Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

L’influence de Flaubert sur Maupassant

Thierry Poyet

Texte intégral

1Que penser de toutes ces commémorations qui, en ces derniers temps, se sont succédé à un rythme soutenu et qui nous amènent, chaque année, à célébrer, encenser parfois, tel écrivain un peu oublié, tel autre méconnu, un troisième abandonné à quelques spécialistes ?

2Que penser donc de ces commémorations surtout quand le hasard d'une vie vient inciter à fêter le cent-cinquantième anniversaire d’une naissance sept ans après avoir marqué avec pompe le centenaire de la disparition du même homme, en l’occurrence Maupassant ?

3D’aucuns critiquent cette mode plutôt récente, néanmoins bien installée aujourd’hui, une mode qu’ils jugent artificielle, qui installerait la littérature en particulier et les arts en général dans une spirale inquiétante : 1'engrenage du tout-argent, du commerce de l’art avant la prise en compte de la création artistique elle-même. Ils n’ont peut-être pas tout à fait tort.

4D’autres, pourtant, dont nous sommes tous ici, je le crois, apprécient 1'occasion donnée par un anniversaire pour rallumer la flamme de l’intérêt chez les lecteurs, pour se retrouver aussi entre spécialistes justement, comme aujourd’hui, ou tout simplement pour venir dresser un bilan des connaissances qui au fil de tant d’années d’études ont fini par constituer un ensemble touffu.

  • 1 Thierry Poyet, L'Héritage Flaubert Maupassant, Kimé, Paris, 2000.

5C’est cette dernière perspective qui m’a motivé au moment d’écrire l'ouvrage L’Héritage Flaubert Maupassant1, que j’ai publié au printemps et dont ma communication ne sera qu’une rapide présentation, ouvrage au nom duquel je tiens à remercier les organisateurs de ce colloque de m’avoir fait l’honneur de m’inviter.

  • 2 Montaigne, Essais, I, 28.

6Pourquoi ce livre au titre un peu général sur un sujet aux accents si particuliers, me demanderont certains d’entre-vous ? L’opportunité éditoriale aurait été dénuée du moindre intérêt si je n’avais constaté, avec une certaine surprise, que cette question des relations entre Flaubert et Maupassant, depuis si longtemps abordée et étudiée, n’avait jamais fait l’objet d’un ouvrage de synthèse, élaboré pour récapituler ce qui avait été repéré et proposé ailleurs, aussi pour offrir une relecture de cette rencontre qui restera à jamais exceptionnelle. Et puis je voulais en cet ouvrage à la forme peut-être hybride, un peu essai, un peu biographie, un peu récit d’anecdotes, réfléchir sur la nature de la relation qui peut exister entre deux écrivains. Qu’est-ce que la littérature permet et favorise en-dehors des relations obligées, de la jalousie si fréquente dans le monde des lettres, surtout quand ce sont deux grands écrivains qui se rencontrent ? Ne faut-il pas encore expliquer, et ici plus qu’ailleurs, tellement leur lien a été puissant, pourquoi et comment Flaubert et Maupassant ont pu faire leur le mot de Montaigne au sujet de La Boétie : « Si on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne peut s’exprimer qu’en répondant : Parce que c’était lui, parce que c’était moi. »2 ?

L’héritage

7J’ai souhaité placer d’emblée cette étude sous le sceau distinctif de l’héritage. A la fois, et paradoxalement, pour écarter les rumeurs infondées et si bien démontées par Yvan Leclerc d’une prétendue paternité de Flaubert et pour revenir sur cette notion récente de droit d’inventaire dont notre monde politique a fait ses choux gras il y a quelque temps.

8De Flaubert, Maupassant a reçu la littérature en héritage. Et pourtant rien n’était gagné d’avance. Revenons un instant sur le personnage qui se cache en Flaubert. Ce dernier envisage avec peine l’idée d’un héritier : certes il a Caroline et puis il a Guy, malgré tout, mais il n’apprécie pas plus que cela l’idée de laisser quelque chose derrière lui dont il ne sera plus le maître. Et puis quoi d’ailleurs ? Il lui faut faire la part entre le matériel et l’intellectuel bien sûr mais il ne goûte guère à cette idée de transmettre quoi que ce soit.

9C’est pourquoi Flaubert a préféré du vivant de son jeune ami lui offrir tout ce dont il pouvait le gratifier : son influence et son entregent, même si Maupassant les juge insuffisants parfois, ses leçons surtout, de travail et d’obstination au service de la littérature, ses satisfactions faites d’applaudissements sans retenue, de joie sans limite, d’encouragements sans arrière-pensée au succès de Boule de suif par exemple. Flaubert a préféré voir alors en Maupassant un disciple plutôt qu’un héritier.

