Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Flaubert, Le Poittevin, Maupassant : Une affaire de famille littéraire

 | 
Yvan Leclerc

Présentation

Yvan Leclerc

Texte intégral

1Maupassant est mort à quarante-trois ans, sept ans avant d’atteindre la cinquantaine. La commémoration du cent cinquantenaire de sa naissance suit donc d’assez près celle qui a marqué le centenaire de sa mort, en 1993.

  • 1 Louis Forestier, « Présentation », Maupassant et l’écriture. Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 (...)

2Les deux journées d’étude, organisées les 27 et 28 octobre 2000 à Fécamp, par la Ville de Fécamp et par l’Université de Rouen, se sont situées dans la continuité du grand colloque de mai 1993 qui s’était tenu dans le même lieu. Il était dirigé par Louis Forestier, qui nous a fait l’amitié et le grand honneur d’être encore présent parmi nous à cette nouvelle occasion. Louis Forestier concluait la présentation de Maupassant et l’écriture, le volume qui a recueilli les actes de ce premier colloque, en rappelant les mots attribués au pensionnaire du docteur Blanche, alors qu’il enfonçait des bouts de bois dans la terre : « Plantons cela ici ; nous retrouverons l’an prochain des petits Maupassant »1 Et Louis Forestier d’ajouter : « Voici de quoi fournir à une autre germination ». Je ne sais pas si Maupassant et Louis Forestier ont pu reconnaître leurs petits, sept ans plus tard, mais ils ont déjà atteint l’âge de raison et ils ont appris à lire dans les travaux publiés depuis un septennat (c’est finalement une bonne durée pour une maturation intellectuelle), parmi lesquels Maupassant et l’écriture se détache comme un ouvrage de référence.

3Il était difficile d’organiser, sept ans seulement après un colloque très riche et qui avait abordé de nombreux aspects de l’œuvre, deux journées de même profil. Il fallait donc tenter de faire autre chose. Marie-Hélène Desjardins et moi-même avons eu l’idée de mettre à profit la célébration de la naissance pour replacer Maupassant dans sa généalogie, en le comprenant dans la lignée de ses ascendants et de ses aînés. Par ordre chronologique, il est donc le dernier nommé dans le titre un peu long : Gustave Flaubert, Alfred Le Poittevin, Guy de Maupassant. Celui qu’on célébrait en l’an 2000 fermait la marche, sans descendant direct. Il a enterré Flaubert, comme Flaubert avait enterré Le Poittevin, et ce n’est pas la moindre des analogies qui réunissent les trois hommes.

4En préface à ce volume, je voudrais simplement commenter le titre du colloque en réfléchissant sur les trois termes de l’énumération qui dessinent à la fois une lignée (une succession généalogique) et un triangle (une figure dans laquelle chacun des points est en relation avec les deux autres ou avec un seul), et en m’arrêtant sur l’autre moitié de l’intitulé, une affaire de famille littéraire : comme toutes les affaires, celle-ci est un peu ténébreuse ; la « famille » mériterait des guillemets parce qu’on sort des liens du sang pour envisager des filiations autres que biologiques.

  • 2 Voir Correspondances Flaubert-Le Poittevin-Du Camp, éd. Y. Leclerc, Flammarion, 2000, p. 79-80, n. (...)
  • 3 Lettre à Du Camp, [7 avril 1848], Corr. Flaubert-Du Camp, p. 225.

