Version classiqueVersion mobile

Les Parlements et la vie de la cité (xvie-xviiie siècle)

 | 
Yves Sassier
, 
Olivier Chaline

Les parlementaires à Rennes au XVIIe siècle : la grandeur et l’exil

Gauthier Aubert

Texte intégral

  • 1 La bibliographie la plus récente et la plus complète sur le parlement se trouve dans l’ouvrage cons (...)
  • 2 Antoine M„ Louis XV, Paris, 1989, p. 894.
  • 3 Berbouche A., “De la résistance légale à la fronde parlementaire en Bretagne : l’opposition du parl (...)

1Alors que le XVIIIe siècle rennais est de mieux en mieux connu, le siècle précédent souffre quant à lui d’une relative méconnaissance, et il en est ainsi de l’histoire de la cité comme de son institution phare, le parlement de Bretagne. Un coup d’œil sur la bibliographie existante suffit d’ailleurs à s’en convaincre1. L’explication du déséquilibre historiographique entre le XVIIe et le XVIIIe siècle est certainement la conséquence de l’état de la documentation, plus riche pour le XVIIIe siècle, en particulier en raison de l’incendie qui a ravagé le cœur de la ville en 1720. Cependant, cette catastrophe n’a pas que détruit des archives : elle a aussi eu pour conséquence de donner à Rennes son aspect très “XVIIIe siècle” qui frappe tout visiteur. Il n’est ainsi pas impossible que les historiens, plus ou moins consciemment d’ailleurs, aient eut tendance à privilégier une époque dont l’empreinte monumentale était si évidente. Il est sans doute une autre raison qui explique cette attirance pour le XVIIIe siècle, et raison qui relève de l’histoire politique. Le XVIIIe siècle est en effet celui de l’“affaire la Chalotais”, que Michel Antoine n’a pas hésité à qualifier de “guêpier breton” pour la monarchie2. Avec cette “affaire de Bretagne”, dont il est sorti victorieux, le parlement du XVIIIe siècle pouvait laisser l’impression d’avoir réussi là où le parlement du XVIIe siècle avait échoué : un siècle avant le retour triomphal de La Chalotais à Rennes, “nosseigneurs” du palais avaient dû quitter la ville tête basse pour un “exil” à durée indéterminée à Vannes, et leur retour à Rennes coïncida avec l’établissement d’un intendant contre l’installation duquel ils avaient toujours lutté3.

  • 4 Courbe réalisée à partir des indications fournies par François Lebrun (“L’évolution de la populatio (...)
  • 5 Lettre à Madame de Grignan, 27 octobre 1675 (éd. Gailly G., Paris, 1956, t. 1, p. 892).

2Pourtant, le XVIIe siècle rennais et parlementaire mérite bien mieux que le relatif oubli dont il est victime. C’est en effet le siècle de l’apogée démographique, le XVIIIe siècle étant celui, au mieux, d’une stagnation de la population de la ville (fig. I)4. Le XVIIe siècle est également celui de la construction du palais du parlement (1618-1655), sans doute le plus beau monument de la ville. Un simple coup d’œil sur la courbe démographique rennaise permet de souligner que la construction du palais est contemporaine de la croissance démographique, tandis que l’effondrement de la population entre 1675 et 1690 est directement lié au départ du parlement de Rennes, confirmant, note François Lebrun, le mot cruel de la marquise de Sévigné qui écrivit que sans son parlement, Rennes “ne vaut pas Vitré”5. Autant de raisons de s’interroger sur les relations entre Rennes et ces messieurs du palais, surtout que le XVIIe siècle connaît également des révoltes urbaines qui peuvent être révélatrices de tensions, mais aussi de solidarités. Précisons cependant que toutes les questions relatives au sujet posé ne pourront être traitées ici en profondeur et que je me bornerai par conséquent à un état des lieux provisoire autour des thèmes de la domination sociologique des parlementaires et des relations avec la communauté de ville avant de suggérer, pour finir, une typologie des parlementaires.

“Nosseigneurs du Parlement de Bretagne” à Rennes

  • 6 Aubert G., “La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais”, Histoire (...)
  • 7 Arch, munie. Rennes, 1035. Ce registre, qui comprend 4 855 cotes, a été en particulier étudié par A (...)
  • 8 Sans doute est-il nécessaire de rappeler que nous entendons par “milieu parlementaire” les magistra (...)

3S’il ne fait guère de doute que, au XVIIIe siècle, les parlementaires forment la tête sociale de la ville6, une réponse ferme est plus difficile à établir pour le siècle précédent, en raison du déficit historiographique déjà évoqué, mais aussi parce que les sources fiscales sont encore rares. Parmi celles-ci, il faut accorder une mention particulière au registre intitulé “Réformation des rooles des cinquantaines pour la taxe des pauvres”, en date de 16297. Certes, les chanoines et les officiers du roi - parlementaires inclus-, bien que mentionnés, voient leur cote laissée vacante. Toutefois, quelques rares personnes émanant du milieu parlementaire échappent à la règle8. Il s’agit en particulier de veuves, d’épouses de parlementaires et d’un conseiller honoraire dont les contributions à l’occasion de cette taxe se situent bien au-dessus de la moyenne rennaise :

Présidente de Cucé

18 livres

Mademoiselle de la Noë Huart

18 livres

Conseiller honoraire de Launay du Han

12 livres

Madame d’Argentré

6 livres

Présidente de la Garenne

4 livres 16 sols

Président de Sévigné

4 livres 16 sols

Madame de Mesneuf

4 livres 10 sols

Demoiselle du Boullay, veuve de conseiller

64 sols

Mademoiselle de Rivière, veuve de conseiller

32 sols

Moyenne des 1 846 contributions des Rennais dont la catégorie sociale est connue

13 sols

4Que le milieu parlementaire appartienne à l’élite sociale semble en fait évident. Une approche plus fine de la même source peut être proposée, afin d’essayer, à partir des bribes d’informations dont nous disposons, de situer les parlementaires au sein des élites urbaines, en concentrant notre regard sur les 36 contributions de 4 livres et plus (fig. 2). 11 apparaît alors que les maximums rennais sont atteints, dans ce document incomplet, rappelons-le, par une présidente de Cucé - famille du premier président - et une demoiselle de la Noë-Huart, dont le nom évoque le conseiller homonyme et son père, ci-devant greffier en chef. Malgré son caractère partiel et lacunaire, ce document vient renforcer l’idée d’une très probable supériorité parlementaire. Il importe également d’être nuancé : que mademoiselle de la Noë-Huart partage le sommet du classement avec une première présidente est un indice des capacités de la bourgeoisie rennaise dont la première est fraîchement issue (fig. 3), bourgeoisie qui peut alors encore se frayer un chemin vers la cour.

  • 9 Itinéraire de Bretagne. D’après le manuscrit original de Dubuisson-Aubenay de son voyage en Bretagn (...)
  • 10 Ceci pose la question du déclin de la marchandise rennaise au XVIIe siècle (Gicquel C., Les marchan (...)
  • 11 Bourdeaut A. (éd.), “Journal des Etats de Bretagne tenus à Nantes en 1636 par Dubuisson-Aubenay”, B (...)
  • 12 C’est finalement l’opinion d’André Mussat quant à ce témoignage (“ L’architecture à Rennes au XVIIe (...)
  • 13 Une objection pourrait toutefois être ici formulée en rappelant que Dubuisson-Aubenay est venu acco (...)
  • 14 Moi, Claude Bordeaux... Journal d’un bourgeois de Rennes au 17e siècle, Isbled B. (éd.), Rennes, 19 (...)

