Version classiqueVersion mobile

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Quelques aspects de l'histoire des stalles de la cathédrale de Rouen

L’emplacement et l’organisation des stalles de la cathédrale de Rouen des origines à nos jours

Monique Pelade-Olivier

Texte intégral

1Aujourd’hui un grand nombre d’édifices religieux offre une perception d’unité et de globalité intérieure. La vision qu’en avaient les fidèles à la fin de l’époque gothique était toute autre. On peut difficilement concevoir aujourd’hui les différents espaces qui fractionnaient l’église en une série de volumes clairement délimités. Si l’architecture dans son ensemble n’a que peu changé ou permet une reconstitution, on ne peut pas en dire autant des aménagements liturgiques. Le maître-autel a souvent été déplacé, les autels annexes ont pratiquement tous disparu, les jubés et les stalles ont été démontés, endommagés ou détruits au fil des ans. Les guerres de Religion, les préceptes de la Contre Réforme et du concile de Trente, la Révolution et enfin plus récemment les bombardements de la Seconde Guerre mondiale sont responsables entre autre de ces destructions ou modifications.

2Les stalles permettent la glorification et la louange divine dans un espace réservé, à l’abri de l’agitation de la nef. Leur installation entraîne toujours la fermeture du chœur aux laïques et de ce fait éloigne et fait disparaître le maître-autel aux yeux des fidèles. Dans les églises d’une certaine importance, elles vont de pair avec la construction d’un jubé et d’un tour de chœur. L’ensemble forme ainsi un monde clos, une église dans l’église. Les stalles des cathédrales françaises sont placées en général à proximité du sanctuaire et les chanoines assis dans les stalles jouissent d’une vue directe et sans entrave sur le maître-autel.

3C’est le chœur liturgique de la cathédrale de Rouen qui va retenir ici notre attention. Les nombreux documents échelonnés dans le temps vont nous permettre de suivre les transformations et les disparitions successives pour tenter d’approcher l’emplacement et l’organisation d’origine du chœur des chanoines et des stalles.

Etat des stalles avant la tempête de décembre 1999

  • 1 Résumé de la conférence donnée par Charles Cailhol pour les Amis des monuments Rouennais, dans le j (...)
  • 2 Les Monuments historiques de la France, avril – mai 1956, numéro spécial sur Rouen.

4La nuit du 19 avril 1944, un bombardement détruit une grande partie de la cathédrale, notamment le chœur. Un grand nombre de stalles sont détruites : "5 stalles furent anéanties, 4 autres inutilisables et 10 autres nécessitaient de sérieuses réparations" selon le témoignage de Charles Cailhol1. Une restauration est aussitôt entreprise qui durera jusqu’en 19562.

5La situation que nous nous proposons d’étudier dans ce paragraphe se situe entre 1956 et 1999. Les soixante-sept stalles subsistantes sont réinstallées dans les deuxième, troisième et quatrième travées, c’est-à-dire jusqu’à la croisée du transept et disposées en deux rangées parallèles de trente-trois stalles hautes et trente-quatre basses de chaque côté du chœur (plan no 1). Dans la première travée, deux ouvertures latérales, permettent l’entrée et la sortie des chanoines à chacune des heures liturgiques. Elle forme un passage devant le maître-autel dissociant deux espaces de juridiction différente : celui de l’évêque, enfermant le maître-autel est séparé par quelques marches de celui du chapitre avec les stalles. Le chœur liturgique est, comme dans de nombreuses cathédrales françaises, peu éloigné du maître-autel.

  • 3 L’orgue de chœur a été donné par maître Albert Dupré en 1945 et installé dans les stalles lors de c (...)

6Au nord trente-quatre sièges ont été replacés avec un petit orgue au centre des stalles hautes3 (photo no 4) et au sud trente-deux avec le trône archiépiscopal commandé par le cardinal Cambacérès en 1803 (photo no 5).

Etat des stalles avant le bombardement de 1944

  • 4 E.H. LANGLOIS, Les stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1838.