5Ce qui garantit la réunion des trois protagonistes masculins, et qui légitime qu’on se retrouve à Fécamp pour en parler, c’est d’abord une unité de lieu : la maison des familles Thurin-Le Poittevin, les parents d’Alfred et de Laure. Ourdia Dufossé et Stéphanie Simon ont consacré un article très complet à l’historique de la propriété Le Poitevin et à la maison qu’on appelait « Le Pavillon », dans le catalogue de l’exposition des Musées Municipaux de Fécamp en 1993. On y apprend qu’elle fut construite dans les années 1820 ou 1830, et vendue par Mme Le Poittevin en 1863 : son petit-fils Guy avait donc treize ans. Cette maison, actuellement située au 98, quai de Maupassant, a donc hébergé les trois écrivains : Alfred y passait régulièrement ses vacances, Flaubert l’y a rejoint à plusieurs reprises, accompagnant sa mère qui venait retrouver son ancienne condisciple de pensionnat à Honfleur, mais ces séjours sont difficiles à dater en raison des lacunes dans sa correspondance avec Le Poittevin2 Après la mort d’Alfred, Gustave conservera le souvenir de ce haut lieu, associé à la mémoire de l’ami qu’il évoque dans une lettre à Laure : « Te rappelles-tu que nous lisions les Feuilles d’automne à Fécamp, dans la petite chambre du second étage ? » (lettre du 8 décembre 1862). « Quelles vacances de Pâques je passais autrefois à Fécamp ! » (lettre du [9 mars 1866]). Or, ces Feuilles d’automne, c’est le recueil que Flaubert lisait au chevet d’Alfred, la dernière nuit de la veillée funèbre3 Le recueil de Victor Hugo associe donc la mort d’Alfred et la maison de Fécamp.

  • 4 Lettre du 28 janvier 1884, Corr. FlaubertMaupassant, éd. Y. Leclerc, Flammarion, 1993, p. 264.
  • 5 Caroline Franklin Grout, Fleures d’autrefois, éd. Matthieu Desportes, PU de Rouen, 1999, p. 90.

6Les souvenirs de Maupassant sont moins littéraires, mais tout aussi forts : en 1884 (il a donc trente-quatre ans), il évoque dans une lettre à Caroline Commanville, la nièce de Flaubert, des images de l’enfance restées intactes : « Certes je me rappelle le banc de Fécamp qui me servait de navire, et le peuplier où je grimpais »4 Et Caroline, devenue Franklin Grout, évoquera beaucoup plus tard, dans ses Heures d’autrefois, le camarade de jeu autoritaire qui s’amusait, dans le jardin du Pavillon, à « simuler un navire sur un banc de gazon »5 La nièce de Flaubert a joué avec le neveu d’Alfred, dans la maison où se retrouvaient les deux mères et les deux fils amis : on voit se nouer dans un lieu fortement valorisé, surtout après la mort d’Alfred, des liens de famille par couples, sur trois générations.

7Les liens de famille, au sens strict, ne concernent que deux des trois hommes : Alfred Le Poittevin et Guy de Maupassant, l’oncle et le neveu. Maupassant révèle cette parenté au public, pour la première fois me semble-t-il, dans la chronique qu’il consacre à Flaubert dans L’Echo de Paris du 24 novembre 1890, à l’occasion de l’inauguration du monument à Rouen, dix ans après la mort du maître : « Il a dit et il a écrit lui-même que son amour immodéré des lettres lui a été en partie insufflé, au commencement de sa vie, par son plus intime et plus cher ami, mort tout jeune, mon oncle, Alfred Le Poittevin, qui fut son premier guide dans cette route artiste, et pour ainsi dire le révélateur du mystère enivrant des Lettres ». Et plus loin, Maupassant rapporte que Flaubert soulignait la ressemblance du neveu et de l’oncle : « Au fait, ce n’est pas étonnant puisqu’il était le frère de votre mère ». Phrase tout à fait invraisemblable dans la bouche de Flaubert qui semble ici découvrir la parenté : elle n’est là que pour le lecteur, comme une information donnée dans une scène d’exposition au théâtre.

  • 6 Lettre du 28 avril 1847, Corn, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. I, p. 45 (...)

