Version classiqueVersion mobile

L’Impressionnisme, les arts, la fluidité

 | 
Philippe Fontaine
, 
Frédéric Cousinié
, 
Pierre-Albert Castanet

Présentation des auteurs

Texte intégral

1 Laurent Baridon enseigne à l’université Lumière-Lyon 2 et est rattaché au Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes (UMR 5190 du CNRS). Il travaille sur les imaginaires scientifiques et sociaux des artistes. Après une thèse consacrée à l’imaginaire scientifique d’Eugène Viollet-le-Duc, ses travaux portent sur les représentations du corps et du visage aux confins de la science, de la croyance et de l’art (en collaboration avec Martial Guédron : Corps et arts. Physiologies et physionomies dans les arts visuels, 1999 ; Hommeanimal, histoires d’un face à face, 2004 ; L’art et l’histoire de la caricature, 2009. Son dernier ouvrage paru rassemble des cartes géographiques figurales et un corpus de documents qui procèdent d’analogies entre les corps et les territoires (Un atlas imaginaire, 2012).

2 Pierre-Albert Castanet, compositeur et musicologue, clarinettiste et performeur, est professeur de musicologie à l’université de Rouen, où il dirige le département des métiers de la culture, et professeur associé au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris. Spécialiste de musique contemporaine, il dirige les collections musicologiques des éditions Michel de Maule, Basalte, INA-GRM, Millénaire III et Les Cahiers du CIREM. Parmi ses dernières publications : son ouvrage Tout est bruit pour qui a peur. Pour une histoire sociale du son sale a reçu le prix des Muses en 2000 ; Quand le sonore cherche noise. Pour une philosophie du bruit a obtenu un « coup de cœur » de l’académie Charles-Cros en 2009.

3 Patrice Ceccarini est professeur titulaire des Écoles nationales supérieures d’architecture en théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine (TPCAU). Il enseigne depuis 2010 à l’ENSA de Paris-Val de Seine dans le cadre du groupe d’études « CMAu » (Complexité, morphogénétique architecturale et urbaine) et dans d’autres institutions en France et à l’étranger. Co-directeur d’études associé au laboratoire GSA (Géométrie, structure, architecture), chercheur au LAF (Laboratoire d’analyse des formes), il poursuit ses recherches à l’EHESS et à l’université Carlo-Bo d’Urbino et expérimente ses théories depuis 2007 dans le cadre professionnel de la société d’architecture « a_METIS / Morphogénétique appliquée à l’environnement, au territoire, aux idées et à la société ».

4 Jean-Pierre Cléro, professeur des universités, enseigne au département de philosophie de l’université de Rouen ; il dirige à Sciences-Po (Paris) le Centre Bentham. Parti d’une thèse sur La philosophie des passions chez David Hume, il a graduellement orienté son travail vers une philosophie des fictions. Le noyau doctrinal de ses livres (principalement Les raisons de la fiction et Le calcul moral) se situe du côté de l’utilitarisme (classique – Bentham –, moderne – Stuart Mill, Sidgwick – et contemporain – Hare, Harsanyi) et leur horizon dans l’écriture prochaine d’une Philosophie des fictions (à paraître chez Hermann). Le rapprochement progressif des questions esthétiques – dont la réflexion sur l’impressionnisme donne l’occasion – est évidemment lié au fait que la recherche la plus active sur la notion de fiction se déroule aujourd’hui dans le domaine de l’esthétique où elle compte ses meilleurs théoriciens.

5 Frédéric Cousinié est professeur à l’université de Rouen où il enseigne l’histoire et la théorie de l’art et de l’architecture. Ses recherches portent essentiellement sur les relations entre images et spiritualité à l’époque moderne. Il a publié : Le Peintre chrétien. Théories de la peinture religieuse dans la France du XVIIe siècle (2000) ; Beautés fuyantes et passagères. La représentation et ses objets-limites aux XVIIe-XVIIIe siècles (2005) ; Le Saint des saints. Maîtres-autels et retables parisiens du XVIIe siècle (2006) ; Images et méditation au XVIIe siècle (2007) ; Sébastien Bourdon : tactique des images (2011) ; Esthétique des fluides : sang, sperme, merde dans la peinture française du XVIIe siècle (2011).

