Version classiqueVersion mobile

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Maupassant et la statue de Flaubert

Francis Marcoin

Texte intégral

  • 1 Correspondance établie par Jacques Suffel, Edito-Service SA, Genève 1973 Tome II (1881-1887), p. 90
  • 2 Correspondance II, p. 237. Voir la lettre de Goncourt à Maupassant dans son Journal, Mémoires de la (...)

1En novembre 1890, était inauguré le monument de Flaubert à Rouen, œuvre du sculpteur Chapu. Maupassant avait tenu un rôle non négligeable dans l’organisation d’un événement qui fut précédé de longues années de préparatifs et dont certaines étapes sont égrenées dans sa correspondance. A la fin de 1883, comme secrétaire de la commission, il réclame à Pauline Viardot le montant de souscriptions que Tourgueneff avait recueillies pour la statue1. Quelques années plus tard, en janvier 1887, un échange de lettres avec Edmond de Goncourt et Charles Lapierre révèle une histoire compliquée au cours de laquelle Goncourt abandonne puis reprend la présidence du Comité, sur les instances de Maupassant qui doit le flatter. A cette occasion, Goncourt rappelle que cette présidence le met en contradiction avec sa « profession de foi sur la statuomanie », à propos de la statue de Balzac2.

  • 3 Correspondance II, p. 245.
  • 4 Correspondance III (1888-1893), p. 157.
  • 5 « L’Amour des poètes », Gil Blas, 22 mai 1883.

2A la fin du même mois, Maupassant récapitule les sommes versées, 12081,40 francs3 et semble considérer l’affaire comme aboutie alors qu’il faudra encore attendre pour cela plus de trois ans. Cette cérémonie, Maupassant la voulait simple, entre vrais amis, comme il l’indique dans une lettre à Hippolyte Taine4. Souhait paradoxal puisqu’ériger un monument, c’est précisément exposer la personne à 1'œil de tous, à la foule qu’on prétend fuir en même temps. D’ailleurs, en évoquant une autre statue, celle de Bouilhet pour laquelle Flaubert s’était activé, il avait reproché à la ville de Rouen de ne pas avoir bien fait les choses : « La cérémonie, mal préparée, mal organisée, fut piteuse. Les gens de lettres parisiens, invités la veille, ou non prévenus, n’y purent venir. Le commerce local figurait seul à cette solennité ». En revanche, la ville natale de Bouilhet, Cany, qui y va aussi de son monument, semble s’être mieux acquittée de sa charge5.

  • 6 Correspondance III, p. 182.
  • 7 Jules de Goncourt, « A Emile Zola », 27 février 63, Lettres, édition définitive avec une introducti (...)
  • 8 Edouard Maynial, La Vie et l’Œuvre de Guy de Maupassant, Société du Mercure de France, 1906, p. 104

3Mais l’inauguration amène de nouveaux tracas. En novembre, Maupassant demande à Zola de dire quelques mots à cette occasion : « Quant à moi je serais tout à fait heureux de réussir dans cette démarche et d’entendre la voix du plus grand des romanciers vivants parler de celui qui fut un des révélateurs du Roman moderne, comme vous et à côté de vous »6. Mais dans une autre lettre, il évoque une sorte d’embrouillaminis puisque de son côté Lapierre aurait demandé à Goncourt, toujours président du Comité, de parler bien que celui-ci ait déclaré ne jamais s’exprimer en public. Mais même s’il avait accepté, pourquoi Zola ne dirait-il pas aussi « plusieurs ou beaucoup de mots » ? On pourrait s’étonner que Maupassant n’ait pas pensé demander de lui-même ces quelques mots à Goncourt, si l’on ne se trouvait au cœur d’une « affaire de famille » très XIXe, d’une famille bien particulière, celle de ces hommes de lettres presque tous célibataires, autant de pères putatifs pour le « roman moderne ». On sait que Goncourt prétendait à quelque antériorité en cette matière, allant jusqu’à citer Sainte-Beuve qui lui avait écrit lors de la parution de Germinie Lacerteux : « pour bien juger de cet ouvrage et en parler, il faudrait une poétique tout autre que l’ancienne », appropriée aux productions « d’une recherche nouvelle »7. C’est Zola qui allait rafler la mise, contre tous les autres, et Edouard Maynial remarque que l’entreprise des Soirées de Médan « s’était complotée à l’insu de Flaubert, qui était pourtant à cette époque très lié avec [lui] »8.

