Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Conclusions

Louis Forestier

Texte intégral

1Les affaires de famille, dit-on communément, sont choses délicates, généralement embrouillées et le plus souvent douloureuses. Le colloque qui s’achève a montré que les rapports entre Le Poittevin, Flaubert et Maupassant n’échappent guère à l’opinion ordinaire. Passionnés, conflictuels quand il s’agit des deux premiers, ils deviennent littéralement envoûtants lorsqu’il s agit du dernier. Amitiés, divergences, influences littéraires et filiation intellectuelle sont ici palpables et capitales. Le plus intéressant est, en outre, qu’elles sont conscientes et cultivées chez les trois écrivains. Sans doute faut-il tenir compte dans cette masse successorale (car la mort y joue un grand rôle) des différences : si Le Poittevin et Flaubert n’ont que cinq ans d’écart, Maupassant est leur cadet d’une génération. Il n’a pas connu le premier, trop peu le second à son gré et ne se lance dans le genre qui sera définitivement le sien que lorsque sera survenue « la mort du Père ». Une première constatation s’impose donc : compte tenu des prudences nécessaires, le sujet qu’abordait le colloque existe. Nos trois écrivains se sentent avec certitude membres d’un groupe, d’une phratrie, ancrée dans la réalité en ce qui concerne Alfred et Gustave, tandis que, pour Maupassant, elle relève davantage de l’imaginaire. Il suffit d’ouvrir la correspondance qu’échangent Le Poittevin et Flaubert pour saisir cette communauté des esprits :

  • 1 Lettre de Flaubert à Le Poittevin du 2 avril 1845, dans : Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin, Gus (...)

Mais je n’ai personne avec moi ! Hélas – Du moment que nous nous quittons, nous abordons sur une terre étrangère où l’on ne parle pas notre langue et où nous ne parlons celle de personne1

2La certitude qu’ont les trois écrivains d’appartenir, à travers le temps, à une même famille littéraire suscite un certain nombre d’importantes questions. Elles ont été parfaitement posées par Yvan Leclerc dans sa conférence introductive. Voici le moment venu de se demander, comme il se doit, si les travaux du colloque y ont répondu et de faire le point.

  • 2 Lettre de Flaubert à Le Poittevin du [31 mai 1846], op.cit., p. 125.
  • 3 J’aurais tendance à penser que Flaubert fait allusion, dans sa lettre, tout autant à l’envoi manusc (...)

3Une première constatation est que l’affaire de famille dont il a été débattu ici est complexe. Elle s’exprime avant tout en amitiés, mais en amitiés exclusives, jalouses, rivales. Les sentiments y tiennent une place très forte et pleine de risques. Ainsi le mariage d’Alfred Le Poittevin affecte Flaubert non seulement parce qu’il le prive de celui qu’il appelait le solus mihi, mais parce qu’il le vit comme une sorte de trahison, comme l’abandon d’une obéissance tacite à une commune règle artistique et morale. « Dans tous mes espoirs d’art je t’unissais. C’est ce côté-là qui me fait souffrir. »2 Cette affaire de famille est donc étroitement liée à une affaire d’art. Elle est également liée à une question d’attitude à l’égard du monde et de la société. En effet, dans un passage de la même lettre, qui précède immédiatement celui que nous venons de citer, Flaubert interroge son ami : « Es-tu sûr, ô grand homme, de ne pas finir par devenir bourgeois ? » Il est avéré que cette amitié si forte s’exprime, en tout premier lieu, par une forme d’antibourgeoisie, par une volonté appuyée de « ne pas se conformer ». En dépit des apparences, Maupassant – à qui une tradition tenace prête une sympathie trop vive pour les idées et usages mondains – n’est pas le dernier à mettre en discussion les opinions reçues. Ses chroniques le montrent bien. Il entre à sa façon dans ce qu’on a pu appeler un « roman généalogique » : les sympathies et oppositions entre Alfred et Gustave se reproduisent, atténuées certes, dans les relations entre Guy et son cousin Louis Le Poittevin, le fils d’Alfred. De toute évidence, il y a entre tous ces écrivains et artistes des filiations que Flaubert explicite en remerciant Maupassant de la dédicace3 qu’il avait placée en tête de son volume Des Vers :

  • 4 Gustave Flaubert-Guy de Maupassant, Correspondance, texte établi, préfacé et annoté par Yvan Lecler (...)

Ta dédicace a remué en moi tout un monde de souvenirs : ton oncle Alfred, ta grand-mère, ta mère, et le bonhomme, pendant quelque temps, a eu le coeur gros et une larme aux paupières4

  • 5 Lettre de Flaubert à Le Poittevin, loc.cit.
  • 6 Op.cit., p. 83.

4L’essentiel de ces affaires de famille ne tient pas pour autant à ces seuls aléas de la vie. Ce qui frappe, c’est une évidente circulation des oeuvres et des idées entre les trois hommes. Les dédicaces en donnent une bonne idée. Je viens de citer celle de Maupassant à Flaubert ; on peut rappeler celle que Flaubert place en tête de La Tentation de saint Antoine à la mémoire de son ami Alfred. Cette complicité est affirmée par la lettre que Gustave écrit à Alfred peu avant le mariage de ce dernier et à laquelle j’ai déjà fait allusion. Il y note la communauté spirituelle qui les unit : « Y aura-t-il encore entre nous de ces arcana d’idées et de sentiments inaccessibles au reste du monde5 » Incontestable complicité de pensée, donc, en même temps que certitude d’habiter un univers à part, comme le dit Alfred à Flaubert : « si nous sommes de ce monde, nous ne sommes pas de ce siècle6 ». Maupassant perçoit ces connivences chez son maître :

  • 7 Maupassant, « Gustave Flaubert », L’Echo de Paris, 24 novembre 1890.

