Version classiqueVersion mobile

L’Impressionnisme, les arts, la fluidité

 | 
Philippe Fontaine
, 
Frédéric Cousinié
, 
Pierre-Albert Castanet

Architecture

Fluides, affordances et profilage architectural

Patrice Ceccarini

Texte intégral

  • 1 Paris, Gallimard, 1995, t. II.

[…] les choses n’existent pas et il n’est rien qui ne dure ni ne demeure, seulement un flux de changements. Friedrich Nietzche, La Volonté de puissance1

Mise en jeu

  • 2 Voir : Hubert Damish, « Du structuralisme au fonctionnalisme », dans À la recherche de Viollet-le- (...)

1Fluidité, écoulement, flux, confusion, turbulence, vortex, troubles, mouvements chaotiques : convoquées par la mécanique et la dynamique des fluides, mais encore par la thermodynamique et les sciences contemporaines de la matière, ces notions physiques essentielles dans leur domaine, paraissent hanter la discipline architecturale. Auraient-elles quelque chose en commun avec cette dernière ? Entendue au sens le plus large, l’architecture a pour objet d’étude l’organisation et l’édification des territoires habités. Que ces derniers soient étendus ou restreints – territoires géographiques, agglomérations urbaines, villes, édifices, mobilier, composants techniques, etc. –, tous se traduisent sous la forme d’artefacts dont la caractéristique la plus évidente est d’être le plus souvent fixe, statique, immobile mais encore, pesante, solide et dure. Pris dans leur ensemble, leurs organisations matérielles demeurent relativement simples, le plus souvent conçues à partir d’une base géométrique euclidienne – autant dire une géométrie ancienne –, certes fondatrice mais relativement simple vis-à-vis des extraordinaires développements mathématiques et scientifiques contemporains. L’architecture, par ses propriétés géométriques, techniques et matérielles, peut être considérée comme l’expression de l’inertie et de la staticité, la notion de structure (struere) lui étant naturellement consubstantielle2 : ainsi, plus proche de la notion de cristallisation, l’architecture serait l’antithèse de la fluidité.

Matière, structures, processus d’émergence

  • 3 Marc Audier, Michel Duneau, « Cristaux », dans Encyclodedia Universalis, 2011.

2Quelles que soient leurs propriétés – naturelles ou artificielles –, les organisations cristallines de la matière se présentent le plus souvent sous forme de structures rigoureusement organisées à partir d’axes de symétrie constitués par une disposition très régulière des atomes prenant l’aspect d’un empilement uniforme de cubes identiques. Les cristaux caractérisent la forme la plus ordonnée de la matière solide3 ; pourtant, à l’opposé, il existe des structures cristallines où les positions atomiques semblent n’avoir aucune contrainte (états vitreux, semi-conducteurs, cristaux liquides, quasi-cristaux, etc.). La division en états solide, liquide et gazeux, instituée par la thermodynamique au XIXe siècle a subi une révision décisive avec la découverte de l’état critique au XXe siècle, en démontrant une continuité de fait entre état gazeux et état liquide : l’état fluide regroupait à la fois les états liquide, gazeux et critique, par opposition à l’état solide a priori mieux défini. La recherche concernant la matière dans des milieux extrêmement chauds porta à la découverte d’un « quatrième état » de la matière, terme équivoque supposant une proximité taxinomique du plasma avec l’état fluide ou l’état solide, bien que les concepts qui sous-tendent ce dernier soient quasiment sans relation avec les attributs des états fluide et solide.

  • 4 Vincent Fleury, « Matière. États de la matière », dans Encyclopedia Universalis, 2011.

3Ainsi, des distinctions primordiales remettent en cause la doxa concernant la matière : le verre, solide au premier abord, possède une structure plus proche de celle d’un liquide que d’un cristal typique. En revanche, certains liquides sont constitués de molécules régulièrement ordonnées (cristaux liquides, état mésomorphe ou état « intermédiaire » entre liquide et solide). La découverte des corps à l’état fluide ayant des propriétés de solides – et inversement –, fait que la science contemporaine a définitivement brisé les catégories recouvertes par les expressions état solide et état fluide. Aujourd’hui, la physique hors d’équilibre ouvre de nouvelles perspectives concernant la matière pour lesquelles le terme état ne saurait plus convenir (structures auto-organisées complexes, matière vivante) : désormais, il ne s’agit donc plus seulement « d’états » de la matière mais bien de « manières d’être » de la matière4.

4Toute proportion gardée – et considérés en tant qu’objets naturels –, les artefacts architecturaux, bien au-delà de leur nature apparemment cristalline, ne sauraient être autres que le résultat d’un contexte dynamique : la matérialité des organisations habitées intègre non seulement la matérialité statique de la tectonique des matériaux, mais aussi toutes les autres matérialités qui les traversent, à savoir tous les différents états de la matière qui se trouvent intrinsèquement associés à la tectonique constructive : certes, on y trouve l’atmosphère, couplée à la variété infinie des ambiances naturelles (hygrométrie, température, altitude, longitude géographiques, biotope/faune, climatologie, etc.) mais encore les informations (flux informationnels) relatives aux habitants eux-mêmes et aux modes d’être et d’habiter (flux ethno-anthropologiques, psycho-sociaux et comportementaux). Par son caractère apparemment stable, la matière solide caractérise la dimension tectonique de l’architecture, laquelle représente de manière fallacieuse l’architecture comme entité complète. Or, d’évidence, la matière « cristallisée » ne représente qu’un « état » de la forme architectonique à un moment donné de son existence, puisque cette dernière évolue constamment, changeant d’aspect au cours du temps (évolution de la forme des édifices, des villes et territoires), signifiant que la forme tectonique n’est pas – et n’a jamais été – la « forme architecturale » en tant que telle – ainsi qu’on enseigne dans la plupart des institutions académiques : elle n’en représente que la résultante. La géométrie (théorie des proportions, harmonie, symétrie, eurythmie, etc.) et la matière organisée sous une forme tectonique ne représentent seulement que la partie la plus statique du phénomène architectural lui-même.