4On notera que Maupassant ménage la susceptibilité de Zola en prenant bien soin de le placer exactement « à côté » de Flaubert, tout en usant d’un mot ambigu, « révélateur », et non pas « créateur ou fondateur » et tout en parlant du plus grand des romanciers « vivants », évidente restriction par rapport à Flaubert. Dans sa lettre à Charles Lapierre du 15 janvier 1887, c’était Goncourt qu’il présentait comme « le plus grand nom des romanciers vivants devant lequel tous les artistes s’inclinent ».

  • 9 Dimanche 23 novembre 1890, Journal, tome III, p. 495.

5Suit un chassé-croisé de missives à Edmond de Goncourt et à Zola, Maupassant répétant à ce dernier la réponse du premier qui se dit « incapable de dire deux mots devant trois imbéciles » mais qui s’est décidé à lire quelque chose « sur le lettré que fut notre ami ». Donc Zola ne parlera pas, mais le maire de Rouen parlera, et même un membre de l’Académie de Rouen, dont l’allocution fut remplie de toutes les « Homaiseries imaginables » selon le Journal de Goncourt. Celui-ci nous a laissé une relation assez étendue de la journée, qui fut grise, et où il pressentit que Maupassant n’était pas destiné à faire de vieux os. Il reproduit également son propre discours, à la fois académique et familier, et plutôt respectueux alors qu’en privé il écrit : « Maintenant, pour être franc, le monument de Chapu est un joli bas-relief en sucre, où la Vérité a l’air de faire ses besoins dans un puits »9.

  • 10 Toujours selon Goncourt, dans la même page.
  • 11 Voir Ségolène Le Men, « L’Age de nature et ses livres », à propos du plan d’éducation de Mme de Gen (...)

6Voilà donc le mauvais coup porté par l’élève à Flaubert mort, 1'exposer aux griffes de Homais pour une cérémonie qui, comble d’ironie, laisse tout à fait indifférente une population « prenant tous les chemins qui n’y mènent pas ». Reste « une vingtaine de Parisiens de marque, dans les lettres et le reportage, et une fête avec tente pour les autorités et musique de foire, comme pour les Comices agricoles de Madame Bovary10. Ainsi Flaubert est-il livré à ceux qui ont réussi à « embourgeoiser » l’idée de statue alors qu’originellement elle aurait dû échapper à l’esprit positif satisfait de lui-même. En effet, comme la médaille et comme le prix de vertu, la statue participe de cette instruction généralisée qu’ont voulue les Révolutionnaires, avec des tableaux qui représentent les belles actions et, dans les cours et les jardins, des bustes de plusieurs grands hommes dont l’histoire serait inscrite sur le piédestal : c’est le programme de la statuaire républicaine, depuis le Panthéon civique de la Révolution jusqu’à celui de la IIIe République11. Tout cela, on le sait, rapidement académisé dans des poses dont l’artiste se moque.

  • 12 Louis Veuillot, De quelques erreurs sur la papauté, Gaume frères et J. Duprey, 1859, « Introduction (...)

7A lire les échanges épistolaires entre Flaubert et son disciple, l’idée d’ériger une statue du maître ne pouvait que relever de cette bêtise universelle, leur principal sujet de conversation, et quand bien même Flaubert s’était activé pour celle de Bouilhet. Dans le parti des ultramontains, Louis Veuillot, qui campe à sa façon sur des positions artistes, et oubliant que la statuaire nous vient de l’Antiquité gréco-latine, s’en prend au culte des grands hommes qui emprunte à l’Eglise ses signes extérieurs de dévotion. « Les sectaires, les indifférents, les libres penseurs ont donc leurs saints, qu’ils appellent les grands hommes, et qu’ils exposent à la vénération publique dans les rues et dans les carrefours ». Ainsi, « point de bourgade qui ne possède son grand homme, du moins en buste ». Tout cela, en pure perte, puisque « le paysan se moque de qui a inventé une mécanique, écrit un livre ou gagné une bataille, alors qu’il n’y en a pas un qui ne sache très bien qui furent saint Pierre, saint Paul, saint Augustin... »12.

