Version classiqueVersion mobile

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Généalogie poétique de Maupassant

Emmanuel Vincent

Texte intégral

1Dans sa préface à une nouvelle édition de Melæisnis, long poème de Bouilhet publié chez Lévy en 1857, Join-Lambert juge à propos le rapprochement des deux monuments élevés à Rouen en souvenir de Flaubert et de Bouilhet, ainsi que le proche voisinage du buste de Maupassant. Selon le préfacier, les trois écrivains normands ont été plus que compatriotes, car « ils ont formé une vraie famille d’esprit ». Join-Lambert précise ainsi les parentés imaginaires :

  • 1 A. Join-Lambert, Préface de « Melænis » et Notice sur les variantes manuscrites de Bouilhet et sur (...)

Flaubert a traité Bouilhet en frère et Maupassant comme un fils.1

2Ces parentés imaginaires, Maupassant les a formulées autrement, la poésie ayant resserré les liens à la fois familiaux et mythiques qui l’unissent aux deux aînés. Juste après la mort de Louis Bouilhet survenue le 18 juillet 1869, le jeune poète compose un tombeau rimé en alexandrins, dont se détachent ces vers douloureux :

  • 2 Le poème d’où sont extraits ces vers s’intitule « Sur la mort de Louis Bouilhet ».

Il est mort, lui, mon maître ; il est mort, et pourquoi ?
Lui si bon, lui si grand, si bienveillant pour moi. [...]
Car il était si franc, si simple et naturel,
Pauvre Bouilhet ! Lui mort ! si bon, si paternel !
Lui qui m’apparaissait comme un autre Messie
Avec la clef du ciel où dort la poésie.2

  • 3 Des Vers, Paris, Charpentier, 1880. L’exemplaire personnel de Flaubert présente plusieurs correctio (...)

3Quelques années plus tard, Des Vers, le seul et unique recueil de poèmes publié par Maupassant3 porte comme dédicace imprimée :

À
Gustave Flaubert
À l’illustre et paternel ami
que j’aime de toute ma tendresse,
À l’irréprochable maître
que j’admire avant tous.

4Par deux fois, Maupassant se reconnaît donc une paternité littéraire et poétique. Ce faisant, il se pose également en qualité de disciple : il fut celui de Bouilhet d’abord, puis celui de Flaubert. Revendiquée à quelque dix années d’intervalle, cette double filiation traduit bien la succession des deux « maîtres » qui ont veillé tour à tour à ses essais poétiques, Flaubert prenant la relève après la disparition de Bouilhet.

  • 4 Ce poème a jusqu’alors paru sous le titre non attesté « La Saint-Charlemagne », depuis sa première (...)

5Ce dernier n’a connu de Maupassant que ses débuts poétiques. Entre autres titres auxquels il faudrait sans doute ajouter les écrits de la prime jeunesse, on peut retenir « Ce que pense Charlemagne », un poème dont Bouilhet aurait trouvé les alexandrins « filandreux » et juste assez bons pour « passer avec le champagne »4, quand ils furent lus le 28 janvier 1869 lors du banquet annuel donné au Lycée de Rouen. Peut-être Maupassant lui a-t-il également soumis « Le Dieu Créateur », pièce philosophique dont le sujet est inspiré par une pensée de Jouffroy : cette composition versifiée a été inscrite sur le Cahier d’honneur du même lycée.

  • 5 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd. Yvan Leclerc. Paris, Flammarion, 1993, lettre no 164 du [25 (...)

6Flaubert a pour sa part assisté à l’affirmation du poète, dont l’aboutissement peut se lire dans Des Vers, volume qui rassemble des poèmes composés pour la plupart entre 1876 et 1880. Cela explique pourquoi Bouilhet est absent des hommages rendus par Maupassant à la sortie du recueil, l’autorité paternelle revenant plutôt à Flaubert qui a été informé par l’auteur de la composition du volume et qui, avant sa publication, connaissait les trois quarts des pièces devant y entrer5.

  • 6 « L’enfance et la jeunesse de Guy de Maupassant » par Adolphe Brisson, Souvenirs sur Maupassant, éd (...)
  • 7 Renée d’Ulmès (pseudonyme de Mademoiselle Ray), l’une des dernières confidentes de Laure, commente (...)
  • 8 Longtemps restés inédits, ces textes ont été publiés pour la première fois par René Descharmes sous (...)

7Si l’on s’en tient d’autre part à la véritable généalogie de Maupassant, une branche plus directe le rattache à la poésie : son oncle Alfred Le Poittevin. Maupassant vient d’avoir treize ans lorsqu’il rédige ses premiers essais poétiques. Sa mère, Laure de Maupassant, « juge à leur juste valeur ces productions d’écolier », mais elle y décèle « des qualités de poète »6. En fait, elle nourrit l’espoir que son fils réussisse dans le genre où Alfred n’a pas eu le temps d’exprimer tout son génie7. Mort en 1848, soit deux ans avant la naissance de Guy, l’oncle Alfred n’a laissé qu’une œuvre en prose intitulée Une promenade de Bélial et quelques poèmes8 créations que Flaubert tenait en haute estime littéraire. Lourd héritage familial que, dans un premier temps, Guy n’entend pas assumer, ou du moins endosser seul. Au demeurant assez résigné, il semble même estimer que cette succession littéraire revient plutôt au descendant direct d’Alfred, autrement dit à son cousin Louis, de trois ans son aîné. Dans une lettre qu’il lui envoie début avril 1868, Maupassant réduit son propre rôle à celui de simple accompagnateur, lorsqu’il convie Louis à une promenade pour qu’« en présence de la belle nature », ce dernier puisse « faire quelque jolie pièce de vers » :

  • 9 Guy de Maupassant. Correspondance, éd. Jacques Suffel, Évreux, Le Cercle du Bibliophile, t. I, lett (...)

Je sais que tu n’as pas besoin de cela pour faire de beaux vers, mais je t’assure que ces spectacles t’en inspireraient de plus beaux encore, et j’aurais du moins quelqu’un avec qui me promener.9

  • 10 Corr. M (I), no 6, p. 14.
  • 11 Corr. M (I), no 5, p. 12.
  • 12 Corr. M (I), no 6, p. 14.

8La réponse ne se fait pas attendre. Louis associe Guy au patrimoine familial, mais il décline son invitation, car la distance les empêche de « faire des vers ensemble »10. Une fatalité les tient alors éloignés : d’un côté la faculté de droit à Paris où Louis suit ses études, et de l’autre l’institution ecclésiastique d’Yvetot, « couvent triste où règnent les curés, l’hypocrisie, l’ennui »,11 dans l’enceinte duquel Guy achève sa scolarité et où il compose justement des vers pour tromper l’ennui. Mais leur séparation afflige d’autant plus Le Poittevin fils que les deux cousins sont « unis par le sang et par l’amitié, que [leurs] goûts semblent les mêmes et que [leurs] caractères fraterniseraient indubitablement. »12 Par cette idée d’union fraternelle, Louis alimente le réseau complexe des parentés fictives autour de la poésie, type de relations qui se retrouve plus tard entre Maupassant, Bouilhet et Flaubert. En raison de leurs aspirations communes et de leurs affinités d’esprit, Louis Le Poittevin prend explicitement Maupassant pour son frère. Plus ou moins consciemment, il le place ainsi comme un possible fils spirituel d’Alfred, voire son héritier littéraire.

