Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Maupassant entre Flaubert et Zola

Francis Lacoste

Texte intégral

  • 1 Voir notamment Thierry Poyet, L'Héritage Flaubert Maupassant, Kimé, 2000.

1Pour le critique qui se penche sur Maupassant, il est difficile d'échapper à la question, lancinante et rebattue, de L'"héritage flaubertien"1. Mais ce qui apparaît comme une évidence ne constituerait-il pas une de ces "idées reçues" qui mettaient en joie l'ermite de Croisset ? Il ne s'agit pas, en vertu d'un goût immodéré pour le paradoxe, de nier les vérités les mieux établies, corroborées par les œuvres et les déclarations des deux écrivains ; il s'agit simplement de nuancer une conception trop bien admise pour ne pas être interrogée.

2En 1880, lorsque Flaubert disparaît brutalement, Maupassant éprouve une sincère affliction, mais il n'est pas tout à fait "orphelin". En effet, il a accepté de collaborer avec Zola, son aîné de dix ans, pour la rédaction et la publication des Soirées de Médan qui vont le placer au premier plan de l'actualité littéraire. Simple coïncidence, sans doute. Mais ne pourrait-on penser que le jeune romancier trouve alors un père de substitution, ou que, plus prosaïquement, en stratège avisé, il prend conscience du parti qu'il pourra tirer d'un mouvement qui représente la modernité ?

  • 2 Pierre Bayard, Maupassantjuste avant Freud, Editions de Minuit, 1994.

3On s'efforcera donc de montrer que, par les liens affectifs et les relations intellectuelles qu'il noue avec les deux maîtres, Maupassant peut représenter un médiateur entre Flaubert et Zola. D'autant que sa fragilité psychologique suscite une réflexion sur l’identité grâce à laquelle il approfondit la vision traditionnelle de l'âme humaine et explore les abîmes de l'inconscient : romancier préfreudien2 il peut faire la transition entre Madame Bovary et La Bête Humaine. Mais surtout, l'étude sommaire de quelques textes caractéristiques montre que, si l'œuvre et l'esthétique de Maupassant peuvent se lire par rapport à Flaubert, la comparaison avec l'univers des Rougon-Macquart s'impose également et conduit à étudier la position de Maupassant dans le champ littéraire de l'époque.

  • 3 Yvan Leclerc, "Maupassant, l'imitation, le plagiat", Europe no 772-773, août-septembre 1993, p. 121
  • 4 Philippe Bonnefis, "Maupassant ou l'énigme du style", L'Angélus, décembre 1999-janvier 2000, p. 19- (...)
  • 5 Voir René Dumesnil, L’Epoque réaliste et naturaliste, Tallandier, 1946, p. 9596.
  • 6 Voir Flaubert, Correspondance, édition Conard, tome 11, 1910, p. 313-315.
  • 7 Ibid, p. 398.
  • 8 Voir Dorothy Speirs et Dolorès Signori, Entretiens avec Zola, Les Presses de l'Université d'Ottawa, (...)

4La personnalité des trois écrivains nous incite à multiplier les comparaisons sur le plan biographique, mais également dans le domaine social voire philosophique. Entre Flaubert et Maupassant, c'est bien "une affaire de famille", et chacun sait que l'auteur de Madame Bovary, ami de Laure Le Poittevin, a pu passer pour le "père littéraire" d'un garçon qui évoquait en lui l'image de l'oncle Alfred, passionnément aimé autrefois. Yvan Leclerc montre bien que Maupassant fut longtemps suspecté de plagiat et qu'il ne lui fut pas facile d'échapper à la tutelle du maître : " Mesure-t-on l'énergie que Guy de Valmont a dû déployer pour devenir Maupassant, le talent né du défi pour surmonter ces handicaps objectifs et ces complexes intériorisés de cadet mineur en qui personne ne croit ?"3 Et Philippe Bonnefis pense que, dans Le Horla, les infractions aux règles édictées par Flaubert – en particulier les répétitions – sont une manière de "tuer le père"4. Mais il ne faut pas oublier qu'à Croisset, Maupassant rencontrera Zola ; ce dernier l’invitera à Médan à partir de 1877, et prononcera le discours d’hommage à sa mort. On rappellera également que les repas, qui jouent un rôle important dans la sociabilité du monde naturaliste, permettent aux trois hommes de se rencontrer : le 16 avril 1877, chez Trapp, six jeunes écrivains, dont Maupassant, honorent leurs maîtres Flaubert, Goncourt et Zola, manifestation qui est interprétée par les journaux comme la naissance de la nouvelle école5. Le disciple aura l'occasion de collaborer avec ses aînés : fin 1877, il est chargé de faire des relevés topographiques et de noter des détails descriptifs pouvant servir lors de l'équipée archéologique de Bouvard et Pécuchet dans la région d'Etretat6 ; et lorsqu'il collabore aux Soirées de Médan, il suscite l'admiration de Zola, tandis que Flaubert s'enthousiasme : "Il me tarde de vous dire que je considère Boule de Suif comme un chef-d'œuvre"7. Les trois écrivains, malgré quelques divergences, sont donc liés par une amitié et une admiration profondes. On trouvera la preuve de cet attachement dans une lettre où Zola rend compte des Sous-offs, de Descaves : "Le style m'en a paru un peu lourd, fatigant, très travaillé ; mes goûts me portent plutôt vers celui de Flaubert et de Maupassant"8 : on voit que le jeune Guy a désormais conquis sa place parmi les grands écrivains.

  • 9 Christophe Charle, La crise littéraire à l'époque du naturalisme, Presses de l'Ecole Normale Supéri (...)
  • 10 En 1879, grâce à Jules Ferry, Flaubert obtient une pension et une place fictive de bibliothécaire.
  • 11 On sait que Maupassant, qui collabore à de nombreux journaux, donne dans Bel-Ami une image féroce d (...)

5Vivant à une époque charnière, qui voit une profonde transformation du champ littéraire9 nos auteurs doivent se situer en tant qu'artistes par rapport à la société. De par ses origines, Flaubert peut se consacrer à la littérature et vivre en rentier, même si, à la fin de sa vie, la faillite de sa nièce l'oblige à accepter une sinécure10. Maupassant, malgré sa particule, devra – sans enthousiasme – devenir fonctionnaire de la République, au ministère de la Marine, puis de l'Instruction Publique, jusqu'au moment où il vivra de sa production, c'est-à-dire de ses romans, nouvelles et chroniques11. Quant à Zola, d'abord employé chez Hachette, après une jeunesse difficile, il pourra rapidement renoncer au travail salarié, ce qui le conduira à défendre les droits des auteurs : l’artiste n’est plus un homme enfermé dans sa tour d’ivoire, mais un artisan.

  • 12 Flaubert, Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, p. 467 (lettre à Louise Colet du 16 a (...)
  • 13 Jules Renard, Journal (1887-1910), Pléiade, 1960, p. 1090 (2 décembre 1906). Voir Thierry Poyet, op (...)
  • 14 Zola, "L'argent dans la littérature", dans Le Roman expérimental. Texte repris dans Emile Zola, L'E (...)
  • 15 "L'argent dans la littérature" dans Le Roman expérimental. Voir Emile Zola, L'Encre et le sang, Edi (...)

6Cette situation se traduit par un rapport différent aux réalités économiques. Flaubert ne cesse de proclamer le caractère désintéressé de son art : "Mais quant à gagner de l’argent non, non, et à en gagner avec ma plume jamais ! jamais !"12 Maupassant, malgré son mépris pour la bourgeoisie et pour la société corrompue de son temps, a souvent été accusé de cupidité : acharné dans ses négociations avec les éditeurs, il a surveillé la diffusion de ses œuvres, car "il a voulu gagner beaucoup d’argent" écrit Jules Renard dans son Journal13. Mais Zola va plus loin encore, et revendique hautement le droit de faire fortune, ce qui lui donnera une réputation de parvenu : "un auteur est un ouvrier comme un autre, qui gagne sa vie comme un autre, qui gagne sa vie par son travail"14. Il voit même dans le profit une garantie d'indépendance pour l'écrivain, qui n'est plus soumis au bon plaisir des mécènes ou des autorités et se trouve investi d'une mission nouvelle : "l'argent est notre courage et notre dignité, à nous écrivains, qui avons besoin d'être libres pour tout dire ; l'argent fait de nous les chefs intellectuels du siècle, la seule aristocratie possible"15. Le terme d'"aristocratie" est révélateur, et montre bien l'évolution qui se produit à cette époque : la posture que prend Flaubert est celle d'un artiste qui ignore ou méprise la réalité économique, alors que Maupassant accepte le jeu social, mais non sans mauvaise conscience, d'où ses diatribes contre Zola et la commercialisation de la littérature, tandis que l'auteur des Rougon-Macquart, pleinement accordé à son temps, représente une nouvelle élite, une avant-garde intellectuelle susceptible de défendre les valeurs menacées par le conformisme social.

