Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Relations familiales : certitudes et incertitudes

Mario Johnston

Texte intégral

  • 1 Armand Lanoux, Maupassant le Bel-Ami, Grasset, 1979, p. 19.

1Tout biographe de Maupassant est obligé d’étudier son entourage et son milieu familial, et très tôt il se trouve confronté à la personnalité énigmatique d’Alfred Le Poittevin, son oncle maternel. Qu’est-ce que le neveu a pu connaître de cet oncle, et est-ce qu’il lui ressemblait vraiment ? Est-ce que l’oncle figure dans ce qu’on appelle « l’hérédité chargée » de Maupassant ? A-t-il souffert de troubles mentaux, et d’« une bien étrange maladie, l’autoscopie »1 dont son neveu aurait été lui aussi atteint, comme on l’a dit ? Fidèle à la méthode qui consiste d’abord à rassembler les témoignages pour les évaluer avant de tenter d’en tirer des conclusions, sinon définitives, du moins raisonnables et provisoires, j’examinerai ici ces questions.

2Malheureusement Maupassant n’a jamais connu son oncle, qui est mort deux ans avant la naissance du neveu. Tout ce que le jeune Maupassant a pu connaître d’Alfred Le Poittevin lui a été raconté par d’autres personnes. Il a bien sûr entendu parler de son oncle par sa mère, sœur d’Alfred, par son père, par sa grand’mère maternelle Madame Le Poittevin, et ses deux tantes, Virginie d’Harnois de Blangues, sœur d’Alfred et de quatorze ans plus jeune que lui, et la tante Louise, sa veuve. Alfred a dû être souvent présent, comme cela arrive tout naturellement, dans la conversation de ces différents membres de la famille, chacun avec sa manière de voir et ses propres souvenirs, mais quand quelqu’un meurt jeune, comme Alfred, la famille parfois crée autour de sa mémoire une sorte de légende.

  • 2 Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 4 vol. parus 197 (...)
  • 3 Robert Pinchon, proche ami de Maupassant et son cousin, a écrit à René Descharmes le 18 juin 1907 : (...)
  • 4 Jacques Bienvenu, Maupassant inédit, Edisud, 1993, p. 80.

3Maupassant a pu connaître des œuvres de son oncle, mais on ne peut pas dire avec certitude ce qu’il a vu ou n’a pas vu. Nous savons, par une lettre de Flaubert à Bouilhet2 de 1850, que jusqu’à l’âge de 16 ans Maupassant aurait pu facilement avoir accès à Une Promenade de Bélial, que possédait sa grand’mère. Nous savons également que son cousin Louis Le Poittevin possédait des poésies de son père que Maupassant a sans doute vues3. Il existe des lettres qui éclairent un peu la personnalité d’Alfred, mais encore une fois on ignore ce que Maupassant a pu voir ou ne pas voir. Nous connaissons une seule lettre d’Alfred à sa jeune sœur Laure en italien4 et il a dû en écrire d’autres à sa famille que nous ne connaissons pas, mais que peut-être Maupassant a pu lire.

  • 5 Flaubert est venu à Etretat pendant la jeunesse de Maupassant (Flaubert, Correspondance, III, p. 11 (...)
  • 6 Flaubert, Correspondance, IV, p. 579.
  • 7 « Gustave Flaubert », paru dans l’Echo de Paris, 24 novembre 1890, à l’occasion de l’inauguration d (...)
  • 8 Correspondance Flaubert-Maupassant éd. Yvan Leclerc, Flammarion, 1993, no 15.
  • 9 Henry Amic et l’auteur d’Amitié Amoureuse (H. Lecomte du Noüy), Jours passés, Ollendorff, 1908, p.  (...)
  • 10 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit., no 84, 13 janvier [1879].
  • 11 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit, no 4, 16 mars 1866.
  • 12 Echo de Paris, 24 novembre 1890.

4Plus tard Maupassant recueille les souvenirs de Flaubert et, comme on le sait, ses souvenirs sur Alfred étaient restés très vivaces à travers de longues années. Flaubert et Maupassant se sont rencontrés plusieurs fois pendant la jeunesse de Maupassant5 mais leur relation n’a pas pris de véritable importance avant le dimanche 22 septembre 18726. Ce jour-là Maupassant vient voir Flaubert, qui est sur le point de partir pour Croisset, avec des nouvelles des différents membres de la famille, de Mme d’Hamois (la tante Virginie) et son fanatisme religieux intolérable (selon le jeune Maupassant), et les affaires financières du grand-père Maupassant. Le fait même qu’on parle de tels sujets montre l’intimité et la familiarité entre les familles. Il est possible que cette visite ait été « définitive dans nos relations »7 comme dira Maupassant, en notant que Flaubert, tout d’un coup, a été ému par une ressemblance entre le neveu et l’oncle. En tout cas, il existe la preuve qu’il a été très tôt question d’Alfred Le Poittevin entre eux par une lettre de Maupassant à Flaubert du 24 juin 1873 : « En causant avec vous il me semblait souvent entendre mon oncle que je n’ai pas connu, mais dont vous et ma mère m’avez si souvent parlé et que j’aime comme si j’avais été son camarade ou son fils »8. Une autre preuve plus frappante encore est le fait que Maupassant, comme sa mère avant lui9 devenait l’un des membres de ce petit groupe très exclusif de gens capables de parler du Garçon en pleine connaissance de cause : le 13 janvier 1879 il écrit à Flaubert au sujet d’hommes « qui chient dans leurs chausses, à faire la joie du Garçon »10. Quant à la question de ce que le neveu a pu hériter de cet oncle, on espère aujourd’hui enfin enterrer le célèbre cliché de « l’hérédité chargée » de Guy de Maupassant. Laure de Maupassant et son frère Alfred avaient les mêmes parents, donc Maupassant a pu avoir des gènes en commun avec son oncle, soit ressemblance physique soit traits de caractère. En fait, il est bien attesté que Maupassant ressemblait physiquement à son oncle Alfred ; sa mère l’a dit11 mais cela a surtout frappé Flaubert quand Maupassant jeune homme va le voir au début de leurs vraies relations. Maupassant observe : « Ma voix aussi, paraît-il, avait des intonations toutes semblables à celles de la voix de mon oncle... », et il ajoute que cette ressemblance est « la cause vraie, profonde, de sa grande amitié pour moi »12.