  • 13 Ce poème a pour titre cette dédicace : « À Louis Le Poittevin, sur son mariage ».

9D’ailleurs, si Louis propose de célébrer leurs prochaines retrouvailles par une « pièce de vers », Guy lui adresse le premier un poème, un épithalame sur son mariage13, et rien, dans l’état actuel de nos connaissances, ne laisse penser que cet envoi de vers ait eu une contrepartie. Au contraire, Louis avoue à Guy renoncer à la poésie pour le droit, de sorte qu’Alfred Le Poittevin paraît sans véritable descendance poétique, sinon celle qui pourrait lui être donnée par Guy :

  • 14 Corr. M (I), no 6, p. 14-15.

Après avoir terminé tes études littéraires, tu te mettras à cultiver le code. Ton esprit passionné pour les lettres ne se courbera pas en un jour à ce travail. J’ai senti bien souvent pendant des mois entiers le mien prêt à se révolter et je ne sais véritablement pas comment j’ai continué une étude qui était si en désaccord avec mon caractère. La poésie en effet cherche les illusions, et il n’y a rien de moins propre à en procurer que les recueils de jurisprudence.14

10Le chemin tout tracé qu’indique Louis dans sa lettre tourne court : Maupassant va il est vrai suivre ses études de droit, mais il les abandonnera assez vite à cause de la Guerre de 1870. Jusqu’en 1880, il produira des vers sans relâche, assuré de sa vocation poétique et encouragé en ce sens par sa mère, par Bouilhet puis par Flaubert. La poésie n’est pas pour Maupassant un passage obligé comme pour d’autres auteurs, même si au bout du compte elle entre dans sa formation d’écrivain. Dix ans durant, il va se penser poète, donnant ainsi dans le genre noble de l’époque, avant qu’en 1880 le succès de « Boule de suif » ne remette tout en cause et qu’il choisisse finalement la prose, autrement dit le nouveau genre en vogue, depuis les succès en librairie des naturalistes.

  • 15 Ces propos ont été rapportés par Antoine Albalat dans un article sur « Madame de Maupassant » (Jour (...)
  • 16 Lettre du 30 octobre 1874, Corr. M(I), no 31.
  • 17 Jules Lemaitre, « Guy de Maupassant », Revue Bleue, 29 novembre 1884, article repris dans Les Conte (...)

11Laure, la mère de Maupassant, affirmait que « si Bouilhet eût vécu, il eût fait de lui un poète. C’est Flaubert qui voulut en faire un romancier. »15 C’est une évidence, si l’on considère les forces en présence : d’un côté un poète, de l’autre un romancier. Mais Flaubert ne pouvait-il conduire qu’à la conversion du poète en prosateur ? De toute évidence, il n’en fut pas l’initiateur même s’il attendait que Maupassant s’investisse dans une œuvre de longue haleine, de préférence en prose. C’est en 1874 et de son propre chef que Maupassant décide de s’essayer au genre. Dans une lettre, il demande à sa mère de lui « trouver des sujets de nouvelles » car Laffaille, une de ses connaissances, vient de publier « Daniele » dans Paris-Journal, « une nouvelle [qu’il] trouve très remarquable »16. Son ami a réussi, pourquoi pas lui ? Maupassant va alors mener de front les écrits en vers et en prose, et c’est assez naturellement que le conteur absorbe le poète car, au fil du temps, ses poèmes racontent de plus en plus souvent des histoires. Dans son ouvrage intitulé Les Contemporains, Jules Lemaître a trouvé la formule la mieux adaptée pour décrire l’art poétique de Maupassant : ce sont des « vers de prosateur »17.

  • 18 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1882, t. I, p. 327.

12Par ailleurs, à en croire les Souvenirs littéraires de Maxime Du Camp, « [Flaubert] n’a jamais su ni pu faire un vers ; la métrique lui échappait et la rime lui était inconnue. Lorsqu’il récitait des vers alexandrins, il leur donnait onze ou treize pieds, rarement douze. Son oreille était si extraordinairement fausse, qu’il n’est jamais parvenu à retenir un air, fût-ce une berceuse. Bouilhet disait : " Il y a une malédiction sur lui ; c’est un poète lyrique qui ne peut pas faire un vers. " Rien ne fut plus vrai, et cependant les qualités qu’il recherchait, qu’il admirait le plus dans la prose, c’était la cadence et l’harmonie. »18 Les enseignements que Maupassant a reçus de Flaubert étaient-ils toutefois ceux d’un pur prosateur ? Maupassant les résume ainsi dans son étude sur « Le Roman » :

  • 19 « Le Roman », Rowans, éd. Louis Forestier, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1987, p. 713.

Si on a une originalité, [...] il faut avant tout la dégager ; si on n’en a pas, il faut en acquérir une. Le talent est une longue patience. - Il s’agit de regarder tout ce qu’on veut exprimer assez longtemps et avec assez d’attention pour en découvrir un aspect qui n’ait été vu et dit par personne. [...] La moindre chose contient un peu d’inconnu. Trouvons-le.19

  • 20 Ibid., p. 712.

13Ces recommandations valent pour tous les genres. On conçoit aisément que l’originalité prime autant en poésie qu’en prose. Dans la même étude, Maupassant rapproche ces préceptes d’autres, qu’il doit à Bouilhet. Ce dernier ne cessait en effet de lui répéter que « cent vers, peut-être moins, suffisent à la réputation d’un artiste, s’ils sont irréprochables et qu’ils contiennent l’essence du talent et de l’originalité d’un homme même de second ordre », lui faisant ainsi comprendre que « le travail continuel et la connaissance profonde du métier peuvent, un jour de lucidité, de puissance et d’entraînement, par la rencontre heureuse d’un sujet concordant bien avec toutes les tendances de notre esprit, amener cette éclosion de l’œuvre courte, unique et aussi parfaite que nous la pouvons produire. »20 La poésie ne procède plus de la seule inspiration comme au temps des romantiques, mais plutôt d’un long travail. Si l’on sent l’influence que le Parnasse a pu apporter à cette conception de la poésie, le mimétisme d’esprit entre Flaubert et Bouilhet est flagrant. Les deux hommes parlent en fait d’une même voix lorsqu’ils prodiguent leurs conseils au « jeune homme » : par souci de morale littéraire, un écrivain se doit avant tout de rechercher son propre style, sa propre originalité.

  • 21 Cette chronique a paru dans Gil Blas, le 31 mars 1885 (texte reproduit in Guy de Maupassant, Chroni (...)

