de quadrilobes, sculptés deux cents ans avant les stalles, entre 1278 et 1320. Des grotesques, le jeu de la pannoye et beaucoup d’autres thèmes figurant sur les miséricordes, ont déjà été figurés de la même façon sur les bas-reliefs du portail.

3On ne connaît pas la raison du choix sélectif de certains motifs de ces quadrilobes par les artisans des stalles. Les chanoines avaient-ils demandé la reproduction de leurs scènes préférées ? Les sculpteurs se sont-ils inspirés de motifs existants ou bien ont-ils eu à leur disposition un programme encore non identifié ?

4On sait que des livres et des dessins pouvaient inspirer les sculpteurs. Ils n’inventaient pas, par exemple, les proverbes représentés sur les miséricordes. A Rouen, la figuration des proverbes est essentiellement la même que celle des sculptures de stalles depuis les pays du Nord jusqu’en Espagne et même au Portugal. Le petit personnage assis dans les cendres entre deux chaises à Sainte Croix à Coimbra, Portugal, montre la même « indécision » que l’homme sur la miséricorde (NH-13) à Rouen. Les trois proverbes flamands présentés à Rouen sont tous illustrés dans le tableau de Bruegel actuellement conservé à la galerie nationale à Berlin. Ces proverbes sur les stalles de Rouen, indiquent que des huchiers flamands travaillaient avec l’équipe rouennaise, la Normandie étant sur l’itinéraire reliant les Flandres à l’Espagne. L’ensemble de Rouen contient probablement d’autres proverbes qui ne sont pas identifiés comme tels parce que leur composition échappe aux chercheurs du vingtième siècle.

5Des gravures sur métal ou des gravures sur bois procurent également des sources pour les thèmes de miséricordes. Pourtant aucune gravure n’a pu être mise en évidence comme source des scènes ou des monstres de Rouen, mais les recherches se poursuivent en ce sens.

6Quant aux bibles figurées, elles procurent également des sources possibles, même si les scènes qui s’y réfèrent sont peu fréquentes à Rouen. Trois scènes de l’histoire de Samson dont la force et la faiblesse fatale fascinaient les huchiers européens puisqu’il est représenté sur beaucoup de miséricordes en France mais aussi en Grande Bretagne et en Espagne, préfigurent des scènes du Nouveau Testament qui ne méritent pas une place sous les fesses des chanoines.

7La vie quotidienne constitue aussi une source d’inspiration importante pour les motifs sur les miséricordes. Les huchiers voyaient probablement dans la ville de Rouen les barbiers-chirurgiens préparant les malades pour les saignées. Ils croisaient dans la rue les maçons en train de construire des murs, les marchands vendant leurs produits et les musiciens. Les instruments de musique et les ustensiles de ces citadins sont sculptés sur les stalles d’une manière précise et détaillée.

8L’impression de vie que les huchiers nous ont laissée est étonnante. Il est possible d’émettre l’hypothèse que ces scènes de la vie quotidienne nous procurent des éléments de documentation sur la vie rouennaise médiévale qui ne figurent pas dans les archives municipales. On apprend ainsi que les cordonniers jouaient un rôle important dans la ville, qu’ils travaillaient dans les petits ateliers et faisaient des chaussures à la commande pour les clients. Les miséricordes présentent les outils et les artisans au travail.

  • 1 E.-H. Langlois Les stalles de la cathédrale de Rouen, op.cit.

9L’industrie textile était aussi importante, mais la plupart des miséricordes qui présentent ce métier furent détruites pendant le bombardement de 1944. Heureusement les dessins de ces sculptures subsistent dans le livre de Langlois1. Nous apprenons très peu sur les vêtements de l’époque parce que les huchiers ont revêtu la plupart des petits personnages avec le même type de vêtements : robe longue ou courte à ceinture et chapeau rond. Les chaussures, sauf dans les ateliers de cordonniers, sont pointues, « à la poulaine », conformément à la mode de la fin du quinzième siècle.

10Les femmes sont représentées sur les stalles de Rouen plus fréquemment qu’ailleurs. Elles travaillent dans les boutiques, vendent des produits dans les foires ou sur les marchés. Deux servantes font la vaisselle. Une femme travaille dans les champs, sans son mari. Une autre est la patiente d’un médecin. Aucune femme n’est présentée avec une quenouille, attribut le plus populaire des femmes. Les femmes rouennaises sont actives et ne sont pas cachées. D’autres enfin sont les héroïnes du rapport entre les sexes. Les hommes leur font la cour, elles luttent pour la culotte (c’est-à-dire pour avoir l’autorité dans leur ménage), et Aristote est humilié par la courtisane Phyllis.

11La plupart des personnages représentés sont soumis à la loi du cadre : ils sont recroquevillés, leurs jambes étendues, pour ne pas dépasser l’espace réduit disponible sous la sellette des chanoines par exemple. C’est une des caractéristiques de l’ensemble de Rouen.

12Beaucoup d’ensembles de stalles présentent des monstres ou des grotesques. Rouen n’y fait pas exception mais tous les grotesques ici ont un élément en commun : ils sont tous des hybrides à tête humaine. Le corps est celui d’un quadrupède ou d’un oiseau plumé dont la moitié reste cachée par un drap. Ils évoquent peut-être des scènes satiriques ou des calembours au sujet desquels la recherche se poursuit. Il y a aussi des scènes extrêmement violentes sur ces stalles.

13Tous ces thèmes seront explorés en détail dans les pages suivantes. L’auteur de ce chapitre a invité des médiévistes aux spécialités variées et de pays différents à commenter et présenter des vues, des perspectives différentes, croisées.

I – SCÈNES DE LA VIE QUOTIDIENNE

Le travail

14L’article de Kristiane Lemé sur la vie des chanoines de la cathédrale de Rouen au quinzième siècle insiste sur la vie de séculier de ce chapitre. Ils vivaient dans leurs maisons, achetées ou louées. Ils vaquaient à leurs affaires commerciales et ils n’avaient pas prononcé de vœu de pauvreté. Les miséricordes de la cathédrale de Rouen présentent plus de scènes de travail que n’importe quel autre ensemble tous pays confondus. Serait-ce, comme le dit Kristiane Lemé, que l’intérêt principal de ces chanoines, en dehors de la cathédrale, ne résidait que dans leurs affaires commerciales ? En fait, nous voyons peut-être ici des chanoines au travail, parfois dans de petits ateliers. Les métiers urbains sont plus importants que les travaux agricoles qui dominent dans d’autres églises comme la Trinité de Vendôme, l’abbaye de la Guiche (stalles actuellement dispersées dans les églises de Herbault et Coulanges), Estouteville et Boos (Seine-Maritime), ou Gassicourt (Yvelines).

  • 2 Les stalles de Gaillon se trouvent actuellement dans la Basilique Saint-Denis.

15Des métiers sont représentés sur d’autres ensembles de stalles, comme par exemple un fabricant de bougies à Vendôme (Loir-et-Cher), un fabricant de cordages à Besse-en-Chandesse (Puy-de-Dôme) ou un apothicaire à Tolède (Espagne). Mais ces scènes restent isolées sans qu’il soit possible de les relier à un grand programme iconographique. Sur les appuis-main comme à Gaillon, par exemple2 figurent quelques bouffons et artisans ; ils montrent le travail artisanal, mais il ne s’agit pas d’un programme sur le travail en général. Les appuis-main à la cathédrale d’Amiens montrent presque tous les activités de la vie quotidienne : l’enseignant, la femme qui sort le chien, l’ivrogne, le garde champêtre, la petite vendeuse d’enseignes de pèlerinage.

Les cordonniers

16(NH-07), (SB-09), (SB-10), (SB-11), (SH-04), (SH-05)

17Il y a plus de miséricordes présentant les cordonniers que n’importe quel autre métier. Les pèlerins avaient besoin de chaussures et le métier de cordonnier devait être fort rémunérateur. A Chartres, les cordonniers ont davantage contribué à la réalisation de vitraux que les autres corporations.

18Chaque cordonnier a au moins un assistant qui peut être sa femme ou un apprenti. Une femme seule est entourée de plusieurs « formes » de chaussures. Quelques cordonniers coupent du cuir avec un ustensile qui est peut-être représenté avec des dimensions exagérées pour montrer son importance. Généralement les artisans sont assis sur une banquette et travaillent sur une table. Presque toutes les chaussures représentées sont pointues, à la poulaine, selon la mode de la fin du quinzième siècle. On voit parfois des chaussures de cuir ou des sabots en bois, ces derniers facilitant la marche dans les rues boueuses.

19Les clients viennent à la boutique pour essayer les chaussures. Un travail qui peut être délicat et difficile et l’on voit, sur deux miséricordes, des clients, la jambe étendue sur les genoux du cordonnier, pendant l’essayage.

SH-04 (#13) Deux cordonniers coupant du cuir.

# SH-05 (#12) Cordonnier et son apprenti.

SB-09 (# 79) Deux cordonniers travaillant le cuir

SB-10 (# 80) Cordonnier présentant son travail.

NH-07 (#33) Cordonnier essayant des chaussures en bois (galoches ou patins).

SB-11 (#81) Client essayant des chaussures.

Les fabricants d’étoffe

20(NH-03) et Langlois #14, #15, #71

21Cette industrie rouennaise est arrivée à son apogée au quinzième siècle. Elle n’est plus représentée aujourd’hui que par une miséricorde, consacrée aux fabricants d’aiguilles qui a échappé aux bombardements de 1944. Il est ainsi possible de savoir comment on fabriquait des aiguilles car l’aiguisoir représenté sur la miséricorde est très détaillé.

22D’autres miséricordes traitaient du travail des drapiers ; elles ont disparu mais sont connues grâce aux illustrations du livre de Langlois.

NH-03 (# 29) Fabricant d’aiguilles.

Langlois # 14 Tanneurs de drap.
# 15 Epiceurs de drap.
#71 Couple de tondeurs de drap.

Les marchands

23(NB-10), (SH-16), (NB-15), (SH-17)

24Les marchands, dont quelques femmes, paraissent travailler individuellement dans un marché. Ils portent une robe longue et un chapeau, et travaillent devant une table. Le commerce de l’argent n’est pas occulté puisqu’on voit la remise de monnaie dans des sacs.

25Une des miséricordes endommagées dans la tempête montre une femme, un bras étendu vers la droite, touchant le couvercle d’un récipient. L’autre bras, plus relâché, tient une assiette pleine de nourriture. Une scène similaire est représentée dans le tableau de Pierre Bruegel l’Ancien sur les proverbes, qui signifie : « avoir le beurre et l’argent du beurre ».

NB-10 (# 54) Femme travaillant devant une table.

SH-16 (# 01) Personne avec des sacs d’argent.

SH-17 (# 02) Homme payant un jeune homme (endommagée le 26/12/99).

NB-15 (# 48) Marchande comptant de l’argent (endommagée le 26/12/99).

Les bâtisseurs

26(NB-12), (NB-17)

  • 3 Fresques de Lorenzetti dans l’Hôtel de Ville de Sienne.

