Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Quelques aspects de l'histoire des stalles de la cathédrale de Rouen

Le chantier des stalles de la cathédrale de Rouen (1457-1471)

Philippe Lardin

Texte intégral

  • 1 Les Stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1838.
  • 2 « Le rôle joué par les chanoines des chapitres cathédraux dans la construction et la conservation d (...)
  • 3 Quelques extraits de la comptabilité de la fabrique ont été publiés dans La cathédrale de Rouen, se (...)

1La comptabilité de la fabrique de la cathédrale de Rouen présente une importante et regrettable lacune entre 1435 et 1457. De ce fait, nous ne connaissons pas avec précision les travaux effectués dans la nef qui devint « mieux enluminée » grâce au percement et à l’installation de nouvelles verrières. Au moment où les sources réapparaissent, on constate que ce chantier est pratiquement terminé et que les revenus de la fabrique sont majoritairement utilisés à payer la construction de nouvelles stalles destinées à remplacer celles du chœur qui étaient apparemment en assez mauvais état. L’importance de l’information contenue dans les registres de comptabilité de la fabrique, auxquels on peut ajouter certaines mentions des registres de délibérations capitulaires, n’a évidemment pas laissé les chercheurs indifférents. En 1838, E.-H. Langlois avait étudié ces stalles dans un ouvrage illustré par sa fille. Cette présentation était suivie d’un commentaire d’Achille Deville qui y avait ajouté la publication d’un certain nombre de sources1. Ce travail important et resté longtemps fondamental a récemment été repris par Kristiane Lemé qui a étudié avec précision et de manière statistique, l’iconographie de ces stalles2. Le but de l’article qui va suivre est donc, avant tout, de décrire l’organisation d’un chantier exceptionnel, aussi bien par l’ampleur de la tâche à réaliser que par le contexte dans lequel il s’est déroulé puisque, aux lendemains de la Guerre de Cent Ans, la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans la plupart des secteurs de l’économie était une entrave à la reconstruction et à la reprise3. Les commanditaires, c’est-à-dire le chapitre de la cathédrale de Rouen, se trouvaient donc confrontés à une situation originale puisqu’il leur fallut, au moins au début, tenir compte de ce handicap.

Le difficile lancement du chantier

1 / À la recherche d’un « maître de l’œuvre des chaires »

  • 4 ADSM G 2487 Fol.51v.
  • 5 ADSM G 2489 fol.8.

2Au lendemain de la guerre de Cent ans, les stalles - que les documents appellent « chaires » ou « cathedrae » en latin - étaient dans un état déplorable. Au temps de l’occupation anglaise, elles avaient fait l’objet de réparations parce qu’elles étaient vieilles et de moins en moins pratiques. En 1430 ou 1431, on avait procédé aux réparations de plusieurs chaires cassées, « une du côté gauche et une autre à droite4 ». De même, l’année suivante, plusieurs bancs du chœur et d’autres chaires avaient dû être remis en état5. Cette situation amena donc les chanoines à envisager leur remplacement dès que la situation politique et militaire - et par conséquent, les possibilités financières de la fabrique de la cathédrale - le permettraient. Encore fallait-il engager, pour un temps qui ne pouvait manquer d’être long, un ouvrier qualifié capable de prendre la direction du chantier.

  • 6 ADSM G 2134 fol.9, 6 septembre 1449. Cet ouvrier est qualifié d’« operarius excellentissimus cathed (...)
  • 7 ADSM G 2134 fol.98v et fol.99. À cette date, un écu valait 30 sous.

3Les recherches commencèrent avant 1449, date à laquelle les chanoines décidèrent, au cours de leurs délibérations d’écrire à « un ouvrier fort habile, résidant en Basse-Normandie, qui désir(ait) être chargé du chantier des stalles afin de faire un bon marché avec lui6 ». Le contrat ne fut établi que le 17 mars 1451. Ce spécialiste qualifié d’« ouvrier en chaire », était arrivé à Rouen quelques jours auparavant et avait reçu du procureur de la fabrique, quatre écus d’or et un gallon de vin. Après une ultime discussion le 16 mars, les chanoines avaient chargé les maîtres de l’Œuvre de la fabrique accompagnés des chanoines Guillaume du Désert et Laurent Surreau de préciser les conditions du marché. Celui-ci prévoyait que « Maître Jacques » serait logé et recevrait 200 écus d’or pour son travail, que la fabrique lui fournirait toutes les matières nécessaires, en particulier le bois et la colle et qu’il pourrait récupérer les vieilles stalles, ce qui lui permettrait d’en utiliser le bois pour d’autres travaux et de vendre ce qui resterait. Les chanoines devaient aussi lui avancer 20 écus sur le prix du marché7.

  • 8 Son décès est indiqué dans la délibération du 21 janvier 1452. ADSM G 2134 fol. 152v.

4Malheureusement pour les chanoines, les travaux ne commencèrent pas immédiatement et cet artisan, dont le nom, Jacques Barbelot, est alors cité pour la première fois, mourut, sans doute à la fin de l’année 14518, avant d’avoir pu lancer le chantier. Les chanoines, sans doute avertis par une lettre de son valet Guillaume Basset, écrivirent à celui-ci afin d’avoir des renseignements sur les compétences d’un certain Jacques Morel et pour savoir si ce dernier accepterait de reprendre le marché des stalles de la cathédrale, mais l’affaire en resta apparemment là.

  • 9 ADSM G2134 fol.238v.
  • 10 ADSM G2134 fol.257v
  • 11 ADSM G2134 fol.257.
  • 12 ADSM G 2134 fol.273-v.

5Le 7 mai 1453, le doyen du chapitre, Nicolas du Bosc, accompagné des chanoines Philippe Fournier et Pierre le François, fut chargé de voir l’état des stalles et de prendre contact avec d’autres ouvriers qui avaient déjà fait le voyage auparavant et étaient de nouveau à Rouen9. En août suivant, une autre députation dirigée par le même Nicolas du Bosc, accompagné cette fois par Philippe de la Rose et Laurent Surreau, fut désignée par le chapitre pour mettre en contact le receveur de la fabrique et les ouvriers qui devraient se charger des travaux et qui étaient sans doute les mêmes que trois mois auparavant ; on devait en particulier leur demander de fabriquer un modèle de stalle afin de permettre aux chanoines de voir comment le travail serait effectué10. Le 27 août 1453, les stalles de la cathédrale furent « visitées » par les chanoines François Surreau et Guillaume de Livet et les maîtres de l’Œuvre. Tous ceux qui voulaient participer à cette visite, pouvaient le faire et, apparemment, la nécessité de procéder à leur réfection fut confirmée11. Le 3 septembre suivant, le marché ayant été apparemment accepté, Laurent, le nouvel « artifex cathedrarum », reçut une avance de 12 écus d’or. En décembre suivant, le contrat fut définitivement établi entre le chapitre et le dit Laurent qui devait être payé 5 sous par jour puis, une nouvelle députation de chanoines, toujours sous la direction du doyen, prit contact avec lui et plusieurs autres ouvriers pour discuter de la façon et de la forme des nouvelles stalles12.

  • 13 ADSM G 2135 fol.13v et 39v. Délibération du 19 août 1454.
  • 14 ADSM G 2135 fol.43.
  • 15 ADSM G 2135 fol.48.
  • 16 ADSM G 2135 fol.58v.
  • 17 ADSM G 2135 fol.63.

6Le chantier ne fut pas lancé immédiatement. Il semblait pourtant certain à tous que cela n’allait plus tarder. En effet, en mars 1454, Nicolas du Bosc et Guillaume du Désert furent à nouveau députés pour parler avec les ouvriers de la manière dont les nouvelles stalles seraient installées dans l’église et, au mois d’août, Guillaume d’Estouteville, le cardinal-archevêque de Rouen, fit savoir qu’il donnerait 500 livres pour la construction d’une nouvelle chaire archiépiscopale, somme qui serait versée par ses officiers dès que les travaux commenceraient13. Après discussion, les chanoines décidèrent qu’effectivement, la réfection des stalles entraînerait celle de la chaire archiépiscopale14. Le 27 septembre suivant, les deux chanoines maîtres de l’Œuvre de la fabrique et Laurent Surreau emmenèrent plusieurs ouvriers avec eux à Sausseure et à Saint-Évroult afin de leur montrer les stalles qui y avaient été faites et leur demander d’en faire de semblables15. Mais finalement, sans que l’on sache pourquoi, le contrat fait avec le dénommé Laurent ne se concrétisa pas et le 31 décembre suivant, les chanoines décidèrent de payer 14 blancs par jour à l’ouvrier qui accepterait de diriger la construction des nouvelles stalles et de le loger dans l’hôtel du Haut Doyen où on trouverait les chambres nécessaires et suffisantes16. Les choses semblaient donc se préciser, d’autant plus que les chanoines avaient décidé le 25 août 1455 que, lorsque les maçons auraient fini de travailler aux verrières de la nef, ce qui semblait imminent, leur engagement cesserait et qu’on demanderait aux plombiers de procéder à la couverture de la grande tour de la cathédrale, pour mettre fin définitivement aux travaux de maçonnerie17.

  • 18 Il s’agissait peut-être de Laurent Adam. Voir plus bas.
  • 19 ADSM G2135.

7Jusqu’à présent, les chanoines n’avaient pas encore précisé qui étaient les ouvriers avec lesquels ils étaient en contact, ni qui devait avoir la responsabilité du chantier. Le dénommé Laurent18 n’était plus nommé et rien n’était dit de l’origine et du nombre des ouvriers. Pourtant, en avril 1456, une nouvelle délégation de chanoines composée de Philippe Fournier et de Laurent Surreau fut envoyée discuter avec un certain « Philippe », qualifié de « principal ouvrier des chaires » pour lui demander de fabriquer une stalle et fixer avec lui le salaire qui lui serait versé19. Il ne fait pas de doute qu’il s’agissait de Philippot Viart mentionné en 1457 avec le titre de « maître de l’œuvre des chaires » dans le premier compte de la fabrique où sont indiquées les dépenses occasionnées par le remplacement des stalles de la cathédrale. C’était donc lui qui, au terme de plus de huit années de recherches, avait finalement été engagé par le chapitre. On ne sait pas grand chose de lui et on répète, malheureusement sans preuve incontestable, qu’il était rouennais. En tout cas, il est probable qu’il était normand car comme on le verra plus loin, il acheta plusieurs terres dans la région de Marbeuf.

2 / À la recherche des huchiers

  • 20 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et de métiers et des confréries religi (...)
  • 21 Au cours du XVe siècle, une évolution aboutit à la séparation des deux activités. Les huchiers « cl (...)

8Philippot Viart était un huchier. Cette profession, aujourd’hui disparue sous cette qualification, correspondait au XVe siècle à celle de menuisier-ébéniste. Les statuts de ce métier expliquaient qu’ils exerçaient une profession différente de celle des charpentiers et que l’essentiel de leur travail consistait à faire « coffres, huches, bancs, tables, aulmaires (armoires), huis encassillés, fûts à carde ou autre besogne qui s’assemble à colle20 ». Certains de ces artisans avaient, par ailleurs, des activités plus artistiques qui les rapprochaient des sculpteurs et c’étaient justement celles que l’on attendait de Philippot Viart qui ne dirigeait pas seulement un chantier de menuiserie mais aussi un travail artistique de grande ampleur comprenant de nombreuses sculptures de bois21.

  • 22 ADSM 2E1/169 fol.122v.
  • 23 ADSM G2134 fol.281.
  • 24 ADSM G2135 fol.270v.
  • 25 ADSM G2135 fol.271.

9Or, les ouvriers qui possédaient ces qualités étaient rares en Normandie. Ils n’y étaient pas inconnus puisqu’en juin 1421, trois huchiers avaient refait « le pupitre, les chaires et le letrin » (autrement dit le jubé, les stalles et le lutrin) de l’église Saint-Godard de Rouen22. Néanmoins, les troubles politiques et militaires aussi bien que l’absence de travail régulier avaient provoqué l’exil d’un grand nombre de ces artisans. Les chanoines étaient parfaitement conscients de cet état de fait. Ils savaient que les huchiers de l’atelier des stalles seraient, pour la plupart, des ouvriers extérieurs à la ville de Rouen et c’est pour cela qu’ils avaient, dès le début de leur recherche, organisé leur logement. En février 1451, alors que la venue de Jacques Barbelot semblait probable, ils avaient loué à Jeanne Dauvou, veuve de Jacques d’Aurricher, maréchal hérédital de Normandie, l’hôtel du Haut Doyen délimité « d’un côté (par) le petit cimetière devant Saint-Maclou, d’un bout (par) la rue de Malpalu et de l’autre bout (par) la rue Notre-Dame ». Le contrat reproduit à la fin du registre capitulaire précisait toutefois que « s’il est ainsi que les ouvriers des chaires de l’église viennent besogner en icelle, ils auront (...) les chambres tant haut que bas de devers le puits pour [y] coucher23 ». Trois ans plus tard, alors que le chantier n’était toujours pas commencé, le contrat de location fut renouvelé, pour un loyer diminué de plus de 25 %, et le logement des ouvriers fut également mentionné comme probable24. Un peu avant le 20 juin 1457, Jeanne Dauvou quitta l’hôtel du Haut Doyen, sans doute parce qu’elle ne supportait pas la présence des ouvriers qui s’y étaient enfin installés et elle fut remplacée par un avocat et un notaire en cour d’église qui durent, eux aussi, accepter la présence des huchiers dans la maison qu’ils louaient25.

