Version classiqueVersion mobile

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Quelques aspects de l'histoire des stalles de la cathédrale de Rouen

Les Chanoines de la Cathédrale de Rouen au XVe siècle

Kristiane Lemé

Texte intégral

1Rouen est à la fois le chef-lieu du diocèse et celui d’une province ecclésiastique qui compte six autres diocèses : Bayeux, Lisieux, Evreux, Sées, Coutances et Avranches. Si chaque diocèse possède sa propre cathédrale et son chapitre de chanoines, la cathédrale de Rouen est en outre celle de la métropole et le chapitre rouennais est le plus important de la province ecclésiastique. Le diocèse de Rouen est très étendu : bordé par la Manche à l’ouest, il comprend l’actuel département de Seine-Maritime, une partie de l’Eure (au nord de la Seine), de l’Oise (au sud) ainsi que des actuels Hauts-de-Seine et Yvelines : Pontoise et Meulan font partie du diocèse de Rouen. Mais, au moment où les chanoines de la cathédrale se préoccupent de la construction de l’ensemble de stalles qui meuble encore aujourd’hui le chœur de Notre-Dame de Rouen, ce diocèse, très riche, sort tout juste d’une longue période de troubles divers liés à la guerre de Cent Ans. La ville de Rouen fut particulièrement touchée pendant la première moitié du XVe siècle alors que les débuts de la guerre ne l’avaient atteinte que de façon indirecte.

Contexte historique

2En effet, pendant les débuts de la guerre, à la fin du XIVe siècle, Rouen n’a pas été menacée directement, la ville n’a pas subi de siège, mais, comme toutes les autres villes de Normandie, elle a eu des impôts assez lourds à payer et, surtout, a subi le contrecoup économique de la situation de guerre. La Seine, si importante pour le commerce, est tenue par les Anglais et Rouen a rencontré des difficultés dans les activités commerciales, ce qui tend à appauvrir la ville.

3La fin du XIVe siècle voit la situation s’améliorer quelque peu, les périodes de trêve permettent une relative reprise du commerce et Rouen renoue avec ses activités d’échanges. Mais la lutte entre les rois anglais et français s’intensifie au début du XVe siècle et en 1411 Henri IV bloque à nouveau la circulation sur la Seine, rendant impossibles les échanges commerciaux.

4Peu après, la lutte reprend ouvertement entre Henri V et Charles VI. La prise d’Harfleur (1415) et surtout la défaite écrasante d’Azincourt, le 25 octobre 1415, marquent le début de la conquête de la Normandie par les Anglais, qui, dès l’été 1419, mettent le siège devant la ville de Rouen. Réduite à la famine, après un sévère siège de six mois, Rouen est contrainte à négocier avec le roi anglais, et la ville se rend le 18 janvier 1419. Les conditions de cette reddition sont très dures pour la ville et ses habitants qui doivent verser une rançon de 300 000 écus d’or. En revanche, ceux qui acceptent de devenir les fidèles sujets du roi anglais peuvent conserver leurs richesses et la ville elle-même garde ses privilèges et franchises.

5Rouen devient donc une ville anglaise, dans une Normandie anglaise, et le reste pendant une trentaine d’années, jusqu’à la bataille de Formigny, en 1450. La situation de la ville évolue pendant l’occupation anglaise. A quelques années très difficiles en raison de la lourdeur de la rançon à verser et d’une crise monétaire, succède une période où le commerce et l’économie en général se développent à nouveau et, dès 1425, la ville connaît un accroissement de ses activités commerciales, en retrouvant ses marchés traditionnels, les Flandres, l’Ile-de-France, et l’Angleterre. Cette reprise économique est à mettre en partie au crédit du duc de Bedford, qui assure la régence au nom du jeune Henri VI. Le duc a compris que l’insécurité était néfaste pour les activités économiques et a tout fait pour restaurer la confiance et développer les activités.

  • 1 Pour le rôle des chanoines dans la réalisation de l’ensemble de stalles, on se référera à K. Lemé, (...)

6La Normandie et la ville de Rouen connaissent à nouveau une période de difficultés économiques après la mort de Bedford et le traité d’Arras, en 1435 : Charles VII et Philippe le Bon se réconcilient, Paris puis Dieppe sont repris par le roi de France, l’état de guerre règne à nouveau, jusqu’à l’arrivée de Charles VII à Pont de l’Arche en 1449 et à la reddition de la ville de Rouen. La paix revient définitivement après l’entrée à Rouen de Charles VII, en 1449, et la bataille de Formigny, en 1450. Mais la situation économique n’est pas florissante et il faudra des années avant qu’elle le redevienne. La guerre a provoqué beaucoup de destructions matérielles, et, avec la peste, qui a sévi à nouveau vers 1440, a entraîné un déficit démographique, par décès et par exode de la population. On peut voir là une explication, au moins partielle, des difficultés que rencontrent les chanoines pour recruter une équipe d’artisans pour réaliser les stalles.1

  • 2 Archives Départementales de Seine-Maritime, G2134, 6 septembre 1449.