6 Nicolas Darbon , compositeur et musicologue, est maître de conférences habilité à l’université d’Aix-Marseille. Ses recherches s’effectuent au Laboratoire d’études en sciences des arts (LESA) ; il collabore avec le Centre d’archivage documentaire et ethnographique de la Guyane (CADEG) et le Centre de recherche interdisciplinaire en lettres, langues, arts et sciences humaines (CRILLASH) de l’université d’Antilles-Guyane, ainsi qu’avec le Centre de recherche Éditer-interpréter (CEREDI) de l’université de Rouen. Président des éditions Millénaire III, publiant des livres scientifiques plusieurs fois récompensés, il soutient la création contemporaine sous toutes ses formes. Il a organisé de nombreux colloques internationaux sur Dutilleux, Murail, Grisey, Levinas, Tessier, Dufourt, Risset et Morin, Glissant, etc. Il est l’auteur de centaines d’articles de musicologie ; parmi ses livres récents : Les musiques du chaos, Brian Ferneyhough et la Nouvelle Complexité, Wolfgang Rihm et la Nouvelle Simplicité, Henri Dutilleux, entre le cristal et la nuée, récompensés par l’Académie Charles-Cros.

7 Julien Faure-Conorton, diplômé de l’École du Louvre, est chercheur en histoire de la photographie. Actuellement doctorant à l’EHESS, il prépare, sous la direction de Michel Frizot, une thèse consacrée au photographe pictorialiste Robert Demachy. Il a participé à l’organisation de plusieurs expositions et collaboré aux programmes de recherche Nicéphore Niépce : archives, édition et recherche (CNRS-Musée Niépce-BNF, 2007-2009) et La Création photographique (ANR, 2010-2012). Il est l’auteur d’articles, notamment sur Robert Demachy, le pictorialisme et la photographie d’amateur.

8 Philippe Fontaine, agrégé de philosophie, docteur en philosophie, est maître de conférences habilité en philosophie à l’université de Rouen. Spécialiste de philosophie moderne et contemporaine, ainsi que d’esthétique, il a publié de nombreux ouvrages portant sur des questions de philosophie générale (notamment aux éditions Ellipses) ou d’esthétique : La culture (2007), La beauté (2008), L’État (2010), Être jaloux (2011).

9 Didier Guigue est professeur à l’université fédérale de Paraíba (Brésil), chercheur au CNPQ (Centre national de la recherche) et à l’Observatoire musical français (Paris-Sorbonne). Son activité académique porte sur la musicologie des XXe et XXIe siècles, en particulier sur les implications de l’utilisation des moyens numériques pour l’analyse de la musique non tonale. L’essentiel de ses travaux sont en langue portugaise, mais il a publié en français Esthétique de la sonorité. L’héritage debussyste dans la musique pour piano du XXe siècle (L’Harmattan, 2009) et divers articles. L’ensemble de sa production est répertoriée sur http://www.ccta.ufpb.br/​mus3/​. Son activité de compositeur est dominée par des productions dans les domaines de la musique électronique et du multimédia. On peut consulter son catalogue sur didierguigue.bandcamp.com.

10 Richard Leeman est professeur d’histoire de l’art contemporain à l’université de Bordeaux. Il a publié Cy Twombly. Peindre, dessiner, écrire (Paris, Éditions du Regard, 2004) et édité plusieurs ouvrages (récemment Le Demi-Siècle de Pierre Restany, Paris, Éditions des cendres – INHA, 2009). Ses recherches actuelles portent d’une part sur le discours et les représentations historiques du XXe siècle (Le critique, l’art et l’histoire. De Michel Ragon à Jean Clair, Presses universitaires de Rennes, 2010), d’autre part sur des questions d’interprétation (Mythographies, à paraître).

11 Steven Z. Levine est depuis 1975 professeur d’histoire de l’art à Bryn Mawr College en Pennsylvanie. Il est l’auteur de Voir ou ne pas voir. Le mythe de Diane et Actéon au XVIIIe siècle (Paris, 1992), de Monet, Narcissus and Self-Reflection : The Modernist Myth of the Self (Chicago, 1994) et de Lacan Reframed (Londres, 2008).