10Ainsi, ces ouvriers bénéficiaient d’un avantage non négligeable qui s’ajoutait à leur salaire puisqu’ils n’avaient pas à payer de loyer, mais ils devaient quitter leur lieu de résidence et leur famille pour s’installer dans une ville dont ils ignoraient tout, sous la direction d’un maître-huchier qu’ils ne connaissaient sans doute pas et dont ils ne parlaient pas la langue. Il ne semble donc pas que les candidats aient été très nombreux. C’est pourquoi il fallut organiser de véritables campagnes de recrutement et offrir à ceux qui accepteraient de travailler sur ce chantier un certain nombre d’avantages qui les retiendraient sur place.

  • 26 ADSM G2494 fol.57v.

11En février 1461, le responsable du chantier, Philippot Viart se rendit au pardon à Saint-Denis dans l’intention de visiter les ateliers de hucherie. Il passa ainsi une journée « à savoir si il pourrait trouver ouvriers pour venir besogner aux dites chaires », et dépensa quelques sous, sans doute à la taverne, avec plusieurs d’entre eux mais il ne semble pas avoir réussi à en engager sur le moment car les comptes ne mentionnent aucun huchier « nouveau venu » dans les semaines qui suivirent26.

  • 27 Près de Saint-Paul, diocèse de Beauvais.
  • 28 ADSM G2501 fol.83-v. La décision avait été prise lors de la réunion capitulaire du 15 novembre 1465 (...)

12En novembre 1465, l’ancien valet de Jacques Barbelot, Guillaume Basset, présent à Rouen depuis le début du chantier des stalles, effectua une véritable tournée de recrutement qui dura vingt jours. Il se rendit successivement à Abbeville et à Montreuil-sur-Mer, à l’abbaye de Sercamp27, à Hesdin (en Artois), à Bruxelles et Nivelles (en Brabant), à Lille (en Flandre), à Tournai, Arras, Amiens et en plusieurs autres lieux « pour trouver et avoir des ouvriers en hucherie pour abréger l’œuvre des chaires28 ».

13Le manque de main-d’œuvre qualifiée fut donc une constante de ce chantier exceptionnel et il en explique bien des aspects, notamment la lenteur avec laquelle avançaient les travaux. Il explique aussi la manière dont le chantier fonctionnait.

Quatorze ans de travaux

14Ce n’est qu’en 1471, après plus de quatorze années de travaux, que le chantier des stalles fut véritablement achevé. Il y avait eu en fait trois ateliers différents : d’abord, celui des stalles dirigé par Philippot Viart jusqu’à son licenciement en janvier 1468 ; puis le chantier repris ensuite par Jean Rémond qui avait été recruté à Cambrai et enfin, l’atelier de la chaire épiscopale, sous les ordres de Laurent Adam, qui ne commença qu’en mai 1466.

1 / L’atelier de Philippot Viart

Les huchiers

15Les premières informations fournies par les comptabilités montrent qu’en septembre 1457, Philippot Viart dirigeait le chantier des stalles depuis un certain temps, sans doute depuis l’année précédente. Il était assisté par Guillaume Basset qui se chargeait de l’acquisition et de la réception des matériaux et qui devait certainement organiser le travail dans l’atelier qui n’était composé à cette date que de six huchiers.

  • 29 G 2135 fol.270v.
  • 30 Il y avait aussi un louage devant l’hôtel où était installé un fripier. Ibid., fol.271.

16Ces huchiers habitaient, comme Philippot Viart et sa famille, dans l’hôtel du Haut Doyen, à quelques centaines de mètres de la cathédrale. C’est là aussi qu’ils travaillaient dans la grande salle située au-dessus du cellier. Ils utilisaient aussi l’autre grande salle près de l’entrée de l’hôtel dans laquelle ils devaient laisser un passage pour les autres locataires et leurs gens. Ils disposaient aussi de la salle où le cardinal d’Estouteville avait fait sa chapelle lors de son dernier passage à Rouen29 ainsi que des greniers au-dessus de la grande cuisine du côté de l’église Saint-Maclou30. Pour cette location, le prêtre distributeur de l’église de Rouen, Jean Fiquenet, payait 18 livres par an au chapitre de Rouen.

  • 31 Rien ne permet, néanmoins, d’affirmer qu’ils étaient engagés dans un quelconque tour de l’Occident (...)
  • 32 Il semble bien pourtant que ce soit lui, car il est revenu ensuite dans l’atelier de Pierre Rémond.

17Tant qu’il fut sous la direction de Philippot Viart, le chantier des stalles du chœur vit passer en dix ans, de 1457 à 1467, 37 huchiers différents. Mais, les effectifs de chaque année étaient compris entre 6 et 10, sans qu’il y ait jamais plus d’une dizaine d’ouvriers en même temps. Sous la direction de Philippot Viart, les huchiers stables dans leur emploi étaient peu nombreux. En dehors du « maître de l’œuvre des chaires », seul Guillaume Basset fut présent du début à la fin du chantier. Toutefois, à partir de 1466, il partagea son temps entre ce chantier et celui de la chaire archiépiscopale et il fut aussi occupé à d’autres tâches dans l’église. En dehors de lui, Pierre Gamaches resta 8 ans, Ernoulet Muchon, Étienne Camus et Jean Lefèvre, 7 ans ; Étienne Lescachier et Matthieu Marses, 6 ans. Ainsi, seulement 8 ouvriers sur 37, soit un peu moins d’un sur cinq, restèrent pendant les deux tiers du chantier. Cela ne signifie pas que les autres étaient des ouvriers instables mais que, comme ils étaient loin de chez eux, ils venaient travailler pendant un certain temps, presque sans interruption, sur ce chantier avant de repartir. Douze huchiers restèrent ainsi entre 100 et 250 jours, arrivant souvent au printemps pour repartir à l’automne de l’année suivante. Enfin, 11 huchiers (un peu moins du tiers) restèrent moins de 100 jours, mais seulement 3 d’entre eux ne furent engagés que pour quelques jours ou quelques semaines. La rapidité de leur passage n’est jamais expliquée car si le receveur de la fabrique mentionne toujours l’arrivée d’un nouveau venu, il ne dit presque jamais rien des absences et de leurs raisons. Certains ne faisaient sans doute pas l’affaire, d’autres ne venaient que pour gagner un peu d’argent avant de repartir pour un périple plus long31. Il y avait donc, dans cet atelier, à la fois des ouvriers très stables grâce à qui le chantier pouvait fonctionner régulièrement et des ouvriers qui ne faisaient que passer pour un temps plus ou moins long. On constate également que les ouvriers qui étaient passés sur le chantier, n’y revenaient plus ensuite. Il n’y a qu’une exception à cet état de choses, celle du nommé Des Mares, bien qu’on ne soit pas absolument certain que ce soit le même homme qui, ayant quitté le chantier en 1460, y revint en 146532.

Le travail dans l’atelier

18Ces ouvriers étaient donc assez libres de leurs mouvements et de leur activité puisque les chanoines ne venaient que rarement dans l’hôtel du Haut Doyen. Ils étaient entièrement sous la responsabilité de Philippot Viart qui les engageait et pouvait, éventuellement, les renvoyer. Leur travail consistait à préparer les pièces de bois qui seraient assemblées dans la nef lorsque tout serait terminé. Ce que Philippot Viart devait livrer serait donc le fruit d’un travail de longue haleine puisque l’ensemble de la construction comprenait près de 90 « chaires » qui seraient placées de chaque côté d’une plate-forme et reliées entre elles par des piliers, des voûtes, des cloisons et d’innombrables décorations.

  • 33 G2492 fol.29v. Ils reçurent pour leur peine un écu de 30 sous.

19Au début du mois de février 1458, comme cela était convenu, Philippot Viart présenta aux maîtres de l’Œuvre de la cathédrale accompagnés par le chantre et plusieurs autres chanoines, la stalle qu’il venait d’achever et qu’il avait « levée », afin de savoir si elle leur convenait et s’il pourrait « ouvrer les autres en cette façon ». Les chanoines n’étaient pas vraiment en mesure de décider de la qualité du travail qui leur était proposé, c’est pourquoi ils s’étaient fait accompagner par le maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale, Geoffroy Richier, et par deux des maîtres-maçons de Saint-Maclou33.

20Apparemment, ce « prototype » fut accepté et en mai, Guillaume Basset fit un voyage de 3 jours dans la forêt de Lyons pour acheter du « petit merrain », autrement dit du bois de menuiserie qui serait employé aux voûtes des stalles. Le bois, acheté à Croissy et à Tronquay-en-Lyons se composait de 800 pièces, livrées en plusieurs fois et reçues par Guillaume Basset qui devait en vérifier la qualité.

  • 34 ADSM G2492 fol. 30.

21Les huchiers préparaient chaque stalle l’une après l’autre d’après le patron établi par Philippot Viart, mais comme ils ne mettaient encore rien en place, il leur fallait entreposer dans leur atelier les pièces de bois préparées. C’est pourquoi en juillet 1458, un charretier amena un certain nombre de pièces de bois pour faire des armoires dans lesquelles seraient entreposées les « images dudit ouvrage34 ».

  • 35 ADSM G2493 fol.47.
  • 36 ADSM G2493 Fol.55v.

22Il est probable que les travaux de l’atelier de Philippot Viart continuèrent de la même façon au cours de l’année 1458-1459 dont on ne sait rien à cause d’une lacune dans la comptabilité de la fabrique de la cathédrale. À la fin de cette période, les huchiers préparaient toujours les divers éléments des stalles et, en particulier, les piliers qui les séparaient35. Les sculpteurs étaient alors occupés à faire des feuilles de bois « pour servir et asseoir au long de l’encorbellement de haut des dites chaires36 ». Ils commençaient sans doute aussi à assembler certaines des pièces qu’ils réalisaient car on leur livra de la colle, du bois pour la chauffer et des pots de terre pour la transporter.

  • 37 ADSM G2493 fol.48v.
  • 38 ADSM G2493 fol.50. Pour la construction de ces armoires, il fallut aussi acheter des clous de 20 et (...)

23Tous ces éléments qui attendaient dans l’atelier le moment d’être mis en place, ainsi que le bois sur le point d’être utilisé étaient soumis aux intempéries. En janvier 1460, de grandes pièces de bois durent être déplacées pour « doute d’empirement » par quelques manœuvres37. Ces pièces de bois dont certaines mesuraient 8 pieds de long (2,5m) étaient préparées par des scieurs qui leur donnaient les dimensions requises pour en faire de nouvelles « aumaires »38.

  • 39 ADSM G2493 fol.52. Le bois de chêne utilisé avait été pris dans la réserve de la fabrique de la cat (...)

24Les chanoines profitaient de la présence des huchiers pour leur faire faire des travaux qui n’appartenaient pas au chantier des stalles. En mars 1460, ils leur demandèrent de construire une armoire pour y mettre le compteur de l’église installé près du chapitre et les ouvriers utilisèrent pour cela de la colle faite avec des « noues (des arêtes) de morue », achetée par Guillaume Basset39.

25Rien ne vint modifier le fonctionnement du chantier au cours de l’année suivante. Les effectifs limités du chantier ne permettaient pas aux travaux d’avancer très vite et les responsables de la fabrique commencèrent peut-être à trouver le temps long. C’est alors, on l’a dit, que Philippot Viart dut donc se rendre à Saint-Denis pour chercher à recruter de nouveaux huchiers mais c’est seulement en mai suivant que deux nouveaux ouvriers, apparemment d’origine flamande, furent engagés.

  • 40 ADSM G2496 fol.55v.
  • 41 ADSM G2496 fol.61.

26Au cours de l’année 1461-1462, d’autres huchiers flamands arrivèrent sur le chantier. La préparation des stalles continuait et en janvier 1462, Guillaume Basset alla acheter 9 bûches pour faire des brancards « pour ouvrer à rassemblement des chaires40 ». Quelques jours plus tard, un charretier avait amené dans l’hôtel du Haut Doyen 66 planches de bois prises dans la cour d’Albane afin de « faire une cloison pour ledit ouvrage ». On transporta aussi depuis les quais de la Seine des chevrons et des solives car le travail consistait en fait à mettre en place, dans la cour de l’hôtel du Haut Doyen, une galerie couverte et plâtrée qui s’étendait du portail de l’entrée de la grande salle jusqu’au puits41. Cette tâche importante avait été confiée au maître des œuvres de charpenterie de la cathédrale qui travaillait avec un de ses compagnons et le valet de la fabrique, chargé notamment d’« ôter les vidages », autrement dit, les gravats. Commencée en janvier 1462 et achevée en mars, la nouvelle construction était d’une certaine ampleur puisqu’il y avait dans les parois plusieurs portes pour l’installation desquelles il avait fallu aussi acheter des gonds, des vertevelles, des serrures et près de 2000 clous de tailles diverses. La galerie était couverte de tuiles et de noues. Cette construction était en principe destinée à faire les essais d’assemblages des stalles dont les pièces avaient été réalisées les années précédentes et il fallait pour cela un espace assez vaste, à l’abri des intempéries et des maraudeurs.