8En 1897, dans la « Causerie de Quinzaine » du très académique Journal des Demoiselles, Mme C. de Lamiraudie ira jusqu’à faire de la statue une affaire de mode, de chance, d’à-propos, de voirie. « La Patrie reconnaissante lui éleva une statue », cette phrase avait pourtant dans son enfance un singulier prestige : « Elever une statue, dresser un autel, c’était tout un, me semblait-il, et j’éprouvais une sorte de vénération intime pour le demi-dieu objet de ce culte public ». Mais il suffit maintenant d’avoir dans sa personne physique ou morale quelque chose qui tire l’œil ou dans son département un square à embellir, et vous avez votre statue, votre inauguration, votre député, un ministre, et deux discours...

9Voilà maintenant le propos sur la bêtise tenu par ceux qui devaient en faire les frais !

  • 13 La Cathédrale, Librairie Plon, 1908, p. 9.

10D’une manière générale, c’est la statuaire du XIXe, fût-elle religieuse, qui suscite le sarcasme. Dans La Cathédrale de Huysmans, pour illustrer « cet effroyable appétit de laideur qui déshonore maintenant l’Eglise », Durtal décrit trois statues de bronze érigées sur le site de La Salette13. Et pour « compenser l’horreur du paysage et des statues », il s’intéresse aux « âmes extraordinaires » qui s’éploient là.

  • 14 Voir p. 126 à 133 de la réédition en collection « Folio », Gallimard, 1988.

11Tout cela nous renvoie au statut du grand homme, et plus précisément à celui que l’écrivain prétend choisir, lui qui participe d’une aristocratie de l’esprit en un temps où l’aristocratie n’est plus en état de le soutenir au-dessus des autres bourgeois, comme Ta bien formulé en 1947 Jean-Paul Sartre dans son Baudelaire14. Rompre, toujours rompre, se déclasser symboliquement, telle est selon lui l’attitude de cet artiste, qui « risquerait de conduire à la liberté et à la folie » si celui-ci ne s’intégrait à une société qui soit comme un rappel de l’aristocratie disparue, le « collège » restreint des créateurs. L’on voit dès lors le piège auquel il se prend lui-même puisque son caractère d'exception 1'expose à la « publicité » et à l’admiration d’une société dont il voulait s’abstraire. L’artiste a besoin que Prudhomme et Homais le reconnaissent.

12Mais aussi ses semblables. Dans sa Méditation au tombeau de Balzac, le poète lyonnais Maurice Simonnet va comme l’on se dirige vers le tombeau d’un saint ou d’un ancêtre :

  • 15 Voir dans Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, préface et notices de Stéphane Vachon, Presses (...)

Le maître était donc là, couché sous le gazon
Et son buste d’airain contemplait l’horizon15

  • 16 Sartre, Baudelaire, p. 133.
  • 17 La Vie ardente, Lemerre, 1883. Voir dans Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, p. 313.

13Même Baudelaire, plus réservé à l’égard du « collège entier des artistes », écrit un poème, Les Phares, « recensement de sa société spirituelle »16. Le phare, analogon de la statue. Un autre poète, Hippolyte Buffenoir, a vu Balzac « Tel un phare, allumé sur la mer infinie17 ». On retiendra que Maupassant nous propose dans Pierre et Jean une image inquiétante des phares qui paraissent comme deux cyclopes monstrueux et jumeaux. Qu’il s’inquiète de tout ce qui pourrait prétendre nous guider alors même qu’il aime à évoquer ses maîtres.

14Mais avant tout, Maupassant refuse d’être en vue. Au moment où il mène à bien ce projet d’une statue de Flaubert, sa correspondance n'est pleine que d’une autre affaire, celle de sa propre tête qu’il ne veut pas voir reproduite, exposée, mise en vitrine. On n’en finirait pas de relever les lettres où son esprit procédurier lui donne des idées de procès à quiconque s’avise de la moindre infraction à cet interdit. Le 17 mars 1890 (à Henri Toussaint), il estime « que la vie privée d’un homme et sa figure n’appartiennent pas au public ». Le 30 mai 1890 (à Me Jacob), c’est la question de son portrait publié dans Les Soirées de Médan, qu’il veut absolument voir retiré, avec une énergie des plus farouches. Il revient là-dessus en juin, dans des mots adressés à Paul Masan, Félix Nadar, etc., etc. C’est au dernier moment seulement qu’il renonce à un procès ridicule.

  • 18 E. Maynial, La Vie et l’Œuvre de Guy de Maupassant, p. 187.
  • 19 Id., p. 209.

