Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Dérapages thématiques : Flaubert/Maupassant

Peter Michael Wetherill

Texte intégral

1Comment saisit-on l'Histoire ? Comment sait-on l'Histoire ? Par exclusion ou par inclusion ? Bien évidemment, on peut s'intéresser aux seuls moments historiques, sans se préoccuper de ce qu'il y a autour. La comparaison avec un autre présent est incontournable, cependant, car la réalité est surtout dans les points de comparaison qui permettent le mieux de se rendre compte de l'épaisseur des processus historiques qui relient deux moments du passé : chevauchements, ruptures, dérapages. Les changements qu'on observe par exemple (grosso modo) entre 1860 et 1890 (c'est la période qui m'intéresse ici) sont dénués de netteté, car les effets de continuité sont trop importants (malgré le tournant marqué par les guerres et le changement de régime). C'est pourquoi, pour cerner cette histoire-là, il est intéressant de mettre côte à côte deux versions d'un même sujet écrites/peintes, sculptées, etc., à des moments différents, non pour "expliquer" ces différences, mais simplement pour figurer par cette confrontation "l'étoffe" de l'Histoire (d'un certain type d'Histoire). On privilégie ainsi l'incohérence relative de tout fait humain et les éléments de continuité qui, tant bien que mal, expriment et nuancent le mouvement du temps qui passe et les changements qui peuvent frapper l’individu. La plupart du temps, d’ailleurs, pour compliquer les choses, on ne dispose que d'indices bruts (textuels ou visuels) sans portée explicative.

2Dans tout ceci, ce n'est pas la généralité, la banalité, qui m'intéressent... En effet l'histoire n'est pas seulement composée de phénomènes (profils, comportements, valeurs) extensibles à l'ensemble de la société : sans faire abstraction du climat historique, elle est autant dans la fragmentation et la différence individuelles que dans la masse et l'anonymat. Privilégier ce qui sépare deux individualités quand on cherche à comprendre le passage du temps, en reconnaissant sans trop rechigner les contours flous du phénomène (car il faut se méfier aussi des études pourléchées qui sentent trop la dissertation de première ou l'oral d'agrégation), débouche sur un autre type d'histoire : celui qui restitue enfin toute son importance au singulier, à l'irremplaçable, à l'exceptionnel même – quelque peu négligés dans une culture où le théorique est roi. Et puis, ce refus de dire simplement que tel écrivain est homme de son temps confirme le morcellement irrécupérable du processus historique.

  • 1 Il ne s'agit donc pas de dire que Flaubert et Maupassant n'appartiennent pas à la société de leur (...)

3C'est par ce biais que je voudrais confronter un petit nombre de textes de Flaubert et de Maupassant. Leur comparaison permet d'éclairer en l'individualisant ce qui sépare un écrivain de 1860 et un écrivain de 1890, et ce qui fait que, par leur écriture même, si leur profil est souvent similaire, ils sont loin d'être identiques, et que leur différence ne tient pas exclusivement au fait général que le monde de l'aîné est un monde où historicité et actualité, révolutions technologiques et stabilité sociale se côtoient et alternent, alors que le monde de Maupassant est profondément divisé, à la fois plus instable et, progressivement, plus mobile1 – car l'œuvre de Maupassant et de Flaubert, à y regarder de près, ne rend pas compte de cette divergence-là.

4Cela étant dit, vu ce que je viens de dire, et vu l'importance de cette autre dimension de l'histoire qu'on oublie trop souvent, le lecteur, le récepteur de messages, il s'agit simplement de noter un certain nombre de choses – tout en reconnaissant que le côté problématique du phénomène et de l'approche que je propose en est une caractéristique essentielle.

5J'ajoute enfin que je ne conçois pas les pages qui suivent comme une démonstration (rigoureuse ou non) de ce que je viens d’évoquer : il s'agit seulement de résister à la tentation trop répandue chez les historiens, obsédés de démographie et de lenteur, de ne jamais regarder du côté de ces individus, hommes et femmes, qui sont la matière vive des statistiques dont ils sont si friands.