8Famille toujours : Alfred est le seul à en avoir fondé une ; il se marie et il est père, alors que Flaubert et Maupassant se ressemblent en ce qu’ils sont restés célibataires. On connaît la haine de la paternité chez Flaubert. Quand il apprend que M. et Mme Alfred attendent un enfant, voici ce qu’il écrit à un autre ami d’enfance, Ernest Chevalier : « Son épouse va l’enrichir d’un fils ou d’une fille d’ici à quelques semaines. Voilà un crapaud qui me fera rire rien qu’à le regarder »6

9Il sera question de famille réelle, mais sans doute plus encore de famille symbolique et imaginaire : c’est la relation entre Flaubert et Maupassant qui est la plus complexe puisque le rapport maître/disciple se double d’un lien père/fils. Cette relation de paternité a été « construite » volontairement par Laure, désireuse de rapprocher son fils du vieil ami de son frère. Ensuite, le faux père et le faux fils ont joué le jeu, en multipliant les formules affectueuses dans les lettres, dans les envois de livres, jusqu’à manifester en public cette adoption par les dédicaces d’œuvres. Il était presque fatal qu’on en vienne à supposer ou à soupçonner, après Edmond de Goncourt, un vrai lien de famille entre l’épileptique et le fou, la maladie prouvant la filiation biologique par l’hérédité. Et les notices de présentation des trois hommes commettent souvent des erreurs significatives : du vivant des deux hommes, La Revue moderne et naturaliste, dans son numéro du 1er janvier 1880, imprime dans le chapeau introducteur du poème « Le Mur », que Flaubert est le « parent » de Guy de Maupassant ; ce mot de « parent » est répété par Jean Richepin dans son article sur Les Soirées de Médan (Gil Blas, 21 avril 1880). Le degré de parenté est précisé par Paul Foucher (Le National, 10 mai 1880), puis dans le deuxième supplément du Grand dictionnaire universel de Larousse : « Il [Maupassant] est le neveu et le meilleur disciple de G. Flaubert ». Tout récemment, j’ai découvert une note dans le catalogue de la vente d’Antibes (28-30 avril 1931), après le décès de Caroline Franklin Grout, la nièce de Flaubert. Le numéro 80 concerne un lot qui comprend deux poèmes de Le Poittevin, « Satan » et « Heure d’Angoisse » ; la description est accompagnée d’une parenthèse : « A. Le Poittevin était le cousin de G. Flaubert ». Flaubert et Le Poittevin cousins, Guy neveu d’Alfred et de Gustave : les liens de famille se resserrent.

  • 7 Louis Forestier, « Un lecteur privilégié de Flaubert : Guy de Maupassant », Le Letture/la lettura d (...)

10La présence de ces textes de Le Poittevin dans le legs de Flaubert (les deux poèmes cités, plus le « Monologue de Bourbon 1833 », no 81 de la même vente d’Antibes) pose un autre problème : celui de la circulation des textes entre les trois écrivains. C’est l’aspect 9 littéraire de la relation de famille. On parlait autrefois d’influence ; on parle aujourd’hui d’intertextualité, et l’on a depuis longtemps repéré des traces du texte-Flaubert dans le texte-Maupassant. Tout récemment encore, Louis Forestier a opéré un rapprochement très convaincant entre le poète Norbert de Varenne, décrit dans Bel-Ami, et Flaubert raconté dans sa vie intime par son disciple : dans les deux cas, un vieil écrivain un peu « essoufflé » rentre chez lui à la nuit tombée, en confiant des pensées tristes au jeune homme qui le raccompagne7 11 nous resterait à savoir ce que les trois écrivains ont réellement lu les uns des autres. Avant même de parler d’influence : à quoi ont-ils eu accès ? De Damas, Flaubert écrit à Bouilhet, deux ans après la mort d'Alfred : « Prie ma mère de demander à Mme Le Poittevin Bélial pour elle, comme si elle voulait le lire. Elle te le communiquera, ce sera plus simple. La mort de Mme de Maupassant [la grand-mère de Guy] me facilitera, je crois, le retour de ces papiers qu’il importe de ne pas perdre, la petite femme [Louise de Maupassant] n’y tient guère. Je les aurai, je crois, et nous verrons après quoi en faire » (2 septembre [1850]). Jean Bruneau précise dans la note à cette lettre que Flaubert ne réussira pas à entrer en possession de ces papiers dont héritera Louis Le Poittevin, le fils d’Alfred, et que René Descharmes éditera en 1924.

