Version classiqueVersion mobile

Les Stalles de la Cathédrale de Rouen

 | 
C. Elaine Block
, 
Frédéric Billiet

Introduction

Elaine C. Block

Texte intégral

1A l’aube du 26 décembre 1999, une tempête a traversé la France de l’Ouest jusqu’à la frontière montagneuse de l'Est. Des milliers d’arbres ont été arrachés, des forêts décimées. Il faudra de nombreuses années pour restaurer les forêts, une centaine d’années avant de redonner son prestige au parc de Versailles.

2Mais la tempête a aussi endommagé des monuments historiques comme la cathédrale de Rouen en Normandie. Peu de temps avant la messe de dimanche, des vents violents firent tomber de la cathédrale un clocheton du dix-neuvième siècle. 27 tonnes traversaient la voûte et après une chute de 40 mètres s’écrasaient dans le chœur où se trouvaient les stalles. Huit stalles, leurs parcloses et les appuis-main sont endommagés. Heureusement, la cathédrale était vide et le sacristain, qui préparait la messe n’était pas dans le chœur à ce moment-là.

3Depuis, la voûte du chœur a été réparée et les morceaux des stalles endommagées ont été placés dans une chapelle au sud en attendant les expertises. Les études sont réalisées par la compagnie Art de l’Etat sous la direction de Marcel Fancelli. Issu d’une famille douée qui compte des sculpteurs depuis la Renaissance italienne, Marcel Fancelli a récemment restauré les stalles de chœur de la cathédrale de Saint-Claude dans le Jura, dont une moitié avait disparu dans un incendie en 1983. Quelques photographies de ces stalles brûlées sont incluses dans cet ouvrage. Nous avons eu la chance d’obtenir un entretien avec Marcel Fancelli dans son bureau pour évoquer les problèmes de restauration des stalles de Rouen et la progression du chantier.

4Les 66 stalles de chœur proviennent d’un ensemble de 96 sièges commandés par le Cardinal d’Estouteville en 1441. Le chapitre, composé de chanoines, devait occuper ces stalles pendant les offices religieux de la cathédrale. Kristiane Lemé présente leur vie pendant le quinzième siècle. Hors des obligations communautaires, ils suivaient une vie de séculier, dans des maisons particulières en exerçant diverses activités hors de la cathédrale. C’est peut-être pourquoi on trouve tant de métiers sur les miséricordes des stalles.

  • 1 Pierre Bruegel l’Ancien, Les proverbes flamands, Berlin, National Galerie, signé, 1559.

5Les huchiers et imagiers ont connu de nombreux problèmes lors de la construction des stalles. L’article de Philippe Lardin présente l’histoire de ce chantier. On sait que quelques artisans venaient de Rouen, mais d'autres venaient de Flandre. Parmi les sujets des miséricordes figurent des proverbes flamands comme « jeter des roses aux pourceaux » ou « bailler devant le four » ou « s’asseoir dans les cendres entre deux chaises ». Les comparaisons entre ces miséricordes et les proverbes figurés dans le grand tableau de Pierre Bruegel Les proverbes flamands1, montrent la pérennité de cette iconographie.

6L'étude d'un autre travail du bois, les sablières de l'Aître Saint-Maclou (Sylvie Bethmont-Gallerand), réalisées une cinquantaine d'années après les stalles de la cathédrale, apporte un éclairage sur les sources de ces sculptures. Notamment les emprunts aux images des livres pieux qui ont constamment inspiré les sculpteurs sur bois de la fin des XVe et XVIe siècles.

  • 2 Voir L'article de Monique Pelade-Olivier pour l’histoire de la structure des stalles de Rouen.

7Les stalles rouennaises du quinzième siècle étaient très différentes de celles que nous voyons aujourd’hui. Les abattants sont toujours là avec leurs miséricordes2. Celles-ci étaient protégées des vandales parce qu’elles étaient toutes cachées quand les sellettes étaient baissés. Cependant, les appuis-main représentant des personnages assis en train de travailler ou de jouer, ont tous perdu leurs têtes. On peut encore identifier le joueur d’orgue et un marchand de fruits mais beaucoup de ces petites sculptures restent gravement mutilées. Une comparaison avec les appuis-main de l’église à Blainville-Crevon (Seine-Maritime) qui reproduisent la position et les attributs des personnages des appuis-main de Rouen peut donner une idée des sculptures originelles.

  • 3 Pour une sélection des panneaux dorsaux qui restent en France, voir l’Hospice Saint-Sauveur de Vil (...)

8A l’origine, cet ensemble de stalles avait des panneaux dorsaux derrière les stalles hautes. Ces panneaux protégeaient les chanoines du vent et du froid et aussi servaient de caisse de résonance quand les chanoines chantaient l'office. En France, la plupart de ces panneaux ont disparu sous les haches des Huguenots. Des panneaux subsistent dans quelques églises de l'ancienne Savoie médiévale en France et en Suisse, à Auch, à la Chaise-Dieu et à Saint-Bertrand-de-Comminges, dans quelques cathédrales en Espagne et dans les grandes cathédrales de Grande-Bretagne. Les dorsaux de Rouen pouvaient être assez simples, parfois décorés d'arcatures gothiques et de feuillages. Mais sans doute étaient-ils plus travaillés avec des statuettes interdorsales, des frises, des portraits, des saints, des animaux ou des grotesques3.