5D’autres indices, dont le caractère subjectif est cependant évident, peuvent être versés au dossier. Il en va ainsi du témoignage du Normand Dubuisson-Aubenay, de passage à Rennes en septembre 1636, dans la suite du commissaire du roi d’Etampes9. Le voyageur signale d’abord que, à côté du monde de la justice, “il y a peu de bonne bourgeoisie” : les éventuels rivaux des parlementaires seraient donc à aller chercher du côté de la chancellerie, du présidial, voire du barreau, mais non du côté des marchands, ce qui n’est pas totalement une surprise10. Par ailleurs, Dubuisson-Aubenay se livre à une énumération des belles demeures de la ville. Or, il faut l’avouer, son témoignage est, à première vue, décevant puisque cinq demeures seulement retiennent son attention. Un tel chiffre est difficile à interpréter : doit-on penser que notre voyageur - pourtant resté plusieurs semaines dans la ville11 - au regard aiguisé par de nombreux voyages et par la connaissance de la capitale du royaume d’où il vient, est un peu sévère12 ; ou bien doit-on voir là, de la part des élites locales, l’effet d’un rapport particulier à la ville, à la pierre, et peut-être plus largement aux beaux-arts ? S’il est sans doute trop tôt pour se prononcer, notons néanmoins qu’il y a quand même quelque chose à retirer de la courte énumération des belles maisons de Rennes par Dubuisson-Aubenay. En effet, outre l’hôtel du gouverneur de Brissac, le voyageur signale les hôtels de deux présidents à mortier, d’un conseiller au présidial et d’un marchand. Il y a là à première vue de quoi relativiser l’importance des parlementaires dans la cité. Pourtant, il importe à nouveau d’être nuancé. Ainsi, le conseiller au présidial dont la demeure est citée, du Bouexic, appartient à une famille qui ne va pas tarder à entrer au parlement, en 1645. De plus, Dubuisson-Aubenay ne connaît pas le nom de ce fastueux conseiller au présidial, alors qu’il indique clairement ceux des présidents dont il signale l’hôtel, ce qui pourrait être un nouvel indice de supériorité13. Enfin, la dernière maison, celle du marchand Belhomme, était louée à des magistrats au parlement14. Ainsi, apparaît-il que chaque belle maison rennaise, ou presque, est associée aux messieurs du palais.

  • 15 Baneat P., Le vieux Rennes, Rennes, 1972 (rééd.), p. 283-294. Les noms des premiers constructeurs c (...)
  • 16 Nuance suggérée dans Croix A. (dir.), Bretagne. Images et Histoire, Rennes, 1996, p. 110.

6Un autre indice peut être fourni en observant le nom de ceux ayant fait construire, entre 1650 et 1670, les hôtels particuliers de la place des Lices. Ces demeures, souvent attribuées aux parlementaires par les Rennais du XXe siècle, ne sont pas œuvres de magistrats au parlement, pour autant que l’on puisse le savoir en l’état actuel de l’érudition. Le recours à la somme de l’érudit Paul Banéat, grand défricheur des archives rennaises, montre que quatre n’ont pas pour propriétaire initial un parlementaire, tandis que le cinquième reste mystérieux15. Mais il est vrai que si les hôtels n’ont pas été construits par des parlementaires, il reste possible qu’ils l’aient été pour eux16.

  • 17 Moi, Claude Bordeaux, op. cit.

7Une autre approche peut être proposée pour tenter de cerner la place des parlementaires dans la ville, en étudiant le journal tenu par la famille Bordeaux-Duchemin, bourgeois et marchands très attentifs à la vie de leur cité17. La liste qu’ils établissent des parrains et marraines des nouvelles cloches peut constituer un premier test :

Année

Eglise

Parrain

Marraine

1629

Toussaint

Premier président de Bourgneuf

Mme de Brecquigny, épouse président à mortier

1642

St-Sauveur

Président à mortier Loaisel de Brie

Mme de Bourgneuf, épouse premier président

1642

St-Sauveur

Premier président de Bourgneuf

Mme Loaisel de Brie, épouse président à mortier

1642

St-Sauveur

M. Landais, recteur de la paroisse

(pas de marraine)

1667

Toussaint

Conseiller Thierry de la Prévalaye

Abbesse de Saint-Georges (bénédictine)

1680

Cathédrale

Marquis de Coëtlogon, gouverneur

Mme Beschart, épouse de l’alloué

1697

Toussaint

Premier président Lefevre

Mme de Brecquigny, épouse président à mortier

8La domination parlementaire apparaît ici éclatante. Ainsi le seul baptême qui échappe complètement à ces messieurs et à leurs épouses, celui d’une cloche de la cathédrale en 1680, date d’une époque où le parlement est à Vannes, et le choix de la femme de l’alloué du présidial peut sembler avoir été fait par défaut. Certes, il importe de souligner que la qualité de seigneur des Brecquigny ou des Thierry peut expliquer leur présence, mais le fait que des magistrats soient, au même titre que le roi et les grandes abbayes Saint-Georges et Saint-Melaine, seigneurs de parties de la ville est un autre aspect de leur position éminente. Grandeur parlementaire et puissance seigneuriale se complètent.

9Par ailleurs, en prenant appui sur les notices des deux auteurs les plus prolixes du journal en question, soit Julien Bordeaux et son petit-neveu René Duchemin, l’idée de l’importance des parlementaires dans la cité se trouve à nouveau parfaitement illustrée :

Journal de Julien Bordeaux (notices de 1604 à 1635)

Journal de Julien Bordeaux (notices de 1604 à 1635)
  • 18 J’ai arrêté le dépouillement au moment du départ du parlement pour Vannes.

Journal de René Duchemin (notices de 1650 à 167518)

Journal de René Duchemin (notices de 1650 à 167518)

10Dans les deux cas, il est frappant de constater que la vie familiale des parlementaires apparaît plus fréquemment que celle des autres notables. La comparaison entre gens du parlement et gens du présidial est certainement éclairante, même s’il importe de relativiser en rappelant que les premiers sont sept fois plus nombreux que les seconds. Ainsi, un des aspects de la forte visibilité des parlementaires réside, il ne faut pas l’oublier, dans leur nombre. Le détail des 32 notices consacrées à l’actualité des seules familles parlementaires est par ailleurs instructif, établissant une hiérarchie du haut vers le bas de la compagnie : six notices sont ainsi consacrées aux seuls premiers présidents, neuf à la poignée de présidents, une au procureur général et seize à la masse des conseillers. Et encore, concernant ces derniers, il s’agit dans huit cas de relations de faits qui relèvent de l’extraordinaire, relatifs à des faits divers (5 cas) et aux épidémies (3 cas). D’où finalement un premier constat, sur lequel il nous faudra revenir, d’une inégalité de la présence parlementaire dans la ville, liée en grande partie à la place occupée au palais.

  • 19 Je pense en particulier aux travaux universitaires en cours de Christelle Gicquel sur les marchands (...)
  • 20 Mousnier R., La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 1971 (rééd.), p. 542-543.

11A ce stade, les indices glanés conduisent à un bilan nuancé. Les parlementaires sont certes les premiers dans la cité, mais ils n’en sont pas les seuls notables habitants. En attendant que de nouvelles recherches ne viennent nous éclairer davantage sur les marchands rennais et les officiers autres que parlementaires19, il me semble possible de suggérer que l’image qui semble se dégager est moins celle d’une domination absolue de la part des parlementaires que d’une hauteur parlementaire en cours d’affermissement en ce XVIIe siècle, conformément à ce qu’avait naguère suggéré Roland Mousnier, pour qui les officiers des parlements auraient pris leur envol social dans les premières décennies du XVIIe siècle20.

Plus haut que le beffroi : le palais

12Par ailleurs, nos deux informateurs privilégiés, Bordeaux et Duchemin, témoignent à travers leur journal de l’importance du parlement pour la vie de la cité. Chez nos deux auteurs, le parlement est perçu comme un acteur plus présent que le présidial ou, chose plus étonnante, que la communauté de ville. Bien entendu, il ne s’agit que d’une réalité perçue, ressentie, et non, sans doute, le reflet exact de la réalité administrative. Il n’en demeure pas moins que l’on perçoit, à travers leur témoignage, le rôle du parlement dans la ville, qui s’intéresse tant au papegaut qu’aux-épidémies, aux paroisses et qu’aux sépultures.

  • 21 Brejon de Lavergnee J., “Justice et pouvoir municipal”, art. cit.
  • 22 Languedoc G. de, Recueil historique de tout ce qui s’est trouvé de plus remarquable et de plus impo (...)
  • 23 Interprétation proposée par Jacques Brejon de Lavergnee dans Meyer J. (dir.), Histoire de Rennes, T (...)

13Ceci nous conduit directement vers le champ institutionnel, et particulièrement vers les relations entre parlement et municipalité. C’est ici qu’il faut évoquer la réforme de l’assemblée municipale de 1627, vue comme l’acte politique par lequel les magistrats s’imposèrent aux bourgeois de la ville21. La crise municipale des années 1620 fut en effet alors réglée par un arrêt de règlement du 29 décembre 1627 établissant la liste des membres de l’assemblée municipale22. Geste de grandeur qui ne fut cependant pas suivi d’une présence accrue des parlementaires au sein de l’institution municipale, bien au contraire. Alors que, note Jacques Brejon de Lavergnée, dans la seconde moitié du XVIe siècle, on pouvait encore voir des parlementaires aux réunions de la municipalité, tel n’est plus le cas désormais. La liste des personnalités ayant droit d’entrée aux assemblées municipales excluait complètement les parlementaires, mais, chose curieuse, prévoyait que deux officiers des comptes - pour peu qu’ils soient domiciliés à Rennes - pouvaient y avoir droit. Les seules personnes relevant du parlement et ayant droit d’entrée dans les assemblées de la communauté n’étaient pas des magistrats, mais les greffiers en chef, notaires secrétaires en la cour et autres huissiers. Peut-être était-ce là, de la part des magistrats, un moyen de placer des fidèles au cœur de l’institution pour la contrôler sans y être23.