7Le tableau peut sembler sombre. Pourtant, malgré cette situation a priori peu favorable aux activités artistiques, c’est dès 1449 que les chanoines ont songé à faire construire un ensemble de stalles ou à renouveler celui qui meublait déjà le chœur. On trouve déjà à cette date une mention du « travail des chaires de la cathédrale » dans les délibérations capitulaires.2

8Cette « hâte » à faire construire de nouvelles stalles, alors que la ville sort à peine de la guerre, peut s’expliquer par l’importance que présente ce mobilier pour les chanoines, qui passent de longs moments dans le chœur de leur cathédrale, à chanter et prier. Il est possible que l’ensemble dont disposaient alors les chanoines soit devenu trop exigu, ou qu’il ait subi des dommages du fait de la guerre ou tout simplement de la vétusté. Mais il ne faut pas non plus ignorer la réalité de la guerre : comme dans toute guerre et toute « occupation » la population réagit de façon différente, en fonction de ses opinions mais aussi de ses intérêts... Certains adhèrent tout à fait à la politique de l’occupant, d’autres résistent, mais la majeure partie reste passive. Dans l’ensemble, le haut clergé de Rouen n’a pas fait acte d’opposition, bien au contraire. Le gouvernement anglais lui ayant promis de ne pas attenter à ses droits et à ses privilèges, il s’est, dans la plupart des cas, rallié à l’occupant : cela est tout à fait évident pour les archevêques qui ont, pendant la période anglaise, occupé le siège de Rouen, qui tous étaient soutenus par les Anglais, voire favorables et proches collaborateurs des Anglais : Jean de la Rochetaillée, archevêque de septembre 1423 à décembre 1429, Louis de Luxembourg, archevêque d’avril 1437 à 1443, Raoul Roussel, membre du conseil du roi Henri VI, archevêque de juillet 1444 à août 1452, éprouvent tous une sympathie certaine pour le gouvernement anglais.

9L’engagement des chanoines en faveur des Anglais est moins net, le chapitre ne se montre pas, dans sa totalité, pro-anglais. Certains chanoines n’hésitent pas, d’ailleurs, à s’opposer à leur évêque, qu’ils considérèrent comme trop proche du pouvoir anglais : c’est surtout le cas pendant l’épiscopat de Jean de Luxembourg. C’est ainsi que Gilles Deschamps, chanoine depuis 1420, élu doyen en 1435, s’oppose à son évêque qui n’hésite pas à lui intenter un procès en matière de foi et à le faire emprisonner. Gilles Deschamps meurt en 1438, dans les prisons de l’archevêque. Mais, dans l’ensemble, les chanoines rouennais s’accommodent relativement bien de l’occupation anglaise, et n’ont peut-être pas eu trop à souffrir de la guerre et de l’occupation anglaise. Mais qui sont ces chanoines ? Comment sont-ils choisis ? Comment vivent-ils ?

  • 3 Rappelons que les ordres mineurs sont portier, lecteur, exorciste et acolyte, et les ordres majeurs (...)

10Les chanoines sont des « clercs ». Ce mot, très général, laisse place à des réalités différentes selon le rang occupé par le clerc au sein des 7 ordres ecclésiastiques, répartis en ordres mineurs et ordres majeurs3. Chaque degré n’implique évidemment pas le même degré d’engagement vis-à-vis de la vie religieuse et de ses contraintes telles que le célibat, la chasteté, le renoncement au monde, etc. Au sein d’un chapitre de chanoines on rencontre les différents ordres, mêlés mais pas égaux, ni du point de vue des charges ni de celui des privilèges...