Les travaux de sculpture

  • 42 ADSM G2492 fol.28v et sqq.
  • 43 ADSM G2492 fol.31v.

27Tout le travail de préparation des stalles ne se faisait pas dans l’atelier des stalles. Quelques sculpteurs aux qualités artistiques reconnues, travaillaient dans leur propre atelier et étaient payés à la tâche. Les marchés précisant les types de statues à réaliser et leurs prix étaient établis par les chanoines, mais Philippot Viart était responsable des livraisons. Il jugeait la qualité du travail effectué et les paiements étaient faits en sa présence. En 1458, le Flamand Laurent Hisbre fabriqua 24 « couples de branches » et d’« épis en façon de feuilles de choux et de chardon », chaque couple garni d’épis lui étant payé 35 sous42. De même, le sculpteur sur bois Paul Mosselman, d’origine flamande lui aussi, mais installé depuis assez longtemps à Rouen dans la paroisse Saint-Maclou, livra un certain nombre d’« images pour servir à la dite œuvre ». Le 28 juillet 1458 il accepta le marché que lui proposaient les responsables de la fabrique et s’engagea à livrer 24 apôtres, 24 anges ainsi que 6 images à mettre en sellette, autrement dit des miséricordes43.

28Il est probable que d’autres sculptures étaient faites dans l’atelier de l’hôtel du Haut Doyen mais les comptabilités ne nous donnent pas beaucoup de renseignements précis. Ainsi, Liénart Jehennes, arrivé dans l’atelier au début du mois de mai et lui aussi sculpteur, préféra être payé à la journée et reçut un salaire de 5 sous pour faire des couples et épis, à la place de Laurent Hisbre, ainsi qu’une « image nommée prophète ». Il ne resta toutefois à Rouen que pendant l’année 1458.

29L’année suivante, le sculpteur Laurent Hisbre livra encore 33 « branches de feuilles » payées 8 sous 9 deniers pièce mais lorsque le huchier, Olivier Fontaine quitta l’atelier en novembre, ce sculpteur y entra, à son tour, et fut payé 5 sous par jour pour faire « images pour ledit ouvrage ».

  • 44 ADSM G2496 fol.64v.

30Laurent Hisbre quitta finalement le chantier en février 1461 et un nouvel « imagier », Pierre Trubert, fut engagé en décembre. Il travaillait à la tâche et touchait 25 sous par statue terminée. Il livra successivement, les « images » de sainte Catherine, de l’Annonciation, de saint Barnabé, saint Martial, saint Thomas, sainte Agnès, sainte Madeleine et sainte Geneviève. Après quoi, il sculpta une Trinité, les « docteurs de Sainte Église » : saint Jérôme, saint Augustin, saint Ambroise et saint Grégoire44. Cette année-là, il fut aussi chargé de faire des représentations des sept vertus cardinales et théologales. Il réalisa successivement la Force, la Prudence, la Justice, la Tempérance, la Foi, l’Espérance et la Charité. Il livra ensuite un saint Georges, sans doute de plus grande taille, puisqu’il lui fut payé 37 sous 6 deniers.

31En avril 1462, le sculpteur Paul Mosselman revint sur le chantier et fit un marché avec les maîtres de l’œuvre pour la livraison d’« images en bois pour décorer les chaires », représentant saint Philippe, saint Jean l’Évangéliste, saint Jacques le Mineur et saint Pierre qui ne lui seraient payées que 20 sous pièce, ce qui semble montrer que les chanoines considéraient les huchiers flamands comme de meilleurs artistes que lui.

  • 45 ADSM G2497 fol.72 à 98v.

32En 1462-1463, l’atelier continua comme les années précédentes. Le sculpteur Pierre Trubert livra à Philippot Viart, toujours au prix de 25 sous pièce « deux images, l’une de l’ancienne loi, l’autre de la nouvelle loi », puis les statues de sainte Barbe, saint Clément, saint Denis et ses deux compagnons, saint Cosme, saint Damien ainsi que deux angelots pour « servir aux soupentes des chaires ». Paul Mosselman, lui, fit les images d’Abraham, saint André, David, saint Matthieu, saint Marc et saint Luc toujours au prix de 20 sous chacune45.

L’attitude des chanoines

33Jusqu’en 1463, les chanoines se montrèrent satisfaits du travail des huchiers dirigés par Philippot Viart. Celui-ci touchait 5 sous 10 deniers par jour de travail, c’est-à-dire ce qui avait été convenu dès 1455. De plus, alors que le samedi était normalement payé comme un demi-jour parce que le travail se terminait en début d’après-midi, il recevait généralement le salaire d’un jour entier. En août 1458, Philippot Viart avait pu engager un valet Ernoulet Muchon qui fut « alloué » pour un an par les responsables de la fabrique. Ce jeune garçon n’était payé que 2 sous 6 deniers par jour, comme les autres manœuvres engagés par la fabrique, mais c’était en fait Philippot Viart, considéré comme son maître, qui recevait son salaire sans que l’on sache s’il le lui reversait ou se contentait de l’entretenir à ses frais dans l’hôtel du Haut Doyen. Ce jeune garçon était donc en fait son apprenti personnel, mais il était payé par la fabrique de la cathédrale.

  • 46 ADSM G2135 fol.63.
  • 47 Le texte du règlement des maçons a été publié presque entièrement par Ch. de Beaurepaire, « Recherc (...)
  • 48 ADSM G2492 fol.30v.
  • 49 ADSM G2493 fol.47v.

34En février 1455, les chanoines avaient fait rédiger un « nouveau règlement des maçons, charpentiers, ouvriers des chaires et autres », afin de le corriger de telle manière qu’après avoir été approuvés, ses articles pussent être « tenus et non transgressés »46. Il est probable que ce texte reprenait la plupart des dispositions du règlement des maçons malheureusement non daté qui nous est parvenu. Ainsi, il était normalement prévu que seuls les maçons recevraient une gratification à l’occasion de leur fête qui avait lieu le jour de l’Ascension47. Or, les huchiers en réclamèrent le paiement pour eux aussi et les chanoines acceptèrent dès 1458 de leur verser 15 sous à cette occasion en précisant toutefois que cette somme leur était baillée « par manière de don et non de coutume48 ». L’année suivante, les chanoines acceptèrent également de verser aux huchiers 5 sous pour le vin de la Saint-Martin qui marquait le passage aux salaires d’hiver « à cause du rabais des jours » et « en intention qu’ils fassent leur devoir audit ouvrage49 ». D’ailleurs, dès l’année suivante, les salaires d’hiver qui étaient inférieurs de quelques deniers seulement aux salaires d’été et que les employeurs justifiaient par le raccourcissement des jours, furent supprimés et les huchiers touchèrent le même salaire toute l’année.

35Ces salaires, comme le montre le document no 2, étaient le plus souvent de 4 sous 6 deniers ou de 5 sous par jour, ce qui correspondait à ce que gagnaient alors les autres ouvriers qualifiés de la fabrique. Ceux qui gagnaient le plus avaient apparemment des qualités artistiques tandis que les autres se chargeaient plutôt des tâches de menuiserie. Du fait de la durée du chantier, il est possible de suivre l’évolution individuelle de ces salaires. Un certain nombre d’ouvriers stables virent ainsi leurs salaires augmenter plus ou moins régulièrement. Guillaume Basset qui gagnait 4 sous 6 deniers par jour en 1457, fut payé 5 sous à partir de septembre 1460. D’autres étaient embauchés à un salaire d’essai puis recevaient une augmentation dès que Philippot Viart estimait qu’ils avaient les capacités professionnelles requises. Étienne Lescachier, Matthieu Marses et Jean Laurens, engagés en 1462 à 3 sous 9 deniers par jour, virent leur salaire passer à 4 sous 2 deniers dans les mois qui suivirent. L’évolution du salaire d’Ernoulet Muchon traduit celle de ses compétences professionnelles. Son premier salaire, comme valet de Philippot Viart avait été fixé à 2 sous 6 deniers en août 1458. En mai 1461, il commença à recevoir 3 sous par jour, puis en août suivant, il passa à 3 sous 9 deniers. Enfin, en septembre 1462, il toucha 4 sous 6 deniers comme la plupart des ouvriers qualifiés du chantier. De même, Jean Lefèvre, qui avait été engagé en 1459 avec un salaire de 3 sous par jour, reçut 3 sous 9 deniers en 1461 et 4 sous 2 deniers l’année suivante. Par contre, en 1465, alors qu’il avait touché 4 sous 6 deniers pendant quelques semaines, il fut ramené à son salaire précédent et n’en bougea plus, soit parce que Philippot Viart ne le jugeait pas aussi compétent que les autres huchiers, soit parce qu’il était encore trop jeune.

36D’autres huchiers ne connurent aucune augmentation pendant toute la durée de leur présence dans l’atelier. Ainsi, Pierre Gamaches, embauché en octobre 1459, toucha tout le temps 4 sous 6 deniers par jour jusqu’à son licenciement en octobre 1467. Enfin, lorsqu’un huchier venait avec son propre apprenti, celui-ci ne touchait que 20 deniers par jour. Ce fut le cas notamment en 1466 pour Colin Le Bas qui était venu avec son maître Michaut Gaudin.

37Dans l’ensemble, donc, il n’y eut pas sur ce chantier de véritable évolution des salaires, puisque ce sont plutôt les modifications individuelles qui expliquent les variations dans les répartitions qui apparaissent dans le tableau récapitulatif. La multiplication des salaires de 5 sous pendant les années 1466 et 1467 s’explique par le fait que des artistes avaient été recrutés en plus grand nombre au moment où la mise en place définitive des stalles semblait probable.

L’impatience des chanoines

38Au début de l’année 1463, cela faisait maintenant six ans que les huchiers travaillaient dans l’atelier de l’hôtel du Haut Doyen et les nouvelles stalles n’étaient toujours pas achevées. Or, les vieilles stalles étaient de plus en plus abîmées et les chanoines commençaient à s’impatienter. L’installation de la galerie dans la cour de l’hôtel du Haut Doyen avait peut-être eu aussi pour but d’empêcher les huchiers de s’amuser pendant leur temps de travail sur le jeu de paume qui se trouvait dans la cour. De toutes façons, cela n’avait pas eu l’effet attendu, peut-être parce que l’assemblage des pièces de bois était plus difficile que prévu.

  • 50 ADSM G2497 fol.83v-84.

39C’est sans doute pour cela que les chanoines décidèrent en février 1463 d’obliger Philippot Viart à accélérer le travail et, à cet effet, de faire appel à la justice. Après cette décision du chapitre, un sergent le fit « ajourner », c’est-à-dire qu’il fut convoqué devant le lieutenant du bailli royal de Rouen dans la « cohue » (le tribunal) du château de Rouen. Là, l’avocat des chanoines, un certain Karadas, expliqua la situation et le lieutenant du bailli rédigea un « mémorial » payé cinq sous, dans lequel il commandait expressément à Philippot Viart de faire entièrement avant la mi-carême trois stalles et deux petits « pinacles sur les images desdites chaires ». Une lettre contenant l’appointement fait avec Philippot Viart fut ensuite rédigée et 10 sous de vin furent portés au lieutenant du bailli50.

  • 51 ADSM G2497 fol.71 à 91v.
  • 52 ADSM G2499 fol.70v.

40La livraison imposée à Philippot Viart était finalement assez modeste, étant donné le temps pendant lequel le chantier avait fonctionné et on peut se demander si les chanoines n’avaient pas seulement voulu lui donner une sorte d’avertissement. Pourtant, ils savaient bien qu’il ne pouvait pas s’imposer brutalement aux huchiers qui travaillaient sous ses ordres car ils auraient sans doute quitté l’atelier. C’est pourquoi, quelques jours après la décision de justice prise à son encontre, les maîtres de l’œuvre, accompagnés par Laurent Surreau et Guillaume du Désert, se rendirent dans l’atelier des stalles pour voir le travail effectué - c’est-à-dire peut-être les trois stalles et les deux pinacles - ainsi que « pour l’abréviation de ladite œuvre ». Il y eut donc certainement des discussions pour encourager les ouvriers à travailler plus vite. Après quoi, les chanoines firent donner 5 sous aux ouvriers « pour boire » et les inciter à mieux travailler51. Le paiement du mouton de l’Ascension qui avait été différé en mai fut finalement payé aux huchiers en novembre en même temps que le vin de la Saint-Martin, ce qui semble montrer que la colère des chanoines s’était apaisée52.

  • 53 ADSM G2499 fol.76.
  • 54 ADSM G2499 fol.71v.
  • 55 ADSM G2499 fol.79v.