  • 24 Le mairat n’est institué qu’en 1692 à Rennes ; avant cette date, le personnage central de la commun (...)
  • 25 Saulnier F., Le parlement, op. cit. Je n’ai pas tenu compte ici des greffiers en chef, pourtant pré (...)

14L’absence apparemment volontaire des parlementaires de l’assemblée municipale donne le sentiment que gens du palais et gens de l’hôtel de ville n’appartiennent pas vraiment au même monde. Il est ainsi par exemple difficile de faire concorder familles parlementaires et familles “municipales Le croisement entre la liste des procureurs syndics24 et le fichier des parlementaires établi par Frédéric Saulnier est à cet égard particulièrement instructif25 :

1600-1649

1650-1675

TOTAL

Procureur syndic membre du parlement

0

0

0

Procureur syndic ayant de la famille au parlement

4

2

6

Procureur syndic ayant une descendance directe au parlement

2

0

2

Procureur syndic ayant un patronyme qu’on trouve à la même époque au parlement

3

0

3

Procureur syndic ne semblant pas avoir de lien généalogique avec les parlementaires

17

11

28

  • 26 Pour la période 1693-1789, sur 9 maires : un est avocat, deux sont procureurs au parlement et six o (...)
  • 27 Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1966, 2 vol., en particulier t. 2, p. 929-9 (...)

15Quelques remarques s’imposent. La première est que les données ici fournies pourraient bien être, dans les années qui viennent, infirmées par des travaux souhaitables sur les élites rennaises. La seconde remarque est qu’il semble que la situation ait évolué au cours du siècle dans le sens d’une prise de distance croissante entre gens de la ville et gens du palais. Un regard sur les périodes postérieures, qui mériterait d’être confirmé par des recherches plus poussées, tend d’ailleurs à le confirmer : plus on avance dans le temps et plus on peine à trouver des familles présentes dans les deux institutions26. Il y a là très probablement la conséquence d’une “aristocratisation” du monde des parlementaires, qui devient de plus en plus, d’abord et avant tout, la sanior pars de la noblesse bretonne, bien plus qu’un sas entre roture et noblesse27.

  • 28 Bibl. munic. Rennes, Ms 338, Journal du sieur Toudoux, notaire royal à Rennes.
  • 29 Palys E. de, Un maire de Rennes au XVIIe siècle, Jean Bossart du Clos (1603-1687), Saint-Brieuc, 18 (...)
  • 30 En aval, le tarif de la capitation bretonne de 1705 vient confirmer la distance qui pouvait exister (...)
  • 31 Bibl. munie. Rennes, Ms 338 (cf. note 28) ; F. Saulnier ne rapporte pas l’incident, ni le fait que, (...)

16Un incident peut sans doute ici servir à illustrer ce progressif éloignement vers le haut des parlementaires par rapport aux bourgeois de la ville. En 1664, à l’issue des harangues d’ouverture du semestre de février, raconte le notaire Toudoux dans son journal, le président à mortier de Marbeuf “maltraita fort de paroles le sieur Bossart syndic de la communauté qui ne l’avoit pas appellé monseigneur”28. L’incident est sans doute d’autant plus révélateur que le dit Bossart, sieur du Clos, procureur syndic de la communauté de ville, n’est pas le premier venu : il est noble - depuis peu il est vrai-, avocat du roi au présidial et vient de se faire construire un bel hôtel particulier sur la place des Lices29. Malgré tout cela, Marbeuf, président, fils de président et petit-fils de conseiller, issu d’une lignée de la noblesse poitevine, se sentait bien supérieur à ce qui était alors le meilleur de la “bourgeoisie” rennaise30. Révélateur aussi le fait que, toujours selon le même témoin, la cour se solidarisa de Marbeuf et renvoya les membres de la communauté de ville indignés “où bon leur semblerait” !31 Même s’il s’avérait que l’affaire ait été enjolivée par Toudoux, le fait que celui-ci en ait rendu compte, particulièrement en ces termes, est certainement significatif des tensions au sommet de la société urbaine.

  • 32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bd 29.
  • 33 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 122. On ne la retrouve dans aucune des 77 notices signalées dans (...)
  • 34 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 186 et p. 278-280. L’expression “nos seigneurs du (...)

17En fait, Marbeuf ne fit sans doute qu’appliquer à son endroit une terminologie que la compagnie adoptait depuis peu pour se désigner. En effet, c’est autour de 1650 que semble s’être diffusée l’expression “nosseigneurs du parlement”, tendant à remplacer celle de “messieurs du parlement”, Les listes manuscrites des parlementaires, établies à chaque semestre, adoptent ainsi la nouvelle titulature en 165732. Cette expression apparaît cependant dans le journal de la famille Bordeaux-Duchemin dès 1643, mais elle est isolée33. Quant au greffier de la ville et ancien procureur au parlement Gilles de Languedoc (1640-1731), il n’emploie cette expression, dans son Recueil historique, ni à l’article consacré aux entrées du parlement, ni à celui de l’inauguration du palais, soit autant d’indices, à nouveau, d’une possible tension entre les bourgeois de la ville et ces messieurs du palais34.

  • 35 Et ne s’exprimait pas qu’à l’encontre des “bourgeois” de la ville, mais aussi vis-à-vis du clergé l (...)
  • 36 Nitsch G., Haucourt X. d’, Le palais de justice de Rennes. La cour de parlement de Bretagne, Rennes (...)
  • 37 Cité par Isbled B. dans Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 57.
  • 38 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 280.
  • 39 Cité par Nitsch G., Haucourt X. d’, Le palais, op. cit., p. 27.
  • 40 Un commentaire en est donné par Elie de Palys dans Les thèse bretonnes illustrées aux XVIIe et XVII (...)
  • 41 La Rochefoucault F. de, Maximes (171).
  • 42 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 244.

18La “cascade de mépris” que l’on devine à travers l’incident de 1664 n’est d’ailleurs pas que le fait de quelques individus imbus de leur grandeur croissante35. Elle se perçoit également lors de deux événements à haute portée symbolique : la pose de la première pierre du palais en 1618 et l’inauguration du bâtiment en question en 1655. Il faut sans doute ici rappeler que le palais fut financé pour une bonne partie par les habitants de la ville36. Or, note François Lorier, bourgeois de Redon présent dans la ville au moment de la pose de la première pierre : “[il] ne fut fait autre triomphe par les habitants, indignés de ce que ladite pierre n’avait été [posée] par eux”37. Quelques années plus tard, l’inauguration du palais est aussi l’occasion d’une petite vexation. Suivons un instant ici Gilles de Languedoc, bourgeois de Rennes déjà évoqué et qui, né en 1640, a peut-être assisté à la cérémonie38. La courte relation que cet historien officiel de la communauté de ville a laissé témoigne de la fierté de la municipalité d’avoir permis de bâtir ce qu’il n’hésite pas à qualifier de “plus beau et plus regullier pallays de France”, “accompli, écrit-il encore, a la gloire de la communauté [de ville]”. Néanmoins, il souligne avec dépit que le parlement n’a pas voulu honorer sa promesse de placer sur le haut du perron les armes de la ville. La raison en était tout simplement, expliqua la cour, le refus “que son palais fut dégradé par une marque de propriété émanant de qui que ce fut”39. De même, il est assez frappant que la thèse illustrée, publiée par les jésuites à l’occasion de cette inauguration, ne comporte pas une seule allusion à la municipalité rennaise, dont les armes sont absentes, alors que celles de tous les magistrats sont disposées en chapelet autour d’une scène baroque qui montre les trois “premiers” présidents descendre les marches du palais en bas desquelles se trouve la Bretagne (fig. 4)40. Il ne faut pourtant pas exagérer la distance entre municipalité et parlement. Ainsi les bourgeois de Rennes oublièrent sans doute ces petites vexations, puisque en 1689, “les vertus se perdant dans l’intérêt comme les fleuves se perdent dans la mer”41, ils achetèrent au roi le retour de la compagnie transférée à Vannes pour la somme conséquente de 500 000 livres42.