11L’institution canoniale s’est constituée progressivement, dès les IVe-Ve siècles, par la formation, autour de l’évêque, d’un corps de clercs qui assure diverses fonctions au sein de la cathédrale. Au cours des VIIIe et IXe siècles ces clercs s’organisent en prenant exemple sur les moines retirés dans les abbayes, et adoptent la vie commune : ils prennent leurs repas en commun dans un réfectoire, dorment dans un dortoir commun, mais les diverses règles édictées à cette époque, telle celle que Chrodegang, évêque de Metz, impose à ses chanoines en 755, leur accordent plus de liberté que celles des moines, et notamment leur permettent de garder la propriété de leurs biens. Mais très rapidement, les chanoines vont abandonner cette vie communautaire malgré les efforts de quelques évêques au XIe siècle. Au XVe siècle, les chanoines de Rouen, comme ceux d’un grand nombre de cathédrales, vivent « dans le siècle ».

12Avant d’entrer plus avant dans l’étude des chanoines de Rouen, il faut rappeler que la France médiévale n’est pas centralisée, « standardisée » comme elle l’est actuellement : chaque province, chaque diocèse a ses coutumes. « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au-delà » disait Montaigne... En effet, ce qui est vrai pour le diocèse de Rouen ne l’est pas forcément pour celui d’Amiens ou de Toulouse.

Comment devient-on chanoine ?

13La première des conditions à remplir pour devenir chanoine serait à l’heure actuelle une condition de type religieux : quel ordre faut-il avoir reçu ? Faut-il être prêtre ? Nous sommes très mal renseignés sur cette question ! A Rouen, il semble qu’aucune condition d’ordre n’était mise à l’entrée au chapitre Certains chanoines étaient prêtres, d’autres pas. Dans la plupart des chapitres toutefois, le degré minimum semble avoir été le sous-diaconat. L’ordre de la prêtrise était indispensable pour célébrer le sacrifice eucharistique de la messe, mais tous les chanoines n’étaient pas obligés de « dire la messe ». La prêtrise n’est pas obligatoire pour chanter les psaumes ou réciter différentes prières.

14Une autre condition pourrait être celle de l’âge, mais elle n’est pas formulée pour le chapitre de Rouen. On peut supposer qu’elle est sous-entendue, puisque des âges minimums sont prescrits pour l’accès aux différents ordres : pour accéder au sous-diaconat, il faut être âgé de 18 ans, pour devenir diacre, il faut avoir 20 ans, et la prêtrise ne peut s’obtenir avant 25 ans. Mais il y a des exceptions et certains chanoines étaient beaucoup plus jeunes.

15Certains chapitres mettaient à l’entrée en leur sein une condition d’origine, exigeant la noblesse : ce n’est pas le cas à Rouen, et, si beaucoup de chanoines viennent en effet de la noblesse et de la bourgeoisie, on en connaît aussi qui sont d’origine roturière ; on note d’ailleurs une évolution au cours du siècle, avec une présence plus importante des bourgeois et des couches moins aisées de la société parmi les chanoines vers la fin du XVe siècle. La seule condition qui soit explicitement connue est celle de la légitimité de la naissance : ne peuvent prétendre à un canonicat ceux qui sont nés hors mariage. Pourtant, on connaît des bâtards parmi les chanoines rouennais, du fait des dispenses accordées par le pape ou le roi.

La prébende

16A Rouen, comme dans beaucoup de chapitres, la collation des prébendes appartient, en théorie du moins, à l’archevêque. En fait, au XVe siècle, ce rôle lui a échappé au profit du pape. Cela explique que le chapitre prenne une certaine distance vis-à-vis de l’archevêque et s’accorde une autonomie de plus en plus grande, cause d’un certain nombre de conflits. Du point de vue des prébendes, la situation du diocèse de Rouen est originale : toutes les prébendes (c’est-à-dire les bénéfices des chanoines) sont assises sur un ensemble de biens, géographiquement situés et fixés une fois pour toutes. Chaque prébende porte le nom de la paroisse concernée : on trouve, par exemple, les prébendes d’Angreville, de Baillolet, de Connelle, de Duranville, de Laize, de Wy... Chaque chanoine gère sa prébende comme bon lui semble, il en est usufruitier. Ce système, qui ne comprend pas de redistribution régulière pouvant harmoniser les revenus des uns et des autres, a conduit à une inégalité très forte entre les prébendes : à la fin du XVe siècle, la valeur des prébendes varie de 30 à 100 livres environ. Tous les chapitres ne fonctionnent pas de cette façon-là : à Amiens, par exemple, les prébendes sont toutes égales, grâce à un système de répartition régulière, qui, chaque année, redistribue les biens sur lesquels sont assises les prébendes, afin de conserver une certaine harmonie malgré les variations dues, entre autres, aux aléas économiques.