41Les choses reprirent donc leur cours habituel. Les ouvriers semblaient d’ailleurs plus actifs qu’auparavant puisqu’il fallut acheter en mars 1464 une petite meule de grès pour aiguiser leurs outils53. Ils travaillaient alors à la préparation des « poupées » taillées dans du bois de hêtre54. Les relations des huchiers avec les autres ouvriers de la cathédrale, moins favorisés qu’eux, n’étaient d’ailleurs peut-être pas très bonnes puisqu’en mai, le maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale ne leur donna que la moitié de la somme qui leur revenait pour le mouton de l’Ascension. Ils n’hésitèrent pas à s’en plaindre et on leur rajouta alors 10 sous, ce qui faisait un peu plus que les 15 sous habituels55. En dehors de cet incident, rien ne vint rompre l’activité apparemment routinière du chantier.

  • 56 ADSM G2500 bis fol.70 et fol.72. Les problèmes continuèrent d’ailleurs et, en janvier 1466, une aut (...)
  • 57 ADSM G2500 bis fol.71.

42En attendant, les anciennes stalles devenaient de plus en plus difficiles à utiliser. À la fin de 1464, il fallut acheter des clous de 20 livres pour fixer les vertevelles servant à tenir « l’appui d’encontre le chœur » ainsi que des clous de 10 livres pour refixer les miséricordes56. Un pot et une palette de terre furent également achetés pour mettre la colle dont on se servait. On achetait toutes sortes de bois pour ces réparations de fortune et en octobre, Guillaume Basset avait acheté « un cent de merrain à fenêtre57 ». Néanmoins les chanoines payèrent comme précédemment le vin de la Saint-Martin et le mouton de l’Ascension aux huchiers « en espérance qu’ils fissent mieux leur devoir en ladite œuvre des chaires ».

  • 58 ADSM G2500 bis fol.79v.

43Il s’était donc passé plus de deux ans depuis que les chanoines avait fait appel à la justice pour accélérer la livraison des nouvelles stalles et les choses semblaient continuer comme avant. Les huchiers employés à faire les stalles intervenaient toujours pour des opérations plus ponctuelles hors de leur atelier, par exemple pour refaire un auvent de hêtre dans la rue aux Juifs ou réparer la porte d’une des échoppes voisines de la cathédrale58.

44L’impatience des chanoines se fit à nouveau sentir à la fin de l’année 1465 puisqu’ils décidèrent d’envoyer Guillaume Basset faire une tournée de recrutement dans les régions situées au nord de la Normandie. Les travaux de sculptures payées à la tâche reprirent. Apparemment, la préparation des stalles s’achevait car on fit un marché avec Paul Mosselman qui livra 14 « lampettes pour mettre dessous les piliers » ainsi que les statues de Moïse, Elie, saint Laurent et saint Étienne.

  • 59 ADSM G2137 fol.28v.
  • 60 ADSM G2501 fol.87v.
  • 61 ADSM G2501 fol.88.

45En avril 1466 toutefois, le chantre, accompagné des maîtres de l’œuvre, se rendit auprès de Philippot Viart pour voir où en étaient les choses59. Les chanoines voulaient en finir désormais et ils avaient fait appel à un huchier d’Andely Nicolas le Chevallier, à qui ils payèrent 30 sous de frais de déplacement pour avoir son opinion sur la manière d’en finir rapidement avec ce chantier60. Celui-ci ne participa sans doute pas à la visite générale qui eut lieu le 11 mai 1466 en début d’après-midi. Il y avait là, outre le chantre, le grand archidiacre et le pénitencier du chapitre, Philippot Viart et Laurent Adam, les deux responsables des chantiers de hucherie, un huchier rouennais Richard de la Place plutôt spécialisé dans la menuiserie classique avec son fils, le maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale, Guillaume Pontis, ainsi que le maître des œuvres du roi dans le bailliage de Rouen, Michel le Signerre. Le but de cette réunion qui donna lieu à une collation payée par le chapitre était d’avoir l’opinion de ceux qui n’étaient pas responsables du chantier sur « l’élaboration de l’œuvre des chaires et aussi pour l’œuvre de la chaire de Monseigneur de Rouen ». On donna ensuite à ces spécialistes un dédommagement de 15 sous61. On ignore quelles furent leurs conclusions, mais le chantier des stalles continua.

  • 62 Sur cette question, voir O. THOREL, « Le “bord d’Illande” à la cathédrale d’Amiens », Bulletin trim (...)
  • 63 ADSM G2501 fol.88-v. Ce bois arrivait par la Seine et il fallait l’amener depuis les quais.

46Désormais, on travaillait aux parties les plus fragiles et c’est pour cela qu’on se mit à utiliser du bors d’illande, c’est-à-dire un bois très dur utilisé notamment pour les lambris62. C’est à deux Hollandais, Guérard le Jeune et Frediq Franzone qu’on en acheta un total de 715 pièces aussi bien pour les stalles que pour la chaire archiépiscopale63. Paul Mosselman livra encore 48 images pour les stalles, un crucifix de bois qui servirait le jour du Vendredi Saint dans la cathédrale ainsi qu’un saint Christophe et un saint Vincent.

Faux espoirs

  • 64 C’était la pause qui correspondait au « vin de none » que prenaient les maçons, vers quatre heure d (...)
  • 65 ADSM G2501 fol 90-v.
  • 66 ADSM G2502 fol.52.
  • 67 ADSM G2502 fol.52v. Allardin Glasset devait de l’argent en arriérés de rente à la fabrique, mais il (...)

47Une fois de plus, le travail était sur le point de s’achever. En juin 1466 des manœuvres commencèrent à transporter « d’une place en l’autre », les pièces de bois préparées dans l’hôtel du Haut Doyen et ils les mirent « hors de l’atelier ». Les chanoines étaient très contents de l’évolution de la situation et ils témoignèrent leur satisfaction aux ouvriers en leur faisant des cadeaux originaux « afin qu’ils aient plus grand vouloir et courage de besogner à l’œuvre des dites chaires ». Ils leur offrirent, pour leur « collation de trois heures après dîner », du pain, du vin et des cerises64. Quelques semaines plus tard, au mois d’août, ils leur firent donner, toujours pour cette pause de l’après-midi, des pains mollets, des pots de vins, des chopines de bière et des poires65. Les huchiers avaient en effet commencé à « lever la plateforme des chaires ». En septembre 1466, une cloison fut installée par Guillaume Basset et plusieurs autres huchiers de l’atelier des stalles devant l’autel de la chapelle Notre-Dame où il avait été décidé que l’on dirait les messes pendant la mise en place des stalles66. Un flamand, Jacotin, fit un panneau qui devait servir de modèle puis, le receveur de la fabrique, sur le conseil de Guillaume Basset, fit un contrat avec Allardin Glasset, un ancien huchier de l’atelier des stalles, qui se chargeait de faire tous les panneaux de la cloison au prix de 8 sous 9 deniers chacun67.

  • 68 ADSM G2137 fol.69v-70 et G2502 fol 32 (en bas de la page).

48On allait enfin passer à l’installation des stalles dans le chœur et le 31 octobre suivant, les chanoines décidèrent de donner une « somme de deniers » au fils de Philippot Viart, prénommé Pierre, afin qu’il puisse s’acheter deux aunes de drap gris et s’en faire une robe qu’il porterait « à l’occasion de la bienvenue dudit fils quand il [serait] reçu en habit d’église »68. Le chapitre faisait ainsi la preuve de sa satisfaction à l’égard de Philippot Viart dont l’ascension sociale, à travers son fils, semblait assurée.

  • 69 ADSM G2501 fol.93.
  • 70 ADSM G2502 fol.28v. Voir plus bas.
  • 71 ADSM G2502 fol.fol.34v.

49Les pièces de bois étaient en principe prêtes. Pourtant, l’installation traînait toujours et rien ne se fit69. C’est peut-être pour cela que les chanoines décidèrent de rétablir les salaires d’hiver et de baisser de 6 deniers les salaires de tous les huchiers, sauf pour le maître de l’œuvre Philippot Viart et pour Étienne Camus qui lui servait désormais d’adjoint, puisque Guillaume Basset était passé sur le chantier de la chaire archiépiscopale70. Quinze jours avant Pâques 1467 pourtant, c’est-à-dire avant la date habituelle, les huchiers retrouvèrent leurs salaires antérieurs71.

  • 72 ADSM G2501 fol. 101 v.

50Les chanoines, malgré tout, s’interrogeaient sur le travail effectué et, à une date qui n’est malheureusement pas précisée, plusieurs d’entre eux eurent une « collation » avec maître Jean Chemin « grand ouvrier en œuvre de chaires », à qui ils offrirent un gallon de vin, pour qu’il leur donne son avis sur le chantier et l’avancement des travaux72. On ignore ce qui fut dit, mais il est probable que cela incita les chanoines à faire preuve de plus de fermeté à l’égard des huchiers.

Le licenciement de l’atelier

  • 73 ADSM G2137 fol.106v. Les chanoines voulaient que la mise en place de la plateforme commençât avant (...)
  • 74 La décision de faire une clôture dans l’église pendant qu’on installerait les stalles avait été pri (...)
  • 75 ADSM G2502 fol.34.

51En mars 1467, dans leurs délibérations, ils avaient estimé que les stalles étaient finies et qu’il fallait mettre en place la plate-forme73, et c’est sans doute pour inciter les ouvriers à travailler plus activement qu’ils rétablirent les salaires d’été. Philippot Viart fit alors acheter 30 bûches « pour servir à faire coings et chevilles », autrement dit pour stabiliser les différentes pièces de bois au moment de leur mise en place. De même, on acheta des seaux, des pots de terre et des godets pour mettre la colle. En avril, Guillaume Basset et Robin Cavelier, aidés par deux charpentiers, mirent en place une nouvelle cloison de bois dans la nef de l’église contre laquelle ils placèrent les anciennes stalles qu’ils venaient d’enlever. Un groupe de cinq plâtriers intervint alors pour « asseoir » ces stalles contre la cloison74. Un manœuvre amena « le bois des chaires depuis l’atelier » et les huchiers mirent enfin en place la nouvelle plate-forme, ce que les chanoines fêtèrent en leur donnant de la viande et des fruits75. On commença par mettre en place les stalles du côté de la sacristie. Ce travail soulevait beaucoup de poussière et on acheta un pot de terre pour mettre de l’eau.

  • 76 ADSM G2502 fol.35.
  • 77 ADSM G2502 fol.34 et 36v.
  • 78 ADSM G2503 fol. 16. Peut-être s’agissait-il du tissu destiné à son fils.

52Désormais, l’heure de vérité était arrivée pour Philippot Viart. Il avait sans doute fait des vérifications dans l’atelier de l’hôtel du Haut Doyen, ce qui était peut-être la cause des reports successifs de la mise en place des chaires. On lui avait acheté deux aunes de fouet et de la ficelle « pour faire un plomb » afin de tout placer convenablement. Les plâtriers intervenaient à sa demande pour fixer les sellettes en bas des stalles. Une certaine improvisation se faisait pourtant sentir. Afin de compléter la mise en place du plancher, Guillaume Basset et le huchier rouennais Jean Gautier passèrent 3 jours à doler de grosses pièces de bois prises dans la « garnison » de la cathédrale. Comme cela n’était pas suffisant, il fallut en acheter d’autres à un marchand de planches de la rue Percière qui livra 26 planches de chêne séché de 3 mètres de long sur 6 centimètres d’épaisseur et plusieurs autres planches de bois vert. Cent seize « membrures pour servir à l’œuvre des chaires » furent également achetées à un marchand de Vemon76. La mise en place de la plate-forme nécessita aussi l’utilisation d’une « ferrure » composée de « ferraille » et de clous de toutes sortes77. Pour récompenser ce premier travail, mais aussi pour « abréger ledit ouvrage le plus tôt qu’il pourra », les chanoines autorisèrent Philippot Viart à s’acheter aux frais de la fabrique « deux aunes de drap gris (...) pour faire une robe78 »

  • 79 ADSM G2502 fol.37.

53En juillet 1467, les ouvriers passèrent à la mise en place des dossiers, des accoudoirs et des sellettes. Il fallait procéder à des ajustements pour que toutes les pièces s’assemblassent convenablement. On racheta encore deux petites meules « pour affiler les outils » et un charretier emmena trois bennelées de « rognures » de bois79. En fait, toute la décoration n’était pas encore prête et Paul Mosselman livra encore plusieurs « images et lampettes ». D’ailleurs, dès le milieu du mois d’août, les huchiers retournèrent travailler dans l’atelier de l’hôtel du Haut Doyen, sans doute pour effectuer les dernières mises au point.

  • 80 ADSM G2503 fol.44v.
  • 81 ADSM G2504 fol. 10. Il laissait à sa veuve qui n’avait « guère de biens » (...) « grande charge de (...)
  • 82 ADSM G2137 fol.150v.