Fig. 74. Écoulement laminaire correspondant au profilage d’une aile d’aéronef.

Fig. 75. Alexander von Humboldt, Geographie der Pflanzen in den Tropen-Ländern (représentation du volcan Chimborazo), carte, 1805.

  • 5 Alexandre von Humbold, Aimé Bonpland, « Essai sur la géographie des plantes ; accompagné d’un tabl (...)
  • 6 Alexandre von Humbold, Aimé Bonpland, « Nouvelles recherches sur les lois qu’on observe dans la di (...)

5Dans le domaine des sciences de la nature, rapportons-nous à l’expérience pionnière d’Alexander von Humboldt dans les domaines de la géographie et de la botanique concernant la constitution des morphologies naturelles terrestres : il fut le premier, à partir d’une approche pragmatique, à démontrer les interactions entre les phénomènes humains et les phénomènes géologiques, météorologiques, biologiques ou physiques. La récolte de mesures rigoureuses à partir de différents paramètres d’un contexte environnemental (hygrométrie, pression atmosphérique, altitude, longitude et latitude, nature chimique et thermique des masses d’air, rayonnements solaires, phénomènes électriques, nature des sols, édaphologie, etc.) donnera une compréhension des conditions d’existence des différentes formes vivantes et de leurs mutations constantes relatives aux variations des fluides et des flux en interaction5. Ce sont les différents facteurs associés aux fluides physiques d’un contexte qui, se manifestant par des mouvements, des flux et des turbulences, donnent lieu à l’apparition de formes (relativement) stables et solides. Les manières d’être de la matière donnent lieu à des formes (ou états) de la matière : des formes en présence à un moment donné6. Tout ce qui se présente dans la stabilité n’est qu’apparence, car celle-ci est le fruit d’un flux continu d’interactions dynamiques.

Émergence et principe d’auto-organisation

  • 7 Henri Atlan, « Auto-organisation », dans Encyclopaedia Universalis, 2011.
  • 8 Ibid.

6L’être relatif à la constitution et à la formation des organisations naturelles (morphogenèse) tiendrait essentiellement à leur processus d’émergence ou d’auto-organisation7, lequel se produit dans des conditions dynamiques où les variations des paramètres se modifient en permanence. Henri Atlan établit une nette différence entre les artefacts construits par l’homme et les systèmes naturels ; les premiers sont produits « en vue de fins et suivant des plans déjà définis, la signification des structures et des fonctions [étant] définie par rapport à ces fins », lesquelles sont externes à la machine elle-même alors que dans les seconds, « la notion même d’auto-organisation implique une origine interne, non seulement pour les structures mais aussi pour les significations fonctionnelles des comportements produites par ces structures8 ». Semblant répondre de prime abord à la première catégorie d’organisation, les artefacts architecturaux sont un cas hybride artificiel-naturel, ne paraissant pas déroger aux principes de l’auto-organisation des systèmes naturels. Bien que ceux-ci soient pensés par des humains avec une finalité fonctionnelle, leur signification – polysémique – reste indéterminée (ou variable), car jamais définitivement fixe : leurs structures évoluent dans le temps parallèlement aux changements de leurs significations (par exemple, le théâtre de Marcellus transformé en palais par la famille Savelli au XVIe siècle), jusqu’à leur désagrégation et complète disparition matérielle. De toute évidence, ce qui vaut pour les formes de la nature, vaut aussi pour les artefacts architectoniques dans leur ensemble car leur organisation-évolution dans le temps tient dans l’origine ambivalente de leur auto-organisation à la fois interne et externe. Ainsi, bien que les territoires, organisations urbaines, édifices ou artefacts architecturaux apparaissent immobiles, ils ne sont que le produit des flux dynamiques continus propres à la fois aux mutations des sociétés humaines et aux forces naturelles de la matière. La signification et l’organisation architecturale se manifestent sous la forme d’un écoulement, de changements fluides et continus de l’information qui les compose.

Fluidité : théories antiques

Vitruve

  • 9 Voir: Reyner Banham, The Architecture of the Well-Tempered Environment [Londres, 1969], Chicago Un (...)
  • 10 Voir: Vitruve, De l’Architecture, C.-L. Maufras (trad.), Paris, Planckoucke, 1848; et Vitruvio, De (...)

7Même si durant les décennies inventives des années 1960 et 1970, certaines avant-gardes architecturales se sont intéressées à ce que recouvrait la notion de « fluidité » en architecture9, cette notion n’était guère évidente à la société moderniste occidentale de l’après-guerre. La préfabrication et la sérialisation industrielles, la production de masse d’édifices ont favorisé une pratique de l’architecture « réductionniste », appuyée sur les dimensions techniques et économiques très normées et extrêmement contraignantes. Cette pratique était donc peu encline aux relations avec les territoires dans lesquels elle s’inscrivait ; qui plus est, la perte d’inscription territoriale était justifiée par une lecture des territoires en termes purement juridiques et de rentabilité. La nature vivante des territoires n’a pas – ou peu – été considérée. Dans un tel contexte, il n’est pas étonnant que les interprétations du De architectura de Marcus Vitruvius Pollio, père séculaire de la discipline architecturale10, aient été sujettes à des lectures restrictives, partielles, voire trompeuses sinon totalement erronées, plus souvent idéologiquement orientées vers des interprétations techniques et esthétiques. À ceci, il faut aussi ajouter que les différentes traditions rationalistes de la Renaissance et de l’époque classique ne furent pas étrangères à cet état de fait – en commençant par l’interprétation du texte par Leon Battista Alberti, lui-même – dans son De re aedificatoria datant de 1452.