9Cinquante-huit stalles, chacune avec sa miséricorde, restent actuellement dans le chœur de la cathédrale de Rouen après la tempête de 1999 ; le nombre d’origine étaient peut-être 96. L’article de Monique Pelade-Olivier explique précisément l’histoire des stalles disparues. De l’ensemble original, deux ont été remplacées par la chaise épiscopale actuellement placée dans la rangée sud. Quelques stalles ont été détruites pendant un incendie en 1514.

  • 4 Langlois, Eustache-Hyacinthe, Les stalles de la Cathédrale de Rouen, Rouen 1838. Les dessins ont é (...)

10Pendant le bombardement de la deuxième guerre mondiale, d’autres stalles furent détruites. La seule documentation qui reste sur ces miséricordes se trouve dans le livre augmenté de dessins d’Eustache-Hyacinthe Langlois4. Madame Sylvie Leprince, de la Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, a retrouvé des boîtes de documents sur la restauration de la cathédrale après la guerre. Un document concerne la restauration de dix stalles endommagées pendant le bombardement de 1944. Elles ont été restaurées pendant les années cinquante et restent depuis dans le palais de l’archevêque, dans une salle peu protégée. De plus amples détails figurent dans l’article qui leur est consacré. Leur destination idéale serait « le musée de l’œuvre de la cathédrale » à côté du portail des Libraires de la cathédrale.

11Quelques stalles plus légèrement endommagées pendant ce bombardement ont été restaurées et réinstallées dans le chœur de la cathédrale dans les années cinquante. Elles sont brièvement décrites dans cet ouvrage. Enfin, huit miséricordes abîmées pendant la tempête de 1999 sont en cours de restauration.

12Chacun regarde une œuvre d’art en fonction de sa vie, de ses coutumes et de ses intérêts. Parce que les gens peuvent observer les stalles de Rouen avec des regards très différents, nous avons demandé à quelques médiévistes de spécialités différentes d’écrire leur interprétation sur une miséricorde qui les concerne plus particulièrement. L’un est spécialiste des faucons, un autre est en train d’éditer un livre sur la Tapisserie de Bayeux, un autre étudie la médecine du Moyen Age, un autre est musicologue...

13Les stalles de la cathédrale de Rouen représentent un patrimoine très important qui n’a pas été étudié depuis le livre d’Eustache-Hyacinthe Langlois en 1838 où sont dessinées toutes les miséricordes conservées dans le chœur au dix-neuvième siècle. Nous publions ici pour la première fois, toutes les miséricordes rouennaises aujourd’hui recensées : les stalles du chœur, les stalles conservées dans le palais de l’archevêque, les stalles endommagées dans la tempête de 1999. Il ne manque que les miséricordes disparues avant le dix-neuvième siècle lors de l’installation de l’orgue et la suppression des stalles de retour.

14Une vision générale des stalles permet de mieux étudier les programmes iconographiques possibles que les huchiers inventaient ou suivaient pendant la construction des stalles pour les chanoines de la cathédrale de Rouen à la fin du quinzième siècle.

15Les rédacteurs des Arts profanes, sont redevables à Yves Lescroart, ancien conservateur régional des Monuments historiques de Haute Normandie et à sa collaboratrice Sylvie Leprince, pour le temps qu’ils ont consacré à décrire les événements de la récente catastrophe, et à rendre accessible la documentation nécessaire. Nous voulons aussi remercier l’Université de Rouen, M. Henry Decaëns, Directeur des Publications de l’Université de Rouen, et Mme Antoinette Franco du Service des Publications de l’Université.

Notes

1 Pierre Bruegel l’Ancien, Les proverbes flamands, Berlin, National Galerie, signé, 1559.

2 Voir L'article de Monique Pelade-Olivier pour l’histoire de la structure des stalles de Rouen.

3 Pour une sélection des panneaux dorsaux qui restent en France, voir l’Hospice Saint-Sauveur de Villefranche-de-Rouergue (Aveyron), Saint-Claude, stalles nord (Jura), Sainte-Marie d’Auch (Gers), Saint-Bertrand-de-Comminge (Haute-Garonne). La plupart des autres sont détruits et quelques-uns ont été remplacés au dix-neuvième siècle : La Trinité de Vendôme (Loir-et-Cher) et les panneaux dorsaux de la cathédrale d’Amiens (Somme).
Voir au sujet de l'iconographie disparue des stalles de Rouen, l'article de Kristiane Lemé, "Le rôle joué par les chanoines des chapitres cathédraux dans la construction et la conservation de leurs stalles : à partir de l'exemple de la cathédrale de Rouen", Chapitres et cathédrales en Normandie, Annales de Normandie, série des Congrès des Sociétés Historiques et Archéologiques de Normandie, vol. 2, Caen 1997, p. 483-489.

4 Langlois, Eustache-Hyacinthe, Les stalles de la Cathédrale de Rouen, Rouen 1838. Les dessins ont été réalisés par la fille de l’auteur.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search