  • 13 Gallimard, 1972, p. 65.
  • 14 Maupassant, Flaubert et le Horla, Editions Muntaner, 1991, p. 127.
  • 15 Maupassant inédit, p. 36, 40, 42, mais surtout celui de la page 36.
  • 16 Souvenirs littéraires, reprint de l’édition Hachette de 1906, Les Introuvables, 1993, t. I, p. 266.

5Il existe un portrait d’Alfred Le Poittevin dans l’Album Flaubert13 et on sait que Jacques Bienvenu pense qu’il « ne ressemble en rien à l’image que nous avons de Maupassant. »14. Cela était vrai, mais pour moi l’image que j’avais de Maupassant a été radicalement modifiée par la publication, par Jacques Bienvenu lui-même, des très belles photographies de jeunesse de Maupassant15. Ce portrait de l’Album Flaubert correspond assez bien au portrait écrit que donne Du Camp peu avant la mort d’Alfred : « Je fus effrayé du changement que je constatai en lui ; le front s’était dégarni ; [...] la pâleur du visage était grise et profonde... »16. Une photographie de Le Poittevin doit être forcément de la fin de sa vie, et peu de temps après son mariage il est un homme malade. En tout cas n’importe quelle photographie de cette époque est un seul instant d’une posture figée, presque toujours un peu posée, et différente des traits mobiles de la personne. En tenant compte de cela, une ressemblance entre l’Alfred des souvenirs de Flaubert et le jeune Maupassant est entièrement crédible.

  • 17 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit., no13, 23 février 1873.
  • 18 Lettre à Du Camp, 15 mai 1881, Bibliothèque de l'Institut, Fonds Du Camp, Ms 3751, (XXXXIII Souv. l (...)

6Parfois c’est plutôt les gestes qui donnent cette impression, comme le remarque Flaubert : « J’en suis même parfois effrayé, surtout lorsqu’il baisse la tête en récitant des vers. »17. Il y a eu aussi, sans doute, d’autres parentés avec la personnalité intellectuelle et morale d’Alfred trouvées par Flaubert en Maupassant à travers les années d’apprentissage de son disciple. René Descharmes a dit du Bélial d’Alfred qu’il « déroute à première vue par son extrême concision, son allure sèche et tranchante ». Le père d’Alfred, grand-père de Maupassant, Paul Le Poittevin, selon Frédéric Baudry, a été « un homme de bon sens, très terre à terre. »18. Ces différentes qualités ont pu être absorbées inconsciemment par Maupassant du milieu familial Le Poittevin, parce qu’il a été assez peu exposé dans sa jeunesse au côté Maupassant. Tout cela explique sans doute le rapport avec Flaubert, comme Maupassant a dit lui-même : « élevé dans une famille qui fut presque la sienne, je lui rappelais toute une manière de penser, de sentir, même d’exprimer, des tics de langage dont quinze ans de sa vie première avaient été bercés. J’étais pour lui une sorte d’apparition de l’Autrefois. »

  • 19 Op.cit., p. 76.
  • 20 Lettre déjà citée, note 18.
  • 21 Maupassant inédit, p. 85, lettre du 24 décembre 1875.

7Comme les ressemblances, certaines maladies sont transmissibles dans une famille, et Laure de Maupassant a eu de multiples anxiétés à ce sujet. On ne peut pas savoir quelle maladie a tué prématurément Le Poittevin, mais on peut certainement éliminer « le Doppelgänger qui a tué l’oncle Alfred » mentionné par Armand Lanoux19. On a accepté à l’époque l’idée qu’il était mort d’une maladie de cœur ; Laure de Maupassant l’a dit, et Frédéric Baudry, proche ami de Le Poittevin, l’a dit à Du Camp20 et il est évident que Laure de Maupassant avait peur que son fils ait pu hériter de cette maladie. En 1875 sa sœur Virginie a dû la rassurer : « [Le médecin] m’a encore dit que, si Guy avait quelque chose de sérieux au cœur il lui serait tout à fait impossible de marcher comme il le fait. »21 Laure était convaincue qu’elle avait elle-même une maladie de cœur, ce qui ne l’a pas empêchée de survivre à ses deux fils et à son mari et de mourir finalement, malgré ses prévisions fréquentes de mort prochaine, à l’âge de 82 ans.

  • 22 Op.cit., p. 19.
  • 23 Op.cit., p. 361, et puis Henri Troyat reprend le thème : « Cette obsession du double, l’oncle de Gu (...)
  • 24 Maupassant intime, Albin Michel, 1927, p. 29. Georges Normandy est parfois un spécialiste du sous-e (...)

8Une autre maladie entièrement irréelle a été évoquée par Armand Lanoux concernant Alfred Le Poittevin : « Des troubles mentaux s’en suivirent, dont une bien étrange maladie, l’autoscopie, hallucination répétée par laquelle le malade se voit comme un autre lui-même... »22 Plus loin il annonce comme un fait établi, hors de doute : « nous savons qu’il connut la même autoscopie que Guy »23. Pourtant, dans tout qu’on peut lire sur Le Poittevin l’homme, il n’y a pas de trace d’hallucinations, d’autoscopie – rien du tout. Il est possible que ces idées sans fondement aient été suggérés à Lanoux par l’ouvrage de Georges Normandy24 qui, après avoir mentionné « l’autoscopie externe (1889), jusqu’à l’hallucination » chez Maupassant, continue :

Il n’est pas impossible, d’ailleurs, qu’Alfred Le Poittevin – que nous savons nerveux et impressionnable à l’excès, sous des dehors d’impassibilité obtenue (comme Maupassant toujours) – ait eu, lui aussi, des hallucinations, mais alors que nous n’ignorons pas combien Flaubert était sujet à ces phénomènes, rien ne nous permet de conclure avec certitude sur ce point en ce qui regarde le frère de Laure. Là encore nous retrouvons le mystère – faut-il dire systématique, organisé ? – qui plane sur les faits les plus simples concernant la famille Le Poittevin/Maupassant.

