Version classiqueVersion mobile

Les Parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle)

 | 
Yves Sassier
, 
Olivier Chaline

Des parlementaires dévots L’exemple de Grenoble au XVIIIe siècle

Clarisse Coulomb

Texte intégral

  • 1 René Favier, Les Villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles, Grenoble, 1993.
  • 2 Jacques Sole, “De la reconquête catholique à l’enfance de Stendhal”, dans Histoire de Grenoble, sou (...)

1Au XVIIe siècle, la ville de Grenoble pouvait paraître comme un des foyers provinciaux de la Contre-Réforme. L’offensive catholique fut en effet particulièrement vigoureuse dans un Dauphiné à forte implantation protestante. L’impulsion a été moins donnée par des prélats réformateurs - le premier étant le célèbre Etienne Le Camus qui ne commence son épiscopat qu’en 1671 - que par une petite élite chrétienne qui se confond avec l’élite sociale. La noblesse, dont les membres protestants se sont convertis à la suite de Lesdiguières, a en effet pris dès les années 1620 la tête du parti dévot. Il s’agit essentiellement d’une noblesse de robe dans cette ville de parlement où la noblesse purement militaire est peu nombreuse1. Les magistrats, quoique longtemps tentés par le libertinage, se sont convertis tour à tour, participant aux congrégations mariales formées par les Jésuites, fondant les compagnies de charité tandis que leurs nombreux enfants peuplaient les couvents et chapitres de la ville2.

  • 3 Laurent Versini, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et les techniques des Liaisons dange (...)
  • 4 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné et les ajfaires publiques dans la deuxième moitié du XVIIIe si (...)

2Un siècle plus tard, la capitale du Dauphiné paraît moins comme une ville dévote que comme une galante ville de garnison, célèbre parmi les officiers pour sa vie mondaine - où séjourna Laclos qui y aurait trouvé le modèle des héros des Liaisons dangereuses3. La ville natale du futur Stendhal se dote sous le règne de Louis XVI d’une Académie et de loges. Les parlementaires participent pleinement à cette sociabilité nouvelle et sont souvent adeptes des idées des Lumières, comme le célèbre avocat général Servan, disciple de Voltaire, alors que le parlement ne participe pas à la querelle janséniste puis adopte une politique de tolérance vis-à-vis des protestants bien avant l’édit de 1787, d’ailleurs accueilli avec faveur par la cour grenobloise4.

  • 5 William Doyle, The Parlement of Bordeaux and the End of the Old Regime, Londres, 1974 ; Maurice Gre (...)
  • 6 L’Aristocratie parlementaire normande au XVIIIe siècle : un système de représentation. Godart de Be (...)

3Comment concilier ces deux images ? Le mouvement est traditionnellement analysé en termes de déclin du sentiment religieux chez les élites urbaines sous la poussée des idées des Lumières - voire d’une possible déchristianisation. Si les études sociales classiques du groupe parlementaire concluent à la conservation de la tradition catholique dans les familles, elles insistent peu sur la question religieuse5. Il faut excepter les travaux d’Olivier Chaline qui a montré un bel exemple de “lumières dévotes” en la personne de Godart de Belbeuf, procureur général de la cour de Normandie6.

  • 7 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat, Les Pères de la patrie. La société parlementaire (...)

4A partir de l’exemple des parlementaires grenoblois, j’aimerais montrer que l’analyse du sentiment religieux doit se faire non en termes de déclin, mais de mouvement et d’un renouvellement fécond7. L’étude de l’engagement des magistrats dans la vie religieuse au XVIIIe siècle fait apparaître deux mouvements qui se heurtent durant cette période : de 1720 aux années 1750, on assiste, me semble-t-il, à l’apogée de la réforme catholique. À partir des années 1750-60 et jusqu’à la Révolution, en même temps que le début de la contestation du modèle dévot, un renouveau de la sensibilité religieuse se manifeste.

Une élite catholique dynamique dans la cité, 1720-1750

  • 8 Jean Godel (sous la dir. de), Le Cardinal des montagnes Etienne Le Camus, Grenoble, 1974 ; Maurice (...)
  • 9 Marie-Madeleine Compere et Dominique Julia, Les Collèges français (XVIe-XVIIIe siècle) Répertoire, (...)
  • 10 Bernard Dompnier, “Les missionnaires, les Pénitents et la vie religieuse aux XVII et XVIIIe siècles (...)

5C’est seulement dans les années 1720-30 que se produit à Grenoble même le plein triomphe de l’esprit tridentin : après le long épiscopat du jansénisant Etienne Le Camus, une réaction en faveur des molinistes se produit avec les évêques Paul de Chaulnes et Jean de Caulet8 : un pensionnat jésuite est ouvert en 1727 afin de concurrencer le séminaire de Saint-Martin-de-Miseré, foyer de jansénisme9 ; les Capucins relancent leur activité missionnaire tandis que diverses confréries s’adressent à l’évêque pour que soient rapportées les restrictions imposées à leur activité par le Camus10. Les parlementaires participent pleinement à ce renouveau de la piété baroquisante ; le premier signe en est leur participation aux congrégations mariales.

La sociabilité dévote

  • 11 Louis Chatellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987; Lynn Martin, The Jesuit Mind: The Mentality of (...)
  • 12 Père Joseph PRA Les Jésuites à Grenoble, 1587-1763, Lyon-Paris, 1901, p. 303.
  • 13 Archives Départementales de l’Isère (A.D.I.), D 33, Congrégation de la Purification. Livre de recet (...)
  • 14 A.D.I., D 33, Catalogue de Messieurs de la Congrégation, année 1753.

6On sait que l’un des traits de la Contre-Réforme c’est le refus de l’isolement des fidèles : l’élite chrétienne tend à se rassembler dans un souci de fraternité spirituelle et de sociabilité communautaire. Au début du XVIIe siècle, les Jésuites ont dirigé leurs efforts en direction de ceux qui détenaient le pouvoir dans les villes et très vite, l’hostilité traditionnelle des magistrats à l’égard de la Compagnie disparaît11 : à Grenoble - comme à Toulouse ou à Rouen-, les magistrats étaient entrés dans la congrégation des nobles, dite des Messieurs ou de la Purification, dès sa création en 1624. Les premiers congréganistes - parmi lesquels se trouvaient un président à mortier et cinq conseillers - étaient présidés par Artus de Lionne, conseiller au parlement et bientôt évêque de Gap12. Près d’un siècle plus tard, la congrégation des Messieurs est toujours composée d’une importante proportion de parlementaires : de 1715 à 1763, vingt-cinq familles du parlement ont fourni des membres à la congrégation13. Il s’agit souvent des familles les plus prestigieuses de la compagnie, les dynasties de présidents à mortier - Barrai, Pourroy de Quinsonas, Murat de Lestang ou Vaulx - ainsi que les solides dynasties de conseillers - Dupuy de Saint-Vincent, Pina ou Chaléon. En 1753, sur 59 congréganistes, 12 sont membres du parlement dont deux présidents à mortier. Si l’on ajoute les membres de la chambre des comptes et du bureau des finances, 23 congréganistes sont membres d’une compagnie souveraine grenobloise (39 %)14.

  • 15 A.D.I., D 32, Congrégation de l’immaculée Conception, dite des Ecoliers : registre d’admission, 170 (...)
  • 16 A notre connaissance, 20 parlementaires en exercice de 1750 à 1790 ont fréquenté un collège jésuite (...)

7Une quinzaine de magistrats ont fait partie de la congrégation des écoliers du collège grenoblois Royal-Dauphin de 1715 à 176215. 11 faudrait ajouter à ce groupe certains des magistrats dont nous savons qu’ils ont fait leurs études dans les collèges jésuites extérieurs à la province16. L’entrée chez les Messieurs n’est ainsi souvent que le prolongement d’une carrière de sodalis engagée au collège, comme pour le conseiller Sébastien Dupuy de Saint-Vincent reçu en 1719, à l’âge de 12 ans, dans la congrégation des Ecoliers, puis dans celle des Messieurs en 1734.

  • 17 A.D.I., 26 H 221, Histoire des Orphelines de Grenoble.
  • 18 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 23.
  • 19 A.D.I., 26 H 224 : livre de délibérations des dames qui gouvernent la communauté des Orphelines de (...)

8Les épouses et les filles des confrères nobles de la sodalité des Messieurs n’étaient pas à l’écart des cercles dévots dirigés par les jésuites : elles faisaient partie pour certaines de la congrégation de la Purification Notre-Dame qui dirige la maison des Orphelines. Fondée en 1636 par la présidente de La Croix de Chevrières, avec l’aide d’un jésuite, sur le modèle des congrégations mariales, elle montre l’ouverture de la Compagnie sur la gent féminine17. À sa création, elle est composée d’une majorité de femmes de magistrats (56 %), suivie de membres de la noblesse d’épée et d’une minorité venant de la bourgeoisie18. En 1738, elles sont 26 dames dont 11 épouses ou filles de magistrats (42 %) ; dix ans plus tard, elles ne sont plus que six, dont quatre conseillères ou présidentes19. Signe de cette prépondérance maintenue, les supérieures sont choisies parmi les épouses de parlementaires jusqu’en 1789.