  • 16 Flaubert, Correspondance II, p. 121 (lettre du début juillet 1852). Il est certes curieux que Flaub (...)

7C'est donc la mission et la place de l'écrivain qui sont en jeu. Flaubert refuse en principe toute distinction ou toute reconnaissance sociale, et il s'oppose vigoureusement à Du Camp dont il devine l'ambition : "Je suis tout bonnement un bourgeois qui vit retiré à la campagne, m'occupant de littérature et sans rien demander aux autres, ni considération, ni honneur, ni estime même"16. L'artiste doit être seul, et n'appartenir à aucune école, d’où le refus d'être enrôlé sous la bannière réaliste :

  • 17 Correspondance, Conard, tome 11, p. 245 (A George Sand, décembre 1875).

A propos de mes amis, vous ajoutez "mon école". Mais je m'abîme le tempérament à tâcher de n'avoir pas d'école ! A priori, je les repousse toutes. Ceux que je vois souvent, et que vous désignez, recherchent tout ce que je méprise et s'inquiètent médiocrement de tout ce qui me tourmente. Je regarde comme très secondaire le détail technique, le renseignement local, enfin le côté historique et exact des choses. Je recherche par-dessus tout la beauté, dont mes compagnons sont médiocrement en quête17

  • 18 Correspondance II, p. 43-44 (lettre à Louise Colet du 8 février 1852).
  • 19 Maupassant, Chroniques, tome 2, 10/18, 1980, p. 288 (Le Gaulois, 3 décembre 1883). Cette critique, (...)
  • 20 Jules Huret, Enquête sur l'évolution littéraire, José Corti, 1999, p. 202-204.
  • 21 "Le Nouvel Immortel", L'Evénement illustré, 11 mai 1868. Voir Œuvres complètes, tome 10 (Œuvres cri (...)
  • 22 "Les Romanciers naturalistes : Balzac" dans Zola, Œuvres complètes, tome II, p. 46.
  • 23 Voir notre article "Zola et l'Académie", Excavatio VI-VII, 1995, p. 210-229.

8Mais l'artiste doit surtout se défendre contre toute institution, en particulier l'Académie Française dont rêvent tant d'écrivains aspirant à la notoriété : "Voilà encore une institution pourrie et bête que l'Académie française [...]. J’ai la haine de toute limite. Et il me semble qu'une Académie est tout ce qu'il y a de plus antipathique au monde à la constitution même de l'Esprit qui n'a ni règle, ni loi, ni uniforme"18 Maupassant s'attaque lui aussi à l'Académie, mais il lui reproche essentiellement son conservatisme : elle "sert d'invalides à ceux qui sont fatigués" et se révèle donc "l'ennemie professionnelle des artistes nouveaux, hardis, novateurs, indépendants, indépendants surtout"19. Mais si elle se renouvelait, ne se laisserait-il pas tenter ? Dans l'enquête de Jules Huret, en 1891, Maupassant, visiblement fatigué, répond sans agressivité qu'il a décliné l'offre : "on m’a apporté vingt-huit noms sûrs, j'ai refusé, et les croix, et tout cela ; non vraiment, je ne m'intéresse pas... n'en parlons plus, monsieur, je vous en prie..."20 Quant à Zola, comme on pouvait s'y attendre, il est d'abord très critique et dénonce une assemblée qui privilégie le "goût du médiocre, du vide et du banal"21 et qui "croulera le jour où tous les esprits virils refuseront d'entrer dans une compagnie dont Molière et Balzac n'ont pas fait partie"22. Mais il changera bientôt d'attitude et se présentera vingt-cinq fois sans succès23. Il croit en effet que l'Académie peut changer, car elle est prise dans un mouvement historique qu'en retour elle est susceptible de freiner ou d'accélérer : il faut donc essayer d'y entrer pour promouvoir le naturalisme et défendre la République qui lui est indissolublement liée.

  • 24 Flaubert, Correspondance IV, p. 604 (lettre à Tourgueniev, [13 novembre 1872]).
  • 25 Correspondance III, p. 59 (lettre du [29 novembre 1859]).
  • 26 Serge Koster (Sérénité du dédain, PUF, 2000, p. 13-15) rappelle d'ailleurs que "l'ours de Croisset" (...)
  • 27 Zola, Mes Haines, dans Œuvres complètes, tome 10 (Œuvres critiques I), p. 27.
  • 28 "Nous sommes tous enfoncés au même niveau dans une médiocrité commune. L'égalité sociale a passé da (...)
  • 29 "La Démocratie", dernier texte de la Campagne du Figaro, qui se termine donc sur un "acte de foi" ((...)

9On voit que les trois écrivains n'ont pas le même rapport à leur temps. Flaubert pense vivre une époque de décadence : "J'ai la tristesse qu'avaient les patriciens romains au IVe siècle. Je sens monter du fond du sol une irrémédiable Barbarie"24. Aussi se réfugie-t-il volontiers dans le passé ou dans un univers exotique : "Peu de gens devineront combien il a fallu être triste pour entreprendre de ressusciter Carthage ! C'est là une Thébaïde où le dégoût de la vie moderne m'a poussé" confie-t-il à Ernest Feydeau25 Maupassant critique certes ses contemporains – en particulier les politiciens de la République opportuniste – mais il a une vie mondaine26 multiplie les conquêtes féminines, et dans son œuvre il ne cherche pas l'évasion mais peint la société avec beaucoup de vigueur, et parfois de tendresse : qu'on pense à sa sympathie pour les prostituées ou les femmes soumises à l'implacable loi du mariage. Quant à Zola, il est bien un homme de son temps : "Je n'ai souci que de vie, de lutte, de fièvre. Je suis à l'aise parmi notre génération" écrit-il dans Mes Haines27. Ce n'est donc ni un misanthrope qui exècre la médiocrité contemporaine28 ni un viveur désenchanté, mais un optimiste, un homme qui juge possible et même nécessaire l'amélioration de la société : "Je crois au jour qui s'écoule, et je crois au jour de demain, certain d'un élargissement toujours plus vaste, ayant mis ma passion dans les forces de la vie"29.

  • 30 Voir Philippe Dufour, Le Réalisme, PUF, 1998, p. 278-279.
  • 31 Flaubert, Correspondance III, p. 33 (lettre du 3 août 1859).
  • 32 Pierre Cogny, Maupassant l'homme sans dieu, La Renaissance du livre, Bruxelles, 1968.
  • 33 Maupassant, Une vie, Romans (édition de Louis Forestier), Pléiade, 1987, p. 100 (texte de référence (...)
  • 34 Voir parmi les articles de Barbey dans Zola, mémoire de la critique, Presses de l'Université de Par (...)