7Une étude très complète des stalles par E.H. Langlois en 18384, et principalement un plan (plan no 2), montre que l’ensemble compte à cette époque quatre-vingt-six sièges (quarante-deux au sud et quarante-quatre au nord) en deux rangées sur les trois côtés du chœur. Les quatorze stalles en retour à l’ouest laissent une vision assez large sur le sanctuaire pour les fidèles placés dans la nef. Cet état provient de plusieurs modifications : celles de la fin du XVIIIe siècle que nous allons voir dans le paragraphe suivant et celles du début du XIXe siècle. Cette dernière est entreprise en 1803 par le cardinal Cambacérès qui installe à l’extrémité sud-est son nouveau trône archiépiscopal. La mise en place de cette imposante chaire a entraîné la suppression de deux stalles.

8D’après la description de Langlois, les dais et les dorsaux avaient disparu à cette date et une grande partie des appuis-mains était déjà mutilée.

Les modifications et démolitions du XVIIIe siècle

  • 5 En 1736 selon LANGLOIS.
  • 6 Son corps est à Saint-Denis et ses entrailles à Maubuisson.

9En 1772, le chapitre prend la décision de supprimer et de remplacer le jubé, mais de conserver les stalles. Le jubé gothique, qui devait dater du XIVe siècle est démoli et remplacé par un jubé néoclassique plus ouvert, composé d’un entablement et supporté par six colonnes cannelées ioniques. La majorité des stalles resteront en place mais l’ordre est donné d’ouvrir un large espace vers la nef en supprimant quelques stalles en retour. Dans cette même logique, de nombreux tombeaux édifiés dans le chœur depuis le XIIe siècle sont démolis, mutilés ou déplacés à partir de 17305. Avant cette date on pouvait voir au centre du chœur, le tombeau et gisant de Charles V qui contenait le cœur du roi6 ; de chaque côté du maître-autel : au sud le gisant de Richard Cœur de Lion ; au nord Henri II Plantagenêt et le duc de Bedford. Le chœur et le sanctuaire dépouillés de ses tombeaux, le chapitre fait installer un nouveau maître-autel en marbre et bronze doré, commencé une année plus tôt par Courtaud.

10Ces modifications ou démolitions que l’on observe dans toute l’Europe sont la conséquence des prescriptions édictées par le concile de Trente et la Contre Réforme. La volonté de rendre le maître-autel plus visible aux fidèles vient en grande partie de l’affirmation de la Présence réelle. Celle-ci, placée dans le tabernacle sur le maître-autel, va remodeler l’articulation de la partie est entre le chœur et le sanctuaire. Les nouvelles églises tridentines ne possèderont plus de stalles entre le chœur et la nef. Les suppressions de jubés et de stalles existantes vont se multiplier au XVIIe siècle et encore au XVIIIe siècle avec l’arrivée de l’art baroque.

  • 7 G. DURAND, Monographie de la cathédrale d’Amiens, Amiens, Paris, 1901-1903.
  • 8 F. BARON, mort et résurrection du jubé de la cathédrale d’Amiens, in Revue de l’art, 1990, p. 29-40

11On peut supposer que huit sièges ont été supprimés au retour ouest, si l’on prend en compte la largeur habituelle de cette entrée qui n’excédait pas la taille d’une porte à doubles vantaux. Ce passage assez étroit qui permettait aux chanoines de rentrer dans le chœur lors des grandes fêtes ou processions est encore visible à Albi, Auch ou Saint-Bertrand-de-Comminges. De même à Amiens on sait que huit stalles, quatre hautes et quatre basses ont été détruites au XVIIIe siècle pour élargir cette entrée7. Elle devait correspondre à la porte de faible largeur percée dans le jubé que nous pouvons voir dans un dessin du XVIIe siècle8. D’après le plan fait par Langlois, il est concevable que deux sièges supplémentaires de chaque côté en haut et en bas aient pris place à l’origine dans le retour ouest. Ils laissent, comme le montre le plan no 3, un espace suffisant pour un passage vers la nef.