  • 11 Ventus autem est aeris fluens unda, ibid., livre I, chap. vi, § 2.
  • 12 Id autem etiam Etruscis aruspicibus disciplinarum scriptis ita est dedicatum, ibid., livre I, chap (...)

8Pourtant, dans le livre premier du De architectura, la référence aux fluides, aux mouvances, courants, aux forces dynamiques et aux forces formantes est manifeste : Vitruve donne pour origine rationnelle de l’architecture, la raison inhérente aux dimensions naturelles et fluides qui lui donnent naissance et sans lesquelles la discipline architecturale ne saurait exister. La définition de l’architecture dans le texte vitruvien est sans équivoque concernant sa dimension organique. Sans entrer dans un examen détaillé de l’ensemble des chapitres, on comprend combien l’architecture est la résultante des formes dynamiques et d’une pensée de la fluidité, celle-ci paraissant représenter la quintessence de la physique de la nature : ainsi, dans le chapitre i du livre I, « Quid sit achitectura, et de architectis instituendis », on découvre que l’optique était non seulement entendue comme les lois de la perception, mais probablement comprise aussi comme la connaissance des lois selon lesquelles la lumière se « diffuse » (se répand) dans l’espace (§ 4). La musique est, non seulement entendue comme loi harmonique des proportions des cordes, mais concerne encore les fréquences et les ondes acoustiques (§ 8 et 9) ; de même, la philosophie, au-delà de sa dimension morale et éthique, donne accès aux lois régissant la nature des choses (de rerum natura quae graece physiologia dicitur), « physiologie » selon la tradition grecque, laquelle concerne l’écoulement des fluides, eaux, air, etc. (§ 7). Nous trouvons encore la médecine, sans laquelle aucune habitation salubre ne serait possible (§ 10) : en effet, dans le chapitre iv, De electione locorum salubrium, la médecine y est très largement convoquée pour le choix des lieux de fondations des villes et des édifices : les lieux se caractérisent par les klimata – des flux –, vents11, bruines, brouillards, nuages, vapeurs et autres états atmosphériques et climatologiques. Les variations des températures, la combinaison et l’équilibre des principes vitaux relatifs aux quatre éléments (stoicheia) – air, eau, feu, terre – marquant les humeurs corporelles des êtres en général et des vivants en particulier, déterminent la morphologie des villes et des édifices afin de garantir de ne pas nuire à la santé des habitants (le primum non nocere d’Hippocrate). Dans le chapitre vi, § 1, Vitruve insiste encore sur le soin nécessaire concernant l’organisation des villes et des édifices en fonction « des directions des régions du ciel » : « Moenibus circumdatis, sequuntur intra murum arearum divisiones, platearumque et angiportuum ad caeli regionem directiones. Dirigentur haec autem recte » (on doit à l’intérieur [de l’enceinte] s’occuper de l’emplacement des maisons et de l’alignement des grandes rues et des petites suivant l’aspect du ciel. Les dispositions seront bien faites). À cet égard, ce n’est donc pas non plus innocemment que Vitruve fait référence à la sagesse des anciens aruspices, issus de la tradition étrusque12 : en effet, lors de la fondation augurale des villes, les aruspices, puis les agrimensores opéraient non seulement les rites sacrés au sein du templum par la description dans le ciel des lignes imaginaires puis par la transposition sur terre de leur tracé, mais encore analysaient antérieurement à toute fondation urbaine, les entrailles d’animaux laissés préalablement paitre pendant plusieurs mois sur le site d’édification. Les singularités morphologiques des entrailles des animaux sacrifiés – le foie, de préférence – garantissaient de manière augurale l’avenir, mais aussi de manière rationnelle les propriétés naturelles et la salubrité du site de fondation. Les malformations décelées des organes victimaires étaient indicielles : elles constituaient les symptômes de pathologies potentielles liées à l’eau, à la terre et à l’air, etc. Cette curiosité du texte de Vitruve, renvoie ainsi à un texte écrit par Hippocrate, « Air, eau, lieux », lequel institue, par son titre même, une dynamique fondamentale entre les sites d’occupation et les pratiques humaines, car on y met en évidence l’influence du milieu physique sur le corps et l’âme des habitants. La médecine, elle-même, a institué récemment un champ de connaissance spécifique (médecine environnementale), où les phénomènes ambiants sont étudiés sous l’angle de leurs variations et de leurs conséquences sur les habitants.

9Les chapitres vi (« De divisione et dispositione operum, quae intra muros sunt ») et vii (« De electione locorum ad usum communem civitatis »), incitent encore et reviennent sans cesse à fonder et organiser les œuvres édifiées en bonne adéquation avec les lieux naturels. À cet égard, la notion même de decor – souvent traduite par le terme équivoque de « convenance » – vaut d’abord, et essentiellement, pour la dimension naturelle des lieux ; cette notion se prolonge logiquement depuis le positionnement naturel, géographique et climatologique des édifices jusqu’aux dimensions sociales (lesquelles consistent en une fine adéquation des usages à la nature des lieux, thematismos, et non l’inverse), car le mot decor doit être entendu dans le monde latin sous l’acception « adéquation » ou, mieux encore, sous celle plus pertinente de « conformation » – et non sous celle de « convenance », réductrice, qui caractérise son sens moderne, au moins depuis le XIXe siècle.

  • 13 Ou commodatio. Voir ibid., livre III, chap. i, § 1.
  • 14 Ibid., livre I, chap. ii, § 1.