  • 8 Armand Colin, 1962.
  • 9 Voir Corr., t. IV, p. 727.

11Jean Bruneau s’était joint à nous pour ces deux journées, accompagné de son épouse Lavinia. Ce fut pour nous un grand honneur de les accueillir, et de rencontrer le chercheur à qui les études flaubertiennes doivent tant. Pour ce qui touche au sujet précis du colloque, il a beaucoup contribué à la compréhension de la relation entre Flaubert et Le Poittevin par les pages décisives de son ouvrage sur Les Débuts littéraires de Gustave Flaubert8 Dans le premier volume de la Correspondance qu’il publie en Pléiade, on trouvera les lettres de Flaubert à Le Poittevin, et en annexe, des extraits des lettres de Le Poittevin à Flaubert. Les tomes III et IV présentent les premières lettres de Flaubert à Laure et à Maupassant, de 1862 à 1875. Au passage, Jean Bruneau corrige une date erronée dans mon édition : la lettre de Flaubert à Laure que j’avais datée du 30 octobre 1872 (lettre no 11) est à repousser d’une année, donc au 30 octobre 18739...

  • 10 Gustave Flaubert, Poésies de jeunesse inédites, edited by George M. Reeves, University of South Car (...)
  • 11 Sur cette question, voir ci-dessous le début de la communication de Mario Johnston.

12Flaubert n’a pas récupéré les papiers d’Alfred, mais il avait pu lire Une promenade de Bélial du vivant de son ami, comme en témoigne le résumé très fidèle qu’il en fait à Bouilhet, dans la lettre de Damas, précédemment citée. Il connaissait aussi de très près les poèmes de Le Poittevin. Il avait même recopié de sa main certaines pièces qui ont été publiées par un chercheur américain, en 1968, comme étant des poésies de jeunesse inédites de Flaubert, avant d’être attribuées à leur auteur10. En ce qui concerne Maupassant, il reste quelques points d’interrogation sur ce qu’il a lu de ses deux aînés : outre tout ce que Flaubert a fait imprimer, on sait qu’il a eu entre les mains le Dossier de Bouvard et Pécuchet, qu’il a eu accès à une partie de la correspondance (il cite dans ses chroniques des extraits de lettres envoyées à Mme Brainne, la lettre de Maxime Du Camp au sujet des coupes à opérer dans Madame Bovary ; il a participé ou du moins assisté à une séance de destruction de lettres par Flaubert), mais jusqu’où s’étendait sa connaissance de la correspondance de son aîné ; avait-il lu ses œuvres de jeunesse ? Il reproduit le scénario d’Une nuit de Don Juan dans sa longue étude parue en préface aux Lettres de Gustave Flaubert à George Sand (1884), en précisant que ce projet de roman, dont on sait qu’il remonte à l’année 1851, se trouvait dans les papiers de l’écrivain, sans plus de précision. On est également réduit aux hypothèses en ce qui concerne les lectures que Maupassant a pu faire des œuvres de son oncle11 : il a certainement dû manifester le désir de les découvrir. Son cousin Louis Le Poittevin lui en a-t-il donné la possibilité ? A-t-il lu grâce à Flaubert les poèmes d’Alfred recopiés ?

13Dans le prolongement des lectures réciproques, se pose la question du voisinage des écritures. On sait que Flaubert est un adepte de l’écriture à deux mains, ou du « double pupitre », auquel Roger Kempf a consacré un article fondateur dans les Cahiers du chemin en octobre 1969. Flaubert a écrit en collaboration avec Bouilhet, Du Camp et d’Osmoy, mais à notre connaissance ni avec Le Poittevin, ni avec Maupassant, à quelques exceptions près qui ne peuvent pas entrer sous la rubrique collaboration. La Bibliothèque de Fécamp a acquis une copie par Flaubert du poème que René Descharmes intitule « La Chasse du Comte Ulric ». Comme on le verra sur le fac-similé du poème reproduit en annexe de ce volume, Flaubert l’a recopié en apportant des corrections et en indiquant des variantes. Peut-on considérer qu’il a pris ainsi une part de co-auteur dans la création, ou bien se contente-t-il d’être un copiste méticuleux, jusque dans les repentirs ? Les corrections de la main de Flaubert sont évidemment plus nombreuses sur les manuscrits de Maupassant : outre le témoignage des lettres et des chroniques, nous en avons gardé quelques traces certaines, sur l’exemplaire de Des Vers conservé à la bibliothèque de Canteleu, et sur le manuscrit de la pièce de Maupassant, La Trahison de la Comtesse de Rhune, passé en vente à l’hôtel Drouot le 17 juin 1998 : le catalogue donne un relevé partiel des interventions de Flaubert notées en marge.