  • 25 Paul Sollier, Phénomènes d’autoscopie, Félix Alcan, 1903, p. 3-6, 10-11, 31 et passim. Ces phénomèn (...)

9Quant à Maupassant, les opinions sur cette question ne manquent pas. Il serait peut-être utile de remonter aux sources, et parmi ces sources l’ouvrage du Dr. Sollier, Phénomènes d’autoscopie25 semble être beaucoup plus souvent cité que lu.

  • 26 Le mot cénesthésique, en usage depuis 1837, est un terme psychologique qui indique un état de sensi (...)

10Le Dr. Sollier prend soin de bien expliquer le terme autoscopie en quatre pages de définitions : « Malgré l’apparence visuelle du phénomène, il ne s’agit d’ailleurs pas d’une hallucination visuelle proprement dite, mais d’une hallucination purement cénesthésique »26 et il ajoute « il n’y a pas réellement d’hallucination » dans l’autoscopie externe. Il précise encore qu’il « s’agit d’une sensation cénesthésique qui donne au sujet la connaissance de sa forme [..] extérieure [..], connaissance qui se traduit par une sorte de visualisation inhérente à la notion même de forme ». Il préfère donc « le terme autoscopie à hallucination autoscopique parce qu’il ne s’agit pas réellement d’un phénomène hallucinatoire. » On ne peut pas être plus clair.

  • 27 Bulletin de l’Institut général psychologique, 1902, no 1, p. 39-55.

11Malheureusement, et malgré ses définitions, dans son ouvrage de 1903 le Dr. Sollier utilise souvent le terme d’hallucination, et la raison en est simple. Avant de publier son livre, il a présenté une communication à la Société de Psychologie, le 17 janvier 190227 avec le titre « Les Hallucinations autoscopiques », mais entre l’article et le livre il a dû voir que le titre d’origine était inexact et c’est pourquoi dans son livre il définit si soigneusement ses termes. Les cas d’autoscopie externe décrits restent les mêmes dans les deux publications, mais malheureusement il n’a pas enlevé chaque occurrence du terme abandonné d’hallucinations, et c’est justement là où on a pris des citations concernant Maupassant.

12Le Dr Sollier donne une description de douze cas d’autoscopie externe recueillis ou observés par lui, neuf femmes et trois hommes, et il semble qu’il ait vu personnellement tous les cas, sauf Maupassant, qui néanmoins totalise à lui seul deux des cas. Il donne beaucoup de détails sur chaque personne, souvent en précisant « grande hystérique », « morphinomane à fortes doses », et différents problèmes d’ordre psychologique, sauf pour Maupassant encore, parce que le docteur n’a connaissance de rien, il ne l’a pas vu, tout ce qu’il sait il le tient de seconde main. Maupassant est le cas VIII :

[U]n ami intime de Guy de Maupassant m’a rapporté qu’en 1889, c’est-à-dire au moment où il entrait dans la paralysie générale, il avait eu cette hallucination d’une façon très nette un après-midi et la lui avait racontée le soir même.
Etant à sa table de travail dans son cabinet, où son domestique avait ordre de ne jamais entrer pendant qu’il écrivait, il lui sembla entendre sa porte ouvrir. Il se retourna et ne fut pas peu surpris de voir entrer sa propre personne qui vint s’asseoir en face de lui, la tête dans la main, et se mit à dicter tout ce qu’il écrivait. Quand il eut fini et se leva, l’hallucination disparut.

  • 28 On trouve cette même histoire – le double qui entre et dicte – relatée par Axel Munthe dans The Sto (...)
  • 29 Communiqué au Dr. Pillet et cité dans sa thèse Le Mal de Maupassant, Lyon, 1911, p. 155, et plus ta (...)

13Sans savoir formellement qui a rapporté cette anecdote (notons que ce n’est pas une observation clinique), il est difficile d’en juger la valeur28. Le docteur ajoute très correctement : « il est impossible de savoir quels ont été les troubles physiques, de sensibilité générale ou autres, qui ont accompagné le phénomène ». Oui, certes, il n’a pas vu Maupassant, mais si un tel épisode se situait vraiment en 1889, ce qui est très loin d’être sûr, nous avons le témoignage du Professeur Pierret de l’asile à Bron29 qui remarque qu’il a eu souvent l’occasion de voir Maupassant en 1889 :

Mon attention était vivement éveillée par ce fait que le frère de Guy de Maupassant était à Bron pour une paralysie générale. [...] malgré moi, m’efforçais-je de trouver dans ses yeux ou dans ses paroles un signe de paralysie générale. Jamais je n’en ai trouvé aucun, de quelque sorte que ce soit, ni physique, ni intellectuel. Guy de Maupassant me laissa, au contraire, l’impression d’un homme très réservé, très maître de lui, d’une grande beauté physique et en pleine possession d’une remarquable intelligence.

14Le cas XII du Dr. Sollier, l’unique cas sur les douze d’autoscopie externe négative (on observe l’absence de soi-même dans une glace), est encore représenté par Maupassant, avec pour seul source une œuvre de fiction, et le bon docteur est bien téméraire de dire que cette hallucination Maupassant « l’a eue et l’a décrite dans le Horla. » Il a dû déduire, comme d’autres ont fait avant et après lui, en lisant ce conte que c’était une expérience personnelle de l’auteur, mais cela sans un iota d’évidence, lui qui parle dans son introduction des règles de la méthode scientifique !