14Pour tendre vers cet idéal, Guy a donc dû s’affranchir de ses modèles poétiques, en finir notamment avec ses vers imités de Musset. Citons par exemple ces poèmes fortement inspirés de cet autre Alfred : « Dernière soirée passée avec ma maîtresse », « Premier Éclair » ou encore « Les Nuits de Musset ». Comme le soulignera plus tard Maupassant dans ses chroniques, chaque adolescent connaît son acné mussetiste, qui passe avec l’âge. Cette pathologie paraît assez bénigne. Mais en va-t-il de même quand Maupassant pastiche Louis Bouilhet, ce maître qui prône justement l’indépendance littéraire ? Guy compose « Le Sommeil du mandarin » en 1872, soit l’année de la publication posthume des Dernières Chansons, qui contiennent d’ailleurs plusieurs « chinoiseries » : « La Paix des neiges », « Le Tung-whang-fung » et « Vers Paï-lui-chi ». Se souvenant de Louis Bouilhet comme d’« un poète qui adore la Chine », Maupassant rappellera amplement cet aspect original de l’œuvre dans une chronique qu’il consacre à « La Chine des poètes »21. En écrivant « Le Sommeil du mandarin », Maupassant s’essaye à un type de poème qui a classé Bouilhet comme un poète à part, mais ses vers paraissent bien empruntés ! Maupassant réduit tout d’abord le quatrain qu’on lit dans « Chanson d’amour » de Bouilhet :

  • 22 « Chanson d’amour » a été recueilli par Bouilhet dans Festons et Astragales.

Allez au pays de Chine
Et sur ma table apportez
Le papier de paille fine
Plein de reflets argentés22

15à ces deux vers :

Sur sa table de nacre au reflet argenté,
La lune souriait aux tours de porcelaine.

16D’autre part, les deux vers que Bouilhet écrit dans « Le Tung-whangfung »,

  • 23 Le Tung-whang-fung se trouve dans l’édition des Dernières Chansons (XLIV).

Et l’oiseau dit sa peine à la fleur qui sourit
Et la fleur est de pourpre, et l’oiseau lui ressemble23,

17se retrouvent à peine modifiés sous la plume de Guy, toujours dans « Le Sommeil du Mandarin » :

Un songe était venu voltiger sur son âme,
Comme un oiseau de pourpre au-dessus d’une fleur.

18On peut douter de la valeur pédagogique d’un tel pastiche, toujours est-il que la tentative est restée unique. Comme cela transparaît plus tard dans ses chroniques, Maupassant aimait sans doute trop les chinoiseries pour s’empêcher de les citer, surtout quand il verse dans ce genre de poème. « Le Sommeil du Mandarin » peut être compris comme un hommage à Bouilhet, sa mort est encore récente, et plus particulièrement comme un raccourci de son génie, à peine revisité.

19Dès 1877, les leçons semblent avoir bien été assimilées car, dans sa chronique sur « Les Poètes français du XVIe siècle », Maupassant fait siennes les conceptions des deux maîtres :

  • 24 La Nation, 17 janvier 1877 (Chr. I, p. 36).

La beauté est en tout, mais il faut savoir l’en faire sortir ; le poète véritablement original ira toujours dans les choses où elle est le plus cachée, plutôt qu’en celles où elle apparaît au-dehors et où chacun peut la cueillir. Il n’y a pas de choses poétiques, comme il n’y a pas de choses qui ne le soient point : car la poésie n’existe que dans le cerveau de celui qui la voit.24

  • 25 Cette chronique a paru dans Gil Blas du 7 septembre 1882. Maupassant y déclare que le commun des ho (...)

20Il n’est pas anodin que Maupassant ait cité préalablement à ce passage des vers de Bouilhet. Si, dans le contexte, ceux-ci lui apportent un contre-exemple aux fadeurs sentimentales dont seraient selon lui coutumiers les poètes du XVIe siècle, ils permettent aussi de suggérer sa dette théorique envers l’auteur de Melænis. D’un point de vue pratique, c’est toujours en lisant entre les lignes des chroniques qu’on découvre ce à quoi Bouilhet l’a vraiment initié : « aux subtiles délicatesses des rythmes, à l’ordonnance euphonique des mots, à la concordance de l’harmonie avec l’idée », comme Maupassant le suggère dans son article « Poètes », lorsqu’il commente par ces notions de prosodie et d’esthétique la qualité de « poète-artiste » qu’il a décelée en Bouilhet25. Concernant Flaubert, on dispose d’un témoignage direct, une lettre dans laquelle il adresse à Maupassant ses « remarques de pions ». Il y est question d’un poème intitulé « Désirs », que Maupassant veut faire entrer dans son recueil Des Vers, et qu’il soumet à cette fin aux corrections de Flaubert. En censeur, ce dernier passe ainsi en revue les vers ou bribes de vers qui lui paraissent insuffisants :

  • 26 Corr. F-M, no 156 du dimanche 14 [mars 1880], p. 236.

Maintenant causons de « Désirs ». Eh bien, mon jeune homme, ladite pièce ne me plaît pas du tout. Elle indique une facilité déplorable.
Un de mes chers désirs. Un désir qui est cher !
avoir des ailes. Parbleu ! le souhait est commun.
Les deux vers suivants sont bons. Mais au 4e, les oiseaux surpris ne sont pas surpris puisque tu es à les poursuivre à moins que surpris ne veuille dire étonnés ?
Je voudrais, je voudrais. Avec une pareille tournure on peut aller indéfiniment tant qu’on a de l’encre ! Et la composition ? où est-elle ?
« ainsi qu’un grand flambeau » l’image me semble comique - outre qu’un flambeau ne laisse pas de flamme, puisqu’il la porte.
« des fronts en cheveux noirs aux fronts en cheveux roux ».
Charmant, mais rappelle trop le vers de Mainard :
« Sous tes cheveux châtains et sous tes cheveux gris. »
« Oui-je voudrais »
 ? Pourquoi oui ? Chic racinien.
Les quatre « je voudrais au matin... clair de lune », excellent.
L’affolante bataille atroce !
En somme, je t’engage à supprimer cette pièce. Elle n’est pas à la taille des autres.
Là-dessus, ton vieux t’embrasse.
Gv Flaubert.
Sévère mais juste.26

  • 27 Voir Corr. F-M, no 52, p. 134.

21Les corrections de Flaubert portent donc particulièrement sur des problèmes de bon sens, de manque d’originalité et de « composition ». Sur ce point, il reproche notamment au jeune versificateur l’anaphore « je voudrais ». Dans l’esprit de Maupassant, elle avait certainement une fonction poétique et finalement, comment pourrait-on mieux exprimer un désir tenace que par la répétition ? La mercuriale de Flaubert ne vise pas à réduire l’effet poétique pour ce qu’il représente, mais pour ce qu’il est : cet effet était trop facile en lui-même, trop apparent aussi pour qu’un lecteur ne sente pas l’encre de l’auteur couler à travers ces vers. Malgré la critique, non seulement Maupassant a édité ce poème, mais il n’a pas intégré toutes les corrections que Flaubert lui suggérait. C’est là une preuve d’autonomie, pourrait-on dire, du disciple envers le maître ou encore d’émancipation d’un Maupassant « fils adoptif »27 à l’égard du « père Flaubert ».

  • 28 Voir Corr. F-M, p. 10-19.
  • 29 Lettre de Flaubert à Mlle Leroyer de Chantepie, [4 novembre 1857].