  • 9 FARIN, La Normandie chrestienne, Rouen, 1659.
  • 10 L. FALLUE Histoire politique et religieuse de l’église métropolitaine et du diocèse de Rouen, Rouen (...)
  • 11 "Au bout des chaises des chanoines on voit du côté droit la grande chaire de l’évêque pour les jour (...)

12Il semble que les dorsaux et les dais, qui devaient gêner la vision des fidèles vers le maître-autel, aient disparu à ce moment-là. Dans son histoire de la ville de Rouen9, Farin parle des dais parés de merveilleuses tapisseries ; les dais étaient donc encore en place à cette date ainsi que les dorsaux. La chaire archiépiscopale commandée par le cardinal d’Estouteville10 est détruite un peu plus tard, en 1793 par les révolutionnaires car elle ressemblait à un trône. Le Brun des Marettes l’admirait encore dans ses Voyages liturgiques en 171811.

Les aménagements de la fin du XVe et du XVIe siècle

  • 12 FARIN, Histoire de la ville de Rouen, Rouen 1668, p. 8.

13Le dimanche 3 mai 1562 et peut-être les jours suivants, les réformés envahissent la cathédrale, mais s’en prennent principalement aux statues de la façade occidentale en les mutilant en grande partie. Ils pillent et emportent également des ornements liturgiques. Il semble que les stalles aient peu souffert de ces exactions de la Réforme, si l’on en croit Farin12. « Le chœur fut orné de nouveaux sièges qui par la grâce de Dieu n’ont point été endommagés par les hérétiques ».

14D’autres aménagements sont entrepris peu de temps après l’installation des stalles. Farin fait état de trois étapes de 1473 à 1526.

  • 13 FARIN, 1668, p. 8 et 9.

15En 1473, Guillaume Auber, chancelier de la cathédrale fait construire à ses frais « les ailes du chœur fermées par de grandes portes de bois percées à jour par des balustrades ». Elles devaient certainement fermer l’accès au déambulatoire pour ne pas gêner les offices par le bruit du va-et-vient des fidèles. La même année, Philippes de la Rose, archidiacre de la cathédrale fait construire « la muraille qui ferme la sacristie ». Enfin en 1526 « le chœur est environné d’une balustrade et de 4 colonnes en cuivre par la libéralité de Georges d’Amboise »13.

Hypothèse de l’état d’origine

16Tous les éléments que nous venons d’étudier, qu’ils soient en positif comme les constructions ou en négatif comme les destructions, vont participer à la reconstitution probable de l’ensemble des stalles à l’époque de leur élaboration en 1467 (plan no 3). De plus des comparaisons avec d’autres ensembles permettront de pallier le manque de documents tout en exposant les principes communs à l’installation des stalles de chœur à la fin du XVe siècle.

L’emplacement des stalles dans l’édifice

17L’emplacement du chœur était établi par rapport à trois critères : le plan de l’édifice, l’importance de la communauté et son lien avec le maître autel. La liturgie, par contre, n’a que peu d’influence dans ce domaine car elle est, à cette époque, uniformisée selon le modèle romain mis à part quelques spécificités hagiographiques et festives régionales. Il semble donc que si la localisation du chœur liturgique n’est pas la même dans toutes les cathédrales françaises, la différence est très minime.

18L’emplacement actuel des stalles à Rouen, que certains spécialistes considèrent semblable à celui d’origine, doit être comparé à d’autres ensembles de cathédrales en France :

19- Certaines possèdent toujours un ensemble de stalles pratiquement intact comme à Amiens, Auch, Saint-Pol-de-Léon, Albi et Saint-Bertrand-de-Comminges - D’autres possèdent une grande partie des sièges en place comme Lisieux, Evreux, Dol-de-Bretagne et Tréguier ou encore fortement remaniés mais documentés et dont la position originelle a été retrouvée tels que Rodez et Saint-Jean-de-Maurienne. Les plans anciens du XVIIe siècle ou plus souvent du XVIIIe siècle comme ceux de Paris, Chartres (plan no 6), Toul, Metz, Angers (plan no 7) et Bayeux, sont à prendre en compte.