10On peut sérieusement penser que la notion de fluidité se retrouve aussi dans les notions eurythmia et symmetria. Le plus souvent, l’eurythmie est traduite comme étant « l’aspect agréable, l’heureuse harmonie des différentes parties de l’édifice », or le texte latin dit : « eurythmia est venusta species », ce que nous traduirions plutôt par : l’eurythmie est ce qui, de la venustas, se donne au regard. Ceci nous renvoie de fait à la racine étymologique du terme phénomène, phainómenon, ce qui apparaît à la lumière ; l’eurythmie est donc l’un des effets de la venustas – un phénomène – et non la venustas en tant que telle, que l’on comprend et que l’on traduit classiquement comme « aspect agréable ». Eurythmia est aussi « commodusque in compositionibus membrorum aspectus », impliquant qu’elle serait la bonne adéquation, la disposition appropriée et le produit de la composition des membres du système architectural. Eurythmia, en réalité, est un ensemble d’effets dynamiques et fluides, liés à la mise en résonnance continue des propriétés physiques et morphologiques d’un édifice (ou d’un organisme) en relation à la perception entendue en son sens large. Quant au terme symmetria13, il s’agit de l’harmonie, de la concordance, mais mieux encore, de la juste et parfaite conformation/adéquation des parties de l’œuvre, les unes en rapport aux autres (Symmetria est ex ipsius operis membris conveniens consensus) en fonction d’une loi de continuité harmonique – géométrique ou non. Traditionnellement, symmetria est le plus souvent comprise comme harmonie des proportions, figures, mesures et modulation, car facile à la compréhension du plus grand nombre et à l’usage le plus simple. Moins évidente, la nature organique du terme, à savoir la dimension de parfaite conformation, disposition, composition appropriée, reste largement occultée. Ainsi, la dimension complexe et systémique de ces termes reste très largement incomprise encore aujourd’hui à la compréhension des enjeux de l’architecture contemporaine. On s’en rend mieux compte mieux en considérant l’ensemble des termes convoqués dans le chapitre ii (« Ex quibus rebus architectura constet »). Il y est dit : « Architectura autem constat ex ordinatione, quae graece taxis dicitur et ex dispositione hanc autem Graeci diásthesin vocitant et eurythmia et symmetria et decore et distributione quae graece oikonomía dicitur14. » L’ensemble des termes font système et renvoient in fine au terme de distribution (oikonomía) et de ce fait aux notions de direction, administration, gouvernement (terme à la racine du mot cybernétique), mais encore à ceux d’arrangement, ordonnance, distribution qui valent dans l’ensemble des sciences de l’ingénieur. Il y aurait donc une dimension dynamique et organique – quasi vivante – qui habiterait les organisations édifiées.

Venustas

11La théorie vitruvienne n’est pas seulement une théorie des ordres classiques, de l’harmonie et de l’art des proportions géométriques : elle est avant tout, et sans aucun doute, une théorie organique de l’architecture. Une dernière donnée capitale va dans ce sens. Dans le chapitre iii du livre I, « De partibus et terminationibus architecturae », on découvre les trois principes qui doivent impérativement se retrouver dans toute œuvre architecturale et dans chacun de ses composants : « Haec autem ita fieri debent, ut habeatur ratio firmitatis, utilitatis, venustatis. » Ces principes sont des rationes à savoir des systèmes, procédés ou méthodes, autrement dit des facultés de calculer, de raisonner, de juger, d’expliquer. Il ne s’agit pas seulement, de la solidité (firmitas), de l’utilité (utilitas), de la beauté (venustas) entendus au sens moderne et rationaliste, même si cette pensée n’était pas ignorée par le monde antique. Les procédures de pensée ne coïncident pas avec nos habitudes contemporaines. Si l’on parle de ratio firmitatis, utilitatis et venustatis, plus que de champs catégoriels – à savoir mécanique et construction, usages et fonctionnalité, beauté et élégance –, il faut avoir une approche bien plus large de l’usage de ces termes, lesquels doivent faire système, ainsi : ratio firmitas incite à penser en termes de cohérence, fermeté, résistance, stabilité ; ratio utilitatis, renvoie à utilisable, en adéquation, profitable dans le sens de « qui fait croître », en relation avec ; enfin, ratio venustatis renvoie aux qualités vénusiennes ; elle suppose beauté physique et grâce, agrément, élégance ou encore amour, attraction physique et sexualité, générativité.

12Ces concepts ont des liens logiques étroits entre eux que l’on ne saurait ignorer. Il est intéressant, par ailleurs, de noter combien ces termes ont été expurgés de leurs significations originaires. À cet égard, ratio venustatis est particulièrement significative de cet état de fait : sans cesse, depuis le haut Moyen Âge, Vénus (et ses propriétés) a toujours été vécue comme une véritable difficulté, et cela jusqu’à l’époque moderne ; on peut observer comment – à partir de questions idéologiques tenant principalement d’une morale rigoriste chrétienne – elle fut écartée ou, dans le meilleur des cas, corrigée des propriétés qui lui sont connaturelles, car gênantes et transgressives. Avant même de renvoyer à la dimension esthétique et visuelle, venustas renvoie d’abord aux dimensions vivantes, organiques et dynamiques que nous pourrions qualifier de génératives, dans les termes contemporains actuels. Venustas renvoie à Vénus/Aphrodite, entendue comme principe de fluidité dynamique et générative de l’architecture, principe aussi dangereux que celui de la guerre et de la destruction. N’est-il pas vrai que l’un et l’autre étaient frère et sœur, et amants ?