10La position intermédiaire de Maupassant se confirme sur le plan philosophique. Si la mélancolie flaubertienne peut s'expliquer par le "trou noir" que laisse l'absence de Dieu30, l'auteur de Madame Bovary semble plutôt agnostique : "Et engueuler l'Etre suprême ne sert à rien, ou de rien, parce que pour s'adresser aux gens il faut au préalable les connaître. Or comme on ne connaît pas l'Etre suprême, tu ferais bien de le laisser tranquille" conseille-t-il à Feydeau31. Mais il considère que ce vide donne à l'homme sa liberté, et cela ne l'empêche pas de s'intéresser aux religions, sur le plan philosophique, psychologique ou sociologique, comme on le voit dans Salammbô, La Tentation de saint Antoine ou Trois contes. Un pas est franchi avec Maupassant, qui apparaît beaucoup plus nettement comme "l'homme sans Dieu"32, mais ne semble pas se résigner à ce désenchantement du monde, générateur d'angoisse. Du moins prête-t-il à certains de ses personnages une attitude de révolte face à la divinité et à ses ministres. Ainsi Jeanne "maudissait Dieu, qu'elle avait cru juste autrefois ; elle s'indignait des préférences coupables du destin, et des criminels mensonges de ceux qui prêchent la droiture et le bien"33. Ces inquiétudes ne sont pas le fait de Zola, qui affichant un athéisme parfaitement serein, suscitera l'indignation de Barbey : selon le "catholique hystérique", Zola retranche toute spiritualité de la littérature, et dans La Faute de l'abbé Mouret, "livre immonde", il exprime un "monstrueux physiologisme" et un "crapuleux matérialisme"34. Très lié à Flaubert et à Zola, Maupassant représente donc bien la transition entre l'idéalisme aristocratique du premier et l'engagement du second dans l'Histoire.

  • 35 Francis Marcoin, Lectures d’une œuvre : Les Romans de Maupassant, six voyages dans le bleu, Edition (...)
  • 36 Madame Bovary, dans Flaubert, Œuvres I, Pléiade, 1966, p. 324. Pour Flaubert et Zola, les référence (...)

11Retrouve-t-on cette position dans l'univers créé par les écrivains, et notamment dans la psychologie de leurs personnages ? On peut répondre par 1'affirmative, même si Maupassant paraît plus proche de Zola, car il montre l'individu régi par des forces qu'il ne contrôle pas : l'hérédité dans Les Rougon-Macquart représenterait donc "une certaine conception de l’inconscient que Maupassant illustrera d’une façon à la fois voisine et différente"35. Chez Flaubert, généralement, la psychologie reste assez classique et semble fondée sur une caractérologie qui définit des tempéraments et explique les attitudes. Ainsi Emma "rejetait comme inutile tout ce qui ne contribuait pas à la consommation immédiate de son cœur, – étant de tempérament plus sentimentale qu’artiste, cherchant des émotions et non des paysages"36. Et à la fin de L’Education Sentimentale, pour analyser leur échec, les deux amis mettent en cause, pour l’un "le défaut de ligne droite", pour l’autre "l’excès de rectitude", mais à la différence des héros de Maupassant, très sensibles à l’opacité des êtres, ils ne semblent pas considérer qu’on puisse avoir des difficultés à se connaître et à connaître les autres.

  • 37 Ibid., p. 544 et 549.
  • 38 Voir Jeanne Bern, Désir et savoir dans l’œuvre de Flaubert : étude de "La Tentation de saint Antoin (...)

12Bien sûr, cela n’empêche pas de procéder à une interprétation psychanalytique des œuvres, et Flaubert nous y invite parfois, en bousculant les idées reçues concernant l’identité. Ainsi, dans sa relation avec Emma, Léon "devenait sa maîtresse plutôt qu’elle n’était la sienne", si bien que le clerc prend conscience de "l’absorption, chaque jour plus grande, de sa personnalité"37. Et surtout, une œuvre comme La Tentation de saint Antoine, qui devait donner bien du mal à Flaubert, constitue un matériau de choix pour l’exploration de l’inconscient38

  • 39 Madame Bovary, Œuvres I, p. 328.
  • 40 Ibid., p. 466.

13Mais si l’on en reste à la lettre du texte, l’auteur de Madame Bovary paraît surtout mettre en cause le langage, si bien que l’héroïne ne pourra pas communiquer ou expliquer son malaise : "les mots lui manquaient, donc l'occasion, la hardiesse"39. On sait que pour Flaubert, le langage est incapable de traduire la finesse des émotions et des sentiments : "la parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles"40

  • 41 Bel-Ami, Romans, p. 427.

14Maupassant va plus loin dans l'exploration du "fond vaseux de l'âme"41 qui constitue l'une des missions du romancier, et il se fonde sur la notion d'inconscient qu'il a trouvée chez Schopenhauer :

  • 42 Maupassant, "Les Subtils", Gil Blas, 3 juin 1884. Voir Chroniques, édition 10/18, tome 2, p. 394.

Aujourd'hui, ce sont surtout les romanciers observateurs qui s'efforcent de pénétrer et d'expliquer l'obscur travail des volontés, le profond mystère des réflexions inconscientes, les déterminants tantôt plutôt instinctifs que raisonnés et tantôt plus raisonnés qu'instinctifs ; d'indiquer la limite insaisissable où le vouloir réfléchi se mêle, pour ainsi dire, à une sorte de vouloir matériel sensuel, à un vouloir animal [...]42

  • 43 Pierre Danger, "La transgression dans l'œuvre de Maupassant", Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 (...)
  • 44 Jean-Louis Bory, Préface à Bel-Ami, Folio, 1990, p. 8-9.
  • 45 Maupassant, Contes et nouvelles, Pléiade II : "Un fou" (p. 540-547) et "La Petite Roque" (p. 618-65 (...)
  • 46 Antonia Fonyi, "La limite : garantie précaire de l'identité". Revue d'Histoire littéraire de la Fra (...)
  • 47 Pierre Bayard, op. cit.
  • 48 Ibid., p. 221.
  • 49 Ibid., p. 53-55.

15Le moi est donc instable, et dans Le Horla, il résiste difficilement à l'envahissement du monde. Cette fragilité rend les limites incertaines et, selon Pierre Danger, oriente l'œuvre vers le désir de transgression, "transgression du sens dans la grivoiserie, transgression des valeurs morales, sociales, de l'identité nationale et finalement de la différenciation sexuelle, structure fondatrice du règne auquel nous appartenons"43. L'interrogation sur l'identité sexuelle est en effet perceptible dans de nombreuses œuvres : Mademoiselle Fifi, mais également Toine, où la femme contraint son mari à couver des œufs, et même Bel-Ami où Jean-Louis Bory voit dans le vil séducteur un de ces hommes-filles qui sont objets du désir plus que sujets désirants44. Mais le refus de la loi peut mener à la folie ou au crime, et l'individu incapable de maîtriser ses pulsions en vient à établir une équivalence entre désir sexuel et meurtre : "L'envie de tuer me court dans les moelles. Cela est comparable aux rages d'amour qui vous torturent à vingt ans" écrit le narrateur d'Un fou, tandis que La Petite Roque illustre la confusion mentale de l'assassin45. C'est ce qui conduit Antonia Fonyi à déceler une "structure psychotique [...] tributaire de l'inachèvement de l’évolution psycho-sexuelle qui s’est arrêtée, chez Maupassant, au seuil de l’œdipe"46. Si l’on ajoute que Pierre et Jean est un roman familial qui aboutit à une mise en question de la paternité – thème récurrent dans l’ensemble de l’œuvre – on comprend que Pierre Bayard puisse situer Maupassant "juste avant Freud"47 Comme le fondateur de la psychanalyse, le romancier montre un homme en proie à l’expérience de la "dépossession" et à la pulsion de mort, mettant en cause la limite entre folie et normalité, et confronté par la rencontre avec l’Autre au problème de son identité. Toutefois, le critique note que "la question de l’identité est première chez Maupassant, alors qu’elle ne représente pour Freud qu’une part d’une question plus large, celle de la sexualité"48. Il n’y a donc pas, chez l’auteur de Pierre et Jean, une psychogenèse de la névrose, le désir sexuel ne se manifeste pas à travers le fantasme, et l’inconscient n’est pas le principe central, l’accent se trouvant plutôt mis sur "les problèmes de limite ou de frontière" ; cela montre bien la différence avec Freud et permet de se demander ce qu’aurait été une psychanalyse fondée sur l’œuvre de Maupassant49.

  • 50 Marc Girard, "Modèles et contre-modèles de l’inconscient : une lecture freudienne de La Bête Humain (...)
  • 51 Zola, La Bête Humaine, dans Les Rougon-Macquart, Pléiade, 1960-1967, t. IV, p. 1042.