10La réalité de l’héritage littéraire pour Maupassant demeure par conséquent difficile à définir avec précision. Il ne peut y avoir de vraie leçon puisque chez Flaubert il manque un art poétique véritable, défini et rédigé une fois pour toutes. L’héritage laissé par Flaubert s’assimile plutôt à une sorte de patron donné, comme on dit en couture, un modèle qu'il faudrait suivre et respecter par-delà le temps et la mort. Son héritage, c’est une mission. Une entreprise. Un mouvement de création. Des projets à concrétiser, des conceptions à reprendre, une œuvre peut-être à étoffer.

  • 3 Yvan Leclerc, « Maupassant, le texte hanté », in Actes du colloque, Maupassant et l’écriture, Féca (...)
  • 4 Yvan Leclerc, « Maupassant, Limitation, le plagiat », in revue Europe, no Guy de Maupassant, août- (...)
  • 5 Alain Buisine, « Le mot de passe », in Actes du colloque, Maupassant et l’écriture, Fécamp, 21-22- (...)

11Et Maupassant accepte volontiers la flaubertisation de son œuvre. On a parlé à son sujet de « texte hanté »3 employé ailleurs les termes d « imitation » et de « plagiat4 et lors du colloque précédent de Fécamp en mai 1993, Maupassant et l’écriture, plusieurs intervenants ont remarqué « 1 écrasante empreinte de Flaubert » pour reprendre le mot d’Alain Buisine5. Je vous ferai grâce ici de toutes les occurrences où la critique décèle du Flaubert en Maupassant mais il est bon de se rappeler combien l’influence de l’aîné a marqué le second d'un sceau indélébile et bien visible.

  • 6 Gustave Flaubert, lettre à Guy de Maupassant, le 25 octobre 1876.

12La grande qualité de Maupassant, en cette affaire, est d’avoir su hériter. Il s’est montré digne du sort que lui réservait ce Maître qui n’a pas été le premier si l’on se rappelle l’importance initiale de Bouilhet. Bouilhet dont Flaubert va protéger la mémoire comme Maupassant protégera celle de Flaubert. Plus, c’est du vivant de ce dernier que le jeune homme commence ses chroniques élogieuses dont celle publiée le 22 octobre 1876 dans la République des Lettres qui fait dire à Flaubert : « Vous m’avez traité avec une tendresse filiale. Ma nièce est enthousiasmée de votre œuvre. Elle trouve que c’est ce qu’on a écrit de mieux sur son oncle. Moi, je le pense, mais je n’ose pas le dire. »6 Jusqu’à sa mort, Maupassant prendra plaisir à manifester et son admiration et sa fidélité. Au risque de multiplier les textes et les confidences, d’oser le dévoilement de la personnalité d’un Flaubert qui a toujours voulu se préserver des indiscrétions. Et pour Maupassant, le devoir d’héritier pèse lourd certains jours : entre les récits gênants de Maxime du Camp sur la maladie nerveuse et le souci trop prononcé des affaires qui anime la nièce Caroline, désireuse par exemple d’éditions nouvelles ou d’une publication d’une partie de la correspondance avunculaire, Maupassant n’a pas la partie facile. Seul il assume une tâche qui n’est pas sans risque.

13On a pu lui reprocher d’user et d’abuser de la situation pour se mettre en valeur, lui faire remarquer qu’il n’est encore guère que l’auteur de Boule de suif pour oser prendre tant d’importance dans le monde de la littérature au nom de Flaubert, il peut à son tour redouter de ne pas être à la hauteur. Mais à la hauteur de quoi ?

  • 7 Guy de Maupassant, lettre de 1891 à un directeur de revue : « Depuis que j’ai vu M. de Fleury, j’a (...)

14Maupassant agit comme s’il devait contribuer à rendre vivant son Maître, comme s’il devait veiller à le faire exister par-delà sa mort. Et on a noté que Maupassant courait après les ressemblances avec Flaubert dès la mort de celui-ci. Ainsi, de la nouvelle abandonnée au profit du roman7, d’une onomastique de plus en plus ressemblante, d’une thématique qui se rapproche, d’un art d’écrire aux principes toujours plus semblables...

15Et puis il y a le risque de se perdre et on connaît l’interprétation psychanalytique du Horla qui veut que dans ce récit fantastique et mystérieux de la perte de soi se cache peut-être la figure de Flaubert en personne, ce double inconscient que Maupassant se serait fabriqué – s’il n’est pas devenu plutôt, lui, le double de Flaubert – cet autre moi sans qui il n’aurait pas été possible d’être, avec qui il ne l’est plus, de toute manière. Ou la schizophrénie comme remerciement posthume adressé à Flaubert.