20Deux positions se dégagent de l’étude de ces ensembles :

  • Un certain nombre de chœurs sont situés avant le début du transept : c’est le cas des cathédrales d’Amiens, Auch, Saint-Pol-de-Léon, Albi (avant les deux entrées latérales), Dol-de-Bretagne, Tréguier, Paris, Chartres... etc.

  • Quelques-uns sont placés plus à l’ouest et dépassent le transept comme on le remarque à Saint Bertrand de Comminges, Lisieux, Evreux, Toul, Metz, Angers et Bayeux et surtout à Reims.

  • 14 Voir la note no 16.
  • 15 Un plan et dessin de Sauvageot au XIXe siècle et une aquarelle montrent que le jubé est situé entre (...)

21En étudiant le plan de l’église de Rouen (plan no 8) et l’importance de sa communauté14 on peut envisager deux positions : la première telle qu’elle est aujourd’hui et la seconde plus à l’ouest jusqu’aux piliers occidentaux du transept. Deux documents nous montrent l’emplacement du nouveau jubé de Couture15 : entre les piliers orientaux du transept. Le jubé reconstruit en 1774, qui a remplacé un autre plus ancien datant du XIVe siècle, l’a certainement été sur le même emplacement. Il faut donc considérer comme très probable l’implantation du chœur tel qu’il est aujourd’hui, avec bien entendu une disposition différente due aux nombreuses destructions des sièges proprement dits.

La disposition des stalles dans le chœur

  • 16 En Italie et principalement à Rome la disposition des stalles est parfois différente.
  • 17 Sauf à Clèves où l’on trouve encore trois rangées.

22La disposition des stalles est cohérente dans toute l’Europe16. Les stalles forment une sorte de U, ouvert à l’est pour permettre une vision et une communication large avec le sanctuaire et plus ou moins fermé à l’ouest vers la nef pour l’isoler des fidèles. Elles sont disposées de chaque côté du chœur de telle façon que celles du nord soient en face de celles du sud. Cette position face à face permettait les chants et les prières en répons lors de la liturgie des Heures. Les stalles organisées en général sur deux rangées17, une rangée de stalles hautes et en dessous une rangée de stalles basses, répondaient au besoin hiérarchique qui régnait dans la communauté. Des passages sont aménagés pour laisser un accès aux stalles hautes. Habituellement présents aux extrémités est et ouest, ils le sont également dans les parties latérales. Ces passages qui sectionnent la rangée de stalles basses en deux ou plusieurs portions, rendaient possible une installation rapide des clercs lors des offices. Dans l’espace central du chœur entre les stalles prenait place un grand lutrin sur lequel les chanoines posaient les lectionnaires, évangéliaires, antiphonaires, cérémoniaux ou ordinaires. De plus cet espace libre facilitait la circulation liturgique et processionnelle.

  • 18 FARIN, 1668, p. 8.

23Ce que l’on sait avec certitude sur ces stalles et leur installation tient en peu de mots. Nous savons par Farin que le chapitre en 1430 avait fait ouvrir les fenêtres du chœur qui « étaient étroites et en petit nombre » certainement pour préparer l’installation de nouvelles stalles qui seront d’ailleurs installées en 1467. A ce sujet Farin dit simplement : « En l’an 1467 le Chœur fut orné de nouveaux sièges... »18. Des stalles plus anciennes les ont, semble-t-il, précédées qui devaient dater du XIVe siècle comme le jubé qui lui est resté et sur lequel s’appuyaient ces nouvelles stalles. Une grille en fer forgé à deux vantaux, seule partie encore existante de ce jubé est visible au musée de Rouen.

  • 19 Quelques exemples parmi les plus grands : le chœur de Paris comprenait 130 stalles, celui d’Albi 12 (...)
  • 20 V. TABBAGH dans sa thèse soutenue à Paris IV en 1993, donne le chiffre de soixante-quinze chapelain (...)