  • 15 Voir : Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999

13N’est-il pas étonnant que Vitruve, lui-même conseille de placer les temples de Vénus/Aphrodite, de Mars/Arès et de Vulcain/Héphaïstos à l’extérieur des enceintes de la ville, hors de la civilisation, dans l’espace sauvage et pulsionnel de la nature, conformément aux pratiques de l’époque ? Si l’on comprend le danger potentiel que représentent Mars (guerres, discorde et destruction) et Vulcain (forces violentes de la nature, feu, explosion, tremblements de terre, artifices), pourquoi craindre la belle et séduisante Aphrodite ? Parce que celle-ci représente d’abord la matrice, la fertilité, la création, la régénération de la vie, la force pulsionnelle reproductrice et sexuelle de la nature. Aphrodite, quelle que soit la légende à laquelle on se réfère, reste toujours associée aux éléments fluides, à la vie, à l’océan : chez Homère, elle est fille de Zeus et de Dioné, l’une des filles d’Océan. Dans la Théogonie d’Hésiode, Aphrodite naît de la mer fécondée par le sexe d’Ouranos tranché par Cronos : « tout autour, une blanche écume (sperme) sortait du membre divin. De cette écume, une fille se forma. » La déesse est « née de l’écume » (aphrós). Son épithète homérique philommeidés est interprétée par Hésiode comme signifiant « sortie des testicules15 » (médea).

Ratio venustatis : paradigme de la générativité des formes ?

  • 16 Varron, De l’agriculture, dans Les Agronomes latins, Caton, Varron, Columelle, Palladius, M. Nisar (...)
  • 17 Lucrèce, De la nature, Henri Clouard (trad. et éd.), Paris, Flammarion, « GF », 1991.
  • 18 Voir : Michel Serres, Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce. Fleuves et turbulences, P (...)

14Car n’est-ce pas à partir de la dynamique des fluides que les formes se constituent ? D’autres auteurs convoqués par Vitruve lui-même, l’attestent sans aucun doute. Dans les Res rusticae, Varron, auteur contemporain de Vitruve, dédie son ouvrage aux douze grands dieux qui composent le conseil céleste « [non] pas ces divinités citadines, six d’un sexe et six de l’autre, dont les statues dorées se dressent au Forum, mais bien les douze intelligences qui président aux travaux des laboureurs ». Parmi celles-ci, on trouve Venus qui préside au jardinage, signifiant qu’elle garantit la fertilité, la germination, la formation et la croissance, la genèse des formes organiques végétales16. Cependant, le lien à Vitruve le plus marquant d’entre tous peut être trouvé chez Lucrèce dans l’hymne à Vénus en préliminaire de son long poème théorique, De rerum natura, dans lequel il expose les thèses atomistes épicuriennes17. Ainsi l’invoque-t-il : « Mère des Romains, charme des dieux et des hommes, bienfaisante Vénus, c’est toi qui, fécondant ce monde placé sous les astres errants du ciel, peuples la mer chargée de navires, et la terre revêtue de moissons ; c’est par toi que tous les êtres sont conçus, et ouvrent leurs yeux naissants à la lumière. Quand tu parais, ô déesse, le vent tombe, les nuages se dissipent ; la terre déploie sous tes pas ses riches tapis de fleurs ; la surface des ondes te sourit, et les cieux apaisés versent un torrent de lumière resplendissante. » La physique de Lucrèce, qui s’en tient principalement aux données essentielles de la doctrine d’Épicure, explique la genèse du monde : la chute verticale et éternelle des atomes comme autant d’écoulements laminaires dans le vide ; les atomes sont les semences de tous les univers car rien ne se crée ni ne se perd. Dans ce flux continu, la pesanteur et une déclinaison singulière (clinamen) permettent, au travers de turbulences nécessaires, la création du monde par une rencontre et une combinaison des atomes : de ces accidents – ou catastrophes –, émergent du néant, les corps, inertes ou animés. Ainsi, tout n’est que matière, même l’esprit de l’homme (animus) et son âme (anima) qui se dissolvent ensemble dans la mort. L’apparition et disparition des êtres, la réalité ne sont, en ce monde, qu’une suite de situations naturelles. Comme l’observe Michel Serres, « à la physique de la chute, de la répétition, de l’enchaînement rigoureux se substitue la science créative du hasard et des circonstances18 ». Un regard nouveau est porté sur le clinamen : ce très petit écart angulaire s’immisçant dans les trajectoires des masses ou dans les flux inertes, devient le prélude à l’idée du pré calcul infinitésimal – une « fluxion » au sens leibnizien. De la sorte, l’écart infinitésimal constitué par le clinamen provoque, selon Lucrèce, par parturition, enfantement de tourbillons, la structuration et « la formation des choses à partir de la cataracte atomique ». Trouble qui fait naître les choses, Venustas serait le paradigme de la générativité des formes et des êtres.

Le profilage organique de la forme architecturale contemporaine

Affordances et émergence architecturale

15Dès lors que l’on relit de manière critique le livre premier du De architectura, on est frappé par l’importance déterminante de l’environnement physique et du rôle de l’organicité prônés par la théorie de Vitruve : la démarche vitruvienne paraît décrire un processus morphogénétique systématique, et cela par adéquations successives, grâce à une intégration progressive entre phénomènes naturels et usages fonctionnels et symboliques. Par sa continuité et sa cohérence, la démarche peut être associée à celle d’un profilage faisant se succéder logiquement des formes potentielles en partant de l’échelle la plus large à la plus petite selon le processus qui suit :

  1. La recherche de territoires potentiels à partir d’une observation détaillée de leur propriété ;
  2. L’adéquation de la forme (schèma) urbaine, voies et enceinte, aux flux et aux dynamiques naturelles environnementales ;
  3. L’adéquation des fonctions/significations/usages des équipements publics en fonction des lieux naturels (decor) ;
  4. L’adéquation des fonctions/significations/usages des habitations en fonction de leur position géographique et de leur parcellaire. Le processus de conceptualisation de Vitruve, à la fois topologique et phénoménologique, permet de trouver – par approximations successives – les positionnements et conformations spatiales optimaux des diverses fonctions à installer. Les phénomènes environnementaux naturels – assimilables à des « poches » phénoménologiques –, s’imposent à la perception des potentiels occupants intéressés par leur saillances dynamiques, par leurs caractéristiques et, de ce fait même, accordent aux groupes humains, dès lors qu’ils l’ont identifié, une prise du territoire pour leur installation et usage propres. Ce sont les flux, les phénomènes dynamiques qui donnent lieu aux localisations fonctionnelles et aux conformations architecturales, et cela de manière fluide, en unissant chaque échelle spatiale, l’une à l’autre de manière continue. Ce processus de continuité morphogénétique (venustas) garantit idéalement un profilage architectural d’une grande cohérence (firmitas), soutenant de la sorte, l’équilibre vital et le bien-être des habitants (utilitas).
  • 19 Voir: James Jerome Gibson, « The Theory of Affordances », Perceiving, Acting and Knowing, Robert S (...)
  • 20 Voir: Jakob Nielsen, Usability Engineering, Cambridge, Academic Press Professional, 1994; et Danie (...)