15Aussi, ce mauvais coup, Laure de Maupassant refusera, elle, de le rééditer pour son propre fils. Comme le rappelle Edouard Maynial, « un comité s’était formé à l’instigation de son ami Paul Ollendorff ; la ville de Paris devait concéder un terrain près de la tombe d’Alfred de Musset. Mais Mme de Maupassant s’opposa à ce projet, par respect pour la mémoire de son fils, dont elle connaissait le dédain pour toutes les manifestations funèbres de la vanité »18. Elle ne put cependant empêcher la piété fidèle des deux amis d’ériger deux monuments, l’un à Paris au parc Monceau, l’autre à Rouen même, dont l’inauguration en 1900 « fut une véritable fête normande » : et « une pensée délicate associait dans une même apothéose les deux grands Normands, le disciple et le maître, Flaubert et Maupassant »19. On rêve sur cette fête normande qui n’aurait pas manqué d’inspirer Flaubert.

  • 20 Correspondance, III, p. 35.
  • 21 Correspondance, III, p. 166.
  • 22 Correspondance, III, p. 46.
  • 23 Correspondance, III p 160.

16Avec une belle inconséquence, on voit Maupassant intercéder dans le même volume de correspondance pour que certains de ses amis aient la croix. Il la demande pour Lecomte de Noüy20, explique à Henry Cazalis comment il a raté la sienne21 et va jusqu’à s’entremettre en 1888 pour Zola qui ne lui a rien demandé : « Si on vous décorait sans vous consulter, refuseriez-vous la croix »22. Pour ce qui le concerne, il n’en est bien entendu pas question, et il refuse, par une répugnance qu’il qualifie lui-même de bête et invincible, d’être décoré, tout comme il refuse d’être photographié23.

  • 24 Correspondance, III, p. 50.

17Les honneurs, c’est bon pour les autres, pour ses aînés surtout, mais non pour lui qui n’admet pas de hiérarchie officielle dans les lettres. Un courrier de juillet 1888 à un destinataire non identifié lui permet de développer très catégoriquement sa pensée sur le sujet. C’est bien au nom d’une position aristocratique qu’il ne veut même pas avoir à refuser la Légion d’honneur24.

18Cet homme reste particulièrement discret. Pas de journal, une correspondance très mince en regard de celle d’un Flaubert qui étale son impudeur dans des lettres privées qui attendaient un public plus large. Maupassant fait donc exception, lui qui nous montre dans Le Horla un homme qui ne se voit pas dans une glace. Incertain de sa propre structure, il s’est toujours figuré en creux, dans les autres. Ainsi, la statue de Flaubert, il 1'a d’abord érigée et très explicitement, dans ses chroniques où il statufie son maître, l’épaissit, le place du côté du corps, de la matière. Par un effet comparable à celui d’une mise en abyme, il l’évoque tel un sculpteur, grâce aux significations induites par le mot « style ». Très curieusement, c’est à la même opération que procède Théodore de Banville dans son poème « Balzac », paru dans G/7 Blas du 7 décembre 1883 :

  • 25 Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, p. 317.

Oui, nous dresserons ta statue,
Roi des esprits
[...]
Alors, ô sculpteur de colosses
[...]
Dans l’immortalité du marbre
Tu revivras25

  • 26 Henry Céard, introduction aux Lettres de Jules de Goncourt, p. 25.

19Balzac, Flaubert, ou les sculpteurs sculptés. Maupassant représente Flaubert de manière immédiatement stéréotypée, figée. De la même façon, Edmond de Goncourt disait que son frère Jules était mort au travail, mort du travail, « de l’élaboration de la forme, de la ciselure de la phrase, du travail du style »26. Maupassant affirme sa filiation dans une série de chroniques et il joue lui-même à Flaubert, adoptant à son tour la pose du censeur sourcilleux qui s’en prend aux lieux communs dans des chroniques comme « Styliana » ou « Victor Cherbulliez ».

20Pourtant, les « flaubertismes avérés » qui émaillent l’œuvre coexistent dès le départ avec des infractions graves à la poétique flaubertienne, et notamment avec la règle d’objectivité qui en est le fondement. Maupassant finira par piétiner carrément les principes du roman réaliste, en allant vers Paul Bourget. Du moins selon la rumeur, comme s’il n’avait pu trouver seul un chemin qui reste cohérent et rempli des mêmes obsessions, quelle que soit la manière choisie. Mais ces « flaubertismes », évoquant un moule à faire des phrases de la même manière que 1'on fond le plomb, aident à ériger la statue. Les petits naturalistes font de même, qui en rajoutent dans le rien prétendument exploré avec Madame Bovary.