Il a dit et il a écrit lui-même que son amour immodéré des lettres lui a été en partie insufflé, au commencement de sa vie, par son plus intime et plus cher ami, mort tout jeune, mon oncle, Alfred Le Poittevin7

5Des oeuvres des uns à celles des autres on suit aisément des influences : les tendances philosophiques de Le Poittevin fascinent Flaubert, le culte de l’art et du mot juste cultivés par celui-ci font partie de la première éducation littéraire que reçoit le jeune Maupassant, dont on sait, au demeurant, combien son oeuvre est tributaire de celle du maître par certains détails. Il s’établit entre l’homme de Croisset et l’auteur d’Une promenade de Bélial, d’une part, ou avec Guy, d’autre part, ce qu’on a pu appeler joliment « une œuvre à quatre mains ». Ils se retrouvent sur certaines questions ou sur certains thèmes. On l’a observé dans les pages précédentes à propos de l’enfant, de la nourriture ou de la vieille fille, chacun apportant à un sujet commun des vues diverses et des réponses parfois différentes.

6Finalement, ce qui s’opère, c’est une mise en place des uns par rapport aux autres d’une façon qui n’avait sans doute jamais été aussi explicitement faite. C’est un des acquis de ce colloque. On perçoit mieux ce que divers travaux avaient déjà suggéré : que la manière qu’a Maupassant de s’opposer à Flaubert ou à Bouilhet est plus instructive que le catalogue de ses dettes. De même, il n est pas sans intérêt de déceler les influences exercées par Flaubert sur Alfred Le Poittevin.

7Enfin, il me semble que, précisément, la figure de ce dernier prend un relief doué d’infiniment plus de précision et, peut-être, d’éclat que nous ne l’estimions jusqu’alors. Il n’est pas seulement ce jouisseur qui s’embourgeoise, cet écrivain paresseux qui se fourvoie, comme on le dit souvent. Il est aussi un prodigieux créateur d’images, un arpenteur de la philosophie, un évocateur de l’étrange que ni Flaubert, ni Maupassant n ont pu considérer sans une fascination admirative et parfois inquiète en ce qui concerne le second.

8Entre ces hommes circulent des projets, suscités et entravés par leurs personnalités mutuelles. C’est évidemment chez Maupassant que cet aspect est le plus net et qu’on discerne le mieux une volonté de se reconnaître et de se construire, comme écrivain, au contact de ses aînés. À travers eux, il est à la recherche de son identité. Dans cette affaire de famille littéraire, c’est Maupassant qu’on voit le plus distinctement chercher sa place et la trouver, non sans drames, mais non sans succès.

9Puisque les recherches ne s’arrêtent pas avec le dernier mot d’un colloque, on ne peut que souhaiter – au-delà des acquis – la poursuite et l’approfondissement de quelques-uns des sujets abordés ici. On aimerait, en particulier, en savoir encore davantage sur Alfred Le Poittevin et Louis Bouilhet. On aspire à mieux connaître les chemins difficiles par lesquels Maupassant a réussi à se distinguer de Flaubert ou, pour employer un mot dépourvu de beauté, mais explicite, comment il s’est « déflaubertisé ». On aimerait savoir mieux comment vont les « affaires » poétiques et théâtrales à travers les oeuvres de Le Poittevin, Flaubert et Maupassant. C’est autant que lègue à l’avenir un colloque qui a déjà bien déblayé le présent.

10Aussi est-ce pour moi l’occasion d’accomplir un devoir de gratitude et de renouveler quelques remerciements : à la ville et à la municipalité de Fécamp sans qui ce colloque, comme celui de 1993, n eût pas été ce qu’il fut : une réussite ; aux organisateurs, Mme Marie-Hélène Desjardins-Ménegalli et le professeur Yvan Leclerc, qui ont su réunir une remarquable équipe d’intervenants autour d’un véritable sujet ; à Monsieur Philippe Manneville, president de la commission départementale des Antiquités, qui a conduit les débats avec autorité et courtoisie ; et je n’aurai garde d'oublier le public nombreux dont l’attention et la participation ont contribue a donner à ces journées un caractère de convivialité très heureusement ressenti par tous.

Notes

1 Lettre de Flaubert à Le Poittevin du 2 avril 1845, dans : Gustave Flaubert-Alfred Le Poittevin, Gustave Flaubert-Maxime du Camp, Correspondances, texte établi, préfacé et annoté par Yvan Leclerc, Flammarion, 2000, p. 93.

2 Lettre de Flaubert à Le Poittevin du [31 mai 1846], op.cit., p. 125.

3 J’aurais tendance à penser que Flaubert fait allusion, dans sa lettre, tout autant à l’envoi manuscrit du volume (« Au/Maître/Son jeune homme ») qu’à la dédicace imprimée (« à l’illustre et paternel ami/ que j’aime de toute ma tendresse,/à l’irréprochable maître/que j’admire avant tous »).

4 Gustave Flaubert-Guy de Maupassant, Correspondance, texte établi, préfacé et annoté par Yvan Leclerc, Flammarion, 1993, p. 243.

5 Lettre de Flaubert à Le Poittevin, loc.cit.

6 Op.cit., p. 83.

7 Maupassant, « Gustave Flaubert », L’Echo de Paris, 24 novembre 1890.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540