  • 8 Laure de Maupassant, lettre à Gustave Flaubert, le 6 décembre 1862.
  • 9 A Caroline Commanville, il écrit le 24 mai 1880 : « Votre lettre m’a fait du bien car je suis dans (...)

16Alors l’héritage de Flaubert devient pour Maupassant l’affaire de sa vie. A en croire les lettres de sa mère, Laure de Maupassant, à Flaubert, il s’est éveillé à la littérature en lisant Salammbô8 et il va mourir dans le souvenir de cet homme dont la perte le marque profondément, avoue-t-il9, et dont l’image semble rester gravée en lui. Elle est forte et d’une portée symbolique assez efficace et pertinente, 1'image de Flaubert dans le film de cinéma, Guy de Maupassant, tourné par Michel Drach en 1982, avec Claude Brasseur dans le rôle-titre : la dernière scène montre un Flaubert attendu par Maupassant, sa mère et même son père ainsi que par Bouilhet, un Flaubert attendu comme un Messie dont l’arrivée tardive autorise enfin le début du repas festif qui les réunit tous. Et le banquet de commencer enfin, la caméra prise dans un tourbillon, tournant alors autour des convives dans un rythme endiablé, sur une musique pleine d’allégresse : la vie reprend, la vie se donne dès lors que Flaubert est présent. Instant de délire dans le film pour un Maupassant malade dont la fin est narrée par cette scène capitale qui résume bien ce que ce mot d’héritage ne suffit pas à dire de la relation entre Flaubert et Maupassant.

Derrière l’héritage, la complicité

17Derrière cette notion d'héritage qui ne doit pas renvoyer à une seule relation de respect et d’admiration, s’est établie et se donne à voir toute une complicité qui unit les deux hommes dans une sorte de ressemblance cultivée, un goût affiché pour une communauté d’idées, de sentiments, voire des attitudes et des actes semblables. Peut-être ce terme de complicité traduit-il mieux la réalité que celui d’influence...

18Dans L'Héritage Flaubert Maupassant, j’ai souhaité confronter les écrits de l’un et de l’autre pour montrer la réalité d’un rapprochement à peine imaginable dans son intensité, pour bien rappeler au lecteur que l’influence de Flaubert n’est pas un vain mot, bien loin de se limiter à une façon de voir de la critique universitaire. J’ai multiplié les rapprochements des deux œuvres mais tout aussi bien les citations des correspondances ou des chroniques que les avis des contemporains.

19Les thèmes sont très nombreux sur lesquels Flaubert et Maupassant se retrouvent particulièrement proches. Ainsi, on les surprend à évoquer l’un et l’autre des souvenirs d’Afrique comme une terra incognita devenue tout d’un coup paradis de l’ailleurs et on rencontre chez eux un même goût, sinon un besoin identique, pour le voyage et l’évasion. Il faut dire que d’une manière semblable, ils vilipendent la bêtise de leurs contemporains et voisins en des emportements parfois violents avant de s’en prendre volontiers à leur époque tout entière, quand ce n’est pas à leurs proches immédiats comme en témoigne un semblable rejet des Rouennais, par exemple. Le thème de l’argent, encore, les montre pareillement partagés entre le désir d’être riches pour s’assurer une liberté complète et le souhait concomitant de ne pas entendre parler d’argent pour s’éloigner le plus possible du statut bourgeois et des préoccupations qui s’y rattachent. L’un et l’autre condamnent encore les mondanités sous toutes leurs formes et prônent dans leurs options politiques le même goût pour la liberté et la même défiance pour l’égalité, condamnée là aussi avec une vigueur identique. Tous deux s’en prennent à la prétendue élite de leur temps alors même qu’ils manifestent en commun une peur et un rejet presque viscéral du peuple.

20Ainsi, l’homme Maupassant semble reposer sur les mêmes fondations que l’homme Flaubert. Leurs préoccupations sont identiques, leurs colères ou leurs joies très souvent semblables aussi. Et l’on pourrait multiplier les angles d’approche relatifs à la vie quotidienne que rien n’y changerait.

  • 10 Yvan Leclerc, « Portraits de Flaubert et de Maupassant en photophobes », Romantisme no 105 (1999-3 (...)