  • 20 P. PRA, Les Jésuites à Grenoble…, p. 290.
  • 21 A.D.I., D 45, Confrérie du Sacré-Cœur de Jésus : liste des bienfaiteurs (1751-1758). En revanche, n (...)

9Les congréganistes, hommes ou femmes, se retrouvent autour du culte du cœur de Jésus. En 1730, la confrérie du Sacré Cœur rassemble à Grenoble 1 200 associés20. Au milieu du siècle, la supérieure en est la présidente Pourroy de Lauberivière ; parmi les dames, on trouve les femmes ou filles de présidents congréganistes, Barrai ou Chaponnay21.

10Les magistrats participent également à la vie religieuse de leur cité dans les associations de laïcs engagés dans un apostolat actif pour construire une société nouvelle.

Le rôle moteur des parlementaires dans les œuvres urbaines

  • 22 Catherine Martin, Les Compagnies de la Propagation de la foi.... p. 236.

11Depuis le début du XVIIe siècle, le personnel parlementaire est très fortement majoritaire dans les bureaux des œuvres de charité. D’une part parce qu’il compte parmi l’élite dévote, or la nécessité des œuvres comme condition du salut individuel a été réaffirmée par le Concile de Trente ; d’autre part, parce que dans une province à forte personnalité juridique comme l’est le Dauphiné, le parlement est un levier puissant pour les associations charitables22.

  • 23 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 18-19.
  • 24 Ibid., p. 171.

12La plus ancienne œuvre de charité de la ville est l’Hôpital Général fondé au printemps 1627. Les magistrats du parlement dominent la liste des souscripteurs23. En 1699, la composition du bureau de la Direction est fixée par lettres patentes, mais dans les faits, les directeurs sont appointés à la demande et les parlementaires dominent le bureau jusque dans les années 176024.

  • 25 A.D.I., 26 H 115-116, Registre de délibérations du bureau de la Propagation de la foy établie en ce (...)

13Fondée en 1647, la compagnie de la Propagation de la Foi de Grenoble est la première compagnie provinciale. Catherine Martin a montré qu’elle s’est très vite imposée comme compagnie mère pour celles du Sud-Est de la France. Parmi les membres fondateurs, les parlementaires sont majoritaires et leur engagement dans la compagnie se poursuit bien après la Révocation de l’Edit de Nantes : en 1736, tous les membres du bureau - une dizaine - sont des parlementaires ou des épouses de parlementaires - la compagnie est en effet mixte. En 1750, ils dominent encore largement, fournissant un membre sur deux du bureau25. La force de l’esprit de reconquête des élites catholiques ne s’est donc pas affadie au siècle des Lumières.

  • 26 A.D.I., D 58, Comptes des écoles chrétiennes de Grenoble, 1708-1784.

14L’œuvre de charité grenobloise la plus récente est celle des Ecoles chrétiennes, fondées en 1707. Parmi les 22 bienfaiteurs en 1708, 7 sont des parlementaires (31 %), les autres étant membres de la chambre des comptes ou des clercs appartenant d’ailleurs souvent à des familles parlementaires. En 1748, sur les 9 membres du bureau, 4 sont des magistrats26.

  • 27 Bibliothèque Municipale de Grenoble, (B.M.G.), Xd 390, Almanach diocésain ; B.M.G., Xd 391, Calendr (...)

15Sans surprise, ce sont principalement les épouses et les filles des magistrats qui dirigent les œuvres féminines, comme l’hospice des Madeleines, fondé dans les années 1630 pour recueillir les prostituées repenties, l’Hôpital de la Providence créé en 1676 par cinq femmes de magistrats pour soigner les malades ou encore l’hôpital de la Présentation, établi en 1700 pour donner asile aux filles abandonnées en bas âge. Kathryn Norberg a montré le poids dominant des femmes de parlementaires dans ces créations. L’étude des listes des directrices de ces œuvres dans les Almanachs montre qu’elles en ont gardé le contrôle jusqu’à la fin du XVIIIe siècle27.

16Qui sont ces hommes et ces femmes qui jouent un rôle décisif dans la vie religieuse de leur ville ?

Portrait social du groupe dévot

17Les dévots parlementaires sont peu nombreux : sans doute moins d’une vingtaine sur une compagnie qui comprend une soixantaine de membres. Deux facteurs expliquent cette faiblesse numérique : un petit nombre d’hommes et de femmes, véritables “chevilles ouvrières”, est à la tête de plusieurs institutions charitables. Ainsi la conseillère Morel de Montrivier est à sa mort, en 1759, à la fois directrice de l’Hôpital de la Providence, de celui de la Présentation, de la maison des Orphelines et membre de la compagnie de la Propagation de la foi.

18De plus, le poids de la tradition familiale confisque les œuvres au profit de quelques noms. On constate en effet une véritable tradition dévote au sein des familles perpétuée sur plusieurs générations comme dans le cas de la famille Morel, entrée au parlement en 1668. Elle domine le bureau de la Propagation de la Foi pendant plus de 30 ans, de 1726 à 1756 :

19De 1726-1728, Morel de Rozanière est membre du bureau.

20De 1726 à 1746, son neveu Gaspard Morel, avocat général à la chambre des comptes, y entre à son tour. Il est aussi le recteur de la confrérie des Pénitents du Gonfalon.

21De 1734 à 1757, son frère Etienne Morel de Montrivier, conseiller au parlement, le rejoint, ainsi que la femme de ce dernier qui y siège de 1746 à 1759.

  • 28 La fille de ce couple, Anne Françoise Dupuy de Saint-Vincent, veuve en 1775 de son mari, Joachim de (...)

22En 1746, leur fils, Louis Morel d’Arcy, également conseiller au parlement, entre à son tour au bureau en remplacement de son oncle qui vient de mourir ; il a alors 30 ans tout juste ; il est membre de la congrégation des Messieurs de 1739 à sa mort. Sa sœur Louise est mariée au conseiller Sébastien Dupuy de Saint-Vincent, un congréganiste ; elle dirige la maison des Orphelines28

23Ce qui interrompt la présence de la famille Morel dans la Propagation, c’est la mort du conseiller Louis, en 1755, à l’âge de 39 ans, ne laissant qu’un fils en bas âge.

24De manière plus générale, la tradition pieuse se maintient toujours vivante dans bien des familles sur plus d’un siècle : si l’on étudie les dévots au milieu du XVIIe siècle, on constate qu’un siècle plus tard leurs descendants se font toujours remarquer par leur piété active : les avocats consistoriaux Ennemond Copin et Just Chaléon ont fait partie de la congrégation des Messieurs dès sa création, dans les années 1624-1627 ; leurs arrières petits-fils, conseillers au parlement de Grenoble en 1750, en sont toujours membres. Le conseiller Pierre-André Marnais était assistant de la Propagation de la Foi en 1648 ; en 1776 son descendant, le conseiller Isidore de Marnais, en est le directeur, ainsi que le syndic du couvent des Capucins de la ville ; et l’on pourrait multiplier de tels exemples.

  • 29 Dominique Julia, dans Le Goff (Jacques), Remond (René), dir., Histoire de la France religieuse, t.  (...)

25Les réseaux de parenté effective et spirituelle sont donc étroits dans les congrégations mariales et au sein des bureaux29. Le conseiller Paul César Chosson du Colombier, ancien membre de la congrégation des écoliers, épouse en 1770 Anne Marguerite de Barrin : elle est la fille du conseiller congréganiste Pierre Joseph de Barrin et d’Anne de Copin, sœur d’un conseiller également congréganiste. Les familles Chosson du Colombier, Barrin et Copin sont alliées aux Beaumont, Chalvet et Longpra également congréganistes et membres de la Propagation.

26Dans la première moitié du XVIIIe siècle, on assiste donc au triomphe de l’esprit tridentin dans plusieurs familles parlementaires grenobloises. Cependant, à partir des années 1750-60, une série de phénomènes marque la fin - ou du moins la mise en cause - de cette tradition dévote.

La fin de la tradition dévote ? 1750-1790

Le désinvestissement

  • 30 Murielle Veyrat-masson, Les Congrégations mariales de Grenoble, 1624-1762, Mémoire de maîtrise, Gre (...)
  • 31 A.D.I., D 33, Congrégation de la Purification. Livre de recettes et dépenses, 1710-1762.

27Comme ailleurs, les congrégations mariales connaissent à Grenoble une crise au milieu du XVIIIe siècle30, même si les parlementaires ne les ont abandonnées que tardivement : la proportion de magistrats au sein de la congrégation des Messieurs dans les années 1750 reste la même qu’au XVIIe siècle : 20 % environ. Leur contribution financière ne faiblit que légèrement : ils fournissent 40 % des recettes en 1720 ; encore 31 % en 175031. Ce n’est qu’au lendemain de l’attentat de Damiens que les parlementaires abandonnent les congrégations : en 1762, il ne reste dans celle des Messieurs que le président Pierre-Marie de Vaulx et le conseiller de Trivio, contre sept parlementaires en 1756. Les entrées des futurs parlementaires dans la congrégation des Ecoliers se font aussi plus rares : 8 dans les années 1720 ; 22 en 1730 ; 6 en 1740, 5 en 1750 et plus aucune ensuite.