  • 43 Ibid., p. 169-186.

19Les relations entre municipalité et parlement se trouvent également éclairées par certains aspects du cérémonial. L’ordre dans lequel Gilles de Languedoc, mémoire de l’institution municipale, présente les entrées dans la ville dans son Recueil historique est ainsi sans doute révélateur de la hiérarchie des dignités43 :

Ordre

Personnalités

1

Ducs de Bretagne et rois de France “leurs successeurs

2

Evêques

3

Gouverneurs de la province

4

Lieutenants généraux

5

Commandants généraux

6

Lieutenants aux évêchés

7

Premiers présidents du parlement

8

Intendants

9

Gouverneurs de la ville

10

Gouvernantes générales “et autres dames de distinction

11

Semestres du parlement

  • 44 Query A., “Etat, classification sociale et compromis sous Louis XIV : la capitation de 1695”, Annal (...)
  • 45 A partir de l’annualisation des sessions en 1724, on continua à saluer les entrées du parlement, un (...)

20Ainsi si le premier président n’a pas été, ancienneté oblige, dépassé par l’intendant (installé seulement en 1689), il est notable de voir que c’est le parlement en corps qui clôt cette échelle des dignités. La hiérarchie classique qui met l’épée au-dessus de la robe est respectée44. Une nuance doit cependant être apportée en notant que, si on suit Languedoc, le parlement est la seule institution permanente à avoir droit à des entrées : ni le présidial, ni la chancellerie, ni la monnaie n’ont droit à pareil honneur45.

  • 46 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 195-203.

21Une hiérarchie légèrement différente apparaît sous la plume du même Languedoc au sujet des cérémonies funèbres auxquelles la communauté de ville assiste. L’ordre dans lequel ces cérémonies sont présentées dans son Recueil est sans doute aussi révélateur de l’importance accordée par les bourgeois de la communauté de ville aux différentes personnalités46 :

Ordre

Personnalités

1

Ducs de Bretagne

2

Rois et reines de France

3

Evêques

4

Gouverneurs de la province

5

Lieutenants généraux

6

Lieutenants aux évêchés

7

Présidents et présidentes au parlement

8

Conseillers au parlement

9

Avocats et procureurs généraux au parlement

10

Gouverneurs et gouvernantes de la ville

11

Lieutenants de la ville

12

Connétables de la ville

13

Syndics, échevins et autres officiers du corps de ville

  • 47 Signalons également la question des gens du parquet. Le fait qu’ils soient cités en dernier parmi l (...)

22Si l’absence de l’intendant s’explique tout simplement par le fait que, à la date du manuscrit de Languedoc (1724), aucun commissaire n’est décédé en fonction, il est en revanche remarquable de noter que le présidial n’apparaît toujours pas, et que, surtout, les parlementaires sont placés cette fois-ci avant les gouverneurs de la ville. La place des magistrats appelle cependant une remarque d’importance. En effet, Languedoc recense 21 cérémonies funèbres pour des présidents et présidentes auxquelles participèrent les gens de la ville, pratique inaugurée selon lui en 1607 à l’occasion du décès de la présidente de la Hautaye. En revanche, s’il consacre effectivement un article aux conseillers, c’est pour dire aussitôt que jamais la communauté n’assista en corps aux funérailles de telles personnalités ! L’historien note même que, en 1610, la veuve du conseiller de Sévigné demanda aux gens de la communauté de venir aux obsèques de son défunt époux, que cela lui fut refusé et que servit d’exemple pour la suite, à une exception près sur laquelle je reviendrai bientôt. Cette petite affaire est éclairante : madame de Sévigné a sans doute pensé que ce qui était bon la présidente de la Hautaye en 1607 était bon pour le conseiller de Sévigné en 1610. Malheureusement pour la veuve, avec ce qui semble être une évidente mauvaise foi, la communauté lui répond que comme elle n’a pas coutume d’assister aux obsèques des conseillers, elle ne peut se rendre à celles de son époux. Trois ans plus tôt, la communauté ne semble pas avoir avancé un tel argument au président de la Hautaye. Sans doute n’aurait-elle pas ose 47.

  • 48 Texte reproduit dans : Aubert G., Le président de Robien, op. cit., p. 357-358.

23On retrouve donc à nouveau ce qui avait déjà été noté plus haut à propos du journal des Bordeaux-Duchemin, à savoir que les habitants de Rennes perçoivent bien les différences qui existent au sein de la compagnie. Les bourgeois de Rennes, marchands ou robins, ont ainsi sans doute bien compris que le monde des robes rouges est lui-même hiérarchisé. 11 n’est que de lire le Grand et sublime cérémonial du mortier de Bretagne, rédigé en 1717 par le président de Cornulier (1660-1727), pour se convaincre de la distance, voire du mépris, qui pouvait exister entre les différents étages du corps48. Ainsi, au-delà de la domination du parlement sur la communauté de ville, tous les magistrats n’entretenaient pas les mêmes relations avec le milieu urbain.

Une “sanior pars” parlementaire

  • 49 Saulnier F., Le parlement, op. cit., p. XIX-XXI.
  • 50 Itinéraire de Bretagne, op. cit., p. 58.,
  • 51 Nitsch G., Hâucourt X. d’, Le palais, op. cit., p. 109 ; Pele C., La rue Saint-Georges de 1270 à la (...)
  • 52 Saulnier F., “Rennes au XVIIe siècle. Documents de la vie privée”, Bulletin et mémoires de la Socié (...)
  • 53 Aubert G., Le président de Robien, op. cit., p. 129-130.

24En fait, c’est toute une typologie des parlementaires qui semble pouvoir être esquissée. Que tous les hauts magistrats rennais n’aient pas eu avec la ville où ils siégeaient une relation forte, c’est là une réalité évidente, fruit, au moins pour partie, de l’histoire même de la compagnie. Dès les origines, en effet, celle-ci fut divisée en deux “séances” qui siégeaient d’abord pour un trimestre, puis, à partir de 1600, pour un semestre49. Parallèlement, la moitié des charges fut réservée à des magistrats “non originaires” de Bretagne. Ainsi, jusqu’à l’annualisation des sessions en 1724, il n’était pas nécessaire pour un magistrat de résider toute l’année à Rennes, ce dont ne se plaignaient sans doute pas certains de ceux qui étaient en réalité Parisiens, Tourangeaux, Angevins ou Lavallois. Le voyageur normand déjà cité, Dubuisson-Aubenay, put ainsi écrire à propos des Rennais que “aucuns vivent de la taverne, cabaret, et du louage des logis et pensions de la cour des conseillers de la Cour qui viennent sans femme, à petit équippage, servir leur séance”50. Ceci s’accorde avec les résultats des travaux menés sur la rue Saint-Georges, voisine du parlement, et qui montrent l’existence de petits pieds-à-terre pour conseillers en situation temporaire de célibat géographique51. La situation ne concernait cependant pas uniquement les non-originaires, comme l’atteste, dans les années 1620, le cas du Nantais Fourché de Quehillac52 ou, dans les années 1690, celui du conseiller Paul de Robien, domicilié dans le diocèse de Saint-Brieuc53.

  • 54 Documents inédits sur l’histoire de France, Depping G.B. (éd.), Paris, 1851, t. 2, p. 70-77. Qu’il (...)
  • 55 Croissy ne parle en effet pas de cette dernière chambre : ses membres sont-ils invisibles à ses yeu (...)
  • 56 Là encore, il est difficile de dire si Croissy tient compte de la chambre des Requêtes, d’où la pro (...)
  • 57 Pour le XVIIe siècle, nous ne disposons que des remarques de Xavier d’Haucourt, tirées des registre (...)
  • 58 Lebigre A., La justice du roi. La vie judiciaire dans l’ancienne France, Bruxelles, 1988, p. 73-74.

