Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Poème d’Alfred le Poittevin recopié et corrigé par Gustave Flaubert

Texte intégral

1Le manuscrit dont nous donnons le fac-similé est de la main bien reconnaissable de Flaubert, mais il n’est pas l’auteur du texte, contrairement à ce que l’on a pu croire. Il s’agit d’un poème composé par Alfred Le Poittevin et que Flaubert a recopié en le corrigeant. Un dossier manuscrit de ce poème, écrit de la main d’Alfred Le Poittevin, se trouve à la bibliothèque municipale de Rouen (fonds Le Poittevin, ms g 271 ; Œuvres diverses, inventaire 21765-21).

  • 1 Dans l’édition électronique, ces ajouts sont reproduits entre crochets.

2Le manuscrit est composé de sept pages avec foliotation autographe. La transcription diplomatique que nous en proposons suit la disposition du manuscrit, avec ses biffures et ses additions. Les ajouts interlinéaires sont reproduits en corps plus petit1. Nous respectons la graphie, les abréviations, la ponctuation, les majuscules et les minuscules, mais nous rétablissons les accents et les traits d’union manquants.

3Cette transcription a été assurée par le personnel de la Bibliothèque de Fécamp, sous la direction de Stéphanie Simon.

4Sous le titre restitué « [La Chasse du comte Ulric] », le texte de ce poème a été publié par René Descharmes dans Alfred Le Poittevin. Une promenade de Bélial et œuvres inédites, Les Presses françaises, 1924, p. 88-96. Il s’agit d’un état sensiblement différent de celui que Flaubert a recopié. Une bonne dizaine de vers présentent des variantes par rapport à notre manuscrit : les corrections interlinéaires qui s’y trouvent sont le plus souvent prises en compte, mais il arrive que la première leçon soit maintenue.

5L’autographe qui nous reproduisons a été acquis en 1999 par la Bibliothèque de la Ville de Fécamp, avec le soutien du Fonds Régional d’Acquisition des Bibliothèques. Il a figuré au catalogue de la vente Franklin Grout-Flaubert, hôtel Drouot, 18-19 novembre 1931, no 196, 3°, puis au catalogue Thierry Bodin, no 80, février 1998, no 118.

1. Hélas ! disait las de chercher sa route
le comte Ulric en chassant égaré
Je marche en vain et si Dieu ne m’écoute
je dormirai [coucherai] sous le dôme azuré,
de la forêt comment trouver l’issue ?
Je n’entends plus ni le cor ni les voix
et par degrés s’abaissant de la nue
l’ombre du soir accroît celle des bois
le [au] rendez–vous où m’attend Marguerite
cette nuit même il y faut [faudra] renoncer
heureux encor si je découvre [rencontre] un gîte
pour une femme il ne sert d’y penser.
le jeune comte en exhalant sa plainte
à tout hasard [par le taillis] s’avançait cependant
à ses regards surgit un mur d’enceinte
« bon Dieu fit-il mais c’est là le couvent
qu’à Ste Flore a consacré ma mère
pour une fois j’en aurai profité
ouvrons la grille appelons la tourière
et réclamons son hospitalité

Le chasseur entre, il conte son histoire
au monastère il est le bien venu
avec les sœurs prend siège au réfectoire
et du souper partage le menu
Quand il eut fait « pardonnez dit l’abbesse
si vous lisez le chagrin dans nos yeux
nous devrions [voudrions] montrer quelqu’allégresse
quand le hasard vous amène en ces lieux
mais une nonne est morte aujourd’hui même
nous préparons pr notre jeune sœur
demain matin le service suprême
– demain matin répondit le chasseur
à vos regrets j’unirai ma prière
mais de vos soins c’est trop vous détacher... »
Ulric se lève, une vieille portière
mène le comte à sa chambre à coucher