  • 32 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 163-164. 11 en est de même pour les Ecoles chrétiennes, p. 171-1 (...)

28En même temps que des cercles de piété, les parlementaires se désintéressent des œuvres de charité dont leurs pères ont été les fondateurs. Kathryn Norberg a montré que les magistrats abandonnent le bureau de l’Hôpital Général qu’ils avaient créé au profit des élites nouvelles à partir des années 1760. Les hommes nouveaux sont des marchands, des financiers dont le plus connu, Claude Perier, mais aussi des avocats ou encore le docteur Gagnon. Comme parlementaires, il ne reste que le conseiller Barrai de Rochechinard et le président Joseph-Marie Barrai de Montferrat son fils32.

  • 33 Le bureau ne se réunit plus que trois fois : en 1776, 1780 et 1785 (26 H 116).

29La compagnie de la Propagation de la Foi connaît également des difficultés : les séances du bureau se tiennent régulièrement jusqu’en 1757, puis avec une grande irrégularité ; les travaux s’interrompent même pendant les années du parlement Maupeou ; sous le règne de Louis XVI, les réunions restent très épisodiques33. Cette baisse de la régularité des séances s’est accompagnée d’une réduction des participants parlementaires :

  • 34 A.D.I., 26 H 115 et 116.

Tableau : Parlementaires siégeant au bureau de la Propagation34

Années

Nombre de parlementaires ou épouses

Total des membres

 %

1726

5

11

45 %

1735

3

4

75 %

1745

3

5

60 %

1755

3

6

50 %

1765

1

3

33 %

1776

1

4

25 %

1785

1

5

20 %

30Dans la première moitié du siècle, ils participent activement aux séances du bureau ; à partir des années 1760, un seul parlementaire reste présent : il s’agit du conseiller La Colombière jusqu’à sa mort en 1767, remplacé par le président Pourroy de Quinsonas jusqu’à son décès en 1786, puis du conseiller de Longpra jusqu’en 1790. Ce sont des clercs qui remplacent les magistrats.

  • 35 “Il est notoire que des établissements de charité dans la ville de Grenoble, dénommés la Propagatio (...)
  • 36 Ibid., f. 93.
  • 37 A.D.I., 26 H 117, délibération du 19/03/90, f. 95.

31Cette crise est aussi financière : le 9juillet 1781, devant les difficultés que connaissent les œuvres grenobloises, trois d’entre elles sont réunies afin de diminuer les frais35. Le directoire comprend alors six personnes, dont le vicaire général du diocèse, le conseiller au parlement de Longpra, le marquis de la Valette, chevalier d’honneur à la chambre des comptes, et trois bourgeois. L’activité de la compagnie continue puisqu’une abjuration est prononcée le 9 avril 1787 à l’église de la propagation de la foi36. Mais en 1790, la direction doit emprunter deux mille livres “pénétrée de regret en prévoyant la ruine d’un établissement si important pour la religion, les mœurs et l’éducation des jeunes personnes, désirant la retarder”37.

  • 38 A.D.I., 26 H 224 : Livre de délibérations des dames qui gouvernent la communauté des Orphelines de (...)

32La désaffection des œuvres s’accompagne parfois d’un relâchement de l’idéal de piété : un nouveau règlement est rédigé en 1748 pour la congrégation féminine de la Purification Notre-Dame qui dirige la maison des Orphelines38 : il rappelle aux nobles dames “qu’il ne suffit pas de se rendre au bureau pour donner son avis sur ce qui sera proposé, il faut encore être d’exemple et d’édification par sa conduite et pour pouvoir travailler au salut des autres Les douze articles stipulent l’interdiction du spectacle et des parures mondaines, le fréquent usage des sacrements - communion tous les 15 jours-, de visiter ses consœurs pendant les maladies et de réciter pour elles l’office des morts.

  • 39 A.D.I., GG 665, Fabrique de Saint-Hugues ; bureau de charité (1773-1791) Nous n’avons pas retrouvé (...)
  • 40 A.D.I., GG 665, “Je n’oublierai jamais, madame, la charité généreuse et active avec laquelle les da (...)
  • 41 Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon, t. II, p. 622-623 ; William Doyle, The Parlement of Bo (...)

33Il faut cependant nuancer ce tableau du désengagement : les parlementaires continuent de participer activement à la vie des paroisses grenobloises dans les années 1780 au travers des bureaux de charité, créés à Grenoble en 175939 : les comptes de la paroisse Saint-Hugues sont tenus par le conseiller Dupuy de Saint-Vincent : la présidente de La Croix de Sayve dirige le bureau de charité de cette paroisse avec plusieurs dames nobles tant d’épée que du parlement40. Si à Besançon comme à Bordeaux, les parlementaires participent au XVIIIe siècle aux fabriques, à Rouen on constate en revanche un retrait des notables, sensible dès les années 1720 : les magistrats, même les plus dévots, ne veulent plus figurer dans les fabriques41.

34Cette moindre implication dans la vie religieuse de la cité est à mettre en relation avec un certain essoufflement de la piété traditionnelle.

Le détachement du conformisme religieux

35Les parlementaires envoient moins leurs enfants peupler les couvents de la ville. Cela est particulièrement net si l’on prend les exemples des plus anciens et prestigieux chapitres et couvents nobles, autrefois peuplés des cadets des familles de la cour souveraine :

  • 42 B.M.G., Xd 390, Almanach Diocésain. A.D.I : 5 G 255 Chapitre cathédral de Notre-Dame de Grenoble, ( (...)

Tableau : Proportion de chanoines appartenant à une famille parlementaire (en %)42

Le chapitre de la Cathédrale

Le chapitre de Saint-André

1746

45

40

1766

31,5

37,5

1788

21

29

  • 43 Marise Plais-foulaz, Religieuses cloîtrées de Grenoble, XVII-XIIIe siècles, mémoire de maîtrise, 19 (...)
  • 44 A.D.I., 19 H 108-109, contrats de réceptions des chanoinesses de Montfleury, XVIIIe siècle.
  • 45 Dominique Julia, op. cit., p. 188.

36On constate le même abandon des couvents grenoblois par les filles des magistrats : si entre le XVIIe et XVIIIe siècles, une religieuse sur trois des couvents grenoblois est une fille de parlementaire43, à la fin du siècle des Lumières les vocations se font plus rares, comme le montre l’exemple du prieuré noble de Montfleury dont s’enfuit un matin la célèbre madame de Tencin, fille d’un président à mortier : 6 filles de parlementaires prennent l’habit de 1723 à 1746 ; une seule de 1747 à 178844. C’est ainsi qu’en 1720 sur 42 religieuses, 19 sont filles de parlementaires (45 %) ; en 1789, il n’en reste qu’une parmi les 14 religieuses. Est-ce que cette désertion traduit une moindre vitalité religieuse des familles ? Sans doute en tout cas un malaise par rapport à la vocation religieuse dans une société dont le système de référence tend à s’axer désormais autour de l’utilité sociale45.

  • 46 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné..., t. Il, p. 89-93.
  • 47 A.D.I., 19 H 8, Preuves de noblesse au chapitre noble de Malte. 10 H 61, Délibérations des chanoine (...)
  • 48 A.D.I., B 2318, f. 121, f. 144v, f. 234 et 283.

37Certes, l’une des préoccupations essentielles de la cour, en matière religieuse, dans les dernières années de l’Ancien Régime, est d’obtenir la constitution d’un chapitre de chanoinesses nobles de l’ordre de Malte46. Le 20 juin 1770, le président de Barrai de Montferrat demande la création du chapitre à Versailles, mais c’est en avril 1787 seulement que celui-ci est créé. Les plus grandes familles parlementaires déposent alors leurs preuves de noblesse pour y faire entrer leurs filles. En 1788, on compte douze chanoinesses dont six sont des parlementaires dont la grande prieure, Gallien de Chabons47. Cependant, donner ses filles à un chapitre noble dont on peut sortir à tout moment pour se marier n’a pas la même signification que les consacrer éternellement au service de Dieu. Les mémoires et remontrances que le parlement adresse au roi sur ce sujet ne mentionnent d’ailleurs pas l’argument religieux, mais insistent sur l’utilité sociale de l’établissement pour les nombreuses familles nobles et pauvres de la province48.

  • 49 Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation. Les attitudes devant la mort en Provence au XV (...)

38On constate le même détachement par rapport à un ensemble de gestes et de pratiques, comme le montre l’étude des testaments, devenue classique depuis les travaux de Michel Vovelle et Pierre Chaunu49.

  • 50 Cette demande est fréquente en France à partir de la fin du XVIIe siècle, Philippe ARIES, L’Homme d (...)