22Nous ne reviendrons que sommairement sur la mise en place de ces liens de parenté fictifs. Dans sa préface à la correspondance croisée Flaubert-Maupassant, Yvan Leclerc a amplement détaillé le chantage affectif auquel se sont livrés Laure et Guy. La mère et le fils ramènent toujours à la mémoire de Flaubert le souvenir du « pauvre Alfred » Le Poittevin, pour que Flaubert soit bienveillant envers Maupassant. Cette préface détaille aussi très bien tous les rouages de « la machine épistolaire à produire du père et du fils »28 Alfred est assurément le meilleur ami que Flaubert ait connu, « l’homme qu’il a le plus aimé au monde29 ». Leurs échanges épistolaires attestent l’entière complicité des deux hommes selon ses propres termes, voire la [con]fusion de leurs esprits. Dans une lettre à Gustave, Alfred résume ainsi leur relation :

  • 30 Gustave Flaubert - Alfred Le Poittevin - Gustave Flaubert - Maxime Du Camp. Correspondances, éd. Yv (...)

Nous [sous-entendu Gustave et lui] sommes quelque chose comme
un même homme et nous vivons de la même vie.30

23Et il est significatif que Flaubert transforme à peine la phrase d’Alfred lorsque, préfaçant les Dernières Chansons de Bouilhet, il dit au sujet de cet autre ami disparu :

  • 31 G. Flaubert, « Préface », Dernières Chansons de Louis Bouilhet, Lévy, 1872, p. 4.

Quant à raconter sa vie, elle a été trop confondue avec la mienne.31

24Bien qu’Alfred soit mort en 1848, Flaubert avait fait un premier deuil de son alter ego deux ans auparavant, alors même que Le Poittevin avait rompu son engagement envers lui en se mariant. Cette même année 1846, Flaubert renoue également avec Bouilhet. Ce dernier occupera la place laissée vacante par Alfred auprès de Flaubert, tout comme Guy comblera le vide qui s’est fait autour de lui après la disparition des deux amis, tout cela sur fond de perpétuation du souvenir. Maupassant est le dernier maillon d’une chaîne qui attache Flaubert à son passé, maillon qui le relie à Bouilhet et surtout à Le Poittevin, duquel tous les liens découlent. Via la médiation de Bouilhet, la ramification entre Flaubert et Maupassant se fait sur fond de ressemblance entre celui-ci et son oncle :

  • 32 Corr. F-M, no 13, p. 82.

Il [Maupassant] me rappelle tant mon pauvre Alfred ! J’en suis même parfois effrayé, surtout lorsqu’il baisse la tête en récitant des32 vers.

25Cette reconnaissance passe bien par la poésie, qui fait rejaillir pour Flaubert tout un vécu avec Alfred :

  • 33 Lettre à Louise Collet [31 janvier 1852], Corr. F(II), p. 4l.

J’en ai passé une bonne [jeunesse] avec ce pauvre Alfred. Nous vivions dans une serre idéale où la poésie nous chauffait l’embêtement de l’existence à 70 degrés Réaumur. C’était un homme, celui-là ! Jamais je n’ai fait, à travers les espaces, de voyages pareils. Nous allions loin sans quitter le coin de notre feu. Nous montions haut quoique le plafond de ma chambre fût bas. Il y a des après-midi qui me sont restés dans la tête, des conversations de six heures consécutives, des promenades sur nos côtes et des ennuis à deux, des ennuis, des ennuis ! Tous souvenirs qui me semblent de couleur vermeille et flamber derrière moi comme des incendies.33

26Outre leur lien de parenté et l’air de famille, Flaubert ne peut manquer de rapprocher l’oncle et le neveu sur plusieurs points. Les deux croient distraire leur ennui dans un vice commun : les femmes. L’ennui ou la parade qu’il lui trouve, ce qui revient souvent au même, les écarte ainsi de la sacro-sainte littérature. Alfred concède par exemple à Flaubert :

  • 34 Lettre de [fin 1844-début 1845 ?], Corr. F-L, no I, 30, p. 90.

J’aurais pu faire quelque chose, si j’avais su être un artiste. Ce qui m’a toujours manqué, c’est la volonté.34

27Parallèlement, les lettres où Maupassant confie à Flaubert son impuissance à écrire sont assez nombreuses. Tous deux, et c’est aussi vrai pour le Maupassant de cette époque, sont des écrivains cyclothymiques : leur euphorie créatrice alterne avec une incapacité à aligner plusieurs mots de suite. A plusieurs années de distance, Flaubert leur tient d’ailleurs à peu près le même discours.

28À Le Poittevin :

  • 35 Lettre du 16 septembre [1845], Corr. F-L, no I, 43, p. 116.

Travaille, travaille, écris, écris tant que tu pourras, tant que la muse t’emportera. C’est là le meilleur coursier, le meilleur carrosse pour se voiturer dans la vie. La lassitude de l’existence ne nous pèse pas sur les épaules quand nous composons. Il est vrai que les moments de fatigue et de délaissement qui suivent n’en sont que plus terribles. Mais tant pis35

29À Maupassant :

  • 36 Lettre du 15 août 1878, Corr. F-M, no 59, p. 142.

Il faut, entendez-vous, jeune homme, il faut travailler plus que ça. [...] Vous êtes né pour faire des vers, faites-en ! « Tout le reste est vain », à commencer par vos plaisirs et votre santé ; foutez-vous cela dans la boule. [...] de 5 heures à 10 heures du matin tout votre temps peut être consacré à la muse, laquelle est encore la meilleure garce.36

30Alfred Le Poittevin a indubitablement exercé une influence sur Maupassant, ne serait-ce parce que Guy a été élevé par sa mère dans le culte de l’oncle disparu trop tôt. Il est toutefois assez difficile de définir quelles lectures Guy a pu faire des œuvres d’Alfred. Une hypothèse peut être toutefois risquée. Daté de 1872, un état manuscrit de « Nuit de neige », poème que Maupassant a recueilli dans son volume, a pour titre primitif « Promenade d’hiver ». Lors de la publication, Maupassant a débarrassé son poème de quatre strophes dans lesquelles figurait une certaine « Ida », maîtresse que le poète se félicitait d’avoir auprès de lui, car, comme l’indique le dernier vers :

Quand il fait bien froid, l’on est bien amoureux.

31Cet état primitif est donc très éloigné de la version imprimée qui se réduit à la stricte description d’un paysage de neige et qui ne porte plus cette étrange dédicace :

À une Ida, une Anna, une Flora, une Catinka - d’où mon Ida.

  • 37 Voir les lettres adressées par Maupassant à Léon Fontaine et à Robert Pinchon.
  • 38 Corr. F-L, no I, 13, p. 70 et no I, 16, p. 73.

32Dans cette dédicace, le poète revient à une femme, « [s]on Ida », qui incarne sa compagne dans le texte, en passant par trois autres prénoms « une Anna, une Flora, une Catinka ». « Catinka » évoque ici la fille de petite vertu dans le sens littéral du terme « catin », le redoublement final de la première syllabe permettant la rime avec les autres prénoms. Ces jeux syllabiques se retrouvent fréquemment dans la correspondance générale de Maupassant37. Le prénom « Anna » est au moins cité par deux fois dans les lettres d’Alfred à Flaubert38 désignant à chaque reprise une prostituée. Toujours dans cette même correspondance apparaît Flora, connue sous le dérivé Flore, qu’Alfred associe justement à Anna quand il confie à Gustave en 1843 :

  • 39 Corr. F-L, no I, 13, p. 70.