25Parallèlement, le témoignage postérieur de Colbert de Croissy donne quelques indices quant au taux d’absentéisme qui affectait la compagnie rennaise en 166354. Pour le semestre de février, Croissy cite, plus ou moins longuement, 31 magistrats. Quant aux autres - soit 30 à 38 % des effectifs selon que l’on prend en compte ou non les magistrats aux Requêtes55-, Croissy ne mâche pas ses mots : “Tout le reste sont gens de divertissement et de desbauche, qui n’ont aucune inclination pour leur profession, ni d’assiduité pour le palais ; bref, qui doivent estre obligez à qui n’en parle point Son appréciation du semestre d’août n’est pas très différente : sur 50 magistrats siégeant en théorie, Croissy en signale 33, les autres - soit quand même 28 à 33 % de l’effectif56 - étant expédiés ainsi : “Tous les autres ne font que chasser, mesprisent leur profession, et par leur absence rendent inutile l’assiduité de leurs confrères Certes, Croissy le dit bien : il n’est resté que trois jours à Rennes, mais il affirme avoir cherché des informateurs fiables, à Rennes comme à Nantes, afin d’établir une note sur chaque magistrat. De plus, on peut noter que les études menées sur les quelques indications disponibles sur le XVIIe siècle et celles relatives au XVIIIe siècle attestent de la réalité et de la constance de cet absentéisme parlementaire57, qui n’est pas une exception rennaise58. S’il est cependant vrai que absentéisme au palais ne veut pas nécessairement dire absentéisme citadin, il n’empêche que le témoignage mérite d’être pris en compte, en attendant que des recherches s’attachent à mesurer les taux de présence à partir des registres secrets.

  • 59 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bd 29. Les listes dressées chaque année des membres du parlement de B (...)
  • 60 Arch, munic. Rennes, 1035.

26De la même façon, il peut sembler utile de signaler un curieux document, même s’il a le grand tort d’être isolé. Il s’agit d’une liste manuscrite des parlementaires en fonction en 1640 avec, chose exceptionnelle pour le XVIIe siècle, leur adresse59. Or, pour 102 membres, 31 n’ont pas d’adresse indiquée. Certes, il s’agit peut-être d’un document inachevé mais le taux des “sans adresse indiquée” - 30,3 % - est cependant trop comparable à celui tiré de l’enquête de Croissy pour ne pas être troublant. De même, encore un peu plus en amont, le registre de la “Réformation des rooles des cinquantaines pour la taxe des pauvres” de 162960, déjà évoqué, ne signale l’existence que de 67 parlementaires sur la centaine que compte alors la compagnie. Avec un petit tiers de parlementaires non-mentionnés, nous retrouvons un niveau comparable à ceux évoqués jusqu’ici. J’ai naturellement conscience que tout cela constitue moins des preuves qu’un faisceau d’indices concordants encore fort fragiles, mais il me semble néanmoins possible d’émettre l’hypothèse qu’un nombre significatif de parlementaires bretons n’avait pas la ville de Rennes comme horizon premier.

  • 61 Cozic N., “L’exemple d’une ascension sociale à Rennes du XIVe au XVe siècle : la famille de Bourgne (...)
  • 62 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 201.
  • 63 Ibid., p. 342-343 ; Saulnier F., “Rennes au XVIIe siècle. Le premier président Henry de Bourgneuf ( (...)
  • 64 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 141-142. Les lignes sont comptées à partir de l’édition de 1992.

27Tel n’était certes pas le cas de tous les magistrats du palais et, parmi eux, des présidents, comme on Ta déjà suggéré à partir de l’étude du journal de la famille Bordeaux-Duchemin. Comment ne pas songer tout d’abord à la place tout à fait considérable qu’occupèrent longtemps dans la ville les Bourgneuf de Cucé, premiers présidents durant trois générations de 1570 à 1660 ? Tout en eux les portaient à entretenir une relation privilégiée avec cette ville. En effet, issus de la bourgeoisie rennaise, anoblis en 149061, passés du présidial au parlement au siècle suivant, ils étaient en situation à la fois centrale et dominante dans la ville. Détail révélateur, la seule fois que la communauté de ville se présenta aux obsèques d’un simple conseiller au parlement, ce fut pour les funérailles du conseiller de Bourgneuf de Cucé, fils du premier président62. Les obsèques du dernier premier président de Cucé en 1660 furent d’ailleurs un événement considérable - plusieurs témoignages l’attestent63-, auquel René Duchemin, dans son journal, a consacré une notice conséquente de 18 lignes64. Détail révélateur : la notice immédiatement suivante, consacrée aux obsèques du président du présidial décédé quelques mois plus tard, n’occupe que... trois lignes.

  • 65 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96. Les “capitaines en chef” étaient responsables (...)

28Sur le modèle des Bourgneuf, il semble que d’autres familles parlementaires également issues de la bourgeoisie rennaise aient eu une importance particulière dans la ville, du fait de leur double profil local et parlementaire. Il pouvait d’ailleurs s’agir de familles de simples conseillers, comme les Thierry de la Prévalaye, magistrats de 1648 à 1689, baptisant les cloches de Toussaint en 1667 et propriétaires d’une seigneurie mordant sur une partie de la ville. Les Huart présentent un profil comparable, étant passés de la bourgeoisie de robe à la noblesse parlementaire au début du XVIIe siècle et dont l’un des membres, conseiller, occupe une des quatre places de capitaines en chef de la milice bourgeoise65.

  • 66 Argentre B. d’, Histoire de Bretaigne, Paris, 1618.
  • 67 Cf. ci-dessus.
  • 68 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96.

29C’est pourtant sans doute plutôt du côté des présidents que Ton rencontre des familles entretenant des relations les plus étroites avec la ville. Ainsi fut-ce sans doute le cas, au début du siècle, des d’Argentré, à qui Ton doit notamment le premier plan gravé de la ville, publié par le président Charles d’Argentré dans la réédition de l’Histoire de Bretagne de son père66. Il est probable que les Le Meneust de Brecquigny furent dans une position comparable. Leur hôtel particulier est suffisamment conséquent pour avoir attiré l’œil de Dubuisson-Aubenay en 1636, leur nom apparaît à l’occasion des baptêmes des cloches67, et l’un d’eux est également l’un des capitaines en chef de la milice bourgeoise68. Un point commun doit d’ailleurs être signalé entre les d’Argentré et les Le Meneust, puisque les deux familles se sont succédé à la fin du XVIe siècle au “sénéchalat” de Rennes. Leur ancrage au sommet de la société et leur proximité avec la ville ne date pas de leur accession à une présidence, ce qui tend à les rapprocher du “modèle” formé par les Bourgneuf de Cucé.

  • 69 Saulnier F., Le Parlement, op. cit., t. 2, p. 592-594.
  • 70 Cf. ci-dessus.
  • 71 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96.
  • 72 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 80.
  • 73 Documents inédits sur l’histoire de France, op. cit., p. 74.
  • 74 Hurt J.J., “La politique du parlement de Bretagne (1661-1675)”, art. cit.
  • 75 On peut ici proposer, à titre de simple hypothèse, que Brie soutenait ceux qui luttaient contre l’i (...)

30Un autre cas intéressant, quoique légèrement différent des précédents, est présenté par les Loaisel de Brie69. Présents dans le mortier pendant deux générations de 1596 à 1670, parrainant des cloches70, se faisant construire un bel hôtel particulier signalé par Dubuisson-Aubenay, les deux présidents de Brie se succèdent également à l’un des postes de “capitaines en chef” de la milice bourgeoise71. Ceci explique sans doute pourquoi les notables de la ville se réunissent en août 1625 chez le président de Brie lui-même pour prendre des décisions relatives à l’ordre public72. Le portrait que dresse en 1663 Colbert de Croissy du second président de Brie mérite d’être cité ici, tant il montre bien le profil que pouvait alors avoir un grand robin de province : “Louesel, sieur de Brie, est fort riche, plein de faste, affectant une extrême vanité et gravité, mais au fond d’un petit méritte. 11 a beaucoup d’ambition, il a fort brigué la charge de premier président, à laquelle il aspire toujours”. Mais la fin de la notice étonne davantage : “mais il est dans la réputation de donner protection à beaucoup de scélérats”73. Cette dernière mention amène à s’interroger. Doit-on comprendre par là que Brie a partie liée avec les opposants au pouvoir central ? Ce n’est pas absolument impossible, mais l’opposition n’est pas encore, en 1663, extrêmement active74. De plus, Brie semble bien incarner cette noblesse bretonne ralliée sans ambiguïtés à la monarchie : le second président est petit-fils du loyaliste premier président de l’époque de la Ligue Faucon de Ris, fils d’un autre fidèle du roi à l’époque de ces mêmes guerres civiles ; il est aussi, tout comme son père, conseiller d’Etat, et vient alors de voir sa terre de Brie érigée en marquisat. Mais, après tout, il est loisible d’envisager que Brie fut une figure au jeu complexe, si ce n’est trouble, annonciateur à sa manière d’un La Chalotais75.