6Un exemple, justement, quelque peu problématique, est fourni par la confrontation des passages suivants :

1. Enfin s'étant levé, il [Dambreuse] adressa au jeune homme quelques questions sur des personnes de leur connaissance, sur Nogent, sur ses études ; puis il le congédia en s'inclinant. Frédéric sortit par un autre corridor, et se trouva dans le bas de la cour, auprès des remises.

Un coupé bleu, attelé d'un cheval noir, stationnait devant le perron. La portière s'ouvrit, une dame y monta et la voiture avec un bruit sourd, se mit à rouler sur le sable.
Frédéric, en même temps qu'elle, arriva de l'autre côté, sous la porte cochère. L'espace n'étant pas assez large, il fut contraint d'attendre. La jeune femme, penchée en dehors du vasistas parlait tout bas au concierge. Il n'apercevait que son dos, couvert d'une mante violette. Cependant il plongeait de l'intérieur de la voiture, tendue de reps bleu, avec des passementeries et des effilés de soie. Les vêtements de la dame l'emplissaient : il échappait de cette petite boîte capitonnée un parfum d'iris et comme une vague senteur d'élégances féminines. Le cocher lâcha les rênes, le cheval frôla la borne brusquement, et tout disparut.
Frédéric s'en revint à pied en suivant les boulevards.
Il regrettait de n'avoir pu distinguer Mme Dambreuse.
[L'Education sentimentale, Classiques Garnier, 1984, p. 20]

2. Or comme il était à la mode et faisait des visites à la façon d'un simple homme du monde, il aperçut un jour, chez la Duchesse de Mortemain, une jeune femme en grand deuil, sortant alors qu'il entrait, et dont la rencontre sous une porte l'éblouit d'une jolie vision de grâce et d'élégance.
Ayant demandé son nom, il apprit qu'elle s'appelait la comtesse de Guilleroy, femme d'un hobereau normand, agronome et député, qu'elle portait le deuil du père de son mari, qu'elle était spirituelle, très admirée et recherchée.
[Fort comme la mort, Collection J'ai lu, p. 30]

7Ces deux passages racontent des incidents très similaires qu'autorisent en quelque sorte les conditions d'existence de l'époque : architecture, transports, hiérarchies et dynamique sociale... On note la fonction du hasard, facteur de plus en plus typique de la vie et donc de la narration au XIXe siècle. Flou et aléatoire des enchaînements donc – associés, cependant à cette singularité unique qu'est la précision érotique de la version flaubertienne. D'entrée de jeu, l'ambiguïté spécifique, "unique" du rapport de Frédéric à Mme Dambreuse est posée. On voit la différence avec le regard d'expert d'homme du monde qui se braque sur Mme de Guilleroy : coup d'œil, langage et psychologie, comme le déroulement du récit, paraissent chez Maupassant nettement plus conventionnels. Car Maupassant nous parle d'un phénomène de classe. Surtout, en effet, dans cette exploration d'une situation très banale, Flaubert marginalise la norme (narrative, psychologique, sociale) tandis que Maupassant se positionne essentiellement par rapport à celle-ci, et s'y conforme.

  • 2 Et cette "suite" est d'autant moins prévisible, d'autant plus paradoxale, qu'un personnage qui ne (...)

8Les choses ne sont donc pas placées sur le même plan : la confrontation (narrative et diégétique) des deux passages déclenche des phénomènes de rapprochement, d'écart et de distanciation. C'est pourquoi Fort comme la mort développe la ligne droite d'une amorce narrative dont on connaît déjà les grandes lignes, car il s'agit d'une analepse. Le récit de Flaubert, par contre, strictement chronologique, est beaucoup plus opaque : il n'aura de sens véritable que par la suite, grâce au déploiement du récit et des thèmes2. Et puis, il n'y a pas que l'incertitude diégétique : il y a aussi la confusion, les ellipses, et la multiplicité des perspectives. La position sociale même de Frédéric est pour le moins problématique : Dambreuse vient de le congédier, il ressort par la porte de derrière et se retrouve dans les dépendances. Autre source de confusion : on n'est même pas sûr qu'il ait vraiment identifié Mme Dambreuse (il la voit de dos) ; avec en plus le brouillage temporel (déroulement et simultanéité tout à la fois) et le conflit des perspectives visuelles, et la complexité sensorielle (olfactive, tactile) de la réaction de Frédéric.