24Le plan des stalles de Rouen, fait par Langlois en 1838, montre quatre-vingt-six stalles disposées sur les trois côtés du chœur, avec un retour à l’ouest encore présent mais très diminué. Nous avons vu qu’au XVIIIe siècle huit sièges ont été supprimés de chaque côté pour adapter les stalles à l’ouverture plus large du nouveau jubé de Couture. De plus à l’est, l’installation de la chaire de l’archevêque Cambacérès, en 1803, a imposé la suppression de deux stalles basses pour laisser un accès direct et privilégié à ce siège. Le chœur a donc pu être conçu à l’origine avec quatre-vingt-seize stalles. Le chiffre semble important, mais si on le compare à d’autres ensembles de stalles19, il est tout à fait raisonnable. En effet, à cette époque, le chapitre était riche et comprenait cinquante prébendes donc cinquante chanoines et également soixante-quinze chapelains ainsi que quelques enfants de chœur20. Ceux-ci prenaient place dans les stalles selon une hiérarchie stricte : les chanoines dans les stalles hautes, les chapelains et enfants de chœur dans les stalles basses. Le nombre de stalles hautes et basses devait être égal : quarante-huit chacune.

25Aux passages des extrémités est et ouest s’ajoutent deux passages latéraux c’est-à-dire huit passages, ce qui est la disposition la plus fréquente pour un chœur de cette importance. On peut encore voir cette disposition à Amiens.

  • 21 Le Brun des Marettes, Voyages liturgiques en France, Paris, 1718, p. 274-275.

26La chaire archiépiscopale, placée à l’extrémité sud-est, c’est-à-dire du côté de l’épître est à la position traditionnelle remarquée dans de nombreux ensembles. Elle a été commandée en même temps que les stalles. Farin dit : « le trône archiépiscopal et les chaires de chœur sont magnifiques. Elles furent faites en 1467 ». Dans ses Voyages liturgiques Le Brun des Marettes21 décrit ainsi ce trône : « Au bout des chaises des chanoines on voit au côté droit, la grande chaire de l’archevêque pour les jours où il officie pontificalement. Elle est beaucoup plus élevée que toutes celles que j’ai vues et très magnifique quoique fort ancienne ayant été construite par l’ordre du cardinal d’Estouteville vers l’an 1467 aussi bien que les chaises du chœur qui sont assez belles ».

27L’ensemble des stalles du chœur de la cathédrale de Rouen, situé à peu de chose près à son emplacement actuel, comprenait, semble-t-il, à l’origine quatre-vingt-seize stalles en deux rangées avec un retour à l’ouest. Les stalles hautes possédaient des dorsaux qui étaient surmontés de dais ouvragés comme la stalle de l’archevêque au sud-est coiffée d’une pyramide d’une très grande hauteur.

  • 22 Délibérations capitulaires et compte de la fabrique de 1457 à 1469 – Archives départementales de la (...)

28Il n’est pas de notre propos de traiter de l’iconographie dans cet article, cependant on peut voir encore aujourd’hui de magnifiques miséricordes et appuis-mains sculptés. Les premières présentent de nombreuses scènes de la vie quotidienne avec des métiers et des occupations présents dans la ville à l’époque. Les seconds sculptés en ronde bosse présentent des personnages tenant divers objets liés à la vie religieuse ou quotidienne. Les comptes de la fabrique témoignent d’autres travaux sculptés qui ont aujourd’hui disparu22. Des statues de grande et petite taille devaient orner les jouées hautes et basses et peut-être les dais. Il s’agissait des apôtres, des Pères de l’Eglise, des saints et saintes, des vertus théologales, de l’Eglise et la Synagogue et de quelques figures de l’Ancien Testament. On le voit, un programme iconographique complet et cohérent avait été mis en place dans le chœur dès l’origine.

1- Plan des stalles de Rouen avant la tempête de décembre 1999.

2 - Plan des stalles de Rouen par E.H. Langlois en 1838.

3 - Plan supposé des stalles de Rouen à l’origine.

4 - Les stalles au sud-est avec la chaire de l’évêque Cambacérès.

5 - Les stalles au nord avec l’orgue à gauche.

6 - Cathédrale de Chartres d’après un plan du XVIIe siècle.