27Deux miséricordes représentent différentes étapes de la construction urbaine. Un homme manie une énorme équerre, l’attribut de son métier. Un autre, un ouvrier, construit un mur de brique et de mortier. Dans les fresques du Bon Gouvernement à Sienne, en Italie3, la construction urbaine symbolise la paix. On retrouve peut-être la même symbolique ici.

NB-12 (# 52) Bâtisseur avec une grande équerre.

NB-17 (#46) Maçon construisant un mur.

Les menuisiers, sculpteurs sur bois

28(NH-11), (SH-02), (SB-06), l’une se trouve dans le palais archiépiscopal (#22 Langlois) et (#18 Langlois)

29Les artistes figurent sur quelques ensembles par le truchement de portraits de huchiers et de sculpteurs qui travaillaient eux-mêmes sur les stalles. Par exemple, à Amiens, un petit personnage représente Jean Trupin. Mécontent de son contrat, il a sculpté son portrait au travail sur un appui-main de la cathédrale avec son nom en oriflamme sur la frise de museau. Deux sculpteurs sont représentés sur les stalles de la cathédrale de Tolède, en Espagne, ciselant une statue couchée sur un établi. Toujours en Espagne, à Plasencia le maître sculpteur, Rodrigo Aléman, s’est représenté au travail dans son atelier, avec son chien au-dessous de la banquette.

30A Rouen, trois huchiers travaillent encore avec vigueur en coupant le bois. L’un des huchiers est en train de faire une moulure décorative pour des stalles. L’autre sculpteur, dont la tête actuellement a disparu, se penche sur la statue couchée sur une table devant lui, ciseau en main. Sur une troisième miséricorde, conservée au palais de l’archevêque, un huchier sculpte une miséricorde. Une miséricorde disparue, qui ne nous est plus connue que par un dessin de Langlois (#18), montre un huchier sculptant la représentation d’un vitrail gothique, peut-être pour un panneau d’une jouée.

31On remarque que tous ces artistes sont des sculpteurs ou huchiers, mais pas des graveurs ou des peintres.

Jehan Trupin : Amiens

Plasencia, Espagne : le maître sculpteur. Rodrigo Aleman.

#22 Langlois : huchier sculptant une fenêtre gothique.
#18 Langlois : sculpteur en train de faire une miséricorde.

NH-11 (# 39) Sculpteur ciselant une statue.

SH-02 (# 26) Huchier ciselant des motifs floraux.

SB-06 (# 76) Artisan travaillant un morceau de bois avec deux outils.

Les serviteurs

32(NH-12), (SB-15) et palais archiépiscopal #86

33Kenneth Varty

34D’habitude nous regardons un tableau de gauche à droite quand les lignes de force de la composition invitent l’œil à parcourir le tableau dans ce sens. Ainsi nous arrivons facilement à l’objet principal.

35Dans la miséricorde (NH-12) les lignes de la composition vont de droite à gauche. Nous commençons la lecture de l’image avec la cruche à gauche et sommes obligés de retourner à cette place par force. La lecture peut se poursuivre par une autre voie en suivant la banquette, le pied gauche étendu, puis la jambe gauche, les fesses et on retourne à la banquette. En effet, c’est une ligne de composition brillante, dynamique qui parcourt la forme de la femme et son bras étendu. Et l’intensité de son regard nous indique une route de retour vers le liquide qu’elle verse dans la coupe près de la cruche.

36Les deux autres miséricordes montrent des serviteurs faisant la vaisselle. Ils travaillent dans un lavoir avec un récipient.

NH-12 (# 40) Homme versant de l’eau dans une coupe.

SB- 15 Deux serviteurs faisant la vaisselle (stalle endommagée en 1999).

(#86) Palais archiépiscopal. Deux serviteurs faisant la vaisselle.

Les médecins

37(NB-04), (NH-05), (NH-01)

38Irène Gnarra

39Trois miséricordes montrent l’art de soigner les malades au Moyen Age. Les scènes illustrent deux consultations médicales et, probablement, un malade.

40A l’époque où les artisans ont sculpté ces miséricordes, il y avait des épidémies et le nombre de morts augmenta en 1466, 1475, et de 1482 à 1487. On accusait les femmes de sorcellerie et les guérisseurs - ceux qui n’avaient pas suivi d’études universitaires de charlatanisme. Le pape Sixte IV (1471-1484) renouvela l’injonction contre l’exercice illicite de la médecine. Sa bulle ordonne, sous peine d’excommunication, que tout homme ou femme, chrétien ou juif, médecin ou chirurgien soit habilité.

41La première scène (NB-04), montre l’auscultation d’une femme. Elle consulte un spécialiste laïque qui ne porte pas l’habit de médecin. Donc, il n’est pas licencié. Ces deux personnages bourgeois, sensiblement du même âge, se ressemblent par leur physionomie et leur tenue vestimentaire : robes longues avec ceintures, chapeaux et chaussures à la poulaine. La femme, assise sur un tabouret bas étend son bras droit. L’homme lui tient la main et pose les doigts de la main droite sur la saignée du coude pour noter la force et la fréquence du pouls. S’apprête-t-il à faire une saignée ? C’était le travail du barbier-chirurgien. Les femmes avaient recours aux saignées plusieurs fois par an pour éliminer les excès de chaleur et de passion qui contribuaient au dérèglement du corps.

42Sur la deuxième miséricorde (NB-05) on apprend comment traiter les plaies. Un homme, du même âge et habillé comme les deux personnages de la miséricorde précédente, consulte un spécialiste laïque. Assis sur un tabouret bas, il met la jambe droite sur un banc entre le spécialiste et lui. Le client, comme le spectateur, dévisagent le spécialiste dont on note la jeunesse, le maintien, la coiffure et les vêtements élégants. Ils révèlent un manque de modération dans son comportement, un des préceptes de la médecine hippocratique. Cet étrange praticien porte le costume d’un barbier-chirurgien : une robe courte aux manches très larges, qui ne dépasse pas les genoux. Il pose de longs doigts fins (essentiels au chirurgien, selon Lanfranc) sur la jambe afin d’examiner la plaie. Que peut-il faire ? Le barbier avait le droit de pratiquer des saignées ou d’arracher les dents, tandis que le chirurgien licencié s’occupait d’inciser les abcès, de panser les plaies et de les cautériser. En dépit de la bulle du pape et des intérêts des professeurs de l’Université de Paris, les besoins changeaient selon le temps et le lieu. En 1454, la ville de Lyon engagea un barbier-chirurgien, licencié par les maîtres chirurgiens. Il était chargé avec un médecin de guérir tous les malades dans les hôpitaux de la ville. En outre, à partir de 1473, des livres médicaux furent imprimés à Lyon, et le barbier-chirurgien pouvait profiter des images et des explications en langue moderne pour traiter les plaies.

  • 4 Voir les références en bibliographie.

43La troisième miséricorde (NH-01) nous montre une scène dans laquelle un moribond est couché seul, sur une planche plus froide qu’un matelas. Il est étendu, nu, selon l’usage de l’époque, mais il se couvre la tête, le ventre et les hanches d’un gros drap ample (dit « bureau »). Sa poitrine, son bras droit, sa main gauche, ses jambes et un pied (il y manque un pied) sont découverts. En comparaison avec le haut du corps, les cuisses et les jambes semblent gonflées (s’agit-il d’un œdème ?). Le bras et la poitrine émaciés et atrophiés indiquent la gravité de son état. On comprend que le vieillard souffre de malnutrition, le marasme (appelé aussi, selon l’auteur du traité, la « fièvre chaulde »), de phtisie et de consomption. Le corps consume le tissu adipeux et dépérit, comme Galien l’explique. A cause de la chaleur du foie et de la déshydratation, l’affamé sent la mort. A l’époque pour le guérir, selon la théorie humorale, il fallait essayer de rétablir l’équilibre des liquides organiques en leur offrant des choses contraires : des bains, des médicaments, des onguents et une alimentation froide et humide, surtout du lait. Bernard de Gordan parle de cette maladie dans le traité « De Marasmode »4.

44Il faut comparer le bras et les jambes du vieillard à ceux des patients des deux autres miséricordes. Ils ont de l’embonpoint, et ils semblent en assez bonne santé, ce qui indique qu’il n’y avait probablement pas de déficit alimentaire (les protides) dans la région en ce temps-là. Est-ce que ce personnage couché était un prisonnier qui ne mangeait que du pain et de l’eau ou un religieux qui voulait jeûner pour l’amour du Christ et souffrir en imitant le Christ ? Est-ce un vieillard aux yeux enfoncés qui aurait l’air d’un singe (selon les traités) parce qu’il est édenté ? Est-ce un mort revêtu de son linceul qui ressuscite au jour du Jugement dernier ? Selon son actuel emplacement dans le chœur de la cathédrale de Rouen, ce personnage énigmatique semble écouter les prières du prêtre à l’autel, son seul secours.

NH-01 (# 27) Malade nu couché sous un drap.

NB-04 (# 61) Barbier-chirurgien se préparant à saigner.

NH-05 (#31) Médecin examinant la jambe d’un patient.

Les paysans

45(SB-07), (SB-03), (NH-06), (NB-1 6), Langlois #25

46Il faut sans doute voir un signe de l’urbanisation de Rouen dans le fait qu’il y ait si peu de miséricordes montrant la vie rurale.

47Une femme dans un champ fait la récolte. D’habitude ce sont les hommes qui travaillent dans les champs, comme on le voit à Boos (Seine-Maritime), à Herbault et Coulanges (Loir-et-Cher), et sur quelques miséricordes en Grande-Bretagne. Cette femme est habillée d’une robe longue, pas bien adaptée pour le travail, et d’une coiffe pointue qui fait un peu d’ombre sur son visage. Une autre miséricorde, endommagée dans la tempête, montre un homme qui verse de l’eau sur le sol près d’un puits. Peut-être se lavait-il ? Ou bien il lavait des légumes et ne voulait pas reverser cette eau dans le puits.

48Une miséricorde montre deux femmes pilant des fruits dans un panier placé entre elles. Dans le livre de Langlois les femmes ont déjà perdu leur tête mais les têtes ont été remplacées durant les années cinquante. Elles portent maintenant un chapeau avec de longues queues dans le dos. Il y a une scène comparable dans les stalles conservées au palais archiépiscopal qui montre le moment précédant celui-ci : un couple cueillant des fruits.

SB-07 (77) Femme faisant la récolte.

SB-03 (72) Deux femmes remplissant un panier de fruits.

Langlois (# 25) Couple cueillant des raisins.

NB-16 (#47) Homme près d’un puits (endommagée le 26/12/99).

Le maréchal-ferrant

49Une autre miséricorde montre un maréchal-ferrant près de sa forge, un métier essentiel dans une région rurale. Le maréchal-ferrant chauffe le fer à cheval dans un four en brique et, même s’il lui manque à présent un bras, son ardeur au travail est bien visible.

NH-06 (# 30) Maréchal-ferrant devant sa forge.

Le divertissement

50NB-09, SB-13

51Elaine C. Block

  • 5 Cf. Elaine Block, ”Les culbuteurs de Vendôme”, “Stalles et miséricordes, spiritualité et truculence (...)