17Pour avoir une idée plus précise de ce que peut espérer toucher un chanoine dans son année, il faut ajouter au montant de la prébende les distributions, liées à la présence quotidienne au chœur. Pour toucher la prébende elle-même aucune condition de durée n’est mise à la « résidence ». En revanche, pour recevoir les distributions importantes, le chanoine est tenu à la « grande résidence » c’est-à-dire qu’il doit résider au moins 8 mois dans l’année, 4 en hiver et 4 en été, chaque mois comptant 28 jours continus. Il y a encore d’autres distributions, moins importantes, qui n’exigent que la « petite résidence », c’est-à-dire 15 jours continus avant la date de la distribution. Quant aux distributions de pain, de vin, et aux petites sommes liées à la présence à l’office quotidien, elles sont versées au chanoine qui a été présent à chaque « heure » pendant trois mois. L’acquisition de ce droit est définitive. Grâce à toutes ces distributions, un chanoine peut espérer accroître ses revenus d’une centaine de livres chaque année.

18Mais avant de toucher sa prébende, il faut que le chanoine soit « installé », qu’il prenne possession de « sa » stalle. La réception au chapitre peut se faire en l’absence du chanoine, par un procureur qui représente l’impétrant. Mais le rang d’ancienneté au sein du chapitre est déterminé par la réception au chapitre du chanoine en personne. En effet, chaque chanoine est reçu à une prébende précise, mais peut espérer accéder à une situation meilleure. Il y a une hiérarchie au sein du chapitre et la progression est possible, d’une prébende à l’autre, ce qui signifie en même temps changement de place au chœur et donc de stalle, ainsi que dans la salle capitulaire On comprend bien que le chanoine reçu a tout intérêt à ne pas retarder sa réception, s’il veut progresser rapidement au sein du chapitre. Au cours de la cérémonie d’investiture, le nouvel arrivant doit prêter serment. Il est ensuite conduit à sa stalle. Pour que l’installation soit complète, le chanoine doit s’acquitter d’une taxe, d’un montant de 15 livres au XVe siècle, et offrir une chape de soie, dont la valeur est tarifée et fixée à partir de 1420 à 20 1. Le nouveau chanoine devra cependant encore attendre un an avant de toucher les revenus de sa prébende, qui, pendant cette première année, vont dans la bourse commune du chapitre : à partir de 1420, cette période est même portée à deux ans ! En outre, à partir de 1460, tout nouveau chanoine doit verser une somme de 30 sous à la fête de Noël qui suit sa réception au chapitre.

Composition du chapitre de chanoines

19Le chapitre cathédral de Rouen compte, à la fin du Moyen Age, 51 prébendes. A la différence de ce qui se passe dans d’autres chapitres, l’archevêque a également droit à une prébende, et est donc membre du chapitre à part entière. Cela explique que, lors de la construction des stalles, Guillaume d’Estouteville ait versé une somme d’argent pour la réalisation de sa stalle, située au milieu de celles des chanoines. A Amiens, l’évêque ne fait partie du chapitre que parce qu’il est trésorier, et sa place au chœur ne se distingue pas de celle des autres chanoines.

20Chaque chapitre de chanoines comprend des « dignitaires » dont le nombre et les noms varient d’un chapitre à l’autre. A Rouen, au XVe siècle, on compte 10 dignités, toutes à la collation de l’archevêque, sauf la première, celle du doyen, élu par les chanoines. Cette élection lui donne une importance particulière. Il préside les assemblées capitulaires. Viennent ensuite le Chantre, responsable de la liturgie dans le chœur, le Trésorier, qui veille aux reliques et à l’approvisionnement en luminaire, les six archidiacres (de Rouen, du Grand Caux, du Petit Caux, d’Eu, du Vexin Normand et du Vexin Français) et enfin le chancelier qui occupe des écoles de la ville.

21Ces dignités sont surtout honorifiques, mais il y a aussi, au sein du chapitre, de véritables charges, correspondant à des activités de gestion des biens, d’organisation de la vie liturgique, dans le chœur, de la vie matérielle des religieux, de leur encadrement. Il s’agit des offices, dont certains sont plus ou moins prestigieux : le distributeur général qui gère les revenus ruraux de la communauté des chanoines, est le plus important. Mais les deux maîtres de la Fabrique, cette institution qui est responsable des travaux d’entretien, de construction, d’embellissement, de la cathédrale et de son mobilier, sont également très importants. On imagine le rôle qu’ils ont joué lors de la construction des stalles. La liste des offices n’est pas immuable, certains peuvent disparaître, s’ils sont devenus inutiles, alors que d’autres sont créés : ainsi, en 1460, l’office de théologal fait son apparition, chargé de l’enseignement du clergé de la cathédrale. Ces offices sont tenus obligatoirement par un chanoine. Il en est d’autres qui peuvent être occupés par un simple chapelain : c’est le cas du tabellion, responsable du registre des délibérations du chapitre et rédacteur des actes, ou encore du distributeur du pain et du vin.