21De toute évidence, Flaubert et Maupassant ne se distinguent pas non plus en terme de pessimisme, ensemble ils portent sur la vie un regard tout aussi désillusionné qui les pousse à condamner la société et à se plaindre aussi de leur propre existence. Dans leurs relations à autrui, ils se retrouvent encore sur des considérations semblables : la femme peut jouer tous les rôles dans leur imaginaire et dans leur quotidien, depuis la fonction maternelle jusqu’à celle de la courtisane. Néanmoins, jamais elle ne vient combler l’attente qui est la leur. Peut-être faut-il chercher quelque explication dans le rapport à la mère et l’observateur repère alors une même proximité étonnante avec celle qui est à l’origine de leurs jours. Encore un point commun... Et il y en a d’autres : la question de la folie ou celle de la drogue les intéresse autant l’un que l’autre, l’aîné jouant à se dire fou ou à se rapprocher des fous, fantasmant sur un usage de drogues pourtant toujours repoussé quand le cadet passe à l’acte sans retenue, sombrant ensuite dans la folie envisagée par son prédécesseur. Et puis dans le désordre, on peut relever encore leur pareille photophobie10, leur délicat rapport à la religion, entre une conception et une peinture plutôt polémiques du clergé et une sorte d’agnosticisme non dénué d’intérêt pour les questions métaphysiques ou bien leur pareille obsession d’une sexualité libérée qui les rend choquants pour la plupart des membres de leur entourage quand ils manifestent un semblable exhibitionnisme, épistolaire ou pas d’ailleurs... Les points communs sont nombreux. Et dans les différences apparentes, au sujet de la paternité ou du journalisme par exemple, il n’y a jamais d’impossibilité à trouver un point d’accord : à George Sand, Flaubert dira regretter une famille qu’il n’a pas su construire quand Maupassant se donne des enfants sans vivre en famille ; ce même Flaubert si hargneux avec les journalistes aide son jeune ami pour sa carrière dans la presse ; et puis ne travailleront-ils pas ensemble en 1876, pendant quelques mois, pour le compte d’un même journal ? Enfin, de son côté, comme pour plaire à Flaubert, Maupassant use du journalisme pour véhiculer des conceptions littéraires exigeantes et n’hésite pas à critiquer ce milieu, et pas seulement dans Bel-Ami !

22L’intérêt de ces différents rapprochements vient de ce que pour l’établir il faut lire l’intégralité des écrits des deux hommes. Car on recense toutes ces ressemblances aussi bien dans leurs confidences épistolaires que dans leurs œuvres littéraires ou dans les articles de Maupassant par exemple. Dans la correspondance que les deux écrivains échangent, ils se les disent aussi, ces ressemblances qui les unissent... Ainsi, on peut lire ensuite Une Vie en ayant en tête Madame Bovary de manière permanente, on peut lire telle chronique de Maupassant en se souvenant spontanément de telle lettre de Flaubert. Les rapprochements s’opèrent sans rien forcer, naturellement.

  • 11 Jean Lorrain, Très russe, 1886.

23La proximité des deux hommes correspond à une complicité durable et profonde, donc, et elle est autre chose qu’une relation d’ordre paternel ou même amical. Chez Flaubert, les amis précédents, depuis Le Poittevin jusqu’à Bouilhet, en passant par du Camp, ont joué un autre rôle dans son existence. A chacun sa fonction, depuis la complicité de la jeunesse avec le premier jusqu’au talent d’« accoucheur » du dernier. Avec Maupassant, Flaubert a trouvé un double. Et si les deux écrivains redoutent beaucoup le manque d’originalité, traquant dans leur œuvre toute ressemblance avec un autre texte – c’est une des frayeurs de Flaubert – ou bien, ce qui est davantage le cas de Maupassant, se voyant de manière répétée accusé et de plagiat et de reprise répétitive de ses propres textes, cependant ils apprécient l’un et l’autre, pour la première fois, de ressembler à quelqu’un. Et de se reconnaître dans l’Autre. En se rappelant son ami Le Poittevin dans ce neveu qui le fréquente, Flaubert pense se retrouver aussi, et pour Boule de suif, son admiration l’incite même à déplorer de ne pas être l’auteur de cette œuvre, tellement elle semble lui correspondre. Un processus d’identification, à double sens, est engagé. Pourquoi ne croirions-nous pas à la sincérité du Maître ? Quant à Maupassant, c’est bien la critique de Jean Lorrain, son compatriote, qui l’aura le moins dérangé, même s’il a voulu le provoquer en duel, cette critique qui le présentait derrière un personnage romanesque fantoche comme appartenant au « grand haras Flaubert »11 ! Pour une fois, chacun accepte autrui dans sa vie, en désire même la présence.

  • 12 Maupassant rencontre des problèmes avec la censure pour son poème « Une fille » paru en décembre 1 (...)
  • 13 Guy de Maupassant, lettre à Gustave Flaubert, 1879 : « Sa bande me lâche, on ne me trouve pas asse (...)