Je m’ennuie bougrement. Je vais au boxon de temps à autre. Je me suis lié intimement, depuis 15 jours, avec une fillette nommée Anna, de chez Flore, mais pas celle que tu as connue, nous langotons et baisons à en crever. Quelle farce !...39

33Nul doute que l’enseigne « chez Flore » renvoie dans ce contexte à un commerce où l’on vend ses charmes, où l’amour est tarifé. Bien que ces indices le laissent penser, il est très peu probable que Flaubert ait mis Maupassant dans la confidence épistolaire, surtout en 1872, date où Maupassant écrit le premier jet de son poème : celui-ci n’est pas encore assez intime avec l’ermite de Croisset.

  • 40 Ce poème a été édité pour la première fois par René Descharmes dans son livre Alfred Le Poittevin, (...)

34L’explication la plus vraisemblable est que Maupassant a lu le poème d’Alfred qui a pour titre « À Flora »40 et qu’il a su que son oncle l’avait dédié à une tenancière, une certaine « Flore H*** », comme l’indique le manuscrit. Soit Louis Le Poittevin, alors dépositaire des papiers de son père, lui a donné accès à l’autographe, en ce cas l’« union fraternelle » entre les deux cousins évoquée auparavant a trouvé ici l’une de ses réalisations (Louis a partagé son héritage littéraire avec Guy) ; soit Laure possédait une copie des écrits de son frère, aujourd’hui non localisée.

35Tout bien considéré, Maupassant paraît adapter dans « Promenade d’hiver » la donnée du poème d’Alfred. Dans les deux cas, il est question d’une femme tentatrice à laquelle le poète ne peut résister. S’il s’en est vraiment inspiré, Maupassant n’a pourtant pas repris à son compte la dimension historique (le poème d'Alfred réfère à l’Antiquité romaine) et l’ultime sacrilège où le poète dit encore préférer renier Dieu qu’éconduire Flora. Maupassant lui a préféré une autre chute, celle de la neige bien plus réaliste, qui doit amener le poète à se réchauffer auprès de son amante : différences de génération et de mythologie obligent, entre un poète plutôt romantique et un autre franchement réaliste.

36Au regard de l’amitié que Flaubert portait à Alfred et des bonnes relations entre les deux familles, on peut s’étonner que Maupassant ne s’adresse pas directement à lui, mais à Bouilhet. Il faut convenir que la renommée de Bouilhet en impose moins au jeune auteur que celle de Flaubert. Dans sa chronique « Souvenirs », Maupassant se rappellera le complexe flaubertien qu’il éprouvait alors :

  • 41 « Souvenirs », Le Gaulois, 4 décembre 1884 (Chr. III, p. 50-51).

Un jour [...] je montai la rue de Bihorel pour aller montrer des vers à mon illustre et sévère ami Louis Bouilhet. Quand j’entrai dans le cabinet du poète, j’aperçus, à travers un nuage de fumée, deux grands et gros hommes, enfoncés en des fauteuils et qui fumaient en causant. En face de Louis Bouilhet était Gustave Flaubert. Je laissai mes vers dans ma poche et je demeurai assis dans mon coin bien sage sur ma chaise, écoutant.41

  • 42 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1882, t. I, p. 377.
  • 43 Voir le passage cité dans le présent article, auquel renvoie la note 18.

37En outre, Flaubert est le romancier et Bouilhet, dont Du Camp parle aussi dans ses Souvenirs littéraires, « ce poète pur qui méprisait la prose parce qu’il ne la trouvait pas de forme assez élevée ; Bouilhet rêvait de ne parler qu’en vers et d’être suivi d’un joueur de flûte qui rythmerait la cadence de ses odes. »42 Il convient néanmoins de modérer les deux portraits de Flaubert43 et de Bouilhet que Du Camp livre au public : il grossit à souhait leurs traits distinctifs et il établit ainsi une rivalité littéraire entre les deux hommes à moins de cinquante pages d’écart : sa propre figure en ressort ainsi grandie. Pourtant jamais Maupassant ne contestera ces observations formulées par Du Camp sur les deux maîtres, et l’on peut s’en étonner tant il était le meilleur juge en la matière : il avait connu les enseignements sur la poésie que chacun d’eux lui avait dispensés. La polémique qu’engagera Maupassant contre Du Camp porte sur un point bien plus sensible : dans ses Souvenirs, ce dernier avait rendu publique l’épilepsie dont souffrait et était mort Flaubert. Aux yeux de Maupassant, nul doute que cette révélation portât plus atteinte à la mémoire de Flaubert que ces caricatures du poète ne sachant que rimer ou du prosateur incapable d’aligner quelques vers.

  • 44 « Notes sur la mère de Guy de Maupassant », Souvenirs sur Maupassant, A. Lumbroso, op. cit. : « Mme(...)
  • 45 « Louis Bouilhet », Le Gaulois, 21 août 1882 (Chr. II, p. 117 et sq.).
  • 46 Lettre citée par Yvan Leclerc, Corr. F-M, p. 20.
  • 47 Voir l’article d’Henri Roujon, « Souvenirs d’art et de littérature », Grande Revue, 15 février 1904 (...)
  • 48 Le Parquet d’Étampes avait ouvert en décembre 1879 une instruction contre Maupassant pour la public (...)

38Tout incite donc Maupassant à choisir Bouilhet. Sur cette rencontre qui remonte à 1868, deux versions semblent s’opposer. Laure dira avoir recommandé son fils44 Guy se souviendra avoir rendu visite à Bouilhet de son propre chef45. L’un n’empêche d’ailleurs pas l’autre : Maupassant a pu se présenter comme le fils de Laure, autrement dit le neveu d’Alfred, que Louis Bouilhet connaissait bien aussi. Durant le premier semestre 1869, Bouilhet est ce « Maître » qui lui « fait travailler la littérature », selon les mots que Maupassant consigne dans une lettre à son père, non reproduite dans l’édition Suffel46. Mais il faut bien l’avouer, Bouilhet ne pouvait lui apporter autre chose que son art. Sa vie menée en retrait des milieux littéraires ne lui donnait qu’une audience limitée et le privait de toute influence. En revanche, Flaubert a pu recommander Guy auprès de Catulle Mendès pour qu’il publie ses poèmes dans La République des Lettres47 ; c’est encore Flaubert qui sauve Maupassant d’un procès en publiant une lettre ouverte par voie de presse, une information judiciaire ayant été ouverte contre lui par le Parquet d’Étampes, après la reprise de son poème « Au bord de l’eau » dans une revue48. S’il eût vécu, faute de notoriété, Bouilhet ne lui aurait été d’aucun secours dans cette affaire.

39Après la mort de Bouilhet, ne se présente plus à Guy que l’alternative Flaubert. De 1873 à 1880, il supervisera les écrits du « jeune homme », quand ce dernier voudra bien lui soumettre, contrairement à ce qu’il prétend dans son étude sur « Le Roman » :

  • 49 Op. cit., p. 713.

Je travaillai, et je revins souvent chez lui, comprenant que je lui plaisais, car il s’était mis à m’appeler, en riant, son disciple. Pendant sept ans je fis des vers, je fis des contes, je fis des nouvelles, je fis même un drame détestable. Il n’en est rien resté. Le maître lisait tout, puis le dimanche suivant, développait ses critiques et enfonçait en moi, peu à peu, deux ou trois principes qui sont le résumé de ses longs et patients enseignements49

  • 50 Ce conte a été publié dans L’Almanach lorrain de Pont-à-Moussson de l’année 1875.