39De nombreux magistrats refusent les pompes funèbres : au XVIIIe siècle, plus d’un testament sur deux stipule expressément la sobriété des funérailles50. Aucun testament ne mentionne la présence de pauvres lors de l’enterrement, pourtant très nombreux au siècle précédent.

  • 51 Il en est de même en Provence ; Régis Bertrand, “Messieurs du Parlement, la religion et la mort (XV (...)
  • 52 Michel Vovelle constate le même phénomène en Provence, op. cit., p. 275.

40Avant la déclaration du 10 mars 1776 tous les magistrats désignent une sépulture à l’intérieur d’une église : 64 % des testaments indiquent pour lieu de sépulture une église de la ville, un sur dix la chapelle familiale sur les terres du défunt : les tombeaux des familles parlementaires se trouvent en majorité dans la cathédrale de Grenoble, dans l’église Saint-André ou le couvent Sainte-Claire51. Mais un quart se contente de désigner l’église de la paroisse où le décès aura lieu. Un magistrat sur quatre ne se préoccupe donc pas d’indiquer précisément le lieu de sa sépulture, signe d’un désintérêt croissant pour le sort de sa dépouille. Après l’édit de 1776, aucun testament ne mentionne plus le lieu du tombeau. L’édit de 1776 a donc généralisé un désintérêt déjà existant, les parlementaires s’en remettant désormais à leurs héritiers52.

  • 53 Kathryn Norberg, op. cit., p. 127.

41Dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, la majorité des testaments comporte toujours des demandes de messes, un sur dix n’en faisant pas mention. La proportion moyenne est de 400 messes : la baisse est donc nette par rapport au XVIIe siècle où la moyenne était de 140053. De plus, les demandes de célébration rapide, dans les trois jours, sont plus rares. La majorité des parlementaires demande que soit célébré un annuel de messes pour le repos de leurs âmes. Loin des exigences compliquées du début du siècle, la demande s’est en quelque sorte “standardisée”.

  • 54 Kathryn Norberg, op. cit., p. 250.

42Les legs pieux en revanche continuent d’être ordonnés en masse par les parlementaires sans que soit noté le moindre recul dans les dernières décennies du siècle. Alors que dans la seconde moitié du XVIIIe siècle la charité décline dans les groupes de la bourgeoisie, du négoce et surtout de la basoche, elle se maintient chez les magistrats54. À la fin de l’Ancien Régime cependant, de plus en plus nombreux sont les parlementaires qui s’en remettent à leur famille pour les legs charitables, comme pour le choix de leur sépulture ou l’ordonnance des messes.

43On pourrait encore évoquer la laïcisation des lectures ou l’indice démographique qui convergent dans le même sens.

  • 55 Voir Les Pères de la patrie, chapitre 3, p. 183-189.
  • 56 Celui-ci lui répond par une profession de foi dans une très belle lettre datée du 15 janvier 1769 ; (...)
  • 57 A.D.I., 1 J 1224, Livre de comptes du conseiller, f. 107 et suiv.

44Les enfants des magistrats dévots ont perdu la foi : la famille Aymon de Franquières est une des plus anciennes de la cour souveraine ; la correspondance des années 1750 témoigne de la piété du conseiller Louis et de sa femme55 : si leur fille fait partie des bureaux de charité de la ville et est directrice de l’Hôpital de la Présentation, leur fils unique, Laurent, reçu conseiller au parlement en 1766, les désole par son impiété. Ce voltairien, à l’esprit très anticlérical, écrit à Jean-Jacques Rousseau au sujet de son athéisme56. Pendant la Révolution, Houdon sculptera le buste de ce grand philanthrope avec l’inscription : “Amateur des sciences et du bonheur des hommes”. Le fils du conseiller de Trivio, zélé congréganiste jusqu’en 1763, collectionne les ouvrages antichrétiens57.

45Le débat sur les raisons du détachement vis-à-vis de la religion observé partout au tournant des années 1750 n’est pas clos.

La faute aux querelles religieuses ?

  • 58 Maurice Virieux, art. cit., p. 300 ; Jacques Sole, Le Diocèse de Grenoble, p. 151-153.
  • 59 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné et Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, 1970.
  • 60 A Aix, la Compagnie est pareillement déchirée, Philippe Lecrivain, “Les jésuites et le Parlement d’ (...)

46Dans un diocèse solidement tenu par des évêques proches des jésuites, la querelle janséniste n’a rencontré que peu d’écho58. Le parlement de Grenoble n’a pas participé à la querelle sur les sacrements dans les années 175059. Cependant, le procès des jésuites en 1763 marque la profonde division des parlementaires sur la question religieuse60.

  • 61 B.M.G., Bd 658, Letourneau, Miscellanea, II, f. 1280.
  • 62 Sur leur rôle, voir Dale K. Van Kley, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France, (...)

47Parmi les adversaires des jésuites, on compte douze parlementaires, dont le président d’Ornacieux et le conseiller Corbet de Meyrieu, les deux meneurs de l’opposition au pouvoir royal. Les indices ne manquent pas pour montrer l’influence du parti de la Constitution sur ce groupe : la bibliothèque du président d’Omacieux montre un net penchant pour le jansénisme : la collection des Nouvelles Ecclésiastiques voisine avec les Lettres historiques de Le Paige. Le conseiller Corbet de Meyrieu a également des sympathies pour le parti de la Constitution61 ; le premier président de Bérulle, de la famille du célèbre fondateur de l’Oratoire, est également proche des jansénistes. Son beau-père et son beau-frère, le président et le conseiller de Rolland, ont joué un grand rôle au parlement de Paris pendant le procès contre les Jésuites62.

  • 63 Public par Le P. Pra, op. cit., p. 496.
  • 64 Jean Sareil, Les Tencin. Histoire d’une famille au dix-huitième siècle d’après de nombreux document (...)

48Parmi les huit magistrats qui prennent la défense de la Compagnie devant le parlement, la plupart sont anciens élèves et congréganistes, comme le conseiller Pascal de Longpra ou le conseiller du Frenet de Beaumont63. Le procureur général Berger de Moydieu refuse de requérir contre eux : son oncle, François Berger de Malissoles, avait été nommé évêque de Gap en 1712 et s’était montré très hostile aux jansénistes. Le conseiller Barrai de Rochechinard, cousin de Pierre Guérin de Tencin, initiateur du concile d’Embrun en 1727, est leur défenseur64.

49Cette division des magistrats explique la longueur de la procédure et la modération de l’arrêt final d’expulsion, ainsi que de son exécution, comme l’a montré Jean Egret. Le Père Pourroy, directeur des congrégations mariales, initiateur du pensionnat jésuite en 1727, se retire alors chez son parent, président au parlement, dans l’hôtel grenoblois duquel il mourra dix ans plus tard.

50Le détachement par rapport à un ensemble de gestes et de pratiques ne signifie pas la fin du sentiment religieux pour tous : au contraire, on assiste à partir des années 1750-60 à un renouveau, mais au travers d’une grande diversité de formes.

Une spiritualité nouvelle, 1770-1790

L’attrait de l’illuminisme

  • 65 Jean Orcibal, “L’évêque et les grandes affaires religieuses”, in Jean Godel, Le Cardinal des montag (...)
  • 66 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Cerf, 19 (...)

51Au XVIIe siècle, les parlementaires dauphinois n’avaient pas été insensibles au mysticisme : madame Guyon a fait un séjour d’un an à Grenoble à la veille de la Révocation où elle rencontre un succès exceptionnel, dont témoigne la publication à Grenoble de son Moyen court et très facile pour faire oraison par les soins d’un conseiller au parlement qu’elle fréquente65. Il faut aussi rappeler le rôle important à Grenoble de la compagnie du Saint-Sacrement, société clandestine fondée pour lutter contre l’hérésie, dont le conseiller au parlement de Saint-Ferjus avait été la tête pensante66.

  • 67 A Aix, on compte une quinzaine de magistrats maçons, à Rouen vingt-deux, vingt-trois à Bordeaux ; M (...)
  • 68 Pierre Barral, “Un siècle de Maçonnerie grenobloise, 1750-1850”, Cahiers de l’Histoire, 1957, p. 37 (...)
  • 69 Tableau de la loge dans Louis Amiable, La Franc-Maçonnerie et la Magistrature en France à la veille (...)
  • 70 Archives Municipales de Grenoble, CC 501, Contrôle général de la ville de Grenoble, 1767-85.