  • 27 Alain Buisine, « Le Mot de passe », Maupassant et l’écriture, Actes du colloque de Fécamp, Nathan, (...)
  • 28 L'Ecorce et le noyau, Flammarion, 1987, nouvelle édition.
  • 29 Maupassant, Flaubert et le Horla, Muntaner, 1991.

21Tout se passe comme si, s’évertuant à chasser un fantôme par nature indéfinissable, partout présent parce que privé de site, la statue permettait d’opposer une image visible et assise, en dur, localisable et bien extériorisée. Ce fantôme est complexe, et chacun s’entend sur la présence obsédante de Flaubert, « l’homme de Rouen » qui veut se venger dans Qui sait ? Mais si le narrateur du Horla est condamné à quitter la maison blanche de Croisset, cette maison qu’il occupe indûment27, l’habitant de cette maison, c’est aussi Flaubert aux prises avec un autre fantôme. Pour Nicolas Abraham et Maria Tôrock dans des lignes qui semblent faites pour Le Horla, les symptômes d’un patient peuvent tenir à quelque chose qu’un autre a refoulé et lui a transmis, de manière cryptée. L’hallucination, c’est l’accueil de ce fantôme et le patient devient comme une marionnette qui parle le secret d’un autre dans sa maison hantée28. Ainsi, comme l’a proposé Jacques Bienvenu, ce fantôme serait Alfred Le Poittevin, le frère de sa mère, écrivain trop tôt disparu et grand ami de Flaubert29

Pères

  • 30 Voir L’Enfant et sa famille. Les premières relations, Petite Bibliothèque Payot, 1973 (The Child an (...)

22En littérature la désignation est indécidable. La référence est indécidable, la paternité est indécidable. Le privilège de l’écrivain, c’est de pouvoir choisir son ascendance littéraire. Il y eut quand même un père biologique, rendons-lui hommage quelques instants, un père qui fut « suffisamment bon », pour reprendre une expression forgée, mais à l’usage de la mère, par le psychanalyste Winnicott, qui parle aussi de « mère normalement dévouée »30. Suffisamment bon au sens où, sans imposer sa présence, il fut attentif, s’entremettant par exemple pour épargner à son fils une campagne militaire trop dure et logeant dans le même immeuble rue Moncey à partir de 1869. Les biographes oublient cela et préfèrent évoquer une querelle entre le père et le fils au sujet d’une rente que Gustave consentait à Guy et que celui-ci jugeait insuffisante. Preuve que le père, pourtant peu fortuné, subvenait aux besoins d’un fils exigeant.

23Selon la célèbre formule d’Armand Lanoux, Maupassant eut un trou à la place du père. Faux, ou vrai, si l’on pense que Gustave sut s’effacer (au contraire de Laure), ce qui est au fond le destin de tout père, libérer son fils, ne pas l’encombrer de son fantôme. De même que le destin de tout fils est de céder à l’ingratitude.

  • 31 L'Eau et les rêves, essai sur l'imagination de la matière, 1942.

24La nouvelle Garçon, un bock, où un jeune garçon surprend son père en train de brutaliser sa mère, est volontiers vue comme une scène primitive, reproduisant presque à l’identique une scène réellement vécue dont nous n’avons aucune preuve. Cette scène, il faudrait donc bien plutôt la considérer comme le faisait Bachelard au sujet de l’image de la mère mourante chez Poe. Rattachée à une rêverie principale qui est celle de la mort, cette image détermine le paysage et plus généralement ce que Bachelard nomme « complexe d'Ophélie ». Cependant, elle n'a rien à voir avec le réel puisque la mère de Poe est morte dans son lit, « d’une mort citadine »31. Telle est sans doute la rêverie de Maupassant. Rêverie qu'il faut distinguer d’un rêve, rêverie où est rejetée la filiation naturelle, et du reste tout autant la paternité et la ressemblance qui va avec elle. Dans Pierre et Jean, c’est le fils légitime qui se sent obligé de partir, c’est le bâtard qui jouit pleinement de tous ses droits, et même sans lutter.