  • 76 Documents inédits sur l’histoire de France, op. cit., p. 72-75.
  • 77 Meyer J., La noblesse, op. cit., t. 1, p. 38-39.
  • 78 De même que mériteraient d’être envisagées parallèlement les relations entre parlementaires et pauv (...)

31Cependant, une autre lecture de cette remarque de Colbert de Croissy peut être aussi proposée : Brie pouvait tout simplement entretenir à Rennes une clientèle dans la “populace” plus ou moins mal famée. La chose n’est pas à exclure pour au moins deux raisons qui peuvent d’ailleurs se compléter. La première est que, selon Croissy, quelques parlementaires semblent avoir eu des relations avec les compartiments les moins “fréquentables” de la société rennaise. S’il est difficile d’interpréter le jugement porté sur le conseiller de Langle - “homme de cabale, populaire”-, le propos est sans ambiguïtés au sujet des conseillers Deniau - qui n’aurait “de liaison qu’avec la canaille et dans le cabaret” - et Saliou, jugé “homme de caballe, prenant le parti du peuple et opiniastre à soustenir ses sentimens”76. Certes, les assertions de Colbert doivent être prises avec une grande prudence puisque Langle, Deniau et Saliou sont choisis en 1668 pour participer à la Chambre de la réformation de la noblesse, ce qui conduit Jean Meyer à les situer parmi les plus fidèles magistrats au pouvoir royal77 ! Reste qu’il y a là certainement un aspect assez peu connu des relations entre parlementaires et société urbaine, et qui mériterait d’être creusé par des recherches plus approfondies78.

  • 79 Porchnev B., Les soulèvements populaires, op. cit., p. 599 ; Garlan Y., Nieres C., Les révoltes bre (...)
  • 80 D’autant que d’Etampes et Chaulnes pouvaient être soucieux de se venger d’humiliations que le parle (...)
  • 81 Croix A, L’âge d’or, op. cit., p. 98. 11 est vrai que le récit de l’émeute par d’Etampes laisse per (...)
  • 82 Dupuy R., La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789 - mars 1793, P (...)
  • 83 Arch. mun. Rennes, 1003-8 : Déclaration du roi transférant le parlement de Rennes à Vannes, 18 sept (...)
  • 84 Ce qui ne veut pas dire que la décision n’était qu’une mesure de salut public, puisqu’on sait que L (...)

32La seconde raison que l’on peut invoquer est que, lors des émeutes populaires de 1636 et de 1675, les envoyés de la monarchie - d’Etampes, puis Chaulnes - n’ont pas hésité, dans leurs lettres au gouvernement, à soupçonner les parlementaires de coupables menées souterraines79. Or des mentions comme celles de Croissy amènent à se demander si ces accusations n’étaient pas autre chose que des affabulations d’envoyés du roi dépassés par les événements, de surcroît sans doute quelque peu humiliés de voir leur autorité bafouée80, et qui trouvaient dans ce parlement réputé si puissant, et présentement si passif, un coupable tout désigné. En réalité, le dossier semble fort complexe. Reprenant la question des révoltes bretonnes, Alain Croix a ainsi noté que l’émeute rennaise de 1636 était probablement une opération téléguidée par les élites locales soucieuses de voir s’éloigner un commissaire du roi potentiellement encombrant81. Et comment ne pas songer que, très en aval il est vrai, en 1789, la noblesse rennaise sut mettre dans la rue une partie du petit peuple de la ville à des fins politiques, le jour de la Journées des bricoles82 ? Ce qui fut faisable en 1789 était-il infaisable en 1636 ou 1675 ? Il est bien possible que non. Enfin, notons pour finir sur cet épineux et délicat sujet, que la décision de transférer le parlement de Rennes à Vannes en septembre 1675 fut officiellement motivée par la volonté de soustraire la justice du roi d’une ville jugée agitée et peu sûre83, ce qui était une manière de poser indirectement la question des relations entre magistrature et “populace”84.

Conclusion : proposition pour une chronologie

33Tout en restant conscient des limites du dossier présenté ici, il me semble qu’il est possible, sous forme d’hypothèse, de conclure ce rapide panorama en tentant d’ouvrir la perspective sur les deux siècles qui s’étendent de la pacification henricienne à l’explosion révolutionnaire. A l’échelle des deux siècles, des éléments pérennes se font jour. Il en va ainsi de la domination sociale des parlementaires dans la ville, malgré un taux d’absentéisme probablement toujours élevé. Notons aussi, sur les deux siècles, l’existence de fortes individualités, présidents le plus souvent, dont le rayonnement dépasse les murs du palais : aux omnipotents Bourgneuf ou Loaisel au XVIIe siècle succèdent au XVIIIe siècle les puissants Le Prestre ou Robien. Pourtant, au delà de ces indéniables éléments communs, il semble que, entre XVIIe et XVIIIe siècle, la situation est légèrement inversée de part et d’autre de la période vannetaise du parlement (1675-1690). En amont, le parlement est une institution puissante qui domine la ville, ou, en tous cas, qui est l’institution première dans celle-ci. Mais dans le même temps, il est possible que le milieu parlementaire ne soit pas encore à son apogée sociale. Celle-ci semble se situer davantage au XVIIIe siècle, époque de l’aristocratisation définitive de la compagnie et période d’enrichissement notable de ses membres grâce à la rente foncière. Les parlementaires pèsent alors sans doute d’autant plus sur la ville que celle-ci connaît des difficultés exacerbées par l’incendie de 1720 et du fait de l’annualisation des sessions en 1724 : désormais, en effet, il y a théoriquement une centaine de parlementaires en permanence dans la ville, alors que jusque là, semestrialisation oblige, il n’y en avait théoriquement qu’une cinquantaine. Mais par ailleurs, le parlement comme institution a sans doute perdu de sa grandeur du fait de l’installation de l’intendant en 1689 mais aussi du fait du dynamisme croissant des Etats à partir des années 1730. C’est la raison pour laquelle il me semble tentant de conclure, au moins provisoirement, que si le XVIIIe siècle fut sans doute l’âge d’or des parlementaires, le XVIIe siècle fut quant à lui très certainement l’âge d’or du parlement mais aussi, finalement, de la ville qui lui servait bon an mal an d’écrin.

Fig-1 : La Population rennaise aux 17e et 18e siècles (estimations)

Fig-2 : Les élites rennaises en 1629
(à partir de la Réformation des rooles des cinquantaines)

Fig.3 : Les Huart au parlement de Rennes :
généalogie simplifiée, tirée de SAULNIER F, op. cit.

Fig.4 : Thèse de l’inauguration du palais du parlement de Bretagne (1655)

Notes

1 La bibliographie la plus récente et la plus complète sur le parlement se trouve dans l’ouvrage consécutif à l’incendie du palais de justice en 1994 (Croix A. coord., Le Parlement de Bretagne. Histoire et symbole, Rennes, 1994, p. 187-193) ; elle mentionne en particulier 3 livres et 11 articles sur le parlement de 1554 à 1690 et 10 livres ou thèses et 9 articles pour la période suivante. Depuis 1994, le déséquilibre entre les deux périodes s’est accru, avec deux nouvelles thèses soutenues : Bareau R, Les arrêts de règlement du parlement de Bretagne, thèse de droit, université Rennes 1, 2000 et Aubert G., Le président de Robien, gentilhomme et savant dans la Bretagne des Lumières, Rennes, 2001 (version publiée). Sur Rennes au 18e siècle signalons les thèses de Claude Nieres (La reconstruction d’une ville au XVIIIe siècle. Rennes, 1720-1760, Paris, 1972 ; Les villes en Bretagne au XVIIIe siècle : conditions et formes du développement urbain, thèse d’Etat, Paris IV, 1987, 4 vol., dactyl.) et de Philippe Jarnoux (Les bourgeois et la terre. Fortunes et stratégies foncières à Rennes au XVIIIe siècle, Rennes, 1996). Une telle densité n’existe pas pour le XVIIe siècle, même si la thèse d’Alain Croix (La Bretagne aux 16e et 17e siècles. La vie, la mort, la foi, Paris, 1981, 2 vol., à compléter par L’Age d’or de la Bretagne, 1532-1675, Rennes, 1993) vient compenser l’impression de vide.