52Onze membres du parlement, à notre connaissance, ont été initiés aux secrets maçonniques, ce qui n’est pas négligeable67. À Grenoble, la première loge connue, la Concorde, a été créée en 1766 par trois conseillers au parlement68. Elle se rattache à la Grande Loge d’Angleterre. Mais cet atelier disparaît rapidement. Les magistrats fréquentent alors deux loges : la Bienfaisance et l’Egalité qui fusionnent en 1783. Parmi ses membres les plus notables en 178469, on trouve de nombreux magistrats, même si c’est un militaire, le comte de Virieu, qui en est le député maître ; le vénérable est le président Joseph-Marie Barrai de Montferrat ; le premier surveillant, l’avocat général de la cour Savoye de Rollin ; le second, le conseiller Colaud de La Salcette ; parmi les frères, le président de La Croix de Sayve, les conseillers de Barrai, Besson, Chalvet. Les maçons se réunissent chez le président Pierre-Marie de Vaulx, dans son hôtel particulier rue de l’Arsenal70. Bien que le président ne soit pas maçon, il est le beau-frère de Claude de Rachais, qui joue un grand rôle chez les Ecossais.

  • 71 A.D.I., 13 B 612, Inventaire des biens du conseiller, 10 juillet 1767.
  • 72 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur ta sociabilité méridi (...)

53Barral, La Croix de Sayve d’Omacieux, Chalvet, Vaulx : autant de grands noms parlementaires qui se sont illustrés depuis le début du XVIIe siècle dans la dévotion. Les parlementaires maçons premiers de leur nom dans la cour, comme l’avocat général Savoye de Rollin, viennent de familles qui ont donné de nombreux membres à la congrégation des Messieurs. Cette attraction réciproque entre les deux formes de sociabilité, sacrée ou profane, s’observe bien chez le conseiller Sébastien Victor de La Colombière. Né en 1709, il est le petit-neveu du jésuite Claude La Colombière, célèbre directeur de conscience de Marguerite-Marie Alacoque, l’apôtre du Sacré Cœur de Jésus. Son père, conseiller au parlement, fait partie de la congrégation des Messieurs et de la Propagation. Son épouse est membre du bureau de la Maison des Orphelines ; lui-même est membre de la compagnie de la Propagation de la Foi de 1736 à sa mort. C’est aussi l’un des trois fondateurs de la loge de la Concorde en 1766. Chez ce conseiller à la fois dévot et maçon, l’on trouve L’erreur du péché philosophique combattu par les jésuites aux côtés des Lettres persanes, des œuvres de Voltaire ou du marquis d’Argens71. À une échelle modeste, Grenoble ne contredit donc pas le modèle Agulhon72.

  • 73 Bernard Plongeron, “L’Eglise catholique et la Franc-Maçonnerie”, Franc-Maçonnerie et religions dans (...)
  • 74 Auguste Viatte, Les Sources occultes du romantisme, Paris, 1928, 2 vol., rééd. 1965.
  • 75 Auguste Viatte, op. cit., p. 140.
  • 76 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, t. 1, La maçonnerie, école de l’Egali (...)
  • 77 Franck Lafage, Le Comte Joseph Maistre (1753-1821), Itinéraire intellectuel d’un théologien de la p (...)

54On connaît les rapports constants entre catholicisme et franc-maçonnerie malgré plusieurs condamnations pontificales73 : le rapport est très net à Grenoble où les deux loges sont affiliées au Directoire Ecossais d’Auvergne créé à Lyon par Willermoz, chef des Illuminés lyonnais, qui subjugue la plupart des loges de l’Est et du Sud-Est74. Un catholicisme exalté anime Willermoz, mais il n’admet pas l’autorité du pape - on l’a dit pseudo janséniste et gallican75. Ce négociant en soierie à l’idéal philanthropique est administrateur d’hôpital76. Parmi ses disciples les plus notables, Joseph de Maistre, avocat général et substitut au sénat de Chambéry, revendique sa double appartenance de pénitent et de franc-maçon martiniste77.

  • 78 Jean-François Belhoste, Une Histoire des Forges d’Allevard des origines à 1885, Thèse EHESS, 1982.
  • 79 François Vermale, “Barrai de Montferrat, trois fois maire de Grenoble”, Bulletin de l’Académie Delp (...)
  • 80 A.D.I., II E 68, lettre de l’ancien procureur général Berger de Moydieu à son père, 28/06/92.
  • 81 Parmi les quatre souscripteurs, on trouve aux côtés du président de Barrai son ancien confrère, Jea (...)
  • 82 Il a écrit plusieurs opuscules défendant le magnétisme : Les Doutes d’un provincial proposés à Mrs (...)

55À Grenoble, la figure originale du président Joseph-Marie de Barrai mérite d’être décrite : président à mortier en 1764 à l’âge de vingt-deux ans, il est l’héritier de la branche cadette d’une grande famille de parlementaires et maîtres de forges, cousins des Guérin de Tencin78. Grâce aux relations de sa famille à la cour, il est le principal négociateur du parlement à Versailles. La tradition dévote est solidement implantée au sein de la famille : son père, le conseiller Barrai de Rochechinard, fait partie de la congrégation des Messieurs et est administrateur de l’Hôpital général. Ses oncles, évêques de Castres et de Troyes, se font connaître par leurs positions ultramontaines : le dernier refuse une sépulture chrétienne à Voltaire. Lui-même est administrateur de l’Hôpital général. Ce disciple de Voltaire, membre de l’Académie Delphinale, est également maçon - orateur de la loge, proposé pour l’initiation aux grades secrets. Élu maire de Grenoble en 1790, c’est un véritable Talleyrand local qui domine la vie politique grenobloise pendant toute la Révolution avant d’être nommé premier président de la Cour Impériale79. En 1792, il accueillera la prophétesse Suzanne La Brousse, en route pour Rome pour convertir le pape à la Constitution civile du clergé80. Sous l’Empire, il participe du rêve d’une théocratie universelle dont l’empereur serait l’agent. Témoin de sa fascination pour l’orientalisme, il finance l’impression de la Langue hébraïque restituée de Fabre d’Olivet81. On pourrait encore citer l’avocat général Servan, correspondant de Voltaire, apôtre de l’amour de l’humanité et de la tolérance au palais, disciple de Mesmer82.

  • 83 Cité par Adolphe Masimbert, La Famille Colaud de La Salcette, ms, f. 42.

56Cette soif du mystère, ce goût du secret est un moyen de répondre à un désir de sacré. Le conseiller maçon Colaud de La Salcette qui prononce devant la loge un discours pour l’égalité remplit ses carnets d’effusions religieuses : “O Dieu de bonté, rends moi quelques forces et la santé et je n’aurais de jouissance que dans l’étude et l’admiration de tes œuvres”83. L’essor du culte du Sacré Cœur, au début du siècle, participait déjà d’une mutation vers une religion plus christocentrique et plus individuelle, donnant une importance croissante à la religion intérieure.

La piété des magistrats grenoblois à la veille de la Révolution

  • 84 Dominique Julia, dans Histoire de la France religieuse, p. 407.
  • 85 Philippe Aries, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen-âge à nos jours, Paris, 1975 (...)
  • 86 A.D.I., III E 1158/58/1, f. 301-303, testament du conseiller Plan de Sieyes, 25/03/82.
  • 87 Ibid.

57Le XVIIIe siècle n’est pas seulement celui du déclin religieux84. Dans la seconde moitié du siècle des Lumières un véritable renouveau spirituel est sensible à Grenoble. Si de plus en plus, le testateur se détourne des prescriptions minutieuses et détaillées, que ce soit pour le devenir de sa dépouille ou le salut de son âme et s’en remet désormais avec confiance à ses proches, cela signifie sans doute moins l’affadissement de la foi qu’une nouvelle piété, davantage intériorisée, devenue une affaire privée85. En 1782, le conseiller de Plan de Sieyes se repose avec confiance sur son fils aîné : “je laisse le soin de mes funérailles à mon heritier, le priant que ce soit d’une maniéré modeste et chrétienne, et je le charge de faire prier dieu pour le repos de mon ame, et je veux qu’il fasse distribuer aux pauvres les aumônes qu’il jugera a propos le jour de mon enterrement”86. On observe ainsi un glissement, le testament étant désormais moins un écrit religieux personnel qu’un appel aux sentiments de sa famille : “J’exhorte encor mes enfants a vivre en paix et en parfaitte union. J’ay tache de leur inspirer ces sentiments, de meme que ceux de piete et de religion. Fasse le ciel qu’ils n’oublient jamais qu’il y a un dieu qui rendra a chaqu’un selon ses œuvres !”87 Les parlementaires ont tout à fait intériorisé une religion des œuvres, mais la piété est désormais plus spontanée, sensible. La distance vis-à-vis des formes collectives de l’adhésion religieuse s’accompagne d’un repli sur le for intérieur.

  • 88 Archives du Colombier, publiées par le baron de Leusse De Syon, La Vie du marquis de Leusse, consei (...)
  • 89 Ibid., p. 135.