  • 32 Cité par René Descharmes dans l’introduction à Une promenade de Bélial et Œuvres inédites, Les Pres (...)
  • 33 Mot rapporté par Albalat, Maynial, p. 94.

25Selon certains pédopsychiatres travaillant dans la ligne de Winnicott, ce ne sont pas les parents qui « font » les enfants, mais ce sont les enfants qui accordent ce statut de parent. On peut envisager ainsi la question de la filiation littéraire, en notant que la mouvance réaliste/naturaliste n’a cessé de se poser la question de l’antériorité. Les pères se précipitent, Goncourt, Zola qui entreprend même de structurer son œuvre autour de la question de l’hérédité. Cela va jusqu’au dédoublement, Flaubert ayant toujours entretenu une relation avec un autre lui-même, une autre exception, un autre roi : « Nous serions ingrats pour les nôtres s’il n’y avait une morale à part pour de pareilles natures, comme pour les rois », lui écrivait Alfred Le Poittevin32. Si cette amitié semble d'une force inégalée et décisive sur le destin d’un Maupassant appelé à remplacer imaginairement Alfred, la complicité de Flaubert avec Louis Bouilhet n’est pas moins importante. C’est Bouilhet qui lui présenta le jeune Guy et qui les réunit autour d’un autre culte, celui de la poésie : « Si Bouilhet eût vécu, disait Mme de Maupassant, il eût fait de mon fils un poète. C’est Flaubert qui voulut en faire un romancier »33. Curieusement, Bouilhet est cité dans l’étude sur le Roman.

  • 34 Nous respectons l’orthographe qu’il emploie.

26Maupassant eut toujours à cœur de nommer les gens dont il se sentait proche, tout en refusant la notion d’école. C’est le cas avec Tourgueneff34. Dans un article, « L’Inventeur du mot Nihilisme » (Le Gaulois du 21 novembre 1880), l’écrivain russe était présenté comme celui qui habite maintenant la France où il possède de nombreux amis : la famille Viardot, Mme Edmond Adam, M. Hébrard directeur du Temps, les romanciers Edmond de Goncourt, Zola, Daudet, Edmond About et bien d’autres ». Après la mort de Tourgueneff, Maupassant reprend la matière de ce texte dans trois nouvelles chroniques, « Ivan Tourgueneff » (Le Gaulois, 5 septembre 1883), « Ivan Tourgueneff » (Gil Blas, 6 septembre 1883) et « Le Fantastique » (Le Gaulois, 7 octobre 1883). Dans la première d’entre elles, il offre à nouveau une liste d’amis, Flaubert, Goncourt, Hugo, Zola, Daudet : en dehors d’Hugo, n’est plus donc citée que la grande famille réaliste/naturaliste.

  • 35 Voir Jacques Bienvenu, « Maupassant-Tourgueniev. Le maître salutaire », Cahiers Ivan Tourgueniev, P (...)

27Venu de l’étranger, Tourgueneff occupe une place importante dans cette famille. Maupassant l’associe constamment à Flaubert qui « l’aimait et l’admirait ». C’est chez ce dernier qu’il voit pour la première fois ce géant russe, cet athlète qui apparaît donc comme un double du maître, appelé même à le remplacer35. Bien plus, puisqu’il le présente comme « celui qui devait découvrir et baptiser les Nihilistes » et qui sut observer les ferments de ce qui est ici analysé en termes de maladie, il l’institue comme un autre père du « rien ».

  • 36 Sur ce point, on ne peut que rejoindre J. Bienvenu qui parle d’« un véritable portrait de Maupassan (...)
  • 37 Chroniques II, p. 259.

28Mais c’est aussi l’auteur de « courtes nouvelles » dans lesquelles Maupassant observe le plus d’originalité. D’où l’importance des Mémoires d’un seigneur russe. Bien plus, dans « Le Fantastique », le surnaturel de Tourgueneff tel qu’il est caractérisé, « vague », « si enveloppé qu’on ose à peine dire qu’il ait voulu l’y mettre », « un inconnu inexpliqué mais possible », définit le surnaturel tel qu’il va de plus en plus être mis en œuvre par Maupassant lui-même36. Enfin, c’est Tourgueneff qui raconte, chez Flaubert, une histoire des plus emblématiques pour notre sujet, celle d’un garçon « qui ne connaissait pas son père, et qui le rencontra, et qui le perdit et le retrouva sans être sûr que ce fût lui, en des circonstances possibles, mais surprenantes, inquiétantes, hallucinantes, et qui le découvrit enfin, noyé sur une grève déserte et sans limites, avec un tel pouvoir de terreur inexplicable que chacun de nous rêva ce récit bizarre »37

« Sources »

  • 38 Préface à l’édition critique des Lettres philosophiques de Voltaire (1909).