2. le bois en flamme étincelait dans l’âtre
et le chasseur en voyait le reflet
se mélanger à la lueur blanchâtre
que sur le sol la lune répandait
Comme la nuit une sombre pensée
plus aisément s’attache à nos cerveaux
il s’attrista sur cette trépassée
dormant déjà de [sitôt livrée à] l’éternel repos
« ô pauvre enfant s’écria–t–il, ton âme
entre ces murs s’affaissa sous l’ennui
et si ton cœur eût épanché sa flamme
peut–être hélas ! il battrait aujourd’hui »
il n’eut pas le temps d’achever... une nonne
ouvre la porte elle avance et sans voir
le comte Ulric que sa visite étonne
sur un fauteuil près du feu vient s’asseoir
de ses doigts blancs elle excite la flamme
(corps) puis se penchant [s’inclinant] sur la cendre rougie (2)
ardent brasier dit–elle feu joyeux
((1) (corps) puis se penchant [s’inclinant] sur la cendre rougie)
aux corps glacés tu sais rendre leur âme [la vie]....
elle a bien froid songeait Ulric ses yeux
jusqu’à présent n’ont aperçu que l’âtre
la belle fille... et vivre en pareil lieu !
n’aurais–tu fait, Eros, ces bras d’albâtre
que pour serrer les images de Dieu »
la visiteuse en relevant la tête
vit le jeune homme elle pâlit. « Pardon
pour moi sans doute une autre couche est prête
si de la mienne on a déjà fait don
Pour une nuit reprit Ulric l’abbesse
m’offre à souper [sa table] et m’accorde un abri.
mais cette chambre est vôtre, je vous laisse...
Oh ! de Rosa ne prenez point souci
Je sais ailleurs [plus loin] où dormir... donc vous dites
qu’ici demain vous ne resterez pas
mais quel hasard des tristes cénobites
vous fit hier partager le repas.

3. Certain chevreuil que je voulais atteindre
et qui ma foi finit par m’échapper
mais du Seigneur je ne dois point me plaindre
puisqu’il daigna m’envoyer à souper
– à vos désirs il voulut satisfaire
– pour la moitié – quelque chose seigneur
vous manque ici ? – ma langue est trop légère
Je vous rends grâce et n’ai sur mon honneur
besoin de rien – vous me trompez – madame
il faut encor m’en tirer comme un sot
vous le voulez ?... J’aime assez qu’une femme
soit dans mon lit et j’y songeais tantôt
– oui je songeais de maîtresses nouvelles
par qui mon cœur pût être ranimé
mais je le vois Dieu garde les plus belles
et puisqu’alors je n’avais pas aimé
souvent déjà sans plaisir, sans tristesse
d’un vain lien je me suis dégagé
auprès de vous ô jeune enchanteresse
Dieu m’est témoin je n’aurais pas changé
– Vraiment... reprit la nonne il serait drôle
qu’on [il] exauçât votre double désir... »
Puis appuyant son coude sur l’épaule
du comte Ulric et poussant un soupir
« certe il est dur qu’au fonds d’un monastère
coulent nos jours les plus gais les plus beaux
et que si jeune on passe le suaire
comme les vieux couchés dans les tombeaux.
qu’ont-ils ces mots qu’aux jeunes filles
dit un amant ? Je ne les connus pas
et n’ai point vu quand volaient les quadrilles
voler aussi la poudre sous les pas.
Mais de l’amour quel est donc le mystère ?...
Comme un cortège il mène les douleurs
Dieu le punit de toute sa colère
et cependant il entraîne les cœurs
depuis ce jour où j’ai pris le cilice
mon cœur [ma voix ([illisible])] souvent l’appelle [l’invoque] avec effroy
tous doivent-ils lui faire un sacrifice ?
si tu le sais jeune homme dis-le moi ?

4. vous devinez comment parla la bouche
du comte Ulric, il entraîna Rosa ;
de la cloîtrée il partagea la couche
puis dans ses bras la serrant s’écria
toi qui d’Eros a connu le délire
sous les baisers de ton heureux amant
nonne aux yeux bleus [noirs] oui je prétends te dire
à quel penser je songe [souvenir m’occupe] maintenant
entre mes bras j’ai vu les courtisannes
par l’impudeur relever leurs attraits
et prodiguant leurs tendresses profanes
des arts impurs épuiser les secrets ;
mais de tes bras plus terrible est l’étreinte
qui l’a sentie en demeure enchaîné ;
mais tu sais mieux comme on laisse une empreinte
qui toujours dure... où l’as-tu deviné ?
– pendant les nuits et sur la froide pierre
où devant Dieu j’ouvrais mon cœur saignant
quand des autels s’envolait ma prière
mais non le mal qui croissait dans mon flanc
eh ! quels sont-ils les feux de ta maîtresse
près du volcan qui plus fort [vainqueur] à la fin
entre tes bras a jeté la prêtresse
qui du Seigneur avait reçu l’hymen
mais du sommet des monts descend l’aurore
à tout jamais adieu [adieu je pars] – quoi ! pour jamais [serait-ce pour jamais]
liens fatals vœu que mon cœur abhorre !
ô ma maîtresse ! ô bel ange ! permets
à ton amant de te laisser un gage
prends cet anneau que je passe à ton doigt
ma fiancée en aurait eu l’hommage
conserve-le ; qu’il me rappelle à toi
– Oh tu ferais sortir la trépassée
de son tombeau par des mots aussi doux
Adieu ! dit-elle adieu ! la fiancée
peut–être encor reverra son époux