52A Rouen les miséricordes ne montrent pas beaucoup de scènes joyeuses à l’exception des musiciens qui défilent dans les rues. Et aucun enfant n’est représenté sauf, peut-être, un petit personnage mutilé. (SB-04) Pourtant une image évoque le divertissement : deux hommes sont liés l’un à l’autre au niveau de la taille, et semblent prêts à faire des cabrioles. Quand une tête est par terre la tête de l’autre est en l’air. Peut-être sautaient-ils sur le parvis de la cathédrale ? On pourrait y voir « les culbuteurs de Rouen »5. Des personnages semblables sont sculptés en bas-relief sur le portail des libraires de la cathédrale, source probable de la miséricorde. Une illusion d’optique est perceptible : ces deux fantaisistes peuvent être regardés dans le sens horizontal comme vertical. Ainsi, quand le huchier a sculpté deux personnages, on peut en voir quatre, chaque tête étant reliée à un corps vertical ou horizontal.

53Les petits « culbuteurs » sont habillés comme les hommes des autres miséricordes rouennaises : en robes longues et simples. Leurs expressions sont sérieuses. L’un d’eux porte un chapeau et l’autre est tonsuré, ce qui permet de donner à la scène une autre interprétation possible : une allusion aux liens souhaités entre les chanoines et les laïcs.

54A l’église de la Trinité de Vendôme, une miséricorde présente aussi une paire de culbuteurs qui donne l’illusion de quatre personnages. Leurs cimeterres font penser à des Sarrasins. Or les Sarrasins sont barbus et portent une robe courte et plissée comme le montre une autre miséricorde vendommaise. Ceux-ci sont imberbes et portent des robes simples. Les culbuteurs de Vendôme pourraient donc être des fantaisistes déguisés en Sarrasins contrairement aux fantaisistes clercs ou laïcs de Rouen.

  • 6 Baltrusaïtis, Le Moyen Age fantastique.

55Un troisième ensemble de culbuteurs se trouve au New College, d’Oxford en Grande-Bretagne. Ici aussi deux hommes donnent l’illusion d’être quatre. Ils portent des costumes matelassés et tournent autour d’un autre personnage dont on ne voit que la tête. Comment cette iconographie a-t-elle traversé la Manche ? Des exemples de semblables images illusionnistes existent dans d’autres cultures6.

56Cette image peut aussi être considérée comme un jeu d’enfant. Si on perce un trou au centre d’un papier où les culbuteurs sont représentés liés, on peut les faire tourner comme un moulinet, et voir comment les vrais acteurs virevoltaient sur les parvis.

  • 7 D’autres représentations de la pannoye se trouvent à Negrepelisse, Concressault, Ivoiy-le-Près, Zam (...)

57Il y a aussi un autre jeu dans cet ensemble : “la pannoye”. C’est un jeu de force : deux personnages sont assis face à face, pieds contre pieds. Ils tiennent un bâton entre eux et chacun tire de toutes ses forces. Le perdant se soulève alors que le gagnant reste assis par terre. Dans la lutte pour la culotte (SH-06) un vieux couple est assis dans la position de la pannoye mais au lieu de tenir un bâton l’homme et la femme s’accrochent à une culotte. Le jeu de la pannoye est représenté sur quelques stalles françaises et espagnoles7. La miséricorde de Rouen altérée après la tempête de 1999 est en cours de restauration.

NB-09 (# 35) Culbuteurs horizontaux et verticaux.

Pour comparaison : les culbuteurs de Vendôme.

SB-13 (# 18) La pannoye (endommagée en 1999).

Comparaison avec la pannoye du Musée du Moyen Age. Thermes de Cluny, Paris.

P1. XLIV - Langlois : les culbuteurs du portail des Libraires de la Cathédrale de Rouen.

Les musiciens et l’originalité des scènes musicales dans les stalles de Rouen

58(NB-02), (SH-09), (SH-13), (SH-15) et Langlois #73 Frédéric BILLIET

  • 8 Recensement effectué à l’Université de Rouen par Frédéric Billiet.
  • 9 Lire les articles publiés dans les revues Profane arts/Arts Profanes ou Renardus et dans les actes (...)
  • 10 Par exemple le Musica Instrumentais de Martin Agricola (1529), le Musica Getutscht de Sebastien Vir (...)

59Depuis le recensement systématique des scènes musicales dans les stalles médiévales européennes8, il est possible d’observer une certaine constance dans la représentation des instruments de musique. Ceux-ci, toujours présentés entre les mains de personnages divers - ménétriers, personnages bibliques, anges - ou dans les pattes d’animaux ou de monstres - sont répartis entre 13 types d’instruments parfaitement connus9. Ces instruments étaient couramment utilisés par les musiciens à l’époque de la sculpture des principaux ensembles de stalles médiévales. Les vents, les cordes, les percussions et les orgues portatifs correspondent à des modèles précis que les menuisiers devaient probablement transporter de chantier en chantier. La cornemuse à un bourdon, par exemple, reste un modèle incontournable pour les sculpteurs du XVe siècle alors que la cornemuse à deux bourdons s’imposait progressivement pour animer les fêtes et les kermesses flamandes. Cette évolution de l’instrument est remarquable dans les traités10 alors que les sculpteurs ne semblent pas en tenir compte. De même, à quelques exceptions près, la harpe, le luth et la vièle se ressemblent dans tous les ensembles.

  • 11 C’est l’hypothèse des représentations par paire, énoncée par Elaine C. Block dans cet ouvrage.

60Pourtant, quelques représentations d’instruments de musique dénotent par leur originalité comme celles de Rouen. : Elles sont étonnantes par le caractère exceptionnel de certains détails organologiques, étonnantes aussi par la représentation des musiciens qui jouent ces instruments et notamment les deux miséricordes mettant chacune en scène deux musiciens costumés11.

61L’ensemble de Rouen comportait, à l’origine, six scènes musicales : un joueur d’orgue portatif en appui-main (mutilé) ; un berger à la cornemuse sur une miséricorde de la stalle maîtresse ; deux scènes de joueurs d’instruments sur des miséricordes et un joueur de tambour à cordes sur une miséricorde disparue, heureusement dessinée par la fille de Langlois ; un hybride femme/oiseau jouant de la harpe. Nous décrivons ici simultanément les instruments et leurs instrumentistes.

L’orgue portatif (appui-main)

  • 12 Homo-Lechner, Catherine, Les instruments de musique au Moyen Age, Paris Fayard, 1999.
  • 13 Le verbe « toucher », a longtemps été utilisé pour désigner le jeu des mains sur les claviers. Enco (...)
  • 14 Le sculpteur fait apparaître les touches noires et blanches du clavier permettant l’usage d’une gam (...)
  • 15 Ouverture oblongue vers l’extérieur, caractéristique des tuyaux dits « à bouche ».
  • 16 ADELINE, Jules, Les sculptures grotesques et symboliques (Rouen et environs), Rouen, 1879.

62L’orgue portatif apparaît à la fin du XIIe siècle pour donner les tons des chants liturgiques dans les petites chapelles ou les chœurs clos. Officiellement admis par les chapitres des cathédrales et les monastères, l’organiste joue quotidiennement cet instrument « guide-chant » quand il ne monte pas à la tribune pour emplir la nef des sons d’un instrument plus sonore. Les textes font allusion à la construction d’un orgue de tribune dans la cathédrale de Rouen en 138612. Cependant, les sculpteurs ont préféré, comme partout ailleurs, représenter le petit instrument à tuyaux, suspendu par un baudrier sur le torse du musicien qui actionne un soufflet de la main gauche et pose les doigts de la main droite sur un clavier. Généralement confié aux anges en pendentif ou en appui-main, l’orgue portatif est néanmoins joué par des personnages divers. Une femme coiffée d’un foulard/chaperon (miséricorde des stalles de Saint-Chamant) touche13 d’une main le clavier chromatique14 d’un orgue portatif à deux rangées de six tuyaux et de l’autre actionne un soufflet en regardant dans une autre direction. C’est encore une coiffure de femme que porte le monstre hybride jouant de l’orgue portatif sur une miséricorde à Barcelone (Espagne). Le même geste instrumental est visible sur un appui-main de Rouen mais par un personnage décapité. L’orgue portatif présente une seule rangée de six tuyaux dont on peut observer les bouches15. L’instrument est tenu de profil ce qui pourrait se justifier pour un appui-main (voir l’ange à l’orgue de la cathédrale de Worcester (GB)) mais on trouve la même disposition sur une miséricorde de Mortain, dans un décor des stalles de la cathédrale d’Amiens (1508-1522) et dans un médaillon du portail de la Calende de la Cathédrale de Rouen16. L’orientation du personnage ne dépend donc pas du support mais correspond sans doute à la tenue de l’instrument dans la réalité.

La Cornemuse (SH-15)

  • 17 Id.

63Au Moyen Age, la cornemuse est représentée dans diverses situations. L’instrument peut traduire la luxure, la gourmandise, la pendaison ou, à l’inverse, être associé aux scènes de la Nativité. Cependant, il est souvent difficile de distinguer sur les miséricordes, le berger du joueur de cornemuse si le costume ou le décor ne donnent pas d’indications supplémentaires. Ainsi, la présence de moutons permet-elle d’identifier les bergers sur une miséricorde de la Cathédrale de Rouen en tous points ressemblante à une parclose de la Cathédrale d’Auch (XVIe siècle). Le berger ne souffle pas dans le porte-vent puisque l’outre semble déjà remplie d’air mais la position des doigts sur le chalumeau montre que l’instrument est susceptible de produire des sons. Dans la même tenue, un fou sculpté sur bois dans la salle des pas perdus du Palais de Justice de Rouen17, joue d’une cornemuse à un bourdon alors que dans la même salle, un autre cornemuseux intervient dans une scène de Nativité. Ces ambiguïtés de la représentation musicale ne facilitent pas l’interprétation de la présence des instruments de musique dans l’art médiéval.

Le tambour à cordes (Langlois #73)

  • 18 Selon l’expression utilisée par Viollet-le-Duc dans son Encyclopédie médiévale.
  • 19 Propos rapportés par Catherine Homo-Lechner, op. cit. p. 757.
  • 20 Idem.

64Un ménétrier, placé sur une miséricorde disparue des stalles de Rouen, coiffé d’un bonnet à revers, et vêtu d’une robe à ceinture, joue d’un tambour à deux cordes, parfois nommé tambour de Béarn ou « choron »18. Un dessin de Langlois permet encore d’observer la tenue de l’instrument qu’il faut jouer en frappant les cordes avec deux baguettes. Elle est comparable à celle que montre l’hybride accompagné d’un joueur de vielle à roue dans les stalles de la cathédrale de Bâle en Suisse. Dans un texte intitulé La Vieille, Jean Lefèvre (ca 1349) parle « d’une grant boise ; quant on le bat dessus la corde/ avec les autres s’accorde »19. Jean Gerson20 le considère comme « un instrument du vulgaire, au son rude et aux cordes plus grosses que la harpe ». Il est cependant confié à un ange sculpté sur le dossier d’une chaire conservée au Musée des beaux-arts de Dijon. C’est encore un ange qui joue l’instrument sur le portail Nord de Saint-Maclou. L’instrument est assez rare pour signaler sa présence sur la Tapisserie de l’Apocalypse d’Angers, joué par un ange dans le bandeau supérieur.