24Alors la littérature, évidemment objet sacré pour ces deux monstres qui ne le sont pas moins, n’échappe pas à ce rapprochement. Flaubert a pris en charge le jeune homme, conformément à la demande de sa vieille amie, Laure de Maupassant. Il le forme et l’influence, il cherche à l’orienter dans ses goûts, dans son travail littéraire. A travers lui, il s’assure une certaine pérennité, du moins il pense trouver en lui un continuateur. Quelques exemples sont intéressants, qui montrent Maupassant attaché aux mêmes valeurs littéraires et aux mêmes conceptions de l’art. D’abord, dans le rapport à tous ceux qui composent le monde des lettres : ni l’un ni l’autre n’admettent l’influence des critiques alors même qu’ils s’érigent volontiers en juges des œuvres dont ils ne sont pas les auteurs. L’un et l’autre, au nom d’un même attachement à une liberté totale de l’artiste, rencontrent le problème de la censure (Maupassant se félicite de marcher sur les traces de son aîné et c’est Flaubert qui cherchera à le défendre, se retrouvant en lui)12 et ils n’hésitent jamais à choquer le public, de quelque façon que ce soit. L’un et l’autre, encore, refusent d’appartenir à une école littéraire : Flaubert pense pis que pendre de ces chapelles, rejette sans nuance l’étiquette de réaliste et Maupassant qui en fait autant se réjouit quasiment, un peu fanfaron peut-être, de sa mise à l’écart de l’école naturaliste par les amis de Zola.13

25Mais il y a plus important encore. Et cela touche à leur rapport aux confrères. Ainsi, la relation complexe de Flaubert à Hugo, qui parfois dit le trouver « bête », semble influencer Maupassant qui à son tour reconnaît ne pas admirer outre mesure le gigantesque auteur des Misérables. Et les deux compères s’amusent ensemble, encore, de Zola et de son naturalisme, critiquant les deux, raillant à qui mieux mieux les théories entendues à droite ou à gauche tout en conservant des relations amicales avec le Maître de Médan. Dans leur rapport aux grands écrivains de leur époque, et du siècle, Flaubert et Maupassant manifestent en fait une même admiration imprégnée de jalousie, une même relation amicale faite de méfiance et de défiance.

  • 14 On peut nuancer ce propos sur l’influence flaubertienne dans la mesure où Paul Morand écrit : « Pr (...)

26L’influence de Flaubert en matière littéraire concerne encore le mode d’expression choisi. Grand prosateur devant l’éternel, Flaubert a toujours rêvé de dramaturgie, et ses échecs ont été cuisants, mais il a rêvé aussi de versification. Il se dit lyrique et fait pour la poésie sans être capable d’écrire des vers. Etonnamment, on retrouve chez Maupassant les mêmes élans qui l’emmènent loin de la nouvelle et du roman. Il va toucher au théâtre et goûter avec plaisir aux joies du triomphe sur les planches : le besoin d’argent, certes, le motive mais aussi la recherche d’un succès plus éclatant avec une pièce qu’avec un livre. Les applaudissements sont tout. Et comme Flaubert, il manifeste le même enthousiasme, les mêmes espoirs fous en des réussites formidables, parfois la même déception. A son tour, il va se vouloir poète, convaincu comme son Maître que cette expression-là est la plus exigeante, donc la meilleure. Etre poète, c’est être un grand écrivain et c’est vers Flaubert qu’il se tourne pour ses premières pièces comme pour ses premiers vers, après Bouilhet14 pour connaître un avis autorisé. Le même goût les réunit, en tout cas la même attirance vers un art qui n’est pas le leur.

  • 15 Pierre-Marc de Biasi, dans son Flaubert, les secrets de l’homme-plume, note à ce sujet : « Au-delà (...)

27Il y a encore un art poétique que Flaubert transmet à Maupassant et que celui-ci reprend volontiers à son compte. Maupassant quoi qu’on en ait dit a tenu à rester fidèle aux enseignements fondamentaux de Flaubert, que ceux-ci s’appellent le devoir d’impersonnalité ou la nécessité d’originalité15. C’est notamment sur cette question de F impersonnalité que les deux hommes prendront leur distance avec Zola, reprochant à ce dernier de pousser trop loin un tel dogme au point d’en devenir avec fierté, mais à tort, le représentant et le défenseur d’un écrivain réduit à n’être qu’un savant. Et puis Maupassant, sauvegardant l’image posthume de son Maître, n’hésite pas à revenir par exemple sur cette « haine du bibelot » propre à Flaubert, à la fois pour dire sa différence et pour contre-attaquer tous ceux qui « confond(ent) aujourd’hui la rareté et la beauté » selon sa formule. S’en prendre à Goncourt ne dérange pas non plus le jeune Maupassant.