16Dans cette perspective, Les Rougon-Macquart peuvent apparaître comme un approfondissement des intuitions maupassantiennes. Certes, Marc Girard récuse l'appellation de "roman préfreudien" appliquée à La Bête Humaine et préfère voir en Zola un "poète freudien" marqué par le genre tragique et ne disposant pas des outils conceptuels qui permettront de fonder la psychanalyse50. Pourtant, dans une sorte d'auto-analyse d'une obsession, Lantier établit bien le lien entre Eros et Thanatos : "Tuer une femme, tuer une femme ! cela sonnait à ses oreilles, du fond de sa jeunesse, avec la fièvre grandissante, affolante du désir"51. Mais le personnage va beaucoup plus loin dans l'interrogation sur la tare héréditaire :

  • 52 Ibid., p. 1043.

La famille n'était guère d'aplomb, beaucoup avaient une fêlure. Lui, à certaines heures, la sentait bien, cette fêlure héréditaire ; non pas qu'il fût d'une santé mauvaise, car l'appréhension et la honte de ses crises l'avaient seules maigri autrefois ; mais c'étaient, dans son être, de subites pertes d'équilibre, comme des cassures, des trous par lesquels son moi lui échappait, au milieu d'une sorte de grande fumée qui déformait tout. Il ne s'appartenait plus, il obéissait à ses muscles, à la bête enragée. Pourtant, il ne buvait pas, il se refusait même un petit verre d'eau-de-vie, ayant remarqué que la moindre goutte d'alcool le rendait fou. Et il en venait à penser qu'il payait pour les autres, les pères, les grands-pères, qui avaient bu, les générations d'ivrognes dont il était le sang gâté, un lent empoisonnement, une sauvagerie qui le ramenait avec les loups mangeurs de femmes, au fond des bois52

17On voit se dessiner ici certains éléments de la topique freudienne, le terme de "moi" étant même employé explicitement, tandis que "la bête enragée" évoque le "ça". On devine même une théorie de l'inconscient collectif, l'individu se trouvant condamné à répéter inlassablement l'histoire de l'humanité, marquée par la violence et la guerre des sexes.

  • 53 Zola, La Curée, Les Rougon-Macquart, tome I, p. 489.
  • 54 Ibid., p. 485.
  • 55 Ibid., p. 591.
  • 56 Henri Mitterand, Le Roman à l'œuvre : genèse et valeurs, PUF, coll. Ecriture, 1998, p. 90.

18Guerre, mais aussi confusion, parfois. Comme chez Maupassant, mais avec une note critique et moralisatrice, apparaît chez Zola cette obsession de l'inversion qui caractérise la fin du XIXe siècle. Ainsi, dans La Curée, Renée "guettait Maxime, cette proie renversée sous elle, qui s'abandonnait, qu'elle possédait tout entière"53. Et on voit bien la différence avec Flaubert, qui restait allusif, puisque le texte inverse les rapports entre les sexes : "Renée était l’homme" tandis que Maxime, "neutre, blond et joli, frappé dès l'enfance dans sa virilité, devenait, aux bras curieux de la jeune femme, une grande fille, avec ses membres épilés, ses maigreurs gracieuses d'éphèbe romain"54. L'homosexualité masculine sera même évoquée par Zola, mais à la fin de l'œuvre et à travers un personnage secondaire, le valet de chambre Baptiste qui n'aimait pas les femmes, mais les palefreniers55. Enfin, débusquant les mythes tragiques grecs au cœur du roman naturaliste, Henri Mitterand fait apparaître des situations qui relèvent de Vhybris, mais qui peuvent être qualifiées d’œdipiennes : le meurtre du père Fouan par ses enfants, ou, plus subtilement, le "parricide déguisé" de Maheu, "père symbolique" conduit par Lantier sous le feu des soldats56.

19Si l'inconscient est assez peu présent dans les grandes œuvres de Flaubert, il affleure dans les textes de Maupassant et de Zola, sensibles aux inquiétudes "fin de siècle". Mais alors que le premier organise son monde autour des problèmes de l'identité ou de la transgression, le second accorde à la sexualité et à l'œdipe une place centrale – ce qui causera un véritable scandale – et il semble entrevoir une théorie des pulsions et des instances du psychisme.

20Mais c'est surtout comme artiste que Maupassant paraît être un maillon important dans la chaîne qui relie Flaubert à Zola : l'intertextualité révèle des rapports étroits entre des écrivains qui ont continuellement réfléchi à la nature et à la fonction de l'art.

  • 57 Roger Bismut, "Quelques problèmes de création littéraire dans Bel-Ami", Revue d'Histoire Littéraire (...)
  • 58 Yvan Leclerc, "Maupassant : le texte hanté", Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan (...)
  • 59 Bel-Ami, Romans, p. 480, et L'Education Sentimentale, Œuvres II, p. 37. Voir Jean Rousset, Leurs ye (...)
  • 60 Balzac, Le Lys dans la vallée, La Comédie Humaine, Pléiade IX, p. 992. On sait que Flaubert était l (...)

21La présence de Flaubert dans l'œuvre de Maupassant a été maintes fois soulignée. Yvan Leclerc, approfondissant la réflexion de Roger Bismut57, montre bien que le texte est littéralement "hanté"58. Ajoutons à la liste provisoire des rapprochements un exemple qui révèle le parti pris de dérision du sentiment amoureux adopté dans Bel-Ami : "leurs yeux se rencontrèrent" lit-on à la fin de l'œuvre, lorsque le "héros" épouse Suzanne Walter qu'il a enlevée. On pense aussitôt à "l'apparition" de Madame Arnoux, et à la fameuse phrase "leurs yeux se rencontrèrent" qui fournit à Jean Rousset le titre de son ouvrage sur la rencontre amoureuse59. Mais nous sommes bien loin du naïf Frédéric et de la chaste Marie Arnoux ; le triomphe de Du Roy, faux noble et vrai manipulateur, révèle la corruption d'une société dans laquelle toutes les valeurs sont perverties et où la réussite est liée à l'absence totale de scrupules. Toutefois, on se demandera si la dérision parodique n'est pas déjà le fait de Flaubert qui, en l'occurrence, cite Balzac : "elle apparut sur le seuil de la porte, nos yeux se rencontrèrent" écrit Félix de Vandenesse60.

22Mais le rapport privilégié entre Flaubert et Maupassant a peut-être occulté la relation qu'entretenait ce dernier avec l'univers littéraire de Zola, et qui se manifeste par une riche intertextualité. La nouvelle « La Parure » est intéressante à cet égard, car l'héroïne malheureuse, Mme Loisel, parcourt l'itinéraire qui mène de Flaubert à Zola, du romantisme discrédité au naturalisme affiché. Le texte commence par l'analyse psychologique d'une femme atteinte de bovarysme, écœurée par le quotidien et rêvant de la splendeur orientale :

  • 61 Maupassant, Contes et nouvelles I, p. 1198-1199.

Elle souffrait sans cesse, se sentant née pour toutes les délicatesses et tous les luxes. Elle souffrait de la pauvreté de son logement, de la misère des murs, de l'usure des sièges, de la laideur des étoffes. Toutes ces choses, dont une autre femme de sa caste ne se serait même pas aperçue, la torturaient et l'indignaient. La vue de la petite Bretonne qui faisait son humble ménage éveillait en elle des regrets désolés et des rêves éperdus. Elle songeait aux antichambres muettes, capitonnées avec des tentures orientales, éclairées par de hautes torchères de bronze, et aux deux grands valets en culotte courte qui dorment dans les larges fauteuils, assoupis par la chaleur lourde du calorifère. Elle songeait aux grands salons vêtus de soie ancienne, aux meubles fins portant des bibelots inestimables, et aux petits salons coquets, parfumés, faits pour la causerie de cinq heures avec les amis les plus intimes, les hommes connus et recherchés dont toutes les femmes envient et désirent l'attention61.

23Son malaise devient insupportable au moment des repas, devant la satisfaction bourgeoise de son mari qui s'exclame : "Ah ! Le bon pot-au-feu ! je ne sais rien de meilleur que cela ! " C'est bien le supplice quotidien d'Emma :

  • 62 Flaubert, Œuvres I, p. 192.