58Les carnets du conseiller de Leusse témoignent de l’importance de la famille et aussi du conflit entre les idées des Lumières et la religion : dans les années 1780, cet ancien élève des jésuites adresse à son fds, avant son départ pour Malte, un mémoire “Instruction d’un père à son fds, qui a douze ans, et qui s’éloigne de cinq cents lieues de la maison paternelle” dans lequel il lui conseille la lecture quotidienne de l’Imitation de Jésus-Christ, de se confesser tous les mois et de ne jamais manquer la messe : “Dieu est ton père, tu dois l’aimer en bon et respectueux fds, et craindre en cette qualité souverainement de lui déplaire ; il est la bonté même. Il veut te rendre éternellement heureux pourvu que tu le veuilles toi-même [...] nous ne sommes nés libres que pour pouvoir mériter ou démériter”88. Ce retour à la foi de l’ancien disciple des philosophes n’est pas allé sans combats : en 1790, il écrit dans ses carnets : “Quelle faiblesse d’esprit comparable à la mienne ! Combien de jours ai-je combattu avec moi-même, combien d’assauts me suis-je livré, à quelle angoisse n’ai-je pas été réduit avant de pouvoir me résoudre à dire à mon fds Meyzieu que je le priais de ne plus lire ce livre dangereux de l’abbé Reinal sur l’histoire des Indes, où votre sainte religion est si malicieusement déchirée, ô mon dieu”89.

59Il ne s’agit pas là de cas exceptionnels : les exemples de magistrats dévots dans le Grenoble des années 1780 pourraient être multipliés : il semble même qu’au parlement ils soient devenus majoritaires à partir des années 1770.

  • 90 Sur le parti dévot comme composante du parti ministériel dans les années 1770, voir Dale K. Van Kle (...)
  • 91 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 29.

60La réforme du chancelier Maupeou a souvent été interprétée comme le triomphe des partisans de la Compagnie de Jésus contre les jansénistes qui les avaient expulsés du royaume, dix ans auparavant90. À Grenoble, il semble bien que ce soit le cas : le premier président du parlement Maupeou est l’ancien procureur général de la cour, Jean-Jacques Vidaud de La Tour, qui a été élève au collège de Louis-le-Grand, resté fidèle aux Pères. Le conseiller Gallien de Chabons, son beau-frère et son bras droit, est directeur de la Propagation de 1746 à la Révolution ; si l’on en croit ses adversaires dans la Compagnie, c’était “un homme foible, borné et fort dévoué aux jésuites dont il étoit un des congréganistes des plus zélés. Il avoit aussi des liaisons fort étroites avec un nommé Pollet, prêtre du diocèse de Lyon, qui s’étoit mis en tête d’établir à Grenoble un séminaire destiné uniquement à former des missionnaires qui se répandroient dans la province pour y combattre le jansénisme”91. La plupart des magistrats congréganistes sont restés dans la nouvelle cour ; les conseillers congréganistes de Beaumont et de Brenier ont même été promus présidents à mortier. Les conseillers Copin et Chalvet qui font partie de familles pieuses grenobloises y ont fait leur entrée, en remplacement de magistrats exilés ou démissionnaires.

  • 92 B.M.G., V 633, Rolle des frères Pénitents Blancs de Grenoble sous le vocable de Notre-Dame du Gonfa (...)
  • 93 “M. d’Antour, ancien conseiller au Parlement, imbécile de trente ans qui habitait le premier étage (...)
  • 94 “J’ai débuté dans le inonde par le salon de Mme de Valserre, dévote à la figure singulière, sans me (...)

61La restauration de l’ancien parlement ne met pas fin à cette tendance : dans les années 1780, les dévots sont reçus dans une cour dirigée désormais moins par le président d’Ornacieux et le conseiller de Meyrieu, désormais fort âgés, que par les présidents Pierre-Marie de Vaulx - souvent premier président par interim - et Joseph-Marie de Barrai de Montferrat : parmi la quinzaine de nouvelles recrues, Gaspard Marie Duboys, descendant d’une célèbre lignée d’avocats consistoriaux très pieux et dévoués aux jésuites ; Gaspard Alluis Edouard Tournu de Ventavon, neveu d’un père de la Compagnie de Jésus ; Marie Marc Doudard de Lagrée, fils du procureur général de la chambre des comptes et recteur des Pénitents Blancs depuis 175892 ; Abel Dantour, voisin d’Henri Beyle qui en esquisse un portrait peu flatteur93 ; il est le neveu du conseiller de Brenier, congréganiste et de sa sœur, demoiselle qui dirige la maison de Orphelines en 1787 ; Apollinaire Louis Vaulserre des Adrets, frère d’une grande dévote, l’épouse du même conseiller de Brenier94.

  • 95 Archives de Longpra, livre de comptes du conseiller Pierre Antoine de Longpra, 2/10/78.

62Terminons cette étude par le portrait d’un conseiller dauphinois ordinaire, Pierre Antoine Pascal de Longpra. Ce fils d’un maître des comptes est né en 1728. Reçu conseiller au parlement en 1754, il en est un membre des plus assidus jusqu’aux dernières séances de la cour en 1790. Ancien élève au collège jésuite de la ville, membre de la congrégation des Ecoliers, il sera le défenseur des Jésuites devant ses confrères. Membre du parlement Maupeou, il participe à l’opposition du parlement en 1788 et accueille avec faveur les premiers accents de la Révolution. En lui se mêle tradition dévote et sensibilité nouvelle. Son livre de comptes témoigne de sa piété dans les actes quotidiens, par l’abondance et la régularité des aumônes, les secours apportés aux pauvres, aux œuvres grenobloises - sa femme et lui comptent parmi les bienfaiteurs des Ecoles chrétiennes, il est le directeur de la Propagation de la Foi à partir de 1780 - les pieuses lectures, ou encore les notes du poissonnier en période du carême. Sa piété s’exprime également par des gestes plus exceptionnels : le conseiller effectue le pèlerinage de Notre Dame de l’Ozier en 1777 avec toute sa famille95. Il est donc resté attaché aux pratiques de ses pères. A la mort de sa femme, en 1790, un enterrement baroque est célébré en présence des confréries de Pénitents et Pénitentes, de pauvres, sonneries et cierges, soit 160 livres de frais funéraires. Mais les nombreuses oraisons du conseiller dans son livre de comptes témoignent également d’une piété au accents nouveaux, centrée sur la famille qui s’exprime dans la prière du conseiller à l’occasion de la mort de sa femme :

  • 96 Livre de comptes, 27/07/90.

63“Grand Dieu, faites moy part de cette entière soumission à vos ordres, c’est le bien de sa succession dont j’ai le plus grand besoin pour pouvoir aprez un tel malheur suporter le reste de ma vie et l’employer utilement pour mon salut et pour le proffit des braves enfants qu’elle m’a laissés qui, j’espère, conserveront tous quelques bonnes qualités de leur mère, laquelle, aprez avoir remplis exactement ses devoirs envers dieu, ne leur a donné et laissés que de bons exemples et ensuite disposé de son temporel de manière je crois à les satisfaire, oü du moins à maintenir entre eux l’amitié et la paix qu’elle leur a inspiré et qu’à son exemple je ne travaillerai plus qu’à leur laisser. Ainsi soit-il96.”

64On a là les accents de la piété plus douce de la fin du siècle, essentiellement tournée vers la vie privée et qui accorde la première place à la famille.

  • 97 Louis Châtellier, sous la direction de, Religions en transition dans la seconde moitié du XVIIIe si (...)

65L’exemple de cette modeste élite provinciale confirme l’analyse de Louis Châtellier qui voit dans le XVIIIe siècle une période de transition pour la religion97. L’épanouissement de la Réforme catholique s’accomplit à Grenoble dans la première moitié du siècle : jamais les enseignements de l’église tridentine n’ont été si observés par l’élite urbaine. A partir des années 1750, ce modèle traditionnel connaît une crise ; cependant si les cadres du conformisme craquent, si les formes traditionnelles de la piété sont moins observées par les parlementaires, cela n’empêche pas le maintien de la religion sous une forme nouvelle. La sécularisation bien connue est associée, parfois chez les mêmes personnes - pensons aux déchirements du conseiller de Leusse-, d’une nouvelle forme de religiosité. Les Catholiques d’après 1760 ne sont en tout cas plus tout à fait ceux issus de l’église tridentine.

Notes

1 René Favier, Les Villes du Dauphiné aux XVIIe et XVIIIe siècles, Grenoble, 1993.

2 Jacques Sole, “De la reconquête catholique à l’enfance de Stendhal”, dans Histoire de Grenoble, sous la dir. de Vital Chomel, Toulouse, 1976, p. 169-200 ; Kathryn Norberg, Rich and Poor in Grenoble, 1600-1814, Berkeley, 1985 ; Catherine Martin, Les Compagnies de la Propagation de la foi (1632-1685). Paris, Grenoble, Aix, Lyon, Montpellier. Etude d’un réseau d’associations fondé en France au temps de Louis XIII pour lutter contre l’hérésie des origines à la Révocation de l’Edit de Nantes, Genève, 2000.

3 Laurent Versini, Laclos et la tradition. Essai sur les sources et les techniques des Liaisons dangereuses, Paris, 1968.

4 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné et les ajfaires publiques dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, Grenoble, 1942, 2 vol.