2 Antoine M„ Louis XV, Paris, 1989, p. 894.

3 Berbouche A., “De la résistance légale à la fronde parlementaire en Bretagne : l’opposition du parlement d’un pays d’Etat à la montée de l’absolutisme royal”, Revue historique de droit français et étranger, no 70, 1992, p. 621-535 (qui réactualise la série d’articles publiés par Séverin Caanal de 1911 à 1913 dans les Annales de Bretagne : “Les origines de l’intendance en Bretagne”) ; Hurt J.-J., “La politique du parlement de Bretagne (1661-1675)”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 81-1, 1974, p. 105-130.

4 Courbe réalisée à partir des indications fournies par François Lebrun (“L’évolution de la population de Rennes au XVIIe siècle”, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, t. 93-3, 1986, p. 249-255) et Claude Nieres (“Remarques sur la société rennaise au XVIIIe siècle”, Charpiana. Mélanges offerts par ses amis à Jacques Charpy, Rennes, 1991, p. 391-401).

5 Lettre à Madame de Grignan, 27 octobre 1675 (éd. Gailly G., Paris, 1956, t. 1, p. 892).

6 Aubert G., “La noblesse et la ville au XVIIIe siècle. Réflexions à partir du cas rennais”, Histoire urbaine, no 4, 2001, p. 127-149.

7 Arch, munie. Rennes, 1035. Ce registre, qui comprend 4 855 cotes, a été en particulier étudié par Alain Croix dans La Bretagne, op. cit., p. 734-735.

8 Sans doute est-il nécessaire de rappeler que nous entendons par “milieu parlementaire” les magistrats au parlement (siège et parquet) et leurs proches (épouses, enfants). L’idée d’intégrer les greffiers en chef à ce milieu semble correspondre - sous réserve de recherches plus approfondies - moins à une réalité historique qu’à un héritage historiographique remontant à l’œuvre du conseiller F. Saulnier, qui intégra les greffiers dans son fichier “des parlementaires” (Le parlement de Bretagne, 1554-1790. Répertoire alphabétique de tous les membres de la cour accompagné de listes chronologiques, Rennes, 1909, rééd. Mayenne, 1991, 2 vol.). Face à la tendance rennaise de voir un parlementaire derrière le moindre notable, il importe également de souligner que, pour les historiens, les avocats ou les procureurs au parlement, pas plus que les magistrats du présidial, ni même les officiers de la chancellerie près le parlement ne sont parlementaires.

9 Itinéraire de Bretagne. D’après le manuscrit original de Dubuisson-Aubenay de son voyage en Bretagne en 1636, Pinot J.-P. (éd.), Paris, 2000, p. 40-63.

10 Ceci pose la question du déclin de la marchandise rennaise au XVIIe siècle (Gicquel C., Les marchands merciers de la ville de Rennes (1601-1645), mémoire de maîtrise, dir. Croix A., Rennes 2, 1997, 2 vol.). Dès le 16e siècle, les magistrats méprisaient sans doute déjà largement les marchands de la ville (Brejon De Lavergnee J., “Justice et pouvoir municipal à Rennes aux XVIe et XVIIe siècles”, Bulletin et mémoires de la société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. LXXXVI, 1984, p. 19-38, en particulier p. 25-26).

11 Bourdeaut A. (éd.), “Journal des Etats de Bretagne tenus à Nantes en 1636 par Dubuisson-Aubenay”, Bulletin de la société archéologique de Nantes, t. 67, 1927, p. 339-389.

12 C’est finalement l’opinion d’André Mussat quant à ce témoignage (“ L’architecture à Rennes au XVIIe siècle : traditions et nouveautés ”, Aris D. (dir.), La Bretagne au XVIIe siècle, actes du colloque de Vannes (1986), Vannes, 1991, p. 309-332).

13 Une objection pourrait toutefois être ici formulée en rappelant que Dubuisson-Aubenay est venu accompagner le commissaire du roi d’Etampes qui est entré en relation étroite avec le parlement et a eu des contacts directs avec les deux présidents à mortier dont l’hôtel est ici signalé (Porchnev B., Les soulèvements populaires en France de 1623 à 1648, Paris, 1963, p. 599-601).

14 Moi, Claude Bordeaux... Journal d’un bourgeois de Rennes au 17e siècle, Isbled B. (éd.), Rennes, 1992, p. 79.

15 Baneat P., Le vieux Rennes, Rennes, 1972 (rééd.), p. 283-294. Les noms des premiers constructeurs connus ne figurent pas dans le répertoire de F. Saulnier (op. cit.). Les recherches en cours de Guillaume Corbel sur cette prestigieuse place rennaise devraient apporter sur ce point des résultats instructifs.

16 Nuance suggérée dans Croix A. (dir.), Bretagne. Images et Histoire, Rennes, 1996, p. 110.

17 Moi, Claude Bordeaux, op. cit.

18 J’ai arrêté le dépouillement au moment du départ du parlement pour Vannes.

19 Je pense en particulier aux travaux universitaires en cours de Christelle Gicquel sur les marchands rennais et de Morgan Audic sur les magistrats du présidial.

20 Mousnier R., La vénalité des offices sous Henri IV et Louis XIII, Paris, 1971 (rééd.), p. 542-543.

21 Brejon de Lavergnee J., “Justice et pouvoir municipal”, art. cit.

22 Languedoc G. de, Recueil historique de tout ce qui s’est trouvé de plus remarquable et de plus important touchant la ville et communauté de Rennes (1724), Aubert G. (éd.), maîtrise (dir. C. Nières), Rennes 2, 1993, p. 113-117.

23 Interprétation proposée par Jacques Brejon de Lavergnee dans Meyer J. (dir.), Histoire de Rennes, Toulouse, 1972, p. 144. La présence de tels personnages peut cependant aussi s’expliquer par le fait que ce sont des membres caractéristiques de la bonne bourgeoisie locale, qui ont de ce fait parfaitement leur place dans l’assemblée municipale.

24 Le mairat n’est institué qu’en 1692 à Rennes ; avant cette date, le personnage central de la communauté de ville est le procureur syndic.

25 Saulnier F., Le parlement, op. cit. Je n’ai pas tenu compte ici des greffiers en chef, pourtant présents dans le fichier de F. Saulnier.

26 Pour la période 1693-1789, sur 9 maires : un est avocat, deux sont procureurs au parlement et six officiers non parlementaires, appartenant à des familles qui ne sont pas présentes dans la magistrature du palais (Aubert G., “Les avocats et les procureurs dans le corps de ville de Rennes (1600-1789)”, dans Saupin G. (dir.), Les villes du Grand ouest. Histoire sociale du politique aux Temps modernes, actes de la journée d’études de Nantes du 14 décembre 2002, à paraître).

27 Meyer J., La noblesse bretonne au XVIIIe siècle, Paris, 1966, 2 vol., en particulier t. 2, p. 929-937.

28 Bibl. munic. Rennes, Ms 338, Journal du sieur Toudoux, notaire royal à Rennes.

29 Palys E. de, Un maire de Rennes au XVIIe siècle, Jean Bossart du Clos (1603-1687), Saint-Brieuc, 1888 ; Saulnier F., op. cit., t. 1, p. 348-349.

30 En aval, le tarif de la capitation bretonne de 1705 vient confirmer la distance qui pouvait exister entre un président à mortier et un avocat du roi au présidial : le premier, inclus dans la troisième classe, est capité 450 livres, là où le second, intégré dans la neuvième classe, ne paie “que” 120 livres.

31 Bibl. munie. Rennes, Ms 338 (cf. note 28) ; F. Saulnier ne rapporte pas l’incident, ni le fait que, toujours selon Toudoux, la communauté de ville porta l’affaire devant Sa Majesté, qui “manda Monsieur de Marbeuf et l’exilla pendant six mois”,

32 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bd 29.

33 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 122. On ne la retrouve dans aucune des 77 notices signalées dans le tableau ci-dessus et émanant des plumes de Julien Bordeaux et de René Duchemin.

34 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 186 et p. 278-280. L’expression “nos seigneurs du parlement” ne se retrouve pas davantage dans le récit anonyme des obsèques du président de Cucé en 1661 (cité dans Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 342-343).

35 Et ne s’exprimait pas qu’à l’encontre des “bourgeois” de la ville, mais aussi vis-à-vis du clergé local, évêque en tête (cf. Haucourt X.d’, “Au temps du parlement de Bretagne. La querelle de préséance du Te Deum de 1638”, Bulletin et Mémoires de la Société Archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. LXI, 1933, p. 17-31).

36 Nitsch G., Haucourt X. d’, Le palais de justice de Rennes. La cour de parlement de Bretagne, Rennes, 1932, p. 11.

37 Cité par Isbled B. dans Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 57.

38 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 280.