  • 30 Si on laisse de côté les deux cas Maupassant, qui n’a jamais été un patient du Dr. Sollier, l’ouvra (...)
  • 31 Echo de la Semaine, 17 janvier 1892, où on trouve : « Notre malheureux confrère [...] était depuis (...)
  • 32 Pierre Cogny, « Dix-neuf lettres inédites de Guy de Maupassant au Docteur Grancher », Revue d’Histo (...)

15On voit que l’ouvrage du Dr. Sollier n’est pas une base solide pour se construire une idée concernant l’existence de l’autoscopie chez Maupassant30. Il y a d’autres témoignages, mais avec eux il devient essentiel de procéder avec précaution et de séparer rigoureusement tout qui concerne les vraies hallucinations de la paralysie générale, où il y a une cause physique reconnue (l’année 1891, et après) des témoignages antérieurs qui concernent ce qu’on peut appeler l’autoscopie. Il est également nécessaire d’écarter tout qui vient de l’œuvre plutôt que la vie de l’auteur. Une des difficultés est le fait que les événements de 1891-1892 (l’internement et les mois qui l’ont précédé) ont tellement bouleversé tout le monde autour de Maupassant que beaucoup de journalistes et amis ont cherché des antécédents pour s’expliquer comment la folie avait pu atteindre un esprit aussi sain, et ils ont cherché dans la vie et dans l’œuvre31. Bon nombre de ses amis savaient que Maupassant avait des hallucinations en 1891 et pour la période franche de la paralysie générale il ne manque pas de témoignages, mais ils sont parfois difficiles à dater avec précision. Le plus important vient de Maupassant lui-même qui, très angoissé, fait mention de ses hallucinations dans plusieurs lettres de 1891 et je ne cite ici que deux phrases qu’on trouve dans ses lettres au Dr. Grancher : « j’ai toujours des hallucinations comme en rêve, lorsque, très éveillé, je ferme les yeux », et un peu plus tard « les hallucinations recommencent, défilé de figures impossibles à chasser. »32.

  • 33 Revue hebdomadaire, 15 juillet 1893. Plus tard Bourget a republié le texte dans Etudes et Portraits (...)
  • 34 Le Dr. Louis Martineau (1835-1888) était un des trois chefs de serviceà l’hôpital de Lourcine, hôpi (...)
  • 35 Bourget insiste sur l’attitude de Maupassant, et amplifie quelques points dans une lettre du 18 fév (...)

16Avant 1891, à ma connaissance, il n’existe que deux témoignages dignes de ce nom, l’un émanant de Paul Bourget et l’autre de René Maizeroy. Peu après la mort de Maupassant33 Bourget parle d’un souvenir « qui m’est revenu bien des fois depuis ces deux dernières années » (1891 et 1892), et il raconte qu’en 1884 Maupassant et lui devaient aller visiter l’hôpital de Lourcine, où enseignait le Dr. Martineau34 ami particulier de Maupassant. Bourget relate son rêve concernant la mort de Léon Chapron, que Maupassant savait être mourant, ce que Bourget ignorait. Bourget est très ému par ce qui semble être une prémonition mais Maupassant trouve une explication rationnelle pour ce rêve dans une lettre récemment reçue par son ami35. Tout de même Bourget reste perturbé et Maupassant lui dit :

Que serait-ce, si vous subissiez ce que je subis ? Une fois sur deux, en rentrant chez moi, je vois mon double... J’ouvre ma porte, et je me vois assis sur mon fauteuil. Je sais que c’est une hallucination. Au moment même où je l’ai, est-ce curieux ? Et si on n’avait pas un peu de jugeotte, aurait-on peur ?...

17Bourget observe en effet que la pensée de Maupassant est lucide et qu’il n’a pas peur. Plus tard encore Bourget fournit des renseignements supplémentaires au Dr. Pillet :

  • 36 Thèse, Lyon, 1911, p. 94. Le Dr. Maurice Pillet a reçu une lettre de Bourget, mais il n’indique pas (...)

C’est en 1883 que Maupassant me fit la confidence d’hallucinations, mais gaiement, sans y attacher d’importance. Il me raconta qu’en rentrant chez lui le soir, il voyait son « double » assis au coin du feu. Pour être tout à fait exact, je dois dire qu’il était quelquefois mystificateur. Cependant je ne me rappelle pas avoir eu sur le moment l’impression qu’il s’amusait à se jouer de ma crédulité.36

18René Maizeroy est la source originale pour un épisode remontant à l’époque où Maupassant écrivait son premier roman, Une Vie :

  • 37 Paul Mathiex, La Liberté, 7 octobre 1925, « Les hallucinations de Maupassant », et il ajoute : « Le (...)

Ils avaient passé la soirée ensemble, et s’étaient séparés, vers minuit, Boulevard des Batignolles, sans avoir soupé. Vingt minutes après, Maupassant sonnait à la porte de son ami ; il était livide et tremblait de peur. Il expliqua, en bégayant d’émotion, qu’il avait vu tout à l’heure, en entrant dans sa chambre, son double, assis à sa table de travail, et qui semblait lire attentivement un volume dont il avait lui-même commencé la lecture avant de sortir. Pour rassurer Maupassant, Maizeroy l’accompagna chez lui : il n’y avait personne dans le fauteuil [...]37

19La chose vue est la même, mais le comportement décrit de Maupassant entièrement différent – un Maupassant bégayant d’émotion, livide et tremblant de peur est peu convaincant. Peut-être faut-il admettre la possibilité que Maizeroy exagère, ou bien qu’une première expérience a pu être effrayante. Tout de même, on ne peut pas s’empêcher de se rappeler le soupçon de Bourget. Est-ce que Maupassant s’est amusé de la crédulité de son ami ?