28Enfin, il faut évoquer tout le domaine où l’influence de Flaubert se dit telle qu’elle est, sans retenue, sans masque, orgueilleuse au contraire de se manifester. Flaubert prend en main son jeune ami et le forme, avons-nous dit. On lit tout cela dans la correspondance qu’ils ont échangée et on se surprend toujours de voir cette proximité entre eux : les conseils au jour le jour, pour la vie quotidienne ou pour la littérature, les services qui accroissent la proximité, qui donnent à voir l’écrivain au travail et permettent de saisir dans l’instantané d’une relation privilégiée l’image d’un modèle... Jamais Flaubert ne s’est montré ainsi au travail (à Bouilhet, par exemple, il ne se donnait pas à voir, il travaillait avec lui !) et si Maupassant peut lui rendre service, l’aider, c’est aussi une façon d’aider le jeune homme que de le faire pénétrer dans la création, au sein même de l’antre impénétrable, celui de Croisset, celui de l’œuvre en train de se faire. Combien de fois Flaubert va-t-il demander à Maupassant de lui faire une course quelconque ou mieux exiger de lui un renseignement manquant pour son livre ou contre Barbey d’Aurevilly, par exemple ? Maupassant qui écrit depuis plusieurs années peut voir ce qu’est la véritable exigence de la création : Flaubert qui se refuse à sortir, Flaubert qui manque de temps, et c’est toute une leçon inattendue, impromptue qui se donne presque au dépourvu. On ne s’étonne plus ensuite de constater chez Maupassant une propension au travail, une capacité de résistance que des biographes ultérieurs ont minimisées : si les parties de canot et les rencontres frivoles ont occupé un temps important de sa vie, et Flaubert l’écrit lui-même, néanmoins Maupassant a beaucoup travaillé. Parce qu’il avait été ainsi formé, Maupassant raconte : « J’ai travaillé pendant sept ans avec Flaubert sans écrire (entendez par là sans écrire pour le public, sans songer à publier) une ligne. Pendant ces sept années il m’a donné des notions littéraires que je n'aurais pas acquises après quarante ans d’expérience. » Et dans la préface de Pierre et Jean, il s’inscrit dans le groupe des « travailleurs conscients et tenaces » face à celui des « hommes de génie », justifiant sa « force de toujours tenter » par l’influence de Bouilhet et Flaubert, encore ! C’est bien là en effet la plus grande des influences de Flaubert, et celle peut-être qui fut la moins bien mise en valeur. Les affres de la création dans les manuels, c’est toujours Flaubert et pourtant Maupassant sait aussi de quoi il retourne !

L’écriture et la vie

29Ce qui a peut-être uni Maupassant à Flaubert, c’est en définitive un rapport sensiblement identique établi par les deux hommes entre la vie et 1'écriture. Pour 1'un et l’autre, le moment de la création retranche de 1'existence au quotidien et permet de se sauver de ce que Flaubert appelle la bêtise. Il y a là une volonté de ne plus participer du monde ambiant, que ce soit la conséquence d’un rejet viscéral de ce monde dans le cas de Flaubert ou parce qu’on en a trop abusé pour Maupassant. En même temps, et très paradoxalement, les deux écrivains profitent de leur entreprise scripturale pour obtenir de la société une reconnaissance après laquelle ils courent depuis longtemps. Là où ils avaient voulu faire de la littérature une fin, ils la transforment à certains moments en un moyen : forme de dégradation insupportable, et dont ils sont responsables, sinon coupables, qui peut détourner même de cette sainte littérature.

30Parce que nos deux écrivains sont aussi des hommes et que Flaubert conseillant à Maupassant de travailler toujours plus n’est pas sans se souvenir de ses propres escapades. La vie continue de les séduire et de les appeler vers elle. L’un et l’autre en connaissent les dangers et pourtant Flaubert s’arrête à peine à temps quand Maupassant succombe. C’est ainsi que la littérature reste l’objet d’une œuvre inachevée pour les deux.

31Le dilemme de Maupassant consiste à ne pas savoir selon quelle hiérarchie placer la vie et l’écriture, ce que Flaubert avait donc su trancher plus vite. Et dans ses hésitations constantes, Maupassant a tendance à perdre son temps, sinon à se perdre tout simplement. Cette différence se répercute dans leur écriture : là où Flaubert recherche un naturel et une simplicité de l’écrit qui ne sont jamais que le fruit d’un long travail, Maupassant a la réputation de laisser davantage venir le mot quel qu’il soit et l’artisan se transforme en producteur fécond. Entre les deux, une littérature à deux vitesses : une grande littérature et une autre un peu plus modeste. D’un côté, quelques longs romans, plutôt rares, fruit d’un intense travail et de l’autre côté des centaines de nouvelles, au risque de se répéter, au risque d’une qualité parfois inégale. Parce qu’il faut travailler pour vivre, et non vivre pour travailler dans le cas de Maupassant qui ne sera jamais Flaubert malgré tous ses efforts. Néanmoins, pour Maupassant, il reste à jamais cette volonté d’aller dans le sens de son Maître avec au fond de lui une sorte de doute terrible : la peur de ne pas en être capable. Et le temps qui va lui manquer l’en rend finalement incapable. Au moment où il abandonne la vie pour l’écriture, Maupassant découvre que ses jours lui sont comptés : il a décidé trop tard de suivre intégralement le modèle flaubertien. D’où cette confidence à Gisèle d’Estoc :