29A 1'époque de Maupassant, la critique se définit comme recherche de « sources ». Mais l’histoire littéraire selon Lanson, si mal comprise par la postérité, va se distinguer de l’Histoire dans la mesure où ces sources sont encore vivantes et continuent de parler au temps présent. D’où 1'ambition – toujours insatisfaite - de découvrir pour chaque phrase « le fait, le texte ou le propos » qui met en route l’intelligence ou 1'imagination de 1'auteur38. Ambition que rejoint cette persévérance à rechercher le trait flaubertien dans tout texte de Maupassant. Mais si les disciples de Lanson furent surnommés les « sourciers », c’est comme pour nous suggérer un rapprochement avec le fantôme qui hante et qui revient. Qui est mort continue de vivre, alors que la statue reste un bloc minéral, immobile et froid.

  • 39 Voir L’Analyse structurale du récit, où il renvoie à Séméiotikè, recherches pour une sémanalyse de (...)
  • 40 Voir notre article, « Le Contre Maupassant de Roland Barthes », dans Manières de critiquer, études (...)

30La modernité critique, rejetant cette notion un peu trop mécanique de « source », préfère parler d’intertextualité et de réécriture. Roland Barthes précise même que l’intertextualité est à prendre dans les deux sens, et procède d’abord du lecteur qui repart vers l’amont : « un trait d’énoncé renvoie à un autre texte, au sens presque infini du mot [...] Dans ce qu’on appelle l’inter-textuel, il faut inclure les textes qui viennent après »39. De fait, Une vie de Maupassant, Une belle journée de Céard ont, entre autres fonctions, celle de poser Madame Bovary comme modèle et matrice du livre sur rien, de le constituer en source, de la même façon que l’enfant accorde le statut de parent. Cependant, si Maupassant avance le nom de Flaubert et réécrit Madame Bovary, il ne réécrit pas tout Flaubert. Il ne réécrit pas Salammbô ni même Bouvard et Pécuchet dont il fut pourtant le premier admirateur, et dont il ne retient que le motif de la bêtise, mais un motif en quelque sorte dépouillé, devenu totalement abstrait. Car si Madame Bovary se voulait « un livre sur rien », Bouvard et Pécuchet se présente comme « un livre sur tout », une encyclopédie des encyclopédies, le véritable tombeau- au sens poétique du terme - d’une autre « littérature », celle des traités de jardinage, de cuisine, d’éducation, de médecine, qui fascine littéralement alors qu’on prétend la traiter comme bêtise. Rien de cela ne reste chez Maupassant, nulle tentation encyclopédiste chez lui qui, au fond, construisit avant de s’en détacher un Flaubert maupassantisé, ce Flaubert que la modernité du second XXe siècle a révéré tout en rejetant Maupassant40.

31Il y a donc du Maupassant dans notre Flaubert, et Maupassant apparaît aussi comme le père d’un Flaubert que nous ne lirions sans doute pas comme nous le lisons si des « disciples » n’avaient décidé de le tirer vers eux, de lui édifier une statue autrement édifiante que le monument public, en définitive fort anodin.

32Ce qui reste, c’est donc la formidable personnalité d’un Maupassant que notre histoire littéraire n’a pas encore réussi à statufier, malgré la mainmise récente d’un enseignement secondaire aux abois. Face à ces autres redoutables personnalités que furent Flaubert, Goncourt, Zola, il sut construire son territoire propre, sans qu’on puisse définitivement l’inscrire dans une filiation unique. D’où peut-être cette force, cette liberté au cœur de la maladie, à tel point qu’aujourd’hui, il n’est pas loin d’occuper le devant de la scène.

33Et si Garçon un bock offre une « scène primitive », c’est davantage comme le moment où se révèle Maupassant, celui de Pierre et Jean, roman auquel se rattache le motif de cette nouvelle, le Maupassant qui va connaître une postérité plus ou moins clandestine, chez Simenon, Sartre, Cayrol et plus récemment et de manière explicite dans Extension du domaine de la lutte de Michel Houellebecq, dont l’autre roman, Les Particules élémentaires, offre un titre maupassantien à tous points de vue, disant l’isolement de chacun, la vanité des agrégations provisoires et l’effacement des lignées. Il revient sans doute à notre époque de comprendre Maupassant, sans le statufier, parce qu’elle a décidé de réinterroger le lien de la littérature et de l’existence et qu’elle peut donc le faire sien.