Le bedon (SH-09)

  • 21 Billiet Frédéric, La vie musicale à Amiens au XVIe siècle, Amiens CRDP, 1982.
  • 22 Arch. Mun. Amiens, série BB, fol.44, 15 août 1571.
  • 23 Le timbre : cordelette tendue sur ou sous la peau de façon à vibrer en même temps qu’elle et à augm (...)

65Le bedon des stalles de Rouen est, à notre connaissance, l’unique représentation de cet instrument dans les stalles médiévales européennes. Il figure rarement sur les autres supports de l’iconographie alors qu’il est plus fréquemment cité dans les chroniques à partir du début de XVe siècle21. « Deux joueurs de gros tambours que les sergens du guect de nuict menoient prisonniers, pour ce qu’ils les avaient trouvé sonnans leurs tabourins par la ville entre dix et unze heures du soir, sans aucune permission de messieurs » lit-on dans les archives municipales d’Amiens en 157122. Le terme vient de « boudiné », ventre rebondi, pour illustrer le volume de cette grosse caisse à deux peaux. Sur la miséricorde, et selon l’usage, un musicien - "le bedonneur" - frappe à l’aide d’une mailloche sur les deux peaux d’un bedon porté par un autre personnage. Le laçage en V reliant les deux peaux est visible entre l’instrument et la sellette de la miséricorde. Le laçage en Y permettait de faire coulisser une bague de cuir sur les cordes de tension de manière à modifier l’accord des peaux. L’exceptionnel degré de précision de cette sculpture permet de repérer un détail organologique de grande importance. En effet, la peau de cet instrument est traversée par un timbre23 agrémenté de quatre grelots pour rendre plus sonore encore le son de cet instrument destiné au défilé de plein-air.

Tabor et flûtet, cymbales (SH-13)

66Sur une autre miséricorde du même ensemble, le timbre du tambour ne comporte pas de grelots. L’instrument est frappé par un personnage portant le même bonnet sur chaperon, et qui joue vraisemblablement de la main gauche d’un flûtet disparu. Curieusement, un hybride jouant d’un flûtet accompagné d’un tabor apparaît dans un quadrilobe du portail des Libraires (1238) dont les représentations instrumentales ne sont pas sans rapports avec les quadrilobes des stalles de Cologne.

67Son compagnon aux cymbales, est vêtu d’une robe et d’une toque. Cette percussion métallique est si rarement représentée dans l’art médiéval qu’il semble important de citer sa présence dans un ensemble à proximité : l’ange aux cymbales sur une miséricorde des stalles de Venables dans l’Eure. Dans les deux ensembles, la tenue de l’instrument respecte les usages de l’époque qui diffèrent de celui d’aujourd’hui puisque les disques métalliques étaient alors entrechoqués horizontalement. Ce détail n’avait pas échappé à Viollet-le-Duc qui en fit un dessin dans son Encyclopédie Médiévale.

Les musiciens

  • 24 Delsalle Lucien-René, Rouen au XV siècle, Rouen, Connaître Rouen, t. IV, 1979.

68Ces deux dernières scènes semblent liées à un même événement. Deux musiciens par miséricordes, vêtus de costumes similaires et coiffés d’un chapeau, font penser aux ménétriers, musiciens professionnels organisés en confréries et en corporations à partir du XVe siècle dans les villes de province même si les registres lacunaires des archives municipales de Rouen ne permettent pas de le prouver formellement. Lucien-René Delsalle24 atteste qu’il existe une confrérie des joueurs à l’hôtel Dieu de la Madeleine sous le patronage de Saint-Julien, probablement créée par délégation du roi des Menestriers de Paris en vertu d’un acte royal de 1407. Ils sont représentés dans d’autres ensembles comme celui de Barcelone, ou dans certains ensembles britanniques. Le joueur de flûtet et tabor figure souvent parmi ces musiciens et il n’est pas étonnant d’en trouver une représentation sur un panneau de stalles de Gaillon conservé au Metropolitan Museum de New York. Le transport du bedon indique aussi une possible participation de ces musiciens à une procession. Le timbre des cymbales pouvait alors donner plus d’éclat et de volume aux intermèdes musicaux de plein-air.

  • 25 Arch. Départementales Seine-Maritime, Série G 2131 du 17 mars 1447.

69On sait que le clergé n’entretenait pas d’instrumentistes dans la maîtrise, à l’exception d’un organiste, et qu’il avait fréquemment recours aux musiciens de la ville pour animer les grandes fêtes patronales. Les archives départementales suggèrent que des confréries rouennaises entretenaient aussi, en permanence ou occasionnellement, des musiciens-jongleurs : « Les chanoines de la Cathédrale de Rouen doivent refuser aux enfants de la maîtrise à aller le soir après le repas des confrères de St Romain chanter un motet devant le portail St-Romain attendu disent-ils que les confrères ont des jongleurs de métier qui doivent leur suffire »25. Tous ces musiciens de métier étaient réquisitionnés lors des grandes représentations comme celle du Mystère de l’incarnation de Notre Seigneur Jésus Christ représenté à Rouen en 1474.

Appui-main : orgue portatif, vue sur le clavier chromatique.

Appui-main : orgue portatif, vue sur le soufflet.

SH-15 Berger jouant de la cornemuse : miséricorde de la stalle d’honneur de Rouen.

Berger jouant de la cornemuse : cathédrale d’Auch.

SH-13 Miséricorde : deux musiciens jouant du tambour, du flûtet et des cymbales.

SH-09 (# 08) Miséricorde : deux musiciens jouant du bedon en procession.

#73 : Tambour à cordes : dessin de miséricorde disparu de la cathédrale de Rouen.

Les mendiants ?

70(NB-08)

71Que font ces deux personnes ? Leurs paumes évoquent la mendicité en dépit d’un riche vêtement. Mendier était un métier depuis l’obligation d’avoir un certificat avant de demander de l’argent aux passants.

72Il y a au moins un mendiant sur une miséricorde dans chaque pays. La plupart d’entre eux sont handicapés. Sur une miséricorde conservée au musée national du Moyen Age à Paris, un mendiant a un pied amputé et il marche avec deux béquilles. Celui du Prieuré de Christchurch, en Grande-Bretagne, a des jambes tordues et marche à quatre pattes sur des « socques » de bois.

NB-08 (# 36) Couple aux paumes vides

Homme à la sébile (Christchurch Hampshire).

La Charité - Musée national du Moyen Age (Cluny).
Photos de comparaison avec Christchurch et Cluny.

Des clercs, des étudiants et des livres

73(NB-11), (NH-16), (SB-08)

74James Ryan

75La scène de l’enseignant avec ses élèves est une scène ordinaire dans la plupart des écoles (NB-11). Le maître se prépare à punir un étudiant avec un fouet qui va descendre sur la tête de l’élève. Le prochain attend sur la gauche. Il nous regarde directement et va bientôt réciter sa leçon au maître. On ne voit pas de fille dans cette salle d’école.

76L’image d’un érudit qui tourne les pages d’un livre excite l’imagination (NH-16). L’artiste peut nous montrer un érudit en train d’étudier, mais le sujet est trop décontracté pour représenter la réflexion intellectuelle. Est-il sérieux ou bien tourne-t-il les pages un peu au hasard ? Est-ce vraiment un érudit ou la satire d’un érudit ?

77Les frères mendiants et les prêcheurs (SB-08), omniprésents, jouaient un rôle majeur dans le paysage ecclésiastique depuis le XIIIe siècle. Leur rôle comme prêcheurs populaires les plaçait en conflit avec les chapitres des cathédrales et le clergé diocésain ! Il ne serait pas étonnant de les voir en mauvaise posture sur des miséricordes. On peut avoir dans cette scène un conflit entre deux prêcheurs quand l’un pointe d’un air pompeux le phylactère, ou peut-être une dispute comme on le voit dans les sermons ou dans les exempla.

NB-Il (#45) Deux élèves et le maître d’école.

NH-16 (# 44) Erudit tournant les pages d’un livre.

SB-08 (#23) Deux diacres pointant une banderole.

Les femmes et la vie conjugale

78(SB-02), (SB-04), (SB-14), (SH-07), (# 17 Lpalais)

79Les femmes les plus importantes représentées sur les miséricordes sont probablement les suivantes : Phyllis dans le Lai d’Aristote, la femme qui lutte pour la culotte, Dalila séduisant Samson, et les femmes qui travaillent en ville et dans les champs. Pourtant, nous en présentons encore d’autres.

80Une femme, avec une étoffe sur la tête et les bras (SB-04), flotte gracieusement à gauche en regardant, en même temps, un enfant, gravement mutilé à droite. Son regard est maternel et protecteur. La source pour cette sculpture est l’un des quadrilobes du portail Nord de la cathédrale.

81Une autre miséricorde présente une femme montée en amazone sur un lion (SB-02). Elle porte le costume d’une prostituée de l’époque de Charles VI. Cette image évoque la Grande Prostituée de Babylone du livre de l’Apocalypse (Ap 17, 1-sq.). La femme et l’animal sont sculptés avec peu de réalisme mais la proximité des deux est frappante, donnant une impression négative de la femme.

  • 26 Grégoire IX, Décrétâtes, ca 1330-40, ms. Smithfield Decretals, Londres, British Library, MS ROYAL 1 (...)

82L’autre miséricorde qui représente une femme est peut-être une scène précédant la « lutte pour la culotte » (SH-07). Deux images de la vie conjugale tirées des illustrations des Décrétales du pape Grégoire IX, dans le manuscrit Smithfield peuvent être rapportées à ces miséricordes.26 Sur l’une des miniatures et sur la miséricorde de Rouen on voit un homme qui fait sa cour comme sur les stalles de Fairford et au Prieuré de Malvern en Grande-Bretagne. Malheureusement la miséricorde rouennaise est sévèrement mutilée ; la femme n’a plus de bras et l’homme a perdu sa tête. Pourtant il est évident que la femme est assise calmement et l’homme, à quatre pattes, place une main sous une chaussure de la femme. De Cendrillon à l’œuvre de Gœthe, la main et la chaussure sont généralement acceptées comme des symboles sexuels. Ici l’homme essaie sans doute de savoir s’il peut avoir des rapports sexuels avec la femme. La dame apparemment accepte ses avances. A l’origine elle devait lever une louche, (peut-être pour partager leur fête de mariage ?). Si elle n’était pas d’accord avec les avances de cet homme, elle pouvait lui jeter, comme on voit à Malvem (Grande-Bretagne), sa quenouille à la tête.

83Une des miséricordes conservées au palais archiépiscopal (# 17) fait peut-être pendant avec la miséricorde précédente. Un homme, chapeau à la main, s’agenouille devant une personne, sans doute une femme contente. L’homme la salue. La femme, qui a perdu sa main, pouvait lever à l’origine une louche. Si c’est bien le cas nous voyons une autre façon de faire la cour d’une manière plus traditionnelle.

84Beaucoup d’Atlantes soutiennent des stalles (SB-14). Ici un homme barbu en costume ordinaire soutient la sellette avec ses deux mains. Mais une femme l’aide parce qu’elle soutient le coude de l’Atlante.