54Or, il fallait absolument procéder à la mise en place complète et définitive des nouvelles stalles, car les anciennes étaient déjà vendues, celles du côté gauche ayant été aussitôt achetées par le prieur de Granville pour la modique somme de 15 livres80. La fin de l’année 1467 fut marquée par une épidémie de peste qui emporta le sculpteur Paul Mosselman81. Peut-être à cause de l’inquiétude qui régnait alors dans la ville, la patience des chanoines avait-elle atteint son extrême limite. Visiblement, le travail des huchiers ne leur avait pas donné satisfaction. Le 3 septembre 1467, Philippot Viart fut convoqué par les chanoines et il dut reconnaître que plusieurs pièces de bois qui avaient été taillées ne convenaient pas et qu’il fallait les reprendre82.

55Cela pouvait assez facilement se comprendre. Le chantier avait duré plus de neuf années. Les huchiers s’étaient succédé à un rythme assez régulier et il est probable que, même en travaillant à l’aide de patrons, tous n’avaient pas eu les mêmes méthodes. La responsabilité de Philippot Viart était de veiller à l’uniformité et à l’exactitude des dimensions des pièces et il ne l’avait pas forcément fait. De plus, on ignore quels étaient ses rapports avec les huchiers qui venaient à Rouen. Le fait qu’ils ne soient jamais revenus après avoir quitté l’atelier peut signifier qu’ils ne s’entendaient pas toujours très bien avec lui.

56Néanmoins, Philippot Viart n’était peut-être pas totalement responsable des problèmes qui venaient de se révéler car, dès le début, on avait utilisé du bois vert qui ne pouvait pas manquer de « travailler » à partir du moment où il restait entreposé plusieurs années dans les chambres - peut-être dans les greniers - de l’hôtel du Haut Doyen qui devaient subir des variations de températures. Dès lors, il est certain que les stalles, notamment leurs dossiers, n’étaient pas de « semblable mesure ». L’emploi très coûteux de bois d’Illande aurait sans doute évité ces problèmes et ce n’est peut-être pas par hasard si l’on commença à en acheter en 1467.

  • 83 ADSM G2137 fol.159.
  • 84 ADSM G2503 fol.96v.
  • 85 ADSM G2137 fol.159.

57Au lendemain de cette entrevue, les choses reprirent pourtant apparemment comme avant. Philippot Viart avait même engagé un certain Jean Laurens qui faisait des sculptures de bois appelées « poupées ». Mais, aux yeux des chanoines, cette situation n’avait que trop duré. Quand ils se réunirent le 23 octobre suivant, ils estimèrent que les chaires présentaient de graves malfaçons, qu’il fallait renvoyer ceux qui y travaillaient actuellement et aller en chercher d’autres ailleurs83. Le lendemain, samedi 24 octobre, à l’issue de la semaine de travail, juste après la distribution des salaires, « congé fut donné [aux huchiers] d’aller hors dudit atelier excepté ledit Viart et aussi Jean Hermen, lequel travaille aux poupées desdites chaires dans l’atelier de la chaire de Monseigneur de Rouen84 ». Les ouvriers n’étaient donc pas licenciés, mais ils devaient quitter l’hôtel du Haut Doyen. Dès lors, on leur donnerait le bois pour « ouvrer à pièce et en tâche85 ». Tous n’acceptèrent pas cette nouvelle situation et ils ne furent plus que 3 en dehors de Philippot Viart à « faire et tailler feuilles en façon de maçonnerie es poupées desdites chaires ».

  • 86 ADSM G2137 fol.165v.
  • 87 ADSM G2137 fol.167v. Deux jours plus tôt, il avait été décidé de montrer à des experts le travail e (...)
  • 88 Les chanoines offrirent ensuite au lieutenant du bailli un dîner (c’est-à-dire le repas de midi) co (...)
  • 89 ADSM G2503 fol.126v.

58Le 24 novembre suivant, les chanoines décidèrent, en plus, de remplacer Philippot Viart et de confier l’affaire à la justice86. Cette mesure radicale ne fut pas appliquée immédiatement car on n’avait pas encore engagé officiellement son remplaçant, mais quand cela fut fait, deux mois plus tard, le chapitre décida, dans sa réunion du 21 janvier 1468 de confier à la justice séculière, l’application de la décision de licencier « le dénommé Philippe qui, depuis longtemps, avait dirigé la fabrication des chaires ». Il devait quitter l’atelier avec sa famille et ses biens. On prévoyait aussi de le sanctionner par toutes les autres voies possibles, éventuellement en le faisant arrêter et en confisquant ses biens. Il devait de plus rendre les « traits et points subtils des principales pièces87 ». Trois jours plus tard, une « collation » entre le lieutenant du bailli88 et les maîtres de l’œuvre de la cathédrale à propos de Philippot Viart aboutit à la décision de « lui faire direction et commandement de vider hors de l’hôtel où l’on f(ais)ait les chaires89 ». Il ne put qu’obéir mais continua à faire les « poupées du bout des chaires » dans son nouveau « logis » situé près de l’église des Augustins. Peu de temps après, deux hommes de bras furent envoyés dans l’hôtel du Haut Doyen pour « nettoyer les immondices des salles esquelles [étaient] les chaires du chœur ».

  • 90 ADSM 2E1/229, 7 novembre 1500. Philippot Viart avait acheté ces terres en mai et juin 1463, au mome (...)

59Pendant les semaines qui suivirent, Philippot Viard continua à être payé pour son travail à l’« œuvre de la poupée » qu’il avait commencée avant d’être renvoyé. Il la livra vers le 12 mars 1468 et disparut définitivement des comptes de la fabrique. Son sort nous échappe alors, mais on sait que tous ses biens ne lui furent pas confisqués puisque son fils Jaquet possédait encore en 1500, une terre située à Marbeuf, près du Neubourg, que son père avait achetée peu de temps après avoir pris ses fonctions90.

2 / Le chantier de Pierre Rémond

L’élimination de Philippot Viart

  • 91 ADSM G2503 fol. 116. Il touche pour cela un florin du Rhin valant 27 sous 6 deniers.

60Le chantier des stalles n’était pas achevé. Il présentait apparemment certains défauts mais les chanoines n’avaient renvoyé Philippot Viart que lorsqu’ils avaient été sûrs de pouvoir le remplacer. Son successeur, Pierre Rémond était originaire de Cambrai. Le chapitre avait pris contact avec lui dès que l’installation des stalles par Philippot Viart s’était révélée défectueuse. En novembre 1467, au moment où était prise la décision de le licencier, Jean Hermen et son frère étaient allés en Picardie pour faire venir des huchiers pour les stalles et la chaire archiépiscopale91.

61Jean Hermen était arrivé dans l’atelier de Philippot Viart en mars 1466. Ses compétences avaient été immédiatement reconnues par les responsables qui avaient fixé son salaire au taux maximum de 5 sous par jour. Ses relations avec le maître de l’œuvre des chaires semblent s’être assez vite détériorées peut-être parce que les méthodes de travail des deux hommes étaient différentes. En effet, quand les ouvriers de l’atelier précédent avaient été licenciés, Jean Hermen travaillait toujours à la préparation des stalles, mais dans l’atelier de la chaire archiépiscopale, dans la cour de la cathédrale, c’est-à-dire loin de l’hôtel du Haut Doyen. Il est probable qu’il avait attiré l’attention des chanoines sur les défauts du travail de Philippot Viart, ce que ce dernier n’avait évidemment pas apprécié.

  • 92 ADSMG2503 fol. 117v.

62En fait, Jean Hermen faisait là une sorte de travail de sape car il savait par qui Philippot Viart pourrait être remplacé s’il était licencié. En effet, Jean Hermen était le beau-fils de Pierre Rémond92, issu d’un premier mariage de la femme de ce dernier, et lorsqu’il avait été envoyé en Picardie par les chanoines, il savait déjà que c’était à Cambrai qu’il trouverait le nouveau responsable de l’atelier des stalles de la cathédrale de Rouen.

  • 93 L’ordre employé par le receveur pour classer les membres de la famille de Pierre Rémond montre que (...)
  • 94 Sans doute depuis que Philippot Viart avait été mis hors de l’atelier.

63Pierre Rémond arriva « avec ses trois fils, sa femme et ses autres enfants et parents »93 pour « parfaire et mener à fin l’œuvre des chaires ». Le sort de Philippot Viart était donc scellé dès ce moment, même s’il n’avait pas encore été mis hors de l’atelier de l’hôtel du Haut Doyen. En janvier, Pierre Rémond, en compagnie de son fils Jean Hermen et de deux autres huchiers flamands, passa plusieurs jours « à faire le calibre pour savoir si les dossiers desdites chaires étaient de semblable mesure ». Puis en février, toujours accompagné par Jean Hermen, il fut chargé de « visiter l’ouvrage des chaires fait par Philippot Viart ». Pour ce travail, les chanoines qui avaient toute confiance en lui, lui firent donner deux gallons de vin. Dès le 1er février 1468, il prit la place de Philippot Viart et le 22 mars 1468, le receveur confirmait dans son registre de comptabilité qu’il était « à présent maître de l’œuvre des chaires94 ».

  • 95 ADSM G2503 fol.118v-119.

64Pour payer ses frais d’installation et ceux de sa « compagnie » venue avec lui de Cambrai, les chanoines distribuèrent 24 livres, ce qui était une somme importante équivalant à une centaine de jours de salaire d’un huchier qualifié. Pierre Rémond et ses trois fils reçurent en plus un poinçon de vin vermeil « afin qu’ils aient dorénavant plus grand désir pour abréger l’ouvrage des chaires95 ».

  • 96 ADSM G2503 fol.126v.

65En quelques semaines, Pierre Rémond avait donc complètement évincé Philippot Viart qui ne pouvait manquer d’en être profondément aigri. Les chanoines en étaient parfaitement conscients et le 24 janvier, lorsqu’ils avaient pris avec le lieutenant du bailli, la décision de l’expulser de l’hôtel du Haut Doyen, ils lui avaient aussi fait « défense que [lui], sa femme ou enfants ne disent ou fassent dire par autre personne aucun dire ou quelconque parole que ce soit qui tourn[ât] au préjudice des huchiers nouveaux venus audit atelier96 ».

66Deux sergents du roi avaient obligé Philippot Viart à rendre au procureur de la fabrique, « les clefs et autres, choses ouvrant dans l’atelier des stalles » et Pierre Rémond avait pu ainsi s’y installer avec sa famille et son équipe.

Le nouvel atelier

  • 97 Sur cette question, voir Ph. LARDIN, « Le chantier de la cathédrale de Rouen à la fin du XIVe siècl (...)

67Lorsque le chantier passa sous la direction de Pierre Rémond, on compta au total 19 huchiers en 1467-1468 et 22 l’année suivante. Les effectifs étaient ainsi presque doublés par rapport à l’époque de Philippot Viart et le chantier pouvait avancer plus rapidement. Progressivement en effet, les effectifs du nouvel atelier avaient augmenté et atteint 13 personnes en juillet 1468. C’était une nouvelle équipe qui s’installait dans l’hôtel du Haut Doyen. Il était, en effet, assez courant dans les professions du bâtiment, qu’un maître important (notamment un maître des œuvres de maçonnerie ou de charpenterie) amène avec lui tout son « atelier97 ». Il est donc probable que lorsque Pierre Rémond avait été engagé, il était venu non seulement avec ses fils, mais aussi avec ceux qui travaillaient avec lui à Cambrai. Seuls quelques-uns de ceux qui étaient sur le chantier avec Philippot Viart étaient restés. C’était le cas pour Jean des Mares dont on a déjà parlé et pour Jean Hermen dont la position était évidemment très particulière... La situation d’Étienne Camus est plus originale. En effet, il avait fait partie des huchiers les plus régulièrement présents du temps de Philippot Viart. Pourtant, il réussit à se faire engager par Pierre Rémond, une semaine avant la Saint-Michel 1468, ce qui s’explique sans soute par le fait qu’il avait quitté l’atelier précédent au cours de l’année 1466, avant le changement de direction et qu’il apparaissait ainsi comme un homme neuf n’ayant pas vraiment à assumer les critiques adressées aux huchiers qui travaillaient avec Philippot Viart. Par ailleurs, plusieurs ouvriers qui étaient passés sur le chantier du temps de Philippot Viart et qui en étaient partis plusieurs années auparavant, y réapparurent. Outre Jean des Mares, ce fut le cas aussi pour Étienne Lescachier, Allardin Glasset, Pierre Gamaches, Laurent Noël et peut-être pour Thierry Lallemand. Cela semble signifier que ces ouvriers avaient été exclus de l’atelier précédent, soit parce qu’ils avaient été renvoyés, soit parce qu’ils ne s’entendaient plus avec Philippot Viart. Quoi qu’il en soit, ils ne retrouvaient du travail qu’en acceptant une baisse de leurs salaires par rapport à ce qu’ils gagnaient dans l’atelier précédent. Ainsi Pierre Gamaches qui avait toujours été payé 4 sous 6 deniers, vit son salaire passer à 3 sous 9 deniers.

  • 98 ADSM G2505 fol.81.
  • 99 ADSM G2503 fol.98v.

