Version classiqueVersion mobile

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Quelques aspects de l'histoire des stalles de la cathédrale de Rouen

Les stalles de chœur dans le palais de l’archevêque

Elaine C. Block

Texte intégral

1Après le bombardement de 1944 quelques stalles de chœur, avec leurs miséricordes et leurs appuis-main ont été détruites, d’autres gravement endommagées. L’ensemble a été réaménagé et certaines stalles restaurées n’ont pu être réinstallées dans la nef. Ces stalles étaient peut-être des stalles de retour qui existaient à l’origine

  • 1 La numérotation utilisée ci-dessous provient du livre de Langlois.

2Ces dix stalles se sont retrouvées dans le palais de l’archevêque à Rouen. Elles sont décrites dans un seul ouvrage, rédigé par Eustache-Hyacinthe Langlois. Le livre est illustré par des dessins exécutés par la fille de l’auteur qui, malheureusement, ne traduisent pas tous les détails, comme en témoignent les comparaisons entre les dessins de Langlois et les miséricordes du chœur1.

3Il n’existe pas non plus de documentation très précise sur ces stalles excepté un document, parmi les nombreux devis proposés pour la restauration de la cathédrale, stalles comprises, qui est signé par Henri Villettes et daté le 10 mars 1957. Il est intéressant parce que c’est un des rares documents qui donne des détails sur la restauration. Habituellement, les devis des restaurateurs ne précisent que le prix de la restauration et le nom du sculpteur ou de l’atelier. Ici, l’élément restauré est facile à reconnaître. Aussi, pouvons nous noter les similitudes iconographiques et mieux appréhender le programme qui existait avant la perte des autres stalles.

4Dans ce document, les chiffres qui identifient chaque miséricorde renvoient au dessin correspondant dans le livre de Langlois. Ils n’ont rien à faire avec leur emplacement dans les rangées de stalles.

5Citation du document extrait des archives des monuments historiques de Haute-Normandie :

6#-16. Combat entre deux hommes.

7#-17. Un homme, chapeau à la main, s’agenouille et salue un autre homme assis.
Restauration : tête de personnage assis.

8#-18. Deux hommes à côté d’un meuble.
Restauration : pas identifiée.

9#-20. Chimère ailée, tenant un serpent.
Restauration : tête de chimère, partie de l'aile et parties des draps à droite.

10#-22. Sculpteur en train de faire une miséricorde
Restauration : Dessous de table, pied de sculpteur, partie du sol, réparation d’un trou.

11#-24. Homme à quatre pattes.
Restauration : pas identifiée.

12#-25. Un homme et une femme aux vendanges.
Restauration : bas du torse de la femme.

13#-69. Chimère à tête de singe tenant dans une main une épée cassée et dans l’autre main, un bouclier.
Restauration : partie du sol, patte arrière, réparation d’un trou.

14#-79. Deux hommes assis près d'une estrade.
Restauration : non identifiée.

15#-86. Deux serviteurs faisant la vaisselle.
Restauration : les draps.

16Les autres miséricordes endommagées pendant le bombardement de 1944 ne sont pas incluses dans ce document, et ont probablement été restaurées à une autre date avant de retrouver une place dans le chœur. Pourquoi alors ces dix sculptures ne sont-elles pas retournées dans la cathédrale ? Certes, quelques-unes sont de moins bonne qualité et certaines ressemblent par leurs thèmes aux stalles restées dans le chœur. Il y a au palais, par exemple, un couple portant un panier. Cette miséricorde est comparable à une autre dans le chœur où deux femmes travaillent avec un panier de fruits. Dans le palais une miséricorde montre un huchier en train de sculpter une fenêtre gothique. De même, il y a déjà un huchier sur une miséricorde dans le chœur. Pensait-on que ce n’était pas nécessaire de présenter des scènes presque identiques ? Pourtant l’homme agenouillé, chapeau à la main, est unique. Il n’y a pas une sculpture semblable dans le chœur même si une sculpture, difficile à interpréter, présente un couple qui se fait la cour.

# (16) Combat entre deux hommes.

# (17) Homme saluant avec son chapeau un personnage assis. (scène de fiançailles ?)

# (20) Chimère ailée tenant sa queue.

# (69) Chimère tenant un bouclier et une petite épée sous un drap.

Notes

1 La numérotation utilisée ci-dessous provient du livre de Langlois.

Table des illustrations

Légende # (16) Combat entre deux hommes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7429/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 189k
Légende # (17) Homme saluant avec son chapeau un personnage assis. (scène de fiançailles ?)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7429/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende # (20) Chimère ailée tenant sa queue.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7429/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 173k
Légende # (69) Chimère tenant un bouclier et une petite épée sous un drap.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7429/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 181k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search