9Monde multiforme et problématique donc, très différent des contours nets et prévisibles du milieu maupassantien. On peut se demander ce que signifie cette différence. D'autres textes l'éclaireront peut-être.

  • 3 Peut-être ne sont-ils pas vraiment comparables.

10En tout cas, on ne peut pas attribuer ces phénomènes simplement à l'évolution générale de la société, car on l'a vu, ils se placent à des niveaux différents3 – et puis, de Flaubert à Maupassant, beaucoup de choses restent plus ou moins inchangées. Bien souvent, là où la société "progresse", Flaubert et Maupassant restent les mêmes – nous sommes confrontés à une différence autant individuelle (plutôt individuelle...) que sociale, où les obsessions spécifiques aux deux auteurs ne sont pas sans jouer un certain rôle.

  • 4 Pour les Contes et nouvelles de Maupassant je renvoie à l'admirable édition publiée par Louis Fore (...)

11Ainsi- autre exemple – l'énumération des voitures dans l'Education sentimentale aux Champs Elysées qui a son équivalent non seulement dans sa reprise directe chez Maupassant, mais comme procédé dans l'énumération des embarcations de la Grenouillère ("La femme de Paul" Pl.I, p. 2 9 34). Ce glissement traduit évidemment l'importance grandissante (à laquelle Maupassant était très sensible) de la vie de rivière, et la naissance du sport moderne. Ce qu'on trouve chez Maupassant reprend et reformule d'autre part le motif aquatique qui se manifeste dès le début de l'Education, et qu'on retrouve entre autres dans l'épisode de Saint-Cloud. Chevauchement et différence traduisent la manière particulière dont ces deux auteurs vivent l'évolution (sociale, topographique) de la région parisienne dès le milieu des années 1860.

12Cette différence éclaire donc la façon dont les deux auteurs exploitent le discours historique, et plus particulièrement le contexte urbain, que je vais examiner d'abord, ne serait-ce que parce qu'il constitue tant de fois, pour chacun d'eux, le point de départ du récit (voir l'Education sentimentale, Bouvard et Pécuchet et chez Maupassant passim).

13La fluidité de ce contexte est directement en rapport avec les énumérations oniriques, surréalistes de voitures et d'embarcations que je viens d'évoquer – et qui concernent non seulement la contingence d'un phénomène spectaculaire mais aussi l'incessante mobilité où Flaubert voit l'une des caractéristiques de la vie de ses personnages : le spectacle du Bois de Boulogne, des Champs Elysées, etc., c'est la débandade d'un monde où le mouvement, le déplacement (littéraux, métaphoriques) envahissent de plus en plus les esprits et les corps.

  • 5 Pour l'évacuation du sens historique, voir également les impressionnistes qui, sauf Manet, se déto (...)

14Ce qui sépare Flaubert et Maupassant, bien sûr, c'est que l'expérience des transports et du déplacement est encore perçue par Flaubert comme un état révolutionnaire, car cette révolution, il l'a vécue, alors que pour Maupassant, il s'agit d'un phénomène normal : ces voitures, ces voyages en chemin de fer n'ont rien d'innovateur – ils ne sont pas autre chose que de simples moyens de déplacement. Leur contexte culturel importe peu. En fait ce qu'on relève ici correspond à ce qui se trouve un peu partout dans les écrits de Maupassant – à savoir l'effacement, sinon, purement et simplement, le gommage de l'historicité5.

15Tout cela est bien différent de la promenade de Frédéric avec Rosanette le long de la Seine, sur le pont du Louvre et à travers le Jardin des Tuileries (scène de brutalités à venir) jusqu'à la Pâtisserie anglaise. L'épisode du "nid d'amour" et du rendez-vous manqué sur fond sonore, visuel, de révolution (ce mélange très personnel, quasi autobiographique, fournissant, vingt ans plus tard, la substance du souvenir encore vivace de ces événements) est lui aussi caractéristique de la manière dont la sensibilité de Flaubert se fond à celle de ses personnages pour communiquer une expérience unique où l'intimité circule dans l'Histoire et l'Histoire dans l'intimité.