  • 12 « Le Roman », Pierre et Jean, Romans, éd. Louis Forestier, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1 (...)

14Pour approcher ces relations complexes, de vie et d’écriture, nous sommes réduits à lire des traces écrites, les œuvres, les chroniques, les lettres surtout, qui sont au plus près de l’échange intime. Mais la correspondance ne nous donne qu’une connaissance lacunaire, parce que de nombreuses lettres ont été détruites par les intéressés ou par leurs héritiers (surtout entre Flaubert et Le Poittevin), d’autres lettres sont encore inconnues, enfin et surtout parce que nous savons que l’essentiel s’est passé oralement. Quand il évoque le souvenir de son « pauvre Alfred », Gustave mentionne toujours les « conversations » qui duraient six heures. Les conseils que Flaubert donne à Maupassant passent aussi par la parole : « Le maître lisait tout, puis le dimanche suivant, en déjeunant, développait ses critiques et enfonçait en moi, peu à peu, deux ou trois principes qui sont le résumé de ses longs et patients enseignements »12. Autant de perdu pour la postérité. On ne connaîtra jamais non plus ce que Guy a su de son oncle par sa mère et par Flaubert, qui sont les médiateurs entre l’oncle et le neveu, Alfred étant mort deux ans avant la naissance de Guy. Dans la première lettre retrouvée de Maupassant à Flaubert, le jeune homme fait allusion aux rencontres du dimanche : « En causant avec vous il me semblait souvent entendre mon oncle que je n’ai pas connu mais dont vous et ma mère m’avez si souvent parlé et que j’aime comme si j’avais été son camarade ou son fils » (lettre du [24 juin 1873]). Les affaires de famille se compliquent : en s’imaginant camarade ou fils d’Alfred, Guy se rapproche de son interlocuteur : camarade d’Alfred, il occupe la même place que Flaubert ; s’il est fils d’Alfred, au moment où il se dit aussi le fils de Flaubert, il se donne pour l’enfant des deux hommes.

  • 13 Jean Paul Sartre, L’Idiot de la famille, Gallimard, Bibliothèque des Idées, t. I, p. 980.
  • 14 Lettre du [15 avril 1884]. Marie Bashkirtseff/Guy de Maupassant, Correspondance, éd. Martine Reid, (...)