Je ne pense comme personne, je ne sens comme personne, je ne raisonne comme personne et je reste persuadé de l’éternelle vérité de cette phrase de mon maître, le seul être que j’aie aimé d’une affection absolue et qui sera sans fin, bien que lui soit mort, je parle de Gustave Flaubert : « Sale invention que la vie décidément. Nous sommes tous dans un désert. Personne ne comprend personne. Je parle bien entendu pour les natures d’élite. »

  • 16 Gustave Flaubert à Vasse de Saint-Ouen, le 17 mai 1850 : « Il n’y a pas de ressemblance entre moi, (...)

32En conclusion, ce lien entre Flaubert et Maupassant apparaît bel et bien comme une affaire de famille littéraire. Si le sang qui coule dans leurs veines n’est pas le même, alors oui, en revanche, la littérature qui nourrit leur vie est, elle, bien la même. Et leurs deux existences se ressemblent parce qu’elles sont occupées, et préoccupées, par les mêmes passions et les mêmes pensées, les mêmes difficultés aussi. Si quelque trente années séparent les deux hommes, si ce n’est une amitié vieille que de quelques années qui les rapproche, alors Flaubert et Maupassant montrent bien que la qualité du lien amical ne dépend pas (du tout !) de sa durée mais bien de son intensité. Flaubert qui se vantait de n’avoir pas plus de ressemblance avec sa famille qu’avec une botte d’asperges16 avait trouvé là, en Maupassant, un héritier, un ami, un double. Pas mal pour un ermite !

33Et par-delà l’exemple de cette relation entre les deux hommes, ce qui se dit de manière plus fondamentale encore, c’est bien le problème de l’influence en littérature. Faut-il accepter des maîtres ? Et comment alors conserver, sinon développer, une originalité sans laquelle il n’y a pas d’œuvre possible ?

34Le cas Maupassant nous montre qu’une initiation reste nécessaire pour toute entreprise artistique : les arcanes de la création doivent être expliqués pour être mieux maîtrisés et l’expérience d’un aîné semble pouvoir faire gagner de nombreuses années au disciple. Pourtant, le risque d’une influence paralysante demeure, une influence susceptible de transformer l’œuvre nouvelle en paraphrase, au mieux en palimpseste. De l’intertextualité à l’identité des textes, il peut n’y avoir qu’un pas trop vite franchi. Et c’est cette difficulté de la relation littéraire que 1'amitié entre Flaubert et Maupassant nous révèle : comme si l’artiste-écrivant était voué en quelque sorte, et pour toujours, à une solitude nécessaire pour s’exprimer. Ce que Flaubert avait dû comprendre, lui qui ne voulait pas se laisser influencer, qui refusait de trop prendre en compte les avis des critiques, lui qui tenait à se distinguer de la production contemporaine. Ce que Flaubert, en revanche, n’a pas su enseigner à Maupassant dans la mesure où cette leçon bien comprise aurait tenu son jeune ami à jamais éloigné de lui.

35La relation littéraire apparaît donc dans son caractère profondément contradictoire : rapport à l’autre, elle ne satisfait pas les exigences d’un Flaubert, exigences bien comprises de Maupassant, parce que l’autre, le lecteur, est trop inculte pour comprendre ce que l’œuvre signifie. Et lorsque l’autre manifeste enfin des capacités à comprendre 1'intention artistique, parce qu’il n’est plus le bourgeois mais un autre artiste, un alter ego, un double donc, alors il devient dangereux pour soi d’être trop bien compris, on risque d’être copié, dangereux pour l’ami aussi qui peut se perdre dans cette rencontre. D’inutile, elle est devenue castratrice et l’ouverture se transforme en emprisonnement, seule protection qui reste, seul point commun à se partager tout compte fait. L’isolement, la séparation, la trahison peut-être... Autant d’expédients auxquels Flaubert et Maupassant n’eurent pas recours dans la mesure où leur chance mutuelle résida dans la mort de l’aîné, possibilité offerte au cadet de s’inspirer de ses enseignements sans plus redouter de copier une œuvre qui pour être achevée ne pouvait plus donner de ressemblances nouvelles involontaires ; dans la mesure encore où leur chance résida ensuite dans la mort anticipée de Maupassant ainsi protégé de lui-même qui aurait bien fini, probablement, par aller trop loin dans la fidélité.