(# 17) (Palais) Homme saluant avec son chapeau un personnage assis.

SH-07 (# 10) Femme acceptant les offres d’un homme.

SB-14 (# 54) Atlante et son assistant supportant une sellette (avant le 26/12/99).

SB-02 (# 66) Courtisane assise sur un lion.

Bas-relief du portail des Libraires.

SB-04 Femme drapée et enfant.

Portail des Libraires.

Le Lai d’Aristote (SH-08)

85Brian J. Levy

  • 27 Il y en a d’autres dans les stalles de Dordrecht (Pays-Bas), d’Aarshot en Belgique, dans les cathéd (...)

86L’image saisissante du grand philosophe Aristote à quatre pattes comme un cheval, est le témoin de la popularité de sa source textuelle : le Lai d’Aristote. Ce conte, l’un des préférés de la société du Moyen Age et de la Renaissance, a donné naissance à l’image de Rouen27 qui n’est qu’un exemple d’une riche iconographie sur ce sujet.

87La légende à la source de ces images rapporte que l’homme le plus savant peut être dompté par les artifices des femmes. Elle appartient au registre de l’antiféminisme comique ou moraliste. Beaucoup de versions originales de cette histoire existent dans la littérature orientale. Elles ont toutes pour scène principale celle que les artistes ont utilisée : un savant fou d’amour s’humilie en marchant à quatre pattes, ce qui permet à une fille rusée d’en faire sa monture. Il semble que les auteurs occidentaux aient été les premiers à attribuer cette humiliation à Aristote.

88Peut-être était-ce là un tribut sardonique à la suprématie intellectuelle de la logique aristotélicienne dans les écoles des XIIe et XIIIe siècles.

  • 28 Henri d’Andeli, dont le nom viendrait peut-être du village des Andelys dans l’Eure, est sans doute (...)

89La version occidentale a été mise en forme au début du XIIIe siècle par deux auteurs presque contemporains mais fort différents. L’un est un exemplum strictement moralisé, œuvre du prêcheur reconnu Jacques de Vitry, et figurant dans ses Sermones dominicales et communes. L’autre, le Lai d’Aristote, ouvrage plein d’esprit sous une forme apparentée à celle d’un fabliau, est l’œuvre du poète Henri d’Andeli28, de l’université de Paris. Henri invente le plan classique de l’histoire : le jeune Alexandre tombe amoureux d’une jolie fillette (anonyme dans son récit : d’autres versions de l’anecdote la baptiseront du nom de Phyllis ou de Campaspé). Son tuteur lui conseille alors de surmonter cette frivolité et de se concentrer sur ses devoirs impériaux. La maîtresse d’Alexandre, délaissée, décide de se venger du philosophe. Un jour d’été elle flâne sous la fenêtre d’Aristote, habillée d’atours provocants et aguichants, chantant de manière séduisante. Le grand philosophe est instantanément frappé, il cesse ses études et devient esclave de sa passion. La fillette lui accorde la promesse d’une union sexuelle à condition qu’il lui permette de l’utiliser comme cheval. Le philosophe acquiesce et passe, à quatre pattes, sellé comme un palefroi et monté par la belle, sous les fenêtres d’Alexandre qui regarde tout en secret. Alexandre sort et confond son tuteur. Aristote a appris une leçon difficile, mais il ne serait pas le philosophe le plus grand de son époque s’il ne pouvait pas tirer une bonne morale de cette affaire. Il dit à Alexandre que cette mésaventure renforce ses conseils. En effet, si un vieux savant peut être si facilement séduit par une femme, quelle chance a un jeune homme ?

90A part les stalles de chœur et les aquamaniles les artistes ont utilisé les supports les plus variés pour illustrer cette légende. Elle est le sujet de décors sur des plaques de bronze, et de calices en argent, de xylographies et de gravures sur métal, d’illustrations de manuscrits, de sculptures sur pierre, d’ivoires, de peintures murales.

91A Rouen la sculpture de la miséricorde montre une ravissante Phyllis-Campaspé juchée sur le dos d’Aristote quasiment à plat-ventre. A la verticalité de la petite silhouette féminine dont la taille menue souligne la faiblesse, s’oppose l’horizontalité de l’immense philosophe, la sagesse personnifiée qui, sur cette image, rampe. La scène n’est pas vue frontalement mais légèrement d’en-haut. Ainsi sommes-nous placés au niveau d’Alexandre contemplant l’humiliation de son maître depuis sa fenêtre. Grâce à ce point de vue subjectif les auteurs de la sculpture et leurs commanditaires offrent à ceux qui la contemplent une actualisation de la leçon.

SH-08 Le lai d’Aristote.

Miséricorde (Oviedo. Espagne).

Appui-main (Abbaye de Vertheuil, Gironde).

La Dispute pour la Culotte

92(SH-06)

  • 29 Cité de P. Bureau « La dispute pour la culotte : variations littéraires et iconographiques d’un thè (...)

93Pierre Bureau29

  • 30 Cf. Cl. Gaignebet et J.-D. Lajoux, Art profane et religion populaire au Moyen Age, Paris, 1985 p. 4 (...)
  • 31 Cf. Langlois, E.H., op.cit.

94La « dispute pour la culotte » est l’un des thèmes favoris retenus par les huchiers. L’une des plus célèbres de ces représentations est celle qui prend place dans l’ensemble des miséricordes de la cathédrale de Rouen. Si elle a souvent été reproduite30, elle a systématiquement été coupée de son contexte. Ce que nous souhaitons revaloriser ici c’est précisément l’idée selon laquelle la miséricorde de la « dispute pour la culotte » s’inscrit dans un véritable programme iconographique. Grâce aux relevés effectués au XIXe siècle par Eustache-Hyacinthe Langlois, il nous est possible d’avoir une vision fidèle de la répartition des miséricordes de stalles de la cathédrale31 qui ont été remontées après les bombardements de la seconde guerre mondiale ! La « dispute pour la culotte » représente un homme et une femme, diamétralement opposés, en train de tirer vivement, chacun de son côté, sur un vêtement. Le dessin qu’en avait effectué Langlois fait ressortir un détail qui apparaît difficilement sur la miséricorde aujourd’hui : l’homme tient dans sa main droite un couteau. Est-ce là un moyen de signifier que l’homme aurait été prêt à mettre en lambeau l’objet du litige, plutôt que de céder et de s’en dessaisir au profit de la femme qui s’en emparerait ? Toujours est-il que le sens général de la scène est celui d’une sévère rivalité entre les deux époux pour savoir qui "portera la culotte".

95Ce qui est significatif, c’est la place de cette miséricorde par rapport à celle qui l’encadre. En effet, la « dispute pour la culotte » se situe précisément à la charnière de deux groupes de miséricordes : d’une part, dans la partie inférieure, une série de miséricordes relatives au travail du drap, au vêtement, au costume, et d’autre part, dans la partie supérieure, un ensemble plus spécifiquement lié au thème de la lutte.

96A droite de la « dispute pour la culotte » un homme est présenté à quatre pattes en train de se faire écraser les mains par une femme. La suivante (SH-08) reprend l’histoire du Lai d’Aristote. A l’est (SB-13), dans la rangée inférieure cette fois, on retrouve une scène de lutte à caractère ludique : la « pannoye », qui consistait à déséquilibrer son adversaire en tirant, chacun de son côté sur une barre. La « dispute pour la culotte » se situe par conséquent, à la jonction de représentations liées au textile et à celles relatives à la lutte. En un mot, elle est la cheville qui donne tout son sens à cette répartition méthodiquement établie.

SH-06 Jeune couple luttant pour savoir qui portera la culotte.

Couple luttant pour la culotte (Hoogstraten, Belgique).

La violence sur les miséricordes

97(NB-03), (NH-02), (NH-08), (SH-01), (SH-12), (le palais #16)

98Au moins cinq miséricordes de cet ensemble nous transportent au cœur de la violence entre les hommes, avec leurs armes et leurs combats.

99Sur un premier exemple (SH-01) un homme en longue robe court son chapeau flottant derrière lui. Il brandit son épée contre un ennemi invisible tout en se protégeant de son bouclier.

100Sur une seconde miséricorde (NB-03) l’homme est à moitié agenouillé, bâton en main pour battre à distance une autre personne (ou peut-être pour nettoyer le sol).

101Deux autres miséricordes présentent des hommes armés.

102L’une montre un homme se penchant vers un autre, tête baissée (SH-12) ; il brandit une courte épée vers l’autre qui se saisit de la lame pour éviter d’être transpercé.

103Dans une autre scène, un homme en colère vient de frapper l’épaule d’un autre avec un sabre ou un cimeterre. (NH-08).

104Dans les stalles conservées au palais archiépiscopal une scène montre deux combattants à mains nues.

105La dernière scène de violence montre un homme frappant les fesses nues d’un enfant (NH-02). C’est sans doute un écolier qui est corrigé, il se tient à quatre pattes et l’homme au fouet le maintient en place par le cou.

106Ces miséricordes montrent diverses formes du pêché capital de la Colère, des luttes avec armes ou simplement aux poings.

SH-01 (# 19) Homme tenant une épée (?).

NB-03 (# 63) Guerrier.

NH-08 (# 34) Combat au couteau entre deux hommes.

(# 16) Combat entre deux hommes (Palais archiépiscopal).

SH-12 Combat entre deux hommes.

NH-02 (# 28) Homme fouettant les fesses d’un garçon.

II- Les scènes religieuses. L’ancien Testament sur les stalles rouennaises

107(NH-09), (SB-12), (SH-10), (SH-11), (SH-14)

108Seulement trois ensembles de miséricordes ont un programme présentant uniquement l’Ancien Testament : la cathédrale d’Amiens, l’abbaye de Saint-Victor de Paris, détruite pendant la Révolution, et l’église dominicaine de Louvain en Belgique. Une rangée de quatorze stalles, correspondant au quart de miséricordes de l’église collégiale à Champeaux (Seine-et-Mame) racontent la vie de Job. Ces ensembles sont comparables aux bibles figurées réalisées il y a plus de cent ans, dans le Nord de la France. Les événements de l’Ancien Testament étaient sculptés dans les stalles de chœur parce qu’ils préfigurent et prouvent la vérité du Nouveau Testament. Quelques programmes iconographiques d’ensembles de stalles montrent un épisode biblique isolé mêlé à des proverbes, des scènes de la vie quotidienne, et des monstres. C’est le cas des stalles de la cathédrale de Rouen et d’autres cathédrales en Grande-Bretagne. Il y a cinq scènes de l’Ancien Testament à Rouen.

109Le personnage de Samson paraît plus important aux yeux des huchiers. Son histoire est présentée de manière fragmentaire et les Stalles de Rouen en présentent trois épisodes.

110Le roi David, malgré sa faiblesse morale, reste à la première place dans le lignage du Christ et se trouve représenté dans quelques ensembles face à Goliath. A Rouen, un jeune homme en robe courte ceinturée, calotte sur la tête, est monté sur un lion dont il déchire la mâchoire. (SH-11) Cette action est semblable avec la description biblique du jeune berger, David, qui ne tue pas seulement un lion mais aussi un ours en protégeant ses brebis. (Si 47, 3). Cette prouesse lui a donné le droit de combattre contre le géant Goliath, une scène qui n’est pas sculptée à Rouen.