5 William Doyle, The Parlement of Bordeaux and the End of the Old Regime, Londres, 1974 ; Maurice Gresset, Le Monde judiciaire à Besançon, de la conquête par Louis XIV à la Révolution française, Lille, 1975, 2 vol.; Monique Cubells, La Provence des Lumières : les parlementaires d’Aix au XVIIIe siècle, Paris, 1984 ; François Bluche, Les Magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, Paris, 1986.

6 L’Aristocratie parlementaire normande au XVIIIe siècle : un système de représentation. Godart de Belbeuf ou le parfait magistrat, Thèse de L’EHESS, Paris, 1992 ; Godart de Belbeuf, le Parlement, le Roi et les Normands, Luneray, 1996. Il faut voir aussi l’étude de Mady Cathelin, De la moralité des actions humaines, ou un juriste au Siècle des Lumières, Charles-François Morel de Thurey, 1734-1788, témoin et juge de la société de son temps, Thèse Besançon, 1991, version dactylographiée.

7 Je me permets de renvoyer à ma thèse de doctorat, Les Pères de la patrie. La société parlementaire en Dauphiné au temps des Lumières, EHESS, décembre 2001.

8 Jean Godel (sous la dir. de), Le Cardinal des montagnes Etienne Le Camus, Grenoble, 1974 ; Maurice Virieux, “Jansénisme et molinisme dans le clergé du diocèse de Grenoble au début du XVIIIe siècle”, Revue d’Histoire de l’Eglise de France, 1974, p. 297-319 ; Bernard Bligny, (sous la dir. de), Histoire du diocèse de Grenoble, Paris, 1979.

9 Marie-Madeleine Compere et Dominique Julia, Les Collèges français (XVIe-XVIIIe siècle) Répertoire, I., La France dit Midi, Paris, 1984, p. 311-317 et p. 650-653.

10 Bernard Dompnier, “Les missionnaires, les Pénitents et la vie religieuse aux XVII et XVIIIe siècles”, Les Confréries de Pénitents. Dauphiné-Provence. Actes du colloque de Buis-les-Baronnies, octobre 1982, Valence, 1988, p. 139-159.

11 Louis Chatellier, L’Europe des dévots, Paris, 1987; Lynn Martin, The Jesuit Mind: The Mentality of an Elite in Early-Modern France, Ithaca, 1988.

12 Père Joseph PRA Les Jésuites à Grenoble, 1587-1763, Lyon-Paris, 1901, p. 303.

13 Archives Départementales de l’Isère (A.D.I.), D 33, Congrégation de la Purification. Livre de recettes et dépenses, 1710-1762.

14 A.D.I., D 33, Catalogue de Messieurs de la Congrégation, année 1753.

15 A.D.I., D 32, Congrégation de l’immaculée Conception, dite des Ecoliers : registre d’admission, 1708-1761.

16 A notre connaissance, 20 parlementaires en exercice de 1750 à 1790 ont fréquenté un collège jésuite contre 7 pour un collège oratorien. Parmi les plus notables, Jean-Jacques Vidaud de La Tour, procureur général de la cour, premier président du parlement Maupeou, élève à Louis le Grand de 1746 à 1755. L’avocat général Michel-Joseph-Antoine Servan élève au collège de la Trinité de Lyon où il composa sa première œuvre littéraire, “Sentiment d’un berger d’Ullins sur la convalescence de Monseigneur le cardinal” dans Compliments récités au cardinal de Tencin à son retour d’Ullins par les pensionnaires du Grand Collège de Lyon, Lyon, 1752.

17 A.D.I., 26 H 221, Histoire des Orphelines de Grenoble.

18 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 23.

19 A.D.I., 26 H 224 : livre de délibérations des dames qui gouvernent la communauté des Orphelines de Grenoble, prises depuis Tannée 1748 jusqu’en 1784.

20 P. PRA, Les Jésuites à Grenoble…, p. 290.

21 A.D.I., D 45, Confrérie du Sacré-Cœur de Jésus : liste des bienfaiteurs (1751-1758). En revanche, nous n’avons pas trouvé de parlementaire membre d’une confrérie de Pénitents au XVIIIe siècle, à la différence du cas aixois : Monique Cubells, “Pénitents et francs-maçons à Aix au XVIIIe siècle : structures de sociabilité et hiérarchies sociales”, Sociabilité, pouvoirs et société, Rouen, 1987, p. 621-630 ou du cas bisontin : Maurice Gresset, op. cit., t. II, p. 625. Sur ce sujet, voir Marie-Hélène Froeschle-Chopard (sous la dir. de), Les Confréries de Pénitents. Dauphiné-Provence. Actes du colloque de Buis-les-Baronnies, octobre 1982, Valence, 1988.

22 Catherine Martin, Les Compagnies de la Propagation de la foi.... p. 236.

23 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 18-19.

24 Ibid., p. 171.

25 A.D.I., 26 H 115-116, Registre de délibérations du bureau de la Propagation de la foy établie en cette ville de Grenoble commencé le Ier mars 1726 (jusqu’en 1785).

26 A.D.I., D 58, Comptes des écoles chrétiennes de Grenoble, 1708-1784.

27 Bibliothèque Municipale de Grenoble, (B.M.G.), Xd 390, Almanach diocésain ; B.M.G., Xd 391, Calendrier ecclésiastique, militaire et civil de la province de Dauphiné ; Xd 393, Almanach Général et Historique de ta province du Dauphiné.

28 La fille de ce couple, Anne Françoise Dupuy de Saint-Vincent, veuve en 1775 de son mari, Joachim de Valbonne, sieur de Chateaudouble, abandonna ses biens pour se consacrer à la charité. C’est une des grandes figures dévotes du Grenoble pré-révolutionnaire ; en 1789, elle était directrice de l’Hôpital de la Providence et de la maison des filles de la Présentation.

29 Dominique Julia, dans Le Goff (Jacques), Remond (René), dir., Histoire de la France religieuse, t. III, Du Roi Très Chrétien à la laïcité républicaine XVIIIe-XIXe siècle, dir. Philippe Joutard, Paris, 1991, p. 414.

30 Murielle Veyrat-masson, Les Congrégations mariales de Grenoble, 1624-1762, Mémoire de maîtrise, Grenoble-II, 1994, p. 13 et sqq.

31 A.D.I., D 33, Congrégation de la Purification. Livre de recettes et dépenses, 1710-1762.

32 Kathryn Norberg, Rich and Poor, p. 163-164. 11 en est de même pour les Ecoles chrétiennes, p. 171-174.

33 Le bureau ne se réunit plus que trois fois : en 1776, 1780 et 1785 (26 H 116).

34 A.D.I., 26 H 115 et 116.

35 “Il est notoire que des établissements de charité dans la ville de Grenoble, dénommés la Propagation de la Foi, la Magdeleine et l’hospice des filles de service, quoique formés et soutenus pendant longtemps pour une grande utilité dans cette ville, tendent à présent à leur décadence... ”. A.D.I., 26 H 117, Registre des deliberations des trois etablissements reunis, la propagation, la magdeleine et les filles de service, délibération du 9/07/81, f. 3.

36 Ibid., f. 93.

37 A.D.I., 26 H 117, délibération du 19/03/90, f. 95.

38 A.D.I., 26 H 224 : Livre de délibérations des dames qui gouvernent la communauté des Orphelines de Grenoble, prises depuis l’année 1748 jusqu’en 1784.

39 A.D.I., GG 665, Fabrique de Saint-Hugues ; bureau de charité (1773-1791) Nous n’avons pas retrouvé d’archives pour les années précédentes ou les autres paroisses de la ville. Voir Jacques Sole dans Le Diocèse de Grenoble, p. 155.

40 A.D.I., GG 665, “Je n’oublierai jamais, madame, la charité généreuse et active avec laquelle les dames du bureau ont assisté les pauvres de cette paroisse ; c’est une justice qu’on ne leur refusera jamais et l’on sera quelque jour étonné qu’une œuvre de charité aye pu avec trois cents et quelques livres de fixe se soutenir pendant seize ans et dépenser sept tantôt huit et mesme neuf mille livres par an. Je fais profession, madame, de publier hautement les actes de generosité envers les pauvres qui sont si multipliées de la part de la noblesse”, Lettre du curé Hélie à la présidente de Sayve, 21/03/91.

41 Maurice Gresset, Gens de justice à Besançon, t. II, p. 622-623 ; William Doyle, The Parlement of Bordeaux, p. 135 ; Olivier Chaline, Godart de Belbeuf, p. 344.

42 B.M.G., Xd 390, Almanach Diocésain. A.D.I : 5 G 255 Chapitre cathédral de Notre-Dame de Grenoble, (1696-1786) ; 15 G 458 : registre des délibérations du chapitre de Saint-André du 24 janvier 1757 au 2 décembre 1771. Le chapitre de Saint-André est une sorte de Sainte-Chapelle delphinale où le parlement entend la messe en corps à l’ouverture de la cour.