16Le contraste chez Maupassant avec cette vision-là est d'autant plus frappant que le même décor existe chez Maupassant (voir Notre cœur, p. 146-147) – seulement ce ne sont plus que... de simples décors. La topographie parisienne, chez Maupassant, est amnésique : et la Terrasse des Tuileries, où le père Roque résume et concentre par son geste toute la barbarie des journées de juin, n'est plus (Ibid., p. 144) qu'un simple lieu de rendez-vous galant.

  • 6 Voir L'Education sentimentale, Garnier, 1984, p. 64-65, et P.M. Wetherill, "L'éclosion de Paris da (...)

17Cette tendance de l'Histoire à se perdre, quand on passe de Flaubert à Maupassant, implique forcément de singuliers renversements. Ainsi, Paris est surtout chez Flaubert une ville qu'on quitte : on pense à divers épisodes de l'Education et aux premiers chapitres de Bouvard et Pécuchet. C'est Flaubert rejetant le sous-texte balzacien – moteur puissant des dossiers de l'Education6 – et instaurant une thématique parfaitement individuelle.

  • 7 "A travers le brouillard, il contemplait des clochers, des édifices dont il ne savait pas les noms (...)

18Pour Maupassant, par contre, Paris est une ville où on s'installe et dont, éventuellement, se rapprochant de Rastignac sans doute, à moins que ce ne soit de Lucien de Rubempré, on veut faire la conquête. Paris est une ville sans surprises qu'on domine et que l'on connaît-on est loin de l'ignorance fantasmatique des personnages de Flaubert – même si, une fois de plus, ce qu'on voit du fleuve (voir l'Education, p. 64-65) charrie un sens des lieux beaucoup plus lourd de sous-entendus (où histoire, société et expérience individuelle se mêlent) que le cadre naturel sans arrière-pensées du roman maupassantien. L'ignorance et les rêveries fantasmatiques d'Emma Bovary annoncent la confusion de Frédéric Moreau devant les édifices inconnus dont le défilé annonce, sans la communiquer pourtant, au début de l'Education, la signification historique de la capitale7. Chez Maupassant par contre l'ignorance est géographique, rien de plus. D'un de ses personnages il est dit qu'

Il ne connaissait pas plus Paris que ne peut connaître un aveugle conduit par son chien chaque jour sous la même porte (Pl. I, p. 195)

  • 8 Même si la notion d'effet de réel, ici comme ailleurs, est sans grande utilité.

19C'est bien différent de l'ignorance culturelle exhibée par Frédéric et Emma, car elle n'est due qu'à la division de la ville par quartiers et à l'immobilité de certains personnages. Même si ceux-ci restent dans leur coin, ce que Maupassant nous propose, c'est la saisie globale et familière de la capitale – sans autre arrière-pensée que la référence mondaine : Paris apparaît comme simple toile de fond8. Ce cadre a certes sa signification : par implication, les événements racontés n'auraient pas pu se passer ailleurs – mais la densité des références flaubertiennes est absente.

  • 9 Voir "Partie de campagne", "Une triste histoire", "M. Parent", Fort comme la mort, Bel Ami, "Les D (...)
  • 10 Chez Flaubert, ils figurent l'arrivée : celle d'Emma le jeudi à Rouen, celle de Frédéric à Paris a (...)

20Dans cette saisie, la multiplication des grandes descriptions urbaines (centre ville et banlieue) est significative9. La fréquence de tels panoramas, emblématiques mais rares chez Flaubert10 (mais largement présents chez Zola), annonce déjà que le regard posé sur la ville n'est plus le même. Le rapport à la ville bascule. Et puis, Flaubert et Maupassant appliquent ce regard à des zones différentes – ou à des zones qui sont dotées de significations divergentes.

  • 11 Rien n'est purement linéaire pourtant, car on assiste à toutes sortes de rétrogressions apparentes (...)

21Ainsi, le Saint-Cloud de Flaubert, c'est déjà la banlieue, mais dans l'Education, celle-ci est nettement moins présente qu'elle ne le sera plus tard. On se rappelle que l'un des motifs de l'Education est celui des terrains à construire (source des déboires d'Arnoux). Or, ce potentiel économique est déjà réalisé dans les écrits de Maupassant11

22Le nouvel espace social ainsi aménagé provoque donc des chevauchements psychologiques curieux assortis de significations nouvelles. On n'a pas affaire à de simples échos mais bien plutôt, à travers ces nouveaux sites, à un processus de recyclage moral et psychologique où la personnalité flaubertienne est redéfinie. Ainsi, les personnages des deux auteurs sont souvent victimes d'inquiétudes quant à leur propre identité : si bien qu’Emma Bovary renaît plus consciente de son sort sous les traits d'Yvette, qui se voit "comme une sorte d'héroïne de livre" – tourmentée qu'elle est par "le rôle qu'il faudrait jouer... pareil à celui d'un personnage de M. Scribe ou de Mme Sand." (P1. II, p. 276).