Mais c'était surtout aux heures des repas qu'elle n'en pouvait plus, dans cette petite salle au rez-de-chaussée, avec le poêle qui fumait, la porte qui criait, les murs qui suintaient, les pavés humides ; toute l'amertume de l'existence lui semblait servie sur son assiette, et, à la fumée du bouilli, il montait du fond de son âme comme d'autres bouffées d'affadissement. Charles était long à manger ; elle grignotait quelques noisettes, ou bien, appuyée du coude, s'amusait, avec la pointe de son couteau, à faire des raies sur la toile cirée62.

24Mais à la fin, lorsqu'à force de privations, Mme Loisel réussit, par une cruelle ironie du sort, à remplacer la fausse rivière de diamants empruntée à Mme Forestier par une vraie, elle est devenue un personnage zolien, Gervaise par exemple :

  • 63 Maupassant, Contes et nouvelles I, p. 1204-1205.

Elle connut les gros travaux du ménage, les odieuses besognes de la cuisine. Elle lava la vaisselle, usant ses ongles roses sur les poteries grasses et le fond des casseroles. Elle savonna le linge sale, les chemises et les torchons, qu'elle faisait sécher sur une corde ; elle descendit à la rue, chaque matin, les ordures, et monta l'eau, s'arrêtant à chaque étage pour souffler. Et, vêtue comme une femme du peuple, elle alla chez le fruitier, chez l'épicier, chez le boucher, le panier au bras, marchandant, injuriée, défendant sou à sou son misérable argent63.

25La technique narrative, et en particulier le traitement de la description, permet également de préciser la place de Maupassant. C'est ainsi qu'on a pu rapprocher deux évocations de Rouen, qui montrent à nouveau que l'auteur de Bel-Ami se détache difficilement du modèle flaubertien. Rappelons les deux textes, et d'abord la vision poétique d'Emma :

  • 64 Madame Bovary, Œuvres I, p. 602.

[...] Puis, d'un seul coup d'œil, la ville apparaissait.
Descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard, elle s'élargissait au-delà des ponts, confusément. La pleine campagne remontait ensuite d'un mouvement monotone, jusqu'à toucher au loin la base indécise du ciel pâle. Ainsi vu d'en haut, le paysage tout entier avait l'air immobile comme une peinture ; les navires à l'ancre se tassaient dans un coin ; le fleuve arrondissait sa courbe au pied des collines vertes, et les îles, de forme oblongue, semblaient sur l'eau de grands poissons noirs arrêtés. Les cheminées des usines poussaient d'immenses panaches bruns qui s'envolaient par le bout. On entendait le ronflement des fonderies avec le carillon clair des églises qui se dressaient dans la brume. Les arbres des boulevards, sans feuilles, faisaient des broussailles violettes au milieu des maisons, et les toits, tout reluisants de pluie, miroitaient inégalement, selon la hauteur des quartiers64.

26Dans Bel-Ami, le même paysage est vu par Duroy et Madeleine :

  • 65 Bel-Ami, Romans, p. 356.

On dominait l'immense vallée, longue et large que le fleuve clair parcourait d'un bout à l'autre, avec de grandes ondulations. On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses et décrivant une courbe avant de traverser Rouen. Puis la ville apparaissait sur la rive droite, un peu noyée dans la brume matinale, avec des éclats de soleil sur ses toits, et ses mille clochers légers, pointus ou trapus, frêles et travaillés comme des bijoux géants, ses tours carrées ou rondes coiffées de couronnes héraldiques, ses beffrois, ses clochetons, tout le peuple gothique des sommets d'églises que dominait la flèche aiguë de la cathédrale, surprenante aiguille de bronze, laide, étrange et démesurée, la plus haute qui soit au monde.
Mais en face, de l'autre côté du fleuve, s'élevaient, rondes et renflées à leur faîte, les minces cheminées d'usines du vaste faubourg de Saint-Sever.
Plus nombreuses que leurs frères les clochers, elles dressaient jusque dans la campagne lointaine leurs longues colonnes de briques et soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon.
Et la plus élevée de toutes, aussi haute que la pyramide de Chéops, le second des sommets dus au travail humain, presque 1 égale de sa fière commère la flèche de la cathédrale, la grande pompe à feu de la Foudre semblait la reine du peuple travailleur et fumant des usines, comme sa voisine était la reine de la foule pointue des monuments sacrés65

  • 66 Roger Bismut, article cité, p. 582.

27Roger Bismut a relevé tout ce qui rapproche les deux descriptions66 :

Puis d'un seul coup d'œil, la ville apparaissait...

Puis la ville apparaissait

descendant tout en amphithéâtre et noyée dans le brouillard.

...un peu noyée dans la brume matinale.

Le fleuve arrondissait sa courbe au pied des collines vertes, et les îles, de forme oblongue, semblaient sur l'eau de grands poissons noirs arrêtés.

On le voyait venir de là-bas, taché par des îles nombreuses, et décrivant une courbe avant de traverser Rouen.

Les cheminées des usines poussaient d'immenses panaches bruns qui s'envolaient par le bout. On entendait le ronflement des fonderies...

...de l'autre côté du fleuve s'élevaient rondes et renflées par leur faîte, les minces cheminées d'usines... elles soufflaient dans le ciel bleu leur haleine noire de charbon.

... et les toits, tout reluisants de pluie, miroitaient inégalement.

...avec des éclats de soleil sur ses toits.

(Madame Bovary)

(Bel-Ami)

28Mais le texte de Maupassant présente toutefois une grande originalité, peut-être parce que l’attente de Madeleine n'a rien à voir avec celle d'Emma, mais aussi parce que, depuis 1857, la révolution industrielle paraît s'être imposée. On assiste plutôt à un face à face titanesque – digne de Victor Hugo, mort en cette année 1885 – entre le monde gothique des églises et l'univers moderne des usines. Ces dernières, chez Flaubert, se trouvaient fondues dans le paysage, si bien que l'harmonie poétique n'était pas rompue. Chez Maupassant au contraire, le monde industriel est traité de manière réaliste : l'" haleine noire du charbon" et le "peuple travailleur et fumant des usines" ne marquent-ils pas une surprenante rencontre avec Zola, qui publie Germinal cette même année ?

29Si l'on passe à la description d'un espace clos – la serre – on ne manquera pas, cette fois, de rapprocher directement Maupassant de Zola. Dans Bel-Ami, le lieu d'une inquiétante étrangeté où Mme Walter, obsédée par l'image de Du Roy, va s'évanouir, est un monde de "volupté énervante et de mort" :

  • 67 Bel-Ami, Romans, p. 470.

Elle sentait vaguement qu'elle n'était point chez elle. Elle voulait se lever, fuir, elle ne le pouvait pas. Une torpeur l'avait envahie, qui liait ses membres et ne lui laissait que sa pensée en éveil, trouble cependant, torturée par des images affreuses, irréelles, fantastiques, perdue dans un songe malsain, le songe étrange et parfois mortel que font entrer dans les cerveaux humains les plantes endormeuses des pays chauds, aux formes bizarres et aux parfums épais67.

30Or on retrouve cette atmosphère torride et malsaine dans la serre vouée à la débauche de Maxime et Renée :

  • 68 La Curée, Les Rougon-Macquart I, p. 485.

La chaleur était suffocante, une chaleur sombre, qui ne tombait pas du ciel en pluie de feu, mais qui traînait à terre, ainsi qu'une exhalaison malsaine, et dont la buée montait, pareille à un nuage chargé d'orage. Une humidité chaude couvrait les amants d'une rosée, d'une sueur ardente. Longtemps ils demeurèrent sans gestes et sans paroles, dans ce bain de flammes, Maxime terrassé et inerte, Renée frémissante sur ses poignets comme sur des jarrets souples et nerveux68.