22Il faut également évoquer les chapelains qui jouent un grand rôle dans la cathédrale : ils sont environ 150 à Rouen, dont certains à titre perpétuel. Parmi eux, il en est qui font partie de la « Commune », ce qui les oblige, non seulement à desservir leur propre chapelle, mais encore à participer au service du chœur, et en contrepartie, leur permet d’en toucher les distributions. D’autres chapelains, révocables à volonté, sont chargés de l’office du chœur. Les enfants de chœur sont au nombre de 6 en 1413 et passent à 8 en 1471. Un chapelain assure la charge de maître des enfants de chœur, et leur apprend la grammaire et le chant.

Les activités des chanoines

23Nous venons d’évoquer certaines des activités qui peuvent occuper les chanoines du chapitre cathédral. Mais bien sûr, la charge principale du chapitre, c’est la prière commune et continue dans le chœur de la cathédrale. D’autres fonctions de type religieux leur incombent : ils doivent donner les soins aux pauvres, distribuer l’aumône, surveiller le fonctionnement de l’hôpital, l’Hôtel-Dieu.

24Les réunions du chapitre occupent également une bonne partie de la vie des chanoines. Plusieurs types d’assemblées regroupent ainsi les chanoines :

  • Les chapitres dits ordinaires, quotidiens à Rouen (à Amiens, seulement trois fois par semaine). Les délibérations peuvent s’y faire, selon le choix de chacun, en latin ou en français. Seuls ont voix au chapitre les chanoines qui ont reçu au moins un ordre majeur (donc au moins sous-diacre). Les sujets traités au cours des chapitres ordinaires concernent la communauté des chanoines, mais aussi les chanoines du point de vue individuel : par exemple, une demande d’autorisation d’absence par un chanoine, ou une question de discipline courante sera abordée lors du chapitre ordinaire. Mais les questions qui reviennent le plus souvent lors de ces réunions journalières sont les questions matérielles, qui concernent la gestion des biens, les réparations des bâtiments, les baux, les comptes... Les chanoines sont des gestionnaires scrupuleux et avisés, qui prennent soin de leur patrimoine commun !

  • Les chapitres généraux se réunissent chaque année au lendemain de l’Assomption et peuvent durer plusieurs jours. C’est au cours de ces chapitres que sont prises les décisions importantes, et que sont prononcées les nominations aux offices.

  • Les chapitres extraordinaires, convoqués quand besoin est, pour des décisions tout à fait particulières.

  • 4 Voir ci-dessous.

25Enfin si les chanoines, qui formaient à l’origine le conseil de l’évêque, ont petit à petit perdu ce rôle, ils retrouvent une place importante en cas de vacance du siège, puisque c’est alors le chapitre qui administre le spirituel, par l’intermédiaire des vicaires capitulaires. C’est ainsi que, de 1429 à 1432, pendant la vacance du siège due au transfert de l’archevêque et cardinal Jean de la Rochetaillée à Besançon4, le chapitre désigne les vicaires généraux, parmi lesquels Raoul Roussel, chanoine depuis 1420, membre du Conseil du roi Henri VI, qui deviendra plus tard lui-même archevêque.

