Version classiqueVersion mobile

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Annexe

Martine Pastor

Texte intégral

La Plage Normande Illustrée, 1887

11887 : « les trains de plaisir » convoient vers les plages normandes ceux qu’on n’appelle pas encore les touristes. Les villages de pêcheurs sont devenus lieux de villégiature : leurs petites maisons accueillent désormais des hôtes, les sentiers sauvages se sont transformés en promenades de planches, et les tentes de baigneurs en casinos. Les pêcheurs se sont convertis en maîtres nageurs et leurs filles en blanchisseuses et domestiques, dans les villas luxueuses qui ont pris possession des bords de mer. C’est que les bains sont un prétexte. On s’immerge pour s’imprégner d’eau, par souci d’hygiène, par devoir de santé. Mais on sort, pour retrouver les gens de son monde, pour se mêler à une société choisie, vouée aux loisirs et au plaisir de se donner en spectacle. Les stations de bord de mer font circuler des listes de leurs hôtes de marque et de leurs visiteurs étrangers, écho à la société parisienne et preuve de qualité. Guy de Maupassant figure ainsi sur la liste d’Etretat, même s’il se montre peu.

Auteur

Animateur du Patrimoine

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search