23Comme elle dit :

quand on contemple l'existence à travers 15000 romans... on doit la voir sous un drôle de jour ("Yvette", p. 6)

24De Flaubert à Maupassant, la différence est nette pourtant : les fantasmes et l'inconscient que figure le roman de Flaubert sont difficilement comparables à la lucidité et aux réalisations concrètes de la société maupassantienne.

25Dans un processus où l'émulation a très certainement son mot à dire, on assiste donc à des réadaptations éloquentes – qui montrent bien comment Maupassant retravaille les éléments anciens dont il hérite. C'est ainsi que se manifeste concrètement, pendant les années 1870-1880, une mutation en cours (parmi d'autres) des mentalités et des groupes.

26La comparaison des textes flaubertiens et des romans maupassantiens permet de la saisir. Essentiellement, chez nos deux auteurs se confrontent la fragmentation et la fluidité, d'une part, la fixité et la stabilité, d'autre part.

  • 12 Voir "Yvette", passim, et Fort comme la mort, Presses Pocket, 1993, p. 248.

27Des éléments souvent ironiques chez Flaubert deviennent donc chez Maupassant des clichés innocents (alors que rien n'est jamais innocent chez Flaubert12).

28Dans le dérapage des mentalités, de tels clichés dénotent chez Maupassant l'acceptation qui s'instaure à la place de l'interrogation et de l'incertitude. L’amertume et l'ironie de Maupassant sont ailleurs : Boule de Suif en est la preuve.

29L'exemple de Fort comme la mort surtout, est éloquent à cet égard : la stabilité morale, mondaine, de Muscadin, figé dans la société de son temps (voir p. 57) montre combien il est différent de son homologue Amoux, marchand de tableaux dont la fébrilité (et la dispersion) sont visibles dès le début du roman. Quand on retrouve celui-ci Boulevard Montmartre, on est de nouveau frappé, comme Frédéric, par la multiplicité de ses activités (voir p. 33 et suiv.) : voyages en Suisse et en Belgique, publications, dîners, dégustation de vins exotiques, etc. Il est en constante évolution. Et en dépit de sa déchéance finale et du mépris de son créateur, il montre bien toute la dynamique instable et révolutionnaire d'une époque en pleine mutation.

30On opposera également Pellerin et Ph. Bertin. En effet, Pellerin malgré ses défauts est lui aussi un innovateur, ou tout au moins un imitateur des nouvelles tendances de l'art : son Christ à la locomotive (même si le tableau en lui-même est ridicule) est tout à fait dans le vent, et sa carrière de photographe, à la fin du roman (même si Flaubert lui-même la méprise), l'associe (comme sa référence au chemin de fer, d'ailleurs) à l'une des grandes révolutions de son temps. On voit que la désapprobation de Flaubert ne l'empêche pas d'associer étroitement ses personnages à la marche du siècle. Cette désapprobation ajoute simplement une couche de signification plus personnelle aux phénomènes qui sont explorés ici et montre toute l'étendue du "particularisme" de l'Histoire.

  • 13 Cette fin de la Bohême, signalée également d'ailleurs par la dégradation de Regimbart dans "Le boc (...)

31Bertin, par contre, loin d'être un personnage secondaire, est le personnage principal de Fort comme la mort et cela constitue déjà un dérapage significatif qui entraîne une vraie baisse de tension sociale – car toutes les interrogations de Flaubert sont absentes. Conformément au rôle qu'il occupe, Bertin n'a rien d’un révolutionnaire : au contraire, il se caractérise par son conservatisme mondain. Sa normalité sociale et culturelle "autorise" sa liaison avec la Comtesse de Guilleroy. Le côté bohême, scandaleux même, de la liaison d'une grande dame avec un artiste est donc gommé, et la littérature nouvelle de Maupassant (son rapport au social) peut l'évoquer sans ridicule13 – alors qu'on imagine difficilement Pellerin amant de Mme Dambreuse – tout comme on se rappelle la condamnation du mariage de la fille du Baron Hulot avec Wenceslas Steinbock (étranger par-dessus le marché).