111Abraham, David, Samson, Joseph et Job sont les principaux personnages bibliques sculptés sur les miséricordes. Quelques-uns de ces épisodes bibliques ou apocryphes racontent aussi la vie de femmes héroïques comme Judith, chef de son peuple, ou bien la chaste Susanne se préservant malgré d’insupportables accusations.

SH-11 (06) David tuant le lion.

112A Rouen, il y a donc trois scènes sur les miséricordes qui décrivent les événements de la vie de Samson. C’est le personnage biblique le plus populaire représenté dans des scènes religieuses isolées. Aucun ensemble de stalles n’illustre ses actions héroïques en une séquence. Sur la miséricorde de Rouen il a des cheveux longs coiffés en turban. (SH-10). Le lion est assez petit et Samson n’est pas monté sur la bête. Il est possible qu’il s’agisse d’Hercule. Samson était jeune à cette époque, en route pour ses fiançailles, et il pouvait être imberbe. La mort de ce lion précède l’épisode durant lequel Samson trouve du miel dans la gueule du lion. Traditionnellement la lecture typologique voit dans cette scène une préfiguration de la descente du Christ aux limbes et de l’ouverture de la gueule des enfers. La Bible des pauvres qui explique les types et les anti-types des scènes bibliques montre deux préfigurations, chacune encadrant une scène du Nouveau Testament.

SH-10 (# 07) Samson tuant le lion.

113L’épisode de Gaza d’où Samson s’échappe en arrachant les portes de la ville (Jug 16, 1,-3) n’est pas aussi populaire chez les huchiers que le combat contre le lion de ce héros biblique. (SB-12). Ici Samson préfigure la Résurrection du Christ parce que le Christ, comme Samson, devait recouvrer une force surhumaine pour se libérer : Samson de Gaza et le Christ du tombeau. A Rouen la scène de Gaza est extrêmement belle. Samson porte essentiellement le même costume dans les trois scènes, sauf que sa tête ici n’est pas coiffée. Les cheveux, un peu cachés, sont longs et son visage est encore imberbe. Les détails de cette scène sont typiquement français ; la porte sur son dos est de style gothique, en forme d’arc brisé. La porte de la ville est également dessinée en arc brisé et est encadrée par des tours. En comparaison, la scène de Gaza au Minster de Ripon (Yorkshire) suit étroitement la gravure sur bois de la Bible des pauvres. Samson est habillé d’un costume court et de bottes. Une des portes arrondies est sous son bras et l’autre sur son épaule. La scène de Gaza à la cathédrale de Tolède est similaire à celle de Ripon mais sans les détails de la ville. C’est seulement en France qu’est représentée une porte gothique.

SB-12 (# 82) Samson et les portes de Gaza.

Samson et les portes de Gaza (Ripon-Minster-Yorkshire).

114Une scène de Samson, endormi sur les genoux de Dalila, montre la belle en train de lui couper les cheveux (NH-09). Cette scène est moins populaire sur les miséricordes que les deux autres scènes de l’histoire de Samson, peut-être parce qu’une femme en est l’héroïne et ce n’est pas une préfiguration christologique. Pourtant, cette scène se trouve aussi en France sur une jouée à Montbenoît (Doubs). Nous ne pouvons plus savoir si Samson ici est barbu ou si sa tête est ornée avec un turban ou d’un filet. Son visage est gravement mutilé et la tête de Dalila est partie. Samson continue à porter le même costume, typique sur les miséricordes rouennaises. Le personnage de Dalila est encore visible ; elle est vêtue d’une élégante robe au décolleté en « V ». Elle coupe les cheveux de Samson, au lieu de demander l’aide d’un philistin, comme dans la bible (Jug. 16, 4-sq). La nature inconstante de la femme, et le danger de sa présence auprès des hommes sont probablement les raisons de cette représentation à Rouen.

NH-09 Dalila coupant les cheveux de Samson.

115La miséricorde (SH-14) montre les deux « espions » envoyés à Canaan, la terre promise (Nb 13, 23). Josué et Caleb portent ensemble une grande grappe de raisins. C’est probablement la scène la plus fréquente des scènes bibliques isolées. Elle est représentée dans beaucoup de pays et pas seulement sur des miséricordes. A Stendal (Allemagne) par exemple ; les deux « envoyés » se trouvent sur l’intérieur d’une jouée haute. A la cathédrale de Tolède la scène se trouve sur une frise de dorsal juste au-dessus de l’accotoir de la stalle. Ici les deux hommes sont si fatigués qu’ils ont déposé leur fardeau à terre et restent près de la grappe de raisins. Sur toutes les autres scènes les deux hommes restent debout, un bout du bâton sur une épaule. Leur costume varie selon les huchiers. Parfois les deux hommes regardent dans la même direction ou l’un peut regarder devant et l’autre en arrière. S’ils regardent dans des directions opposées, ils représentent peut-être l’Ancien et le Nouveau Testament. La grappe peut préfigurer le sacrement de l’Eucharistie ou le Christ portant sa croix.

SH-I4 (04) Richesses de la terre promise.

La grappe de la Terre Promise, miséricorde de l’église d’Hoogstraten, Belgique.

Des « prophètes », hommes barbus vêtus de longues robes

116(NB-14), (NB-07), (NH-10), (NH-14), (SB-05) (SB-16), et au palais (Langlois #55)

117Chacune de ces six miséricordes montre un homme barbu en robe longue qui porte un chapeau élégant. Ces sont les seuls personnages barbus sur les stalles de Rouen et ils évoquent l’Ancien Testament.

118Deux de ces hommes tiennent des banderoles assez longues. Ce phylactère vide que regarde « le prophète » devait à l’origine présenter un message probablement peint.

119Un autre s’endort confortablement, sa tête sur la main.

120Un autre encore, à présent dans le palais archiépiscopal, porte un sac à la taille, il tient une plante ou une corde.

121Un cinquième homme barbu se prépare pour le combat, ses jambes lancées derrière lui comme s’il courait très vite.

122Un autre tient le cou d’un chien et lève, dans l’autre main, un couteau ou une épée. Que fait cet homme ? Voit-on ici une légende anti-judaïque : puisque les juifs ne mangeaient pas de porc, ils mangeaient allègrement leurs chiens. Une image comparable que l’on identifie ainsi existe à Aarschot en Belgique.

(# 55) Juif (?) avec une bourse.

SB-16 (# 62) Prophète avec une massue (?).

NH-14 (#42) Prophète portant un phylactère.

NB-14 (M9) Prophète portant un phylactère.

NH-10 (# 38) Prophète guerrier.

SB-05 (# 75) Prophète (ou Juif ?) frappant un chien.

NB-07 Prophète endormi.

Un saint sur les miséricordes rouennaises ?

123(NH 15) Il y a seulement une miséricorde à Rouen que l’on pourrait interpréter comme représentant un saint. Il pourrait s’agir de saint Georges (NH-15).

124Ce saint patron de la Grande-Bretagne est représenté fréquemment sur les stalles de ce pays, toujours en train de tuer le dragon, symbole du Mal. A Exeter il porte la meilleure armure au goût du jour !

125A Rouen, au contraire, il est vêtu ordinairement ; avec sa calotte liée sous le menton. Il se penche et remplit l’espace sous la petite sellette. Il tend son épée vers la gueule d’un dragon à deux pattes.

126Les saints représentés dans les stalles de chœur se trouvent généralement situés sur les panneaux dorsaux où ils sont plus visibles plutôt que cachés au-dessous des miséricordes. Depuis que les panneaux dorsaux rouennais ont disparu, on ne voit plus les saints qui ornaient certainement ces stalles.

NH-15 (# 43) Saint Georges (ou saint Romain ?) tuant un dragon à deux pattes.

III- Les monstres et les hybrides

127NB-02, NH-04, SH-03

128(NB-01), (NB-05), (NB-13), (SB-01) et Langlois #15, #24, #56, #69,#70

129Les monstres sur les miséricordes rouennaises ont tous, mis à part un singe, des visages humains et, pour la plupart, des traits féminins. Quelques-uns de ces monstres sont des copies des bas-reliefs du portail des libraires de la cathédrale.

130Ces monstres aux têtes féminines ont des corps de serpent, d’oiseau, de quadrupède ou de lion. Les huchiers, indifférents à l’aspect de la peau de ces bêtes, ont recouvert les corps de plumes, de draps ou de capes. Certains de ces monstres portent des chapeaux semblables à ceux des êtres humains représentés sur d’autres stalles. Par exemple, l’hybride à la queue de lion (NH-04) enlacé avec son petit, porte un chapeau énorme comparable à celui d’un « prophète ». Ailleurs, le monstre-oiseau, qui tient un blason, est revêtu d’un chaperon.

131En général les monstres sculptés sur les ensembles de stalles sont des animaux recomposés avec la queue d’un animal, les griffes d’un autre, le corps ou le bec d’autres encore. Aucun autre ensemble ne présente exclusivement des monstres à tête humaine. Il est possible que les monstres de Rouen soient des satires de personnages contemporains ou des sortes de rébus jouant avec les noms de quelques chanoines.

NB-01 (# 65) Melusine : femme-serpent

NB-05 Femme hybride aux bras drapés, à la queue de lion ou de cheval.

NB-13 (# 50) Femme-serpent ailée nue (endommagée en 1999).

(#21) Homme-hybride ailé tenant sa queue.
(#56) Femme ailée tenant un cœur dans sa main.
(#69) Monstre quadrupède drapé tenant un bouclier et une petite épée.
(#70) Quadrupède hybride au turban avec tête barbue au milieu des pattes (Palais archiépiscopal.

Les hybrides

132(SB-01)

133Malcolm Jones

134Conscient des dangers de la surinterprétation, perpétuelle tentation des spécialistes en iconographie, je suis enclin à considérer ces hybrides homme/animal comme des jeux d’esprit dépourvus de tout message symbolique. Il serait intéressant de savoir si le bouclier que présente une de ces miséricordes (SB-01), était, à l’origine, orné avec les armes d’un patron de la cathédrale.

SB-01 (#68) Harpie. Tête féminine portant une coiffe sur un corps d’oiseau ; dans sa griffe-main, elle montre un blason vide.

NH-04 Lions hybrides. Une bête proche du lion avec torse humain porte un haut chapeau. Cette créature caresse apparemment un jeune hybride (tête disparue) qui met son bras sur l’épaule du plus grand.

Sirène-oiseau musicienne

135(NB-02)

136Baudouin Van den Abeele

137Apparue sous la plume d’Homère, au chant XII de l’Odyssée, la sirène a d’abord été représentée comme une femme-oiseau, dont le chant mélodieux charme selon la légende les navigateurs, et les entraîne vers leur perte.

  • 32 Psautier de Stuttgart, bestiaire Ashmole 1511 d’Oxford, chapiteaux à Conques, à Ripoll et à Vézelay
  • 33 Fresque au Palais épiscopal de Beauvais, Psautier de Gui de Dampierre.
  • 34 Bestiaires de l’Arsenal, 3516 et de Trinity College Cambridge, 14.9.
  • 35 BR, 10066-77.
  • 36 Bodl. 602.