68Pierre Rémond, lui, avait été engagé pour un salaire identique à celui de Philippot Viart, soit 5 sous 10 deniers par jour. En octobre 1468, Jean Hermen fut aussi récompensé de ses activités précédentes au service du chapitre et son salaire passa de 5 sous à 5 sous 10 deniers, ce qui faisait de lui l’égal, et parfois, le remplaçant de Pierre Rémond98. Les salaires de 5 sous par jour étaient assez rares et la plupart des ouvriers touchaient 4 sous 6 deniers ou 4 sous 2 deniers99. Le changement d’équipe représentait donc, en plus, une économie pour la fabrique de la cathédrale, car l’augmentation des effectifs était partiellement compensée par le paiement de salaires un peu moins élevés qu’aux derniers temps de l’atelier de Philippot Viart.

  • 100 ADSM G2503 fol. 104. On ne voit pas très bien quel est le temps gagné par les ouvriers à cause de c (...)
  • 101 ADSM G2505 fol.fol.83v.

69Afin d’encourager les nouveaux huchiers à « faire diligence pour asseoir les poupées des bouts », on leur compta six jours de travail au cours de la « semaine peineuse » qui précédait Pâques, mais il est probable que la durée de leur journée de travail augmenta en même temps100. Les salaires d’hiver ne furent pas remis en place bien que la fabrique ait continué à payer le vin de la Saint-Martin à la nouvelle équipe comme au temps de Philippot Viart101. De même, ces huchiers eurent droit à un versement de 15 sous au titre du mouton de l’Ascension.

Le travail des huchiers

70Dès qu’ils furent sur place, les nouveaux huchiers commencèrent à reprendre un certain nombre de pièces défectueuses. Pendant que les huchiers de l’équipe précédente qui le désiraient, notamment Philippot Viart, continuaient à faire des « poupées », eux faisaient des tenons pour les piliers montants qui, apparemment, ne s’emboîtaient pas très bien ainsi qu’un « calibre » de planches clouées servant à vérifier toutes les mesures des dossiers. En mai 1468, on acheta aussi pour Pierre Rémond une main de papier « pour faire les traits des voûtes desdites chaires ».

  • 102 ADSM G2503 fol.131v.

71Pierre Rémond était apparemment très attentif à la qualité des outils et il avait fait acheter deux nouvelles meules, ainsi qu’un seau destiné à contenir l’eau utilisée « pour tremper les pierres de grès ». Le travail avançait relativement vite. Les « poupées » des extrémités avaient été mises en place au mois d’avril et la consommation de colle obligeait les chanoines à en faire des achats réguliers. En mai 1468, l’équipe de Pierre Rémond acheva la mise en place du côté gauche des stalles et les chanoines donnèrent 30 sous aux huchiers pour les récompenser. Pour cela, ils avaient utilisé un chevron de 4,5 mètres de long et une autre pièce pour asseoir les dossiers ainsi que 8 barres de fer « à tenir le bois quand ils le couréent et aussi quand ils taillent102 ».

72On ne peut manquer de constater que le travail avait été fait rapidement ce qui signifie que les pièces préparées par l’équipe précédente n’étaient pas totalement inutilisables et qu’il fallait seulement les reprendre partiellement, notamment en les retaillant au moment de leur mise en place. L’éviction de Philippot Viart était donc certainement assez injuste et elle s’explique sans doute autant par la détérioration de ses relations avec les chanoines que par l’activité de dénigrement de Jean Hermen.

  • 103 Allardin Glasset travailla 14 heures par jour pendant la semaine du 10 au 15 octobre 1469, son fils (...)
  • 104 ADSM G2505 fol. 120.

73À l’automne 1468 pourtant, les travaux n’étaient toujours pas terminés et les chanoines étaient d’autant plus pressés d’en venir à bout qu’ils avaient lancé un nouveau chantier, celui de la réfection et de la transformation de la Tour Saint-Romain de la cathédrale. À partir du 10 octobre, comme les jours raccourcissaient, on demanda aux ouvriers de continuer à travailler « de nuit à la chandelle » (...) « après leur heure accoutumée ». Ils étaient donc payés 4 deniers par heure supplémentaire sauf Allardin Glasset qui touchait 8 deniers pour 3 heures. Les ouvriers faisaient ainsi entre 12 et 15 heures par jour103. Ces nouvelles dispositions leur permettaient d’augmenter leurs salaires, mais elles avaient aussi leurs inconvénients car lorsque les journées étaient plus courtes, les salaires baissaient en proportion. Ainsi, le 26 décembre, les ouvriers ne furent payés que pour 3 heures de travail alors que généralement, les « demi-jours » équivalaient à 60 % du salaire journalier. La même pratique s’appliquait également à ceux qui manquaient le travail pendant quelques heures et qui voyaient alors leur salaire sensiblement réduit. Ce système s’arrêta toutefois au milieu du mois de janvier 1469 et les salaires à la journée furent alors rétablis. Pour finir plus vite, il fallait faire venir autant d’ouvriers qualifiés que possible et en décembre l’un des huchiers, nommé Triboullet, fut envoyé à Abbeville pour porter des lettres à Guérard le Jeune et Hennequin d’Anvers « afin qu’ils vinssent ouvrer en l’ouvrage des chaires » car on comptait sur eux pour faire les images des bouts des stalles104.

  • 105 ADSM G2138 fol.37v.

74En fait, l’installation du côté gauche des stalles n’était pas complètement au point et, à la fin du mois de novembre, il fallut utiliser des clous pour les « faire tenir debout ». L’installation de ces nouvelles stalles nécessitait aussi un certain nombre d’aménagements dans le chœur. À la fin du mois de mars 1469, il fut décidé de libérer la chapelle Sainte-Marie afin d’accélérer la mise en place des stalles105. Les huchiers placèrent encore 13 dossiers du côté gauche et pour les récompenser les chanoines leur donnèrent 5 sous 4 deniers. On acheta aussi à Pierre Rémond et Jean Hermen 6 aunes de drap gris pour faire deux robes « afin qu’ils fissent l’ouvrage plus diligemment » car on souhaitait pouvoir utiliser les nouvelles stalles à Pâques.

  • 106 On remarquera qu’au bout de 12 années de chantier, ce qui était donné « par manière de don » était (...)
  • 107 ADSM G2505 fol. 102v.

75Cela ne put pas se faire et la première partie du travail ne fut achevée que dans la semaine du 1er mai. Les chanoines n’en tinrent pourtant pas rigueur aux huchiers et, au lieu de leur donner 15 sous au titre du mouton de l’Ascension « ainsi que d’ancienneté est accoutumé106 », ils offrirent à tous ceux qu’ils appelaient désormais les « chairiers » le 9 mai 1469 à midi, un vrai repas auquel participèrent également le garde du tronc et Guillaume Pontis, le maître des œuvres de maçonnerie de la cathédrale107. Ce repas qui coûta 102 sous 4 deniers, était une fois de plus destiné à « donner envie aux huchiers de faire plus grande diligence » pour terminer leur ouvrage.

  • 108 ADSM G2505 fol.80.
  • 109 ADSM G2505 fol. 129-v.

76En avril-mai 1469, des plâtriers avaient été engagés pour « hausser les murs derrière les dossiers des stalles entre les piliers à l’endroit du cadran (de l’horloge)108 ». Dans les mois qui suivirent, les sculpteurs achevèrent les poupées de certains piliers, des feuilles à placer dans les crêtes des dossiers et les moulures de six branches du « pinacle » des dossiers. Un certain nombre de « croches » avaient déjà été faites et Gillet du Chastel qui avait aussi travaillé sur le chantier de la chaire archiépiscopale, livra « 11 images de bois pour servir aux dites croches », c’est-à-dire pour les placer dans des « tabernacles » situés « au retour des dites chaires ». En juillet, un habitant de la paroisse Saint-Eloi de Rouen retourna à Abbeville pour essayer de faire venir Hennequin d’Anvers et Guérard le Jeune, mais il n’eut pas plus de succès que son prédécesseur puisque ces deux ouvriers n’étaient toujours pas présents à la Saint-Michel 1469109.

  • 110 ADSM G2505 fol. 103-v.
  • 111 ADSM G2505 fol. 126.
  • 112 ADSM G2138 fol.52v.
  • 113 ADSM G2138 fol. 160v.
  • 114 ADSM G2138 fol.170v et 171 « nec plus manteneantur consideratur per fabrica non est potens ad solve (...)
  • 115 ADSM G2138 fol. 174.

77Pendant que les sculpteurs effectuaient ces dernières mises au point, les huchiers avaient commencé en juin à mettre en place les stalles du côté droit du chœur. Ils en avaient pris les mesures à l’aide de planches clouées, puis ils avaient mis en place quatre piliers montants qu’ils assemblèrent avec les « frontaux »110, ce qui valut à Pierre Rémond et Jean Hermen de recevoir un poinçon de vin vermeil du cru de Mantes. On acheta aussi des bors d’Illande pour faire les moules dont on se servirait pour vérifier les mesures des chaires111. Pourtant, la mise en place définitive des stalles n’eut pas lieu aussi vite que les chanoines le souhaitaient. En mars 1470, l’ensemble du côté droit n’était toujours pas achevé112 et il restait bien des finitions à réaliser. Le mécontentement des chanoines se fit d’ailleurs sentir lors de la délibération du 3 novembre suivant. Ils estimèrent en effet que les huchiers négligeaient leur tâche et qu’il leur fallait accélérer la mise en place des « croches ». Pour cela, Guillaume du Désert et Laurent Surreau avaient tout pouvoir de les licencier et de les remplacer par d’autres qui accepteraient de faire ce travail113. C’est ce qui se produisit effectivement. En janvier 1471, il fut décidé de licencier dans les huit jours un certain nombre de huchiers et de n’en garder que quelques-uns considérés comme « suffisants ». Pierre Rémond et ses compagnons furent donc renvoyés le 4 janvier parce que, selon la fabrique, on ne pouvait pas les garder faute d’argent114. Le 21 janvier suivant, on paya les ouvriers qui avaient fait les dernières croches. Apparemment, le chantier des stalles était enfin terminé115.

78Ainsi, Pierre Rémond, dont la tâche consistait essentiellement à reprendre les pièces de bois laissées par son prédécesseur, n’avait pas été beaucoup plus rapide que lui et si, dans un premier temps, il avait donné satisfaction aux chanoines, ceux-ci s’étaient vite rendu compte qu’il n’était pas très différent de celui qu’il avait remplacé. Leur fermeté s’expliquait par le fait que l’essentiel du travail était fait et qu’il ne restait plus que des aménagements de détail qui pourraient être faits ultérieurement. Elle était également due à la brusque croissance des dépenses de la fabrique depuis que le chantier de la tour Saint-Romain avait été lancé.

3 / Le chantier de Laurent Adam

Des débuts difficiles

  • 116 ADSM G2492 fol.31.
  • 117 « ditior, plenior et excellentior quam fieri possit ». ADSM G 2135 fol.
  • 118 ADSM G2493 fol.58.

79Quand en 1466, le chantier des stalles sembla sur le point de s’achever, les chanoines se rappelèrent qu’ils devaient aussi refaire la chaire archiépiscopale. Le 16 juillet 1458 dans l’après-midi, le doyen, le chantre, et les maîtres de l’œuvre avaient eu une entrevue avec Philippot Viart sur le fait de savoir « comment on pourrait ouvrer en la chaire de Monseigneur de Rouen116 » et en décembre 1459, les chanoines avaient décidé de lancer ce chantier supplémentaire afin d’avoir une nouvelle chaire qui fût « aussi riche, aussi complète et aussi belle que possible117 », puisqu’elle devait être partiellement payée par Monseigneur Guillaume d’Estouteville. Dans un premier temps pourtant, on s’était contenté de la remettre en état et de l’améliorer. En décembre 1459, un des huchiers du chantier des stalles, Jean le Fiselier, travailla pendant quatre jours des pièces de bois pour en refaire les piliers118 mais ce n’est qu’en 1466 que Laurent Adam prit effectivement la direction de ce nouveau chantier.

  • 119 ADSMG2501 fol.96v.
  • 120 ADSM G2501 fol.88. Cf plus haut.

80En effet, cet « ouvrier en hucherie », qui était peut-être celui que les chanoines avaient tenté d’engager une dizaine d’années auparavant, travaillait alors à Auxerre. Il était venu vers le mois de janvier 1466 à Rouen et avait passé un mois à « faire le patron de la chaire en un parchemin et aussi les traits, et lever les moules de ladite chaire ». Toutefois, il devait finir le travail qu’il avait entrepris à Auxerre et les chanoines qui lui avaient payé plus de 9 livres d’avance, l’obligèrent à s’engager, devant le tabellion du roi à Rouen, à revenir aussitôt que possible pour « achever » - c’est-à-dire, en fait, pour lancer - l’ouvrage qu’il venait d’accepter119. Au mois de mai suivant, Laurent Adam participa à la visite générale de l’atelier des stalles dirigé par Philippot Viart et, à cette occasion, tous les spécialistes réunis là discutèrent de la manière de construire la chaire épiscopale120.

  • 121 ADSM G2501 fol.95v et 96v. Ce bois fut ensuite préparé par des scieurs. Fol.96.
  • 122 ADSM G2501 fol.41v.