15Il est fréquent de consacrer un colloque à un auteur, un peu plus rare d’en traiter deux à la fois, et tout à fait exceptionnel d’en réunir trois. Si on ne les prend plus deux par deux, mais ensemble, on découvre des analogies, mais qui nous renvoient aussitôt à des différences profondes et à des dissymétries. Par exemple, on peut dire que Flaubert a été pour Maupassant ce que Le Poittevin a été pour Flaubert : un initiateur et un maître. Mais tout de suite la différence saute aux yeux, d’abord en raison de l’écart des âges. Le Poittevin, né en 1816, a cinq ans de plus que Flaubert, et Flaubert vingt-neuf de plus que Maupassant (de 1821 à 1850), soit une génération. Ensuite l’inégalité des notoriétés : Le Poittevin a pu tout juste ouvrir les portes du Colibri, une revue rouennaise dans laquelle il avait lui-même publié, pour que Flaubert y fasse paraître deux textes de jeunesse, alors que Flaubert est un romancier célèbre qui va aider son jeune protégé. La différence fondamentale est sans doute là : nous avons bien affaire à trois hommes qui écrivent, mais seuls deux d’entre eux sont des écrivains reconnus par l’institution. Le Poittevin meurt inconnu ; son nom n’est plus cité que par référence et dans une périphrase (l’ami de jeunesse de Flaubert, l’oncle de Maupassant), tandis que les autres ont laissé un nom et une œuvre. Le Poittevin a trahi son ambition d’artiste pour une carrière d’avocat, alors que Flaubert et Maupassant ont consacré toute leur vie à la littérature, l’un grâce à ses rentes, l’autre en vivant de sa plume. Nous parlions tout à l’heure d’influence, et il est vrai que les trois hommes ont entretenu des rapports d’imitation. « De dix à vingt ans, Flaubert a aimé, admiré, imité, Alfred Le Poittevin : il s’est donné à lui comme un disciple à son maître »13. Du Camp accuse Flaubert de s’être « fait le singe d'un être corrompu » (lettre du 31 octobre 1844), lequel Flaubert s’emploiera à bien marquer ses distances avec son ami mort en affirmant ce qui les distinguait (lettre du [9 décembre 1852]). Mais rien de comparable avec le travail de démarquage auquel Maupassant a été contraint vis-à-vis de Flaubert, les critiques lui renvoyant constamment, au moins à ses débuts, une image de pasticheur ou de plagiaire du maître. Par exemple, Marie Bashkirtseff attribue le sentiment de dégoût, de tristesse et de découragement qui saisit le lecteur d’Une vie au fait que ce roman est un « reflet de Flaubert »14. Une autre différence littéraire fondamentale tient aux genres pratiqués : Le Poittevin est poète, Flaubert romancier, Maupassant commence par le vers (la poésie comme Alfred, le théâtre en vers comme son premier maître Bouilhet) et continue par la prose. On dirait qu'il part de l’oncle pour aboutir au maître, en réunissant dans sa courte carrière les deux vocations de ses aînés.

16Ce volume regroupe donc les communications présentées au colloque célébrant le cent cinquantenaire de la naissance de Guy de Maupassant. Les premières interventions sont plutôt centrées sur la personne énigmatique d’Alfred Le Poittevin, présence insistante auprès de Flaubert, grand absent pour Maupassant ; les suivantes étudient les multiples relations de proximité et de distance conflictuelle entre Flaubert et Maupassant, sans oublier le rôle du troisième terme fantomatique dans ce trio toujours en mouvement de bascule. A ce triangle de base sont venus s’adjoindre d’autres membres, qu’on n’avait d’abord pas songé à inviter, et qui ont pris une place nécessaire dans cette photo de famille élargie : Louis Le Poittevin, fils d’Alfred et cousin de Guy ; d’autres pairs (pères ?) en littérature, Tourgueneff et Zola. Il revenait à Louis Forestier d’apporter à ce volume la synthèse finale.

17En annexes, on trouvera le fac-similé et la transcription (assurée par le personnel de la Bibliothèque de Fécamp, sous la direction de Stéphanie Simon) du long poème d’Alfred Le Poittevin recopié par Flaubert, connu sous le nom de « La Chasse du comte Ulric ». Il appartient aux collections de la Bibliothèque de Fécamp, qui a pu entrer en sa possession grâce à l’aide du Fonds Régional d’acquisition des Bibliothèques. Nous reproduisons également plusieurs pages peu connues de la revue La Plage Normande illustrée, datée de 1887, qui mentionnent les faits et gestes d’un illustre « baigneur » nommé Maupassant.