26Les chanoines ont également conservé un rôle primordial au sein du diocèse par l’élection de l’archevêque, fonction très importante, mais qui fut quelque peu perturbée pendant le XVe siècle, en partie à cause de la guerre et des événements politiques. A l’origine, les chapitres de chanoines élisaient tous l’évêque qui était à la tête de leur diocèse. Petit à petit, ce rôle a plus ou moins disparu, plus ou moins tôt selon les diocèses et selon l’appétit des papes excessifs, ainsi que des capacités de réaction des chanoines. A Rouen, au XVe siècle, les chanoines défendent cette prérogative et continuent à « choisir » leur évêque, choix qui, parfois, n’est pas simple : du fait de l’occupation anglaise, les chanoines, dont certains sont tout à fait favorables aux Anglais, alors que d’autres leur sont hostiles, doivent trouver des compromis qui satisfassent tout le monde et soient acceptés par les rois et le pape. Il s’ensuit des périodes de vacance du siège archiépiscopal, comme de 1429 à 1432 : l’archevêque Jean de la Rochetaillée, conseiller du roi d’Angleterre, a obtenu son transfert à Besançon en 1429. Il faut donc lui trouver un remplaçant à Rouen. Les péripéties qui jalonnent ces quelques années montrent bien le fonctionnement des institutions en ces périodes d’affrontement, et pas seulement par les armes. Après le départ de Jean de la Rochetaillée, c’est l’évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, qui semble le mieux placé pour obtenir le siège. Il a le soutien anglais et dès décembre 1429, le gouvernement anglais fait savoir au pape que son transfert à Rouen est souhaité. Mais, dans le même temps, un autre candidat se manifeste en la personne de l’évêque de Thérouanne, Louis de Luxembourg, chancelier de France pour le roi anglais Henri VI. Le bruit court de sa nomination par le pape. Le chapitre cathédral intervient alors et accepte cette nomination, ce qui peut sembler peu logique pour un chapitre jalousement attaché à son droit d’élection ! Il est probable que les chanoines trouvaient à cette nomination un intérêt certain, évitant un conflit avec le régent, le duc de Bedford. Pourtant, la nomination de Louis de Luxembourg n’est pas confirmée et le Duc de Bourgogne profite de l’occasion pour faire nommer un de ses protégés, Hugues d’Orges, personnage un peu falot, finalement accepté par tous, grâce peut-être à sa fadeur.

27Louis de Luxembourg fait sa réapparition à Rouen quelques années plus tard, puisque Hugues d’Orges meurt en 1436. Cette fois, le chapitre use de son droit d’élection et Louis de Luxembourg est élu. Il attend tout de même la nomination officielle du pape en octobre 1436. De naissance noble, issu d’une famille très nettement bourguignonne, il est tout à fait favorable aux Anglais (il cumulera d’ailleurs l’archiépiscopat de Rouen avec la fonction d’administrateur du diocèse d’Ely, en Angleterre), ce qui, nous l’avons déjà évoqué, provoqua des difficultés dans ses relations avec les membres du chapitre dont certains cherchent à garder leur indépendance vis-à-vis de l’occupant.

28La personnalité de l’archevêque qui lui succède est tout à fait différente : d’origine modeste, Raoul Roussel est titulaire d’une prébende à la cathédrale de Rouen dès 1420. Il est également prébendé à Evreux et Coutances, et est trésorier du chapitre rouennais en mars 1421. Il est également pro-anglais et membre du conseil du roi Henri VI. Son élection par le chapitre se fait sans difficultés, et il occupe le siège archiépiscopal de juillet 1444 à décembre 1452, date de son décès.

29Sa disparition provoque encore des difficultés au sein du chapitre, qui en février 1453 procède à l’élection du successeur : une majorité se dessine en faveur de Philippe de la Rose, chanoine et trésorier du chapitre de Rouen depuis 1444. Mais certains chanoines lui ayant préféré un autre candidat, Richard Olivier, Archidiacre d’Eu, il n’est pas possible d’obtenir la confirmation du pape. Guillaume d’Estouteville, alors évêque de Saint-Jean-de-Maurienne et légat de France depuis 1451, se fait transférer à Rouen en avril 1453. A l’inverse des précédents archevêques, il a le soutien de Charles VII : la Normandie est redevenue française depuis quelques années. Le chapitre proteste contre cet archevêque qui lui est imposé, mais l’accepte tout de même. Guillaume d’Estouteville cumulera jusqu’à sa mort, en 1483, les deux sièges de Rouen et de Saint-Jean-de-Maurienne, ainsi que de nombreux bénéfices en Normandie, Bretagne, et d’autres régions, dans les milieux réguliers autant que séculiers.

30Pour compléter cette question des activités des chanoines, il faut encore préciser que le cumul des prébendes est fréquent : un même chanoine peut être titulaire de prébendes dans d’autres chapitres, normands ou extérieurs à la province ecclésiastique. Enfin, les chanoines exercent également des activités diverses, auprès du pape, du roi, d’un archevêque... On rencontre des chanoines dans les fonctions de protonotaire apostolique, de conseiller, secrétaire, chapelain du roi, avocat à la cour de l’archevêque... Les fonctions qu’exercent les chanoines peuvent être absolument les mêmes qu’exercerait un laïc, et retiennent parfois les chanoines à la cour du pape ou du prince qu’ils servent : ils ne résident alors pas dans leur diocèse, mais ils touchent tout de même leur prébende.

Mode de vie des chanoines

31Au XVe siècle, les chanoines rouennais ont depuis longtemps abandonné la vie en communauté et ils vivent selon un mode de vie tout à fait séculier, gérant leurs biens sans faire de la pauvreté une vertu. Ils sont soumis au célibat ecclésiastique mais on leur demande surtout de ne pas attirer l’attention sur eux par des frasques ou des scandales, liés à leur vie personnelle, quels qu’ils soient.