  • 14 Voir Fort comme la mort, op. cit., p. 26 et p. 60

32Si donc dans les deux cas, on explore un monde "salonnier", celui-ci, vu par Flaubert, n'a pas grand'chose à voir avec la vision de Maupassant dont les conversations intimes comme les discours de salon14 n'ont rien à voir avec ceux du salon Dambreuse. Dans les deux cas, évidemment, la banalité et la médiocrité prédominent. Seulement ces défauts sont bien involontaires chez Maupassant, à tel point qu'on n'est pas sûr qu'il ait réellement conscience de la médiocrité de ses personnages. Chez Flaubert, ces défauts sont voulus. Surtout la thématique de l'Education sentimentale s'y trouve impliquée, car, dans un climat de prostitution réelle et morale, les préoccupations des invités sont régies (les manuscrits en témoignent), non par l’élégance et les formules de politesse ou la spiritualité de surface, mais par la Révolution qui menace, le climat historique, la précision des sous-entendus politiques et sociaux. Flaubert reformule ici non seulement l'Histoire de son temps mais l'Histoire en général, la façon dont elle se manifeste et dont on en parle.

  • 15 L'Histoire chez Flaubert est en tout cas inséparable de la religion.

33A la différence de ceci, les conversations de Fort comme la mort se déroulent sinon dans un climat d'atemporalité, du moins dans un climat dominé par l'actualité sans perspective historique – et celle-ci nous est pour la plupart communiquée à travers ce que Maupassant appelle la "causerie française". En effet, loin de s'intéresser au passé, elle se limite aux anecdotes qui défraient la chronique (assassinats, incendies) – c'est toute la substance en somme du Petit Journal. Voilà une façon, non pas de tourner le dos à l'Histoire, mais de se positionner par rapport à celle-ci et de la dire. Il n'y a que la Guerre de 1870 qui fasse exception et là aussi c'est l'anecdotique (voir Boule de suif) qui prédomine. L'exemple de Salammbô, Trois contes, La Tentation (parcourus en plus de fortes résonances religieuses15 montre combien le discours flaubertien est différent de celui de son disciple.

34Au travers de cette différence il y en a une autre – à savoir que chez Flaubert l'expérience de l'Histoire et de la ville est absurde et problématique, alors que pour Maupassant et pour ses personnages, le monde a un sens. Il est à la fois explicable et expliqué, évalué. C’est un monde où, comme Bel Ami, on peut réussir.

35Point n'est besoin de dire à quel point tout cela est différent de l'indécidable, de l'ironique, de la non-conclusivité flaubertiens. La simplicité analeptique de la démarche narrative chez Maupassant (voir la rencontre sous la voûte par laquelle j'ai commencé), déjà, permettrait de s'en douter.

  • 16 A peine évoquée chez Flaubert, même sil y a une certaine confusion spatiale lors de la première vi (...)
  • 17 Echo sans doute du monde de la deuxième partie d'Illusions perdues – autre confirmation de circula (...)

36Cela étant dit ces comparaisons n'ont rien de qualitatif – l'apparente simplicité de la vision historique de Maupassant n'est en rien "inférieure" à celle de Flaubert. La complexité du cadet est sans doute ailleurs : dans, par exemple, la complexité spatiale grandissante de la vie moderne : des intérieurs, de l'enfilade de couloirs, de pièces, de boudoirs16. Au-delà de cette confusion toute physique, il y a d'autres réseaux qui nous contrôlent – ceux de l'administration, de l'information, de la communication, des transports... On pourrait sans doute apporter un autre éclairage à ces différences en faisant remarquer qu'en définitive, l'Education, quoi qu'on en dise, est le monde de l'art (et notamment des artistes ratés) tandis que Bel Ami est le monde du journalisme17. Mais creuser toute la signification de cette différence nous mènerait sans doute trop loin. Chez tous deux on est frappé en tout cas par le vide moral et intellectuel des personnages mais il ne s'agit pas, on l'a vu, du même vide.