  • 38 Voir la chronique de Maupassant « Les Subtils », Gil Blas, 3 juin 1884, paru peu de jours après la (...)
  • 39 Mémoires, éd. Carlowitz, t. I, p. 270, cité par M. Féré, art. cit.

20Plusieurs hypothèses viennent à l’esprit. Maupassant a voulu vraiment mystifier et Bourget et Maizeroy (les farces de Maupassant sont suffisamment connues), et les différences de comportement s’expliquent par les personnalités très différentes de ses deux amis. Bourget était « un effarouché devant les brutalités de la vie »38 et Maupassant a pu raconter ses expériences pour calmer son ami. Ou dans le cas de Maizeroy ce n’est pas tout à fait une mystification, Maupassant était en train de préparer un ouvrage dans son esprit et voulait voir l’effet de ces sortes d’expérience sur un ami – est-ce que c’était convaincant ? On se rappelle que « Lui ? » a paru peu après Une Vie. Ou, à force de penser sans cesse à son œuvre, il a eu une expérience autoscopique (mais avec Bourget il n’est pas perturbé – il le raconte gaiement et il sait ce que c’est), qui ne vient pas de la vue (le docteur Sollier insiste beaucoup sur ce point), mais d’une impression, une sensibilité, qui n’a rien à voir avec les sens spéciaux. Goethe, à propos de sa propre expérience, a écrit : « ... je vis, non avec les yeux de la chair, mais avec ceux de l’intelligence. »39 On appelle communément ces expériences hallucinations, mais ce n’est pas la vraie hallucination où un problème organique du cerveau fait paraître aux yeux une personne ou un objet qui n’est pas là.

  • 40 Flaubert Correspondance III, 561-563, 572-573, 1425-1426, 1430-1431, lettres de Flaubert du [20 nov (...)
  • 41 Mme Lecomte du Noüy, Amitié amoureuse, Calmann Levy, 1897, p. 320.

21On ne peut pas faire mieux, pour voir la différence entre les deux, que d’avoir recours aux lettres échangées entre Flaubert et Taine en 186640 au sujet des hallucinations artistiques, et je ne retiens ici qu’une phrase de la réponse de Flaubert à Taine : « Du reste n’assimilez pas la vision intérieure de l’artiste à celle de l’homme vraiment halluciné. Je connais parfaitement les deux états ; il y a un abîme entre eux. Dans l’hallucination proprement dite, il y a toujours terreur, on sent que votre personnalité vous échappe. » Flaubert parle de ses crises épileptiques quand il dit « hallucination proprement dite », tout-à-fait différent d’une « image [...] aussi vraie que la réalité objective des choses » qu’il voit en préparant un livre. Maupassant lui aussi a peut-être connu les deux états et comme dit Flaubert, il y a un abîme entre les hallucinations vraies et les visions poétiques, ou artistiques, parfois le résultat d’une imagination vive, ou d’une forte impressionnabilité. Le Flaubert qui se rend malade après avoir écrit la scène de l’empoisonnement de Madame Bovary nous est assez familier, mais beaucoup moins le Maupassant (pourquoi pas ?) préoccupé avec des œuvres successives qu’il prépare sur la peur et les hallucinations, vivant, voyant dans son esprit les situations qu’il mettra plus tard sur le papier. « Il gardait un livre en projet, je dirais presque en espérance, pendant des mois, dans sa tête, et l’œuvre, tout à coup, se dressait faite et sortait de son esprit tout armée, comme Minerve. »41 Bourget également a observé comment Maupassant procédait :

  • 42 Bourget, op. cit.

[A]ucun ouvrier de livres ne fut plus que celui-là appliqué au développement savant et méthodique de ses facultés, aucun ne promena sur le vaste monde un appétit plus insatiable d’expériences et une curiosité plus agile. Seulement, comme il ne racontait guère cette méthode, on ne s’est jamais avisé de penser qu’il en eût une42

  • 43 Francine Morin-Gauthier, La Psychiatrie dans l’œuvre littéraire de Guy de Maupassant, Thèse de méde (...)
  • 44 Axel Munthe dit qu’il y a rencontré Maupassant pour la première fois, mais il ne donne pas de date, (...)

22Il paraît qu’un autre aspect de la méthode de Maupassant était d’observer des cas médicaux, et c’est un médecin qui remarque : « Maupassant avait d’admirables qualités d’observateur et d’analyste ; aussi est-il parfait dans les descriptions cliniques. » Et encore : « ce merveilleux écrivain était aussi un remarquable clinicien : il avait vu la plupart des anomalies mentales et physiques qui affligent les êtres humains. »43 Maupassant a dû observer les cas de plusieurs médecins, par exemple il paraît qu’il est allé aux mardis de Charcot à la Salpêtrière44 où il a pu voir beaucoup de phénomènes extraordinaires. Rappelons encore que juste avant la mort de Léon Chapron le 28 mai 1884, un an après la publication de « Lui ? », Maupassant emmène Bourget voir son ami le Dr. Martineau à Lourcine, et que peu après la syphilis, et la peur de la syphilis, apparaissent dans l’œuvre. Ce n’est pas une coïncidence si en octobre 1886, dans le premier Horla, on trouve le docteur Marrande et une visite à une maison de santé.

23Le phénomène appelé autoscopie par le Dr. Sollier, et hallucination artistique par Taine et Flaubert, est un phénomène souvent senti par des écrivains, des artistes, des gens à sensibilité élevée. Nous ne citerons ici que le Journal des Goncourt du 25 avril 1875, où Tourgueneff, Zola et Flaubert parlent de leurs expériences. Ils racontent ce qu’ils appellent des hallucinations, sensations du type cénesthésique, mais qui ne sont pas autoscopiques, ils ne se voient pas eux-mêmes, mais d’autres personnes ; car l’autoscopie n’est qu’une des variations possibles de ce genre de phénomène, et chez les gens d’esprit sain (ce qui est certainement le cas de tous ces écrivains), elle ne peut pas être appelée une maladie et certainement pas une maladie mentale, comme on l'a dit à propos de l’oncle de Maupassant.