138Par le biais du Physiologus et des bestiaires, le Moyen Age a hérité du thème, et une métamorphose s’est opérée : à l’époque romane, les sirènes ont, dans la plupart des cas, acquis une queue de poisson et appartiennent au règne aquatique. C’est entre le VIIe et le Xe siècle que se situe la mutation, qui affecte aussi bien les témoins littéraires que les représentations figurées, mais on note des zones où persistent des sirènes-oiseau. Cette miséricorde reprend le thème de la sirène-oiseau : elle chante en s’accompagnant d’une harpe fort bien rendue. Il n’est pas rare de rencontrer dans les miniatures et les sculptures des sirènes-poisson musiciennes, jouant du cornet32, de la vièle, de la cornemuse, du tambour33 ou de la harpe34. Les sirènes-oiseau musiciennes sont plus rares : ainsi, le Physiologus de Bruxelles35 en montre une qui joue d’une vièle, mais à la façon de la lyre antique. Le bestiaire d’Oxford36 en présente une qui joue de la harpe, comme sur la miséricorde en question. Chez les moralistes, les sirènes incarnent les dangers de la luxure, la séduction féminine, les sollicitations du monde. L’instrument de musique profane s’y associe tout naturellement pour en faire un avertissement à destination du chrétien, ou du chanoine dans le cas particulier.

NB-02 Sirène jouant de la harpe.

Un hybride sarrasin balance un encensoir... et la fête des fous

139(SH-03)

140Michael Camille

141S’il y a un mot comme “miséricordieuse”, cette image en est la personnification. Ici on voit une créature qui ridiculise tout en étant ridicule. Voici un être humain et hybride à la fois, dont le corps monstrueux évoque plusieurs êtres en une seule enveloppe. Moitié-homme et moitié-bête dont les formes amples balaient le champ de la miséricorde, a des pieds de devant palmés et des fesses humaines dénudées. Sa grande cape ne cache pas la transition entre l’humain et l’animal mais sert à révéler son bas-ventre poilu - signe de luxure masculine. Ce jeune homme est imberbe et barbu en même temps. Une ambiguïté qui sert la tonalité anti-musulmane de cette image. Il porte une coiffure semblable à un turban qui, rattachée à des fesses nues tendues en arrière de façon obscène. Une manière d’évoquer le vice de sodomie attribué aux Sarrasins en particulier et la menace générale des musulmans, ennemis de la chrétienté. Sur cette miséricorde la menace est double : par l’avant et par l’arrière. Le bouclier épais que cette créature tient devant lui est en contraste avec les fesses sans protection ; il évoque peut-être un proverbe équivalent : « Protéger votre nez quand vos fesses sont découvertes ».

142Mais ce qui est peut-être le plus frappant dans cette créature anti-arabe, c’est l’encensement pseudo-religieux de son propre anus avec un objet liturgique – un encensoir. Cette action peut être reliée à un divertissement réservé aux jeunes à l’intérieur du chœur, et qui n’était donc pas le fait des « autres », les païens. Les descriptions contemporaines racontent comment le jour de la Fête des Fous, qui était très suivie à la cathédrale de Rouen, les enfants du chœur brûlaient devant l’autel, leurs chaussettes trempées de sueur. Ainsi serait évoquée dans cette scène l’idée d’une forme d’anti-encens à l’odeur démoniaque.

SH-03 Hybride quadrupède balançant un encensoir.

Les proverbes sur les miséricordes rouennaises

143(NB-06), (NB-18), (NH-13)

144Dans les stalles de Rouen les trois proverbes avérés sont tous d’origine flamande et peuvent être retrouvés dans le grand tableau de Pierre Bruegel l’Ancien.

145Le premier (NB-06), « Jeter des roses (ou des marguerites) aux pourceaux », signifie donner quelque chose à quelqu’un qui ne peut l’apprécier. La même scène existe sur des miséricordes en Allemagne, en Belgique, en Espagne ainsi qu’en France. A Rouen, un fermier renverse un panier de roses devant des porcs qui attendent leur pitance.

146Le second « Homme baillant devant le four » (NB-18) montre un homme à genoux, bouche ouverte, devant un petit four en briques. Sa longue robe flotte par terre et un long parchemin s’enroule autour de lui. Peut-être veut-il être le gagnant, ouvrir la bouche plus grande que les autres, et il va l’écrire sur le parchemin ? La représentation de ce proverbe se trouve sur les miséricordes de tous les pays où les huchiers traçaient leur route, de l’Allemagne jusqu’en Espagne.

147Le dernier proverbe : « S’asseoir dans les cendres entre deux chaises » (NH-13) est aussi un proverbe très répandu sur le chemin des huchiers. A Rouen un homme, en longue robe et chapeau bordé de fourrure, a l’air perturbé, ou du moins perplexe, quant à la chaise sur laquelle il convient de s’asseoir.

148Dans quelques ensembles de stalles de nombreux proverbes sont représentés. Ces illustrations de proverbes se trouvent à Sainte-Catherine d’Hoogstraten, au nord d’Anvers en Belgique, et dans de petites églises de Rhénanie.

NB-06 Jeter des roses aux pourceaux

NB-18 (#53) Homme soufflant sur le feu d’un four.

Homme soufflant sur le feu d’un four (miséricorde de Plasencia, Espagne

NH-13 (#41) Indécision : homme assis entre deux chaises.

Conclusion de l’iconographie

149La lecture de cet ouvrage montre combien l’observation des miséricordes de la cathédrale de Rouen peut apporter de détails très intéressants sur la vie quotidienne au quinzième siècle.

150L’analyse du programme iconographique conduit à penser que les miséricordes ont pu être réalisées par paires. A l’instar des deux scènes comparables avec les serviteurs se pose la question d’une organisation par paires des miséricordes dans l’ensemble de Rouen. Il est facile, par exemple, de trouver : deux miséricordes avec des personnages, les bras couverts avec une étoffe ; deux scènes d’essayage de chaussures ; deux hybrides avec des corps d’oiseau ; deux scènes de récolte de fruits.

151Les paires étaient peut-être à l’origine situées sur des sièges côte à côte pour évoquer une séquence décomposée en deux scènes successives. Ou bien les deux scènes étaient-elle placées en vis-à-vis ?

152L’arrangement d’origine des stalles est inconnu puisqu’il ne demeure que les miséricordes hautes et basses et les appuis-main haut et bas, mais mutilés ; les dorsaux, les dais et les jouées hautes et basses d’origine ont été détruits.

153Chaque paire présente quelques différences : les « vendangeurs » - sur une miséricorde : un homme et une femme, deux femmes sur l’autre - cueillent des fruits en des moments différents, remplissant le panier et puis le vidant ; les serviteurs lavent la vaisselle dans une scène et dans l’autre ils la sèchent. Les huchiers cherchaient-ils à nous montrer différents aspects de certaines activités de la vie quotidienne ?

  • 37 Jean-Yves MARIN (éd.), La Normandie dans la guerre de cent ans, 1346-1450, catalogue de l’expositio (...)

154Un autre sujet d’étude apparaît dans cet ouvrage. Il s’agit de l’influence anglaise perceptible dans les stalles de Rouen. Outre l’occupation anglaise durant la guerre de cent ans après 141937, Rouen, sur ce grand axe fluvial qu’est la Seine, a certainement bénéficié d’échanges culturels privilégiés avec la Grande-Bretagne. Il faut aussi se rappeler que quelques huchiers installés à Rouen venaient de Flandres laissant de nombreuses traces de l’influence flamande sur les stalles. Il est fort probable que certains d’entre eux se sont rendus en Grande-Bretagne pour travailler sur des stalles, et/ou s’inspirer des modèles iconographiques. Si cette hypothèse reste actuellement invérifiable, on peut constater des « anglicismes » sur les stalles normandes comme la forme des sellettes. Le chant des sellettes est pointu alors que la plupart des sellettes en France ont une ligne droite sur le chant dominant, et des lignes courbes de chaque côté.

  • 38 Voir E. C. Block “Half-Angel Half Beast : Images of Women on Misericords ;” Reinardus vol. 5, 1992, (...)

155De plus, il y a au moins deux scènes rouennaises qui sont aussi visibles en Grande-Bretagne. La première présente un couple amoureux : l’homme met sa main sous la chaussure de la femme selon l’expression populaire de « prendre le pied ». Une scène identique existe à Fairford (Gloucestershire) et au prieuré de Malvem (Hereford-et-Worcestershire) en Grande-Bretagne38. A Fairford, comme à Rouen, la femme lève une louche avec laquelle le couple va partager leur fête de mariage. A Malvern la femme semble exprimer son refus en jetant sa quenouille à la tête de l’homme.

156L’autre modèle iconographique d’influence anglaise présente des "culbuteurs" attachés l’un à l’autre par la taille. On peut les voir horizontalement comme verticalement, les deux personnages devenant quatre. Cette image existe avec de faux Sarrasins à l’église de la Trinité de Vendôme mais il y a aussi des culbuteurs illusionnistes en Grande-Bretagne à Oxford, New College.

157La justification de la présence des paires de miséricordes dans la cathédrale de Rouen, et l’influence de la Grande-Bretagne sur cet ensemble sont des exemples des mystères qui restent encore cachés dans les images sur les stalles de chœur. Les miséricordes rouennaises en recèlent encore beaucoup que nous devons mettre au jour dans les années à venir.

Notes

1 E.-H. Langlois Les stalles de la cathédrale de Rouen, op.cit.

2 Les stalles de Gaillon se trouvent actuellement dans la Basilique Saint-Denis.

3 Fresques de Lorenzetti dans l’Hôtel de Ville de Sienne.

4 Voir les références en bibliographie.

5 Cf. Elaine Block, ”Les culbuteurs de Vendôme”, “Stalles et miséricordes, spiritualité et truculence”, l’Art sacré no 12, actes du colloque de Vendôme, 30 septembre-1er octobre 1999, Vendôme, Rencontres avec le Patrimoine Religieux, p. 83-96.

6 Baltrusaïtis, Le Moyen Age fantastique.

7 D’autres représentations de la pannoye se trouvent à Negrepelisse, Concressault, Ivoiy-le-Près, Zamora, Astorga...

8 Recensement effectué à l’Université de Rouen par Frédéric Billiet.

9 Lire les articles publiés dans les revues Profane arts/Arts Profanes ou Renardus et dans les actes du Colloque Musique et arts plastiques de l’Université de Paris IV Sorbonne, PUPS, 2001.

10 Par exemple le Musica Instrumentais de Martin Agricola (1529), le Musica Getutscht de Sebastien Virdung (1511), le Syntagma musicum de Michael Praetorius (1615).

11 C’est l’hypothèse des représentations par paire, énoncée par Elaine C. Block dans cet ouvrage.

12 Homo-Lechner, Catherine, Les instruments de musique au Moyen Age, Paris Fayard, 1999.

13 Le verbe « toucher », a longtemps été utilisé pour désigner le jeu des mains sur les claviers. Encore au XVIIIe siècle, certains traités ont pour titre : « l’art de toucher le clavier ».