5. elle s’enfuit ; sur le lit solitaire
le comte Ulric pleure [le jeune amant gémit] de son départ
il veut la suivre et par le monastère
pr la revoir se promène au hasard.
l’abbesse arrive à lui [vient au comte] : venez [allons] dit–elle
puisqu’à nos pleurs vos pleurs doivent [veulent] s’unir
prier auprès de la Vierge fidèle
qui dans ces murs ne doit plus revenir »
Sur un lit noir reposait pâle et belle
la jeune morte. Ulric en la voyant
eut un frisson « mais songea–t–il c’est elle
– vous avez peur ? que serait–ce priant
s’il vous fallait veiller près de sa couche
comme je fais depuis notre soupé.
au plus haut point un tel tableau vous touche »
assûrement je me serai trompé
se dit Ulric – « dans votre monastère
une des sœurs je crois a nom Rosa
– mais la voici Rosa. bientôt la terre
va la couvrir, le comte se baissa
et sous le drap qui de la trépassée
cachait le corps aux lueurs d’un flambeau
il lui sembla voir, à sa main glacée
se dessiner la forme d’un anneau

quand dans la fosse on eût placé la biere bière
à son hôtesse Ulric fit ses adieux
pour regagner [en regagner] le toit héréditaire
par la campagne il allait soucieux
le cœur troublé de visions funèbres
aimant la nonne et toutefois tremblant
de voir briller à l’heure des ténèbres
un anneau d’or passé dans un doigt blanc
avec la nuit il arrive. le rire
de ses amis accueille son retour
ils [qu’il] vont à lui « qu’il est heureux beau sire
de s’égarer sur les pas de l’amour —

6. – que signifie – oh l’on sait votre histoire
la belle dame est dans votre château.
–je n’attends point... – comment ne la pas croire
quand à sa main on a vu votre anneau !
dans votre chambre elle attend... – Ulric monte
Rosa se lève et riant de l’effroy
qu’il laisse voir « c’est votre tour cher comte
de partager votre couche avec moi
quand sur un lit vous avez vu la morte
qui dans vos bras avait tremblé la nuit
votre beau front devint pâle... eh qu’importe
si pour vous seul elle existe aujourd’hui ?
si conservant la bague nuptiale
que sous le drap aperçurent vos yeux
jusqu’aux rayons de l’aube matinale
le spectre froid se réchauffe à vos yeux.
– oui, les rayons que jetait ta prunelle...
ce fauve amour... cette étrange beauté...
Je le comprends n’est point d’une mortelle.
Mais sois Venus sois la brune Astarté
ou sois Rosa la none ensevelie
à tout jamais [je t’appartiens] je partage ton sort
pendant la nuit tu vivras de ma vie
et chaque jour je mourrai de ta mort »

Un tel amour me touche dit la belle
et près de vous je reste nuit & jour
je ne suis point morte mais infidèle
à notre Dieu pr celui de l’amour
J’ai lu ceci dans un vieux Suétone
lorsque Néron au théâtre chantait
on en fermait chaque issue et personne
par ordre exprès du maître ne sortait
pour s’esquiver quelques–uns s’avisèrent
de se laisser mourir mais aussitôt
qu’ils furent hors, les morts se ranimèrent
de mon secret je vous donne le mot
je suis la sœur de notre bonne abbesse
elle a permis – et seule a mon secret –

7. que de l’autel s’arrachât la prêtresse
quand au tombeau sa bière descendrait.
J’allais partir et je ne savais guère
où fuir – le ciel de mon sort eut pitié
il vous mena Seigneur au monastère
pour vous tromper ma sœur fut de moitié
elle saura notre succès. la femme
qui dans tes [vos] bras apprit la volupté
est la Rosa d’hier et sur mon âme
n’est point Vénus ni la brune Astarté

Sous Borgia se passa l’aventure
ce n’étaient point les mœurs du temps présent.
Alors nonnains moines cléricature
aux feux d’enfer [chez Lucifer] s’acheminaient gaiment.
Ainsi qu’on sait, à l’époque où nous sommes
gagner le ciel est l’unique souci
d’une nonnette et chez les jeunes hommes
on ne fait plus de ces rencontres-ci.

Notes

1 Dans l’édition électronique, ces ajouts sont reproduits entre crochets.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540