36L’héritage Flaubert Maupassant pourrait donc apparaître comme le point de départ d’une réflexion à poursuivre sur la nature possible des relations entre hommes de plume, réflexion à élargir à d'autres écrivains, sachant que la complexité du lien qui unit nos deux amis pose à lui seul, et de manière assez remarquable, toute la problématique de l’influence en littérature. Avec pour objectifs permanents de remarquer en quoi ces deux mots sont si longtemps passés pour antithétiques ou ont été trop longtemps considérés comme relevant d’expériences personnelles impossibles à connaître, donc à étudier. Le goût actuel pour les correspondances d’écrivains et la soif de découvertes de la critique génétique nous invitent au contraire à creuser ce sillon, porteur très certainement d’enseignements neufs.

Notes

1 Thierry Poyet, L'Héritage Flaubert Maupassant, Kimé, Paris, 2000.

2 Montaigne, Essais, I, 28.

3 Yvan Leclerc, « Maupassant, le texte hanté », in Actes du colloque, Maupassant et l’écriture, Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan.

4 Yvan Leclerc, « Maupassant, Limitation, le plagiat », in revue Europe, no Guy de Maupassant, août-septembre 1993.

5 Alain Buisine, « Le mot de passe », in Actes du colloque, Maupassant et l’écriture, Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan.

6 Gustave Flaubert, lettre à Guy de Maupassant, le 25 octobre 1876.

7 Guy de Maupassant, lettre de 1891 à un directeur de revue : « Depuis que j’ai vu M. de Fleury, j’ai réfléchi et je me suis absolument décidé à ne plus faire de contes ni de nouvelles. C’est usé, fini, ridicule. J’en ai trop fait d’ailleurs. Je ne veux travailler qu’à mes romans, et ne pas distraire mon cerveau par des historiettes de la seule besogne qui me passionne. (...) Tout travail futile m’assomme. »

8 Laure de Maupassant, lettre à Gustave Flaubert, le 6 décembre 1862.

9 A Caroline Commanville, il écrit le 24 mai 1880 : « Votre lettre m’a fait du bien car je suis dans un état moral vraiment triste. Plus la mort du pauvre Flaubert s’éloigne, plus je me sens le cœur endolori et l’esprit isolé. » Et à Zola : « Je ne saurais vous dire combien je pense à Flaubert, il me hante et me poursuit. Sa pensée me revient sans cesse, j’entends sa voix, je retrouve ses gestes, je le vois à tout moment debout devant moi (...) ».

10 Yvan Leclerc, « Portraits de Flaubert et de Maupassant en photophobes », Romantisme no 105 (1999-3), Sedes.

11 Jean Lorrain, Très russe, 1886.

12 Maupassant rencontre des problèmes avec la censure pour son poème « Une fille » paru en décembre 1879 dans la Revue moderne et naturaliste, alors même qu’il a été publié presque à l'identique, quelques années plus tôt, le 20 mars 1876, dans La République des Lettres, sans rencontrer de réserves.

13 Guy de Maupassant, lettre à Gustave Flaubert, 1879 : « Sa bande me lâche, on ne me trouve pas assez naturaliste. »

14 On peut nuancer ce propos sur l’influence flaubertienne dans la mesure où Paul Morand écrit : « Pris entre ces deux hommes comme entre la prose et la poésie, Maupassant les regarde alternativement : c’est pourquoi il pensera en prose et écrira en vers. » Et Laure de Maupassant dira que Bouilhet avait d’abord fait de son fils un poète avant que l’influence de Flaubert n’en décide autrement : « Si Bouilhet eût vécu, il eût fait de Guy un poète ; c’est Flaubert qui voulut en faire un romancier. » Mais Flaubert reste lui aussi partagé, pour son propre travail, sur ce qu’il doit préférer de la prose ou de la poésie...

15 Pierre-Marc de Biasi, dans son Flaubert, les secrets de l’homme-plume, note à ce sujet : « Au-delà de cet aspect technique du style, Flaubert donne à Maupassant une formation complète : rigueur stricte de composition et de conception de l’œuvre, impersonnalité, relativité des points de vue narratifs, refus de conclure, obsession du mot exact, critique des systèmes de pensées hégémoniques, une certaine tendance au pessimisme philosophique... » (p. 88).

16 Gustave Flaubert à Vasse de Saint-Ouen, le 17 mai 1850 : « Il n’y a pas de ressemblance entre moi, ma famille et une botte d’asperges : nous ne sommes pas tous très unis. »

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540