40Pour ne prendre qu’un seul exemple, la publication de son premier conte, « La Main d’écorché »50 se fera sans l’assentiment de Flaubert, mais avec l’appui de son ami Léon Fontaine.

41Il reste que, Bouilhet disparu, Flaubert et Maupassant vont tour à tour perpétuer la mémoire de l’ami commun, donnant ainsi tort à Barbey d’Aurevilly qui dans une remarque assassine « [disait] ne pas croire que le bruit [fait autour de la mort de Bouilhet] lui donne plus de huit jours comme aux domestiques qu’on renvoie ». Bouilhet était conscient que la place qu’il occupait sur la scène littéraire le condamnerait à ne pas passer à la postérité. Cet aveu pathétique se lit dans son poème « Dernière Nuit » :

Pareil au flux d’une mer inféconde,
Sur mon cadavre au sépulcre endormi
Je sens déjà monter l’oubli du monde,
Qui, tout vivant, m’a couvert à demi.

  • 51 Gustave Flaubert, Lettre à la Municipalité de Rouen, Paris, Lévy, 1872.
  • 52 Dans une lettre à Maupassant du [4 juillet 1879], Flaubert écrit : « Puisque vous détenez Le Châtea (...)

42C’était sans compter le dévouement de Flaubert. En sa mémoire, Flaubert se battra pour l’érection de son buste en publiant sa Lettre à la Municipalité de Rouen51. Il veillera à l’édition des Dernières Chansons, préfaçant l’ouvrage pour le faire connaître du public, et il achèvera seul Le Château des cœurs, une féerie commencée avec Bouilhet et le Comte d’Osmoy52.

  • 53 Le Gaulois, 3 décembre 1880 (Chr. I, p. 112).
  • 54 Le Gaulois, 21 août 1882 (Chr. II, p. 116-121).
  • 55 Le Gaulois, 4 décembre 1884 (Chr. III, p. 50-52).
  • 56 Gil Blas, 31 mars 1885 (Chr. III, p. 137-143).
  • 57 Ce conte a été publié dans G/7 Blas du 2 février 1882. Maupassant cite un quatrain de Bouilhet tiré (...)
  • 58 Ce texte a paru en préoriginale dans G/7 Blas du 8 janvier 1884. Le conteur cite avec quelques adap (...)
  • 59 « Les Sœurs Rondoli » a paru en feuilleton dans L’Écho de Paris, du 29 mai au 5 juin 1884. Maupassa (...)
  • 60 « Découverte » a été publié dans Le Gaulois du 4 septembre 1884. Le narrateur se rappelle les « adm (...)
  • 61 « Nos Anglais » a paru dans G/7 Blas du 10 février 1885. Le narrateur « songe aux vers de Bouilhet  (...)
  • 62 « Louis Bouilhet », Le Gaulois du 21 août 1882 (Chr. II, p. 117).
  • 63 « Poètes », G/7 Blas du 7 septembre 1882 (Chr. II, p. 122).

43Dans toutes ces entreprises, Flaubert a associé Maupassant, le plus souvent il est vrai comme commissionnaire. Maupassant a pris d’autant plus facilement le relais après la disparition de Flaubert, qu’il est le dernier à pouvoir perpétuer cet esprit de famille littéraire, en sauvant Bouilhet de l’oubli. Dans sa chronique « Chine et Japon », Maupassant engage même ouvertement Lemerre à sortir une édition complète des œuvres de Bouilhet53. Il lui consacre aussi plusieurs chroniques, parmi lesquelles on peut citer « Louis Bouilhet »54 « Souvenirs »55 ou encore « La Chine et les poètes »56. Abolissant la frontière entre les genres, Maupassant réussit également ce tour de force d’intégrer à plusieurs reprises des vers de Bouilhet dans ses contes et nouvelles. Cette publicité assez atypique se retrouve dans « Mots d’amour »57. « Lettre trouvée sur un noyé »58 « Les Sœurs Rondoli »59 « Découverte »60 et enfin « Nos Anglais »61. Dans ces différents récits, Maupassant emprunte le plus souvent des vers à Festons et Astragales, volume de Bouilhet qu’il affectionnait plus particulièrement, sans doute parce qu’il lui avait fait découvrir la poésie du « maître », qui s’est révélé par la suite « si paternel ». Juste après leur première rencontre, Guy avait en effet acheté ce livre avant de rester, selon ses propres aveux, « pendant un mois grisé de cette vibrante et fine poésie. »62 En fait, Maupassant se fit de tout temps le promoteur de Bouilhet, ce « poète-artiste » qui « demeura toujours un peu méconnu du public, bien que mis à sa place par les vrais lettrés », comme il le note dans sa chronique sur les « Poètes »63

  • 64 La Presse, 5 septembre 1880.
  • 65 Ces articles sont reproduits en annexes de la Correspondance Flaubert-Maupassant, op. cit., p. 267- (...)

44Flaubert ne bénéficie pas de citations dans les récits, car sa renommée n’est pas à faire. Cela reviendrait alors pour Maupassant à plaquer la prose de « l’irréprochable maître » sur la sienne et à alourdir le pesant fardeau de l’héritier littéraire que la presse voyait en lui : celui d’Alfred avait sans doute suffi à sa peine. Surtout, cela aurait justifié l’étiquette que la critique avait accrochée à son œuvre dès la parution de « Boule de suif ». « Cela est du Flaubert tout pur », avait par exemple écrit Frédéric Plessis dans son compte-rendu sur la nouvelle, en poursuivant son jugement par : « quel talent ne faut-il pas pour pasticher cet excellent prosateur »64. En bref, Maupassant s’est « contenté » d’onze articles pour honorer la mémoire de Flaubert65 la bafouant d’ailleurs, puisqu’il est souvent allé à l’encontre d’un principe cher à son maître : ne rien laisser passer sur sa vie privée.

45L’attachement, quasiment « filial », de Maupassant à Flaubert est connu ; les rapports entre les deux écrivains ont fait l’objet de nombreuses études. Le combat que Maupassant a mené contre l’oubli de Bouilhet l’est moins, ce dernier n’ayant pas connu la même fortune littéraire. Comme l’écrit Bourget, après s’être rappelé sa première rencontre avec Maupassant, une entreprise lui a tenu à cœur à la fin de sa vie, qu’il n’a pu réaliser faute de temps et à cause de sa maladie :

Je le revois, sortant avec moi par un de ces crépuscules d’un froid printemps parisien où il y avait comme une tristesse navrée dans l’air, et je sens encore le réchauffement intellectuel que me donna cette première conversation, tandis que nous remontions vers les Batignolles où il habitait. Je l’entends me réciter avec exaltation un poème trop peu connu de Bouilhet, « La Colombe ».

46Bourget cite alors un extrait du poème en question, et il reprend en ces termes :

  • 66 « Guy de Maupassant », in Études et Portraits*** - Sociologie et Littérature, Paris, Librairie Plon (...)