37Voilà donc quelques-uns des parallèles et des glissements qu'on peut relever quand on confronte Flaubert et Maupassant – il ne s'agit bien sûr que d'aperçus – qui paraîtront sans doute plus pertinents à partir du moment où on aura affiné mes critères d'analyse et compliqué ce phénomène par l’apport d'autres exemples. Je crois néanmoins qu'à un moment où on s'interroge de plus en plus sur la véritable nature du discours de l'Histoire de leur temps (car celle-ci existe, quoi qu'on dise...), des confrontations d'écrivains qui ont réellement pensé l'Histoire (et parfois redéfini le discours historique de façon toute personnelle) permettent d'entrevoir la manière dont celle-ci "bouge" en cette deuxième moitié du XIXe siècle.

Notes

1 Il ne s'agit donc pas de dire que Flaubert et Maupassant n'appartiennent pas à la société de leur temps (Flaubert a connu le règne de Louis-Philippe, 1848, 1851, Maupassant, de près, la guerre de 1870, l'implantation définitive de la Troisième République) mais bien de suggérer que cette appartenance n'éclaire et n'explique pas tout : ils sont quand même individus au sein de leur époque.

2 Et cette "suite" est d'autant moins prévisible, d'autant plus paradoxale, qu'un personnage qui ne se distingue pas par sa perspicacité, Des lauriers, vient de l'annoncer !

3 Peut-être ne sont-ils pas vraiment comparables.

4 Pour les Contes et nouvelles de Maupassant je renvoie à l'admirable édition publiée par Louis Forestier aux éditions de la Pléiade. Pour réaliser cette étude, je n'ai pas pu, malheureusement me procurer son édition des romans, également aux éditions de la Pléiade.

5 Pour l'évacuation du sens historique, voir également les impressionnistes qui, sauf Manet, se détournent des événements des années 1870.

6 Voir L'Education sentimentale, Garnier, 1984, p. 64-65, et P.M. Wetherill, "L'éclosion de Paris dans les manuscrits de L'Education sentimentale, Neophilologische Mitteilungen, I, XCVIII, 1997, p. 15-32.

7 "A travers le brouillard, il contemplait des clochers, des édifices dont il ne savait pas les noms ; puis il embrassa dans un dernier coup doeil, l'île Saint-Louis, la Cité, Notre-Dame..." (L'Education sentimentale, p. 3).

8 Même si la notion d'effet de réel, ici comme ailleurs, est sans grande utilité.

9 Voir "Partie de campagne", "Une triste histoire", "M. Parent", Fort comme la mort, Bel Ami, "Les Dimanches d'un bourgeois" – la signification de ces descriptions est bien différente de celle, très schématique et rapide, du Père Goriot.

10 Chez Flaubert, ils figurent l'arrivée : celle d'Emma le jeudi à Rouen, celle de Frédéric à Paris après l'héritage.

11 Rien n'est purement linéaire pourtant, car on assiste à toutes sortes de rétrogressions apparentes, comme le démontre l’exemple de Le Pecq et de La Grenouillère (voir "Yvette”) qui proposent en somme une nouvelle version des Galeries de Bois. Même la terminologie est similaire : voir "ce lieu sue la bêtise, pue la canaillerie et la galanterie de bazar", etc. (P1. I, p. 294-295). Seulement, ces Galeries de Bois-ci sont hors de Paris et exclusivement des lieux de plaisir...

12 Voir "Yvette", passim, et Fort comme la mort, Presses Pocket, 1993, p. 248.

13 Cette fin de la Bohême, signalée également d'ailleurs par la dégradation de Regimbart dans "Le bockeur".

14 Voir Fort comme la mort, op. cit., p. 26 et p. 60

15 L'Histoire chez Flaubert est en tout cas inséparable de la religion.

16 A peine évoquée chez Flaubert, même sil y a une certaine confusion spatiale lors de la première visite chez Dambreuse (voir encore le passage que je cite vers le début de cette étude) et au bal chez Rosanette.

17 Echo sans doute du monde de la deuxième partie d'Illusions perdues – autre confirmation de circularité de la vision historique que j'ai évoquée plus haut.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540