31Mais la comparaison révèle également les différences entre les écrivains : la description reste plus sommaire et synthétique chez Maupassant, qui évoque seulement "les plantes endormeuses des pays chauds, aux formes bizarres et aux parfums épais", tandis que Zola va plus loin dans l’imaginaire, faisant participer ses personnages au "rut immense de la serre" et ne reculant pas devant une poésie expressionniste qui donne une dimension épique et tragique à des personnages enfermés dans l’enfer dantesque de la passion. Ce ne sont pas, d'ailleurs, les seuls rapprochements entre les deux œuvres : certains lieux (le Parc Monceau, le Bois de Boulogne) sont identiques, et les noms des personnages constituent parfois un clin d’œil : dans le ministre corrompu Laroche-Mathieu qui illustre à l’occasion de "l’affaire marocaine" le trafic d’influence sous la République opportuniste, on retrouve le conseiller municipal Toutin-Laroche, qui sous le Second Empire permet à Saccard de spéculer impunément.

  • 69 Henri Mitterand, "Midis littéraires : Maupassant et Zola", dans Le Roman à l’œuvre : genèse et vale (...)

32Proposant une nouvelle application de la théorie des climats, Henri Mitterand69 étudie le rapport des créateurs avec le cadre géographique et suggère l’existence de deux courants parmi les écrivains réalistes et naturalistes : "l’un, plutôt normand, tourangeau, flamand, chrétien, raisonnable ; l’autre, plutôt méditerranéen, grec, mythomane. Les romans de Flaubert sont habités par la raison sceptique, ceux de Zola par la fureur dionysiaque..." Or Zola, venu du sud, "a fait basculer son œuvre du côté de Paris", alors que Maupassant le Normand s’est de plus en plus intéressé au Midi, si bien qu’ils se sont croisés. Mitterand illustre cette rencontre par une comparaison entre deux œuvres, Naïs Micoulin (1879) et Une Vie (1883), qui racontent la même histoire, celle d’une femme séduite et abandonnée. Il montre que malgré les différences, ces textes sont comparables puisqu’ils décrivent, sans fausse pudeur, la terre méridionale comme "espace métonymique du désir érotique".

  • 70 Francis Marcoin, op. cit., p. 47.
  • 71 Colette Becker, "L’Art et la Vie : le drame d’Olivier Bertin", Revue d’Histoire Littéraire de la Fr (...)
  • 72 Louis Forestier, Introduction au catalogue de l'exposition "Maupassant et l'impressionnisme", Musée (...)

33Les critiques ont relevé d’autres coïncidences. Francis Marcoin note que La Bête Humaine (1890) s’ouvre sur la description du paysage que Bel-Ami voit de sa fenêtre, "la tranchée du chemin de fer de l’Ouest"70. Deux romans sur la figure de l’artiste (L'Œuvre et Fort comme la mort, publiés respectivement en 1886 et 1889), commencent de la même manière, par la visite d’un atelier de peintre71 et Colette Becker signale que le rapport des deux écrivains à la peinture est en effet fondamental. Même si Maupassant n’a pas su défendre comme Zola les impressionnistes, son univers, aussi bien que celui de son aîné, porte la marque de ce courant : "Ce qu’il n’a pas réalisé comme "salonnier", il l’a transposé dans son œuvre de conteur et de romancier, partageant avec les Impressionnistes le goût des sujets et des motifs modernes, s'enivrant de couleurs et cherchant à retenir, par mille moyens, la fugacité des choses"72.

  • 73 Maupassant (Une Vie) et Zola (La Faute de l'abbé Mouret). On consultera André Vial, Guy de Maupassa (...)
  • 74 Contes et Nouvelles I, p. 256-283.
  • 75 La Terre, Les Rougon-Macquart IV, p. 655-656.
  • 76 Maupassant, Contes et nouvelles I (Boule de suif, p. 83-121 ; Mademoiselle Fifi, p. 385-397) et II (...)
  • 77 Nana, Les Rougon-Macquart II, p. 1474.

34Les personnages et les situations offrent également de nombreux points de convergence. Le fanatique abbé Tolbiac, gardien de la moralité publique et ennemi de la vie, qui assassine une chienne en gésine puis provoque la mort de Julien et Gilberte, a bien des traits communs avec Frère Archangias : ce dernier détruit un nid de fauvettes que des enfants observaient et surveille les amours d'Albine, qui mourra d'abandon73. Mais c'est surtout autour du personnage de la prostituée que se tissent les rapports les plus significatifs. La maison Tellier, où l'on accède depuis le quai par la rue aux Juifs, et qui compte cinq "employées", est un respectable établissement dont la patronne est considérée comme "une bourgeoise de Fécamp" ; la fermeture un samedi "pour cause de première communion" fera le désespoir des habitués, mais la ferveur et l'émotion de ces dames, lors de la cérémonie, susciteront l'admiration de tous et l'enthousiasme du curé, qui y verra un signe de la présence divine74. Or, dans La Terre, M. et Mme Charles, considérés comme de bons bourgeois de Chartres, tiennent dans la rue aux Juifs "un établissement" qui devra être fermé pour l’enterrement de leur fille, Marie-Estelle ; mais les cinq femmes de la maison participent si dignement à la cérémonie que "l’établissement ne désemplit pas de la semaine"75. Cependant, Maupassant a peut-être été également inspiré par Nana (1880) dont on retrouve un écho dans Boule de suif, Mademoiselle Fifi et Le lit 2976. En effet, n’y a-t-il pas une continuité entre ces œuvres ? Nana se termine par l’agonie de l’héroïne tandis que la rue vocifère "A Berlin ! "77. Or Boule de Suif commence au moment de la "débâcle" et l'héroïne, qui a failli étrangler un Prussien venu loger chez elle, sera la seule à montrer du patriotisme et résistera au chantage de l'officier prussien. Quant à Rachel, elle égorgera "Mlle Fifi", représentant de l'ennemi, et Irma contaminera tout un régiment prussien. Ne pourrait-on voir là une reprise du thème zolien de la "mouche d'or", la vengeance se faisant non plus sociale mais patriotique ?

35Ce relevé, très incomplet, vise seulement à montrer l'existence d'un triangle Flaubert-Maupassant-Zola qu'il faut prendre en compte lorsqu'on analyse le réalisme et le naturalisme. Les trois auteurs, admirateurs des œuvres "fortes", ont en commun le rejet d'une littérature mièvre, conventionnelle et moralisatrice, destinée à la bonne société : Maupassant souhaite "n'avoir pas de goût, parce que tous les grands hommes n'en ont pas, et en inventent un nouveau", affirmation que René Dumesnil rapproche de la fière dédicace de L'Assommoir :

  • 78 René Dumesnil, Guy de Maupassant, Tallandier, 1947, p. 183-184.

A mon grand ami
Gustave Flaubert
En haine du goût,
Emile Zola78

  • 79 Flaubert, Correspondance II, p. 445.
  • 80 Guy Larroux,''Maupassant classique", Actes du colloque de Toulouse, Presses Universitaires du Mirai (...)
  • 81 Zola, Œuvres complètes, tome 12 (Œuvres critiques III), Cercle du Livre Précieux, 1969, p. 351.

36Tous trois manifestent une certaine réticence par rapport au romantisme qui a marqué leur jeunesse et se tournent plutôt vers le classicisme. On sait que Flaubert réhabilite Boileau79 et Guy Larroux a montré que Maupassant avait été rapidement considéré comme un classique80. Mais curieusement, Zola lui-même, en matière de critique, fait sien l'idéal du XVIIe siècle, si bien qu'il transforme Musset en représentant du "génie français, avec sa pondération, sa logique, sa netteté si fine et si harmonique"81.

  • 82 Ces deux écrivains sont des références constantes pour Flaubert. Dans une lettre du [26 août 1853] (...)
  • 83 Voir Halina Suwala, "Le XVIIIe siècle de Maupassant" dans Le Siècle de Rousseau et sa postérité, Va (...)
  • 84 Œuvres complètes tome 10, (Œuvres critiques I) Cercle du Livre Précieux, 1968, p. 27.
  • 85 Correspondance II, p. 519.