  • 45 Flaubert, Correspondance, II, p. 201, lettre du [9 décembre 1852].
  • 46 Souvenirs littéraires, op.cit., p. 172.
  • 47 Paul Bourget dans la thèse du Dr. Pillet déjà citée, p. 101.

24Tout cela est très loin d’Alfred Le Poittevin, l’avocat philosophe et lettré qui a eu le cerveau assez lucide pour lire Spinoza jusqu’à la fin et qui, selon Flaubert, avait une « netteté d’esprit » à l’opposé de sa propre extravagance45. Du Camp, qui ne l’aimait guère, a remarqué « la finesse de son esprit prompt aux arguties de la scolastique »46 et aussi qu’il y avait en lui « une précision, un besoin de clarté qui l'eussent conduit à la critique historique, où il eût excellé ». Netteté d’esprit, précision, clarté – ce sont des qualités qu’on trouve en Maupassant, transmises par une alliance de quelques gènes, l’ambiance de toute la famille Le Poittevin et la fréquentation de son maître littéraire Flaubert, lui aussi influencé par Alfred Le Poittevin. Tout cela a fait de Maupassant cet écrivain, comme nous le montre Bourget, méthodique, insatiable d’expériences, plein de curiosité pour tout qui est humain et « avant tout, un artiste appliqué à son affaire, réalisateur, c’est-à-dire préoccupé de construire ses ouvrages avec toute la perfection dont il était capable. »47

Notes

1 Armand Lanoux, Maupassant le Bel-Ami, Grasset, 1979, p. 19.

2 Flaubert, Correspondance, éd. Jean Bruneau, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 4 vol. parus 1973-1998, I, p. 675.

3 Robert Pinchon, proche ami de Maupassant et son cousin, a écrit à René Descharmes le 18 juin 1907 : « [Louis] avait autrefois un manuscrit des poésies de son père ; j’en ai pris alors connaissance... », BnF Manuscrits, Naf 23841, f. 116.

4 Jacques Bienvenu, Maupassant inédit, Edisud, 1993, p. 80.

5 Flaubert est venu à Etretat pendant la jeunesse de Maupassant (Flaubert, Correspondance, III, p. 117 ; J. Brindejont-Offenbach, « Avec Flaubert et Maupassant », Le Gaulois, 19 octobre 1913). Maupassant est allé voir Flaubert à Croisset en 1867 (lettre de Mme Flaubert à Laure de Maupassant citée dans Guy de Maupassant, Œuvres complètes, Conard, 1908, t. I), et ils se sont rencontrés au moins une fois en 1868, à la foire Saint Romain à Rouen avec Bouilhet (cf. la chronique de Maupassant « Souvenirs », Le Gaulois, 4 décembre 1884).

6 Flaubert, Correspondance, IV, p. 579.

7 « Gustave Flaubert », paru dans l’Echo de Paris, 24 novembre 1890, à l’occasion de l’inauguration du monument Flaubert à Rouen.

8 Correspondance Flaubert-Maupassant éd. Yvan Leclerc, Flammarion, 1993, no 15.

9 Henry Amic et l’auteur d’Amitié Amoureuse (H. Lecomte du Noüy), Jours passés, Ollendorff, 1908, p. 234. Il s’agit d’une lettre de Laure de Maupassant à Hermine Lecomte du Noüy du 25 octobre 1895, où elle dit qu’elle a collaboré avec son frère et Flaubert aux créations où figuraient le « Garçon », ce personnage burlesque et grand, vrai fils de Gargantua, et ses deux compagnons le « Nègre » et le « Troupier ».

10 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit., no 84, 13 janvier [1879].

11 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit, no 4, 16 mars 1866.

12 Echo de Paris, 24 novembre 1890.

13 Gallimard, 1972, p. 65.

14 Maupassant, Flaubert et le Horla, Editions Muntaner, 1991, p. 127.

15 Maupassant inédit, p. 36, 40, 42, mais surtout celui de la page 36.

16 Souvenirs littéraires, reprint de l’édition Hachette de 1906, Les Introuvables, 1993, t. I, p. 266.

17 Correspondance Flaubert-Maupassant, éd.cit., no13, 23 février 1873.

18 Lettre à Du Camp, 15 mai 1881, Bibliothèque de l'Institut, Fonds Du Camp, Ms 3751, (XXXXIII Souv. litt.), f. 47.

19 Op.cit., p. 76.

20 Lettre déjà citée, note 18.

21 Maupassant inédit, p. 85, lettre du 24 décembre 1875.

22 Op.cit., p. 19.

23 Op.cit., p. 361, et puis Henri Troyat reprend le thème : « Cette obsession du double, l’oncle de Guy, Alfred Le Poittevin, l’a connue avant lui. » Maupassant, Flammarion, 1989, p. 43-44.

24 Maupassant intime, Albin Michel, 1927, p. 29. Georges Normandy est parfois un spécialiste du sous-entendu. On se rappelle que c’est lui qui a commencé le débat sur le lieu de naissance de Maupassant, d’après une remarque faite par Mme Duval, mère de Jean Lorrain, qui d’ailleurs n’a jamais consenti à la confirmer.

25 Paul Sollier, Phénomènes d’autoscopie, Félix Alcan, 1903, p. 3-6, 10-11, 31 et passim. Ces phénomènes sont divisés en autoscopie externe, qui nous concerne ici, et autoscopie interne, qui occupe la plus grande partie du livre ; c’est de se voir du dedans, de voir une représentation de ses organes, muscles, vaisseaux, etc. J’ai écarté toute mention de ce phénomène de mes citations pour ne pas ajouter à la confusion.