43 Marise Plais-foulaz, Religieuses cloîtrées de Grenoble, XVII-XIIIe siècles, mémoire de maîtrise, 1991, p. 76.

44 A.D.I., 19 H 108-109, contrats de réceptions des chanoinesses de Montfleury, XVIIIe siècle.

45 Dominique Julia, op. cit., p. 188.

46 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné..., t. Il, p. 89-93.

47 A.D.I., 19 H 8, Preuves de noblesse au chapitre noble de Malte. 10 H 61, Délibérations des chanoinesses du chapitre de Malte établi à St Antoine du Viennois.

48 A.D.I., B 2318, f. 121, f. 144v, f. 234 et 283.

49 Michel Vovelle, Piété baroque et déchristianisation. Les attitudes devant la mort en Provence au XVIIIe siècle, Paris, 1971, rééd. 1976 ; Pierre Chaunu, La Mort à Paris aux XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1978.

50 Cette demande est fréquente en France à partir de la fin du XVIIe siècle, Philippe ARIES, L’Homme devant la mort, Paris, 1977, p. 317-319.

51 Il en est de même en Provence ; Régis Bertrand, “Messieurs du Parlement, la religion et la mort (XVIIe-XVIIIe siècles)”, Le Parlement de Provence, 1501-1790. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 6-7 avril 2001, Aix-en-Provence, 2002, p. 55-70.

52 Michel Vovelle constate le même phénomène en Provence, op. cit., p. 275.

53 Kathryn Norberg, op. cit., p. 127.

54 Kathryn Norberg, op. cit., p. 250.

55 Voir Les Pères de la patrie, chapitre 3, p. 183-189.

56 Celui-ci lui répond par une profession de foi dans une très belle lettre datée du 15 janvier 1769 ; R. A. Leigh, Correspondance complète de Rousseau, Genève, vol. XXXVI, lettre no 6529, p. 13-24.

57 A.D.I., 1 J 1224, Livre de comptes du conseiller, f. 107 et suiv.

58 Maurice Virieux, art. cit., p. 300 ; Jacques Sole, Le Diocèse de Grenoble, p. 151-153.

59 Jean Egret, Le Parlement de Dauphiné et Louis XV et l’opposition parlementaire, Paris, 1970.

60 A Aix, la Compagnie est pareillement déchirée, Philippe Lecrivain, “Les jésuites et le Parlement d’Aix au XVIIIe siècle”, Le Parlement de Provence, 1501-1790. Actes du colloque d’Aix-en-Provence, 6-7 avril 2001, Aix-en-Provence, 2002, p. 173-189. Pour une étude générale, Jean Egret, “Le procès des jésuites devant les Parlements de France”, Revue Historique, t. 204, juil-sept. 1950, p. 1-27.

61 B.M.G., Bd 658, Letourneau, Miscellanea, II, f. 1280.

62 Sur leur rôle, voir Dale K. Van Kley, The Jansenists and the Expulsion of the Jesuits from France, 1757-1765, New Haven, 1975.

63 Public par Le P. Pra, op. cit., p. 496.

64 Jean Sareil, Les Tencin. Histoire d’une famille au dix-huitième siècle d’après de nombreux documents inédits, Genève, 1969.

65 Jean Orcibal, “L’évêque et les grandes affaires religieuses”, in Jean Godel, Le Cardinal des montagnes...

66 Alain Tallon, La Compagnie du Saint-Sacrement (1629-1667). Spiritualité et société, Paris, Cerf, 1990, p. 34.

67 A Aix, on compte une quinzaine de magistrats maçons, à Rouen vingt-deux, vingt-trois à Bordeaux ; Monique Cubells, La Provence des Lumières, p. 390 ; William Doyle, The Parlement of Bordeaux, p. 134 ; Olivier Chaline, Godart de Belbeuf..., p. 346-347.

68 Pierre Barral, “Un siècle de Maçonnerie grenobloise, 1750-1850”, Cahiers de l’Histoire, 1957, p. 373-395, p. 374.

69 Tableau de la loge dans Louis Amiable, La Franc-Maçonnerie et la Magistrature en France à la veille de la Révolution. Aix, 1894.

70 Archives Municipales de Grenoble, CC 501, Contrôle général de la ville de Grenoble, 1767-85.

71 A.D.I., 13 B 612, Inventaire des biens du conseiller, 10 juillet 1767.

72 Maurice Agulhon, Pénitents et francs-maçons de l’ancienne Provence. Essai sur ta sociabilité méridionale, Paris, Fayard, 1968 ; Éric Saunier, “Être confrère et franc-maçon à la fin du XVIIIe siècle”, Annales historiques de la Révolution française, 306, octobre-décembre 1996, p. 617-634.

73 Bernard Plongeron, “L’Eglise catholique et la Franc-Maçonnerie”, Franc-Maçonnerie et religions dans l’Europe des Lumières, Charles Porset dir., Paris, 1998. Mounier reprochera aux maçons grenoblois des “pratiques de dévotion en usage dans la classe la moins instruite ”, De l’influence attribuée aux philosophes, aux Francs-Maçons et aux Illuminés sur la Révolution de France, 1801, cité par René Le Forestier, La Franc-maçonnerie templière et occultiste aux XVIIII et XIXe siècles, Paris, 1970, p. 859.

74 Auguste Viatte, Les Sources occultes du romantisme, Paris, 1928, 2 vol., rééd. 1965.

75 Auguste Viatte, op. cit., p. 140.

76 Pierre Chevallier, Histoire de la Franc-Maçonnerie française, t. 1, La maçonnerie, école de l’Egalité (1725-1799), Paris, 1974, p. 231.

77 Franck Lafage, Le Comte Joseph Maistre (1753-1821), Itinéraire intellectuel d’un théologien de la politique, Paris, 1998.

78 Jean-François Belhoste, Une Histoire des Forges d’Allevard des origines à 1885, Thèse EHESS, 1982.

79 François Vermale, “Barrai de Montferrat, trois fois maire de Grenoble”, Bulletin de l’Académie Delphinale, 1956.

80 A.D.I., II E 68, lettre de l’ancien procureur général Berger de Moydieu à son père, 28/06/92.

81 Parmi les quatre souscripteurs, on trouve aux côtés du président de Barrai son ancien confrère, Jean-Pierre Bachasson de Montalivet, ancien conseiller au parlement de Grenoble et ministre de Napoléon, Auguste Viatte, op. cit., t. II, p. 187.

82 Il a écrit plusieurs opuscules défendant le magnétisme : Les Doutes d’un provincial proposés à Mrs les médecins commissaires chargés par le Roi de l’examen du magnétisme animal et les Questions du jeune Docteur Rhuharbini de Purgandis à Messieurs les Docteurs de toutes les Facultés de l’Univers, au sujet de Mesmer et du magnétisme animal, 1784. A ce sujet, Robert Darnton, La Fin des Lumières. Le mesmérisme et ta Révolution, Paris, 1984, p. 61-62.

83 Cité par Adolphe Masimbert, La Famille Colaud de La Salcette, ms, f. 42.

84 Dominique Julia, dans Histoire de la France religieuse, p. 407.

85 Philippe Aries, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen-âge à nos jours, Paris, 1975 et L’Homme devant la mort, Paris, 1977.

86 A.D.I., III E 1158/58/1, f. 301-303, testament du conseiller Plan de Sieyes, 25/03/82.

87 Ibid.

88 Archives du Colombier, publiées par le baron de Leusse De Syon, La Vie du marquis de Leusse, conseiller au Parlement de Grenoble, 1737-1794, Grenoble, Allier Frères, 1907, p. 83.

89 Ibid., p. 135.

90 Sur le parti dévot comme composante du parti ministériel dans les années 1770, voir Dale K. Van Kley, The Religious Origins of the French Revolution : From Calvin to the Civil Constitution, 1560-1791, Yale University Press, 1996 ; trad. frç. 2002, p. 416-430 ainsi que Monique Cottret, Jansénismes et Lumières. Pour un autre XVIIIe siècle, Paris, 1998, p. 143-177.

91 B.M.G., U 1116, Journal de la Réintégration, f. 29.

92 B.M.G., V 633, Rolle des frères Pénitents Blancs de Grenoble sous le vocable de Notre-Dame du Gonfalon et de la Miséricorde pour l’année 1789.

93 “M. d’Antour, ancien conseiller au Parlement, imbécile de trente ans qui habitait le premier étage et dont l’occupation constante était de se promener dans son grand salon en se rongeant les ongles. Le pauvre diable perdait la vue et de plus était notoirement suspect, comme mon père. 11 était dévot jusqu’au fanatisme, mais à cela près point méchant. ” Stendhal, Vie de Henry Brulard, Paris, 1998, p. 273.

94 “J’ai débuté dans le inonde par le salon de Mme de Valserre, dévote à la figure singulière, sans menton, fille de M. le baron des Adrets et amie de ma mère”, Ibid., p. 20.

95 Archives de Longpra, livre de comptes du conseiller Pierre Antoine de Longpra, 2/10/78.

96 Livre de comptes, 27/07/90.

97 Louis Châtellier, sous la direction de, Religions en transition dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, Oxford, Fondation Voltaire, 2000.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search