18Nous remercions Monsieur le Député-Maire de Fécamp Patrick Jeanne, Madame Jacqueline Buchy, Adjointe au Maire, qui a voulu ce colloque, Madame Marie-Hélène Desjardins-Ménégalli, conservateur des Musées de Fécamp, qui l’a porté ; Anne le Berre, secrétaire des Musées dont nous avons maintes fois apprécié l’efficacité, les services Culture et Relations publiques de la Mairie de Fécamp, Martine Pastor, animateur du Patrimoine, Stéphanie Simon, bibliothécaire, Philippe Manneville, vice-président de la Commission départementale des Antiquités, qui a bien voulu conduire les débats, la troupe des acteurs de l’Escale et sa responsable Madame Marie-Dominique Verrier, le Palais Bénédictine pour la soirée Caf’Conç.

19Pour leur soutien et pour leur aide, nous exprimons notre reconnaissance à la Ville de Fécamp, au Conseil scientifique de l’Université de Rouen, à la Direction Régionale des Affaires Culturelles de Haute-Normandie, au Centre de recherche « Editer-Interpréter » (Cérédi) de l’Université de Rouen, et à Stéphanie Beux, qui a travaillé à la mise en forme des actes qu’on va lire.

Notes

1 Louis Forestier, « Présentation », Maupassant et l’écriture. Actes du colloque de Fécamp, 21-22-23 mai 1993, Nathan, 1993, p. 13.

2 Voir Correspondances Flaubert-Le Poittevin-Du Camp, éd. Y. Leclerc, Flammarion, 2000, p. 79-80, n. 2 de la lettre 21. On peut supposer un séjour en septembre 1838 ; une lettre à Ernest Chevalier, récemment retrouvée, est postée de Fécamp en 1839 (le mois n’est pas lisible) ; Le Poittevin fait allusion à un autre séjour qui a dû avoir lieu en septembre 1843. Mais en 1860, Flaubert précise qu’il ne s’est pas rendu à Fécamp depuis dix-huit ans, ce qui ferait remonter sa dernière visite à l’année 1842.

3 Lettre à Du Camp, [7 avril 1848], Corr. Flaubert-Du Camp, p. 225.

4 Lettre du 28 janvier 1884, Corr. FlaubertMaupassant, éd. Y. Leclerc, Flammarion, 1993, p. 264.

5 Caroline Franklin Grout, Fleures d’autrefois, éd. Matthieu Desportes, PU de Rouen, 1999, p. 90.

6 Lettre du 28 avril 1847, Corn, éd. Jean Bruneau, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, t. I, p. 451-452.

7 Louis Forestier, « Un lecteur privilégié de Flaubert : Guy de Maupassant », Le Letture/la lettura di Flaubert, a cura di Liana Nissim, Quaderni di Acme, no 42, Università degli studi di Milano, Cisalpino. Istituto Editoriale Universitario, Monduzzi Editore, 2000, p. 187.

8 Armand Colin, 1962.

9 Voir Corr., t. IV, p. 727.

10 Gustave Flaubert, Poésies de jeunesse inédites, edited by George M. Reeves, University of South Carolina, Bibliographical Series No 3, 1968.11 s’agit des poèmes « Hippoclides », « Le Comte et la marquise » et « Comme dit le vieux Dante ». Le catalogue de la succession de Mme Franklin Grout, hôtel Drouot, 1931, présente un lot (no 196) comprenant des poésies de la main de Flaubert, qui sont toutes composées par Le Poittevin : « Le Poète » doit se confondre avec « Le Poète et la jeune fille » publié par René Descharmes. Le poème « Un Dimanche arrêté devant la Madeleine » a été publié dans le bulletin des Amis de Flaubert, no 19, 1961, comme étant de Flaubert, mais il s’agit, là encore, d’un poème de Le Poittevin (voir Corr. Flaubert-Le Poittevin, p. 89-90, n. 3).

11 Sur cette question, voir ci-dessous le début de la communication de Mario Johnston.

12 « Le Roman », Pierre et Jean, Romans, éd. Louis Forestier, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1987, p. 713.

13 Jean Paul Sartre, L’Idiot de la famille, Gallimard, Bibliothèque des Idées, t. I, p. 980.

14 Lettre du [15 avril 1884]. Marie Bashkirtseff/Guy de Maupassant, Correspondance, éd. Martine Reid, Actes Sud, 2000, p. 36.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540