26 Le mot cénesthésique, en usage depuis 1837, est un terme psychologique qui indique un état de sensibilité oude perception des sensations qui viennent de l’entière structure physique, mais à l’exclusion des sensations précises des sens spéciaux, vue, ouïe, etc. Le Littré de 1872 a « l’espèce de sentiment vague que nous avons de notre être, indépendamment du concours des sens ».

27 Bulletin de l’Institut général psychologique, 1902, no 1, p. 39-55.

28 On trouve cette même histoire – le double qui entre et dicte – relatée par Axel Munthe dans The Story of San Michele, The Albatross, 1933, p. 231-232. Axel Munthe semble placer l’épisode en 1891, mais son sens de la chronologie, dans plusieurs scènes de son livre concernant Maupassant, évolue sur les confins du « real and the unreal, the dangerous No Man’s Land between fact and fancy » (sa préface à l’édition citée, p. 7-8). Le Dr. Munthe a rédigé The Story of San Michele trente cinq ans après la mort de Maupassant et bien sûr il a pu lire d’ouvrage du Dr. Sollier.

29 Communiqué au Dr. Pillet et cité dans sa thèse Le Mal de Maupassant, Lyon, 1911, p. 155, et plus tard dans Aesculape, août 1913, « Le Mal de Maupassant », III, p. 100-101.

30 Si on laisse de côté les deux cas Maupassant, qui n’a jamais été un patient du Dr. Sollier, l’ouvrage est un document de valeur dans l’histoire de la médecine. Pour ceux qui s’intéressent à ce sujet, il existe la thèse de médecine d’Isabelle Porcher, L’Autoscopie : vie et mort d’un symptôme, Caen, 1981, qui passe en revue toute la littérature médicale sur l’autoscopie et les différents noms qu’on a donné à ces phénomènes. Encore une fois, il est question dans cette thèse de l’autoscopie de Maupassant et de « l’oncle Alfred, grand ami de Flaubert, [qui] souffrait de cette affection », tant il est vrai que malheureusement les médecins n’ont souvent pas assez de connaissance sur la vie de Maupassant, et encore moins sur son oncle.

31 Echo de la Semaine, 17 janvier 1892, où on trouve : « Notre malheureux confrère [...] était depuis longtemps en proie à des hallucinations. Il avait l’hallucination de la peur, qui fait le sujet de plusieurs de ses nouvelles : il avait aussi des hallucinations autoscopiques, dans lesquelles il se voyait lui-même, en double. Quand il publia le Horla – dont voici quelque pages – les médecins y virent le pronostic certain de sa future aliénation mentale. » Le seul intérêt dans ces remarques mal informées est le fait que l’autoscopie était connue dans la presse avant l’ouvrage du Dr. Sollier, et je remercie Jacques Bienvenu de me l’avoir signalé. La source est peut-être une communication de Ch. Féré le 6 juin 1891 : « Note sur les hallucinations autoscopiques ou spéculaires et sur les hallucinations altruistes », Comptes rendus de la Société de biologie.

32 Pierre Cogny, « Dix-neuf lettres inédites de Guy de Maupassant au Docteur Grancher », Revue d’Histoire littéraire de la France, mars-avril 1974, p. 265-277.

33 Revue hebdomadaire, 15 juillet 1893. Plus tard Bourget a republié le texte dans Etudes et Portraits, III, Plon, 1906, mais avec des variantes intéressantes : il révèle le nom de Léon Chapron, qui confirme la date (Chapron est mort en mai 1884), et fait des changements qui montrent que c’est Bourget lui-même qui a rêvé de Chapron, et non pas « l’ami » de l’article de 1893 (c’est l’édition de 1906 que je cite). Plus tard, dans la Revue française du 22 juillet 1923, Bourget reprend une partie du même texte, sans rien changer à l'histoire. (Je remercie Pierre Janin dem’avoir signalé les articles de Bourget dans ces deux revues.) Plus tard encore, Edmond Jaloux raconte une conversation avec Bourget, publiée dans Marianne, 15 décembre 1937, donc après la mort de Bourget. Ce qui semble être la même histoire a subi des changements importants – c’est maintenant Maupassant qui rêve, plutôt que Bourget, Léon Chapron est transformé en Harry Alis, mais la détermination de Maupassant de trouver une explication rationnelle dans une lettre récemment reçue est toujours présente. Cette dernière histoire déformée de la mort d’Alis Chapron semble même avoir trouvé un écho, encore plus déformé, dans Les Œuvres Libres, 1er juin 1939 et le Cahier d’Amour de Gisèle d’Estoc, ajouté sans doute par Pierre Borel.

34 Le Dr. Louis Martineau (1835-1888) était un des trois chefs de serviceà l’hôpital de Lourcine, hôpital institué à l’origine pour le traitement des femmes atteintes de maladies vénériennes, auquel on a ajouté parla suite une petite annexe de 60 lits pour des malades des deux sexes. Les publications du Dr. Martineau montrent qu’il était à la fois gynécologue et spécialiste de la syphilis ; la majorité de ses patientes vivaient de la prostitution clandestine (l’hôpital Saint Lazare accueillait les professionnelles) et il luttait contre la propagation de leur maladie. A sa mort en mars 1888 à l’âge de 52 ans, les Annales Médico-Chirurgicales (revue qu’il avait fondée) ont dit de lui : « C’était un exact observateur, par conséquent un réaliste [...]. Il faisait parallèlement de la pathologie médicale et de la pathologie sociale, étant de l’école scientifique de Parent-Duchatelet et de Tardieu, son maître immédiat [...]. » Le Figaro du 17mars a dit avec simplicité : « C’était un excellent cœur... ». Leconte de Maupassant « Le lit 29 », où il est question de la syphilis, a suivi de peu (8 juillet) cette visite de Bourget et Maupassant au Dr. Martineau à Lourcine en 1884, et le feuilleton « Les Sœurs Rondoli », où on trouve la peur de la syphilis, a commencé à paraître le lendemain de la mort de Chapron. Toujours en 1884, dans une lettre à Edmond Lepelletier sur le saphisme (Echo de Paris, 29 décembre 1884). Maupassant nomme le Dr. Martineau, “un des principaux médecins de Lourcine”, et il ajoute “j’assiste souvent aux visites de cet hôpital”. Enfin, le « médecin de mes amis, un médecin observateur et philosophe » mentionné dans le conte « L’Armoire » paru le 16 décembre 1884, désigne très probablement le Dr. Martineau (Contes et Nouvelles, éd. Louis Forestier, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1979, t. II, p. 404 et la n. 1, p. 1434.).