37Cependant, c'est plutôt vers les XVIe et XVIIIe siècles que se tournent Flaubert et Maupassant, qui multiplient les allusions à Rabelais ou à Sade, tandis que Zola s'intéresse surtout à ses contemporains. En simplifiant, on pourrait dire que Flaubert est l'homme de l'Antiquité et du XVIe siècle, vouant un véritable culte à Homère et Shakespeare82 ; Maupassant apparaît plutôt attiré par le XVIIIe siècle, et notamment par l'univers des libertins83 ; et Zola, qui affirme dans Mes Haines : "Je me moque des grands siècles"84, défend les écrivains qui selon lui représentent son époque et qui préparent l'avenir. On ajoutera que Maupassant joue également un rôle intermédiaire dans la réflexion théorique sur la création. Bien qu'il se méfie de toute école, il élabore bien dans le texte qui sert de "préface" à Pierre et Jean une sorte de théorie du roman, entreprise qui sera systématisée par Zola, tandis que Flaubert se garde de toute théorisation, même si les lettres à Louise Colet permettent de définir une "poétique en soi"85 propre à chaque œuvre.

  • 86 Jean Lorrain, Très russe (1886).
  • 87 Voir André Vial, op. cit., p. 278-279.
  • 88 Voir Halina Suwala, "Maupassant et le naturalisme", Maupassant et l'écriture, p. 243-258.
  • 89 André Vial, op. cit., p. 257.
  • 90 Guy Larroux, article cité, p. 42.

38Aussi, malgré les outrances de Jean Lorrain faisant de Maupassant "l’étalon modèle, littéraire et plastique, du grand haras Flaubert, Zola et Cie"86 ou les accusations de "darwinisme littéraire" contre Zola et Maupassant87 la critique ne confondra pas les trois écrivains et, surtout après 1884, traitera avec une relative bienveillance l'auteur de Bel-Ami88 Ce dernier, dit André Vial89 "se moque des prétentions de Zola à la science, à l'enquête sociale", au "document humain" et il évoluera d'ailleurs vers le roman psychologique. En somme, pour reprendre l'expression de Guy Larroux, Maupassant était "un réaliste acceptable"90 pour la critique de l'époque, ce qui le distinguait de Flaubert, mais surtout de Zola, représentant du naturalisme honni. On rappellera à ce propos que Notre cœur parut dans la très traditionaliste Revue des Deux Mondes en 1890, et que Brunetière se montra de plus en plus favorable à l'écrivain, comme si l'institution avait cru trouver enfin un moyen d'endiguer la vague naturaliste.

39Si Maupassant est bien l'héritier de Flaubert, son œuvre entretient cependant un dialogue constant et fructueux avec celle de Zola et peut être considérée, dans la théorie et dans la pratique, comme une transition entre réalisme et naturalisme. Rompant avec le splendide isolement de l'artiste qui sacrifie à une mystique de l'Art, Maupassant, malgré sa fascination pour le Siècle des Lumières, replace l'écrivain dans la réalité de son époque et s'intéresse aux conditions concrètes de production et de diffusion de l'œuvre. Cette dernière peut donc paraître moins ambitieuse que celle de Flaubert, mais elle n'en explore pas moins les zones les plus secrètes et les plus troubles du psychisme humain, et à partir d'une obsédante réflexion sur l'identité ou sur le rapport à l'autre, elle fait émerger la notion d'inconscient au moment où le nom de Freud est encore inconnu.

40On ne doit donc pas négliger le lien de Maupassant avec le naturalisme, et sans doute la forte personnalité de Zola a-t-elle permis à l'auteur de Boule de suif d'échapper à l'écrasante tutelle de son premier protecteur pour devenir autonome, si bien qu'à partir de 1885, les références aux deux maîtres semblent moins présentes. Mais la critique, soucieuse d'établir l'hégémonie de Zola sur le naturalisme ou de privilégier un écrivain plus "classique" pouvant représenter un réalisme édulcoré, s'est efforcée d'estomper ce lien pour insister sur la filiation flaubertienne. A une époque où le naturalisme était objet de scandale, Maupassant s'est donc trouvé, en partie malgré lui, victime d'une tentative institutionnelle de "récupération" reposant sur une lecture superficielle ou volontairement naïve de son œuvre.

Notes

1 Voir notamment Thierry Poyet, L'Héritage Flaubert Maupassant, Kimé, 2000.

2 Pierre Bayard, Maupassantjuste avant Freud, Editions de Minuit, 1994.

3 Yvan Leclerc, "Maupassant, l'imitation, le plagiat", Europe no 772-773, août-septembre 1993, p. 121.

4 Philippe Bonnefis, "Maupassant ou l'énigme du style", L'Angélus, décembre 1999-janvier 2000, p. 19-43.

5 Voir René Dumesnil, L’Epoque réaliste et naturaliste, Tallandier, 1946, p. 9596.

6 Voir Flaubert, Correspondance, édition Conard, tome 11, 1910, p. 313-315.

7 Ibid, p. 398.

8 Voir Dorothy Speirs et Dolorès Signori, Entretiens avec Zola, Les Presses de l'Université d'Ottawa, 1990, p. 51. Rappelons que Descaves avait signé le fameux "Manifeste des cinq" contre La Terre en 1887.

9 Christophe Charle, La crise littéraire à l'époque du naturalisme, Presses de l'Ecole Normale Supérieure, 1979.

10 En 1879, grâce à Jules Ferry, Flaubert obtient une pension et une place fictive de bibliothécaire.

11 On sait que Maupassant, qui collabore à de nombreux journaux, donne dans Bel-Ami une image féroce de ce monde médiocre et mesquin, et que Flaubert considérait la presse comme une marque de la vulgarité du monde moderne. Rien de tel chez Zola, qui même s'il polémique avec les journalistes, pense que la presse est l'avantgarde de la démocratie ("La démocratie", Le Figaro, 5 septembre 1881).

12 Flaubert, Correspondance, Bibliothèque de la Pléiade, tome I, p. 467 (lettre à Louise Colet du 16 août 1847). Sauf indication contraire, les références à la Correspondance renvoient à cette édition.

13 Jules Renard, Journal (1887-1910), Pléiade, 1960, p. 1090 (2 décembre 1906). Voir Thierry Poyet, op. cit., p. 62.

14 Zola, "L'argent dans la littérature", dans Le Roman expérimental. Texte repris dans Emile Zola, L'Encre et le sang, présentation de Henri Mitterand, Editions Complexe, 1989, p. 34-86 (éditions Robert Laffont, tome 2, 1989, p. 728). Voir également dans le Journal des Goncourt cette réplique de Zola à Flaubert : "Vous, vous avez eu une petite fortune, qui vous a permis de vous affranchir de beaucoup de choses. Moi, [j'] ai gagné ma vie absolument avec ma plume [...]" (éditions Robert Laffont, tome 2, 1989, p. 728).

15 "L'argent dans la littérature" dans Le Roman expérimental. Voir Emile Zola, L'Encre et le sang, Editions Complexe, 1989, p. 85.

16 Flaubert, Correspondance II, p. 121 (lettre du début juillet 1852). Il est certes curieux que Flaubert revendique le statut de bourgeois, quand on connaît son aversion pour ce type social et surtout psychologique. Mais après tout, cette remarque est d'une grande vérité sociologique et pourrait illustrer, dans la perspective sartrienne, le rapport ambigu de l'écrivain avec sa classe sociale : Flaubert est bien un rentier, et lors de la Commune, il réagira en propriétaire qui s'est senti menacé.

17 Correspondance, Conard, tome 11, p. 245 (A George Sand, décembre 1875).

18 Correspondance II, p. 43-44 (lettre à Louise Colet du 8 février 1852).

19 Maupassant, Chroniques, tome 2, 10/18, 1980, p. 288 (Le Gaulois, 3 décembre 1883). Cette critique, sans doute judicieuse, n'est pas originale : voir les sarcasmes de Houssaye énumérant tous les grands écrivains que l'Académie a refusés ("le quaranteet unième fauteuil") ou Daudet ridiculisant le secrétaire perpétuel Camille Doucet dans L'Immortel.

20 Jules Huret, Enquête sur l'évolution littéraire, José Corti, 1999, p. 202-204.

21 "Le Nouvel Immortel", L'Evénement illustré, 11 mai 1868. Voir Œuvres complètes, tome 10 (Œuvres critiques I), Cercle du Livre Précieux, 1968, p. 747.