16Immanquablement, il serait difficile de ne pas établir une relation étroite entre le processus architectural vitruvien et la théorie des affordances (theory of affordances) proposée par James Jerome Gibson19, une approche écologique de la perception fondée sur l’analyse de la perception des rapports entre animal et l’environnement. La théorie des affordances est une approche phénoménologique ne connaissant que les dimensions sensibles et mondaines : à la fois médium, substances et surfaces, l’environnement forme les objets et les animaux. Ainsi, différentes possibilités d’interaction « s’offrent » à l’animal. Gibson désigne par affordances les possibilités d’interactions offertes à l’animal par son environnement. Les affordances de l’environnement guident et limitent le comportement des animaux. La complémentarité entre l’animal et l’environnement est une notion essentielle. Ce n’est donc pas par hasard, non plus, que la théorie des affordances a débouché sur le concept d’usabilité (usability) en matière d’ergonomie20. La continuité et la fluidité de la genèse des formes (morphogénèse) appuyée sur la théorie des affordances garantirait l’émergence d’organisations architecturales et urbaines en cohérence avec les usages des sociétés humaines.

Sociétés contemporaines, care theory et thérapeutique architecturale

  • 21 Voir: Martin Heidegger, « Bâtir, Habiter, Penser », dans Essais et conférences, Paris, Gallimard, (...)
  • 22 Voir : Edgard Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990.

17Face à l’enjeu écologique mondial, les concepts de durabilité des ressources et de développement soutenable deviennent incontournables depuis une vingtaine d’année en Europe ; devant valoriser l’équité sociale et solidaire, cet événement remet en cause les pratiques architecturales et urbaines mécanicistes occidentales. Alors que les sociétés antiques et médiévales ont toujours eu le souci d’un lien étroit et permanent avec le monde organique dynamique et vivant incarné par les divinités, il n’en fut pas de même pour celles du XIXe et XXe siècles : matérialistes et capitalistes, elles proposèrent des organisations territoriales et urbaines inédites, le plus souvent, en rupture avec l’environnement (anti-venustas) ; la morphologie fragmentée, l’incohérence et l’hétérogénéité (anti-firmitas), la mauvaise habitabilité (anti-utilitas), sont le produit d’une approche environnementale simplificatrice (non-observation), placée dans un contexte économique et juridique restreint, marqué par des stratégies à court terme. Les résultats sont clairs : le lien écologique avec l’environnement a été aboli. La dimension phénoménologique et sensorielle a perdu son importance au profit de superstructures technologiques hors contexte d’inscription, de pratiques de conception « forcées », car dé-réalisantes, inductives, superficielles, non-sensorielles21. Ainsi, de graves malaises sociaux et comportementaux en découlent : troubles fonctionnels, désagrégation sociale, révoltes, dépressions et suicides, etc. Par ses pratiques et sa dureté, la société contemporaine a brisé la continuité phénoménologique naturelle. Aveuglément, la technique généralisa ainsi le mouvement de désorganisation, anéantissant de la sorte les flux vivants et dynamiques du monde sensible et sensoriel, en produisant une masse jamais atteinte auparavant de formes édifiées avec une compréhension assez limitée des interactions entre territoires et habitants22. Parallèlement, on a vu se déployer et se renforcer des dynamiques inédites dans les grandes organisations urbaines, résultat de puissantes et turbulentes mutations : flux de populations, flux de transports, flux des réseaux, flux des communications électroniques, flux financiers, etc. ; tous, sans précédent dans l’histoire de l’humanité (fig. 76). Les métropoles deviennent de plus en plus attractives, concentrant des millions de personnes, paradoxalement atteintes par des difficultés croissantes et des déséquilibres qui touchent leurs habitants dans leur vie même.

  • 23 Voir : Augustin Berque, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 2001.
  • 24 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009.

18En ce moment où, dans une accélération continue, les organisations architecturales et urbaines deviennent de plus en plus complexes, la question d’une régulation de leur croissance s’impose à la théorie architecturale : aux actions désorganisées qui ont régné sans partage depuis l’après-guerre, il faut instaurer de nouvelles approches, de nouvelles méthodologies considérées en termes qualitatifs et phénoménologiques afin de réparer, remailler, organiser, soigner l’ensemble des échelles du territoire habité23. À l’instar de la médecine, il semble indispensable de penser l’architecture comme un acte de clarification, de simplification, de rééquilibrage (fig. 77) : bref, comme un acte soignant, pour ainsi dire, un acte quasi-thérapeutique, un acte renvoyant directement à la care theory24 où l’éthique trouve une place capitale en tant qu’éthique de l’action. Étant une tekhnè, l’architecture n’est-elle par un art agissant sur le corps organique et vivant de la terre et des êtres qui y habitent ; de même, n’agit-elle pas violemment sur le psychisme et le comportement des humains ?

Fig. 76. Flux routier. © Luis Paricio Leal.