32Ils s’habillent comme ils souhaitent lorsqu’ils vaquent à leurs occupations personnelles, dans le siècle. Ici aussi, ils doivent éviter de se faire remarquer par des chaperons excentriques, ou des fleurs, et ne doivent pas porter les armes. Lorsqu’ils sont au chœur, ils doivent porter une robe, longue, par-dessus laquelle ils enfilent le surplis, qui dissimule à peu près les trois-quarts de la robe. Le surplis est muni de manches longues en été mais en hiver, les manches sont courtes ou disparaissent, et le surplis prend alors le nom de rochet ; cette disparition des manches s’explique par une raison pratique : il est plus facile d’enfiler un vêtement sans manche sur une robe fourrée... Enfin, ils portent la chape, sorte de grande cape, sans manche. Tonsurés, ils coiffent leur tête d’un bonnet, la « mitre » qui deviendra le bonnet à cornes ou barrette ; par-dessus ce bonnet, ils portent la coiffure spécifique des chanoines, l’aumusse, qui a subi au cours du Moyen Age une évolution aussi bien dans sa forme que dans la façon dont elle se porte : à l’origine elle est constituée d’un long drap de laine ou de fourrure, formant deux espèces de petites oreilles sur le haut de la tête, et couvrant la nuque et le haut du dos. En été, l’aumusse se porte sur le bras gauche, et le capuchon forme alors un sac qui contient le livre du religieux. Petit à petit, l’usage du capuchon se perd et l’aumusse finit par n’être plus qu’un long morceau de fourrure, orné de « pompons » allongés, qui se porte sur le bras gauche, signe distinctif et honorifique...

  • 5 A. Deville, Tombeaux de la cathédrale de Rouen, Paris, 1881.

33Les pierres tombales sur lesquelles figure l’effigie du défunt permettent également d’avoir quelques indications sur le vêtement porté. Denis Gastinel, chanoine à la cathédrale de Rouen de 1421 à sa mort en 1440, est enterré dans la cathédrale. Ce chanoine titulaire également d’une prébende aux Andelys et à Notre-Dame-la-Ronde, à Rouen, membre du conseil du roi Henri VI, participa au procès de Jeanne d’Arc. Sa pierre tombale, conservée à la cathédrale, le montre portant une aube, longue tunique qui descend jusqu’aux pieds, pardessus laquelle il a enfilé la chasuble, ornée d’orfrois, qui nous indique qu’il avait la prêtrise. Sur le bras gauche, il porte le manipule, l’ornement des officiants. Sur la tête, il a revêtu l’« aumusse »5.

Où vivent-ils ?

34A la différence de ce qu’on trouve dans un certain nombre de villes, à Rouen, il ne semble pas y avoir à proprement parler de quartier canonial, ayant son autonomie, matérialisée par un mur de clôture, et des portes, fermées chaque soir par un portier relevant du chapitre. Le chapitre n’exerce sa juridiction que sur un territoire restreint, englobant la cathédrale et ses abords immédiats. Les maisons des chanoines sont des demeures individuelles, qui se situent soit à proximité de la cathédrale, au long de la rue Saint-Romain et de la rue Saint-Nicolas, soit dans les alentours de l’église Saint-Maclou, mais également dispersées dans des paroisses plus éloignées de la cathédrale. Ces maisons peuvent être louées à des laïcs, si aucun chanoine ne souhaite en disposer. Les chanoines ne sont d’ailleurs pas obligés de vivre dans les maisons canoniales, ils peuvent acheter ou louer toute autre maison, à un laïc.

35Il n’y a pas trace à Rouen de bâtiments qui auraient été utilisés à un usage communautaire, tel que dortoir ou réfectoire. On peut encore voir, sur le flanc nord de la cathédrale, les restes des galeries est et sud d’un cloître, commencé au cours du XIIIe siècle, mais dont la construction n’a pas été achevée. La salle capitulaire, sur le côté est, a été aménagée, dans sa partie supérieure, de 1424 à 1428, pour accueillir la « librairie » du chapitre. Celle-ci fut agrandie en même temps qu’un escalier fut construit, en 1478-79, permettant de circuler de la cathédrale à la librairie sans avoir à ressortir de l’église