Plan de l’Eglise SMaurice d’Angers

Plan de l’Eglise SMaurice d’Angers

7 - Cathédrale d’Angers d’après un plan de la fin du XVIIe siècle.

8 - Plan de la cathédrale de Rouen avec emplacement des stalles.

Notes

1 Résumé de la conférence donnée par Charles Cailhol pour les Amis des monuments Rouennais, dans le journal Paris-Normandie du 5 février 1960. En fait de ces dix-neuf stalles, il ne reste que quelques miséricordes au musée et à l’archevêché.

2 Les Monuments historiques de la France, avril – mai 1956, numéro spécial sur Rouen.

3 L’orgue de chœur a été donné par maître Albert Dupré en 1945 et installé dans les stalles lors de cette réfection.

4 E.H. LANGLOIS, Les stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1838.

5 En 1736 selon LANGLOIS.

6 Son corps est à Saint-Denis et ses entrailles à Maubuisson.

7 G. DURAND, Monographie de la cathédrale d’Amiens, Amiens, Paris, 1901-1903.

8 F. BARON, mort et résurrection du jubé de la cathédrale d’Amiens, in Revue de l’art, 1990, p. 29-40.

9 FARIN, La Normandie chrestienne, Rouen, 1659.

10 L. FALLUE Histoire politique et religieuse de l’église métropolitaine et du diocèse de Rouen, Rouen, 1850, p. 497. En 1453 le cardinal d’Estouteville avait donné 500 livres tournoi pour sa confection ainsi que pour celle des chaires de ses officiers.

11 "Au bout des chaises des chanoines on voit du côté droit la grande chaire de l’évêque pour les jours où il officie pontificalement. Elle est beaucoup plus élevée que toutes celles que j’ai vues et très magnifique quoique fort ancienne ayant été construite par ordre du cardinal d’Estouteville vers l’an 1467..." LE BRUN DES MARETTES, p. 276.

12 FARIN, Histoire de la ville de Rouen, Rouen 1668, p. 8.

13 FARIN, 1668, p. 8 et 9.

14 Voir la note no 16.

15 Un plan et dessin de Sauvageot au XIXe siècle et une aquarelle montrent que le jubé est situé entre les piles orientales du transept. Pour l’aquarelle réalisée par Rosier voir A.-M CARMENT-LANFRY, in La cathédrale de Rouen, Rouen, 1977, p. 46.

16 En Italie et principalement à Rome la disposition des stalles est parfois différente.

17 Sauf à Clèves où l’on trouve encore trois rangées.

18 FARIN, 1668, p. 8.

19 Quelques exemples parmi les plus grands : le chœur de Paris comprenait 130 stalles, celui d’Albi 120, celui d’Amiens 112 ?, celui d’Auch 116, celui de Bayeux 104, celui de Chartres... etc.

20 V. TABBAGH dans sa thèse soutenue à Paris IV en 1993, donne le chiffre de soixante-quinze chapelains perpétuels au début du XVe siècle et de seulement huit enfants de chœur au milieu du XVe siècle. L. FALLUE parle de 52.

21 Le Brun des Marettes, Voyages liturgiques en France, Paris, 1718, p. 274-275.

22 Délibérations capitulaires et compte de la fabrique de 1457 à 1469 – Archives départementales de la Seine-Maritime, série G.

Table des illustrations

Légende 1- Plan des stalles de Rouen avant la tempête de décembre 1999.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende 2 - Plan des stalles de Rouen par E.H. Langlois en 1838.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende 3 - Plan supposé des stalles de Rouen à l’origine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende 4 - Les stalles au sud-est avec la chaire de l’évêque Cambacérès.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende 5 - Les stalles au nord avec l’orgue à gauche.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende 6 - Cathédrale de Chartres d’après un plan du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre Plan de l’Eglise SMaurice d’Angers
Légende 7 - Cathédrale d’Angers d’après un plan de la fin du XVIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Légende 8 - Plan de la cathédrale de Rouen avec emplacement des stalles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7427/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 251k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search