Flux, champs d’affordances et profilage architectural

19L’adéquation continuelle de l’architecture au milieu environnant fluctuant est un prérequis impératif et fondateur de la discipline. Le milieu (ambiances) qui constitue l’environnement humain habité, quel qu’il soit, est la base fondatrice de toute action. Ne pas l’observer, ne pas le décrire, ne pas le traduire avec précision porte inéluctablement à de funestes résultats, compromettant un peu plus l’avenir sur le long terme. À la façon des aruspices en leur temps, ne pourrions-nous pas observer les propriétés intrinsèques caractéristiques d’un contexte d’intervention donné à partir de cartographies des ambiances physiques, psycho-comportementales et sociétales ? En considérant celles-ci en termes de formes/ affordances changeantes (autrement dit en champs attracteurs et répulseurs), agies par des flux et des dynamiques internes, ne peut-on imaginer produire informatiquement (ne serait-ce même qu’imparfaitement) des modélisations de la dynamiques des ambiances à partir desquelles établir une symptomatologie des formes et des phénomènes agissants. Une telle symptomatologie permettrait de localiser parmi les formes/forces/phénomènes en présence, les affordances potentiellement utilisables dans le contexte d’étude. Ces cartographies, expression graphique des flux, des reflux et des dynamiques en présence, chacune d’elle est l’expression d’une forme/phénomène – ou d’un champ fluide de forces dynamiques – particulier, et de ce fait, d’une affordance potentielle. L’ensemble des cartographies des flux, lesquels se traduisant sous forme de champs ou de régions morphologiques, donne lieu de la sorte à une superposition d’affordances potentielles. Sans entrer dans une description détaillée des opérations, ce qu’il faut retenir, c’est la superposition successive des champs potentiels d’affordances, lesquels une fois associés les uns aux autres, constituent un medium (au sens de James J. Gibson), soit un ensemble morpho-phénoménologique porteur d’une grande variété d’ambiances (fig. 79). Ces enveloppes phénoménologiques constituent les formes/flux à partir desquelles se profileront les formes/épidermes des édifices potentiels : en quelque sorte, le concept de profilage architectural suppose que les formes/phénomènes (ou forme(s)/force(s) conforment la forme/surface architecturale à savoir l’épiderme de l’édifice à concevoir. Ainsi, l’ensemble des cartographies d’un contexte s’organise successivement en un ensemble de formes-contraintes dont chacune profile, de façon plus ou moins marquante, la forme/surface finale, l’épiderme du projet architectural. De ce fait, le dispositif architectural – à savoir, la forme de l’édifice considérée sous l’angle de ses épidermes externes et internes –, résulte directement des dynamiques agissantes du contexte/environnement dans lequel doit s’inscrire le projet architectural, et ceci, à l’instar de la forme d’une carène de voilier qui se voit profilée dans un contexte donné à partir des conditions relatives aux écoulements laminaires et aux turbulences de l’eau et de l’air dans laquelle elle se trouve placée (fig. 80). Dans l’absolu, il est clair que le contexte (environnemental et humain) profile toujours les formes architecturales et urbaines : cela s’érige en règle. Deux dimensions agissantes s’affrontent : d’une part, les morphologies naturelles dont les humains procèdent ; d’autre part, les morphologies anthropiques produites par les humains. Même lorsque les morphologies anthropiques sont inadaptées à un environnement donné, leurs incohérences restent toujours le produit du système social et de ses acteurs agissant. Par principe(s), éthique, logique et physique, impérativement, la genèse architecturale ne peut et ne devrait jamais commencer par la constitution de la forme tectonique/technologique car une telle imposition arbitraire va à l’encontre d’une fluidité environnementale, provoquant une rupture de la continuité spatiale et comportementale, à la fois globale, au niveau environnemental, et locale, au niveau humain. Au contraire de ce qui se pratique le plus souvent, la forme tectonique/technologique d’un édifice ne devrait être autre chose que la résultante finale de la dynamique des formes-contraintes ; elle doit suivre la logique du profilage surfacique architectural, en se glissant, en adéquation, dans les espaces interstitiels qui lui sont destinés. Alors que les ambiances environnementales du medium profilent la forme de surface (externe/interne)/épiderme de l’édifice, les épidermes à leur tour, impliquent un dispositif spécifique interstitiel – ou inter-surfacique – permettant de rendre effectives leurs phénoménalités et (inter) agissantes avec l’environnement, l’ambiance, le médium dans lequel « l’habiter » humain se développe.

Fig. 77. Analyse stratégique. Image thermographique correspondant à une portion du territoire de la plaine Saint-Denis.

Fig. 78. Analyse/diagnostic thermographique d’édifices.

Fig. 79. Analyse morphologique des champs d’affordances permettant le profilage architectural et urbain d’un équipement public, P. Ceccarini et J.-C. Blaret, 2009.

Fig. 80. Profilage artificiel. Coques de voiliers.

Fig. 81. Profilage naturel. Antelope Canyon, Arizona, États-Unis.

20En recourant aux principes de fluidité et de générativité – explicitement évoqués par le concept vitruvien de venustas –, appuyée par les procédures de modélisation informatiques contemporaines de même que par une juste adéquation des champs d’affordances produites par intégration successives de leurs propriétés, la pratique architecturale pourrait espérer réduire – sinon conjurer – le cycle cumulatif et ininterrompu des incohérences caractérisant les organisations chaotiques des formes architecturales et urbaines actuelles. Sans renoncer à la contemporanéité, par des procédures vertueuses visant la mise en marche d’un nouveau processus de clarification et d’adéquations inter environnement/humain, nous renouerions avec la beauté simple antique, laquelle, en définitif, demeure le seul enjeu fondamental pour un développement soutenable réel (fig. 80).