81C’est au lendemain de cette discussion que les travaux commencèrent effectivement. Pour cela, on fit vider la loge des maçons pour y entreposer le bois. C’est là, en effet, que les huchiers travailleraient puisque les travaux de maçonnerie étaient, à ce moment, très limités. En dehors des huchiers, il n’y avait que cinq personnes sur le chantier de la cathédrale et on leur donna 5 deniers chacun pour ne pas prendre leur heure de repos du samedi matin et faire ce travail de manutention « pour cause de la grande nécessité et hativeté ». Ensuite, deux charretiers firent une douzaine de voyages pour amener dans cette loge du bois pris dans l’hôtel du Haut Doyen121. Ainsi, les huchiers pourraient commencer à travailler dès le lundi suivant122.

  • 123 ADSM G2501 fol.96.
  • 124 ADSM G2501 fol. 105. Par la suite, la cloison fut percée par une porte maintenue par 4 couples de f (...)

82Dans les jours qui suivirent, les moules de hêtre destinés à permettre aux huchiers de tailler les différentes pièces de bois avec précision furent faits par des scieurs à partir de trente grosses pièces de bois de hêtre. On fit également provision de colle pour les différentes tâches à accomplir et on acheta une meule de grès « pour servir aux dits ouvriers123 ». Enfin, en juin 1466, une cloison fut mise en place en une heure par les maçons et les huchiers « pour clore autour de l’atelier de ladite chaire afin que les gens ne vinssent muser et regarder au dit atelier124 ».

Un atelier « classique »

  • 125 ADSM G2501 fol.83-v.
  • 126 ADSM G2501 fol.97 et fol.99v

83La tournée de Guillaume Basset du mois de janvier précédent avait pour but de recruter des huchiers, non seulement pour le chantier des stalles, mais aussi pour celui de la chaire archiépiscopale. C’est pourquoi Laurent Adam l’avait accompagné125. Il avait sans doute réussi à faire venir le Flamand Gillet du Chastel, qualifié de « tailleur en meneurie de bois » qui arriva à Rouen en juin 1466 et Jacquet Thouroulde qualifié, lui, de « tailleur d’image et de feuille de maçonnerie » qui livra, à la fin du mois d’août deux branches et un épi de pierre qui devaient être intégrés à l’ensemble de bois126.

  • 127 Il travaillait d’ailleurs aussi à son compte et s’était absenté pendant 18 jours aux cours des mois (...)

84Pourtant, l’atelier qui se mit en place au mois de mai 1466 était peu nombreux. En dehors de Laurent Adam qui, comme Philippot Viart recevait 5 sous 10 deniers par jour, on ne trouvait là que Guillaume Basset et trois autres huchiers qui arrivèrent dans les jours qui suivirent. Pendant toute la durée de la préparation de cette nouvelle chaire, les effectifs de l’atelier oscillèrent entre 6 et 10 huchiers et, en dehors du responsable Laurent Adam, seuls deux d’entre eux furent présents pendant la plus grande partie des travaux. Certains travaillaient aussi sur le chantier des stalles et ne firent donc que de brèves apparitions. Ce fut le cas pour le fils de Pierre Rémond, Marquet qui vint travailler à la chaire archiépiscopale pendant 27 jours en 1468 et pour Jean Hermen qui travailla aussi bien pour Philippot Viart que pour Pierre Rémond ou Laurent Adam127.

  • 128 ADSM G2502 fol.40 et fol.42. Le scribe a écrit feuilles « de maçonnerie » mais il s’agit évidemment (...)
  • 129 ADSM G2503 fol.17v.

85Au printemps de 1467, alors que l’agitation était grande dans le chœur où on essayait de mettre en place les nouvelles stalles, les huchiers du chantier de la chaire archiépiscopale continuèrent à travailler comme l’année précédente. Gillet du Chastel, qualifié d’« ouvrier en représentations d’images et de feuilles128 » poursuivit son activité qui était sans doute la plus importante pour cet atelier. Il travaillait sans doute à partir d’un patron fait par le peintre flamand Hanse Boisel, qui contenait « plusieurs histoires pour servir aux entreclos, dossiers et accoudoirs129. Ce dernier travaillait, lui, à partir de dessins réalisés par Laurent Adam sur une main de papier qu’on venait de lui acheter.

  • 130 ADSM G2502 fol.4, (7 juin 1467).

86C’est à cette date que le chanoine Guillaume Auber qui était également trésorier de l’archevêque fit verser à la fabrique de la cathédrale la somme de 150 livres « pour tourner et convertir à l’ouvrage de la chaire archiépiscopale de Monseigneur le cardinal étant faite par son ordonnance130 ».

  • 131 ADSM G2503 fol. 128. Par la même occasion, il est payé « pour appareiller le lutrin de la chapelle (...)
  • 132 ADSM G2503 fol. 131 v.

87En février 1468, on acheta une pièce de bois à un « ouvrier en seille » pour faire la sellette (la miséricorde) de la chaire et en mars, Guillaume Basset passa quatre jours à « appareiller le bois pour faire image pour la chaire de Monseigneur », ce qui signifie sans doute qu’il prépara la pièce de bois destinée aux huchiers-sculpteurs131. En mai, un nouveau huchier fut engagé pour « faire feuilles en une crête » sans doute dans la partie supérieure. Une partie de ces travaux fut réalisée en bois d’Illande, c’est-à-dire en bois dur qui ne risquait pas de se déformer132.

  • 133 ADSM G2503 fol.
  • 134 ADSM G2505 fol.80.
  • 135 ADSM G2138 fol.122v.
  • 136 II est qualifié de « compositor cathedrae archiepiscoliae ». ADSM G2138 fol.126 et 141v.

88À la fin du mois de mai, sans qu’il soit officiellement question du mouton de l’Ascension qu’avaient réclamé les huchiers dirigés par Philippot Viart, les responsables de la fabrique donnèrent aux ouvriers de Laurent Adam 6 sous 3 deniers « afin qu’ils aient le temps avenir plus grand désir de besogner audit ouvrage ». La mise en place avait certainement commencé puisque plus de 400 noues de morues avaient été achetées pour faire de la colle et en septembre suivant, on paya un certain nombre de clous livrés par Pierre Prière133. C’est à la fin du mois d’avril 1469 que la chaire fut enfin mise en place et des plâtriers se chargèrent de stabiliser le sol, sans doute en rétablissant un pavage134. Les derniers travaux de sculpture se poursuivirent jusqu’en septembre et, comme pour le chantier des stalles, on ignore tout de l’achèvement du chantier. Celui-ci dura pourtant encore plus d’un an puisque c’est le 29 mai 1470 que les chanoines estimèrent que le travail était terminé et que les huchiers pouvaient être libérés, du fait des autres dépenses de la fabrique135. Laurent Adam acheva donc seul ce travail et le 25 août suivant, le chapitre décida de lui donner une gratification de « 3 ou 4 écus »136.

89Ainsi, ce chantier n’avait pas connu autant de difficultés que celui des stalles. Il est certain que l’ampleur de la tâche n’était pas la même et que, bien qu’elle n’ait pas disparu, la pénurie de main-d’œuvre était moins criante que pendant les années précédentes. L’efficacité de Laurent Adam semble quand même indiscutable et elle explique sans doute l’avancement assez régulier du travail.

***

90Ainsi, on le voit, la période pendant laquelle les huchiers furent engagés à Rouen pour la construction des stalles du chœur et de la chaire archiépiscopale leur était assez favorable puisque l’offre de travail était importante alors même que les effectifs d’ouvriers spécialisés étaient encore relativement faibles. Ils en tirèrent un certain nombre d’avantages, dont le plus important fut certainement le fait d’être logés à Rouen. Quand la pénurie de main-d’œuvre qualifiée se réduisit vers 1466, les chanoines se firent plus exigeants et ils en profitèrent pour remplacer Philippot Viart par Pierre Rémond, mais ils durent, pour cela, offrir à ce dernier un certain nombre de cadeaux et d’avantages matériels qui prouvent qu’il avait sans doute la possibilité d’aller travailler ailleurs. De même, l’engagement devant tabellion de Laurent Adam montre que les chanoines savaient qu’il pouvait avoir d’autres propositions plus intéressantes et qu’il ne fallait pas lui laisser la possibilité de les accepter.

91À travers les registres de comptabilités, on peut voir fonctionner un atelier assez long dans lequel les ouvriers les plus stables pouvaient améliorer leur sort, notamment en profitant des avantages que représentaient pour eux les salaires à la journée par rapport aux travaux payés à la tâche. De ce point de vue, ce chantier se rapproche des autres chantiers du bâtiment de la même époque, que ce soit dans la maçonnerie ou dans la charpenterie. La construction des stalles de la cathédrale qui, pendant quatorze ans, représenta entre un tiers et les deux cinquièmes des dépenses de la fabrique de la cathédrale eut évidemment des aspects artistiques. Malheureusement, les comptabilités qui ne donnent que des noms de statues ou de sculpteurs, ne permettent pas de bien les décrire. On constate seulement, une fois de plus, que les commanditaires, pas plus que les responsables des différents chantiers, ne séparaient pas totalement les artistes des artisans. Seuls, les sculpteurs payés à la tâche, sont mentionnés à part, mais, on l’a vu, ils préféraient parfois entrer dans l’atelier et se mêler aux autres ouvriers.

Doc No 1 : Les ouvriers du chantier des stalles de la cathédrale de Rouen

1 / Sous la direction de Philippot Viart :

1 / Sous la direction de Philippot Viart :

2 / Sous la direction de Pierre Rémond

Nombre de jours de travail par an

1467-1468

1468-1469

Total

Moyenne annuelle

Pierre Rémond

170

241,5

411,5

206

Jean Hermen

162

254,5

416,5

208

Marquet Rémond

162,5

223,5

386

193

Hotin Rémond

162,5

198,5

361

180,5

Lescachier

149

239,5

388,5

194

Jean des Mares

141,5

220

361,5

181

Guillemet Guistre

162,5

175

337,5

169

Allardin Glasset

114

247

361

180,5

Simon le Coq

47,5

75

122,5

61

Nicolas le Couturier

136

17

153

76,5

Jean le Revendeur

135,5

221,5

357

178,5

Emoulet Marquet

131,5

248

379,5

190

Perrotin Passet

25,5

25,5

25,5

Henequin d’Anvers

38

38

38

Triboullet

46

242,5

288,5

144

Guerard le Jeune

11

11

11

Jehannin Glasset

9

246,5

254,5

127

Etiennot le Camus

3,5

243

246,5

123

Jean le Brun

1,5

156

157,5

79

Laurent Noël

222

222

222

Thierry Lallemand

225,5

225,5

225,5

Pierre Gamaches

131

131

131

Millet

52,5

52,5

52,5

Alliot

43,5

43,5

43,5

Hanse Seppe

6

6

6

Nombre de journées de travail dans l’année

1809

3929,5

5738,5

2869

3 / Le chantier de la chaire archiépiscopale

3 / Le chantier de la chaire archiépiscopale

Doc. No2 : Salaires journalier des huchiers des ateliers des stalles

Doc. No3 : Dépenses occasionnées par le chantier des stalles

Année

Stalles

Chaire de l’archevêque

Dépenses totales de la fabrique

% Dépenses de hucherie / Dépenses totales

1457-58

431 £ 7s

1329 £ 7s 2d

32,4

1459-60

521 £ 11 s 4d

1232 £ 15s 7d

42,3

1460-61

464 £ 2s 4d

1316 £ 4s 3d

35,2

1461-62

623 £ 1s 4d

1369 £ 11s 11d ob.

45,5

1462-63

6I8 £ 10s 5d

1801 £ 15s 10d

34,3

1463-64

524 £ 9s 2d

1574 £ 17s ob.

33,3

1464-65

479 £ 18s 6d

1570 £ 17s 1d

30,5

1465-66

693 £ 9s 9d

110 £ 13s 6d

2155 £ 7d

34.8

1466-67

530 £ 5s 2d

128 £ 8s 6d

1449 £ 19s 7d

45.4

1467-68

618 £ 8s 6d

256 £ 8s

3571 £ 19s 3d

24,5

1468-69

980 £ 8s 11d

216 £ 15s 10d

3699 £ 17s 8d ob.

32,4

TOTAL

6485 £ 12 s 5d

712 £ 5s 10d

18917 £ 6 s ob

38

Notes

1 Les Stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, 1838.

2 « Le rôle joué par les chanoines des chapitres cathédraux dans la construction et la conservation de leurs stalles à partir de l’exemple de la cathédrale de Rouen » Actes du XXXIe Congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Chapitres et cathédrales en Normandie, (Bayeux, 16-20 octobre 1996), Annales de Normandie, série des Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, vol. 2, Caen, Musée de Normandie, 1997, p. 479-490.

3 Quelques extraits de la comptabilité de la fabrique ont été publiés dans La cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, dir. J.-P. CHALINE, Rouen, 1996, p. 95-100.