36L’accès à la Librairie des chanoines évolue au cours du XVe siècle : seuls les chanoines, au début du siècle, peuvent posséder une clef de la pièce, et y aller consulter des ouvrages, éventuellement accompagnés d’une personne extérieure au chapitre qui pouvait ainsi accéder, en présence d’un chanoine, aux livres. Pour s’assurer que les clefs de la Librairie n’étaient pas perdues, une visite de ces clefs avait lieu quatre fois par an. Si un chanoine perdait sa clef, il devait faire changer la serrure et faisait refaire à ses frais toutes les clefs distribuées. La discipline devient de moins en moins stricte, et les chapelains peuvent également disposer d’une clef. A partir de 1439, des non ecclésiastiques peuvent aussi être autorisés à posséder une clef qui leur permet de venir consulter les livres du chapitre (mais il y a des refus face aux demandes). La Librairie, du fait d’un accès plus large, ne devrait plus voir sortir ses ouvrages : il y a pourtant encore des prêts de livres à la fin du siècle.

37Outre ces livres que peuvent consulter les chanoines, un certain nombre d’entre eux possède également une bibliothèque, plus ou moins fournie, constituée surtout d’ouvrages de droit. La fin du XVe siècle voit se multiplier la possession d’ouvrages chez les religieux rouennais, comme ailleurs.

38Il faut noter à ce sujet que le niveau d’instruction des chanoines n’est pas si bas qu’on veut parfois le dire. Beaucoup d’entre eux sont titulaires au moins d’une licence de droit canon ou civil, nécessaire d’ailleurs pour exercer les diverses activités hors-canonicat dans lesquelles on les rencontre.

  • 6 Au sujet de l’intérêt que manifestèrent les chanoines pour les travaux de leur cathédrale, on peut (...)

39Les chanoines du chapitre cathédral de Rouen apparaissent au XVe siècle comme des hommes bien implantés dans le siècle. Ils se mêlent à la vie de la population de leur ville, et il n’est pas étonnant de rencontrer tous les métiers urbains sur les miséricordes de leurs stalles. Cela n’empêche pas certains d’entre eux d’avoir un rôle religieux et pastoral très sérieux. D’autres vivent plus comme des grands seigneurs et semblent plus attirés par les affaires politiques que par les questions religieuses. Tous ont une très forte notion de leur rang en tant que membre du chapitre métropolitain et de leurs prérogatives vis-à-vis des autres chapitres et des autres corps. Ils sont de très bons gestionnaires, s’occupent de l’aménagement et de l’embellissement de leur cathédrale avec un soin particulier6. En cela, les chanoines de Rouen ne diffèrent guère de ceux des autres chapitres cathédraux séculiers du Royaume de France.

Bibliographie

Bibliographie succincte

Mollat Michel, Histoire de Rouen, Toulouse, Privât, 1979.

Chapitres et cathédrales en Normandie, Annales de Normandie, Série des Congrès des sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, vol. 2, Caen 1997 (Actes du XXIe Congrès tenu à Bayeux du 16 au 20 octobre 1996).

Tabbagh Vincent, Fasti Ecclesiae Gallicanae, 2. Diocèse de Rouen, Brepols, Tumhout, 1998.

La Normandie dans la Guerre de Cent Ans - 1346-1450, Skira, 1999 (Catalogue de l’exposition, Caen juin-octobre 1999, Rouen, janvier-mai 2000).

Notes

1 Pour le rôle des chanoines dans la réalisation de l’ensemble de stalles, on se référera à K. Lemé, op. cit. « Le Rôle joué par les chanoines des chapitres cathédraux dans la construction et la conservation de leurs stalles, à partir de l’exemple de la cathédrale de Rouen », Chapitres et cathédrales en Normandie, Annales de Normandie, série des Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, vol. 2, Caen, 1997.

2 Archives Départementales de Seine-Maritime, G2134, 6 septembre 1449.

3 Rappelons que les ordres mineurs sont portier, lecteur, exorciste et acolyte, et les ordres majeurs sous-diacre, diacre et prêtre.

4 Voir ci-dessous.

5 A. Deville, Tombeaux de la cathédrale de Rouen, Paris, 1881.

6 Au sujet de l’intérêt que manifestèrent les chanoines pour les travaux de leur cathédrale, on peut se reporter à Y. Bottineau-Fuchs, « Maître d’œuvre, maître d’ouvrage : les Le Roux et le chapitre cathédral de Rouen, Artistes, artisans et production artistique au Moyen Age », vol. I, Les Hommes, Picard, 1986, p. 183-195. On y verra les chanoines surveiller les Le Roux pendant la construction de la Tour de Beurre, au début du XVIe siècle.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search