22 "Les Romanciers naturalistes : Balzac" dans Zola, Œuvres complètes, tome II, p. 46.

23 Voir notre article "Zola et l'Académie", Excavatio VI-VII, 1995, p. 210-229.

24 Flaubert, Correspondance IV, p. 604 (lettre à Tourgueniev, [13 novembre 1872]).

25 Correspondance III, p. 59 (lettre du [29 novembre 1859]).

26 Serge Koster (Sérénité du dédain, PUF, 2000, p. 13-15) rappelle d'ailleurs que "l'ours de Croisset" lui-même, malgré ses déclarations, ne dédaignait pas les mondanités.

27 Zola, Mes Haines, dans Œuvres complètes, tome 10 (Œuvres critiques I), p. 27.

28 "Nous sommes tous enfoncés au même niveau dans une médiocrité commune. L'égalité sociale a passé dans l'Esprit" (Correspondance II, p. 437, [22 septembre 1853]).

29 "La Démocratie", dernier texte de la Campagne du Figaro, qui se termine donc sur un "acte de foi" (Œuvres complètes, tome 14, p. 655, ou L'Encre et le Sang, p. 311).

30 Voir Philippe Dufour, Le Réalisme, PUF, 1998, p. 278-279.

31 Flaubert, Correspondance III, p. 33 (lettre du 3 août 1859).

32 Pierre Cogny, Maupassant l'homme sans dieu, La Renaissance du livre, Bruxelles, 1968.

33 Maupassant, Une vie, Romans (édition de Louis Forestier), Pléiade, 1987, p. 100 (texte de référence pour les œuvres romanesques). Ancien élève du séminaire d'Yvetot, Maupassant se caractérisera par un anticléricalisme vigoureux : ses prêtres ne sont pas seulement des imbéciles comme Bournisien, mais ils se révèlent malfaisants.

34 Voir parmi les articles de Barbey dans Zola, mémoire de la critique, Presses de l'Université de Paris-Sorbonne, 1998 : "La Faute de l'abbé Mouret par Emile Zola", p. 75-82.

35 Francis Marcoin, Lectures d’une œuvre : Les Romans de Maupassant, six voyages dans le bleu, Editions du temps, 1999, p. 7-8.

36 Madame Bovary, dans Flaubert, Œuvres I, Pléiade, 1966, p. 324. Pour Flaubert et Zola, les références aux romans renvoient aux éditions de la Pléiade.

37 Ibid., p. 544 et 549.

38 Voir Jeanne Bern, Désir et savoir dans l’œuvre de Flaubert : étude de "La Tentation de saint Antoine ", Neuchâtel : A la Baconnière, 1979.

39 Madame Bovary, Œuvres I, p. 328.

40 Ibid., p. 466.

41 Bel-Ami, Romans, p. 427.

42 Maupassant, "Les Subtils", Gil Blas, 3 juin 1884. Voir Chroniques, édition 10/18, tome 2, p. 394.

43 Pierre Danger, "La transgression dans l'œuvre de Maupassant", Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan, 1993, p. 156.

44 Jean-Louis Bory, Préface à Bel-Ami, Folio, 1990, p. 8-9.

45 Maupassant, Contes et nouvelles, Pléiade II : "Un fou" (p. 540-547) et "La Petite Roque" (p. 618-650). Nos références renvoient à cette édition de Louis Forestier dans la Pléiade (tome I : 1974 ; tome II : 1979).

46 Antonia Fonyi, "La limite : garantie précaire de l'identité". Revue d'Histoire littéraire de la France, septembre-octobre 1994, p. 758.

47 Pierre Bayard, op. cit.

48 Ibid., p. 221.

49 Ibid., p. 53-55.

50 Marc Girard, "Modèles et contre-modèles de l’inconscient : une lecture freudienne de La Bête Humaine", Les Cahiers Naturalistes, no 72, 1998, p. 363-375.

51 Zola, La Bête Humaine, dans Les Rougon-Macquart, Pléiade, 1960-1967, t. IV, p. 1042.

52 Ibid., p. 1043.

53 Zola, La Curée, Les Rougon-Macquart, tome I, p. 489.

54 Ibid., p. 485.

55 Ibid., p. 591.

56 Henri Mitterand, Le Roman à l'œuvre : genèse et valeurs, PUF, coll. Ecriture, 1998, p. 90.

57 Roger Bismut, "Quelques problèmes de création littéraire dans Bel-Ami", Revue d'Histoire Littéraire de la France, 1967-3, p. 577-589.

58 Yvan Leclerc, "Maupassant : le texte hanté", Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan, 1993, p. 259-270.

59 Bel-Ami, Romans, p. 480, et L'Education Sentimentale, Œuvres II, p. 37. Voir Jean Rousset, Leurs yeux se rencontrèrent, Corti, 1984.

60 Balzac, Le Lys dans la vallée, La Comédie Humaine, Pléiade IX, p. 992. On sait que Flaubert était lui-même obsédé par la peur de refaire Le Lys dans la vallée lorsqu'il écrivait Madame Bovary.

61 Maupassant, Contes et nouvelles I, p. 1198-1199.

62 Flaubert, Œuvres I, p. 192.

63 Maupassant, Contes et nouvelles I, p. 1204-1205.

64 Madame Bovary, Œuvres I, p. 602.

65 Bel-Ami, Romans, p. 356.

66 Roger Bismut, article cité, p. 582.

67 Bel-Ami, Romans, p. 470.

68 La Curée, Les Rougon-Macquart I, p. 485.

69 Henri Mitterand, "Midis littéraires : Maupassant et Zola", dans Le Roman à l’œuvre : genèse et valeurs, PUF, 1998, p. 140-152.

70 Francis Marcoin, op. cit., p. 47.

71 Colette Becker, "L’Art et la Vie : le drame d’Olivier Bertin", Revue d’Histoire Littéraire de la France, septembre-octobre 1994, p. 786-792.

72 Louis Forestier, Introduction au catalogue de l'exposition "Maupassant et l'impressionnisme", Musées Municipaux de Fécamp, 1993, p. 31.

73 Maupassant (Une Vie) et Zola (La Faute de l'abbé Mouret). On consultera André Vial, Guy de Maupassant et l'art du roman, Nizet, 1954, p. 395.

74 Contes et Nouvelles I, p. 256-283.

75 La Terre, Les Rougon-Macquart IV, p. 655-656.

76 Maupassant, Contes et nouvelles I (Boule de suif, p. 83-121 ; Mademoiselle Fifi, p. 385-397) et II (Le lit 29, p. 174-185).

77 Nana, Les Rougon-Macquart II, p. 1474.

78 René Dumesnil, Guy de Maupassant, Tallandier, 1947, p. 183-184.

79 Flaubert, Correspondance II, p. 445.

80 Guy Larroux,''Maupassant classique", Actes du colloque de Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1995, p. 41-47. Voir également André Vial, op. cit., p. 614.

81 Zola, Œuvres complètes, tome 12 (Œuvres critiques III), Cercle du Livre Précieux, 1969, p. 351.

82 Ces deux écrivains sont des références constantes pour Flaubert. Dans une lettre du [26 août 1853] (Correspondance II, p. 417) il rend hommage aux artistes qui se proposent de "faire rêver" comme la nature et non d'émouvoir : "Homère, Rabelais, Michel-Ange, Shakespeare, Goethe m'apparaissent impitoyables". On remarque qu'il fait impasse sur les XVIIe et XVIIIe siècles.

83 Voir Halina Suwala, "Le XVIIIe siècle de Maupassant" dans Le Siècle de Rousseau et sa postérité, Varsovie, 1998, p. 185-196.

84 Œuvres complètes tome 10, (Œuvres critiques I) Cercle du Livre Précieux, 1968, p. 27.

85 Correspondance II, p. 519.

86 Jean Lorrain, Très russe (1886).

87 Voir André Vial, op. cit., p. 278-279.

88 Voir Halina Suwala, "Maupassant et le naturalisme", Maupassant et l'écriture, p. 243-258.

89 André Vial, op. cit., p. 257.

90 Guy Larroux, article cité, p. 42.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540