Maupassant avait, pour déclamer ces vers, une sorte de mélopée que je n’ai jamais connue qu’à lui. Sa voix se faisait chantante d’abord, puis un peu rauque, comme si l’émotion esthétique le prenait à la gorge. Il professait à cette époque pour Bouilhet, qu'il avait connu chez Flaubert, une admiration dont il n’a rien rabattu. Un de ses suprêmes projets fut d’écrire une longue étude critique sur Melænis et les Dernières Chansons, et une de ses démarches, avant de partir pour Cannes, en novembre 1891, fut une visite chez un éditeur pour y reprendre les œuvres complètes de cet ami de son maître. Il est deux fois regrettable qu’il n’ait pu donner suite à cette idée. Il aurait au cours de cet essai, noté quelques théories très neuves que je l’ai entendu maintes fois émettre sur l’art des vers.66

  • 67 Corr. M (III), no 730, p. 251.

47Le projet d’article a failli prendre une ampleur que Bourget ignorait apparemment, puisque Maupassant voulait réunir des études sur quatre écrivains qui avait marqué sa vie affective et littéraire. À cette fin, il adressait cette lettre à l’éditeur Ollendorff, le 28 octobre 189167 :

Je vais avoir un volume presque tout de suite, qui est, non pas un roman, mais un livre de critique et portraits en quatre parties :
Études sur Flaubert, parue 2 fois (Préface des Lettres à Madame Sand et Bouvard et Pécuchet – Œuvres complètes). J’y ajouterai l’article de documents intimes publié à l’inauguration de son monument je ne sais plus où, Gaulois, Gil Blas ou Écho de Paris, l’année dernière le 23 novembre.
Bouilhet. – Je vais donner dans quelques jours au Figaro un grand article sur ce poète méconnu, avec citations superbes.
Tourgueneff. – Choses intimes.
Zola. – Paru Galerie des Hommes célèbres. Cela à retoucher...

48En définitive, Alfred Le Poittevin, Gustave Flaubert, Louis Bouilhet et Guy de Maupassant forment une même famille d’esprits, Tous n’appartiennent pas à la même génération d’écrivains, mais leur esprit de famille s’exprime dans la perpétuation du souvenir qu’on trouve dans les dédicaces, dans les lettres échangées et aussi dans les œuvres. Pour Flaubert, le vide qui fait suite à la disparition d’Alfred est comblé par les poètes Bouilhet puis Maupassant ; toutefois Le Poittevin reste toujours présent, comme le meilleur ami, sans doute le plus génial aussi. Du côté de Maupassant, Alfred est certes à l’origine de sa vocation poétique, mais il trouve en Bouilhet puis en Flaubert ses vrais pères en littérature. On peut donc conclure à la transmission d’un patrimoine poétique à mesure que chaque possesseur disparaît et ce, que le degré de parenté soit imaginaire ou non. Symboliquement, la branche de la généalogie poétique à laquelle Maupassant se rattache est brisée le jour de mai 1880 où Flaubert s’éteint. Maupassant n’est plus l’héritier littéraire de Le Poittevin mais il devient, notamment aux yeux de la critique, celui de Flaubert. Le triomphe de « Boule de suif » aidant, c’est alors qu’il s’autorise à ne plus écrire qu’en prose : par la suite, il ne rimera plus que des vers de circonstance, adressés à des proches.

Notes

1 A. Join-Lambert, Préface de « Melænis » et Notice sur les variantes manuscrites de Bouilhet et sur les corrections de Flaubert, Évreux, Imprimerie Charles Hérissey, 1900, p. V.

2 Le poème d’où sont extraits ces vers s’intitule « Sur la mort de Louis Bouilhet ».

3 Des Vers, Paris, Charpentier, 1880. L’exemplaire personnel de Flaubert présente plusieurs corrections de sa main. Ce volume est aujourd’hui conservé dans la bibliothèque Flaubert, à l’Hôtel de ville de Canteleu.

4 Ce poème a jusqu’alors paru sous le titre non attesté « La Saint-Charlemagne », depuis sa première publication dans La Revue illustrée du 1er février 1898. Plusieurs états manuscrits indiquent qu’il faut corriger le titre en « Ce que pense Charlemagne ». Le commentaire qui introduit le poème lors de sa publication renseigne sur les conditions de sa communication et de sa composition ; il prête par ailleurs plusieurs impressions à Bouilhet, sans mentionner leur source : « Les vers qui suivent ont été communiqués par Mme de Maupassant. Ils datent de la jeunesse de son fils et doivent l’intérêt qu’ils présentent à cette particularité. Voici dans quelles circonstances ils ont été composés. Guy de Maupassant avait seize ans [sic] ; il achevait ses études au Lycée de Rouen [sic]. Le proviseur, le sachant un peu poète, lui demanda d’écrire un compliment qui serait lu au dîner de la Saint-Charlemagne. Maupassant se mit à la besogne la veille même de ce grand jour. Il travailla toute la nuit et accoucha du petit morceau qu’on va lire. Il le montra le lendemain à son vieil ami Bouilhet [sic], qui lui dit en riant : “Tes alexandrins sont filandreux ! Mais bah ! j’en ai vu des plus mauvais ! Ça passera avec le champagne !” Ça passa très bien. On applaudit avec fureur le jeune Maupassant. Ce fut son premier succès littéraire. »

5 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd. Yvan Leclerc. Paris, Flammarion, 1993, lettre no 164 du [25 avril 1880], p. 242. Cette édition est dorénavant abrégée dans les notes en : Corr. F-M, no de la lettre.

6 « L’enfance et la jeunesse de Guy de Maupassant » par Adolphe Brisson, Souvenirs sur Maupassant, éd. Albert Lumbroso, Rome, Bocca Frères, 1905, p. 143.

7 Renée d’Ulmès (pseudonyme de Mademoiselle Ray), l’une des dernières confidentes de Laure, commente ainsi l’attitude de son amie : « Elle [Laure] pensait que l'aîné serait un écrivain non par mystérieuse prescience, mais par déduction. L’enfant avait des similitudes d’esprit avec son oncle Alfred, un délicat poète mort dès l’aube de son talent. » L’article d’où est tirée cette citation a paru le 12 décembre 1903 dans L’Éclaireur de Nice. Il a été reproduit, enrichi d’autres témoignages, sous le titre « Notes sur la mère de Guy de Maupassant » par Lumbroso (op. cit., p. 109).

8 Longtemps restés inédits, ces textes ont été publiés pour la première fois par René Descharmes sous le titre Une promenade de Bélial et œuvres inédites (Paris, Les Presses Françaises, 1924).

9 Guy de Maupassant. Correspondance, éd. Jacques Suffel, Évreux, Le Cercle du Bibliophile, t. I, lettre no 5, p. 13. Cette édition est maintenant abrégée en : Corr. M (I, II ou III selon le tome), no de la lettre.

10 Corr. M (I), no 6, p. 14.

11 Corr. M (I), no 5, p. 12.

12 Corr. M (I), no 6, p. 14.

13 Ce poème a pour titre cette dédicace : « À Louis Le Poittevin, sur son mariage ».

14 Corr. M (I), no 6, p. 14-15.

15 Ces propos ont été rapportés par Antoine Albalat dans un article sur « Madame de Maupassant » (Journal des débats, 10 décembre 1903).

16 Lettre du 30 octobre 1874, Corr. M(I), no 31.

17 Jules Lemaitre, « Guy de Maupassant », Revue Bleue, 29 novembre 1884, article repris dans Les Contemporains, études et portraits littéraires, Première série, Paris, Société française d’imprimerie et de librairie, 1885 (p. 304).