12 Claire Maingon est maître de conférences en histoire de l’art contemporain à l’université de Rouen et membre du GRHIS. Ses recherches portent sur l’art à l’épreuve de la première guerre mondiale et le néo-impressionnisme français. Parmi ses publications : Le Salon et ses artistes (Hermann, 2009), La bibliothèque de Monet, Anthologie de textes (Ségolène Le Men dir., Citadelles et Mazenod, 2013) et de nombreux articles dans La Revue de l’art, Histoire de l’art, Riha journal, Interrogations, etc.

13 Nathalie Manceau est historienne de l’art. Sa thèse (publiée chez Honoré Champion) porte sur Baillet de Saint-Julien et la genèse de la critique d’art au XVIIIe siècle. En tant que chargée d’études à l’Institut national d’histoire de l’art, elle a étudié la formation des discours sur les arts à la période moderne et a inventorié les archives d’André Chastel déposées à la bibliothèque Doucet. Elle est également co-organisatrice du colloque « Art et sociabilité au XVIIIe siècle », qui s’est tenu en 2011 à l’INHA.

14 François-René Martin est professeur d’histoire de l’art à l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Ancien pensionnaire de l’Institut national d’histoire de l’art et ancien chargé de mission pour la recherche à l’École du Louvre, il est membre de l’Institut des textes et manuscrits modernes (ITEM, CNRS-ENS). Outre de nombreuses études sur l’histoire de l’histoire de l’art, il vient de publier une monographie sur Grünewald (en collaboration avec Michel Menu et Sylvie Ramond) aux éditions Hazan (traduction allemande chez DuMont Verlag et italienne chez Jaca Books), et doit publier prochainement un autre ouvrage : Grünewald et ses critiques.

15 Béatice Ramaut-Chevassus est professeure de musicologie à l’université Jean-Monnet (Saint-Étienne, France) et membre du Centre interdisciplinaire d’études et de recherches sur l’expression contemporaine, Elle est spécialiste d’histoire, d’analyse et d’esthétique des musiques « savantes », de 1970 à nos jours. Auteur de Musique et postmodernité (1998), elle a dirigé plusieurs volumes collectifs, Composer un opéra aujourd’hui (2003), Miroirs, fragments, mosaïques. Schèmes et processus de création dans l’art du XXe siècle (2005, avec J.-P. Mourey), Musique et schème. Entre percept et concept (2007), Art et ville contemporaine. Rythme, flux, corps (2012, avec J.-P. Mourey). Elle est responsable du master « Arts » de son université, qui est co-habilité avec l’ENS de Lyon.

16 André Stanguennec est professeur émérite à l’université de Nantes. Ses travaux portent sur Hegel, l’idéalisme allemand et l’herméneutique contemporaine, envisagée particulièrement sous l’angle du symbolisme de la culture (S. Mallarmé, E. Cassirer, H.-G. Gadamer), ainsi que sur la constitution de la pensée métaphysique et dialectique aujourd’hui, à laquelle il consacre ses recherches actuelles. Il est lauréat du prix Cardinal-Mercier 2011 (université catholique de Louvain) pour ses travaux de métaphysique. Il a notamment publié : Mallarmé et l’éthique de la poésie (Vrin, 1992), La morale des lettres (Vrin, 2005). Penser les arts et la politique (choix de textes de Mallarmé avec préface et notes, 2008), Les horreurs du monde. Une phénoménologie des affections historiques (MSH, 2011), Peinture et philosophie, un essai de phénoménologie comparée (PUR, 2011), La philosophie romantique allemande (Vrin, 2011).

17 Éric Thouvenel est maître de conférences en études cinématographiques à l’université Rennes 2, où il enseigne principalement l’esthétique et les théories du cinéma. Auteur d’un essai sur Les images de l’eau dans le cinéma français des années 20 (PUR, 2010), il a codirigé l’ouvrage Agnès Varda : le cinéma et au-delà (PUR, 2009) et publié une vingtaine de textes dans diverses revues et ouvrages collectifs. Ses recherches actuelles portent sur le cinéma expérimental, sur Gaston Bachelard et Jean Epstein. Depuis 2009, il mène une importante activité de programmation, au sein de l’université, dans des lieux associatifs et des institutions muséales.

18 Bénédicte Trémolières , restauratrice de peinture, diplômée de l’Institut national du patrimoine (INP), travaille pour le Louvre depuis 1996 et depuis 2006 pour le musée d’Orsay. Elle prépare une thèse consacrée à l’histoire matérielle des Cathédrales de Claude Monet à l’université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search