35 Bourget insiste sur l’attitude de Maupassant, et amplifie quelques points dans une lettre du 18 février [1894] à Ch[arles] R[ichet] le physiologiste : “en 1884, je me trouvais en Italie, j’eus un rêve absolument intolérable de réalité, où je vis un de mes confrères de la presse, Léon Chapron, sur son lit de mort. [...] je ne puis m’empêcher, revenu à Paris, d’en parler à Maupassant qui [...] était à cette époque-là très rebelle à toute psychologie compliquée. Nous cherchions ensemble le point de départ de ce rêve et nous trouvions que j’avais, au cours demon voyage, reçu un billet de Chapron. Nous pensions alors que l’écriture devait trahir la maladie. Mais en examinant ce billet je n’ai pas pu démêler des signes de maladie dans cette écriture. J’en conclus que dans l’état de sommeil, une faculté de perception que je ne me connais pas à l’état de veille avait fonctionné en moi. [...] Ce fut à [cette] occasion que Maupassant me révéla que lui-même voyait souvent son double. En rentrant chez lui il le voyait assis sur son fauteuil et ce phénomène morbide fut sans doute le commencement de sa maladie.” Bourget, comme d’autres, cherche une explication pour ce qui est arrivé à son ami qui a eu l’esprit si clair. Cette lettre (BnF. Ms, N.a.fr. 13205. f 106-107) a été publiée dans Annales des Sciences psychiques, 1895. no 2, mars-avril avec la date du 14 février 1891. Mais les deux séances de Bourget avec la voyante préférée de William James, Mrs. Piper, sujet de cette lettre et une autre au même destinataire, datent de la fin de son séjour aux Etats-Unis en 1893, donc bien après 1891. Je remercie Pierre Janin pour son identification de Charles Richet.

36 Thèse, Lyon, 1911, p. 94. Le Dr. Maurice Pillet a reçu une lettre de Bourget, mais il n’indique pas la date de cette communication. Le Dr. Pillet cite Bourget encore p. 53 : « Mes souvenirs me rappellent un Maupassant parfaitement sain et équilibré. »

37 Paul Mathiex, La Liberté, 7 octobre 1925, « Les hallucinations de Maupassant », et il ajoute : « Le fait, rapporté par René Maizeroy à notre confrère J.-Joseph Renaud et publié par celui-ci, m’a été confirmé, depuis, par une lettre que m’écrivit Maizeroy. » Je n’ai pas trouvé trace de la publication de Renaud. Ce souvenir se situe sans doute en 1882, si Maupassant écrivait Une Vie, et curieusement on trouve vers la fin d’Une Vie une hallucination de Jeanne, deux fauteuils et la vision de ses parents chauffant leurs pieds au feu, avec une explication rationnelle pour ce phénomène. Guy de Maupassant, Romans, éd. Louis Forestier, Bibliothèque de la Pléiade, Gallimard, 1987, p. 191, et la note très pertinente de Louis Forestier, p. 1312. En juillet 1883, avec « Lui ? », on trouve encore un fauteuil devant le feu et quelqu’un qui se chauffe les pieds, plus inquiétant cette fois ; Contes et Nouvelles, p. 873 et 1542.

38 Voir la chronique de Maupassant « Les Subtils », Gil Blas, 3 juin 1884, paru peu de jours après la conversation de Maupassant et Bourget.

39 Mémoires, éd. Carlowitz, t. I, p. 270, cité par M. Féré, art. cit.

40 Flaubert Correspondance III, 561-563, 572-573, 1425-1426, 1430-1431, lettres de Flaubert du [20 novembre 1866] et 1er décembre [1866], et une lettre de Taine citée dans les notes. Flaubert parle de l’aura de l’épilepsie, différente encore des hallucinations du delirium tremens ou celles de la paralysie générale, mais toutes des hallucinations « proprement dites », et à différencier fermement de l’autoscopie.

41 Mme Lecomte du Noüy, Amitié amoureuse, Calmann Levy, 1897, p. 320.

42 Bourget, op. cit.

43 Francine Morin-Gauthier, La Psychiatrie dans l’œuvre littéraire de Guy de Maupassant, Thèse de médecine. Paris, 1944, p. 11.

44 Axel Munthe dit qu’il y a rencontré Maupassant pour la première fois, mais il ne donne pas de date, et il ajoute que Maupassant est allé avec lui à Nancy à la clinique du professeur Bernheim. Op. cit. p. 230. Paul Bourget est allé à la Salpêtrière en 1880, avec “le poète C...”, et il parle d’un “public très mêlé de savants et de gens du monde”. (“La Demi-folie”, Le Parlement, 30 janvier 1881.) Rien n’exclut une visite de Maupassant à cette époque.

45 Flaubert, Correspondance, II, p. 201, lettre du [9 décembre 1852].

46 Souvenirs littéraires, op.cit., p. 172.

47 Paul Bourget dans la thèse du Dr. Pillet déjà citée, p. 101.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540