18 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1882, t. I, p. 327.

19 « Le Roman », Rowans, éd. Louis Forestier, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1987, p. 713.

20 Ibid., p. 712.

21 Cette chronique a paru dans Gil Blas, le 31 mars 1885 (texte reproduit in Guy de Maupassant, Chroniques, Paris, U.G.E., coll. 10/18, t. Ill, p. 137-143. Cette édition est maintenant abrégée en : Chr. (I, II ou III selon le tome).

22 « Chanson d’amour » a été recueilli par Bouilhet dans Festons et Astragales.

23 Le Tung-whang-fung se trouve dans l’édition des Dernières Chansons (XLIV).

24 La Nation, 17 janvier 1877 (Chr. I, p. 36).

25 Cette chronique a paru dans Gil Blas du 7 septembre 1882. Maupassant y déclare que le commun des hommes demeure étranger à ces notions et plus généralement à l’art de la poésie dont elles sont les rouages. Le peu d’engouement qu’a suscité Bouilhet auprès du public se comprend d’autant mieux que Maupassant le présente comme un « poète-artiste » : la foule n’a donc pas compris son génie (Chr. II, p. 122).

26 Corr. F-M, no 156 du dimanche 14 [mars 1880], p. 236.

27 Voir Corr. F-M, no 52, p. 134.

28 Voir Corr. F-M, p. 10-19.

29 Lettre de Flaubert à Mlle Leroyer de Chantepie, [4 novembre 1857].

30 Gustave Flaubert - Alfred Le Poittevin - Gustave Flaubert - Maxime Du Camp. Correspondances, éd. Yvan Leclerc, Paris, Flammarion, 2000, lettre no I, 17, p. 75. Nous abrégeons par la suite cette référence en : Corr. F-L, no de la lettre.

31 G. Flaubert, « Préface », Dernières Chansons de Louis Bouilhet, Lévy, 1872, p. 4.

32 Corr. F-M, no 13, p. 82.

33 Lettre à Louise Collet [31 janvier 1852], Corr. F(II), p. 4l.

34 Lettre de [fin 1844-début 1845 ?], Corr. F-L, no I, 30, p. 90.

35 Lettre du 16 septembre [1845], Corr. F-L, no I, 43, p. 116.

36 Lettre du 15 août 1878, Corr. F-M, no 59, p. 142.

37 Voir les lettres adressées par Maupassant à Léon Fontaine et à Robert Pinchon.

38 Corr. F-L, no I, 13, p. 70 et no I, 16, p. 73.

39 Corr. F-L, no I, 13, p. 70.

40 Ce poème a été édité pour la première fois par René Descharmes dans son livre Alfred Le Poittevin, Une promenade de Bélial et œuvres inédites, op. cit., p. 133-134.

41 « Souvenirs », Le Gaulois, 4 décembre 1884 (Chr. III, p. 50-51).

42 Maxime Du Camp, Souvenirs littéraires, Paris, Librairie Hachette et Cie, 1882, t. I, p. 377.

43 Voir le passage cité dans le présent article, auquel renvoie la note 18.

44 « Notes sur la mère de Guy de Maupassant », Souvenirs sur Maupassant, A. Lumbroso, op. cit. : « Mme de Maupassant pria d’abord Louis Bouilhet, puis Gustave Flaubert de donner des conseils à Guy. »

45 « Louis Bouilhet », Le Gaulois, 21 août 1882 (Chr. II, p. 117 et sq.).

46 Lettre citée par Yvan Leclerc, Corr. F-M, p. 20.

47 Voir l’article d’Henri Roujon, « Souvenirs d’art et de littérature », Grande Revue, 15 février 1904, p. 249-250.

48 Le Parquet d’Étampes avait ouvert en décembre 1879 une instruction contre Maupassant pour la publication d’un poème de Maupassant dans La Revue moderne et naturaliste : « Une fille » (« Au bord de l’eau », aux douze derniers vers près). Après maintes démarches, Flaubert se résolut à publier une lettre ouverte dans Le Gaulois (édition du 21 février 1880), à la demande de Maupassant.

49 Op. cit., p. 713.

50 Ce conte a été publié dans L’Almanach lorrain de Pont-à-Moussson de l’année 1875.

51 Gustave Flaubert, Lettre à la Municipalité de Rouen, Paris, Lévy, 1872.

52 Dans une lettre à Maupassant du [4 juillet 1879], Flaubert écrit : « Puisque vous détenez Le Château des cœurs, vous ferez bien de songer dès maintenant aux pièces de vers qui doivent y entrer ; il n’y en a pas plus de cinq ou six » (Corr. F-M, no 117, p. 194). On a longtemps cru que Flaubert demandait à Maupassant de composer les vers qui s’y trouvent. Dans sa note, Yvan Leclerc rappelle que « D’après Emile Bergerat rapportant les paroles de Flaubert, cette dernière chanson serait de Bouilhet (La Vie moderne, 24 janvier 1880, p. 52). » (Corr. FM, no 117, n. 1, p. 428).

53 Le Gaulois, 3 décembre 1880 (Chr. I, p. 112).

54 Le Gaulois, 21 août 1882 (Chr. II, p. 116-121).

55 Le Gaulois, 4 décembre 1884 (Chr. III, p. 50-52).

56 Gil Blas, 31 mars 1885 (Chr. III, p. 137-143).

57 Ce conte a été publié dans G/7 Blas du 2 février 1882. Maupassant cite un quatrain de Bouilhet tiré de Festons et Astragales : « À une femme » (voir CN I, p. 358).

58 Ce texte a paru en préoriginale dans G/7 Blas du 8 janvier 1884. Le conteur cite avec quelques adaptations contextuelles « une délicieuse pièce de Louis Bouilhet » (CN I, p. 1140) : « À une femme », extrait de Festons et Astragales.

59 « Les Sœurs Rondoli » a paru en feuilleton dans L’Écho de Paris, du 29 mai au 5 juin 1884. Maupassant emprunte à Bouilhet, pour une fois sans nommer l’auteur, un des poèmes qu'on lit dans Festons et Astragales (CN II, p. 135-136) : « J’aimai. Qui n’aima pas ? »

60 « Découverte » a été publié dans Le Gaulois du 4 septembre 1884. Le narrateur se rappelle les « admirables vers de Louis Bouilhet ». Maupassant cite une nouvelle fois un quatrain d’« A une femme » (CN II, p. 317), pièce tirée de Festons et Astragales.

61 « Nos Anglais » a paru dans G/7 Blas du 10 février 1885. Le narrateur « songe aux vers de Bouilhet ». Maupassant les tire de la Préface aux Dernières Chansons, où Flaubert les a donnés en note.

62 « Louis Bouilhet », Le Gaulois du 21 août 1882 (Chr. II, p. 117).

63 « Poètes », G/7 Blas du 7 septembre 1882 (Chr. II, p. 122).

64 La Presse, 5 septembre 1880.

65 Ces articles sont reproduits en annexes de la Correspondance Flaubert-Maupassant, op. cit., p. 267-330.

66 « Guy de Maupassant », in Études et Portraits*** - Sociologie et Littérature, Paris, Librairie Plon, 1906, p. 307-308.

67 Corr. M (III), no 730, p. 251.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search