Notes

1 Paris, Gallimard, 1995, t. II.

2 Voir : Hubert Damish, « Du structuralisme au fonctionnalisme », dans À la recherche de Viollet-le-Duc, Geert Bekaert (dir.), Liège, Pierre Mardaga, « Architecture + Recherche », 1988 ; et « La colonne, le mur », Architural Design, nos 4 et 5, 1979.

3 Marc Audier, Michel Duneau, « Cristaux », dans Encyclodedia Universalis, 2011.

4 Vincent Fleury, « Matière. États de la matière », dans Encyclopedia Universalis, 2011.

5 Alexandre von Humbold, Aimé Bonpland, « Essai sur la géographie des plantes ; accompagné d’un tableau physique des régions équinoxiales, fondé sur des mesures exécutées, depuis le dixième degré de latitude boréale jusqu’au dixième degré de latitude australe, pendant les années 1799, 1800, 1801, 1802 et 1803 » [1805], dans Voyage aux régions équinoxiales du Nouveau Continent, Paris, 1807-1834 (édition monumentale), 30 vol, rééd. C. Minguet, A. Segala et J.-P. Duviols (dir.), Paris-Nanterre, Érasme, 1989-1990.

6 Alexandre von Humbold, Aimé Bonpland, « Nouvelles recherches sur les lois qu’on observe dans la distribution des formes végétales », dans Mémoires de physique et de chimie de la société d’Arcueil, Paris, 1821, p. 267-297.

7 Henri Atlan, « Auto-organisation », dans Encyclopaedia Universalis, 2011.

8 Ibid.

9 Voir: Reyner Banham, The Architecture of the Well-Tempered Environment [Londres, 1969], Chicago University Press, 1984; Antoine Picon, « L’architecture virtuelle entre simulacre et hyper réalité », Architecture Mouvement Continuité, no 118, septembre 2001; Greg Lynn, Animate Form, New York, Princeton Architectural Press, 1999; et Mori Toshiko, Immaterial-Ultramaterial. Architecture, Design and Materials, Cambridge, Harvard Design School, 2002.

10 Voir: Vitruve, De l’Architecture, C.-L. Maufras (trad.), Paris, Planckoucke, 1848; et Vitruvio, De architectura, Pierre Gros (éd.), Torino, Einaudi, 1997.

11 Ventus autem est aeris fluens unda, ibid., livre I, chap. vi, § 2.

12 Id autem etiam Etruscis aruspicibus disciplinarum scriptis ita est dedicatum, ibid., livre I, chap. vii, § 1.

13 Ou commodatio. Voir ibid., livre III, chap. i, § 1.

14 Ibid., livre I, chap. ii, § 1.

15 Voir : Pierre Chantraine, Dictionnaire étymologique de la langue grecque, Paris, Klincksieck, 1999.

16 Varron, De l’agriculture, dans Les Agronomes latins, Caton, Varron, Columelle, Palladius, M. Nisard (trad. et éd.), Paris, Firmin-Didot, 1864.

17 Lucrèce, De la nature, Henri Clouard (trad. et éd.), Paris, Flammarion, « GF », 1991.

18 Voir : Michel Serres, Naissance de la physique dans le texte de Lucrèce. Fleuves et turbulences, Paris, Minuit, 1977.

19 Voir: James Jerome Gibson, « The Theory of Affordances », Perceiving, Acting and Knowing, Robert Shaw et John Bransford (dir.), Hillsdale, Lawrence Erlbaum Associates, 1977; et The Ecological Approach to Visual Perception, Boston, Houghton Mifflin, 1979.

20 Voir: Jakob Nielsen, Usability Engineering, Cambridge, Academic Press Professional, 1994; et Daniel Andler (dir.), Introduction aux sciences cognitives, Paris, Gallimard, 2004.

21 Voir: Martin Heidegger, « Bâtir, Habiter, Penser », dans Essais et conférences, Paris, Gallimard, 1958.

22 Voir : Edgard Morin, Introduction à la pensée complexe, Paris, Seuil, 1990.

23 Voir : Augustin Berque, Écoumène. Introduction à l’étude des milieux humains, Paris, Belin, 2001.

24 Joan Tronto, Un monde vulnérable. Pour une politique du care, Paris, La Découverte, 2009.

Table des illustrations

Légende Fig. 74. Écoulement laminaire correspondant au profilage d’une aile d’aéronef.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 75. Alexander von Humboldt, Geographie der Pflanzen in den Tropen-Ländern (représentation du volcan Chimborazo), carte, 1805.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Légende Fig. 76. Flux routier. © Luis Paricio Leal.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 139k
Légende Fig. 77. Analyse stratégique. Image thermographique correspondant à une portion du territoire de la plaine Saint-Denis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende Fig. 78. Analyse/diagnostic thermographique d’édifices.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 79. Analyse morphologique des champs d’affordances permettant le profilage architectural et urbain d’un équipement public, P. Ceccarini et J.-C. Blaret, 2009.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Légende Fig. 80. Profilage artificiel. Coques de voiliers.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 51k
Légende Fig. 81. Profilage naturel. Antelope Canyon, Arizona, États-Unis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/737/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

Professeur titulaire des Écoles nationales supérieures d’architecture en théories et pratiques de la conception architecturale et urbaine (TPCAU). Il enseigne depuis 2010 à l’ENSA de Paris-Val de Seine dans le cadre du groupe d’études « CMAu » (Complexité, morphogénétique architecturale et urbaine) et dans d’autres institutions en France et à l’étranger. Co-directeur d’études associé au laboratoire GSA (Géométrie, structure, architecture), chercheur au LAF (Laboratoire d’analyse des formes), il poursuit ses recherches à l’EHESS et à l’université Carlo-Bo d’Urbino et expérimente ses théories depuis 2007 dans le cadre professionnel de la société d’architecture « a_METIS / Morphogénétique appliquée à l’environnement, au territoire, aux idées et à la société ».

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search