4 ADSM G 2487 Fol.51v.

5 ADSM G 2489 fol.8.

6 ADSM G 2134 fol.9, 6 septembre 1449. Cet ouvrier est qualifié d’« operarius excellentissimus cathedrarum ecclesiae ».

7 ADSM G 2134 fol.98v et fol.99. À cette date, un écu valait 30 sous.

8 Son décès est indiqué dans la délibération du 21 janvier 1452. ADSM G 2134 fol. 152v.

9 ADSM G2134 fol.238v.

10 ADSM G2134 fol.257v

11 ADSM G2134 fol.257.

12 ADSM G 2134 fol.273-v.

13 ADSM G 2135 fol.13v et 39v. Délibération du 19 août 1454.

14 ADSM G 2135 fol.43.

15 ADSM G 2135 fol.48.

16 ADSM G 2135 fol.58v.

17 ADSM G 2135 fol.63.

18 Il s’agissait peut-être de Laurent Adam. Voir plus bas.

19 ADSM G2135.

20 Ch. OUIN-LACROIX, Histoire des anciennes corporations d’arts et de métiers et des confréries religieuses de la capitale de Normandie, Rouen, 1850, p. 645, articles 5 et 9.

21 Au cours du XVe siècle, une évolution aboutit à la séparation des deux activités. Les huchiers « classiques » furent appelés menuisiers et les artistes conservèrent le titre de huchier, avant de devenir des ébénistes. Ph. LARDIN, Les chantiers du bâtiment en Normandie orientale (XIV-XVIe siècles) : les matériaux et les hommes, Presses universitaires du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 1998, p. 457-470.

22 ADSM 2E1/169 fol.122v.

23 ADSM G2134 fol.281.

24 ADSM G2135 fol.270v.

25 ADSM G2135 fol.271.

26 ADSM G2494 fol.57v.

27 Près de Saint-Paul, diocèse de Beauvais.

28 ADSM G2501 fol.83-v. La décision avait été prise lors de la réunion capitulaire du 15 novembre 1465. ADSM G2137 fol. 15.

29 G 2135 fol.270v.

30 Il y avait aussi un louage devant l’hôtel où était installé un fripier. Ibid., fol.271.

31 Rien ne permet, néanmoins, d’affirmer qu’ils étaient engagés dans un quelconque tour de l’Occident à des fins professionnelles.

32 Il semble bien pourtant que ce soit lui, car il est revenu ensuite dans l’atelier de Pierre Rémond.

33 G2492 fol.29v. Ils reçurent pour leur peine un écu de 30 sous.

34 ADSM G2492 fol. 30.

35 ADSM G2493 fol.47.

36 ADSM G2493 Fol.55v.

37 ADSM G2493 fol.48v.

38 ADSM G2493 fol.50. Pour la construction de ces armoires, il fallut aussi acheter des clous de 20 et de 6 livres, (c’est-à-dire dont le millier pesait 20 ou 6 livres-poids, ainsi que des clous à « fermes ». Ibid. fol.61 v.

39 ADSM G2493 fol.52. Le bois de chêne utilisé avait été pris dans la réserve de la fabrique de la cathédrale située dans la cour d’Albane. L’armoire avait deux « huisseries ». Elle fut mise en place au début du mois d’avril.

40 ADSM G2496 fol.55v.

41 ADSM G2496 fol.61.

42 ADSM G2492 fol.28v et sqq.

43 ADSM G2492 fol.31v.

44 ADSM G2496 fol.64v.

45 ADSM G2497 fol.72 à 98v.

46 ADSM G2135 fol.63.

47 Le texte du règlement des maçons a été publié presque entièrement par Ch. de Beaurepaire, « Recherches sur les horloges et les horlogers de la ville de Rouen », Bulletin de la Commission des Antiquités de la Seine-Inférieure, T. 8, 1888-1890, p. 472-526 et en totalité par E. LEFÈBVRE, dans La cathédrale de Rouen, seize siècles d’histoire, (Dir. J.-P. CHALINE), Rouen, 1996, p. 79-81. On en trouvera un commentaire détaillé dans Ph. LARDIN, « Les rythmes du travail à Rouen à la fin du Moyen Age : l’exemple du bâtiment », Colloque de Lyon-Centre Pierre Léon, (avril 2000), à paraître.

48 ADSM G2492 fol.30v.

49 ADSM G2493 fol.47v.

50 ADSM G2497 fol.83v-84.

51 ADSM G2497 fol.71 à 91v.

52 ADSM G2499 fol.70v.

53 ADSM G2499 fol.76.

54 ADSM G2499 fol.71v.

55 ADSM G2499 fol.79v.

56 ADSM G2500 bis fol.70 et fol.72. Les problèmes continuèrent d’ailleurs et, en janvier 1466, une autre sellette du chœur dut être réparée à l’aide de clous. ADSM G2501 fol.83.

57 ADSM G2500 bis fol.71.

58 ADSM G2500 bis fol.79v.

59 ADSM G2137 fol.28v.

60 ADSM G2501 fol.87v.

61 ADSM G2501 fol.88.

62 Sur cette question, voir O. THOREL, « Le “bord d’Illande” à la cathédrale d’Amiens », Bulletin trimestriel de la Société des Antiquaires de Picardie, 1915, p. 53-79. Cette méthode est encore employée de nos jours sous le nom de débit sur quartier. Voir Y. GASC, R. DELPORTE, Y. PRALY, Les charpentes en bois, Paris, 1983, p. 39 fig. 9. On trouvait aussi des bors de Flandres et d’autres de Hollande, ce qui signifie qu’elles venaient certainement de Prusse ou de Scandinavie en passant par Bruges. M. MOLLAT, « Les constructions navales à Dieppe », Bulletin philologique et historique du C.T.H.S., (1966), Paris, 1968. p. 131-141.

63 ADSM G2501 fol.88-v. Ce bois arrivait par la Seine et il fallait l’amener depuis les quais.

64 C’était la pause qui correspondait au « vin de none » que prenaient les maçons, vers quatre heure de l’après-midi, entre Pâques et la Saint-Michel.

65 ADSM G2501 fol 90-v.

66 ADSM G2502 fol.52.

67 ADSM G2502 fol.52v. Allardin Glasset devait de l’argent en arriérés de rente à la fabrique, mais il prétendait que son travail ne lui avait pas été payé pour procéder au remboursement de ses dettes. (ADSM G2504 fol. 12v et 19.)

68 ADSM G2137 fol.69v-70 et G2502 fol 32 (en bas de la page).

69 ADSM G2501 fol.93.

70 ADSM G2502 fol.28v. Voir plus bas.

71 ADSM G2502 fol.fol.34v.

72 ADSM G2501 fol. 101 v.

73 ADSM G2137 fol.106v. Les chanoines voulaient que la mise en place de la plateforme commençât avant le lundi suivant Quasimodo.

74 La décision de faire une clôture dans l’église pendant qu’on installerait les stalles avait été prise lors des délibérations capitulaires du 26 août 1466. ADSM G2437 fol.50.

75 ADSM G2502 fol.34.

76 ADSM G2502 fol.35.

77 ADSM G2502 fol.34 et 36v.

78 ADSM G2503 fol. 16. Peut-être s’agissait-il du tissu destiné à son fils.

79 ADSM G2502 fol.37.

80 ADSM G2503 fol.44v.

81 ADSM G2504 fol. 10. Il laissait à sa veuve qui n’avait « guère de biens » (...) « grande charge de filles à marier et d’enfants ». C’est pourquoi les chanoines renoncèrent à lui réclamer les arriérés de loyer sur son hôtel (fol.20) mais elle dut jurer que la somme de 60 sous que son mari leur devait avaient été « défalquée sur certains ouvrages » (fol.23).

82 ADSM G2137 fol.150v.

83 ADSM G2137 fol.159.

84 ADSM G2503 fol.96v.

85 ADSM G2137 fol.159.

86 ADSM G2137 fol.165v.

87 ADSM G2137 fol.167v. Deux jours plus tôt, il avait été décidé de montrer à des experts le travail effectué, en présence des chanoines Guillaume du Désert et Guillaume Auber.

88 Les chanoines offrirent ensuite au lieutenant du bailli un dîner (c’est-à-dire le repas de midi) composé de pain et de vin dans l’auberge de la Coupe, proche de la cathédrale.

89 ADSM G2503 fol.126v.

90 ADSM 2E1/229, 7 novembre 1500. Philippot Viart avait acheté ces terres en mai et juin 1463, au moment où les chanoines commençaient à manifester leur impatience. ADSM 2E1/192, 19 mai et 3 juin 1463. Dans l’acte de 1500, Jaquet rappelle que son père était huchier, ce qui montre qu’il n’avait pas quitté le métier et que sa réputation n’avait pas été totalement ruinée.

91 ADSM G2503 fol. 116. Il touche pour cela un florin du Rhin valant 27 sous 6 deniers.

92 ADSMG2503 fol. 117v.

93 L’ordre employé par le receveur pour classer les membres de la famille de Pierre Rémond montre que ses trois fils étaient aussi huchiers et qu’ils allaient travailler avec lui.

94 Sans doute depuis que Philippot Viart avait été mis hors de l’atelier.

95 ADSM G2503 fol.118v-119.

96 ADSM G2503 fol.126v.

97 Sur cette question, voir Ph. LARDIN, « Le chantier de la cathédrale de Rouen à la fin du XIVe siècle à partir du premier compte de la fabrique (1383-1387) », XVIe centenaire de la cathédrale de Rouen, (Rouen. 5-7 décembre 1996), sous presse.

98 ADSM G2505 fol.81.

99 ADSM G2503 fol.98v.

100 ADSM G2503 fol. 104. On ne voit pas très bien quel est le temps gagné par les ouvriers à cause de cette décision des maîtres de l’œuvre puisque cette semaine était généralement considérée comme « complète ».

101 ADSM G2505 fol.fol.83v.

102 ADSM G2503 fol.131v.

103 Allardin Glasset travailla 14 heures par jour pendant la semaine du 10 au 15 octobre 1469, son fils Jehannin en fit 12 et les autres huchiers 15. La durée accoutumée du travail en cette période de l’année était de 11 heures. Voir Ph. LARDIN, op. cit. note 47.

104 ADSM G2505 fol. 120.

105 ADSM G2138 fol.37v.

106 On remarquera qu’au bout de 12 années de chantier, ce qui était donné « par manière de don » était finalement devenu une coutume.

107 ADSM G2505 fol. 102v.

108 ADSM G2505 fol.80.

109 ADSM G2505 fol. 129-v.

110 ADSM G2505 fol. 103-v.

111 ADSM G2505 fol. 126.

112 ADSM G2138 fol.52v.

113 ADSM G2138 fol. 160v.

114 ADSM G2138 fol.170v et 171 « nec plus manteneantur consideratur per fabrica non est potens ad solvendam quia est carens pecuniam ». Cette décision était prise à cause des dépenses importantes supportées par la fabrique.

115 ADSM G2138 fol. 174.

116 ADSM G2492 fol.31.

117 « ditior, plenior et excellentior quam fieri possit ». ADSM G 2135 fol.

118 ADSM G2493 fol.58.

119 ADSMG2501 fol.96v.

120 ADSM G2501 fol.88. Cf plus haut.

121 ADSM G2501 fol.95v et 96v. Ce bois fut ensuite préparé par des scieurs. Fol.96.

122 ADSM G2501 fol.41v.

123 ADSM G2501 fol.96.

124 ADSM G2501 fol. 105. Par la suite, la cloison fut percée par une porte maintenue par 4 couples de fer. ADSM G2503 fol.132.

125 ADSM G2501 fol.83-v.

126 ADSM G2501 fol.97 et fol.99v

127 Il travaillait d’ailleurs aussi à son compte et s’était absenté pendant 18 jours aux cours des mois d’octobre et novembre 1467 parce qu’il était allé travailler à la forteresse du Pont de Seine où logeait le bailli de Rouen. Il y avait refait des fenêtres, des portes, plusieurs tables et des « pentures mortaisées (...) pour pendre harnais et armures » et avait ainsi touché une somme quatre fois supérieure à ce qu’aurait été son salaire sur le chantier des stalles. ADSM G2501 fol.74v ; G2502 fol.41 ; G2503 fol. 113 ; AMR Y29, T.V, No 31, quittance du 18 novembre 1467.

128 ADSM G2502 fol.40 et fol.42. Le scribe a écrit feuilles « de maçonnerie » mais il s’agit évidemment de « meneurie » c’est-à-dire de travail du bois.

129 ADSM G2503 fol.17v.

130 ADSM G2502 fol.4, (7 juin 1467).

131 ADSM G2503 fol. 128. Par la même occasion, il est payé « pour appareiller le lutrin de la chapelle Notre-Dame ».

132 ADSM G2503 fol. 131 v.

133 ADSM G2503 fol.

134 ADSM G2505 fol.80.

135 ADSM G2138 fol.122v.

136 II est qualifié de « compositor cathedrae archiepiscoliae ». ADSM G2138 fol.126 et 141v.

Table des illustrations

Titre 1 / Sous la direction de Philippot Viart :
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7426/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Titre Récapitulation
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7426/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre 3 / Le chantier de la chaire archiépiscopale
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7426/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7426/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 148k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.