Notes

1 Correspondance établie par Jacques Suffel, Edito-Service SA, Genève 1973 Tome II (1881-1887), p. 90.

2 Correspondance II, p. 237. Voir la lettre de Goncourt à Maupassant dans son Journal, Mémoires de la vie littéraire, 3 janvier 1887, collection « Bouquins », texte établi par Robert Ricatte, Robert Laffont. 1989, tome III, p. 2.

3 Correspondance II, p. 245.

4 Correspondance III (1888-1893), p. 157.

5 « L’Amour des poètes », Gil Blas, 22 mai 1883.

6 Correspondance III, p. 182.

7 Jules de Goncourt, « A Emile Zola », 27 février 63, Lettres, édition définitive avec une introduction d’Henry Céard, Flammarion-Fasquelle, 1930.

8 Edouard Maynial, La Vie et l’Œuvre de Guy de Maupassant, Société du Mercure de France, 1906, p. 104.

9 Dimanche 23 novembre 1890, Journal, tome III, p. 495.

10 Toujours selon Goncourt, dans la même page.

11 Voir Ségolène Le Men, « L’Age de nature et ses livres », à propos du plan d’éducation de Mme de Genlis, dans Le Magasin des Enfants. La Littérature pour la jeunesse (1750-1830), ville de Montreuil, 1988.

12 Louis Veuillot, De quelques erreurs sur la papauté, Gaume frères et J. Duprey, 1859, « Introduction », p. I à XI.

13 La Cathédrale, Librairie Plon, 1908, p. 9.

14 Voir p. 126 à 133 de la réédition en collection « Folio », Gallimard, 1988.

15 Voir dans Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, préface et notices de Stéphane Vachon, Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, juin 1999, p. 171.

16 Sartre, Baudelaire, p. 133.

17 La Vie ardente, Lemerre, 1883. Voir dans Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, p. 313.

18 E. Maynial, La Vie et l’Œuvre de Guy de Maupassant, p. 187.

19 Id., p. 209.

20 Correspondance, III, p. 35.

21 Correspondance, III, p. 166.

22 Correspondance, III, p. 46.

23 Correspondance, III p 160.

24 Correspondance, III, p. 50.

25 Honoré de Balzac. Mémoire de la critique, p. 317.

26 Henry Céard, introduction aux Lettres de Jules de Goncourt, p. 25.

27 Alain Buisine, « Le Mot de passe », Maupassant et l’écriture, Actes du colloque de Fécamp, Nathan, 1993.

28 L'Ecorce et le noyau, Flammarion, 1987, nouvelle édition.

29 Maupassant, Flaubert et le Horla, Muntaner, 1991.

30 Voir L’Enfant et sa famille. Les premières relations, Petite Bibliothèque Payot, 1973 (The Child and the Family, Tavistock Publications, 1957).

31 L'Eau et les rêves, essai sur l'imagination de la matière, 1942.

32 Cité par René Descharmes dans l’introduction à Une promenade de Bélial et Œuvres inédites, Les Presses Françaises, 1924, p. XLIII.

33 Mot rapporté par Albalat, Maynial, p. 94.

34 Nous respectons l’orthographe qu’il emploie.

35 Voir Jacques Bienvenu, « Maupassant-Tourgueniev. Le maître salutaire », Cahiers Ivan Tourgueniev, Pauline Viardot, Maria Malibran no 17-18, 1993-1994.

36 Sur ce point, on ne peut que rejoindre J. Bienvenu qui parle d’« un véritable portrait de Maupassant par lui-même ».

37 Chroniques II, p. 259.

38 Préface à l’édition critique des Lettres philosophiques de Voltaire (1909).

39 Voir L’Analyse structurale du récit, où il renvoie à Séméiotikè, recherches pour une sémanalyse de Julia Kristeva, Œuvres complètes 2, p. 848.

40 Voir notre article, « Le Contre Maupassant de Roland Barthes », dans Manières de critiquer, études réunies par F. Marcoin et F. Thumerel, Artois Presses Université, Arras, 2001.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search