39 Cité par Nitsch G., Haucourt X. d’, Le palais, op. cit., p. 27.

40 Un commentaire en est donné par Elie de Palys dans Les thèse bretonnes illustrées aux XVIIe et XVIIIe siècles, Vannes, 1890, p. 22-24. Les armes de la ville de Rennes apparaissent en revanche sur la thèse du retour du parlement à Rennes en 1690.

41 La Rochefoucault F. de, Maximes (171).

42 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 244.

43 Ibid., p. 169-186.

44 Query A., “Etat, classification sociale et compromis sous Louis XIV : la capitation de 1695”, Annales ESC, 1986, no 5, p. 1041-1060.

45 A partir de l’annualisation des sessions en 1724, on continua à saluer les entrées du parlement, une fois par an désormais, le lendemain de la Saint-Martin, note un continuateur anonyme de Languedoc (cf. Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 186).

46 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 195-203.

47 Signalons également la question des gens du parquet. Le fait qu’ils soient cités en dernier parmi les parlementaires pourrait renvoyer à l’ordre traditionnel de présentation de la compagnie. Ainsi, réputés auxiliaires de la cour, ils étaient théoriquement inférieurs aux conseillers, et sur les listes des magistrats, ils apparaissent toujours après les conseillers (Nltsch G., Haucourt X. d’. Le palais, op. cit., p. 152 ; Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bd 29). Cependant, ils sont sans doute mieux considérés que les conseillers, comme le montre, justement, la question des obsèques. Languedoc note que les avocats généraux n’eurent droit à la présence de la communauté de ville qu’une seule fois, en 1631 ; quant aux procureurs généraux, ils y eurent droit à partir de 1662, ce qui les rapprochait des présidents. Ceci est à relier à l’élévation croissante du procureur général qui se lit également dans l’évolution des gages :

Pts mortierConseillersAvoc. gxProc, gx155410001.700 1. (moy.)8001.8001.16002000 1.875 1. (moy.)1100 1.14001.17243000 1.10501. (moy.)1100 1.14001.(d’après Saulnier F., Le Parlement, op. cit., p. XLI).

48 Texte reproduit dans : Aubert G., Le président de Robien, op. cit., p. 357-358.

49 Saulnier F., Le parlement, op. cit., p. XIX-XXI.

50 Itinéraire de Bretagne, op. cit., p. 58.,

51 Nitsch G., Hâucourt X. d’, Le palais, op. cit., p. 109 ; Pele C., La rue Saint-Georges de 1270 à la révolution, DES d’histoire de l’art (dir. A. Mussat), 1963-1964, p. 15-16.

52 Saulnier F., “Rennes au XVIIe siècle. Documents de la vie privée”, Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. XVII, 1885, p. 113-146.

53 Aubert G., Le président de Robien, op. cit., p. 129-130.

54 Documents inédits sur l’histoire de France, Depping G.B. (éd.), Paris, 1851, t. 2, p. 70-77. Qu’il me soit permis de remercier ici Olivier Chaline qui a attiré mon attention sur ce précieux rapport.

55 Croissy ne parle en effet pas de cette dernière chambre : ses membres sont-ils invisibles à ses yeux par dédain de sa part pour cette chambre qui ne comprend de toute façon que 6 magistrats en théorie, ou pour cause d’absence de leur part ?

56 Là encore, il est difficile de dire si Croissy tient compte de la chambre des Requêtes, d’où la proposition d’une fourchette (cf. note ci-dessus).

57 Pour le XVIIe siècle, nous ne disposons que des remarques de Xavier d’Haucourt, tirées des registres secrets des années 1630, qui note qu’il n’y avait en général guère plus de 12 conseillers par séance, mais qu’en cas d’affaire importante, ce chiffre pouvait brutalement tripler (Haucourt X. d’, “Au temps du parlement”, art. cit., p. 17). Pour le XVIIIe siècle : Le Moy A., Le parlement de Bretagne et le pouvoir royal au XVIIIe siècle, Paris, 1909, p. 37-40 et p. 50-51 ; Aubert G., Le président de Robien, op. cit., p. 104-106.

58 Lebigre A., La justice du roi. La vie judiciaire dans l’ancienne France, Bruxelles, 1988, p. 73-74.

59 Arch. dép. Ille-et-Vilaine, 1 Bd 29. Les listes dressées chaque année des membres du parlement de Bretagne ne prennent en compte l’adresse des magistrats qu’à partir de 1727.

60 Arch, munic. Rennes, 1035.

61 Cozic N., “L’exemple d’une ascension sociale à Rennes du XIVe au XVe siècle : la famille de Bourgneuf”, Bulletin et mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. CII, 1999, p. 94-114.

62 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 201.

63 Ibid., p. 342-343 ; Saulnier F., “Rennes au XVIIe siècle. Le premier président Henry de Bourgneuf (sa vie, ses obsèques, son mobilier). Notes et documents inédits”, Bulletin et Mémoires de la Société archéologique d’Ille-et-Vilaine, t. XXIII, 1893, p. 135-180.

64 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 141-142. Les lignes sont comptées à partir de l’édition de 1992.

65 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96. Les “capitaines en chef” étaient responsables de plusieurs quartiers.

66 Argentre B. d’, Histoire de Bretaigne, Paris, 1618.

67 Cf. ci-dessus.

68 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96.

69 Saulnier F., Le Parlement, op. cit., t. 2, p. 592-594.

70 Cf. ci-dessus.

71 Languedoc G. de, Recueil historique, op. cit., p. 96.

72 Moi, Claude Bordeaux, op. cit., p. 80.

73 Documents inédits sur l’histoire de France, op. cit., p. 74.

74 Hurt J.J., “La politique du parlement de Bretagne (1661-1675)”, art. cit.

75 On peut ici proposer, à titre de simple hypothèse, que Brie soutenait ceux qui luttaient contre l’installation d’un intendant, conscient que l’arrivée de celui-ci conduirait à un affaiblissement de sa position dans la ville, qui pouvait tenir en partie à sa position entre le gouvernement et la ville.

76 Documents inédits sur l’histoire de France, op. cit., p. 72-75.

77 Meyer J., La noblesse, op. cit., t. 1, p. 38-39.

78 De même que mériteraient d’être envisagées parallèlement les relations entre parlementaires et pauvres sous l’angle des pratiques charitables.

79 Porchnev B., Les soulèvements populaires, op. cit., p. 599 ; Garlan Y., Nieres C., Les révoltes bretonnes de 1675. Papier timbré et Bonnets rouges, Paris, 1975, p. 71.

80 D’autant que d’Etampes et Chaulnes pouvaient être soucieux de se venger d’humiliations que le parlement leur avait fait subir avant même les révoltes (Porchnev B., Les soulèvements populaires, op. cit., p. 599 ; Hurt J.J., “La politique du parlement de Bretagne (1661-1715)”, art. cit., p. 117).

81 Croix A, L’âge d’or, op. cit., p. 98. 11 est vrai que le récit de l’émeute par d’Etampes laisse perplexe : outre les cris du type “Vive le Roy et le duc de Brissac sans la gabelle, nous aurons chacun un morceau du commissaire”, on est étonné que 400 à 500 séditieux, ce qui est bien peu note Alain Croix, n’aient pu enfoncer la porte de la maison où il était descendu et de la rapidité avec laquelle le calme revint.

82 Dupuy R., La Garde nationale et les débuts de la Révolution en Ille-et-Vilaine, 1789 - mars 1793, Paris, 1972, p. 53-54.

83 Arch. mun. Rennes, 1003-8 : Déclaration du roi transférant le parlement de Rennes à Vannes, 18 septembre 1675.

84 Ce qui ne veut pas dire que la décision n’était qu’une mesure de salut public, puisqu’on sait que Louis XIV et Colbert attendaient depuis quelques années déjà une occasion de mater le parlement de Rennes (Hurt J.J., “La politique du parlement de Bretagne (1661-1675)”, art. cit., p. 123).

Table des illustrations

Titre Journal de Julien Bordeaux (notices de 1604 à 1635)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Journal de René Duchemin (notices de 1650 à 167518)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig-1 : La Population rennaise aux 17e et 18e siècles (estimations)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 372k
Légende Fig-2 : Les élites rennaises en 1629(à partir de la Réformation des rooles des cinquantaines)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Fig.3 : Les Huart au parlement de Rennes :généalogie simplifiée, tirée de SAULNIER F, op. cit.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig.4 : Thèse de l’inauguration du palais du parlement de Bretagne (1655)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/7332/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 255k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search