14 Le sculpteur fait apparaître les touches noires et blanches du clavier permettant l’usage d’une gamme chromatique.

15 Ouverture oblongue vers l’extérieur, caractéristique des tuyaux dits « à bouche ».

16 ADELINE, Jules, Les sculptures grotesques et symboliques (Rouen et environs), Rouen, 1879.

17 Id.

18 Selon l’expression utilisée par Viollet-le-Duc dans son Encyclopédie médiévale.

19 Propos rapportés par Catherine Homo-Lechner, op. cit. p. 757.

20 Idem.

21 Billiet Frédéric, La vie musicale à Amiens au XVIe siècle, Amiens CRDP, 1982.

22 Arch. Mun. Amiens, série BB, fol.44, 15 août 1571.

23 Le timbre : cordelette tendue sur ou sous la peau de façon à vibrer en même temps qu’elle et à augmenter l’impact sonore en voilant la sonorité.

24 Delsalle Lucien-René, Rouen au XV siècle, Rouen, Connaître Rouen, t. IV, 1979.

25 Arch. Départementales Seine-Maritime, Série G 2131 du 17 mars 1447.

26 Grégoire IX, Décrétâtes, ca 1330-40, ms. Smithfield Decretals, Londres, British Library, MS ROYAL 10.E. IV, f. 146v. Illustré par Elisabeth B. Moore, Disorderly Wives and Subordinate Husbands on English Medieval Misericords, Maîtrise, University of Missouri, 1996, p. 121.

27 Il y en a d’autres dans les stalles de Dordrecht (Pays-Bas), d’Aarshot en Belgique, dans les cathédrales d’Oviedo, de Tolède et de Zamora en Espagne, sur des appuis-main à Verteuil (France), des jouées à Montbenoît et Lausanne (Suisse).

28 Henri d’Andeli, dont le nom viendrait peut-être du village des Andelys dans l’Eure, est sans doute originaire de Normandie.

29 Cité de P. Bureau « La dispute pour la culotte : variations littéraires et iconographiques d’un thème profane (XIIIe - XVIe siècle) », in C. Rivals éditeur, Le Miroir des miséricordes, Les Cahiers de Conques No 2, Mars, 1996, p. 106-108.

30 Cf. Cl. Gaignebet et J.-D. Lajoux, Art profane et religion populaire au Moyen Age, Paris, 1985 p. 48 ; D. et H. Kraus Le monde caché des miséricordes, Paris, Ed. l’Amateur, 1986, p. 65.

31 Cf. Langlois, E.H., op.cit.

32 Psautier de Stuttgart, bestiaire Ashmole 1511 d’Oxford, chapiteaux à Conques, à Ripoll et à Vézelay.

33 Fresque au Palais épiscopal de Beauvais, Psautier de Gui de Dampierre.

34 Bestiaires de l’Arsenal, 3516 et de Trinity College Cambridge, 14.9.

35 BR, 10066-77.

36 Bodl. 602.

37 Jean-Yves MARIN (éd.), La Normandie dans la guerre de cent ans, 1346-1450, catalogue de l’exposition du Musée de Normandie, Caen 26 juin-31 octobre 1999, Rouen, Musée départemental des Antiquités de la Seine-Maritime, janvier-avril 2000, Genève-Milan, Skira, 1999.

38 Voir E. C. Block “Half-Angel Half Beast : Images of Women on Misericords ;” Reinardus vol. 5, 1992, p. 17-34.

Table des illustrations

Légende SH-04 (#13) Deux cordonniers coupant du cuir.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende # SH-05 (#12) Cordonnier et son apprenti.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende SB-09 (# 79) Deux cordonniers travaillant le cuir
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende SB-10 (# 80) Cordonnier présentant son travail.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende NH-07 (#33) Cordonnier essayant des chaussures en bois (galoches ou patins).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende SB-11 (#81) Client essayant des chaussures.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende NH-03 (# 29) Fabricant d’aiguilles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Langlois # 14 Tanneurs de drap.# 15 Epiceurs de drap.#71 Couple de tondeurs de drap.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende NB-10 (# 54) Femme travaillant devant une table.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende SH-16 (# 01) Personne avec des sacs d’argent.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende SH-17 (# 02) Homme payant un jeune homme (endommagée le 26/12/99).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende NB-15 (# 48) Marchande comptant de l’argent (endommagée le 26/12/99).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende NB-12 (# 52) Bâtisseur avec une grande équerre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende NB-17 (#46) Maçon construisant un mur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Jehan Trupin : Amiens
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 504k
Légende Plasencia, Espagne : le maître sculpteur. Rodrigo Aleman.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende #22 Langlois : huchier sculptant une fenêtre gothique.#18 Langlois : sculpteur en train de faire une miséricorde.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende NH-11 (# 39) Sculpteur ciselant une statue.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende SH-02 (# 26) Huchier ciselant des motifs floraux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende SB-06 (# 76) Artisan travaillant un morceau de bois avec deux outils.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende NH-12 (# 40) Homme versant de l’eau dans une coupe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende SB- 15 Deux serviteurs faisant la vaisselle (stalle endommagée en 1999).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende (#86) Palais archiépiscopal. Deux serviteurs faisant la vaisselle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende NH-01 (# 27) Malade nu couché sous un drap.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende NB-04 (# 61) Barbier-chirurgien se préparant à saigner.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende NH-05 (#31) Médecin examinant la jambe d’un patient.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende SB-07 (77) Femme faisant la récolte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende SB-03 (72) Deux femmes remplissant un panier de fruits.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Langlois (# 25) Couple cueillant des raisins.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende NB-16 (#47) Homme près d’un puits (endommagée le 26/12/99).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende NH-06 (# 30) Maréchal-ferrant devant sa forge.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende NB-09 (# 35) Culbuteurs horizontaux et verticaux.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Pour comparaison : les culbuteurs de Vendôme.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende SB-13 (# 18) La pannoye (endommagée en 1999).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Comparaison avec la pannoye du Musée du Moyen Age. Thermes de Cluny, Paris.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende P1. XLIV - Langlois : les culbuteurs du portail des Libraires de la Cathédrale de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Légende Appui-main : orgue portatif, vue sur le clavier chromatique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Appui-main : orgue portatif, vue sur le soufflet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende SH-15 Berger jouant de la cornemuse : miséricorde de la stalle d’honneur de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Berger jouant de la cornemuse : cathédrale d’Auch.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende SH-13 Miséricorde : deux musiciens jouant du tambour, du flûtet et des cymbales.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende SH-09 (# 08) Miséricorde : deux musiciens jouant du bedon en procession.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-42.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende #73 : Tambour à cordes : dessin de miséricorde disparu de la cathédrale de Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-43.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende NB-08 (# 36) Couple aux paumes vides
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-44.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Homme à la sébile (Christchurch Hampshire).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-45.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende La Charité - Musée national du Moyen Age (Cluny).Photos de comparaison avec Christchurch et Cluny.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-46.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende NB-Il (#45) Deux élèves et le maître d’école.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-47.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende NH-16 (# 44) Erudit tournant les pages d’un livre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-48.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende SB-08 (#23) Deux diacres pointant une banderole.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-49.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende (# 17) (Palais) Homme saluant avec son chapeau un personnage assis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-50.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende SH-07 (# 10) Femme acceptant les offres d’un homme.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-51.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende SB-14 (# 54) Atlante et son assistant supportant une sellette (avant le 26/12/99).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-52.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende SB-02 (# 66) Courtisane assise sur un lion.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-53.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende Bas-relief du portail des Libraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-54.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende SB-04 Femme drapée et enfant.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-55.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Portail des Libraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-56.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende SH-08 Le lai d’Aristote.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-57.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Miséricorde (Oviedo. Espagne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-58.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Appui-main (Abbaye de Vertheuil, Gironde).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-59.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Légende SH-06 Jeune couple luttant pour savoir qui portera la culotte.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-60.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende Couple luttant pour la culotte (Hoogstraten, Belgique).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-61.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende SH-01 (# 19) Homme tenant une épée (?).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-62.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende NB-03 (# 63) Guerrier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-63.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende NH-08 (# 34) Combat au couteau entre deux hommes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-64.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende (# 16) Combat entre deux hommes (Palais archiépiscopal).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-65.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende SH-12 Combat entre deux hommes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-66.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende NH-02 (# 28) Homme fouettant les fesses d’un garçon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-67.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende SH-11 (06) David tuant le lion.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-68.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende SH-10 (# 07) Samson tuant le lion.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-69.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende SB-12 (# 82) Samson et les portes de Gaza.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-70.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Samson et les portes de Gaza (Ripon-Minster-Yorkshire).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-71.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende NH-09 Dalila coupant les cheveux de Samson.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-72.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende SH-I4 (04) Richesses de la terre promise.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-73.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende La grappe de la Terre Promise, miséricorde de l’église d’Hoogstraten, Belgique.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-74.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende (# 55) Juif (?) avec une bourse.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-75.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Légende SB-16 (# 62) Prophète avec une massue (?).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-76.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende NH-14 (#42) Prophète portant un phylactère.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-77.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende NB-14 (M9) Prophète portant un phylactère.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-78.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende NH-10 (# 38) Prophète guerrier.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-79.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende SB-05 (# 75) Prophète (ou Juif ?) frappant un chien.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-80.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende NB-07 Prophète endormi.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-81.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Légende NH-15 (# 43) Saint Georges (ou saint Romain ?) tuant un dragon à deux pattes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-82.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende NB-01 (# 65) Melusine : femme-serpent
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-83.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende NB-05 Femme hybride aux bras drapés, à la queue de lion ou de cheval.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-84.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende NB-13 (# 50) Femme-serpent ailée nue (endommagée en 1999).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-85.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende (#21) Homme-hybride ailé tenant sa queue.(#56) Femme ailée tenant un cœur dans sa main.(#69) Monstre quadrupède drapé tenant un bouclier et une petite épée.(#70) Quadrupède hybride au turban avec tête barbue au milieu des pattes (Palais archiépiscopal.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-86.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Légende SB-01 (#68) Harpie. Tête féminine portant une coiffe sur un corps d’oiseau ; dans sa griffe-main, elle montre un blason vide.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-87.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Légende NH-04 Lions hybrides. Une bête proche du lion avec torse humain porte un haut chapeau. Cette créature caresse apparemment un jeune hybride (tête disparue) qui met son bras sur l’épaule du plus grand.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-88.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende NB-02 Sirène jouant de la harpe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-89.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende SH-03 Hybride quadrupède balançant un encensoir.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-90.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende NB-06 Jeter des roses aux pourceaux
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-91.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Légende NB-18 (#53) Homme soufflant sur le feu d’un four.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-92.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Homme soufflant sur le feu d’un four (miséricorde de Plasencia, Espagne
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-93.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende NH-13 (#41) Indécision : homme assis entre deux chaises.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7432/img-94.jpg
Fichier image/jpeg, 242k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540